Let it snow



InformationsContact
avatar
Messages : 437
Points : 317
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 31 Mar - 21:17




30 décembre 2015



Maddie était frigorifiée. Malgré son manteau, son bonnet et ses moufles, le froid la transperçait de part en part. Il faut dire, aussi, qu’elle n’avait pas les bottes adaptées à la marche dans la neige craquante de cette froide matinée de décembre. Son bas de pantalon était détrempé et elle n’était plus sûre de sentir bien ses pieds à cause de l’engourdissement.

Detroit redevenu sauvage sous la neige, un tableau poétique si on oubliait les morts, certes moins alertes pour vous courir après et le ciel bas et gris annonciateur d’une météo glaciale. Sans compter qu’elle avait déjà failli glisser 0deux fois depuis son départ.

D’ailleurs elle était partie il y a combien de temps ? Elle ne savait même plus… à force de ressasser son chagrin, elle devait être loin de du camp où Logan et Juliet l’avait accueilli. Elle n’était pas trop inquiète, elle savait vaguement que c’était « par là ».

La neige se mit à tomber à nouveau avec un petit vent cinglant. Bon, en tout cas il ne faudrait pas compter sur les traces pour y retourner. Elle savait qu’elle aurait dû faire marche arrière, qu’elle était loin du « je vais faire un petit tour du quartier pour me repérer » inscrit sur le registre.  D’ailleurs elle n’aimait pas ce formalisme, les règles et tout ce qui va avec… elle avait failli mettre « DTC » sur le fameux registre avant de faire un gros effort. Elle voulait rester avec Juliet surtout en ce moment.

Quand le type, dont elle ne se souvenait pas du nom lui avait demandé ce qu’elle allait foutre dehors, elle était restée assez évasive.  Elle préférait passer pour une écervelée un peu coconne avec son histoire de promenade de repérage plutôt que d’avouer qu’elle était juste une amie de merde qui pétait juste une durite.

D’abord, il y avait eu la joie d’enfin retrouver Juliet, après des mois et des mois de recherches et de stress, qui plus est, la retrouver avec le beau gros nounours toujours aussi sexy et bien vivant… et puis, ensuite il avait fallu encaisser ce qu’une éternelle optimiste n’aurait pas put envisager : la mort de la petite Eulalie.

Face à cette tragédie, même la légendaire bonne humeur de Maddie n’avait pas su faire face à cette nouvelle et à la détresse de ses amis. Elle avait fait de son mieux ses derniers jours, elle s’était montrée forte, elle avait été là pour écouter leur peine sans flancher avec la sienne. Elle se l’était interdit. Elle refusait de s’écrouler ou de pleurer devant eux. C’était à elle de les soutenir et non de les accabler encore plus avec son chagrin.

Et pourtant, Dieu seul savait à quel point elle en avait. Elle n’avait beau n’être que la marraine un peu fofolle, la tata qui avait la bougeotte, elle tenait à la petite comme si elle était de son sang. Même si Maddie ne s’en était jamais plainte, l’enfant qu’elle avait perdu sans le connaitre était toujours une source de tristesse immense. Aussi, elle ne pouvait que comprendre ce que traversaient Juliet et Logan.

Il fallait absolument qu’elle se reprenne et vite, non seulement le monde regorgeait déjà de gens déprimants et ternes à mourir, mais en plus, Juliet et Logan n’avaient absolument pas besoin d’une larve triste dans leurs pattes en ce moment.

Marcher lui faisait un bien fou. Qui plus est, avec cette neige, à moins que les Punishers aient investi dans des scooters des neiges, ça lui paraissait improbable de croiser « ses grands copains » par ce temps.

La neige tombait de plus en plus, réduisant la visibilité de Maddie. Le vent froid l’obligeait à batailler pour continuer à avancer. Finalement, cette sortie n’était peut-être pas une bonne idée. Elle distingua vaguement la silhouette de bâtiment. Elle n’avait pas le choix que d’aller tenter sa chance là-bas pour se protéger de ce qui tournait à une véritable tempête de neige. La Floride et Bali ne lui avaient jamais autant manqués.

MAIS POURQUOI DE TOUS LES ENDROITS DU MONDE JULIET AVAIT CHOISI DETROIT ??????!!

Dieu qu’elle avait froid !!!!

Elle arriva devant une vitrine cassée de ce qui avait dû être un magasin d’occasions, difficile a dire avec ce climat de merde et pour être honnête, Maddie s’en foutait royalement, du moment qu’il y avait un toit et le moyen de ne plus manger et respirer de la neige à chaque pas.

Elle n’était pas loin quand elle sentit qu’on lui agrippait le pied sous la neige.

Elle poussa un hurlement d’effrois en tombant lourdement et en paniquant littéralement dans la neige. Il y avait un zombie, il était caché sous la poudreuse, elle ne l’avait pas vu mais il lui avait attrapé la jambe et sa mâchoire venait de claquer pas loin de sa botte. Maddie réussi à se reprendre et le dégagea d’un coup de pied avant de ramper sur le dos vers la boutique.

La neige venait de perdre toute sa magie. Elle avait l’impression d’être dans un océan grouillant de requins cachés sous la surface. Elle avait un besoin impérieux de sortir de la tout de suite, fini le bon sens, le rationnel, IL FALLAIT QU’ELLE SORTE DE LA !! Avec des gestes rendus maladroits par le froid, la peur et son incapacité de se relever, elle se débattait pour se hisser dans cette maudite boutique, loin de ce qui pouvait se cacher sous la neige.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Dim 2 Avr - 22:32

Jour de neige. Jour de grand froid. L'hiver était bel et bien installé dans Détroit depuis quelques temps. Avant l'apocalypse, la journée aurait pu être parfaite. Une journée sous la neige à marcher dans les belles rues de la ville. C'est vrai quoi, après tout nous étions en pleine période estivale. Le mois de Décembre avec Noël et ses fêtes, ça aurait pu être parfait. Du moins, si les morts n'étaient pas venus troubler la fête. Matthew avait passé la nuit dans son SUV. Les magasins étaient trop froids pour y dormir sur le sol. C'est la qu'il aimait particulièrement sa banquette arrière. Son véhicule pouvait lui servir de petite maison d'appoint au cas où il se retrouvait bloqué loin de tout. Il s'étira alors lourdement, passant les mains sur son visage pour se donner un coup de boost. Il soupira puis baissa l'une des fenêtres du véhicule pour parvenir à voir le temps à l'extérieur. De la neige partout. Tout était recouvert. Il referma alors cette dernière. Le bon point de la neige en apocalypse, c'est que tous les marcheurs sont ralentis avec la couche de neige au sol.

Terminant de s'habiller, Matthew souffla sur ses mains pour les réchauffer. Posant lourdement le pied au sol, ce dernier s'enfonça au contact de la poudre blanche. Il se dirigea alors vers son coffre, l'ouvrant. Il saisit son arc à poulies, son arme de prédilection durant cette merde géante. Il accrocha son carquois à son dos, vérifiant avant de partir en expédition que chaque pointe de flèche soit sous le meilleur jour possible. Un matériel défectueux lors de la fin du monde, vos chances de survies seront bien maigres. Son arc dans la main gauche le joueur de Hockey parcourait les rues de Détroit à la recherche d'équipement en tout genre. Dans les rues, un silence religieux régnait. Le seul petit bruit que l'on pouvait entendre était une petite brise d'Hiver. D'un seul coup, le silence fût alors brisé.

Un cri strident venant de la rue voisine à celle ou se trouvait Ross, il tourna la tête dans tous les sens, au cas où que ce ne soit pas une attaque de pillards. Il aurait pu ne rien faire, faire comme si il n'avait rien entendu mais ce n'était pas dans sa nature. Sa nature le poussa à aller vérifier d'où pouvait venir ce cri au milieu d'un calme Olympien. Saisissant une flèche dans son carquois, Matthew l'encocha sur son arc puis commença à courir en direction du bruit. Passant d'une ruelle à l'autre, entre quelques cadavres Ross arriva rapidement vers la source du bruit. Il banda son arc, prêt à décocher sa flèche sur la première chose qu'il verrait. L'avantage d'être un joueur de Hockey, c'est que le sens d'observation et très évolué chez Ross. Il ne lui fallu pas bien longtemps pour identifier le problème. Il accourra alors en direction du cri.

Arrivant à proximité de la scène, il remarqua une femme, aux prises d'un marcheur. Ce dernier devait sûrement être pris au piège sous la quantité de poudreuse de Détroit. Il replaça son arc dans son dos, ne gardant que sa flèche en main. À quelques centimètres du duo femme/marcheur, Matthew posa sa main sur l'épaule du macchabée. Sans réfléchir à deux fois, sa flèche perfora alors le crâne du pauvre bâtard le faisant lâcher l'envie de croquer la jeune femme. Il rangea sa flèche dans son carquois, repoussa la mort du champ de vision de la survivante puis l'aida à se relever doucement. « Tout va bien ? Pas de blessures ? Il faut qu'on rentre se mettre à l’abri dans cette boutique. Même si le vitrine est cassée, ils doivent avoir une salle de repos. On va aller ici le temps que tout se calme. »
Il aida donc la femme à entrer et à s'installer dans la boutique. Une fois la porte refermée, Ross souffla un bon coup. Commencer la journée d'une manière si brutale n 'était pas dans ses habitudes. Il se présenta alors. « Au fait, je suis Matthew, Matthew Ross. Enchanté. »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 437
Points : 317
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 4 Avr - 6:24

C’était la débâcle totale. Une crise de panique comme il ne lui en était pas arrivée depuis la perte de son bébé. Avec sa gesticulation incertaine, sa respiration courte et ses mouvements désordonnés, elle n’arrivait pas à quitter le sol couvert de neige. Impossible de prendre le dessus, même pour cette maniaque du contrôle de soi.
Tout ce qui comptait c’était que sous la neige il y avait des zombies, tels des requins de mauvais film d’horreur, prêts à surgir pour l’agripper et la dévorer. Comme les Bimbos dans ces mêmes films.

C’est à peine si elle vu l’homme arriver. Il aurait été un Punishers venu pour lui faire sa fête, ou un cannibale, ça aurait été avec la même facilité qu’il aurait pu la surprendre tant elle était aussi pathétique qu’une tortue sur le dos à ne pas savoir se redresser sans s’effondrer à nouveau.

Elle réalisa a peine quand une flèche transperça la tête du zombie des neiges. Elle se pétrifia seulement en comprenant qu’elle n’était pas seule. Pour la première fois depuis des mois, elle se sentait vulnérable comme jamais et pas en état de se défendre.

Un homme, qu’elle arrivait à peine à voir dans la tempête de neige, récupéra sa flèche avant de venir vers elle sans qu’elle ne sache s’enfuir ou même bouger. C’est pourtant gentiment qu’il l’aida à s’extirper de cette neige qui l’épouvantait tant pour l’emmener vers la boutique à l’abri de la tempête.

« Tout va bien ? Pas de blessures ? Il faut qu'on rentre se mettre à l’abri dans cette boutique. Même si la vitrine est cassée, ils doivent avoir une salle de repos. On va aller ici le temps que tout se calme. »


Malgré la peur, Maddie su résister à son instinct de s’agripper à lui comme à une bouée en pleine mer. Elle eut quand même un peu de mal à le lâcher quand il la posa à l’intérieur de la boutique.

Aller dans un endroit à coupé du vent et de la neige était une bénédiction. Elle ne s’était pas rendue compte du bruit causé par la météo. Le début du picotement dans ses membres attestaient qu’elle était morte de froid. Elle eut à peine le temps de voir son sauveur, pourtant agréable à regarder et vaguement familier, qu’il la laissait pour trouver le moyen de fermer au mieux l’endroit.

Ne voulant pas rester seule elle essaya de se lever pour le suivre, mais une vive douleur dans la jambe l’obligea à se rassoir.

Une nouvelle angoisse vint lui tordre les entrailles avec la même irrationalité que la crise qui l’avait secouée dans la neige : et si elle avait été mordue sans s’en rendre compte ? Avec le froid qui anesthésiait ses membres… c’était envisageable.

Oubliant tous ses principes élémentaires de prudences face à un étranger, Maddie entreprit de se débattre avec ses bottes et le tissus mouillée et collant de son pantalon. Avec frénésie, et malgré la température ambiante, elle réussit à enlever le tout pour inspecter ses jambes. Avec un soulagement nerveux elle eut le plaisir de ne trouver aucune trace de morsure. Elle devait juste s’être fait mal en gesticulant comme une débile tout à l'heure.

Lorsque l’homme revint, au moins, elle avait le sourire et était plus détendue, même sans pantalon. Elle aurait peut être dû concevoir un peu de gène au regard de la situation, mais quand on se faisait radier de facebook au motif qu’il y a trop de photos qui ne sont pas en adéquation avec leur charte, on était assez immunisée contre ce genre de sentiment.

Quand il se présenta elle ne put qu’avoir un énorme sourire. Elle comprenait mieux pourquoi elle le trouvait mignon et familier. Il avait été au dessus de son bureau pendant tout un mois avec juste sa cross comme vêtement.

« Mince si j’avais su qu’octobre 2013 du calendrier les rois de la glace jouait au sauveteur dans la zone, j’aurais fait ma princesse en détresse plus tot… »

Elle se fendit d’un clin d’œil en se disant qu’il n’était pas mal en vrai aussi. Pas autant que gros nounours, mais quand même...

« Je m’appelle Maddie, Maddie Purple, merci d’être venu… j’ai… je crois que j’ai un peu paniquée comme une gamine mais au moins, grâce a vous, je ne suis que blessée. Je peux vous demander, à part sauver des rouquines en détresse, ce que vous faites dehors par un temps pareil ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Dim 9 Avr - 3:11

Avec la tempête de neige à l'extérieur de la boutique, sortir maintenant pour rejoindre son véhicule n'était pas forcément une bonne idée. Puis même, laisser une personne seule après avoir été aux prises d'un marcheur n'enchantait pas Matthew. Prenant toutes les précautions pour empêcher le froid et les intrus de rentrer, Ross barricada au mieux la pièce pour ne pas mourir de froid après un sauvetage. Après son tour rapide de fortification, il retourna auprès de la survivante. En revenant dans la pièce, Matthew remarqua directement que cette dernière n'avait plus de pantalon. Sur le coup, il n'arriva pas à bien discerner pourquoi, mais après quelques instants de réflexion, il se douta que c'était sûrement pour vérifier si elle n'était pas mordue durant son affrontement avec la goule.

Il répondait au sourire de la jeune femme par un autre sourire. Elle avait donc eu un calendrier dans le quel Ross avait posé presque nu pour son équipe de Hockey. A cette anecdote, il ne put alors s’empêcher de rigoler. Il devait être dans l'équipe depuis peu, mais bon. Vu que la majeure partie de l'équipe l'avait fait, pourquoi pas lui ? Au final, il a trouvé ça tellement drôle qu'il à recommencé une autre fois, cette fois ci, sur une surfaceuse dans la patinoire. Il frotta ses mains pour faire partir le peu de froid qui commençait à entrer en lui. « Je pensais pas qu'un jour, en pleine apocalypse, quelqu'un se souviendrait de ces photos ahah. Content qu'elles aient pu plaire pour le coup ! C'était ma première fois avec ce genre de photos.  Quoi qu'il en soit, ravi d'avoir pu secourir une princesse en détresse.» Il afficha un sourire son son visage.

Ce qu'il faisait par ce temps dehors ? Il cherchait des vivres pour pouvoir passer l'hiver sans trop de soucis. Être un solitaire durant une période hivernale, c'est un coup à se faire tuer. D'un naturel pourtant imprudent, Matthew s’efforçait à certains moments de prendre la vie avec des pincettes si il voulait passer une nuit de plus. Sa compagne de voyage s'appelait donc Maddie Purple. C'est un nom qu'il nota bien dans son crâne. Il souffla dans ses mains gelées. « Hey, c'est pas grave de paniquer. On a tous nos moments de faiblesses un moment ou un autre. Votre blessure, rien de grave au moins ? Si je peux faire quoi que ce soit, n'hésitez pas. » Il marqua un petit temps de pause. « Ce que je fais quand je ne sauve pas des rouquines ? Mh... J'essaye de survivre comme je peu en allant d'un endroit à un autre, cherchant des vivres à tout va. » Il se dirigea vers le reste de la boutique, allant récupérer une chaise, chaise qu'il plaça à proximité de Maddie.  

Le froid se faisait de plus en plus pesant dans la pièce. Matthew, pourtant habitué à être dans des endroits frais comme une patinoire, avait toujours du mal avec le froid extérieur. Il bougea ses doigts, puis ses mains, comme pour les réchauffer. Faire un feu n'aurait pas été de trop. Mais pour trouver du bois avec ce temps la, bonne chance. Putain ce que la technologie lui manquait. Un bon chauffage, une bonne cheminée et ça aurait presque pu être un moment génial. « Pas trop froid aux jambes Miss Purple ? Et vous, que faites vous dehors avec un temps pareil ? »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 437
Points : 317
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 11 Avr - 19:18

« Pas trop froid aux jambes Miss Purple ? Et vous, que faites vous dehors avec un temps pareil ? »

Cette question aurait pu mettre mal à l’aise plus d’une femme, mais visiblement Maddie n’était pas du genre prude. Et, au regard de la situation et des émotions qu’elle venait de vivre, elle n’avait pas envie de jouer la fausse vierge effarouchée devant un homme qui avait quand même montré presque tous les cm carrés de sa peau pour un calendrier.  

Elle jeta un regard un peu dubitatif à son pantalon trempé. Oui elle avait froid, elle était même glacée, mais elle n’était pas convaincue que remettre ses vêtements gorgées d’eau allaient changer la donne. Elle essaya de se redresser, avec  difficultés, en se tenant aux murs.

« Ma foi, j’aurai dû mal à vous répondre exactement, en tout cas vous pouvez être sûr d’une chose Matthew, je n’étais pas météorologue dans ma vie d’avant et si je vous propose de vous promener en plein hiver en trouvant que le ciel est dégagé, dites non et retenez moi. »

Elle lui fit un petit clin d’œil avant d'aller fouiner, en boitant, dans la boutique à la recherche de n’importe quoi qui pourrait avoir l’air chaud. L’adrénaline redescendant, ce n’était plus des frissons de peur qui lui donnait la chair de poule.

Dieu qu’elle avait été sotte de paniquer autant. Si elle devait avoir honte d’une chose, ce n’était certainement pas d’être cul nu devant le jeune homme mais bien d’avoir été aussi ridicule de se blesser toute seule à cause d’un coup de trouille. Le pire était qu’elle était vraiment effrayée de retourner marcher dans la neige.

« Pour être totalement transparente avec vous, je viens d’un petit regroupement de survivants installés pas très loin d’ici, et quand je dis installés, ça veut dire grand luxe et confort au regard du monde actuelle.  D’ailleurs, là, tout de suite maintenant, même si je dois avouer que c’est très plaisant de se faire sauver par un sportif aussi sexy que vous, je payerais cher pour être restée au chaud dans ma maison. »


Surtout qu’elle n’était pas certaine de la distance. Avec la douleur de sa cheville, elle mesurait maintenant la précarité de sa situation et la difficulté qu’elle aurait à regagner ses pénates. Elle préféra mettre de côté ce "petit souci" pour se concentrer sur l’urgence du moment : ne pas finir en hypothermie.

Elle dénicha un vieux drap qui protégeait un vieux meuble et essaya de s’envelopper dedans comme elle pouvait, tout en rassemblant tout le bric à brac qui pouvait être brulé sans foutre le feu à leur "refuge".

« Au passage, je vous ai vu presque nu, vous m’avez vue jambes nues… quelques part on pourrait considérer qu’à ce stade de la relation, l’étape du vouvoiement n’est plus de rigueur et passer directement au tu ? Qu’en penses-TU Matthew?»
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Mar 2 Mai - 13:20

Et donc, si tout cela était arrivé, c'est simplement car Miss Purple souhaitait balader au vu du beau temps. Un peu comme Matthew en somme. Si l'ancien joueur de Hockey se retrouvait coincé ici avec cette tempête c'est simplement car il voulait voir Détroit sous la neige. Rien de plus. Il coinça alors ses deux mains entre sa cuirasse et son torse, comme pour les garder au chaud. Une idée lui parcourait alors l'esprit. Pourquoi ne pas tenter de faire un petit feu pour se réchauffer ? Cette idée lui semblait plutôt bonne, même si d'un coté, il y avait une chance de ne pas réussir à allumer le feu. Pour le moment, il mettait cette idée de côté, avec de la chance, la tempête serait passée d'ici qu'ils soient tout deux morts de froid.Il sourit à la remarque de la jeune femme sur ses habitudes à sortir par mauvais temps. « En temps normal, une ballade sous la neige ne me déplaît pas. Une balade sous la neige AVEC des marcheurs, la ouais, ça me dérange déjà bien plus. »

Il regardait alors Maddie revenir avec une couverture. C'était pas une si mauvaise idée. Mais pour le moment, le froid n'atteignait pas le Ross. Enfin, sauf pour ses mains. Sauver des gens comme ça dans la rue n'était pas son point fort, à la base, Matthew faisait son possible pour rester en retrait des villes, seulement, avec la faim qui régnait, il fallait bien se déplacer pour trouver des vivres en ville. La survivante venait donc d'un groupe. Cela attirait l'oreille de Matthew. La solitude, c'est une chose, mais ça commence à pas mal vous peser au bout d'un moment. Vivre en groupe par ces temps devient une nécessité. « De mon côté, pour être complètement transparent avec vous, je viens d'un petit groupe de survivants. Nous sommes un. Genre moi. J'ai mon campement garé pas loin d'ailleurs. Un super SUV. Bon, il y fait pas forcément chaud, mais au moins il est confortable. L'essentiel, c'est de savoir retourner à son camp.Moi du coup, pas de soucis ! » Il sourit à Maddie.

La voyant rassembler des objets en tout genre pour faire un feu, Matthew était rassuré de ne pas être le seul à avoir eu cette idée. Il l'aida alors à terminer de rassembler tout le nécessaire pour faire ce feu qui pourrait réchauffer le duo de survivants. « Je suis complètement d'accord avec toi, Miss Purple. Bon, il ne me reste plus qu'a allumer ce feu, et nous serons bon pour passer le reste de la journée au chaud ! ». Il s'agenouilla devant l'amas de babioles rassemblées pour faire feu. A partir de ce moment, c'était un remake de Man VS Wild. « Je suis pas forcément le plus doué pour faire un feu, mais si ça peut nous éviter de mourir, j'y mettrais tout mon cœur, tu peux me croire ! » Il tourna la tête en direction de Maddie, sourire aux lèvres. Mal-grès tout, c'était pas désagréable d'être coincé ici. Même si c'était pas le top pour rencontrer les gens, au moins, aucun n'était dehors à mourir dans le froid !
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 437
Points : 317
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 9 Mai - 14:06

Maddie restait souriante malgré ses claquements de dents. Franchement il y avait pire que de se retrouver bloquée avec octobre 2013 des dieux des glaces, qui, pour ne rien gâcher, se révélait avoir pas mal d’humours.

En même temps qu’elle fouinait dans le bordel de la pièce, en quête de matériaux utiles pour qu’ils ne meurent pas de froid, elle se posait des centaines de questions.

Déjà elle était à l’aise avec cet homme alors qu’il était évident que s’il voulait lui faire du mal, elle n’était ni en position, ni en tenue, pour avoir facilement le dessus. Pourtant elle ne ressentait aucune défiance vis-à-vis de lui. En même temps, pouvait-elle réellement le considérer comme un illustre inconnu alors qu’elle avait passé presque un mois en tête à tête avec sa photo ? Bon, d’accord ce n’était pas le meilleur argument possible, mais elle souvenait avoir lu plusieurs articles sportifs sur Matthew où il apparaissait comme un bon camarade d’équipe. Enfin, elle ne les avait pas vraiment lus ces articles, forcement, les photos de l’équipe attiraient plus l’œil que les rubriques mais en tout cas dessus il avait l'air de quelqu'un bien.

Et puis merde pourquoi elle était en train d’argumenter pour elle-même ? Non seulement il était drôle, charmant mais il lui avait quand même sauver la vie, enfin, il l’avait sauvée de la neige, et si ça, ça ne confirmait pas son intuition, c’est qu’elle ne s’appelait plus Maddie Purple !

Elle savait ce que ça faisait de rester dormir seul dans une voiture. Et elle se demandait si elle avait le droit de lui proposer de venir à Fort Hope.

Elle avait pourtant fait un effort pour écouter les kilomètres de règlement instaurés pour la petite communauté. Sa blague comme quoi il y avant plus de règles que d'habitants avait été fraîchement accueillie. Elle qui détestait les cadres et les contraintes, a LoganLand elle était servie. Mais pour Juliet et Logan elle s'était promis de s’y tenir le plus possible.

Sauf que là, c’était le vide artistique le plus complet. Pouvait elle ramener un sportif sexy et craquant, qui, accessoirement l'avait sauvée, à la maison ou devait-elle le laisser continuer à crever de froid dans sa voiture alors que le climat du coin ne semblait pas s’arranger ?

Ça aurait pu être un dur dilemme si Maddie n’avait pas l'habitude de suivre son instinct. Oubliant que ce dernier ne l’avait conduit qu’a des déboires matrimoniaux, elle avait pris sa décision avant même de revenir vers le jeune homme, en boitant avec son barda de brols à bruler. Elle avait déniché pas mal de bric à brac mais surtout, des allumettes qui avaient l’air sèches, une espèce de vielle marmite en fonte qui éviterait de cramer la boutique en servant d’âtre et des vieilles tentures puantes de moisissures qui pourraient faire des couvertures de luxes au regard de la situation. Elle lança les tissus à Matthew avant de manquer se vautrer avec la marmite en face de lui.

« Oups ! J’ai l’impression de ne plus sentir mes jambes. »

Elle se rétabli tant bien que mal. Pour essayer de s'assoir avec plus de dignité. Sa jambe était douloureuse et le froid n'arrangeait rien. A prix d'une manœuvre compliquée elle réussit à s’installer près du sportif.

« Tu sais, tu peux aussi trouver une autre adresse que ton SUV… je ne sais pas si tu le sens de tenter l’aventure, mais je t’en dois une, du moins si on survit. Je viens d’un petit groupe vraiment accueillant et… en fait des gens normaux qui ne sont pas partis en vrille à vouloir tuer tout le monde. Tu n’es pas obligé de t’engager pour la vie, mais… si tu le veux, tu pourrais venir jeter un coup d’œil. Voir faire au moins une nuit sur un vrai matelas dans une maison chauffée… »


Elle tremblait tellement qu’elle n’arrivait pas à gratter les allumettes et finit par tendre la boite à Matthew avant de toutes les casser pour allumer la marmite.  

« Je ne sais pas ce que tu en penses ? »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Dim 4 Juin - 18:34

Les bras croisés sur sa poitrine, l'ancien joueur de la Nhl écoutait attentivement la survivante. Rejoindre un groupe pourrait être une bonne chose pour lui. C'est vrai. Mais Matthew aime beaucoup trop balader dans les rues de Détroit sans même savoir quoi faire. Juste... Passer du temps à travers les rues, se souvenir de comment pouvaient être les avenues avant tout ce bordel. C'est ça qui l'a principalement toujours rebuté à rejoindre une communauté. Et la peur de perdre à nouveau des gens. Même si Ross semble être quelqu'un de très détendu aux premiers abords, il s'en fait beaucoup. Si il rejoint un camp, il veut pouvoir être sur de les aider un maximum et de ne pas être un poids mort pour eux.

Son regard se tourna vers Maddie lorsque cette dernière manqua de tomber une nouvelle fois. Il se releva d'un seul coup, en vain. La survivante avait réussie à se remettre d'elle même, il sourit. « Tu devrais rester assise. Avec ce que tu as eu dehors, laisse moi m'occuper de ça. » Il plaça les objets trouvés par Miss Purple au centre du feu, puis la regarda tenter d'allumer la flamme. En vain. A force d'évoluer seul, il commence à maîtriser l'art de faire du feu. Enfin, lorsqu'il n'est pas dans son véhicule en tout cas. Il ne sait même pas pourquoi il n'a toujours pas quitté Détroit. Il aurait pu le faire depuis longtemps, partir, volant entre les mains, cheveux aux vents. Mais quelque chose, ou plutôt quelqu'un le retenait dans cette ville. Certaines personnes lui manquaient terriblement. « Tu sais... Si je n'ai pas rejoint de communauté depuis le début, c'est parce qu'il y a des gens à qui je tiens, et que je souhaite retrouver... Mais autant chercher à rejoindre la lune tout de suite, ce serait plus simple. » Il soupira. Voyant que Maddie ne s'en sortait pas avec les allumettes, elle lui tendait. Il rigola doucement, la remercia de lui confier ces biens si précieux puis commença à gratter le bord de l'allumette contre la boite. La première, c'est raté. « Uhm. Je te promet, d'habitude, j'suis quand même meilleur pour allumer des trucs. » Il en gratta une seconde. Bingo. C'était juste le coup de prendre la main.

Il plaça la précieuse gardienne des flammes dans le réceptacle improvisé.  Matthew s'agenouilla devant la marmite et y installa l'allumette. Joignant ses mains contre sa bouche, il souffla tout doucement sur la braise croissante. Le feu prenait peu à peu. « Et voilà. » Il se retourna, souriant à Maddie. Jusqu'à présent il avait tenté d'éviter de répondre à la question du logement. La, avec le temps à tuer avant la fin de la tempête, il allait devoir répondre. Il se replaça aux cotés de la survivante. « Ouais. Ca me dirait carrément. Je crois que me sentir dans une communauté me ferait le plus grand bien. C'est toujours possible de sortir hein ? J'aime pas vraiment passer ma journée entre deux murs, c'est tout ce qui m'importe. Et puis, si je peux me rendre utile, je dis pas non. C'est un plan qui me plaît parfaitement. ». Il frotta ses mains. Mal-gré la chaleur dégagée par les flammes de la marmite, le temps que la pièce se réchauffe, il tentait de combler le manque de chaleur comme il pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 437
Points : 317
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Dim 18 Juin - 12:15

Maddie eut du mal à se retenir de ne pas rire en voyant Matthew galéré pour allumer le feu. Ce n’était pas très gentil, surtout au regard du fait qu’avec ses tremblements elle ne pouvait pas faire mieux que lui. Pourtant, la tombé de nerfs, le coté incertain de la situation l’obligeait à arborer un sourire taquin devant le mal qui se donnait.
Mais en tout cas, vu ce qu’elle avait aperçu de ses « arguments » sur le calendrier des Dieux des glaces, elle voulait bien le croire qu’il disait qu’il était bon pour allumer, c’est juste que ça devait être plus simple avec des filles qu’avec de vraie flamme.
Elle poussa presque un petit cri de joie et de plaisir quand enfin le feu se lança !! La fable chaleur qui se dégageait valait une dizaine d’orgasmes. Elle applaudit l’exploits avec enthousiasme.

Ses doigts était parcours de fourmillements douloureux dans ses extrémités. Quand il vint s’assoir à côté d’elle, spontanément, elle s’appuya contre lui et tira un pan du rideau pour le partager avec lui. Une façon de se tenir chaud en attendant que le feu soit suffisant. C’était ridiculement dangereux au regard de la folie qui s’était emparer du monde. Mais si elle ne pouvait pas faire confiance à octobre 2013, a qui pouvait elle se fier ? Il n’avait rien d’un Punishers ou d’un fou.

« Merci »


C’était un peu maigre mais elle devait attendre de ne plus claquer des dents pour réussir à articuler plus de mots de plus.

« Tu sais… je pense qu’être avec d’autre personne, ça ne peut que t’aider dans tes recherches… je suis arrivée sur Detroit aussi pour retrouver des gens chers, et c’était plus simple avec des amis pour se soutenir, surtout dans les moments durs. »

Repenser à ses anciens amis lui brisait le cœur. Mais elle n’oubliait pas, non plus, le calvaire qu’elle avait vécu par la suite en essayant de survivre seule tout en cherchant Juliet. Les nuits à craindre le pire, avancer sans que personne ne veille sur ses arrières, se dire qu’à la moindre difficultés, maladie ou blessure, ça serait la fin garantie de l’histoire…

Elle posa doucement sa main glacée sur celle de Matthew. Elle n’était pas sûre d’avoir le droit de lui parler de Fort Hope, mais elle connaissait suffisamment Logan pour se douter qu’il ne laissera pas un homme comme Matthew mourir sans rien faire. Et puis il venait de la sauver non ? Elle le regarda droit dans les yeux.

« Matthew, ça te dirait de venir avec moi, quand on pourra sortir bien sûr, je pourrais te présenter a la petite communauté ou je vis, je pense que ça pourrait te plaire… et puis, ce n’est pas une vie de rester seul avec ce qui se passe dehors… qu’est-ce que tu en penses ?»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Mar 11 Juil - 18:58

Sentant la jeune femme se coller à lui, l’ancien joueur de la NHL posa sa main sur son épaule, comme pour la réchauffer un petit peu. Même si lui n’avait pas vraiment peur de mourir de froid, c’était pas forcément le cas de tout le monde. Et puis , par les temps qui courent, avoir une petite marque d’affection, ça vous fait toujours du bien . Qui que vous soyez. Le regard perdu entre les maigres flammes se tenant devant lui, c’est la voix de la survivante qui le tira de ses pensées. Il tourna son regard vers cette dernière, lui souriant. Dans ce qu’elle disait, elle disait beaucoup de choses justes. Pour ne pas dire la totalité des choses justes. Etre dans un groupe, une communauté, ça vous donne de la motivation, des ambitions. Des amis, et surtout, une nouvelle famille.

Il soupira  quelques secondes, ouvrant légèrement la bouche avant de donner une réponse. « Je sais. Tu as raison. La survie à plusieurs, c’est plus simple, avoir des alliés, des gens sur qui compter, une nouvelle famille en quelques sortes. Et ce sera toujours plus simple de retrouver les personnes qui me sont chères. » Il marqua un temps de pause, son regard perdu dans les flammes. Cette fois c’est la main glacée de la survivante qui venait de le sortir de son esprit. C’était rare pour lui d’être aussi perdu que ça. C’était sûrement du au fait d’avoir un peu de contact humains, ce qu’il n’avait plus eu depuis le début de l’apocalypse, au vue de sa survie en solitaire. Ses yeux se plongèrent aussi dans ceux de la survivante à ses côtés. Elle souhaitait le faire entrer dans leur communauté. Hochant la tête doucement, il écoutait  très attentivement. C’est vrai. Elle avait raison, ce n’était pas une vie que de toujours courir d’un bout à l’autre de la ville. Et puis, passer l’hiver dans une communauté, ce sera toujours plus facile que de passer un hiver rude, seul, sans compagnie, à se soucier des morts, enfouis dans la neige, ou pire encore, des vivants.

A la fin de sa dernière phrase, il inspira un bon coup. Et puis quoi, si jamais la vie en communauté ne lui plaisait pas, il pourrait toujours partir, non ? Après s’être accordé un petit temps de réflexion, il entre-ouvrit ses lèvres . « Je pense que tu as raison. Vivre seul devient de plus en plus pesant, et puis, je suis sur que je pourrais me rendre utile pour quelque chose au sein du camp. J’en suis. Tu veux te mettre en route après cette tempête ? Avec mon véhicule on sera sur place rapidement. Il nous reste plus qu’à attendre la tombée de la tempête. » Il afficha un large sourire sur son visage, le fait de trouver un groupe lui redonnait un peu d’espoir dans son errance. Sa main sur son épaule, le Ross continuait de réchauffer la survivante. « Merci à toi de me proposer ça. »

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Let it snowPage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dessin de Snow'
» Présentation de Dark'Snow Day
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Ann Snow
» Dashing through the snow...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum