Eternal flame

Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 256
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Lun 27 Mar - 13:40

La vie post apocalyptique n’avait pas mal d’inconvenants, dont la liste semblait s’allonger de jour en jour. En fait à chaque fois que Maddie mettait une nouvelle mention dessus, elle se rendait compte qu’elle avait bien fait de ne pas dramatiser les précédentes.

Ne pas réussir à manger ce que l’on aime, ne plus faire de shopping, avoir des soucis pour se laver… finalement, a côté de morts pas très sympathiques, de bikers trop enamourés ou du fait qu’elle n’avait toujours pas trouvé Juliet, ce n’était rien.

Il n’empêche qu’en cet fin de journée, elle avait levé les bras pour ajuster le retro de sa voiture et s’était rendue compte qu’elle pouvait s’asphyxier toute seule tellement elle sentait mauvais. Même les morts ne voudraient plus d’elle avec cette odeur de moufette. Pour les bikers, vues leurs effluves, elle en était moins sure. Mais toujours est il qu’elle ne supportait pas de rester dans cet état et prendre le risque de tuer le prochain être vivant normalement constituer juste en passant dans son sillage.

Elle avait fini par trouver aller là où toute femme décente se doit d’aller quand ça va mal, au MGM Grand Detroit, le palace Spa Casino où on pouvait oublier tous ses soucis et où elle avait un peu trop vendu l’Amérique à son 3e mari.

C’est au prix de quelques balles et de ses petits talents qui faisaient qu’elle avait toujours fait le mur en passant par les portes, qu’elle réussit à rentrer et privatiser une suite. Pas n’importe laquelle, celle qu’elle prenait lors de ses escales à Detroit, celle, aussi, où elle avait fait plus ample connaissance avec François… si seulement j’avais su à l’époque à quel point c’était un connard… quoique… ça avait aussi été chouette de vivre à Paris, de visiter l’Europe, et elle se serait certainement fait chier sans ce périple.

Elle resta devant la baie vitrée un peu nostalgique. Que c’était triste cette vue de nuit sans les lumières et l’animation propre à Detroit. Elle qui adorait le panorama de cette chambre. Elle soupira avant de se ressaisir, au MGM on n’avait pas le droit d’être triste, alors… c’était fiesta solo ce soir !!!

Elle trouva des cierges, vida les mini bars de cacahuète et de mignonnettes d’alcool pour préparer le festin du soir.

Pour la douche, sans eau courante, elle dû ruser. Avec la citerne de récupération d’eau de pluies sur le toit, et un peu de détermination, elle réussit à remplir la baignoire en se persuadant qu’elle venait de faire un cours de step à la salle de gym. Certes c’était plutôt assez froid, mais il parait que c’était le top pour la fermeté de la peau. Il n'y avait qu'à se dire que c'était la nouveauté du Spa.

Elle se récurera comme elle en avait rêvé depuis des jours et ne put retenir un cri de joie en découvrant qu’il existait encore de l’après shampoing et des masques capillaires dans ce bas monde.

Ensuite, ce fut le tour de son linge: soirée de grande lessive. Ce ne fut pas un luxe. Même sa robe de princesse elfes puait la mort, sans mauvais jeu de mot. D’ailleurs elle ne savait pas pourquoi elle s’encombrait avec. Mais elle aimait bien cette robe…. Et puis… Stan aurait dû faire sa demande en mariage alors qu’elle la portait.

Elle soupira en pensant à Bicoline et à la panique de voir un joueur en manger un autre… ainsi qu’au fait que cela l’avait peut-être sauvée d’un 4e divorce puisque Stan n’avait pas été très délicat en se servant d’elle comme bouclier humain dans la pagaille. Tout ça pour bêtement se faire mordre les fesses par Bethany, son ex, et finir par mourir dans les toilette où il devait encore être a gratter la porte.

La vie était étrange parfois. Et en ce moment la mort l'était encore plus.

Son linge avait été pendu dans la chambre et cela aurait certainement fait faire une crise cardiaque au maître d’hôtel s’il avait vu ça. Mais tant pis!!! Il n'y avait plus qu'à attendre que ça sèche.

Elle drapa dans un drap en satin façon déesse romaine, avec autant de classe te de distinction que si ça avait été la robe d'un grand couturier Français.

Elle regrettait qu’il n’y ait pas d’électricité pour lancer le Karaoké. En fait la musique lui manquait. Mais tant pis, il allait falloir faire sans.

Elle attrapa le micro débranché, avala une 5e mignonnette en faisant la grimace. Mais elle entendait presque la musique dans sa tête.

Avec un déhanché d’ado, une voix de choriste de salle de bain, et une interprétation vraiment très personnel, Maddie se lâcha. Se soir elle en avait besoin.

"Closeuuuuuuuuuuuu your eyeuuuuuuuuuus, giveuuuuuuuuuu me your hand, darlingeeeeeuuuuuuuuuuu
Do you feeleeeeeeeeeuuuuu my heart beatingnneuuuuuuuu
Do you understandeeeuuuuuuuuuuuu
Do you feeleeeeeeeeeeeeeeeeeeuuuuu the sameuuuuuuuh
Am Aie only dreamingneeeeuuuuuuuuu
Is this burningneeeeuuuuuuu  an eternaleeeeeeeuuuuuu flameuh"

Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 297
Points : 69
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Lun 27 Mar - 18:02

A une époque, j'adorais ce genre d'endroit voué à ma propre détente et ma relaxation. Mais si je me tiens devant le MGM de Detroit aujourd'hui, prête à entrer dans le hall, ce n'est pas pour les massages proposés ou le spa nordique qui s'étend sur toute une partie du toit. En fait, je suis venue faire un raid sur les produits cosmétiques qu'ils laissaient dans les chambres et qui sont toujours fermés hermétiquement.

La porte a été fracturée depuis longtemps et je me glisse à l'intérieur du bâtiment qui semble désertique, mes écouteurs sur les oreilles et du Vibronics dans les oreilles. Rien dans le hall. Je marche en balançant mes épaules au rythme de la musique qui vient tabasser mes oreilles tellement j'aime l'écouter fort.
Je prend rapidement l'escalier de service et décide de me lancer dans la remise plutôt que les chambres. En traversant la cuisine, j'attrape une bouteille de champagne et débouche finalement dans la laverie, littéralement l'endroit le plus indiqué pour moi même s'il s'agit avant tout d'y laver des vêtements et pas des humains. Je met la main sur la réserve de gel douche, de shampoing, de savon grainé, ce soir, c'est la fête.

Passant devant la boutique MAC interne au bâtiment où les clientes allaient se faire ravaler la façade, j'envoie une chaise du couloir à travers la baie vitrée pour pouvoir entrer et attrape quelques essentiels avant de m'en aller en direction de l'extérieur.
À hauteur des bassins et des jacuzzi, je m'arrête pour retirer mes écouteurs et chanter comme assez fort pour me garder motivée à me déshabiller et à entrer dans ce petit bassin privé d'électricité. Je lance une petite playlist reggae histoire de penser à autre chose.

- Fumando vamos a casa, cultivando weed quemando buenaaaaa ganjaaaah.

Ce n'est pas le plus facile mais j'arrive à me glisser dans l'eau gelée du jacuzzi et ouvre la plupart des échantillons de produits nettoyants que j'ai à porté de main pour transformer rapidement mon petit bassin minuscule en une sorte de baignoire remplie de mousse dans laquelle je prend soin de me laver. Je n'ai pas eu de gel douche depuis plusieurs semaines et mes bains dans la rivière commençaient à ne plus suffire du tout. Je préfère ne pas sentir le buffle d'eau.
Dès que je me sens propre comme un sou neuf, je sors du bassin et après avoir vérifié l'état de la piscine, je pique une tête dedans, me rince dans l'eau encore propre et ressort aussitôt fait.
Séchée, habillée, une serviette de l'hôtel nouée autour de mes cheveux, je me promène dans l'hôtel pendant une bonne heure, ma bouteille de champagne à la main, portant régulièrement le goulot à ma bouche pour boire de grandes gorgées de la boisson pétillante.

Au détour d'un couloir, j'entends une voix chanter des paroles que je ne pensais pas entendre à nouveau un jour : Eternal Flame faisant partie des chansons que je regrette de ne pas avoir immortalisé dans mon smartphone avant l'arrêt des données.
Je me dirige donc vers la source de la chanson et débouche sur une salle de réception avec un karaoké. Au milieu de tout ça, une fille au cheveux roux, enveloppée dans une toge, un verre à cocktail vide dans une main et l'autre tenant un micro débranché. Sur le coup, ma mâchoire inférieure se détache du reste de mon visage tellement je suis surprise. Je ne sais pas, je m'attendais vraiment à tomber sur une blonde avec une frange en tenue de soirée.

La surprise passée, je me met à sourire de toutes mes dents devant la beauté de la scène. Rien n'est parfait, sa toge est de toute évidence un drap qu'elle a piqué comme la serviette qui orne ma tête, son verre est vide et elle ne chante pas toujours juste. Pourtant, je ne peux m'empêcher de sourire et de murmurer les paroles pour moi jusqu'à la fin de ce qui ressemble au refrain et fini par m'approcher après avoir pris soin de déposer mon sac et mes armes à l'entrée de la pièce. Je bois une nouvelle gorgée de champagne avant de chanter avec elle :

- Say my naaaaaame... Sun shines through the raaaaiiiiiin, my whole life, so lonely, and come and ease to pain. I don't want to loose this feeliiiiiiiiiiiing...

Je m'approche d'elle tranquillement, prenant soin de graver cette scène dans ma tête alors que je reste devant l'estrade, ma bouteille levée en signe de proposition à la jeune femme qui met tant d'entrain à sa prestation, ignorant tout d'elle.

// Tu as ravivé des souvenirs là //

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 256
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Lun 27 Mar - 19:05

Maddie se donnait à cour joie dans sa magnifique prestation qui ne lui aurait clairement pas valu un seul prix, mais qui avait le mérite de faire ressortir beaucoup de joyeux souvenirs et de réveiller se brin de folie qui faisait que, même seule, dans ce vestige de la civilisation à l’agonie, elle arrivait a ranimer un peu de cette flamme de bonheur.

Et le mental c’était ce qui faisait la différence entre elle et les morts, entre elle et les fous, entre elle et tout ce qu’elle ne voulait jamais devenir.

Après l’air guitare, Maddie était en train de révolutionner le monde avec l’air briquet. Oui, bon on s’amusait comme on pouvait à une fête solo.

« Say my naaaaaame... Sun shines through the raaaaiiiiiin, my whole life, so lonely, and come and ease to pain. I don't want to loose this feeliiiiiiiiiiiing... »


Elle se figea soudain en réalisant qu’elle n’était peut-être pas seule à cette petite fête improvisée. Elle se retourna doucement un peu surprise à défaut d’être gênée, on ne survit pas la honte de lendemain de soirée trop arrosées sans devoir "aménager" quelque peu sa notion de "dignité" avec plus de souplesse que les modérateurs de facebook. Selon ses propres critère, l’honneur était totalement sauf.

Devant elle, il y avait une jeune femme avec une serviette sur la tête qui avait l’air amusée par la scène. Bon d’accord, Maddie pouvait comprendre, et encore, cela aurait pu être pire si la date de péremption des masques aux concombres ne lui avait pas fait peur.

Un bref examen confirma a Maddie que la prestigieuse adresse de ce palace ne pouvait être fréquentée que par des "gens biens". Elle n’avait pas l’air d’une folle maniaque dangereuse, mais bien d’une personne venue se ressourcer dans ce temple du bien être et de la distraction.

Maddie pencha légèrement la tête pour apercevoir l'étiquette de bouteille de champagne, Krug 1928. Dieu, elle ne savait qui était cette femme, mais elle l’aimait déjà énormément pour son bon gout.

En fait, il y avait vraiment quelque chose de drôle dans cette rencontre qui obligea Maddie à éclater de rire.

On disait d’elle qu’elle avait un rire d’otarie, elle préférait le terme de rire singulier. Au-delà de l’appellation, ce qui était sûr, c’était que quand elle riait, on le savait et c’était souvent contagieux, que cela ne soit pas des rires gênés, moqueurs, ou juste parce que la bonne humeur, ça se partage.

C’est donc aussi naturellement que joyeusement que Maddie lança :

« Moi qui pensait avoir été la seule à recevoir mon carton d’invitation pour la soirée karaoké post Apo du MGM…  Mais je vois que tu as trouvé un couvre-chef respectant le dress code du moment. Je m’appelle Maddie, Maddie Purple, et si tu veux, y’a un deuxième micro de libre et un super catalogue de chansons qu’on ne sait pas écouter sans électricité mais qu’on peut remixer a souhait juste avec des cordes vocales et de l’alcool. Et puis, j’ai peut-être pas de cookies, mais j’ai ça...»

Maddie, avec des airs et des postures de présentatrice potiche de télé-shopping, présenta religieusement un saladier de cristal qu’elle avait soigneusement rempli de sachet de cacahuètes.

« Peut-être un peu molle, mais encore délicieusement salées avec un vrai gout d’arachide, attention, allergique s’abstenir… alors tentée de te joindre à moi pour Don’t speak ou wake me up en duo histoire d’oublier ce qui se passe dehors où tu as déjà réussi a récupérer le numéro d'un bellâtre au bar et tu ne fais que passer? »
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 297
Points : 69
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Lun 27 Mar - 20:59

Je ne peux pas m'empêcher d'éclater de rire en l'entendant. Je ne sais pas trop pourquoi mais l’intonation qu'elle prend lorsqu'elle rit crée une sorte d'halo de détente communicative. Souriante, je l'écoute se présenter et me proposer des cacahuètes versées dans un saladier magnifique.

- Enchantée ! Bernadette Mackenzie mais tu peux m'appeler Bernie.

Je prends un air faussement perdue avant de reprendre :

- Tu parles de Mike ? Non il grognait trop ! Par contre il gardait de bonnes bouteilles !

Je la rejoins et verse de l'alcool dans son verre avant de continuer.

- Si tu veux, il y en a encore plein dans la cuisine.

Je commence à sentir les effets de l'alcool et boit à nouveau pour les atténuer. Je me rend compte de la logique de mon geste en avalant le liquide pétillant, mais qu'est-ce que c'est bon.
J'attrape un micro et débranche le câble qui traîne, j'ai trop peur de me prendre les pieds dedans, déjà que j'écarte de plus en plus les mains de mon corps pour garder mon équilibre.
Après avoir croqué dans une cacahuète, je commence à chanter dans mon micro, tapant des pieds en dansant.

- Wake me up, before you gogooo ! Don't leave me hanging on like a yoyo ! Waake me up, before you gogo. I don't wanna miss it when you hit that high !!

La laissant poursuivre, je m'amuse à faire les coeurs avec des "yeeeeah - yeah" lancés avec entrain. Alors que je suis en train de danser en criant "C'mon baby, let's not fiiiight. We'll go dancing and everything will be alriiiiiight !!!" Je termine ma bouteille et balance la carcasse vide de mon péché derrière moi avant de reprendre la chanson en accompagnant Maddie.

La chanson terminée, je lui montre le bar de doigt avant d'avancer en direction de ce dernier. Passant tant bien que mal par dessus le bar, j'attrape deux bouteilles de vodka probablement assez chères pour racheter toutes les BD que j'ai jamais publié et commence à essayer de jongler, les faisant tomber sans trop y prêter attention, de toute façon, je n'ai jamais été bonne pour ça. Je récupère deux autres bouteilles sous le bar et les tends en l'air, j'ai toujours aimé faire des cocktails et il faut reconnaître que je n'ai pas eu la chance d'être publiée tout de suite, donc j'ai pas mal travaillé comme serveuse et barmaid.

- Qu'est-ce que je te serre ?

Dans le frigo éteint depuis longtemps, je check les dates de péremption des jus à cocktails et en sors un jus d'ananas encore bon après avoir balancé quasiment tout le reste.

- Un punch ?

Je récupère du jus de citron encore fermé hermétiquement et en verse un fond avant d'ajouter du sucre brun un peu coagulé et souffle sur la poussière qui s'est déposée sur la bouteille de rhum blanc, touillant avec une cuillère pour mélanger le tout. Je ne sais pas si elle aime le rhum, mais derrière moi sont alignés la plupart des alcools que je connais et il me tarde de goûter ce p'tit punch bien dosé. Dans ma tête, je commence à faire la liste de ce qu'on peut faire avec tout ça et mes yeux se braquent sur la tequila, mon péché mignon pour tout ce qui concerne l'oubli de problèmes.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 256
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Mer 29 Mar - 7:02

Après ce duo improbable alliant chants, chorégraphie et alcool, pas la peine de dire Maddie s’amusait comme si elle était encore étudiante, les mecs en moins, les zombies en plus.

Il ne manquait que sa Jul’ pour que cette fête soit une totale réussite mais Bernadette était vraiment une fille comme Maddie les adorait, drôle, pas prise de tête, avec de très bons gouts musicaux et une sacrée descente.

Les mignonettes lui tournant déjà pas mal la tête, Maddie avait dû mal à déterminer où elle avait pu entendre le nom de Mackenzie mais il lui était familier. Mais entre les fêtes, son métier, ses voyages, Maddie avait du mal à savoir où elle avait pu entendre ce nom. Et puis après tout ? Qu’est ce que ça pouvait bien changer ? Qu’elle ait été Hilary Clinton ou madame tout le monde avant, elle n’était plus qu’une survivante sympathique maintenant, comme Maddie. Avec e, plus un sens du rythme homologué par la rouquine, ce qui la rendait plus intéressante qu’Hilary.

Quand Bernadette indiqua le bar, Maddie se dit qu’elle avait vraiment trouvé une femme de gouts, de classes, de distinctions… bref une copine de picole parfaite quoi.

Les deux femmes avaient trouvé un terrain de jeu dans ce vaste hôtel où elles se seraient certainement moins amusées avec un personnel trop zélé faisant appliquer le règlement strict ou avec leurs banquiers qui auraient vite bloqué leurs cartes de crédit en voyant qu’elle venait de dépenser un salaire mensuel en bouteilles d’alcool. Mais voilà, peut être que c’était mal éclairé avec seulement des bougies, oui, le ménage laissait clairement à désirer, et c’est vrai qu’il y avait pas mal de choses qui manquaient, mais elles venaient quand même descendre une bouteille à 7000 dollars, de privatiser le hall et même le bar…

Heureusement d’ailleurs, que le hall était à l’étage, car Maddie reparti en imitation d’otarie agonisante lorsque Bernadette commença à se la faire facon Tom Cruise dans cocktail... en moins sexy et plus burlesque. Un rire pareil devrait être interdit en période de zombie. Mais essayer de se retenir était pire. Maddie en avait mal aux côtes et faisait presque le petit chien pour reprendre son souffle, sauf que la sadique Bernie fit tomber une bouteille déclenchant une nouvelle bruyante crise d’hilarité.

Dieu que c’était bon de se marrer comme ça ! Ça faisait si longtemps que Maddie n’avait pas été au bord de la crise de larme a force de jouer des zygomatiques.

«  Qu'est-ce que je te serre ? Un punch ?
-Je tuerais pour un Cosmo, mais le jus de Cranberry visiblement, sa se conserve très mal… ceci dit, un punch… c’est pas mal non plus.»


Maddie s’assit à un tabouret et commença à prendre la posture d’un pilier de comptoir. C’est avec une imitation de grosse voix avinée qu’elle demanda :

« Alors poupée, tu m’sers quoi d’bon ? Et dis-moi, qu’est qu’un beau p’tit lot comme toi fait dans un endroit comme ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 297
Points : 69
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Mer 29 Mar - 8:07

Je ne sais pas pourquoi, mais cette fille est incroyablement amusante, et nous sommes toutes deux un peu bourrées je crois. Je penche la tête sur le côté, tirant une face des plus risibles pour prouver ma méconnaissance de l'état du jus mais je me sens encore largement en état de faire un cosmo. Je dégaine la brique de jus en question et l'ouvre pour en verser dans une choppe qui traîne histoire de voir la tronche du truc. Je porte le verre à mon nez et l'odeur est infecte.

- Beurk !

Je balance le verre par dessus ma tête et l'entend se fracasser derrière moi dans un coin du bar avant de commencer à chanter pour l'occasion.

- What will we doo with a drunkeen sailoor ? What will we doo with a drunken saiiilor eeaarly in the mooorning ! Way hay and up she rises early in the mooorning !

Je commence à préparer un p'tit punch avant de me rappeler que beaucoup d'américains confondent petit punch à la caribéenne et le punch planteur, faut dire aussi que je n'ai pas été précise. Un fois le p'tit punch préparé je commence un autre verre en continuant de chanter.

- What shall we do with a drunken saiiilor ? Put him in the bed with the cap'tain's dauuughter early in the morning ! That's what we do with a druuunken sailor early in the mooorning !

Ma chanson de marin alcoolique terminée et le second verre prêt, je les pousse les deux dans sa direction avec un sourire.

- J'ai oublié de préciser du coup, c'est la maison qui régale pour l'happy hour, mais te sens pas forcée si t'aime pas, il y a beaucoup d'alcool ici.

J'adore son rire tellement communicatif et alors qu'elle commence à se prendre pour un pilier de bar, je lève les mains en l'air en signe de protestation et l’interromps.

- Attends, je suis pas encore en situation !

J'attrape un verre pourtant nickel vu qu'il était posé à l'envers et un chiffon posé sur le bar un peu plus loin et commence à l'essuyer comme le barman dans les films, même si je salis plus le verre qu'autre chose.

- Voilà je suis prête !

Je la laisse recommencer et essaie de prendre une grosse voix comme elle, même si on dirait plus César quand il commence à parler dans le remake de la Planète des singes.

- J'ai tout ce que tu veux. - Puis saisissant mon verre, je le lève pour trinquer. - Un ou deux poker mais je me suis faite plumée ! Et si tu vois de la mousse dans le jacuzzi, je te jure que c'étais pas moi !

Eh eh, j'affiche un sourire narquois en me doutant bien qu'elle n'y est pas passée puisque je doute qu'elle soit arrivée après moi et que c'était encore nickel quand je suis arrivée à l'étage du spa.

- Et toi mon chou ? Tu faisais quoi avant d'atter...

J'éclate de rire et reprends ma voix normale.

- Désolée je peux pas. Ça me donne envie de recracher mon rhum de prendre cette grosse voix. Tu avais juste envie d'une salle comble pour ta prestation ? Mikey a l'air d'avoir aimé.

Je désigne le macchabée qui n'a bien évidemment pas bougé à l'autre bout du bar et me penche en avant pour me rapprocher d'elle même si je n'ai pas l'air menaçante pour un sou.

- Fais gaffe, chasse gardée.

Nouvel éclat de rire mais le rhum a du mal à passer, je pousse mon verre sur le côté avant de ramasser toutes les bouteilles planquées sous le bar pour les aligner devant ma nouvelle copine de cuite et bientôt ma soeur de mal de crâne.

- Alors Maddie, c'est quoi ton péché mignon ? Le whisky de trente ans ou tu préfères... les bulles.

En disant ça, je sors une autre bouteille de champagne qui était définitivement la mieux cachée du bar même si je n'y connais rien en champagne. Mon truc à moi c'est les alcools forts. Mon sucre roux et quand même bien dégueulasse et j'ai pas envie de boire ça alors que des bouteilles que je n'aurais jamais eu le privilège de me payer il y a un an sont alignées devant moi sans personne pour me retenir. Mais il va falloir faire un choix parce que j'ai sorti sept bouteilles et je ne suis pas sûre d'être prête à faire un marathon. Ne comptant pas gâcher le goût de ma future boisson, je balance mon verre et fait des signes à un videur imaginaire à l'autre bout de la salle.

- Eh Victor ! On va manquer de verres.

Je m'amuse toute seule et je suis bien contente de ne pas avoir à dessiner des visages sur des ballons pour pouvoir picoler accompagnée. Je lui serre la boisson de mon choix avant de finalement me verser une lampée de tequila agrémentée d'une bonne dose de jus de citron. Comme je le faisais dans le bar à Chicago, je farfouille dans les placards pour trouver du gros sel et en fait couler un petit tas sur le comptoir, sur la droite.
Je lèche mon doigt, le pose dessus et réitère. Je fais une foutue grimace tellement c'est mauvais mais heureusement, le contre-feu arrive. Je vide le verre dans ma bouche avant d'avaler le tout. Puis je récupère un autre verre et commence à taper sur le bar en rythme, tapant du pied également.

- In the summertiiime, when the weather is hiiiigh, you can stretch right uuuup and touch the skyyyy...

In the summertime de Mungo Jerry a toujours été ma chanson.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 256
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Jeu 30 Mar - 22:52

Maddie ne pouvaient qu’éclater d’un rire bien sonore devant cette avalanche frénétique de bonnes humeurs et de petits délires.

Après avoir un signe au pauvre Mikey pour lui indiquer, dans une langue des signes non homologuées autrement que dans des bars ou entre ados, qu’elle était désolée pour ce soir mais qu’elle le rappelait plus tard, elle se concentra sur les trouvailles alcoolisées de Bernadette.  

Elle confirma à sa partenaire de « dégustation pas raisonnable » que si elle était plus petites bulles elle se sentait d’humeur aventureuse. Elle se garda bien de gâcher l’ambiance en précisant qu’elle préférait clairement ce genre de risques à celui de déambuler dans cette foutue ville grouillante de morts et de motards en manques d’affection.

En fait, malgré l’incongruité de la situation, Maddie avait vraiment le sentiment d’être en soirée copine avec une vieille amie.

Maddie ne put s’empêcher de rester admirative devant Bernadette envoyant un nouveau verre connaitre une fulgurante ascension avant le crash :

« Bernie, j’adore ta méthode pour faire la vaisselle !! »

Elle lança avec un gloussement enjoué le sien. C’est en faisant un ton faussement sérieux qu’elle enchaina :

« Vickoooooooooor ça vient ces verres !! C’est fou comme le service se perd ici. Je sens que je vais être obligée de faire une lettre de réclamation salée à la direction et je ne raconte pas la note sur tripadvisor !!!!!!!!!!! »


Maddie se servi elle-même le whisky de 30 ans d’âge dans un verre à vin. Après tout, pourquoi se priver ? Elle ne peut s’empêcher de faire une grimace quand le liquide lui brule l’œsophage. Finalement ce n’était pas une très bonne idée. Bon après, on va pas gâcher. Elle le finit donc rapidement avec une grimace encore pire que la première.

Elle ricana à son verre quand elle prit une bonne rasade de champagne pour faire passer le gout. Etait-ce bien sérieux de se mettre la tête à l’envers alors qu’elles étaient censées être capables de gérer d’éventuelles menaces et… oh et puis merde!!!!

La survie ça allait bien 5 min, il fallait vivre aussi de temps en temps!!!!

L’oreille de Maddie se tendit et, malgré elle, elle commença à tapoter le comptoir au rythme d’une chanson qu’elle adorait et qui lui rappelait pas mal de souvenirs.

« In the summertiiime, when the weather is hiiiigh, you can stretch right uuuup and touch the skyyyy...

-you got womenheu, you got women on your mindhuueueueueueu, Have a drink, have a driveuuuuuuuuUuuUuuUu, Go out and see what you can findheuuuuuu !!!! »

Maddie s’organisa des maracas improvisées avec des cacahuètes dans le shaker et mit tout son cœur et toute sa voix dans ce nouveau duo qui garantissait bientôt une tempête de neige... ou un ouragan... au moins.

Avec la grâce et l’agilité d’un hippopotame au cul lourd version fantasia, Maddie réussi à se hisser se le bar pour essayer une imitation vraiment très très très revisitée et personnelle de coyotes girls. Jouant avec autant d’aisance que de maladresse a essayer de ne rien faire tomber.

« J’ai toujours rêvé de faire ça, mais tu vois, Victor était aussi triste et coincé que mon deuxième mari dès qu’il s’agissait du mobilier qui pouvait être abimé… »


Elle réussit quand même avec une forme de grâce, dû autant à ses heures en salles de sport qu’a la chance, à attraper une bouteille au hasard. Hum… elle ne savait pas trop ce que c’était, mais c’était pas dégueu !!!

« Berniiieeeee !!! »

Elle se pencha vers sa barmaid préférée.

« Te retournes pas, je crois que Mikey nous matte !!! »

Elle ricana à sa blague.

« Bon on lance quoi comme prochaine chanson ? A moins qu’on passe au moment où on se fait des confidences avinées … ? »

Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 297
Points : 69
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Ven 31 Mar - 6:14

Je lève mon verre à sa déclaration sur ma technique pour la vaisselle et suis enchantée qu'elle me suive sur Mungo Jerry. C'est tellement excellent comme chansons. Je souris de toutes mes dents en la voyant monter, difficilement, sur le bar pour danser.

La chanson terminée, elle attrape une bouteille de vodka au citron très appétissante et boit au goulot. Ce truc est pas mal dilué de toute manière et la boisson ne doit pas être plus forte que 20 degrés.

Je sirote mon cocktail en l'écoutant parler de son deuxième mari qui semble avoir été particulièrement ennuyant. Je suis un peu surprise par le fait qu'elle ait eu deux maris, elle a l'air d'avoir à peu près le même âge que moi, peut-être plus jeune quand même, et elle a eu le temps de se marier deux fois alors que moi, j'ai pataugé dans mes relations en craignant de m'engager à tel point que quand tout ça est arrivée, je n'avais même pas une relation sérieuse à chercher parmi les morts. Je regrette un peu maintenant et me dis qu'elle a probablement plus profité que moi au final.

- Ah oui le mobilier ? Parce que la troisième année on partage les meubles c'est ça ? Je t'envie quand même tu sais, j'ai jamais osé aller jusque là avec qui que ce soit.

Ma référence à l'Amour dure trois ans qui est un livre rendu film quasiment aussi cynique que sa remarque me fait tout de même sourire et j'espère qu'elle a vu ce film. À son exclamation à propos du mort plus loin, je répond rapidement :

- Noooon ? Je vais appeler la sécurité.

J'appuie sur le bouton en dessous du bar mais bien sûr, sans électricité rien ne s'active. J'aurai quand même essayé, au pire, ça n'aurait été qu'une petite lumière dans le bureau du vigile.

- Si tu veux des confessions... je confesse que je n'aurais jamais cru faire partie des survivants de la fin du monde. Et je confesse aussi que je ne voulais pas vomir sur cet agent de police à la gay pride d'il y a deux ans.

J'explose de rire devant sa tête, vomir sur un agent de police n'est pas un truc qu'on peut faire tous les jours, et de plus pendant un événement festif. Mais j'étais à un salon à San Francisco sur cette date et c'était un peu mon devoir d'y aller, même si c'était aussi pour faire la fête, c'est une question de visibilité. Et de toute manière, j'étais déjà controversée à cause de Sir Sharper, le personnage de ma BD que j'avais mené à avoir une relation avec son coéquipier. Nous avions trouvé ça parfait et la BD sortait le jour de la parade dans les kiosques. Un timing parfait. J'étais donc en train de fêter la sortie de ma dernière création avec mon amie et scénariste qui avait accepté de venir avec moi pour ne pas me laisser seule, elle ne fut malheureusement pas la seule témoin, en plus de ma victime, de l'événement.

- Tu imagines les titres de journaux à la revue de presse la semaine suivante ? "La dessinatrice de Sir Sharper mise en garde à vue pour avoir vomi sur un agent de police pendant la parade de San Francisco." Mais j'avais juste trop bu...

En y repensant, j'ai quand même passé un excellent moment avoir de finir au poste. Mais ce sont des choses qui arrivent et ce n'est pas la seule fois où j'ai trop bu pendant un défilé ou un concert. Mais cette fois-ci, j'ai quand même eu de la chance d'être soutenue par mon public parce que le bashing médiatique à la suite de mon coming-out public était pas super agréable.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 256
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Dim 2 Avr - 15:04

Maddie se laisse glisser pour s’assoir sur le comptoir. Nul ne pourrait dire même pas elle, s’il s’agissait d’une chute avec un rattrapage particulièrement réussi ou si c’était une façon artistique de mettre fin à sa prestation de coyote girl. Néanmoins elle avait réussi la manœuvre sans que l’on puisse suspecter que l’alcool lui tapait bien sur le crâne.

Néanmoins, pour la minute confidence, un rapprochement physique était incontournable. Sinon ce n’était plus une minute confidence !!

Elle avait souri quand Bernie avait évoqué ses mariages. Elle-même avait du mal à voir cela comme une réussite, mais plutôt comme la preuve que son budget psy n’était pas un luxe.

« Me parles pas du partage des meubles!! Avec ma belle-fille c’était tellement tendue que je n’ai pas vraiment garder grand-chose, quant à mon troisième mari, j’étais tellement contente que ça se termine que je n’aurais rien voulu qui me rappelle François !! Et tu vois, l’apocalypse m’a sauvée d’un quatrième mariage bancal à mon avis… vu que le premier réflexe de mon ex fiancé quand il a vu les morts vivant a été de se cacher derrière mois pour que je lui serve de bouclier humain… je crois que je ne suis pas vraiment faite pour le mariage, où que je n’ai pas de chance parce que le bon est soit mort soit certainement encore en couple avec quelqu’un d’autre… au moins ça a été des supers fêtes !!!!! »


Elle écouta avec attention la confidence de Bernadette et ne sut retenir un gros éclat de rire en imaginant bien la scène.

« Mais c’est là qu’on a dû se rencontrer !! Au poste !!! Moi aussi j’adore vomir sur les uniformes !!!!  Sans rire… avoue que ça a dû être fun quand même, ok, pas sur le coup… quoique… j’imagine la tête du flic… mais ça fait des sacrés souvenirs et un super thème de confession non? »


Maddie réfléchit quelque minutes en se disant qu’elle avait bien vomit aussi sur des gens mais aucun n’était policier. Maintenant c’était un peu tard pour ajouter cela sur sa to do list à faire avant de mourir. Son cerveau, un peu embrumé par l’alcool, lui envoya un coup de semonce sur une autre information pertinente. Elle et Bernadette s’étaient bien croisées avant l’épidémie !!!

« Haaaaaaaaaaaaaaaaa !! Mais oui… Sir Sharper !!!! Mackenzie !!! Voilà où on s’est croisée !!! Attends, Attends… »


Maddie secoua sa tête en arrière façon pub pour shampoing et pris une tête de mannequin sans neurone qui se croit sexy en faisant une fausse moue ridicule et e prenant une voix plus grave pour présenter la météo.

« Moi, Maddie Purple confesse avoir une identité secrète pour écrire des livres de la série passion érotiques… »

Elle n’était pas capable de garder cette voix et ce sérieux plus longtemps aussi c’est plus avec une intonation de petite fille morte de rire de partager le secret d’une phrase incroyable.

« Et tu sais quoi!!!?? On s'est vraiment déjà rencontrée!! Enfin, avant maintenant!!! Quand on s'est croisée je me faisais appeler Miss White, j’avais une perruque de cheveux blancs façon de pute de luxe et des lunettes de soleil du genre je suis une mouche !!! Je me la jouait avec un accent français tout pourri et bien snob!!!! C’était au salon du livres de 2013 !!!! Tu étais juste avant moi pour les interviews!!!!! »

Elle y était pour la présentation de l’ours de la passion, un autre succès littéraire qui avait même reçu la distinction du livre le plus hot de 2013.
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 297
Points : 69
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Lun 3 Avr - 1:31


"Whaaaaaat ?"

- J'avoue que c'était drôle sur le coup. Heureusement, le flic était compréhensif.

Le pauvre quand j'y repense, c'était pas beau à voir mais il a été super sympa avec moi.
Mon sourcil droit grimpe au fur et à mesure de sa déclaration et ma mâchoire inférieure tombe bêtement. La série passion érotique ? Ça me parle mais j'ai besoin de plus d'informa...

- Whaaaaaaat ? C'est toi Miss White ?

Mon cerveau a du mal à analyser la nouvelle, et c'est plus à cause de la surprise que de l'alcool cette fois.

- C'est toi qui a écrit L'Ours de la passion ?

Finalement, l'information fait son bout de chemin et je m'exclame haut et fort :

- Je savais que c'était une perruque ! Ah ah ah...

Je suis écroulée de rire, avachie sur le bar et complètement bourrée. Comme c'est possible ?

- Désolée, j'ai du mal à réaliser que je viens de rencontrer LA miss White. Tu écris super bien !

Je ne ferai pas de commentaire sur mon interview, j'avais tellement pris de trucs pour fêter ça que moi aussi, je portais des lunettes de soleil ce jour là, mais c'était plus par souci d'image que d'anonymat.

- J'ai lu ton premier tome tu sais... C'était... instructif.

J'éclate de rire, ça pour avoir été instructif... moi qui n'avais pas eu de rapports avec un mec depuis des années, je me retrouvais toute seule devant ce bouquin voué au sexe et à l'érotisme.

- Je peux te demander comment tu as eu l'idée ? - Je lui lance un sourire en coin avant de poursuivre - Je me suis toujours demandé comme tu trouvais toute cette inspiration...

J'attrape le lecteur de cartes de crédit et l'explose à mes pieds avant de me pencher pour récupérer le rouleau de papier à l'intérieur. Ramassant un stylo à côté de la caisse, je lui tend les deux.

- Je peux avoir un autographe ? S'te plaît s'te plaît !

Je prends mon air de fan et essaie de calculer les probabilités pour qu'elle soit en vie, et que je la rencontre à Detroit mais c'est tellement faible que je n'y arrive pas.
Écoutant ce qu'elle a à me raconter, je rempli à nouveau mon verre, ça va être mon troisième, ou quatrième...? Merde j'ai déjà oublié !

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 256
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Mer 5 Avr - 18:48

Maddie manqua d’exploser de rire. Oui ses séries avaient été qualifiées "d’inspirantes" et son éditrice avait revu le format des livres pour qu’ils soient "plus faciles à tenir dans une seule main".

Elle ne regrettait qu’une chose, non en fait deux, mais la première était tellement sous le couvert de "on y pense mais on s’arrête là car gros nounours est l’ex de Juliet" que Maddie la rangea vite dans sa malle de "vilains secrets taboo".  Son gros regret, le seul officiel, c’était que le film inspiré de ses livres n’aura pas eu le temps de sortir. Même si l’acteur choisi, Monsieur Momoa, était clairement moins sexy que celui qui avait inspiré sa plume, il n’était pas mal non plus à regarder.

« Etttt ooooooui, c’était bien une perruuuuuuquuuuuue !! Sans rire, un tel volume sans avoir de retouche coiffeur toutes les 10 minutes et vider 5 bombes de laque par heure, ça serait un trop grand défi à l'encontre des lois de la gravité. »


Sans parler que ça lui donnait vraiment un air de pute de luxe avec ses lunettes de soleil. Mais si, dans le milieu du bâtiment, on avait appris qu’elle avait un autres métier un peu plus… subtile, ca aurait été la porte ouverte a concourt de stouquettes a n’en plus finir.

« Pour l’inspiration, attends, je sais presque par cœur le speech à livrer pendant les interviews… »

Elle toussota pour trouver le ton sérieux et mystérieux de Miss White. Elle poussa le jeu à faire comme si elle remettait en place ses lunettes virtuelles et sa crinière synthétique.

« Alors, pour tout vous dire, c’est mon mariage qui m’a donné l’inspiration et l’envie de partager avec mes lectrices mes "petits secrets" de sous la couette. Je ne pensais pas que cette petite part d’intimité romancée aurait un tel succès mais je suis heureuse de savoir que l’ours puisse vous apporter autant de plaisir qu’il m’en apporte…. »

Maddie se mit a glousser en buvant au goulot plus qu’une bonne gorgée de sa bouteille. Les mecs du bâtiment auraient reconnu l’une des leurs sans soucis avec cette descente.

« Bon t’es prete pour la version non officielle ? Mes mariages ont tous été d’enooooooormes déceptions, et lorsque je me suis lancée dans l’écriture, le moment le plus intime que j’avais avec Georges, mon 2e mari, était d’être la quand l’infirmière lui changeait ses couches. Alors crois-moi, le temps et mes fantasmes, ça a sauvé ma vie sexuelle. »


Maddie avait la tête qui tournait mais elle était aussi sous le coup de cette douce euphorie provoquée par l’alcool. Elle retira avec une minutie étonnante au regard de son état, l’étiquette d’une bouteille de champagne de luxe et sorti un stylo:

Code:
« A Bernie, la meilleure partenaire d’air karaoké qui soit. Que la magie du summer time ne te quitte jamais et puisses tu continuer à faire de super BD qui seront lu par des gens qui n’auront pas envie de te bouffer. Merci de savoir encore te marrer.
Que la force soit avec toi, et le Martini aussi.
Miss White démasquée ! »

Elle fit de même avec une bouteille rigolote de liqueur de violette et lui tendit avec le stylo et beaucoup de serieux.

« A votre tour Melle MacKenzie ! »
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 297
Points : 69
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Ven 7 Avr - 3:01

Son speech est hilarant et je suis morte de rire. C'est vrai qu'on avait toutes nos petites phrases toutes faites pour les journalistes. J'en reviens pas qu'elle ait eu une vie sexuelle décevante. J'imaginais que cette fille était une folle au lit, mais la description qu'elle me fait de Georges n'est pas très semblable à la description de l'ours dont parle ses romans.

- Ah ouais ? Tu t'es au moins donné la peine d'essayer.

C'est pas si mal comparé à moi : 35 ans bientôt, jamais mariée, pas d'enfant, même pas quelqu'un qui me déteste. Je lis ce qu'elle a écrit sur l'étiquette et attrape le stylo en la regardant avec un sourire en coin.

Code:
Pour Maddie,
Puisses-tu ne jamais perdre ta joie de vivre !
Et nous rappeler comment être ivre,
C'est aussi ça profiter de la vie.

La vie ne fait pas peur,
Pas plus que le hangover.
Tu t'en remettras je le sais,
Je suis impatiente de te recroiser.

Bernie Mackenzie.

Je n'avais pas vraiment d'idée, mais les rimes : c'est toujours sympa. J'ai écris ça assez rapidement et je suis fière de moi. J'ajoute un petit dessin d'elle et la représente en train de chanter. C'est loin d'être une belle prose, mais au moins, j'ai réussi à faire des rimes. Je lui tends le morceau de papier avec un grand sourire.

- Et voilà ! Ah ah.

Je vide le fond de mon verre avant de reprendre.

- Qu'est-ce qui te branche le plus ? Remplir un jacuzzi avec de la margarita ou jouer au bingo avec les petits vieux de la salle à côté ?

Le bingo est une vraie option, je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais il y a eu comme une vague d'arrêt cardiaques dans cette salle et quand j'ai ouverte, ça puait le renfermé. Je suis plus tentée par le bain de margarita perso mais ça fait longtemps que j'ai pas joué au Bingo.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 256
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Lun 10 Avr - 19:02

Maddie rangea avec précaution la dédicace dans son décolleté, non sans avoir cherché son sac à main avant de se souvenir que ça ne serait pas mal de faire les chambres de luxe pour s’en trouver un. Quitte à survivre, autant le faire dans du Channel et avec classe.

Bernie lui demandait un effort de concentration et de réflexion aussi complexe de que garder une coordination dans le balancement de ses jambes pour rester assise sur le comptoir. Maddie fit signe a Bernadette de lui laisser quelques minutes ou elle prit une mimique qui aurait fait pâlir d’envie le penseur de Rodin.

« Bon, là c’est quand même un sacré dilemme que tu me proposes, surtout que je ne suis pas sûre d’avoir jamais joué au Bingo depuis mon deuxième mariage. En fait on y est allé une seule fois et il a vite perdu son dentier dans mon décolleté, j’ai pris sa pour une tentative de tripotage ni vu ni connu, alors on est pas resté longtemps… et en fait… il avait juste perdu son dentier… maintenant que j’y repense, c’était assez dégoutant… »


Pourtant ca la faisait pouffer de se remémorer la scène et sa fébrilité d’imaginer qu’il allait ENFIN se passer quelques choses entre Georges et elle autre que des inséminations artificielles. Dieu qu’elle avait été naïve… ou optimiste.

« Je t’avouerais que je t’aurais bien proposé un pillage des garde de robe des suites de luxes pour savoir laquelle d’entre nous trouverait la tenue de Kenzo la plus affreuse, mais à côté d’un Jacuzzi ou d’un bingo, ça me parait tout de suite moins fun… attends je sais…. »


Maddie fini sa bouteille cul sec avec la délicatesse et la féminité d’un travailleur de chantier, elle la posa sur le comptoir en essayant de ne pas basculer.

« Alors… si le goulot va vers moi, c’est jacuzzi et vers toi, c’est bingo ! »

Maddie, avec des gestes aussi précis et minutieux qu’un plâtrier étalant son plâtre sur un batiment voulu faire tourner la bouteille, mais celle-ci fini sa course en miettes à leurs pieds.

La rouquine resta une minute silencieuse a méditer devant cette parole sacrée de la bouteille avec une mine grave. Puis, quittant son rôle de pythie, c’est avec un grand sourire qu’elle enchaina :

« Bon bah la bouteille a parler !  Ca sera Bingo Jacuzzi !! Faut juste qu’on se trouve des grilles waterproof ! »
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 297
Points : 69
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Lun 10 Avr - 22:57

Je suis morte de rire quand elle me raconte son anecdote. Mon dieu mais il avait quel âge ? Est-ce que c'est méchant de demander ? Même si c'est pas curiosité. Je vais éviter, elle en rit mais j'ai pas envie de la faire pleurer devant le temps perdu. Et puis si elle pleure, je risque de m'y mettre aussi, et on n'est pas des alcooliques !

Je regarde la bouteille comme si ma vie en dépendait. Ce petit objet qui va décider de la suite de la soirée. Maddie la fait tourner et Zblankk ! Explosée en milles morceaux au sol. La partie de moi ou subsiste le pessimisme note que ça doit être un signe du destin pour nous dire de faire ni l'un ni l'autre. Mais Maddie crache au visage du destin et décide de faire les deux.

- Je te suis là-dedans ! Tu t'occupes du bingo, je m'occupe des bouteilles et on monte ?

J'ai bien envie de jouer, mais pas sans un verre. Je me retourne et parcours les étiquettes de mon doigt avant de sourire à Miss White.

- J'ai l'impression de jouer à hangover pick-a-boo ah ah !

J'attrape finalement une bouteille de champagne que je glisse entre mon torse et mon coude pour garder les mains libres. Je pique aussi la bouteille de whisky et une de vin blanc.

- Voilààà je suis prête !

J'espère qu'elle a pu trouver ce qu'il nous faut pour le bingo. Des fiches et au moins une boule pour tirer les numéros. Je me dirige donc vers la salle des petits vieux en espérant la trouver là. Dans le couloir, je remarque un espèce de chariot d'hôtel utilisé pour transporter les repas et les trucs du genre. Je fais tomber son contenu au sol et y pose les trois bouteilles. Ce sera bien pratique et puis... c'est comme un caddie.

Je commence à courir et déboule dans la salle des petits vieux en hurlant, les pieds posés sur le plateau inférieur du caddie.

- Youhouuuu !!!

Je ne contrôle plus ma course et je ne m'attendais pas à tomber sur des escaliers dans une salle de bingo. Les gérants de cet hôtel n'ont pas compris comment faire plaisir aux petits vieux. Ah si en fait il y a un accès facilité sur le côté mais je l'ai loupé.

- Oh merde !

Je dévale les escalier et attrape une des bouteilles avant de me rétamer la gueule par terre. Je suis complètement soûle et j'essaie de me relever, faisant rouler mon chariot qui m'est tombé dessus et lève la main tenant la bouteille, victorieuse.

- J'ai trouvé ça !
// Si tu veux lancer un dé comme tu m'a dis, je te laisse faire ça Smile //

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 256
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Ven 14 Avr - 23:17

« Bernie… tu as raison !! Il faut des munitions ! »

Maddie ajouta joyeusement une bouteille qui devait être du champagne, ou un autre vin Français pétillant, peu importait, au chargement de sa compagne.

« Tu me laisses une minutes le temps de me… heu… changer dirons-nous. »


Avec un déhanché de star de podium, un peu gâché par un tangage alcoolisé, Maddie quitta son perchoir pour aller vers l’escalier.

« On se retrouve au Spa ? Je ramène les grilles de BiiiiIiiiIiiIiiingOOoooooOo et le machin qui fait sortir les chiffres! »


C’est donc avec une détermination qu’elle partit en affrontant le sol traitreusement mouvant pour aller vers sa suite. Bon, tout son linge n’était pas sec, mais elle n’eut pas trop de mal à trouver un maillot de bain et un peignoir dans la suite d’à côté. Elle ne savait pas à quelle brindille sa trouvaille avait pu appartenir, mais vu comment il lui comprimait la poitrine, c’était soit une adolescente, soit un des portes manteaux de créateur qui n’aimaient pas les femmes pour les vouloir taillées comme des hommes.

Elle en trouva un autre très coloré, certainement un Kenzo ou un Desegual, avec ces motifs flashy où si quelqu’un vomissait dessus, il faudrait chercher longtemps pour trouver où se situait la tâche. Elle espérait que Bernie ne serait pas trop regardante sur ce qu’elle allait lui ramener.

C’est avec joie qu’elle dénicha aussi un sac Vuitton, l’indémodable et intemporelle Vuitton et des escarpins de créateur qui allaient lui donner au moins 10 cm de plus !!!! Bon, ils étaient deux tailles trop petits, mais elle avait toujours rêvé d’en avoir des comme ça !!!

C’est donc avec un maillot de bain dans lequel sa poitrine menaçait très sérieusement de faire une fugue, habillée d’un peignoir moelleux de l’hôtel et sur des talons qui n’arrangeaient rien à sa démarche déjà hasardeuse que Maddie suivait les panneaux « CRAZY BINGO ». Elle avait pris aussi le sac avec le maillot pour Bernadette et son arme.

En temps normal elle aurait été plus méfiante, mais, grisée par ses trouvailles et surtout l’apéritif pris, elle chantonnait en titubant quand elle entendit un vacarme de tous les diables qui lui rappela, que, même ici, elle n’était pas en sécurité.

Elle sursauta mollement sur ses échasses et manqua de se vautrer. Heureusement, même s’ils bougeaient, les murs étaient encore fiables.

« Bernie ? »

Le grognement qui lui répondit ne la rassura pas. Soit Bernadette était hyper forte en imitation de zombie, soit il y avait un zombie groom pas ragoutant pour deux sous, en face d’elle au bout du couloir.

« Toi…. T’as pas les bonnes chaussures… »

Il ne ressemblait vraiment à rien. Maddie sorti péniblement son arme de son beau sac Vuitton.

« Et pis c’est une soirée fillleeeeuuuuu !!! »

Elle tira trois fois et pouffa presque en voyant les traces d’impact. Elle avait bien eu le mur, mais le groom mort continuait à venir vers elle.

Cette fois elle essaya de se concentrer mais ce fut le plafond qui morfla pendant qu’elle se retrouvait les fesses au sol, le recul l’ayant déséquilibrée de ses hautes chaussures.

« Outch ! »
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 297
Points : 69
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
I'm a Lonesome Cow-Boy
I'm a Lonesome Cow-Boy
Aujourd'hui à 2:01

Je me relève et commence à chercher Maddie dans les couloirs quand des coups de feu retentissent à l'intérieur. Je n'avais pas remarqué qu'elle avait une arme à feu mais je comprends, c'est vrai que beaucoup ont opté pour cette solution pendant que je cherche toujours un moyen de me défendre sans utiliser de balle. Le couloir dans lequel j'avance tangue pas mal mais je remarque un monstre qui avance au croisement suivant.

De la poussière tombe du plafond et je pouffe de rire en supposant que c'est Maddie qui n'arrive pas à l'aligner. Il y a un autre chariot spécial room service et je sens que c'est le moment pour ces engins de se faire pardonner. Ni une ni deux, j'empoigne le chariot et commence à courir en direction du rôdeur qui se tourne vers moi pour comprendre d'où vient ce bruit.

- À L'ATTAQUE !!!

Je fonce sur lui et arrête de courir au moment où le tas de ferraille sur roues percute le déterré pour l'envoyer voler contre le mur. C'est toute la surface du dit-mur qui tremble et un buste en plâtre qui se trouvait dans un alcôve tangue à gauche, puis à droite, avant de tomber en plein sur la tête du zombie, l'écrasant contre le chariot.

- Beeeeeeurk !!

J'étais assez près et il y a un peu de sang sur mes vêtements. Je souris à Maddie et fait une révérence un peu hasardeuse après mon apparition surprise, la bouteille encore dans la main, sauve.

- Je suis prête Jesse James. Mais je me suis étendue en plein milieu du lounge-bar...

Je lui montre les tâches d'alcool qui se sont étendues sur mes vêtements quand j'ai cassé les deux autres bouteilles et hausse un sourcil. C'est pas bien grave et je devrais en trouver d'autre neufs dans une boutique de l'hôtel. Je me vois bien sortir avec l'ensemble complet de la parfaite touriste, casquette du parc national le plus proche comprise.
Je commence à parler à nouveau quand je sens une main m'agripper par derrière.

- AAaaaaAhaAhaaaah !

Je me retourne à une vitesse hors du commun poussée par mon adrénaline et explose ma bouteille sur le crâne du rôdeur qui vient de se redresser, le visage en sang et enfoncé par le buste. Le coup de bouteille semble lui avoir été fatal et il ne bouge plus. Je regarde le tesson encore dans ma main, ayant envie de rire devant ma connerie et de pleurer devant la valeur de la bouteille que je viens de détruire.

// Je suis sincèrement désolé pour le temps de réponse. Je croyais que c'était à toi de répondre :O //

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Eternal flame
 Sujets similaires
-
» Renom / Honneur Flame D. Elric
» Flame On [Johnny Storm]
» Orbe Flamme / Flame Orb
» TWIN FLAME
» Eternal Dissendium

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Your Flesh :: Walking on the streets :: Détroit-
Sauter vers: