Des soldes zombifiant | PV : Roger Peetch & Isha Cornwell & Bruce Cameron

Survivor #001
avatar
Messages : 277
Points : 500
Date d'inscription : 19/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Mar 28 Fév 2017 - 14:39



Billie & Roger & Isha & Bruce


Parfois, il lui arrivait de penser en regardant le ciel que ce dernier se trouvait à feu et à sang. Ce rouge qui tapissait cette aube nouvelle ne pouvait que définir au mieux la vie que les derniers êtres humains menaient chaque jour durant. Les choses étaient loin d'être simple. Tout n'était que survie et une constante méfiante envers les autres. Les morts jonchés les routes qu'ils étaient de notre fait ou bien simplement parce que le chaos en avait décidé ainsi. Une véritable armée s'était levée pour tourmenter les vivants, sans doute pour leur rappeler que la vie peut surprendre ou bien est-ce un fait de l'homme et de ses recherches en biotechnologie ou encore en virologie. A force de vouloir prendre le rôle de Dieu ou de Satan, on finit par récolter les fruits d'un travail bien horrible. Mais, cela serait un peu trop s'avancer sur un sentier incertain et sinueux. Un véritable labyrinthe d'incompréhension. En général, c'est ainsi que débute les journées de la jeune fille. Entre séance d'étirement pour réveiller ses muscles endoloris par une nuit agitée entre repos et sursaut, mais également par une panoplie d'interrogations qui à ce jour n'ont trouvé aucune réponse satisfaisante. Observant le monde depuis son toit, seul endroit véritablement tranquille, Billie vérifie que sa moto se trouve toujours bien garé devant le bâtiment où elle avait élu domicile. Rassurée, elle regarde ensuite dans son sac afin de constater l'état de son inventaire. Plus rien à manger, le dernier morceau de viande séché a été pris hier et maintenant il lui fallait soit, s'aventurer dans une des épiceries du coin dans l'espoir que les pillards aient au moins laissé une partie ou bien devrait-elle chasser ou encore trouver des insectes peu ragoûtant à se mettre sous la dent. Quand on est en mode survie, on ne peut vraiment pas se donner le luxe de jouer les fines bouches.

Dans un soupire, son regard se pose à l'opposé d'où est garé sa beauté pour voir quelques rôdeurs traîner dans une danse éternelle, lente et dont le chant ne fait qu'à présent bercer les nuits de bien des survivants. Il y a de quoi devenir fou en toute honnêteté. Combien de fois n'a-t-elle pas opté pour rester éveillé pour sa propre survie que de préférer dormir tranquillement. Combien n'avait-elle pas banni de son habitude un bon feu de camp pour ne pas attirer l'attention autant des vivants que des morts en recherche de chair fraîche à se mettre sous la dent.

Mais bon, ce n'est pas en pensant philosophie ou encore à chercher un moyen de comprendre pourquoi le monde tourne ainsi que la jeune femme finira par se remplir l'estomac. La faim la gagnait et il lui fallait quelque chose. Absolument. Par moment, le sommeil se trouvait des plus horribles à lui faire voir un bon morceau de viande sortant fraîchement du barbecue avec des pommes de terres en rissolés et sauce barbecue à la clé. Se réveiller en baillant et le ventre grognant, ce n'est pas ce qu'il y a de meilleur pour espérer une bonne humeur de la part de Billie. Loin de là, elle se retrouve aussi hargneuse qu'une hyène qui n'a rien dévoré depuis des jours.

S'échappant de son toit après avoir mis son peu d'affaire dans le coffre de sa moto, elle s'en va à la recherche d'une épicerie armée de son arbalète. Vivre tel un animal, ne fait qu'accentué vos sens et votre instinct de tueur qui jusqu'alors sommeillait dans vos chairs n'attendant qu'une chose pour exploser. Billie n'a jamais été pour trouver une raison à nos actes. Qu'ils soient faits sous telles émotions ou bien pas simple vengeance, il n'en reste pas moins que nous restons maîtres de nos faits et gestes et Billie ne dira jamais pourquoi elle a fait quelque chose. Elle le fait que cela plaise ou non vivant avec et passant à autre chose. Aujourd'hui, il n'y a plus vraiment d'occasion de trop se poser de questions, c'est une perte de temps considérables comme votre esprit ne doit rester en alerte que pour une seule et unique chose la survie.

Évoluant dans la ruelle d'à côté où un jour plus tôt, Billie avait aperçu une épicerie. Elle espérait que celle-ci puisse encore fournir quelque chose, même si c'est moindre. Soudainement, elle se plaqua contre un mur en voyant de rôdeurs errer dans le coin.

« Et merde... » Jura-t-elle entre ses dents tandis qu'elle réfléchissait déjà à une nouvelle option pour rejoindre l'endroit. Les deux zombies pouvaient être seules ou bien s'en cachaient-ils d'autre quelque part, ce qui ne serait pas très surprenant. La demoiselle préférait jouait sur la discrétion que de débouler tel un sanglier en colère.

« Option. Me faut une putain d'autre option. » Fit-elle en regardant partout jusqu'à voir l'échelle de secours qui lui permettrait très certainement d'atteindre le toit sans se faire remarquer.

Enfin, vous ne connaissez sans doute pas la chance légendaire de la jeune femme. Elle pense que tout ira bien, mais c'est toujours l'effet contraire et malgré cela, Billie marche encore auprès des vivants et à s'emmerder parfois parmi eux.

Hop. Elle s'accroche au bas de l'échelle qui semble vouloir rester coincer. La rouille la bouffé à tel point qu'il était difficile de la descendre. Ce n'était pas une difficulté en soit puisque cela aurait fait trop de bruit.

« Ça va tenir. » Parle pas trop vite non plus. Voilà que l'échelle se délient comme la langue un peu trop pendu d'une balance faisant tomber la jeune femme sur le sol. « Bordel de merde. » Ouvrant grand les yeux, elle évite de justesse de se faire empaler par la garce.

Elle n'a le temps de rien. Même pas de reprendre ses esprits que le chant des morts vient déjà frôler son oreille comme une musique funeste qui annoncerait sa mort prochaine. Un peu sonné, elle se relève titubant un moment. A croire qu'on se demandait qui s'était pris une biture, les zombies ou bien elle. Ils marchaient quasiment de la même manière. D'ailleurs, à leur sujet, elle ne s'était pas trompée que les deux se faisaient déjà accompagner par trois... Non quatre. Oh fat chier pas le temps de compter que déjà elle prenait les jambes à son cou. Elle n'aurait pas assez de flèches pour les tuer tous. Courant à vive à allure évitant judicieusement plus ou moins...

« Viens pas par-là, c'est les soldes. » Fit-elle en passant à côté d'un homme. Et comme sa chance n'est pas impeccable à cent pour cent. Elle se prend le pied sur quelque chose. Une belle roulade. La miss venait de tomber comme une pauvre petite merde au sol. « Putain ! » Elle se relève. « T'occupe pas de moi, cours et sauve tes fesses ! » Réagit-elle alors qu'elle reprenait sa course. « Billie Drake enchanté... » Continua-t-elle alors qu'elle courrait pour sauver sa peau. Dans le domaine du possible. « Y a un coin calme pas loin, je t'invite. »

Billie espérait rejoindre l'immeuble où elle avait élu domicile la nuit pour échapper aux zombies. Sur le toit, généralement, c'était sécurisant. Jusqu'à preuve du contraire, un rôdeur ne savait pas faire de l'escalade.

© TITANIA

_________________
Afterlife
Uh ... I think we have a problem the dead get up. Is there not a concern in the life cycle? Fucking instead of amphetamines, he could not do better job, the bearded hippie from the top of his throne.

Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Invité
InformationsContact
Invité
Mer 1 Mar 2017 - 19:23

Comment avait-il pu en arriver là ? Il se demandait parfois ce qui l'avait conduit dans cette ville. Le quinquagénaire marchait seul dans les rues de Détroit, découvrant la ville comme pour la première fois. Pourtant il y était depuis un sacré bout de temps, lui-même ne saurait vous dire la durée de son séjour ici. Une seule chose demeurait certaine, il voulait s'en aller, ne pas rester ici pour le restant des jours auxquels ils pouvaient aspirer, s'il continuait de survivre comme il l'avait fait jusque là. Son sac commençait à peser léger et ce depuis quelques jours. Pourtant papy se rationnait autant que faire se peu, mais ça ne semblait pas suffire.

Le coin se trouvait assez dénué de pourris, et ça, ça arrangeait un peu le moral de Roger. Ses sens toujours sollicités, il marchait néanmoins de façon décontractée, comme s'il n'avait aucun soucis. Ça faisait longtemps. La dernière fois, il s'en souvient, il s'était retrouvé à fumer un bédo avec un autre survivant. En temps normal il aurait refusé, mais là, bon... Les temps normaux avaient laissé place à d'autres, qui bientôt deviendraient eux aussi normaux. Le trip le rendit vraiment joyeux au début et terriblement anxieux à la fin, limite paranoïaque. Une sacrée soirée! L'histoire s'était plutôt mal terminée. Enfin pas pour Roger. L'autre survivant avait trébuché dans un escalier et s'était réceptionné, le nez en avant, sur l'arête d'une marche. Le nez cassé, l'os remonta dans le cerveau. Il fut tué sur le coup. Roger ne savait pas pourquoi, mais un fou rire l'envahit sur le moment, presque incontrôlable. C'était horriblement comique...

Le jour se levait lentement sur ces rues quasi désertes. Le soleil tentait le ciel de rouge et apportait l'espoir d'une journée ensoleillée  quoi que rafraîchissante. Il approchait d'une épicerie, il pourrait enfin se mettre quelque chose sous la dent, peu importait le passage de précédents visiteurs, il savait qu'il allait trouver un truc, n'importe quoi du moment que ça se mange. Un petit nombre rôdeurs attirait son attention. Ils se trouvaient à proximité de l'entrée mais ne semblait ni si diriger, ni en sortir. Ils avaient plus l'air d'être en train de errer sans fin, comme à leur habitude. Un bruit strident, métallique se fit entendre dans la ruelle qui jouxtait l'épicerie. Se disant que ça distrairait les pourris qui commençaient à être assez nombreux, il se déporta vers l'entrée du magasin. C'était sans compter  sur le fait qu'une femme déboula de la dite ruelle.

Putain... !

Elle lui indiquait la direction des soldes, chose qu'il ne compris pas tout de suite. Elle tombait lamentablement au sol. Comme tout bon gentleman ,Roger s'empressa de l'aider, mais elle le coupa, lui disant de courir, chose qu'il se mit rapidement à faire.

Mais c'est quoi cette merde ?!

Billie ? Hein ? Roger ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait. Faut dire qu'il n'avait fallu que de quelques secondes pour que tout bascule. La transition aussi rapide fut elle, elle n'en restait pas moins tout aussi violente. Il courait toujours derrière la femme. Il se rinçait l’œil allègrement, se disant que si il mourait, il pourrait le faire tranquillement. Elle l'invitait dans son coin apparemment. Si c'était sûr, pourquoi ne pas la suivre.

J'espère que c'est pas un traquenard hein !

Il sorti son Skamasax de combat et fit jouer sa lame avec les quelques zombis qu'il rencontrait. C'était déjà ça en moins. La distance commençait à s'allonger entre les deux coureurs et la petite horde naissante, mais ils ne ralentirent pas l'allure pour autant. Roger s'arrêta brutalement, à bout de souffle et trempé de sueur.

Pause! Pause pause pause!! J'pense qu'ils sont suffisamment loin maintenant, on peut s'arrêter.

Reprenant son souffle, il leva les yeux vers la... Ravissante... Jeune femme.  Rien de ce qu'il avait prévu de dire ne sortit de sa bouche. Elle n'était même pas essoufflée...

C'est où ton coin ?
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 1491
Points : 735
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Mar 21 Mar 2017 - 16:57

Et voilà, pas besoin de calendrier pour savoir que le mois de décembre arrivait. Bon ok, il y avait le froid, mais, même sans l’invasion de jouer dans les magasins et de chansons ringardes, Robin était consumé par la même mauvaise humeur qu’Isha.

Déjà les fouilles de cette froide journée n’avaient pas été fructueuses avec justes des clous mais en prime suicidaire avait décidé de se foutre de sa gueule. Alors ce n'était pas sur que la journée n'allait être mauvaise que pour Robin qui était sorti de General Motors pour mettre les points sur les "i" avec le fautif.

Pas de bol pour lui, Robin était vraiment très très très énervé. Non seulement il lui avait refourgué de la merde, mais en plus il avait préféré fuir dès qu’il avait vu le biker arriver, obligeant le jeune homme à se livrer à une course poursuite dont il se serait bien passée avec sa cote.

Il avait laissé ses deux sbires en plan pour garder les motos et prouver a ce connard de dealer de merde que le Spiderman de détroit c’était pas un p’tit con encore plus cramé que lui. Courir de toits en toits n’était pas une sinécure mais c’était son ancien territoire, il y avait encore pas mal de « petites warp zone » qu’il avait laissées et qui étaient toujours là.  

Il allait le rattraper quand il entendit des bruits venant des ruelles en dessous. Il sourit en se disant que des abrutis allaient se faire croquer le cul.

*Interviens… tu peux facilement aider d’en haut. C’est certainement des pauvres gens qui ont besoin de secoure !!*

Robin fit taire Isha d’un geste rageur. Il devenait pesant ces derniers temps. Et puis, il avait une gueule d’altruiste  ou de St Bernard? Sans parler que le dealer, se la jouait Yamakazi, ce qui lui donnait du fils a retordre.

Ça avait vraiment l’air le bordel en bas. Qui que ce soit, il ou elle allait crever car de ce qu’il apercevait en loin, il allait être pris en tenaille en continuant dans cette direction.

*FAIS QUELQUE CHOSE !!!*

Robin hésita.

*On s’en fout du gamin, va aider ceux d’en bas. *

Non, il ne s’en foutait pas, on ne lui faisait pas à l’envers sans conséquence. Il sorti son arc et logea calmement et sournoisement une flèche au travers de mollet du fuyard qui s’écroula sur son toit en gémissant de douleur.  Comme ça il n’irait pas bien loin.

Il se pencha pour regarder en bas et fronça les sourcils en voyant deux silhouettes courir avec des moisis au cul sans savoir qu’elles allaient se faire prendre à revers.

L’une d’elle était vraiment familière. On aurait dit Billie, avec plus de nichons, son garçon manqué de cousine qui aimait bien tabasser ses frères quand ils lui en faisaient voir de toutes les couleurs.

Il grogna. La probabilité que cela soit Billie était quasiment nulle… mais… au nom de cette ressemblance il allait consentir à céder à Isha et aider le papy et la bonasse qui allait finir en apéro zombies. Ou en Brunch… il avait un doute sur l’heure depuis qu’il avait offert sa montre à la sauvageonne.

Il sauta souplement sur le toit d’à côté pour devancer l’étrange duo au sol. La cocaïne avait cet effet magique de faire oublier la douleur. Alors si on la combinait avec de l’adrénaline…

Il arriva à une rambarde qui lui parut assez solide et attacha avec dextérité et rapidité la corde. Voleur un jour…

Il balança l'extrémité de la corde dans la rue en guettant les survivants. le vieux avait l'air a bout de souffle. Ce n'était pas le moment de faire une pause!!! Il eut une pointe d’angoisse quand il distingua mieux la femme. On aurait vraiment cru sa cousine. Quand ils arrivèrent à porté de voix il leur gueula :

« Par la si vous voulez vivre, y’a un troupeau qui arrive dans l’autre sens !!! La corde!!!Bougez vous le cul!»


Il n'y avait plus qu'à espérer qu’ils savaient grimper à la corde. Robin resta à regarder les sprinteurs, enfin… surtout la sprinteuse… merde on aurait vraiment dit elle en pas pareil... Mais non.... c'était impossible… Billie était plate comme une planche à pain… ça ne pouvait pas être elle…

_________________
A déposer son cœur et son âme au pied d'une magnifique Louve.
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 277
Points : 500
Date d'inscription : 19/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Sam 25 Mar 2017 - 19:09



Billie & Roger & Isha & Bruce


La journée n'est-elle pas sublime ? Le soleil brillait fort malgré les températures plutôt basses. Le calme régnait tout autour d'eux, on pourrait presque entendre une douce mélodique quasi familière au loin. Non mais vous rêvez ! Le soleil brille peut-être, mais c'est pas les rayons qui réchauffent, c'est plutôt les efforts de la course pour échapper à la faim insatiable de ces choses moisies sur pattes qui leur courent après émettant ce son qui est devenu l'annonce de mille souffrances. Et honnêtement, Billie ne voulait pas finir en article de jour pour ces trucs sanglants dont la hargne semblait s'intensifier à chacun de leurs pas. Heureusement, qu'ils étaient assez lent permettant à Billie et l'homme de mettre un peu plus de distance entre eux, ceci dit, la jeune femme savait pertinemment qu'ils n'étaient pas sorti d'affaire pour autant. On ne sait jamais ce qui peut y avoir au détour d'une ruelle qui vous parez de prime abord sécurisante, mais qui ne l'est pas pour autant. Il suffit d'un manque d'inattention pour signer son arrêt de mort et prudente comme peut l'être Bille, elle préférait prendre les devants par rapport à l'inconnu pour ouvrir la course et ainsi examiner rapidement l'endroit le mieux adapté et le moins dangereux à emprunter.

J'espère que c'est pas un traquenard hein !

Soupirant fortement malgré le fait qu'elle soit déjà bien essoufflée, la jeune femme lance un regard blasé à l'homme qui tentait tant bien que mal à la suivre. « Oh bien sûr, mon truc à moi c'est de me faire courser par des zombies pour piéger un survivant. » Fit-elle avec ironie, même si cette dernière pouvait paraître plutôt abrupte et sèche.

Pause! Pause pause pause!! J'pense qu'ils sont suffisamment loin maintenant, on peut s'arrêter.

Billie s'arrêta retournant vers l'homme qui semblait bien épuisé, ce que la jeune femme pouvait concevoir après une telle course folle, mais même si elle-même était épuisée, le luxe de la pause ne leur était pas permis. « On doit continuer ! »

C'est où ton coin ?

« Un peu plus au sud, on y est presque, alors courage. »

Au loin, on pouvait entendre leur chant se rapprocher, mais le problème, c'est que l'écho s'en retrouvait tellement intensifié que l'on ignorait d'où il provenait exactement. Dans un espace pareil, Billie et cet homme pouvait être prit dans un filet et la mort pouvait très certainement sonner pour eux d'une minute à l'autre. Surtout dans la ruelle où leur course avait décidé de s'arrêter pour un petit moment. Lentement, elle se redresse croyant avoir entendu un bruit, mais ce n'était que ses tympans qui frappaient fort et encore ce mot était tellement faible. Elle avait l'impression que sa tête allait exploser. Bien que moins essoufflée que son interlocuteur, Billie n'en reste pas moins épuisé autant par sa chute que par ce qui s'en est suivi, mais elle devait faire avec, oublier et continuer même si pour cela, elle devait pousser encore plus loin ses limites.

« Ils arrivent, on doit se dépêcher. »

« Par la si vous voulez vivre, y'a un troupeau qui arrive dans l'autre sens !!! La corde!!!Bougez vous le cul!»

Billie fit une corde apparaître à quelques centimètres d'elle et la voix hurlante plus haut ne leur annonçait vraiment rien de bon. Le temps leur était compté et comme c'était de sa faute, Billi se tourna vers l'homme.

« Allez-y montez... Je m'occupe de vos arrières. »

Chacun pour soit et Dieu pour tous. C'était un credo que les hommes s'étaient habitués à respecter, mais là, l fallait avouer que certaine chose se devait d'être passé à la trappe. Voir différemment, agir autrement aussi. Laissant l'homme grimper, Billie se dirigea vers un coin pour y ramasser une barre en fer, elle ne voulait pas gâcher des carreaux de son arbalète pour rien. De toute manière, c'est un acte inutile qui lui aurait fait plus perdre des flèches qu'autre chose. A son tour, elle grimpa le long de la corde juste à temps, encore un peu plus et elle devenait un repas de choix pour ces derniers.

Atteignant le sommet, elle s'agenouilla pouvant à présent se permettre de reprendre son souffle, chose dont elle se sentait incapable jusqu'à présent.

« Sympa... Merci. » Elle se redressa, mais se stoppa net quand elle vit le visage qui se trouvait devant elle. « Isha... » Elle avait dû mal à y croire et pensait délirer sur l'instant. « C'est... Vraiment toi ? »

© TITANIA

_________________
Afterlife
Uh ... I think we have a problem the dead get up. Is there not a concern in the life cycle? Fucking instead of amphetamines, he could not do better job, the bearded hippie from the top of his throne.

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Des soldes zombifiant | PV : Roger Peetch & Isha Cornwell & Bruce Cameron
 Sujets similaires
-
» ROGER TAYLOR
» ROGER DEAN
» A little talk pv Isha
» Isha [en MàJ]
» Rendez-moi mon armée!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Your Flesh :: Walking on the streets :: Détroit-
Sauter vers: