Forgive us because we have sinned ¤ Thomas

Survivor #001
avatar
Messages : 115
Points : 271
Date d'inscription : 28/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Mer 28 Déc 2016 - 1:14

Forgive us because we have sinned.
Thomas & Alex

Jonah s'était enfui. C'était un fait que personne ne pouvait nier maintenant qu'on ne retrouvait ni trace de lutte dans la chambre qu'il occupait et encore moins de cadavre sur le matelas ou traînant les pieds dans la maison. Sans compter que ses affaires avaient disparu. Tout comme chacun se doutait de ce qui l'avait conduit à cet extrême. Même en faisant abstraction du décès de ses parents, lequel le hantait encore - et certainement pour un bon moment -, il y avait eu le petit incident avec Logan. Le garçon fraichement débarqué dans le groupé reformé qu'ils étaient avait été passablement ébranlé par la semonce que l'un des leaders lui avait passé pour quelques clous tordus. Bien que l'affaire se fut tassée pour tous, il semblait que l'évènement ait déclenché quelque chose chez le garçon. Ou alors était-ce ce rôdeur qu'il avait raté avec sa fronde et dont la pierre avait manqué fracassé le crâne de Lïnko ? Un catalyseur, à un moment ou à un autre. La goutte d'eau. Il avait déployé beaucoup d'efforts pour s'intégrer. Peut-être un peu trop. Il avait craqué. Ils l'avaient tous enduré à un moment ou à un autre. Alex elle-même n'avait pas oublié la dépression à laquelle elle avait dû faire face débarquée dans le cimetière qu'était devenu Détroit, quelques temps après le début de l'épidémie et où elle avait compris que son frère qu'elle était partie retrouver devait être l'un de ces cadavres ambulants. Si elle n'était pas tombée sur Pépé, il y avait fort à parier qu'elle se serait laissée mourir de faim ou de désespoir dans cette cave sombre.

Alors oui, Jonah fuyait. Il fuyait l'apocalypse, désertait sa consciente, allait s'abîmer dans les environs hostiles, galopant vers un paradis qui n'existait pas mais qu'il comptait bien trouver à n'importe quel prix. Sa Terre Verte à lui. Un mirage qui valait toujours mieux que la dure réalité qu'ils affrontaient chaque jour.

Sauf qu'Alex n'avait aucune intention de le laisser faire.

Rassemblant ses armes, ainsi que ses maigres possessions, la brune avait aussitôt décidé de lui emboiter le pas. Ils ne pouvaient pas être parti depuis plus de huit heures, au regard du temps écoulé entre celui où elle s'était endormie et celui où elle s'était levée. Elle avait pris l'habitude de venir le réveiller chaque matin. A défaut du petit déjeuner au lit, elle lui apportait un grand sourire maternel. Maternel, oui, qui l'eut cru ? Le garçon n'était pas simplement un pauvre hère récupéré sur la route qu'elle avait pris en pitié, il éveillait définitivement quelque chose en elle, perdu depuis très longtemps - pour peu qu'elle ait existé jusqu'ici. Cependant, contrairement à lui, elle avait prévenu de son excursion. Autant dire qu'elle n'avait pas récolté d'approbations mais on ne l'avait pas retenu non plus. Cela aurait été aussi vain que cruel. Un gamin de vingt ans perdu dans la nature, probablement sous le coup de très fortes émotions et que l'on abandonnait à son sort, ce n'était pas dans l'esprit collectif. De plus, Alex savait parfaitement prendre soin d'elle-même.

Eulalie serait de meilleure compagnie pour son berger allemand, aussi s'était-elle contentée de son paquetage lorsqu'elle avait franchi la palissade. Il était rare qu'elle parte sans lui ; le fait qu'elle le laisse en arrière résonnait comme une promesse de retour. Car elle comptait bien revenir. Avec Jonah. Les heures s'égrainaient et elle marchait dans une direction bien précise. Elle tentait un coup de poker en prenant ce chemin, celui qu'ils avaient emprunté alors qu'elle le ramenait au camp. Elle comptait sur la bonne vieille psychologie de base : quand vous vous sentiez au plus mal, le plus simple était de retourner vers l'endroit où vous aviez vos meilleurs souvenirs. Jonah lui avait confié avoir grandi à une centaine de kilomètres de Détroit avant que ses parents ne déménagent pour le centre ville. Elle tenterait sa maison d'enfance dont il avait gravé l'adresse au dos d'une photo qu'il lui avait montré. Il disait que ces quelques chiffres et nom de route couchés sur le papier étaient tout ce qu'il lui restait du monde qu'il avait connu et qu'il ne voulait pas surtout pas que le temps les lui prenne. Cette remarque avait laissé Alex songeuse mais aujourd'hui, elle se félicitait de l'avoir si bien retenu. Pourvu que le sort lui soit favorable.

Un mort-vivant s'était pris le pied dans ce qui ressemblait à un piège à ours. Elle l'ignora, continuant sa route avec obstination, ce qui ne l'empêcha pas de prendre garde à l'endroit où elle mettait les siens. Le moment n'aurait pas été très bien choisi pour perdre une jambe. Tant et si bien qu'elle ne remarqua que trop tard la corde tendue à hauteur de buste entre deux arbres. Le fil eut beau craquer sur son passage, il n'empêcha pas le piège initial de se déclencher. Avant qu'elle ait pu esquisser un saut en arrière suffisant, le filet lui tomba droit sur la tête. La saloperie était non seulement lourde, mais aussi imposante. La jeune femme s'écrasa sur les genoux, complètement empêtrée dans la résille. Elle se débattit jusqu'à se retrouver sur le dos, juste à temps pour qu'un cadavre ambulant lui tombe sur le poil. Incapable de dégainer son couteau, elle ne put compter que sur son fusil pour se défendre. Elle lui enfonça maladroitement le canon dans l'oeil. Malheureusement, elle n'atteignit pas le cerveau, aussi les dents continuèrent à claquer dangereusement vers sa figure. Elle tira. Le coup se répercuta en écho dans la forêt. Ou comment rameuter toutes les bestioles environnantes. " Merde, merde, merde ... " jura-t-elle tout en essayant de se relever, alourdie désormais par le filet, mais aussi par le cadavre dégoulinant de sang et de pus. Déjà, le frottement caractéristique de pas glissant sur le sol terreux se rapprochait. Il fallait qu'elle se débarrasse de ses poids morts et vite ! Sinon, elle allait y passer aussi sûrement que ses nouveaux copains rêvaient de lui déchiqueter les entrailles.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 111
Points : 660
Date d'inscription : 22/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Mer 18 Jan 2017 - 12:38

Forgive us, because we have sinned
tom et alex
Les jours ne changeaient pas, c'était peut-être ce qui agaçait réellement le barbu. Chaque jour se ressemblait ; tous les jours, c'était la même galère. Il fallait trouver de quoi se nourrir, de quoi boire, il fallait trouver de l'essence. Ce dernier point pouvait être facile sur l'autoroute ; des tonnes de voitures abandonnées, des réservoirs abandonnés. Certains à sec, d'autres plein.

Ce jour-là, le gamin qu'il avait dans sa caravane dormait. De ce qu'il avait cru comprendre, c'était rare qu'il fasse des nuits entières mais sa présence devait le rassurer, Thomas savait prendre les devants, il le faisait d'ailleurs tout le temps, il n'avait pas besoin qu'on lui dise quoi faire, et il n'attendait pas qu'on le fasse pour lui. Ce gamin avait visiblement besoin d'une figure forte à laquelle se raccrocher et Thomas, lui, avait besoin de compagnie s'il ne voulait pas finir fou, alors il estimait avoir fait sa bonne action en emmenant ce gamin avec lui - et puis, franchement ? Vous auriez laissés un gamin seul avec ce qu'il se passe dehors ? Il pouvait avoir une morale douteuse, mais il avait ses limites tout de même. Et puis ce gamin était sympa, Thomas pouvait lui filer ses bouquins - bien qu'il ne s'agissait là que de choses basiques, la bible, le nouveau testament, ces conneries religieuses que sa mère lui avait servi tout au long de sa vie et qui, ironiquement, maintenant, occupait ses soirées.

Il avait pris son chien avec lui ce jour-là, il avait laissé le gamin dormir dans la caravane. Au pire, il prétendrait qu'il était parti pisser, pas de quoi faire un drame. La réalité étant plutôt qu'il avait envie de se dégourdir les jambes et chercher de quoi manger, des fruits dans un arbre ou n'importe quoi, sinon qu'il ne chassait pas d'animaux. Des fruits secs, des conserves, des noix, n'importe quoi. Son chien n'était pas confiant ce jour-là, il n'aurait pas su dire pourquoi. C'était un chien sorti de la rue, il avait vu des choses terribles lui aussi, alors ses réactions étaient parfois étranges et il avait estimé qu'il ne fallait pas se formaliser des réactions du chien.

Il avait surtout la tête dans le gaz, c'était peu de le dire, il n'était pas tout à fait réveillé et ne prenait même pas garde à ces choses répugnantes qui passaient à quelque mètres de lui, le regardant. Il avait estimé, depuis tout ce temps, que de toute façon, il serait toujours plus rapides qu'elles alors pourquoi courir ? Il s'étirait. Fût un temps où, tous les mercredis matin, il se levait pour faire un petit jogging, juste histoire d'avoir bonne conscience sur ses autres excès. Il s'étirait le dos, les jambes, les bras. Pas l'intention de courir toute fois, juste s'étirer en plein air. Le froid revenait déjà.

En avançant, il pouvait remarquer un affût de ces saloperies. Et ce qu'il entendait était surtout un coup de feu. Il hésitait ; quelqu'un qui avait encore des armes comme  il venait d'entendre n'avait peut-être pas tant besoin d'aide, c'était quand même rare de trouver des armes à feu et d'avoir encore des munitions, les rares qu'il avait croisé n'en avait pas et il avait laissé au gamin ce qu'il possédait et encore, ce gamin ne semblait pas vraiment à même de tirer sur tout ce qui bougeait ou nettoyer son arme, il pensait presque que son arme était enraillée depuis le temps. Mais là, c'était net. Il hésitait quelque instants, toutes les saloperies allaient vers cette direction, il en évitait soigneusement. Son chien grognait, il soupirait.

" Tu crois qu'on devrait y'aller Oz' ? "

Il grognait encore et pour toute réponse, son maître levait les yeux au ciel.

" J'ai jamais trop eu le complexe du héros tu sais. Je crois pas que ce soit pour nous. "

Il aboyait.

" Ok, ok. "

Il soupirait et prenait son arbalète, la chargeant. Ce serait toujours plus discret qu'une arme à feu. Pas difficile de se rendre à l'endroit où il avait entendu le coup de feu, il suffisait de suivre les cadavres ambulants.

Arrivé, il voyait une personne se débattre sans vraiment la voir, se doutant juste que se débattre ainsi cela ne devait pas être un cadavre. Il montait sur la voiture la plus proche, ou du moins, la carcasse de la voiture. Il comptait les cadavres, les regardait s'approcher. Ouais, ça pourrait peut-être le faire. Il prenait presque son temps pour viser le plus proche de la personne. Au pire, le cadavre doublement mort lui tomberait dessus et empêcherait les autres de l'atteindre, encore pire, l'odeur se répandrait sur la personne mais au moins, cela limiterait les cadavres ambulants vers la personne. Alors il en visait une, l'atteignait et regardait le corps tomber lamentablement en avant. Il chargeait à nouveau, tirait à nouveau après une minute à essayer de viser. Le cadavre en devenait réellement un. Mais il fallait croire qu'une arbalète ça n'était pas si discret que ça puisqu'un cadavre se tournait presque dans sa direction, il semblait chercher d'où venait ce bruit incongru. Ozzy était monté dans la voiture, comme si ça pourrait le sauver. Thomas ne fit pas un bruit, restant à essayer de viser ceux qui restaient. Eh, la personne ne pouvait pas faire un effort, franchement ? Ce n'était quand même pas à lui de tout faire ?!
Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.

_________________

Zombie Dance
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 115
Points : 271
Date d'inscription : 28/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Dim 26 Mar 2017 - 0:49

Forgive us because we have sinned.
Thomas & Alex

L'impuissance. Voilà un sentiment qu'Alex Collins haïssait par-dessus bien d'autres. Tandis que son coeur s'emballait et que son esprit dévalait à mille à l'heure, cherchant une échappatoire au piège dans lequel elle s'était embourbée, elle sentait son sang bouillir dans ses veines. Elles, toujours bien vivantes. Et qui comptaient le rester. Elle ne devait pas cette éternité de survie à une quelconque couardise, on n'allait pas se mentir. Si elle respirait encore, c'était parce qu'elle s'était battue à cette fin, parfois aux détriments d'âmes bien plus scintillantes et pures que la sienne. Elle n'avait pas hésité à tromper, à duper et évidemment, à tuer. La morale était chez la jeune femme une notion aussi ambivalente qu'incertaine. Alors se retrouver dans cette posture, à la merci des rôdeurs qui s'amassaient dans son giron, n'attendant qu'une faille pour se jeter sur sa chair ... Intolérable.

Elle se débattit encore plus férocement. Première étape : retirer son fusil du crâne défoncé qui l'étouffait. Ses talons s'enfonçant dans la terre dure, elle prit appui sur le sol et poussa. Des grognements d'effort s'échappaient de ses lèvres crispées par la volonté qu'elle mettait dans ses envies de libération immédiate. Dans un bruit écoeurant, l'arme finit par se dégager et quelques secondes plus tard, elle parvint à repousser le cadavre immobile qui lui comprimait la poitrine. Sa respiration enfin retrouvée, ne restait plus que sa liberté de mouvements, que le filet entravait toujours. Cette fois, elle put dégainer son couteau et entamer les cordes sans autre forme de procès. Toute à ces différentes tâches un poil ardues, il lui fallut un moment pour réaliser que les trainards n'avaient pas gelé sur place, mais que quelqu'un était venu à son secours. A quelques pas, un des sacs à pus gisait face contre terre, une flèche fichée en plein occiput. Par réflexe, elle leva le nez et aperçut encore un peu plus loin, une silhouette campée sur le toit d'une voiture, une arbalète entre les mains. Pas le temps de remercier son chevalier servant au visage rendu flou par le sang qui lui gênait la vue, cependant. D'autres crevards continuaient d'errer autour d'eux, avides de mordre un bout de peau. Arme à feu dans une main, couteau dans l'autre, elle s'empressa de créer une brèche dans leurs rangs moribonds.

La lame luisait du liquide vermeil qu'elle ne s'était pas privée de faire couler lorsqu'elle parvint enfin à proximité du seul autre véritable être humain aux environs. Elle acheva le dernier en enfonçant le métal dans le dernier crâne encore debout. La silhouette malhabile s'écroula devant elle, lui révélant enfin les traits de son sauveur. Des traits qui lui étaient familiers, sans qu'elle parvienne immédiatement à les remettre. " Merci. " prit-elle tout de même la peine de déclarer tandis qu'elle essuyait le gros des fluides grâce à la manche de sa veste. Elle ne devait guère ressembler à grand-chose, cependant, au moins, par ce geste, il pouvait enfin voir à qui il avait affaire. Une erreur tactique, sans doute, à la façon dont il pointa son arme vers elle. Aussitôt, elle leva les mains en l'air en signe de paix. " Du calme ! Je ne suis pas une menace ! Je ne m'en prends pas aux vivants ! " Pieux mensonge, au regard de sa position délicate. Pourquoi ne rengainait-il pas ? S'il voulait la détrousser, il aurait aussi bien pu laisser les rôdeurs faire le sale boulot à sa place. A tous les coups, ce type était complètement fondu du bocal et ne faisait plus la différence entre un crevard et bipède cérébré. C'était bien sa chance. Elle hésita à le prendre par surprise en levant son fusil prestement, avant qu'un détail ne la frappe. Ce regard. Elle le connaissait. Oh oui ! Elle le connaissait ! Cette fois, son palpitant rata un battement pour une toute autre raison. " Thomas ? Thom, c'est toi ? " Comment avait-elle pu rater ces prunelles ? Et ces boucles dans lesquelles elle aimait tant passer ses doigts ? Cette petite ride au coin de ses lèvres qu'elle avait tant embrassé ? Une décennie auparavant. Des siècles avant l'apocalypse. Après les cadavres venaient les fantômes d'une autre vie.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Forgive us because we have sinned ¤ Thomas
 Sujets similaires
-
» Calls on U.S., IMF to forgive debt
» Tim Thomas
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» Tim Thomas sur le marché des transaction !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Your Flesh :: Walking on the streets :: Grosse Pointe-
Sauter vers: