Detroit Red Wings Ft. Matthew



InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 31 Mar - 23:18

Ce matin, je me suis levée à l'aube pour préparer mon excursion. J'ai pris une douche rapide histoire de me sentir à l'aise pour ma mission. Je dois aller en repérage sur un site industriel où Barry soupçonne qu'il y ait eu une production de balles pour l'armée qui ne serait peut-être pas partie.
Quand les morts ont commencé à attaquer les vivants, beaucoup d'usine dans des villes où les morts n'avaient pas encore pris le pouvoir ont été réquisitionnées pour produire du matériel militaire. Et certains membres du groupe ont vu des humvee passer bien après la fin du conflit ce qui laisse penser qu'une présence militaire importante a du être mise en place à Detroit.

Après mon petit-déjeuner à base de pain et d'eau, je m'équipe de mes armes, attachant les trois étuis et fourreaux là où il faut avant d'y glisser mes lames. Ma moto m'attend dans le hall de la bibliothèque. Je passe une minute à tourner autour en la contemplant. Je viens de passer quatre jours à la bichonner en attendant avec impatience qu'on me donne une mission à l'extérieur de Detroit. Parce que pour le moment, je suis plus vouée à faire les courses pour ramener du sucre et de la farine aux cuisines que pour des trucs vraiment intéressants. Finalement, je fixe la double sacoche à l'arrière, y rangeant ma trousse de secours et un pain au cas où d'un côté, ma gourde remplie et le portable d'un des membres du groupe qui a encore de la batterie et qu'il m'a prêté pour prendre des photos des lieux de l'autre côté.

Je grimpe enfin sur ma moto, fait remonter la béquille d'un coup de talon et enfile mes lunettes de soleil d'aviateur, prête à partir. Je vois Barry approcher et il me tend le plan d'accès au bâtiment, c'est globalement tout droit et il m'assure que "40% de la route sont dégagés". Avec un sourire, je glisse le schéma dans la poche intérieur de mon blouson à côté de la photo de ma famille et tire la fermeture jusqu'à mon cou.
La clé tourne et le contact se fait. Elle fait un bruit merveilleux et je le remercie encore. Malgré les quelques rayures dues à ma chute, elle est impeccable.

Mes doigts agrippent la poignée d’accélération et je la fait tourner avec délectation avant de démarrer et de sortir de la bibliothèque. Arrivée dans la rue, je tourne à droite et accélère un bon coup. La kawazaki roadster pousse un grondement en dépassant le 50km/h et je trouve ma vitesse de croisière à soixante. C'est un peu de la folie mais j'ai toujours été casse-cou et mon père avait l'habitude de me laisser sa moto sur l'autoroute pour que j'expérimente l'adrénaline de la vitesse.
Je ralentis quand je vois que Barry s'est arrêté de nettoyer. J'arrive dans ce qu'on peut appeler une zone de guerre et je suis obligée de décélérer pour éviter les morts. Finalement, j'arrive à sortir de la ville et les chemins de campagne sont bien plus tranquilles que la ville. J'arrive enfin en vue d'un patelin qui a été abandonné depuis longtemps. Il n'y a que quelques maisons et un bâtiment industriel entouré de grands murs. La porte en acier est fermée mais je repère une maison à côté qui semble assez haute pour avoir au moins un visuel de l'intérieur de la cour.

Dans un dérapage contrôlé, je m'arrête avant de garer la moto noir mat derrière le maison. Il n'y a quasiment aucun rôdeur dans les environs et ceux qui m'ont entendu n'arriveront pas avec dans heures. Je ne baisse pas trop ma garde cependant et dégaine mon épée avant d'entrer dans la maison envahie par la poussière.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 35
Points : 246
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Matthew Ross
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Dim 9 Avr - 2:26

Une nuit bien trop rude pour Ross. Au début, dormir dans son SUV était quelque chose de presque normal pour lui. Mais au fil du temps et des jours qui passent, dormir dans son propre véhicule vous empêche de dormir de plus en plus. Matthew avait passé la nuit à bouger dans tous les sens. Le confort n'était pas au rendez vous dans le SUV. Mais apès tout, c'était mieux que rien. N'arrivant pas à trouver le sommeil, il décida alors de faire route un peu plus loin de Détroit. Son arrêt se fait alors dans un petit patelin en retrait de Détroit. Quelques maisons ici et la. Putain ce qu'il donnerait pour une bonne nuit de sommeil dans un lit. Garant le véhicule proche d'une des maisons, Matthew avançait à tâtons dans la pénombre de la nuit. Son arc était même resté dans sa voiture. Il n'avait que son surin avec lui. Tournant la poignée de la porte lentement pour ne pas éveiller les morts, Ross se retrouva bien vite dans la pièce qui semblait être autre fois un salon.

Il fit alors un rapide tour du propriétaire. Maison sur étage, deux chambres en haut, une seule en bas l'état de la baraque était déplorable. Mais bon, c'était déjà mieux qu'un SUV après tout, non ? . La fatigue devenait de plus en plus pesante pour l'ancien joueur de Hockey. Matthew referma la porte après son tour d'inspection. Passant sa main dans ses cheveux il était presque hésitant sur la pièce dans la quelle il allait dormir. Il s'installa quelques secondes sur le canapé familial pour souffler quelques temps, et en quelques minutes, il n'eut même pas l'occasion de rejoindre une chambre quelconque qu'il était déjà dans un état second en train de dormir.
La bouche grande ouverte, il n'avait pas dormi aussi bien depuis des mois. Pourtant, mal-gré l'aspect miteux et post-apocalyptique de la maison, elle avait son charme et c'était toujours une nuit de gagnée dans un autre espace.

Le réveil fut rude. Un vrombissement de moteur arriva jusqu'à ses oreilles. Bordel. Mais qui viendrait ici si tôt le matin ? Dans ce vieux quartier sans intérêt ? Et forcément, la moto semblait se stopper dans un dérapage juste à proximité de la maison ou il avait élu domicile pour la nuit. Il se retournait dans tous les sens sur le canapé du salon, espérant que tout cela passe aussi vite que c'était arrivé. L'événement qui fit alors sortir Matthew de son sommeil, c'est lorsque la porte de la petite maison venait de s'ouvrir. Il se redressa d'un coup sur le canapé, frottant ses yeux de ses mains pour tenter d'y voir plus clair dans cette situation. Une silhouette féminine venait de passer la porte. Putain, dans quelle merde il s'était encore fourré ? « Uhm, avant toutes choses, je suis vraiment désolé si c'est votre maison ici. Mais promis j'ai pas touché aux lits, j'ai juste dormi dans le canapé. Rien de plus. Tout est encore en place. » Il se dirigea vers la porte, cheveux ébouriffés d'une nuit de sommeil. Il regarda la jeune femme. « je vais vous laisser dans votre maison si vous souhaitez. Belle maison en passant. Spacieuse, et.. Très bien agencée. Au fait, mon nom est Matthew, Matthew Ross »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Avr - 2:56

J'ouvre la porte et un type se lève du canapé pour commencer à parler. Il parle beaucoup, j'ai dû le réveiller. Il s'avance vers moi et je pointe mon khukuri dans sa direction. Il n'a pas l'air agressif mais sait-on jamais. Il fini par se présenter et de la main gauche, je baisse mes lunettes pour mieux le voir. Son nom et le maillot qu'il porte ne sont pas trompeurs, je reconnais son visage. Malgré mon arme menaçante, je souris à l'homme dont les yeux peinent encore à s'ouvrir.

- Tu es Matthew Ross ? LE Matthew Ross qui a sauvé la saison il y a deux ans ? - je jette un regard à la pièce pour voir si je repère d'éventuels acolytes - T'es seul ?

Je baisse ma garde. Il a arrêté de marcher et je l'observe de haut en bas, haut étant un euphémisme vue la différence de taille qui nous sépare.

- Je suis une fan. Tu m'as fais vider un paquet de bières.

J'ai eu un peu de mal à l'apprécier au début de sa carrière et comme je pariais toujours contre lui au début, je buvais beaucoup. Je pose mes lunettes sur le haut de ma tête pour ne plus être gênée par ces derniers et ne peut m'empêcher de le détailler. Je n'ai encore jamais rencontré de joueur pro et je suis un peu impressionnée.
Un léger rire hautain dépasse mes lèvres quand je saisis qu'il croit que je vis ici. Un regard au salon me laisse penser que le reste de la maison doit au mieux sentir le moisi, au pire être totalement inondée. C'est peu flatteur, et vu son état, il doit probablement se débrouiller moins bien que moi.

- J'vis pas ici. Juste venue récupérer quelques trucs dans le bâtiment d'à côté. J'ai vu une fenêtre qui pourrait me permettre de passer dans la cour.

J'arrête d'être suspicieuse cependant, déjà parce que je ne suis pas là pour me battre et puis... c'est un héros, au moins le héros de Detroit mais on n'en demandait pas plus à Luke Cage.

- Tu... Tu fais quoi ici ? - Je lui adresse un sourire en coin en regardant par la fenêtre le soleil déjà bien haut - Je ne t'ai quand même pas réveillé ?

C'est une question logique. Qu'est-ce qu'un type comme lui fout ici et surtout : pourquoi il a dormi dans le canapé alors qu'il avait au moins deux chambres à disposition rien que dans cette maison ? Peut-être qu'il s'est ramolli à force de taper dans le palet. Pis si il dort encore, c'est pas un matinal.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 35
Points : 246
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Matthew Ross
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Dim 30 Avr - 20:03

Réveil difficile, réveil agressif. Une lame vient se pointer sous le nez de l’ancien joueur de Hockey, surpris, ses yeux s'ouvrent d'un coup en grand. Il détaille la jeune femme de haut en bas. La vache. Elle était bien armée. Il lève alors les deux mains bien au dessus de la tête, ne voulant pas contrarier son interlocutrice. Sa respiration se fait faible, il tente de garder son sang froid pour ne rien faire de stupide pour se retrouver avec une lame dans la gorge. Elle lui pose alors des questions sur son identité. Il arqua alors un sourcil. Elle le reconnaissait d'avant l'apocalypse. Que les gens le reconnaisse, pas de soucis, que les gens le reconnaisse avec une lame sous la gorge, soucis. Vu son attitude plus détendu avec Matthew, il se permit même de laisser tomber les bras sur le long de son corps. « Je suis Matthew Ross, en effet. Et ouais, celui qui à sauvé la saison il y a deux ans. Enfin, pour le moment j'essaie de me sauver moi même, c'est déjà pas mal par ce temps. » Il marqua un temps de pause avant de lui adresser un sourire. « Oui, je suis seul »

Il plaça ses mains sur ses hanches d'une manière plus décontractée. « Content de voir que j'ai encore des fans avec les marcheurs dehors. Même si j'ai sauvé la saison, ils veulent rien n'entendre et tentent quand même de me tuer. J'piges pas trop. » Il souriait à la jeune fille, levant les yeux au ciel, haussant les épaules. Bon, déjà, elle habite pas ici. Du coup, pas de risques de se faire chasser à coups de fusils. C'est déjà un bon point pour le sportif. Il passa sa main dans ses cheveux histoire de tenter de se recoiffer pour paraître plus présentable.
C'était quand même pas mal rare qu'il croise des survivants mettant un nom sur son visage. Qu'est ce qu'elle pouvait bien faire ici ? Ah, elle venait tout juste de répondre à cette question.

« Ça t’arrive souvent de faire ce genre de missions ravitaillement ? » Matthew s'écarta de la porte pour la  laisser rentrer. Après tout, rester devant une porte en pleine zone hostile, c'était pas le meilleur des choix, et ça, même pour le Ross. « Ce que je fais ici ? Je crois que tu devineras jamais. Je dors. Ouai, à la base je voulais me reposer, mais je me suis endormi. Eeet.. pour ta seconde question, malheureusement pour moi, oui je dormais, mais pas grave. Fallait bien que je me lève. Et je préfère me faire réveiller par toi plutôt qu'un marcheur à choisir. » Un sourire se dessina sur ses lèvres. Il se dirigea vers la table basse ou il avait posé quelques parties de son équipement. Il porta sa main à sa cuirasse, replaçant cette dernière sur son buste. Pareil pour son carquois dans son dos. « Ah merde, mon arc est dans ma bagnole. » L'organisation n'était pas son fort. Surtout en pleine apocalypse ou il perdait ses petites habitudes. Il s'adossa au premier mur venu, bras croisés. « Et toi, qui est tu Miss ? Tu connais pas mal de choses sur moi, mais j'aimerais bien en savoir un peu plus sur toi. » Il lui adressa un clin d’œil, sourire en coin. « Et puisque je suis reveillé, si tu as besoin d'aide pour récupérer quelques trucs il leva les mains J'suis la, tu peux compter sur moi ! »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 8:58

J'hausse un sourcil et affiche un sourire moqueur quand il me dit qu'il est venu se reposer et s'est finalement endormi là. Le sourire se transforme en rictus lorsqu'il annonce avoir oublié son arc dans son auto. Comment ça il a oublié son arme ? Pis je suis un peu déçue, je l'imaginais se battre avec une crosse de hockey mais bon...

- Ça m'arrive, j'ai besoin d'un truc dans le coin si tu veux m'aider...

Je commence à grimper les marches pour monter à l'étage et l'invite d'un geste à me suivre en lui expliquant le but de ma venue tout en montant.

- [...] Et sinon je m'appelle Leïa Callum, j'ai grandi ici et si tu veux savoir quelque chose de plus à propos de moi, je pense que tu devrais te faire une note pour penser à ne plus oublier ton arc, ça peut être utile quand même.

Je me rend enfin à la fenêtre que je visais et repère la cours et quelques rôdeurs dans l'enceinte en train d'errer sans véritable but. Ils ne devraient pas poser un réel problème vu que tout est barricadé.

- Tu vois cet entrepôt derrière le mur ? C'est mon objectif, il me fallait un point de vue. Si tu en es toujours, tu connais la destination. Je cherche seulement un truc précis et s'il n'y a pas les balles dont je t'ai parlé ou qu'il reste des trucs d'avant, c'est à toi. C'était un entrepôt Amazon avant.

Je compte rapidement les obstacles et les énumère autant pour moi que pour le jeune homme à la carrure plus qu'impressionnante qui se tient de l'autre côté de la fenêtre pour regarder lui aussi l'objet de ma convoitise.

- Je compte six stoners plus deux portes ouvertes, avec de la chance, l'intérieur sera vide.

Sinon on sera dans la misère. Finalement, je décide qu'il est temps d'y aller et ouvre la fenêtre avant de me faufiler sur le toit pour avancer en direction du rebord et du mur d'enceinte. Il y a un petit cabanon juste de l'autre côté du mur et je décide de le mettre à profit pour me réceptionner. Je mets un pied sur le mur et saute de l'autre côté sur le toit en taule de la vigie pour m'écraser sur le squelette d'un type qui ne s'est jamais ranimé en passant à travers le fameux toit. Je me redresse et sens une de mes vertèbres délogée de sa position traditionnelle m'infliger une douleur assez cuisante. Tant pis, Doc me remettra ça en place à mon retour.

Je sors mon khukuri pour faire face aux mort-vivants qui avancent dans ma direction en attendant de voir si Matthew Ross va me rejoindre dans la mêlée. En attendant, j'ai le temps de décapiter un de mes agresseurs avant de fendre le crâne d'un second en deux à la verticale.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 35
Points : 246
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Matthew Ross
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Dim 21 Mai - 19:05

Et donc elle était ici pour récupérer un peu d'équipement. Qu'est ce qu'il pouvait bien y avoir d'important dans cette partie de la ville ?Cette jeune femme semblait si sûre d'elle. Tout le contraire de Matthew. Matt avait tendance à avancer sans même savoir ou il mettait les pieds. Bien souvent, c'était une fois dans la merde qu'il se rendait compte de la connerie immense qu'il venait de faire. Est-ce qu'elle avait préparé son plan depuis un moment ?  Faire des notes pour ne pas oublier de prendre son arc... Ce pourrait presque être une bonne idée. « Ouais, bonne idée, mais en soit, je pense que le temps de sortir ma note, la lire, faire le lien, j'ai presque perdu autant de temps. Maaaais, chouette idée. Je l'aurais bien notée, mais j'ai pas de calepins. » Il sourit alors à la jeune femme.

Elle avait grandi ici, dans cette ville. Tout comme lui. C'en était parti pour l'expédition matinale. C'était une drôle de manière de commencer une journée, mais après tout, il vaut quand même mieux être réveillé par une personne « normale » que par un marcheur ou un dangereux psychopathe.  Avant de partir en expédition dans cet entrepôt mystère, il courra à sa véhicule, ouvrit le coffre et récupéra son arc à poulies. En revenant dans la maison, il referma la porte derrière lui, passa sa main dans sa tignasse châtain. « Bon, je suis enfin prêt, c'est presque comme si je n'avais rien oublié ! »Sourire aux lèvres il s'empressa de suivre Leïa au niveau de la fenêtre pour voir ce fameux entrepôt. C'était donc un des dépôts d'Amazon. « Attends... Tu veux trouver des balles ? Dans un entrepôt Amazon ? Qui serait suffisamment taré pour commander ça sur internet ? Quoi que, j'ai pas vraiment envie de savoir je crois. »

Six marcheurs dans la cours. Bon, rien de bien insurmontable. A deux, c'est complètement jouable. Il plissa les yeux à son appellation des marcheurs. Des... « Stoners » ? Il aurait voulu lui demander pourquoi cette dénomination, mais la survivante était déjà en bas, prête à en découdre. Matthew reproduisait exactement les mêmes mouvements, attérissant sur le sol au moment ou la tête de l'un de ces pauvres bâtards venait tout juste de quitter son corps. « Wow, rappelle moi de pas vraiment te faire chier. A mon tour. » Resserrant ton étreinte contre la poignée de son arc à poulies, il le leva à hauteur du visage, sa main droite récupérant sa flèche dans son carquois en cuir. La flèche sur la monture de l'arc, il prit alors quelques secondes pour mettre en joue sa cible, le plus éloigné du groupe. Autant ne pas faire de raffut.  Sa flèche fendait l'air, et ce, jusqu'à arriver dans le crâne de ce pauvre mort. Il s'écroula lourdement au sol. « Bingo. » Saisissant une seconde munition entre ses doigts, il replaça son viseur à hauteur de tête, et décocha la flèche. Heureusement que ces marcheurs ne sont pas très vifs, ce serait pas si simple sinon. La deuxième atteignit aussi son crâne. « Deux restants, on se les prends au corps à corps ? » Dégageant son surin de sa ceinture, il avançait progressivement vers l'un de ces bâtards. Le faisant trébucher, il planta alors sa lame dans son cerveau. Retirant cette dernière du corps, il se dirigea vers les deux autres qu'il avait abattu à distance pour y récupérer les flèches. Il se posta ensuite devant la porte de l’entrepôt. « Alors ? Est-ce que mes compétences conviennent à Mademoiselle ? » Il tira une révérence, sourire aux lèvres. « Prête pour la suite ? »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 1:40

Il ne reste plus qu'un mort devant moi et j'ai tôt fait de l'envoyer ad patres d'un coup de khukuri. Il fait le malin avec son arc en m'offrant une révérence, fier d'avoir tué trois infectés. Je penche la tête sur le côté, un peu étonnée qu'il fasse le beau alors que nous ne sommes même pas encore entrés dans le bâtiment mais bon.

- Je te préférais avec une crosse. Allez.

On n'a aucune idée de ce qu'on va trouver dans le bâtiment. Je suis venue chercher des munitions, mais n'importe quoi sera utile. En revanche, la population à l'intérieur peut-être nulle comme deux fois supérieure à ce qu'on vient d'affronter mais je ne compte pas sur des vivants non plus.
Je prends les devants en ouvrant la porte d'entrée qui mène à un couloir avec de petits bureaux et une porte sécurisée au bout. En tapant du bout de mon épée contre un tuyau de canalisation passant au dessus de la porte, j'attire tous les morts capables de bouger ici. Il y en a quatre qui débarquent et c'est évident qu'il faut que je reste devant et qu'il va me couvrir. Sans demander mon reste, je me jette donc sur le premier pour lui fendre le crâne de haut en bas avant d'en exécuter un second.

La voie est libre et je continue d'avancer jusqu'à la porte. C'est une porte de sécurité mais elle ne semble pas verrouillée. Cependant, elle se met en trembler et à grogner au moment où je pose la main sur la poignée. Forcément, il y en a au moins un de l'autre côté.
Je pose la main libre sur la poignée, l'autre serrant fortement la poignée de mon épée et regarde Ross d'un air sérieux.

- Prêt ?

Je lâche les monstres sur nous, mais ils ne sont que deux et nous en arrivons assez vite à bout avant de pouvoir enfin nous engouffrer dans l'entrepôt à proprement parler. Mais l'adrénaline laisse bientôt place à la déception, il n'y a aucune foutue munition à l'intérieur de ce bâtiment pourri, juste des foutus colis en attente.

- MERDE !

Un coup de pied haineux envoie voler un carton à l'autre bout de la pièce. Tant pis, autant voir ce qu'il y a dedans.

- T'aimes Noël ?

Maintenant c'est pareil sauf qu'à la place d'une paire de ciseaux, j'utilise un couteau de combat militaire pour ouvrir les boîtes. Bingo, enfin de quoi sauver la journée, une supère montre de survie encore dans la boîte ! Je l'enfile à mon poignet avant de continuer mes fouilles en surveillant le joueur de hockey.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 35
Points : 246
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Matthew Ross
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 29 Juin - 22:32

Matthew la regarde pencher la tête à sa révérence. Il ne peut bien évidemment pas s’empêcher de rigoler discrètement. Il garde néanmoins un sourire aux lèvre. Elle le préférait avec une crosse ? C'est quand même fort dommage qu'il n'ait donc pas de crosse à disposition. Sinon, il aurait sûrement été ravi de lui montrer son meilleur revers de la palette tout droit dans le crâne d'un marcheur. « Je suis persuadé que si j'avais une crosse et un palet, je pourrais percer un crâne. A essayer si on trouve du matos à l'intérieur. » Il regarde la jeune femme prête à entrer dans le bâtiment. Lorsqu'elle ouvre la porte, il regarde cette dernière se ruer sur les deux morts du couloir. Matthew hausse les épaules. Elle en avait dans le ventre. Putain de bordel de merde, il était reveillé depuis quelques minutes et en plus il se retrouvait à fouiller les entrepôts Amazon. C'était vraiment une drôle de manière de commencer une journée.

Il entre donc à la suite de la jeune femme, enjambant les cadavres dans le couloir. Est-ce qu'il y avait vraiment des gens qui commandaient leurs munitions sur internet ? Sérieusement ? La logique des vivants ne tarderait pas à se perdre dans l'esprit du Ross. Est ce que les gens étaient si feignants que ça pour commander sur internet des balles qu'ils allaient sûrement gâcher dans le stand de tir de l'Oncle Bob perdu au fin fond du Texas ? Il arriva ensuite devant la seconde porte ou attendait Leïa. S'il était prêt ? Bien sur. Toujours prêt le Ross. « A ton signal Miss Badass. » A son signal, elle pousse la poignée. Les marcheurs tombent sur le duo de fortune. D'un geste bref, il évite ces derniers, met au sol l'un des deux et le transperce du bout de sa flèche qu'il ne tarde pas à ressortir de son crâne. Après cette action, il souffle quelques instants et laisse d'abord Leïa entrer dans la petite pièce de stockage. Matthew se colle à la porte, observe la survivante flaquer un gros coup de pied dans les caisses. « Hey, c'est pas vraiment gentil de casser les cadeaux des gens. Des gens attendent leurs colis je suis sûr. » Il rigole à sa propre intervention et se rapproche de la jeune femme.

« Si j'aime Noël ? Ouais ça va. Enfin, comme toute personne qui aime recevoir des cadeaux je suppose non ? » Il saisit alors quelques paquets qu'il ramène au centre de la pièce. Il s'agenouille aux cotés de Leïa puis sort son surin de sa ceinture. Il approche un colis face à lui, lance un regard à la survivante puis plante son arme dans le carton pour l'entailler afin d'en dévoiler le contenu. « Oh. Super. Un costume de chat. Bon. T'as eu une montre et moi un costume de chat. A tout hasard. Tu voudrais pas échanger hein ? » De tout l’entrepôt, il fallait qu'il se chope ce genre de trucs. Non mais sérieusement. Qui allait commander un costume de chat sur internet ? Les gens avaient vraiment un putain de problème.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Juil - 7:40

Avec un rictus, je pousse un haussement d'épaules au joueur en continuant de fouiller les cartons à grands coups de couteau. Un radio-réveil, ça pourrait être utile s'il y avait encore des radios, malheureusement... Je continue mon exploration de l'entrepôt et pose mon dévolu sur un boîte assez lourde et rectangulaire. La carton est ouvert en deux rapidement et je sors de sa boîte un projecteur éventré au centre.
Quelle pacotille ! Je le balance plus loin derrière et ouvre une boîte plus allongée, il s'agit d'un fusil !... à peinture. Super ! Je le sors quand même de sa boite et le pointe vers Ross avant de mimer un tir.

- Qui commande ce genre de trucs ?

Quel intérêt ? Je ne commandais pas grand chose sur internet avant tout ça, juste les box mystère où je ne savais pas ce que j'allais avoir parce que j'adorais le suspens mais là c'est différent. Il s'agit d'un truc acheté volontairement pour tirer de la peinture sur les gens, c'est de la méchanceté physique gratuite. Je le balance un peu plus loin et ouvre une nouvelle boîte envoyée par une compagnie dont je reconnais le logo, c'est celui d'une marque de destockage militaire et de matériel de survie et en général, c'est toujours des trucs utiles. Avec avidité, je traverse le carton avec mon couteau et ouvre le paquet pour en sortir une boîte en plastique estampillée Bear Grylls.

- Eh! C'est le type qui faisait l'émission de survie!

Alors Grylls ! Qu'est-ce que tu as pour moi ? Je met un coup de couteau dans le paquet et écarte les deux faces du plastique pour en tirer une pierre à silex pour faire du feu. Yes ! Je l'ai crié tellement fort dans ma tête qu'il a peut-être même dépassé mes lèvres but I don't care. Cette trouvaille fait ma journée et il ne me manque plus grand chose pour être une femme comblée. Une pierre à aiguisée supplémentaire serait parfaite par exemple. Vraiment heureuse de ma découverte, je glisse la pierre dans la poche de mon blouson et continue mon exploration avant de me rendre à l'évidence : il n'y a ni arme, ni munition dans cet entrepôt et mes espoirs étaient inutiles.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Detroit Red Wings
» Renouvellement de contrats...DETROIT Red Wings!
» Red Wings Detroit trade block
» Marché Pré-DRAFT DETROIT RedWings
» Detroit Red Wings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum