SEGA - It's stronger than you Ft. Taylor



InformationsContact
avatar
Messages : 324
Points : 993
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 24 Mar - 7:22

Aujourd'hui c'est jour de chasse. J'ai trouvé une tente en bon étant dans un camping au bord de la route et je m'y suis installée pour quelques jours. J'ai laissé ma voiture et mes affaires là-bas, mon sac et mes cigarettes cachés sous un tronc d'arbre.
Sur moi, j'ai gardé ma veste par dessus mon T-shirt, mon couteau, mon arc et mes flèches. Mon objectif, c'est de trouver à manger. J'ai obligé Marley à rester au camp et ai laissé une fenêtre de la voiture ouverte. S'il y a des visiteurs inattendus, je suppose qu'il est assez malin pour s'en occuper, mais je ne voulais pas l'avoir dans les pattes.

Je marche depuis une bonne heure quand mes pas s'arrêtent net. Il y a un chevreuil à vingt mètres de moi sur le sentier. Il ne m'a pas vu et je fais le minimum de bruit possible. J'encoche une flèche à mon arc et vise la tête de l'animal. Mes doigts lâchent leur emprise sur la corde et la flèche part tout droit en direction du cou de l'animal. Il meurt dans un léger couinement et reste inerte sur le sol de la forêt.
Ravie de ma prise, je cours en direction de l'animal et retire ma flèche de son cou en observant le sang qui s'écoule de la plaie. L'animal est déjà mort et je le charge sur mes épaules avant de repartir en direction de mon campement. J'ai une bonne heure de marche devant moi mais il me tarde de faire griller ma prise et de déguster un bon morceau de viande.
Cet arc est devenu une bénédiction depuis que j'ai appris à m'en servir. Je sais qu'un vrai chasseur aurait dépecé la bête sur place pour ne transporter que le poids utile mais je ne sais pas encore comment m'y prendre et ça me semblait être le bon moyen pour se mettre du sang partout dessus.
J'aurais juste aimé que ma prise soit un peu moins lourde, mais j'ai plusieurs jours de nourriture dessus. Il faudra que je fasse fumer ma viande sur un vrai feu.

Au bout d'un quart d'heure, la fatigue commence à se faire ressentir et je profite de mon arrivée dans une petite clairière pour poser ma proie au sol et reprendre un peu de forces. Je pose mon arc au sol près de moi et sors mon couteau. Mes jambes se reposent mais j'ai l'intention de m'occuper durant les quelques minutes que dureront mon repos. Je me saisi d'un morceau de bois plutôt épais et commence à le taille en forme de pointe pour en faire un pieu, sifflotant Mambo n.5, tranquillement.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 90
Points : 1070
Date d'inscription : 03/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Taylor Jones
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 25 Mar - 15:45

C'était une belle journée, calme et tranquille comme je n'en avais pas vu depuis un moment. Les premiers rayons de soleil avaient fait leur apparitions tôt ce matin et je n'avais pas tardé à me mettre en route, inutile de traîner au même endroit trop longtemps.

Ce que je cherchais ? A vrai dire je n'en avais aucune idée, je me contentais de survivre, comme tout le monde, errant sans but réel à par me nourrir et trouver un abris. Evidemment dans un coin de mon esprit j'avais toujours espoir de retrouver les personnes qui m'étaient chère... Lily, James, Margot, Faith... Un espoir qui se réduisait jour après jour, j'évitais simplement d'y penser la plupart du temps.

La route ne fut pas aussi difficile que d'habitude, les bois étaient clairs, on pouvait même entendre les oiseaux chanter et le bruit des feuilles dansantes dans le vent. C'était agréable, par moment j'arrivais presque à me souvenir à quoi ressemblait la vie avant tout se bordel, une balade dans les bois, sous les rayons du soleil, juste la nature, calme et fragile.

J'ignorais combien de temps j'avais marché mais d'après la position du soleil ça devait faire plusieurs heures depuis que je m'étais mis en route, il était temps pour moi de prendre un peu de repos. Finalement l'endroit idéal s'était présenté, en bordure d'un lac, l'endroit semblait paisible, peut-être un peu trop, mais c'est juste ce qu'il me fallait. Déposant mon arbalète au sol, je délaissa également ma sacoche et la veste en cuir noir ainsi que le veston avec les ailes brodées dans le dos que je portais sur moi, ne gardant une chemise sans manche. Après une petite inspection visuelle des lieux j'avais profité du calme pour sortir ma canne du sac, déployant la perche télescopique avant de la préparer avec la bobine de fil qu'il me restait ainsi que les précieux hameçons que je gardais. C'était un jour idéal pour pêcher, et avec ce calme aucun risque d'effrayer les futures proies.

La pêche ne fut pas si désastreuse, ma canne n'était peut-être plus en si bon état que ça, mais j'avais réussi à récupérer pas mal de prise, assez pour tenir un ou deux jours.
J'avais assez traîné comme ça, il était temps de me remettre en route. Après avoir récupéré mes affaires et accroché les poissons à l'un des passants de mon pantalon, je repris mon chemin, arbalète à la main.
Lorsque je pouvais les éviter, je ne gaspillais pas mon temps à abattre les rodeurs, les laissant simplement continuer leur chemin  et pour ça ce coin de la forêt était plutôt tranquille, je n'avais pas croisé une seule horde, un ou deux de ces charognards tout au plus mais une pistes bien plus intéressante s'offrit à moi.
Les marques dans le sols étaient encore bien visibles et il n'y avait aucun doute sur l'animal qui les avaient laissées. Ça devait faire des semaines que je n'avais pas eu un gibier de cette taille, je me contentais d’écureuils, de lapins ou de poissons, autant dire qu'un chevreuil, c'était quelque chose à ne pas manquer.

J'avais suivit sa piste sur un ou deux kilomètres avant de m'arrêter en fronçant les sourcils. Le sang qui couvrait le sol était encore frais, après m'être abaissé pour inspecter le sol et les éclaboussures sur les troncs environnants il ne me fallu pas longtemps pour comprendre que la bête avait été abattu.
D'habitude j'aurai continué mon chemin, un autre que moi avait été plus rapide, c'était aussi ça la chasse, mais surement plus par faim qu'autre chose, j'avais suivit ses traces, les pas semblaient petits pour un homme et j'aurai presque pu deviner la marque de la chaussure tant elles avaient laissées des empreintes profondes dans la terre. C'était sans aucun doute dû au fait que l'animal n'avait pas été dépecé sur place, ce qui voulait dire que le chasseur l'avait porté sur plusieurs kilomètre, ce qui était soit stupide, soit l'oeuvre d'un débutant. La réponse à cette dernière réflexion n'allait pas tarder à me sauter au yeux, plus j'avançais et plus la lumière du jour devenait plus éblouissante, je n'allais pas tarder à me retrouver en lisière de la forêt et cette pensée me fit resserrer les doigts sur mon arme. Autant dire que les rencontres que j'avais pu faire jusqu'à présent n'avaient pas été des plus amicales mais si j'avais l'occasion de croiser la route d'un autre chasseur autant en profiter pour essayer de troquer un peu de son gibier contre quelque chose.

La première chose qui attira mon attention fut la mélodie d'une chanson bien trop ridicule pour être sifflotée par des temps pareils,  fronçant un peu plus les sourcils j'avançais à pas de loup dans la clairière qui s'étendait devant moi, levant l'arbalète pour me mettre en garde, plissant les yeux pour essayer d'y voir un peu plus clair malgré la lumière aveuglante du soleil.
Bientôt une silhouette se dessina devant moi, assise dans l'herbe, dans ce le plus paisible des calmes. Mon regard vint s'attarder quelques secondes sur le chevreuil qui gisait à côté du chasseur puis un nouvel élément vint m'interpeller. La longue chevelure brune qui se soulevait doucement avec le vent. Étrangement la prise que j'avais sur mon arme se desserra doucement, jusqu'à ce que je la pointe vers le sol, une chose que je n'avais pas encore apprise par ces temps difficile, ne jamais sous estimer une femme et encore moins ne pas la craindre. Pourtant c'est exactement ce que j'avais fais à ce moment, vieilles habitudes de redneck.

- Hé. Quand tu chasses, toi aussi tu laisses des marques.

Malheureusement de nos jours, nous étions autant chasseurs que proie et cette fille avait plutôt de la chance d'être tombée sur moi, malgré le caractère d'ours mal léché que je pouvais avoir, j'étais loin d'être la pire rencontre qu'elle pouvait faire.

- Belle prise en tout cas.

Ce n'était peut-être pas la meilleure des approches, mais je préférais essayer de me montrer "amical" afin d'éviter tout malentendus.

_________________
I ain't no one's bitch.
You want to know what i was before all this ?
I was nobody. Nothing.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 324
Points : 993
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 25 Mar - 18:20

Je suis en train de sortir mon paquet de clopes quand une voit retenti derrière moi. Repoussant l'objet de ma convoitise du bout du pousse, je tourne la tête rapidement pour voir qui s'approche de moi. En voyant que je ne le connais pas, je me relève rapidement et reçois son compliment en le remerciant d'un geste de la tête.

- Tu es...?

En train de me suivre ? Un connard ? Bientôt mort ? Mon pire cauchemars ? Aucune idée, l'homme que j'ai devant moi est un solitaire, ça ne fait aucun doute. Les gens qui vivent avec des groupes sont bien plus propres et apprêtés que nous. J'ai encore de la terre sur mon visage et nos vêtements ont connu de meilleurs jours à tous les deux.
Je n'essaie pas d'attraper mon arc, il peut me tuer comme s'il utilisait un fusil avec son arme et je ne veux pas prendre le risque, pas après tout ce que j'ai fait.

- Je m'appelle Bernadette.

S'il pense qu'il va récupérer un bout de chevreuil, il peut encore rêver mais je ne suis pas sûre que ce soit son objectif, principalement à cause des quelques bêtes mortes qui pendent à sa ceinture, pas par esthétisme j'en suis quasiment sûre.
Un peu rassurée sur ses intentions et reposée après ces quelques minutes de repos. Je balance à nouveau la carcasse sur mes épaules avec un "Hmmmpf" d'effort, ramasse mon arc et repart sans dire un mot avant de me retourner avec un sourire.

- Si tu veux bouffer du gibier, suis-moi.

Je reprends la route de mon camp, il y en a pour quarante ou quarante-cinq minutes de marche mais l'idée du festin qui arrive me donne des ailes. Je me tourne vers l'homme qui me suit histoire de faire un peu la conversation.

- Alors, tu fais quoi dans le coin ? T'es de Detroit ?

L'homme est très bourru mais c'est guère étonnent et j'en rencontre beaucoup qui ont du mal à parler, mais il suffit de gratter la couche de solitude comme on gratterait la graisse sur le moteur d'une voiture pour découvrir des gens pleins de ressources. Cependant, je n'ai pas l'habitude de rencontrer des vrais solitaires. Là plupart de temps, les gens sont tout seuls parce qu'ils n'ont trouvé personne d'autre et non par choix ou par conviction. Ça peut-être intéressant.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 90
Points : 1070
Date d'inscription : 03/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Taylor Jones
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 31 Mar - 3:18

- Taylor.

Une fois encore je ne cherche pas à être poli ou même amical. Ma voix est sèche plus que je ne l'aurais pensé mais être sur la défensive est une sorte d'instinct que j'ai toujours eu.
La jeune femme face à moi ne semble pas gênée par ce ton, de toute façon que pourrait elle bien dire, elle comme moi ne nous connaissions pas le moins du monde et elle devait certainement être habituée a ce genre de réaction.

Une fois la tension apaisée je parviens parviens à me détendre et je passa la sangle de l'arbalète derrière mon bras pour la ranger dans mon dos tout en ne quittant pas la brune du regard, simple précaution.
Je n'avais même pas tenté d'intervenir lorsqu'elle avait soulevé le gibier pour le mettre sur ses épaules, jouer les chevaliers servant était un peu dépassé aujourd'hui et ce n'était pas dans mes habitudes surtout qu'avec les femmes la moindre intention pouvait se retourner contre nous.

Avançant à ses côtés je profitais de cette petite marche pour sortir l'une des clopes qui me restait, la calant entre mes lèvres sèches avant de sortir mon paquet d'allumettes pour en craquer une et diriger la flamme vers le bout de la cigarette tout en prenant une petite bouffée.
Un petit soupir de soulagement quitta mes lèvres lorsque la fumée s'envola dans le ciel. J'essayais d'économiser mes derniers clopes depuis plusieurs semaines et comme je préférai éviter les villes, trouver le moindre paquet devenait la tâche la plus difficile de mes journées.

Finalement la brunette brisa le silence ce qui me fit froncer les sourcils mais après tout elle s'apprêtait à partager sa prise avec moi, un minimum de politesse ne me tuerais pas.

- J'viens du nord, je sais pas vraiment comment jsuis arrivé ici.

Comme beaucoup de monde j'avais pris la route de Detroit, inconsciemment je suivais peut être la trace d'autres survivant mais la plupart du temps je me contentais d'avancer au jour le jour.

La lisière de la forêt fini par se présenter à nous et après s'être un peu enfoncés dans les bois j interpella la jeune femme pour qu'elle s'arrête.

- Tu vas t'niquer le dos comme ça.

Sans attendre son avis je vins la débarrasser du chevreuil pour l'allonger par terre avant de déposer mes affaires et de sortir mon couteau de chasse pour me mettre à genoux devant la bête.

- Tu peux couvrir mes arrières ? JPréfère éviter de crever pendant que je fais mon boulot mais l'odeur du sang ça les attirent.

D'un geste précis la lame du couteau vint se planter dans le sternum de l'animal et je la fit glisser le long de son ventre jusqu'à son entrejambe. Tout en effectuant cette opération j'essayais d'expliquer mes gestes à la brunette.

- ça a l'air simple... mais évite... de toucher ...les organes si tu veux pas t'retrouver ...couverte de merde.

Une fois l'ouverture créé je n'avais plus qu'à sortir les organes en partant de l’entrejambe tout en decoupant en même temps la membrane qui les relient à la colonne vertébrale.

- Tu peux garder le coeur et le foie, ça se mange et c'est plutôt bon.

Évidemment il faudrait des gants puis nettoyer l'intérieur de la carcasse une fois l'evisceration terminée mais c'était des luxes que nous ne pouvions plus nous offrir.

Après avoir emballé le fois et le coeur dans un torchon, je me redressa en passant le dos de ma main sur mon front, essuyant les quelques gouttes de sueur qui commençaient à y perler.

- ça f'ra un point en moins.

Pour ce qui est de la peau et tout le reste je lui montrerai une fois "chez elle", pour le moment ça suffisait amplement.

Mon regard quitta finalement la Carcasse pour observer les alentours et chercher l'apprentie chasseuse.

_________________
I ain't no one's bitch.
You want to know what i was before all this ?
I was nobody. Nothing.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 324
Points : 993
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 31 Mar - 6:52

- Ah le Canada ?

Que je me souvienne, au nord, il n'y a pas grand chose d'autre que la frontière et quelques montagnes... Je m'arrête de marcher quand il m’interpelle et l'écoute, ce mec parle sans filtre mais je le laisse faire. Il me fait un peu peur en éventrant la carcasse et j'ai pas spécialement envie de me trimballer des intestins sur les épaules.

- Bien sûr.

Je brandit mon arc et encoche une flèche, vérifiant un coup les environs pour voir que rien ne bouge. Je viens ensuite me placer derrière lui pour bien observer ce qu'il fait. Sa petite leçon va m'être terriblement utile à l'avenir !
Je remarque qu'il relève la tête et me cherche du regard.

- Je suis là. Merci pour la démonstration.

Et oui, penchée sur ta gauche pour voir comment tu fais ce dont tu parles en surveillant les environs. Un bruit de craquement me fait redresse la tête également et je remarque un rôdeur devant sous sur le sentier.

- Attends, je m'en occupe.

Je brandit mon arc dans une posture très droite. Vise la tête du rôdeur et laisse la flèche partir. Elle se plante dans l'oeil droit de la créature et je suis assez fière de mon tir, même si j'ai cru que j'allais le rater. Je récupérerai ma flèche en passant. Me tournant vers lui avec ma fierté, j'attrape les organes qu'il me tend et les mets dans mon sac, je cuisinerai ça plus tard.

- On a fait un tiers du chemin, tu le prends une quinzaine de minutes ?

De toute façon, ça parait évident maintenant qu'il va le manger avec moi, non seulement parce qu'il ma plus qu'aidé en me montrant comment dépecer un animal même s'il va probablement me falloir de la pratique et ensuite parce que maintenant que j'ai appris à tirer à l'arc, c'est plus facile de trouver à manger. En plus, sans les chasseurs et les voitures, les animaux ont repeuplé les forêts et commencent même à s'aventurer dans les villes que les rôdeurs et les humains ont déserté. Il m'est arrivé de voir des familles de chevreuils ou de sangliers au milieu des maisons entre Chicago et Detroit.

- Alors, comment t'as appris à faire ça ?

Il est un peu effrayant avec ses airs de brute, son arbalète et son allure de survivant aguerrit mais il n'a pas l'air méchant et un peu de compagnie pour un repas, c'est toujours sympa. J'en profiterai pour apprendre des techniques de chasse, il doit savoir comment fabriquer des pièges et ça me serait bien utile.
Et puis, on voit qu'il n'est pas trop du genre à vivre en communauté avec d'autres gens qui se chargent de faire certaines choses pour toi, et moi non plus. Même si j'ai l'air moins "guerrière", certains vivants que j'ai croisé allant jusqu'à me qualifier de "randonneuse", je ne supporte pas non plus d'être dépendante.

Je reprends la carcasse sur mes épaules dix minutes avec d'arriver à la cabane et m'arrête à vingt mètres de notre destination.

- Je te préviens, j'ai un animal de compagnie, il s'appelle Marley et une fois la surprise passée, il est vraiment sympa. Juste, n'ait pas peur en le voyant, il ne t'attaquera pas.

Je reprends ma marche et tape un coup sur la porte avant d'entrer. J'ai habitué Marley à n'entendre qu'un seul coup, ainsi il n'est pas habitué aux trois coups que le conventions sociales nous ont inculqué et auxquels beaucoup continue de se tenir et sera sur ses gardes si ce n'est pas moi.
Le singe est assis sur le rebord de la cheminée et fume la pipe qu'il a découvert lors de ma rencontre avec Max.
Le singe se redresse immédiatement et s'approche de nous en poussant des petits cris mécontents.

- Oui oui, j'ai trouver des trucs.

Je laisse tomber ma prise par terre et retire mon sac pour lui montrer les champignons et les feuilles que je lui ai ramassé. Je sais qu'il peut en manger, je me suis renseignée dans un bouquin à l'animalerie la semaine dernière. Il plie une feuille avant de la fourrer dans sa bouche et se rapproche de Taylor, pointant du doigt les écureuils qu'il porte à la ceinture en faisant des petits bons en l'air.

- Euuuh, excuse-le ça fait longtemps qu'il a pas manger de viande à son goût. Ça te dérangerais de lui en laisser un ? On partagera le gibier ce soir et si tu veux rester là, il y a une deuxième chambre et je peux te les faire en ragoût demain matin avant de repartir.

Je sors des sachets d'épices de mon sac et même un cube de bouillon Maggi. Ce serait nice pour Marley d'avoir un peu de viande, je sais que c'est un peu galère pour lui en ce moment. C'est aussi pour ça que je dois apprendre à faire des piège, lui il bouffe les petites prises comme le lapin ou l'écureuil.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 90
Points : 1070
Date d'inscription : 03/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Taylor Jones
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 6 Mai - 15:40

" C'est c'que j'faisais pour gagner ma vie ... avant tout ça. "

La chasse, la pêche, des éléments dans lesquels je baignais depuis ma plus tendre enfance. Tout ça n'avait rien de nouveau pour moi, je devais simplement m'adapter aux nouveaux terrains et surtout aux nouveaux chasseur de chair.
Glissant un regard sur le côté, j'observe cette jeune femme qui semble s'en sortir pour le mieux malgré les temps difficiles, c'est plutôt rare, les seuls personnes dont j'avais croisé la route jusqu'à présent était soit en groupe, soit des hommes seuls.
Après avoir marché presque 20 minutes, je rends la proie à sa propriétaire, m'étirant légèrement le dos.
Le reste du trajet se fait en silence pas un silence pesant, simplement un petit moment de répit dont nos profitons tous les deux.

Finalement en approchant de notre destination, la brunette m'informe qu'elle possède un compagnon. J'arque un sourcil face à sa dernière phrase, les chiens ne m'ont jamais  fais peur, je les aimes plutôt bien.

" J'ai grandis dans une ferme ... J'ai l'habitude des animaux t'inquiète pas pour ça. "

J'aurai peut être du me méfier de son petit sourire, mais peut importe, je me concentre plutôt sur la petite maison face à moi. Ça doit faire des semaines que je n'ai pas eu un véritable abris, avec un toit, des murs et une porte, décidément cette fille est de plus en plus surprenante.
En franchissant le seuil de la porte, j'analyse la pièce qui s'offre à nous avant que de petits cris stridents ne me fasse froncer les sourcils.
En quelques secondes, l'arbalète est dégainée pour faire face à cette boule de poile qui semble un peu énervé par ma présence mais également par les odeurs que doivent dégager nos prises.
Toujours en joue, je recule d'un pas avant de lancer un regard à Bernadette, désignant son singe d'un signe de tête.

" C'est ça Marley ?! "


Je n'avais jamais vu de singe auparavant et même si celui ci n'est pas bien grand, je reste surpris par cet animal de compagnie plutôt hors du commun.
Finalement je baisse mon arme, la calant dans mon dos grâce à la sangle en cuir avant de regarder la bestiole en plissant les yeux.

" T'as d'jà entendu l'histoire de la femme qui s'est fait dévorer le visage par le singe de son ami ? "

Un petit sourire étire mes lèvres alors que je lance un regard vers la brune avant de décrocher un écureuil de ma ceinture pour le lancer un peu plus loin.

" Régale toi. "

Mon attention revient finalement vers Bernadette et j'hoche la tête à sa proposition. Passer une nuit à l'abris ne me ferait pas de mal en échange je pourrais lui apprendre à fabriquer quelques pièges plutôt simple, vu ses compétences en chasse elle apprendra facilement. Faisant quelques pas dans la pièce, je me débarrasse de mon arme et de mon sac à dos avant de l'ouvrir pour en sortir quelques poissons auxquels j'ajoute un écureuil. Je dépose finalement le tout devant la brune, c'est ma façon de la remercier et personne ne cracherait sur ça.

" Tu vivais ici ? "

La soirée s'annonçait calme, reposante, l'occasion pour les langues de se délier un peu et je devais avouer que ça ne me ferait pas de mal, il y'a longtemps que je n'avais pas passé ce genre de moment.

_________________
I ain't no one's bitch.
You want to know what i was before all this ?
I was nobody. Nothing.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 324
Points : 993
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Jeu 11 Mai - 1:34

Tandis qu'un sourire éclaire mon visage, mon regard lui parcours l'ensemble de la pièce à vivre avant de se reporter sur Taylor pour lui répondre.

- Non, non. C'est un genre de garçonnière, il y a même un alambic dans le cabanon derrière. Vide, j'ai vérifié.

Je lui envoie un clin d'oeil avant de reprendre.

- Et puis... la maison c'est Chicago.

Une idée me vient et même si tout le monde n'aime pas forcément être analysé, j'ai quand même envie d'essayer et ce sera amusant.

- Et toi ? Attends ! Laisse-moi deviner... Déjà t'as une arbalète, j'ai déjà essayé un de ces trucs et tu chassais déjà avant. C'est impossible d'apprendre à s'en servir correctement sans quelqu'un pour expliquer. Donc tu chassais avant l'apocalypse... zone rurale.

Ça élimine pas mal d'états qui globalement ressemblent à des villes gigantesques. Il y a un deuxième indice que j'énonce rapidement ensuite.

- Et t'as quand même un bon accent du nord donc je vais éliminer le sud des US.

Je m'abstiendrai également de dire qu'il a quand même un bon air de redneck.

- Donc nord, mais pas l'est, il y a bien trop de monde. Je dirais... Montana ! Dans le coin des Great Falls ?

Ça me semble le plus logique. Il y a beaucoup de réserves indiennes ce qui pourrait expliquer pourquoi il chassait sans fusil et c'est pas si loin du Michigan. Mais il a quand même un accent bizarre, il est peut-être bien canadien...

En attendant sa réponse avec impatience, je commence à préparer à manger après lui avoir lancé mon zippo au cas où.

- Tiens, tu lances le feu ? je vais faire fumer le reste pour pas en perdre.

La préparation avance vite et je me retrouve très vite en face de lui, debout devant la table de la cuisine sur laquelle repose encore la bête morte, les manches retroussées et mon couteau de chasse à la main.

- Ok je vais avoir besoin de ton aide maintenant. En général il y a beaucoup de perte parce qu'avant, je chassais dans les supermarchés et j'avais un congélateur. Tu veux bien me montrer comment faire du travail propre s'il-te-plaît ?

Tout en l'observant par dessus la carcasse en tournant un peu autour de la table et du trappeur pour observer sa manière de faire, j'apprends et retiens ce qu'il fait pour gagner en efficacité. C'est impressionnant de voir tout ce que j'ai pu perdre sur mes précédentes cibles. Il vaut mieux le laisser faire à sa guise et je me tiens en retrait afin de lui laisser le champs libre pour se déplacer autour du gibier. Je profite d'un moment de répit pour lui tendre une cigarette à hauteur de visage. S'il veut cloper, il vaut mieux qu'il évite de toucher la cigarette avec ses mains couvertes de sang et comme ça, il peut l'attraper au bec directement. Je lui fais signe de la tête avant de marcher en direction de la porte d'entrée.

- Pause clope ?

Même s'il ne fume pas, je ne pense pas qu'il refusera l'occasion de prendre l'air et le soleil est encore assez haut dans le ciel pour que ça reste agréable.
Le briquet allumé circule dans ma main de clope en clope avant de lancer le feu préparé dans un petit cercle devant la porte d'entrée. Il y a une broche dessus que je compte bien embarquer par la suite. La Fiesta verte est bien en vue et je la désigne avant de parler à mon camarade.

- C'est la mienne, pars pas avec demain matin ah ah !

J'ai les clés dans ma poche et elle est verrouillée mais sait-on jamais. S'il ne fait pas le rapprochement entre la voiture et moi qu'il la pique, je serai bien emmerdée. Tenant la cigarette du bout des doigts, je reprends la discussion en plaisantant sur la tâche qu'il est en train de réaliser pour m'apprendre à dépecer correctement un animal. Qui aurait cru ça de moi il y a deux ans ?

- J'étais dessinatrice de bande-dessinées. Je pensais pas me retrouver un jour à devoir apprendre à chasser quoi que ce soit. Tu faisais quoi toi ? Comment tu as appris tout ça ?

Ce n'est pas que par politesse que la question a été posée, il semble avoir eu une vie vraiment différente de la mienne et ça m'intéresse de savoir.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Epilogue. ♪ (Taylor A. Lacey)
» Taylor A. Lacey
» Présentation de Taylor Black. [Validée]
» Mick Taylor
» Everything collapses {Cameron-Taylor-Isma}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum