- Jamais bon chien n'aboie à faux feat Lucas



InformationsContact
avatar
Messages : 549
Points : 312
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Mar - 20:45

Il faisait beaucoup trop froid pour Avalohn. Elle avait été pourtant habituée aux nuits gelées de New-York, sous les abris bus, derrière des poubelles, dans un squat, totalement défoncée et pour seule protection contre une hypothermie, son blouson des Los Lobos humide et trempée par la neige. Elle avait survécu à plusieurs infections pulmonaires, des bronchites à n’en plus finir, des rhumes, des grippes… Et elle était toujours vivante, rien que ce jour le prouvait une énième fois.

Au final, même si sa jeunesse avait été un foutoir et un merdier sans dessus-dessous, elle avait eut une chance particulière de ne jamais mourir dans le caniveau. Son système immunitaire était rôdé et elle ne craignait plus les coups de froids. Pourtant, elle savait bien que Mère Nature pouvait prévoir une nouvelle forme de maladie bien plus virulente qui anéantirait cette fois ci la totalité de l’humanité.

Elle marchait très certainement dans le dernier bastion, le dernier berceau de l’homme. Ils ne devaient plus qu’être quelques milliers à fouler le sol. Il y a un an pourtant, on la bassinait sur le réchauffement climatique, qu’elle devait se pencher sur l’adoption plutôt que de mettre au monde un autre petit être, qu’elle devait faire attention à manger bio, à ne pas utiliser trop d’eau sous la douche, à faire le tri dans ses déchets… Et aujourd’hui?

Aujourd’hui la vie était une guerre pour chaque seconde. La Bronxarde en apprenait chaque jour sur l’horreur du monde. Et elle était surement une des bêtes les plus cruelles qui vivaient encore.

Sur ces pensées noires, elle soupira un grand coup, une buée sortant de sa bouche. Elle détacha la laisse du cou de son chien, après avoir jeter quelques coups d’oeil sur les environs. Lobos était devenu obéissant au fil des mois, et les corrections qu’elle lui avait collé faisaient leurs effets. Il allait avoir bientôt un an, et elle était fière de ce qu’il était devenu. Ça ne l’avait pas amusé de le punir en le frappant pour qu’il comprenne plus vite, pour qu’il apprenne, pour qu’il assimile.

C’était la vie, le temps était compté et elle n’avait plus la patience d’attendre que les efforts viennent de lui. Il ne la craignait pas, mais savait qu’au moindre faux pas il allait prendre une sacré correction. Il leva ses yeux bleus vers elle.

- Juste une fois, ok? Après tu files te chercher un truc à te mettre sous la dent.

Elle lui sourit quelques longues secondes en l’admirant, sa taille adulte enfin atteinte. Il était grand, musclé, ses dents bien alignées et sa mâchoire forte. Elle en était fière de son bébé. Réellement fière.

Elle pencha la tête en arrière, écartant les bras, avant de prendre une grande inspiration. Elle hurla comme un loup, comme elle savait si bien le faire. Son cri de ralliement, qui signifiait tant de chose dans son gang dans sa folle jeunesse.

Lobos se joignait à elle avec puissance, dans un hurlement long et presque doux. Avalohn ferma ses poings en poussant ses cordes vocales pour se faire entendre, concourant avec son chien pour savoir qui allait crier le plus longtemps.

À qui veut l’entendre, à qui veut le comprendre, dans ce cri s’invita un autre aboiement. Lobos se tût, avant de tendre l’oreille. La scène se passa beaucoup trop et Avalohn n’eut pas le temps de réagir assez vite, d’attraper le collier du chien entre ses doigts.

Sportif et téméraire, le chien partit en direction de la réponse à toute allure, ses pattes foulant le sol, une tatouée vociférant des insultes et des menaces derrière lui. Elle avait peur pour lui. Car à part, elle, qui la défendrait si il tombait sur une horde ou même un monstre assoiffé? Elle ne pouvait pas le perdre lui aussi. Ça serait trop. Beaucoup trop par ces temps qui courent…

_________________
I give you my soul
Par toi je change l'or en fer, Et le paradis en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 34
Points : 928
Date d'inscription : 18/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Lucas Correia
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 19 Mar - 22:47

Jamais bon chien n'aboie à faux
Avalohn & Lucas


« ... Mh. »

Snoop tourna vivement le regard en direction de ce bruit familier, ses oreilles tombantes se redressant aussi hautes qu’elles le pouvaient. Il attendait une suite, peut-être même un ordre, mais il n’y eu rien d’autre que le silence.

Lucas, plongé dans ses pensées et le regard vers l’horizon, mordillait l’intérieur de sa lèvre inférieure. Ses lunettes au bout de son nez, il pouvait observer par-dessus les verres teintés la faramineuse silhouette de ce bâtiment inconnu, perdu au milieu des arbres... et encore loin. Si loin.

Peut-être que la distance n’était pas aussi grande qu’il se l’imaginait, mais la tension dans ses muscles lui donnait l’impression d’avoir encore des kilomètres à parcourir. L’obscurité de la nuit glaciale n’aidait pas à combattre cette impression, mais elle accentuait diaboliquement bien la pression sur les épaules du survivant.

Plus alerte qu’une biche au milieu d’une réserve de chasse, il trouvait la force de marcher dans cette constante peur et l’irremplaçable présence de son compagnon de route. Furtif, actif, préparer à toute éventualité, n’était-ce pas le comportement qu’ils devraient tous avoir devant l’infestation de ces... morts.

Il ne pouvait pas être le seul encore vivant. Cette idée ne lui avait même pas effleuré l’esprit et c’est avec cette espérance qu’il se dirigeait vers ce bâtiment. Il pouvait y trouver au moins une personne, il en était sûr !

Réajustant la capuche de son sweat sur sa tête et son sac dans son dos, Lucas fit un ou deux mètres en plus, aussi silencieux que possible. Enfin... à vrai dire, il se demandait réellement si les rôdeurs en auraient quelque chose à faire de lui, vu dans quel état il était.

Par miracle, pas blessé, mais... ses vêtements n’étaient plus qu’un ramassis de ses épreuves passées. Un mélange de tâches qui pouvait être n’importe quoi. De la boue, de l’herbe, de l’eau guère ragoûtante, du sang, de la poussière, n’importe quoi vraiment.

Seulement, son aspect corporel n’était pas la chose la plus préoccupante. Boire l’eau de la rivière lui suffisait pour l’instant, malgré le profond dégoût de savoir ce qui pourrait se trouver dedans, en revanche du côté de la satiété... Ce n’était pas beau à voir. Comme chez beaucoup de monde, il présumait.

Il avait certainement perdu du poids aussi.

Mais trêve de bavardage, ce fut lors d’un pas de plus qu’un hurlement, suivi de près par un autre, l’arrêta soudainement dans son avancée. Comment ? Levant un sourcil de stupeur, les yeux un peu plus écarquillés, le garçon sentit son cœur bondir dans sa mince cage thoracique.

Des loups ? Non... Impossible, ils n’étaient pas dans un endroit sauvage. La preuve, il y avait des constructions par ici. Mais après tout, est-ce qu’il s’était attendu à croiser du jour au lendemain des cadavres ambulants dans la rue ? Non.

Un troisième s’éleva, mais celui-ci fut nettement plus près. Que- Quoi ? Ah, non ! D’un discret claquement de doigts, Lucas fit instantanément taire Snoop, le chien plaquant ses oreilles contre son crâne en réalisant qu’il avait possiblement fait une bêtise aux yeux de son ami. Hors, celui-ci ne fit rien d’autre que tendre l’oreille et fixer l’horizon dans toutes les directions possibles.

Aie, aie aie.

« Ksskss. »

Lucas reprit d’un mouvement vif sa marche, souhaitant s’éloigner de l’endroit au plus vite. Derrière lui, Snoop lui collait les talons, obéissant sans réfléchir à l’ordre de son maître.

Effectivement, ce faible claquement de doigt et ce ksskss, voulait dire beaucoup de choses. Tout dépendait de la situation, mais ici, cela voulait tout bonnement dire viens ici, ou encore au pied.

Il ne savait pas à quoi il avait répondu et peut-être qu’au fond il ne voulait pas le savoir... mais ça, ce n’était plus de son choix. Des bruits ne tardèrent à faire leur chemin jusqu’à ses oreilles, le faisant se stopper une nouvelle fois et faire volte-face dans la direction.

Ce qui venait vers eux... n’était rien d’autre qu’un chien. Un chien et une silhouette humanoïde. Un rôdeur ? Non, ça poussait des jurons bien distinctifs.
Gardant son chien derrière lui malgré tout, celui-ci dans une position stable et alerte, Lucas sentit son cœur battre à tout rompre. Il était à la fois content, surpris et stressé.

« Ha... ? » Il ne savait même pas par quoi commencer. Il redressa ses épaules et se mit à sourire de la façon la plus innocente possible, aimable bien que prit de court. « Wow. Un husky. »

Cela faisait une éternité qu’il n’en avait pas vue.

« Salut ! »

_________________

Everything is going to be okay
 

© Pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 549
Points : 312
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Mar - 21:29

- Lobos ! Putain Lobos revient ici espèce de…

Le chien n’écoutait pas. Absolument pas. Elle savait que son husky avait faim. Et il se mettrait n’importe quoi sur la dent. Lobos était devenu imprévisible ces temps-ci. Elle ne contrôlait plus la bête, autant la sienne que celle de ce clebs qui l’avait sauvé de sa folie.

Elle s’arrêta vivement, voyant une ombre bien trop humaine dans la pénombre.

« Wow. Un husky. Salut ! »

Avalohn leva ses mains doucement en les bougeant de haut en bas, pour calmer le jeu. Elle connaissait son chien. Jeune, robuste, devenu agressif et protecteur. Ses pattes commencèrent à se gonfler de rage, ses oreilles se plaquant sur l’arrière de son crâne, ses babines retroussées, un grognement bien sourd et rauque résonnant dans sa gorge. Ses canines longues et blanches luisaient sous le peau de lumière que la nuit offrait. Il était affamé.

- Euh… Écoute, je devrais dire à mon chien de te déchiqueter la tronche mais je pense que ça serait un poil cruel. Alors tu vas gentiment reculer pendant que je le chope, histoire qu’il décide pas de te mettre en charpie? Ok? Lobos? Tout doux mon beau, tout doux…

Elle ne distinguait pas bien la silhouette dans le noir. Elle était d’environ de sa taille et assez fluette, avec des guenilles. Elle était méfiante envers les inconnus, et cela bien avant l’Apocalypse. Elle s’avança doucement et surement vers son acolyte à quatre pattes, qui tourna brusquement sa tête vers sa maîtresse.

La lueur dans ses yeux, elle la connaissait bien. C’était celle de la rage, celle qu’on ne contrôle pas totalement. Avalohn prit son air dur et sauta sur l’animal, empoignant sa gueule à pleine main et son collier pour le faire reculer. Elle tomba en arrière, Lobos se débattant comme une furie. Elle serra les dents pour serrer sa prise sur lui.

- Désolée, il est plutôt… Sanguin. Mais comme on dit, tel maître, tel chien?

Au bout de quelques longues secondes et de deux-trois convulsions pour essayer de s’extirper de l’étreinte, il grogne une dernière fois avant de couiner et de remuer la queue en signe d’abandon. Elle caressa son poil avant de le lâcher doucement, le tenant toujours par le cuir autour de son cou.

- J’aurais du le laisser faire peut être… Au final on ne se connait pas. Mais vu ta taille… Je suis pas sûre à 100% que tu t’en sortirais devant un corps à corps. Alors le chien enragé, c’est Lobos. Il est gentil quand il connait les gens. Et moi c’est Skye… Et toi?

Avalohn plissa les yeux pour distinguer le visage de l’homme mais n’y trouva rien. Elle desserra ses doigts du collier du chien en lui ordonnant de s’assoir.

_________________
I give you my soul
Par toi je change l'or en fer, Et le paradis en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 34
Points : 928
Date d'inscription : 18/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Lucas Correia
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Lun 27 Mar - 20:14

Jamais bon chien n'aboie à faux
Avalohn & Lucas


Terrifié. C’était bien le mot qui désignait le mieux Lucas lorsqu’il regarda à deux fois le chien devant lui, grognant et bavant de rage.

C’était le premier chien en dehors de Snoop qu’il rencontrait et il avait oublié que comme leurs maîtres, s’ils en avaient bien sûr, tous n’étaient pas particulièrement enclins au pacifisme. Ses yeux, derrière ses lunettes rondes, venaient de s’écarquiller.

D’un claquement de doigt léger, il indiqua à son propre compagnon de rester à sa place. Un combat, et puis quoi encore ! Ils n’avaient pas besoin de ça, absolument pas. Seulement, il savait aussi qu’en tant que chien de garde, le cursinu s’était déjà mis en position, le poil redoublant d’épaisseur et la queue dressée.

Au contraire de l’husky devant lui, il ne faisait pas de bruits. Aucun grognement, d’expression particulière si ce n’était qu’il ne quittait pas de son regard perçant le danger. Et c’était justement ça qui provoquait lentement une crise de panique chez le garçon.

Un état qu’il essayait tant bien que mal d’étouffer.

Les paroles de son maître n’étaient pas là pour le rassurer. Au contraire. Néanmoins, il obéit sans se faire prier, reculant lentement et entraînement dans le mouvement son chien, qu’il voulait a tout prix éloigné.

Il ne pouvait pas leur tourner le dos et prendre ses jambes à son cou, ça serait trop dangereux. Alors il attendit. D’un œil à la fois attentif et apeuré, sans prononcer un seul mot ou faire un seul bruit, le survivant observa la scène qui se déroula sous ses yeux.

Sanguin, disait-elle. Se passant de tout commentaire, Lucas continua d’attendre, reculant encore d’un ou deux pas pour se mettre à une distance sécuritaire. Le laissait faire ? Décidément, elle savait quels mots choisir pour lui donner envie de déguerpir sans chercher plus.

Elle avait certainement un bon fond, comme toute personne encore saine sur cette terre, mais... parfois il était mieux de ne pas insister, au risque d’avoir des retours désastreux. Toutefois elle avait réussi à maîtriser son chien, un bon point pour lui.

« ... Lucas... C’est Lucas. »

Plus hésitant, on fait pas. Lobos et Skye, voilà des noms qui resteraient gravés dans sa mémoire. Ravalant sa salive et tâchant de se détendre un peu plus, tout comme Snoop avait quitté sa position de défense mais rester méfiant, le garçon redescendit lentement ses mains tout en les gardant proche de lui.

« ... Et Snoop. C’est mon chien. » dit-il finalement.

Est-ce qu’il devrait partir maintenant sans demander son reste ? Toute personne ayant un minimum d’instinct de survie le ferait certainement, mais que voulez-vous. Quand on est empli d’espérance, on y reste.

« On ne veut pas de soucis, ou même vous déranger... On peut partir, si vous voulez. »

_________________

Everything is going to be okay
 

© Pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 549
Points : 312
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr - 0:37

« ... Lucas... C’est Lucas. »

Avalohn lui fit un signe de tête lorsque son prénom résonna à ses oreilles. Elle fronça les sourcils en se demandant si cette entrée en matière n’avait pas été trop violente au final. Son chien était devenu littéralement dingue et beaucoup trop protecteur, elle avait envie de lui foutre une sacré correction pour lui apprendre à obéir, mais pas devant lui. Il devait être déjà assez traumatisé par la bave de rage à terre et les grognements incessants du chien enragé.

... Et Snoop. C’est mon chien. »

Elle cligna des yeux en voyant une masse sombre sortir d’entre les jambes du jeune homme. Dans une position de méfiance, mais tout de même assez curieux de cette scène. Elle était rassurée. Skye avait bien compris qu’un homme encore vivant sur cette Terre en compagnie d’un chien avait encore un coeur, et elle commençait à imaginer l’idée de ne pas refaire la portrait à celui à qui elle s’adressait.

On ne veut pas de soucis, ou même vous déranger... On peut partir, si vous voulez. »

Elle leva ses mains devant elle pour ne pas l’effrayer, tenant toujours Lobos entre ses jambes. Elle n’était pas armée, il n’était pas violent. Au contraire. Elle eut un pincement au coeur d’entendre une voix si jeune, posée et douce.

- Non, ne t’en fais pas. Ça a du te faire pas mal flipper de nous voir débarquer comme ça. Lobos est encore jeune et malheureusement sa nature fait qu’il est assez impulsif. Quand il ne connait pas il montre les crocs.

Elle entendait le husky couiner, penaud de la scène qui venait de se dérouler et soucieux de ce qui allait advenir par la suite. Avalohn prit son sac à dos en l’ouvrant doucement, ne perdant pas de vu le nouvel arrivant, ainsi que son fidèle ami. Elle en sortit des biscuits pour chien, en forme d’os, marqué « Biscrock » dessus. Elle se mit accroupi, en tendant la main vers le duo.

- Snoop, c’est ça? Désolée si Lobos t’a fais un peu peur, il est bêta et assez craintif lorsqu’il ne connait pas les personnes. Mais il est très gentil. Tu en veux un?

Un museau se dressa, ainsi qu’un deuxième. Elle repoussa pourtant son molosse à elle, essayant d’approcher l’autre animal.

- Ça me ressemble pas, mais il ce peut que j’ai aucune envie que cette rencontre ce passe mal. J’ai été en quelque sorte véto et soigneuse, est-ce que tu voudrais que je jette un coup d’oeil à ton chien? Tu as son âge, si c’est un croisé ou un pur race?

Elle lança un des biscuits aux pieds du chien, posant ses yeux vers Lucas. Allait-il accepter son aide?

_________________
I give you my soul
Par toi je change l'or en fer, Et le paradis en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 34
Points : 928
Date d'inscription : 18/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Lucas Correia
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Lun 1 Mai - 14:40

Jamais bon chien n'aboie à faux
Avalohn & Lucas


Elle leva ses mains en signe de paix. Est-ce que ça voulait dire... qu’elle n’allait pas lui lâcher Lobos dessus ?

Alors qu’il avait précédemment plissé les yeux d’insécurité, Lucas rouvrit correctement ses yeux pour afficher un regard attentif.

Pas mal n’était pas vraiment les bons mots, il aurait plus dit carrément. Heureusement, il avait un certain sang-froid quand il le voulait et surtout, pour avoir vécu avec un chien qu’il avait entraîné à l’aide de sa famille, spécialement de sa mère, les chiens n’étaient pas ce qui lui faisait le plus peur.

Le garçon détendit lentement ses épaules tandis que Skye allait chercher dans son sac... des biscuits ? Sa nouvelle position, plus au niveau de Snoop fit tendre l’oreille à celui-ci et pencher légèrement la tête de Lucas d’un côté.

Il opina néanmoins du chef à la question de la jeune femme, tandis que le canidé entre ses jambes reniflait de loin cette rare nourriture.

Un sourire lentement s’étira sur ses lèvres, rassuré d’entendre que le duo ne désirait pas d’affrontement. Hé bien, quelle frayeur ! Il avait eu sa dose d’adrénaline pour le reste de la nuit là.

Avec un petit soupir détendu, Lucas s’intéressa un peu plus aux dires de la jeune femme, interloqué.

« Vétérinaire... ? »

C’était rare de nos jours. Les questions sur Snoop le sortirent la seconde d’après de ses pensées, ravivé par la chance de parler d’un sujet qu’il maîtrisait.

« Il a six ans. C’est un cursinu pur. » dit-il avec un large sourire, tout en posant une main sur l’encolure de Snoop afin de l’encourager à aller chercher la friandise. « J-Je veux bien... J’ai bien fait attention à lui mais on n’est jamais trop sûr. »

Attendant que son compagnon en question ait fini de savourer le biscuit, Lucas passa une jambe au dessus de lui afin de pouvoir se mettre à ses côtés et avancer timidement vers le duo, s’arrêtant à quelques pas avant de s’accroupir à son tour.

« Vous avez fait des études difficiles. » Il avait fini par le relever, tandis que le chien à ses côtés reniflait Skye et Lobos, restant méfiant mais pas moins docile. « Enfin, de ce que j’avais entendu. C’est votre passion ? »

Il était réellement curieux pour le coup. Toujours un sourire aux lèvres, il observait du coin de l’œil, par delà ses lunettes teintées, la rencontre entre Snoop et la femme, assez heureux qu’il puisse avoir la chance de revoir un congénère.

« C’est très gentil de votre part de bien vouloir l’ausculter. »

_________________

Everything is going to be okay
 

© Pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 549
Points : 312
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Mai - 19:47

Vétérinaire... ? »

Avalohn sourit en regardant le canidé s’approcher du petit biscuit qu’elle lui avait lancé. La remarque de Lucas était plutôt habituelle pour elle. Et bizarrement, cela venait d’avant l’Apocalypse, lorsqu’elle avait intégré son premier cabinet vétérinaire. Son physique atypique et son air de princesse du Bronx supérieur à tous avait d’abord impressionné la clientèle. Personne ne voulait lui confier des dossiers ou des cas d’animaux. Elle avait du se battre pour faire sa place, prouver qu’elle s’en était sortie. Elle était douée, réellement douée pour ce travail.

Petit à petit elle avait réussi à prouver ses capacités et ses connaissances, à montrer son côté doux et sérieux auprès des animaux avec lesquelles elle travaillait. L’habit ne faisait pas le moine.

Il a six ans. C’est un cursinu pur. J-Je veux bien... J’ai bien fait attention à lui mais on n’est jamais trop sûr. »

Jamais trop sûr était exact. Dans un monde comme l’Apocalypse, Avalohn savait bien que faire attention n’était pas suffisant. Surtout avec un chien dans les pattes. Avalohn tendait sa main alors que l’animal s’approchait. Malgré l’accueil de Lobos plutôt agressif, le petit nouveau était curieux de voir ce que cette drôle de dame lui voulait. Il renifla ses doigts tatoués avant de se laisser caresser la joue.

Vous avez fait des études difficiles. Enfin, de ce que j’avais entendu. C’est votre passion ? »

Elle releva la tête en souriant à Lucas, l’invitant par un geste de la main à s’approcher d’eux. Sa voix douce, sa curiosité et son entrain plaisait à Skye. Rencontrer une personne lumineuse était rare désormais, et peu de gens avaient de l’intérêt à poser ce genre de question.

C’est très gentil de votre part de bien vouloir l’ausculter. »

Si elle avait pu, si elle ne se méfiait pas des hommes, elle lui aurait tiré les joues en hurlant comme une hystérique. Elle le trouvait étrangement gentil. Dans son passé, personne ne lui avait dit qu’elle était « gentille ». C’était une parole qu’elle ne connaissait pas, qui ne lui collait pas à la peau. Elle renifla un bon coup en tenant la tête du chien entre ses mains, doucement. La pénombre n’aidait pas beaucoup, mais elle voyait le langue du chien essayer de lui lécher le poignet. Il n’était pas agressif comme le husky.

Elle lui lança d’ailleurs un regard noir par dessus son épaule, lançant des éclairs avec ses yeux vers son compagnon de route. Elle aurait rêvé avoir un chien avec le comportement de Snoop.

- C’est rien, ça me fait plaisir. Vu comment l’autre abruti a failli vous sautez dessus…

Elle commença à ausculter ses yeux brillants. Sa couleur noisette se reflétait sous les rayons de la Lune.

- Je me dis que c’est la moindre des choses pour me rattraper. Oui, ça a été une grande passion dans ma vie d’avant. Il faut croire que dans la famille on est intelligent même si je suis pas née sous une bonne étoile. Mon frère lui était ingénieur à New-York. Même quand on vient des quartiers pauvres on peut toujours faire quelque chose de sa vie !

Snoop approcha sa truffe du visage de la Bronxarde qui se mit à rire doucement, sentant son souffle lui caresser le visage. Elle aimait bien ce genre de chien. Du type un peu molosse, mais extrêmement affectueux, curieux et gentil. On pourrait s’en méfier aux premiers abords, mais au final ce sont les meilleurs.

- Il est magnifique ce Snoop. Tu as du bien t’en occuper et l’éduquer avec patience. Les chiens comme lui sont fidèles et agréable à vivre. Puis ils s’adaptent toujours aux conditions qui les entourent.

Elle prit le museau du cursinu et remontant ses babines pour regarder ses dents. Le tarte s’était un peu accumulé et lui remontait dans les gencives, ce qui ne devait pas être très agréable pour lui.

- Il a un peu les dents jaunes, mais je vais pouvoir arranger ça si tu veux bien. Il y a un dépôt tartrique sur ses canines et ses incisives. Si il s’accumule trop une infection est possible, et sur les dents c’est difficile à guérir. Un petit coup de scalpel pour faire sortir le sédiment rapidement et ça sera fini.

Elle sortit de son gros sac à dos son kit de chirurgie, le posant à côté d’elle, caressant le cou du chien.

- Je le palperais ensuite puis un petit nettoyage des oreilles, une routine. Et toi, Lucas? Tu faisais quoi avant? Tu es tout seul sur cette grande planète moisie?

_________________
I give you my soul
Par toi je change l'or en fer, Et le paradis en enfer.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» FILO caniche 8 ANS CHERCHE FA OU ADOPTANT (DPT 48)
» Le chien qui aboie, ne mord pas.
» l'homme qui n'a pas de chien...
» Un chasseur sachant chasser... ne sort jamais sans son chien de chasse [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum