Good Memories Ft. Elliot



InformationsContact
avatar
Messages : 470
Points : 270
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Avr - 7:40

Ça va faire une bonne heure que je roule pour sortir de Detroit quand je décide de quitter l'autoroute pour emprunter des chemins moins encombrés par les rôdeurs. Le temps est plutôt sec et ma moto adhère bien au bitum, j'accélère un peu, faisant beaucoup de bruit mais bon... who care ?
Je remarque cependant au loin une bande d'oiseaux qui ont été dérangés par quelque chose s'envoler. Je ralentis et regarde à travers mes lunettes de soleil la direction d'où venaient les animaux.

Je m'arrête à un embranchement : soit je poursuis tout droit et oublie ce que j'ai vu, ce qui serait probablement plus sage vu que je suis seule, soit je vais voir de quoi il s'agit, sachant que je suis amplement capable de me défendre.
J'opte pour la seconde solution et tourne à droite avant d'arriver à l'orée du bois. Je fini par m'arrêter pour cacher ma moto sous un buisson. Mieux vaut ne pas prendre de risque et il y a un petit sentier qui sera parfait pour rouler si je dois partir vite.

Je suis convaincue que je vais tomber sur un ou plusieurs humains, et je veux savoir quel genre de personne ils ont l'air d'être. Je m'approche petit à petit de l'endroit qui semble avoir été la source du bruit. Il s'agit d'une petite clairière et je remarque des traces au sol, quelqu'un était bel et bien ici. Mais j'ai du le déranger.
J'entends un craquement de branche derrière moi et me retourne, mais il n'y a rien une fois de plus. Ou bien j'ai des hallucinations ? Je dégaine mon khukui au cas où et fait un pas pour me placer au centre de la zone dégagée. J'entends encore un bruit et y fait face, mais personne. Un nouveau, je me retourne assez vite pour repérer un mouvement et le suis des yeux jusqu'à une femme qui m'observe, un flingue entre les mains. Mais ce n'est pas ça qui me perturbe le plus, c'est que je la connais. Il me faut deux secondes pour faire le rapprocher. C'est cette flic qui m'avait arrêté pour avoir fumé de l'herbe dans un parc de l'université ! S'il y a bien une personne que je ne m'attendais pas à revoir, c'est bien elle. Elle avait été vraiment sympa sur le sujet et je n'avais eu aucune sanction, mes parents n'avaient même pas été mis au courant et elle avait juste récupéré le joint, je suis sûre qu'elle la fumé en secret.
Mais à cet instant, il n'y a que deux mots qui sortent de ma bouche :

- Vous, ici ?

Je ne l'avais jamais revu et je ne m'attendais pas à la croiser maintenant. Mais c'est une bonne surprise, je rengaine mon arme, ayant du mal à croire qu'une ancienne flic puisse me buter de sang froid. Protéger et servir, ceux qui ne le font pas par conviction ne laissent pas les jeunes tranquille avec juste un sermon.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 146
Points : 445
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 10 Avr - 10:21

Que de temps perdu. J'avais pris le temps d'aller faire un tour à l'appartement de mon fiancé, espérant trouver un signe, le moindre signe qui pourrait me laisser croire qu'il allait bien, ou du moins qu'il avait survécu ne serait ce que quelques temps à cette épidémie. Nolan avait toujours été une personne prudente, aucune arme ne traînait chez lui, c'était un véritable comble pour un officier militaire, il ne supportait pas les armes à feu, il n'en faisait usage qu'en cas d’extrême nécessité. Bref, même si personne n'avait pénétré dans cette appartement avant que je ne défonce cette porte tout ceci ne m'avait rien apporté. Visiblement Nolan n'était pas passé ici, je le connaissais c'était évident. Je pris la décision de reprendre la route que j'avais choisis initialement, il fallait que je rejoigne la base, même si il n'était pas là, il resterait sans doute des armes, ou quoi que se soit pouvant servir. Bref j'étais déçue mais pas abattue, il en aurait fallut plus que ça, même si soyons un petit peu honnête, la vie avait perdue son sens. Après tout notre vie n'avait plus qu'un seul but, survivre, rien n'allait plus loin, on ne voyait qu'une chose, espérer voir le soleil se lever le lendemain.

C'était sans doute pour cette raison que voir des éléments de son passé ressortir était toujours aussi perturbant. Cette demoiselle je l'avais rencontrée alors que je faisais mon stage à Détroit. Je me souviens que mon maître de stage était sans pitié, mais je trouvais que tout ceci était ridicule, il fallait être honnête, dans mon enfance, j'avais également fait des erreurs, et si la répression pure et dure fonctionnait, il n'y aurait plus de criminels dans notre pays. L'avantage c'était qu'elle avait l'air aussi étonnée que moi.

"Hey beh, c'est dingue comment le monde est petit malgré une fin du monde apocalyptique."

Machinalement je vérifiais mon armement même si je ne voyais pas quel danger pouvait représenter cette demoiselle, non pas que je doutais de ses aptitudes, les personnes encore vivantes aujourd'hui l'avaient suffisamment prouvées, mais plutôt que je ne la voyais pas m'attaquer sans raison particulière.

"Tu es toute seule ici? Personnellement j'essaye de rejoindre une base militaire, mais à pied, ça prend un temps fou."

HRP : désolé pour le retard je pensais l'avoir posté mais il était dans brouillon.

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 470
Points : 270
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Avr - 6:04

Je souris avec mon éternel air narquois devant ce déluge d'informations. Ça me change de Ice que j'ai rencontré il y a maintenant plusieurs jours et qui comme moi, était terriblement réticent à donner la moindre info utile.

- Je croyais que c'était les flics qui posaient les questions.

Je ne bouge pas, restant au centre de la clairière, les bras le long du corps et les pieds bien ancrés dans le sol. Si elle lève son arme, je devrais avoir le temps de me jeter à terre et les herbes hautes me cacheront le temps que je rejoigne la forêt.

- Il n'y a aucun militaire dans le coin. T'es perdue ?

Je ne suis pas opposée à ce qu'elle se rapproche, mais je suis prête à m'élancer dans les fourrés si elle devient menaçante, j'aimerais bien qu'elle range son flingue.

- Je peux t'aider à sortir de là si t'as besoin.

Je ne mentionne pas ma moto mais c'est à elle que je fais référence. De toute manière, elle a probablement entendu les cris de mon moteur sous les accélérations. J'écarte les bras en signe de paix.

- Je n'ai pas d'arme à feu donc tu peux baisser ton gun, s'il-te-plaît.

Ça me met très mal à l'aise, et elle la tient probablement comme ça par pure sécurité. Je sais qu'elle est flic mais quand même, un coup de feu est si vite parti... Avec une agilité quasiment féline, je déplace ma jambe droite vers l'arrière pour me placer de profil, juste au cas où.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 146
Points : 445
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 24 Avr - 11:03

La menace de mon arme était devenu plus une habitude qu'autre chose, je semblais souvent oublier qu'il n'était pas réellement la continuité de mon bras, comme j'avais l'habitude de la considérer depuis quelques temps. Je me rendais bien comptes que la demoiselle face à moi était assez mal à l'aide face à la présence de l'arme à feu, il faut dire que c'était assez courant, encore plus aujourd'hui. Je rangeais l'arme dans son holster, je me fichais bien de discuter de mes ambitions avec qui que se soit, d'ailleurs sans le vouloir, certains me livraient des informations assez importantes, même si aujourd'hui, il n'y avait rien que je ne savais déjà.

"Pas vraiment, il fallait que je récupère quelque chose à détroit, maintenant que c'est chose faite, je reprends la route. A vrai dire, la seule chose qui pourrait réellement m'aider, ça serait de trouver un coin où passer la nuit, je dois dire que Détroit, n'est plus aussi accueillante qu'elle ne l'a été, trop de rôdeurs."

Il fallait absolument que je trouve un endroit où passer la nuit, les dernières que j'avais passées à l'intérieur de la ville étaient été assez difficiles, il faut dire que l'on dort assez rarement sur nos deux oreilles lorsque le bruit des rôdeurs est la seule chose qui peut vous bercer.

"Il faut avouer que je suis assez loin de la où je me rends, mais je dois dire que l'essence m'a fait faux bon, mon véhicule est resté immobilisé, après j'ai envis de dire ce n'est pas le temps qui manque, je pense que tu es plutôt d'accord avec moi."

J'observais autour de moi pour voir si la demoiselle n'était pas accompagnée, mais pour l'instant, elle semblait seule, ou du moins si elle était accompagnée elle l'était par des personnes qui savaient se cacher.

"Bien sur, si tu veux je pourrais allez chasser pour qu'on puisse manger ce soir, je ne demande pas la charité."

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 470
Points : 270
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 8:04

Je range mon arme tandis qu'elle baisse la sienne et commence à me raconter sa vie. Ok elle voulait récupérer un truc, ok elle est plantée là et commence à prendre racine ou à s'embourber selon la vision de chacun et moi je la regarde s'enterrer là.

- D'accord, ta caisse est loin ? Sinon je peux t'emmener siffonner quelques moteurs et tu repartiras comme ça. Dans l'autre cas, je te dépose ailleurs qu'au milieu d'un putain de bois et ça devrait être plus simple pour toi après.

Je n'ai pas l'intention de passer la nuit avec une nana qui semble à peine m'avoir reconnue et son arme ne m'inspire pas confiance. Ne me demandez pas pourquoi mais je ne supporte pas ces flingues qui font beaucoup de bruit, font des trous très petits et pourtant détruisent tout sur leur passage. Je souris en la voyant guetter un éventuel complice à moi quelque part dans les fourrés, qu'elle croit ça, ça pourrait me servir en cas de problème de faire croire que j'ai des alliés dissimulés. Puis elle me parle de chasser pour faire à manger et grince des dents.

- Suis-moi.

Sans lui demander son avis, je la conduis jusqu'à l'endroit où j'ai planqué ma moto mais avant de faire le moindre signe en direction de mon bébé, je m'arrête et me retourne pour faire face à la femme.

- Si tu tentes de me voler, je te coupe la main, on est d'accord.

Je lui fais un signe de tête afin d'affirmer que ce n'est pas une plaisanterie et que si ses mains traînent trop sur mes biens, elle perdra vraiment un membre. Une fois qu'elle a accepté le deal, je dévoile ma moto et la relève avant de tirer une conserve d'une des sacoches.

- Pour ne pas avoir appelé mes parents dans ce parc à Boston. Ça comptait à l'époque et ça te fera un repas pour ce soir.

Au moins, cette dette est acquittée et je la laisse ranger la boîte de nourriture comestible dans son sac avant de vérifier dans ma mémoire où je peux trouver un camion citerne ou un truc du genre pour l'officier Jensen puis grimpe sur la moto avant de mettre mes lunettes de soleil pour éviter de me prendre du vent dans la tronche. Ce que ça fait du bien de pouvoir à nouveau tourner la clé dans le contact et entendre le moteur rugir en démarrant. C'est très cliché mais ça me fait plaisir et cette moto est un monstre, bien plus puissante et maniable que les Harley du groupe du Fossoyeur dont on m'a parlé.

- On part dès que t'es prête.

Je compte l'emmener dans une station service où Leroy va de temps à autres faire le plein pour son lance-flammes.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 146
Points : 445
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 16 Mai - 11:36

Repenser à ma caisse me foutait les boules, oui elle était loin et malheureusement trop près de la grande ville, siphonner des moteurs m'aurait bien aider, mais malheureusement je n'étais pas la seule à avoir eu cette idée, et ma grosse américaine était du genre à boire beaucoup, il faudrait que je trouve un véhicule moins gourmand et en état de fonctionnement mais surtout avec quatre roues, je ne savais pas piloter les 2 roues, même si de nos jours ça représentait presque le moyen de transport idéal, faible consommation, mis à part le bruit, qui attirait les puants c'était pas mal. Personnellement j'avais pour ambition de me trouver un équidé, bien plus pratique encore, certes moins rapide mais pas besoin de trouver d'essence, chose qui commençait à devenir de plus en plus rare. La méfiance des la demoiselle m'amusait presque, il faut dire que l'agressivité et la méfiance était avant tout bon pour les faibles, ceux qui ont tout à craindre des autres. Prenez ça pour un excès de confiance si vous le souhaitez, mais je ne la voyais pas tout à fait comme une ennemie potentielle. D'accord, elle avait survécu jusqu'ici, mais c'était le cas de beaucoup de monde, peut être grâce à un groupe.

Sa petite menace me fit rire, ce n'était pas une moquerie, plutôt un rire triste et maussade, dire que c'était ce qu'était devenu le monde, il n'avait d'ailleurs fallut que très peu de temps preuve que l'homme était un animal comme les autres, voir pire que les autres, les animaux conservaient leur hiérarchie naturelle bien qu'affectés eux aussi par les humains qui les bouffaient qu'ils soient vivant ou mort.

"Ce n'est pas mon style, je n'ai pas besoin de ça pour survivre. J'aimerais juste ne pas trop m'éloigner de Détroit, si tu connais un coin pas trop inhospitalier où je pourrais m'installer. Je sais pas moi, un bled abandonné sans trop de rodeur, ça ne me dérange pas d'en buter au contraire ça me fera un peu d'exercice. Après je te dis pas non pour l'essence, même si je peux pas ramener grand chose ça me permettra de trouve ne serait ce qu'une bagnole en état de marche dans le coin. EN arrivant j'ai vu des fermes dans le coin, il y aura des engins en état de marche, et si j'ai de la chance un quad, ça serait le pied."

Quand elle dévoila son engin, j'eus un sourire plus qu'amusée. Si ça pouvait la rassurer, même si j'avais envie de la voler, c'était l'un des truc dont je ne pourrais pas m'approcher, j'avais une sainte horreur de ces engins, et rien que l'idée de devoir monter dessus ne m'enchantait pas du tout. Nolan avait l'un de ses engins, et il prenait grand plaisir à me faire peur lorsque je montais derrière lui, ravi d'avoir trouver quelque chose qui m'effrayait. Je ravalais ma salive, essayant de cacher ma peur de l'engin, et attrapait la boite de conserve sans hésiter une seule seconde, il faut dire que de la nourriture autre que du lapin je ne pouvais pas dire non.

"Si seulement tout le monde pouvait payer ses dettes, merci."

Le ronronnement de la moteur me fit remonter un frisson le long du dos, et croyez moi, ce n'était pas de plaisir.

"Quand il faut..."

Je m'installais derrière la demoiselle et fermait les yeux en tentant de me dire que tout irait bien, et surtout je tentais de paraitre détendue, montrer ses peurs n'étaient pas la meilleure des idées. Reste que je détestais les sensations qu'offraient cet engins, c'était particulièrement désagréable, ce vent qui vous agresse, dire que pour Nolan tout ceci était un véritable plaisir.

"Dis moi, toi qui vit dans le coin, tu n'aurais pas croiser un militaire? Du genre marines? Remarque c'est stupide, tu as du en croiser des tas de gens..."


_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 470
Points : 270
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 23:19

Tout la dévisageant pendant qu'elle m'annonce son besoin d'essence, d'endroit ou vivre ainsi que son envie de tuer des morts. Rien que ça. Bon, au moins elle n'a pas l'air d'avoir envie de me la faire à l'envers c'est déjà ça. Elle grimpe après moi sur la kawazaki et je démarre rapidement pour laisser ce foutu bois derrière nous et part en direction d'un petit patelin désert.

Elle recommence à parler en descendant du véhicule et je l'écoute d'une oreille discrète en verrouillant le guidon de la moto pour ne pas risquer de me la faire voler avant de lui répondre.

- J'en ai vu quelques uns. C'est quoi son nom ?

J'essaie de connaître les noms des gens que je croise, au cas où. Si j'ai croisé son soldat, je pourrai lui dire même s'il y a peu de chance que son homme soit encore en vie. Les militaires font tellement de bruit avec leurs armes et leur nombre, il n'en reste plus tant que ça. Ils n'étaient pas habitués à la guerilla, ceux qui ont survécu sont pour la plupart d'anciens hors-la-loi, même Ghost n'était pas un soldat régulier.
Toujours en avançant en direction de la station essence accompagnée de l'agent Jensen, je repère un déterré qui avance vers nous. D'un pas rapide, je me met à portée de lui avant de fendre son crâne en deux d'un coup de khukuri. Tout est tranquille et j'en profite pour fouiller les voitures aux alentours pendant qu'elle siffone ce qu'elle peut dans les réservoirs.

Ayant encore quelques minutes à perdre, je décide de visiter également la station service. Il ne suffit que d'un coup d'épée pour que la tête de l'ancien cashier de service roule sur le sol en claquant des dents. Les fouilles se poursuivent mais tout est déjà périmé depuis plusieurs mois. EN arrivant dans la remise, je me retrouve nez-à-nez avec un tas de sacs d'engrais. À part peut-être si j'avais décidé de faire un jardin, je ne vois pas vraiment en quoi ça peut m'être utile et après un soupir dédaigneux, je dégaine une bouteille de soda pas entamée du comptoir. La date dit que c'est foutu depuis un mois mais sait-on jamais, en tous cas, c'est toujours gazeux et ça a le même goût.

Ça doit faire deux ou trois bonnes minutes que je suis ici et il est temps de ressortir pour voir où en est la flic et après, je pourrai repartir si tout va bien.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 146
Points : 445
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 29 Mai - 10:35

A croire qu'elle avait beaucoup plus de chance que moi, je n'avais croisé quasiment aucun militaires de puis mon départ de New York, où en tout cas plus des militaires en service. Mais peut être que la demoiselle évitait bien moins que moi le contact, il était beaucoup plus simple pour moi de marcher en discrétion plutôt que d'attirer mon attention, les gens bien attentionnées étaient rares. Son nom, je me demandais quelques instants si Nolan aurait donné son véritable nom si il avait croisé Leïa, mais en l'observant quelques instants j'eus ma réponse. Bien sûr ce n'était qu'une gamine perdue à ses yeux, j'aurais même eu du mal à croire qu'il l'aurait laissé seul. Nolan avait toujours eut ce côté chevalier servant.

"Nolan Collins, il est de Détroit, je sais que quand tout ceci à commencé il était à sa base, mais au final, on sait très bien le merdier que ça a été lorsque les communications ont été rompus."

Je lui tendais la photo de mon fiancé pour qu'elle y jette un coup d'oeil avant de la ranger à sa place dans la poche de ma veste. En marchant à ses côtés je ne pouvais que me rendre compte à quel point elle avait changé depuis que l'on s'était croisé dans notre autre vie. Une véritable survivante, mais d'un côté elle semblait beaucoup plus sociale que je ne le suis, il faut avouer que personnellement je n'avais pas croiser tant de personne que ça, ou du moins personne avec qui j'avais pris le temps de discuter ou autre, elle était l'une des premières, il faut dire que rare étaient les personnes qui inspiraient confiance, je préférais la solitude aux mauvaises rencontres.

Il restait de l'essence dans cette station, probablement un coup de chance, je commençais à remplir un bidon lorsqu'un grognement attirait mon attention, à vrai dire ce n'était pas réellement un grognement mais plutôt une sorte de brouhaha presque semblable à celui d'une cantine à midi. Je cherchais des yeux d'où venait ce bruit. Et merde. Une horde devait se trouver dans les bois et avait suivit le bruit de la moto. Je cherchais des yeux la demoiselle qui m'accompagnait, il allait falloir se la jouer fine pour réussir à se barrer sans attirer l'attention des viandards.

"Leïa je crois qu'on est dans la merde..."

Nous avions une dizaine de mètre d'avance, il serait relativement facile de s'éloigner d'ici que se soit à pied ou moto, le soucis c'était qu'ils risquaient de nous encercler, et je n'avais pas l'intention de me retrouver coincé par ses monstres. Je ne m'approchais même pas de la moto, ça ne servirait pas à grand chose, j'étais incapable de conduire un tel engin, baissant mes yeux à mes pieds vers le bidon d'essence, je choisis finalement que c'était la meilleur solution... J'attrapais mon écharpe et la plongeait en partie dans le bidon pour faire un cocktail Molotov avant d'y mettre le feu et de le lancer vers les cadavres. L'explosion couchait pas mal de cadavre, mais le souffle nous atteignit aussi, pas de la même façon, étant la plus proche je réussis tout de même à tenir sur mes jambes, mais la chaleur sur ma peau réussit à roussir mes sourcils, heureusement ils n'étaient pas totalement brûler, mais ça sentait le cochon. J'observais la scène du crime, la plus part des zombies étaient à terre à présent, mais je devais l'avouer j'avais fait un vacarme du tonnerre ce n'était pas recommandé par les temps qui courent.

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 470
Points : 270
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 20:25

- Désolé ça me dit rien. Bonne chance pour ça.

C'est guère étonnant que je ne connaisse pas cette personne, mais je voulais en être sûre au moins pour être certaine qu'elle ne parlait pas de Barry. Par contre en ressortant de la boutique dans laquelle j'étais allée faire mes fouilles, je tombe sur une ex-policière en prise avec une horde de mort-vivants sortis de nulle-part.

- PUTAIN !

Non non pas une explosion ! Pas si près de ma moto ! Boum ! Le souffle de chaleur fait voler la jeune femme devant moi en même temps qu'il pousse mon véhicule bien assez lourd comme ça. La kawazaki chancelle un instant avant de tomber sur le côté, plus maintenant par la béquille.
Je me précipite jusqu'à mon engin pour le remettre droit et la pousse avant de grimper dessus pour démarrer. Cette nana est un véritable aimant à problèmes c'est pas possible ! Je m'arrête à sa hauteur pour lui permettre de remonter sans faire attention à ses affaires, j'espère pour elle que tout est dans son sac parce que... qu'elle monte ou non sur la moto, dans les dix secondes qui suivent mon offre, j'ai démarré pour mettre un maximum de distance entre les morts et moi (ou nous).

Ce n'est qu'après avoir ajouté au moins deux bornes au compteur kilométrique de mon engin que je ralentis pour finalement m'arrêter sur un parking avant de descendre et de commencer à faire le tour de la moto. À part la peinture qui est éraflée sur les deux côtés maintenant et un vérin hydraulique de suspension légèrement tordu mais réparable quand j'aurai retrouvé Barry.

Pfoua ! J'espère que je n'aurai plus de mauvaise surprise comme ça aujourd'hui ! Histoire de décompresser, je vais m'asseoir contre un arbre le temps de reprendre mes esprits afin de prendre des décisions un minimum éclairées.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 146
Points : 445
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 16 Juin - 13:45

Je ne me faisais que très peu d'illusion sur le fait que Leïa connaissait Nolan, je me rendais bien compte qu'il ne devait pas être ici, l y avait peut de chance pour qu'il soit dans le coin sinon il m'aurait trouvé à moins qu'il soit... Bref non je ne voulais pas penser à ce genre de chose. Quoi qu'il en soit, ma chance légendaire me jouait encore des tour, j'étais épuisé par ce manque de chance, mais ce n'était pas nouveau, depuis que la fin du monde avait commencé, je les accumulais, même si sincèrement je n'étais pas persuadée d'être la seule lorsque l'on voyait le nombre impressionnant de cadavres qui se balladaient dans nos rues. Quoi qu'il en soit j'avais un ange gardien aujourd'hui, la petite brune débarquait à côté de moi avec sa moto, même si je n'aimais pas l'engin, je n'hésitait pas un seul instant et sautait derrière elle, avant de fermer les yeux et m'accrocher. Mon dieu que je détestais ces engins. Une fois que tout ceci fut arrêté, je me laissais tomber par terre fermant les yeux pour me remettre de cette course un peu folle.

"PUTAIN quelle poisse..."

Je me redressais, enlevant la poussière de mes affaires et vérifiant que tout était à sa place, après tout même si ce n'était pas le cas, je ne serais pas retourné les chercher, rien ne valait une petite entrevue avec nos petits amis bouffeurs de chair fraiche. Je m'approchais de la moto, et observais les dégats.

"Désolé pour ta moto, pas trop de dégâts?"

Je pris une gorgée d'eau dans ma gourde et lui en proposait un peu, puis observais attentivement le coin, il nous restait quelques heures avant que le jour commence à décliner, il serait temps de manger puis de trouver un coin pour la nuit, enfin pour moi en tout cas, j'avais cru comprendre que Leïa n'avait pas ce genre de soucis.

"Je suis déjà passée dans ce coin, il y a un grand châtaignier, je sais pas si tu as faim, mais si ça te tente, je peux aller en chercher quelques unes histoire de manger, avant que tu rejoigne ton camps."

J'étais assez douée en escalade, il ne serait pas particulièrement difficile pour moi de monter chercher quelques fruits pour un petit repas tranquille, ensuite je ne l'embêterais pas plus que ça, après tout la pauvre avait déjà pas mal subit à cause de moi, dommage, rencontrer quelqu'un de sympathique faisait réellement du bien.

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 470
Points : 270
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 5:35

Sans répondre à sa question sur les dégâts, je fais tourner quelques fois le moteurs en pressant le frein d’embrayage pour ne pas la laisser démarrer et vérifier qu’elle ne fait pas un bruit bizarre mais tout sonne correctement. La carrosserie est rayée mais je tape un coup dessus et au moins, l’enfoncement se remet à sa position d’origine sous l’influence de la mémoire du plastique et de la tension qui est mise dessus. Le carénage est en métal donc je ne me fais pas vraiment de soucis pour ça. En soit, elle ne me l’a pas bousillé non-plus, pas de quoi la zigouiller sur le champ mais je considère quand même qu’elle m’en doit une pour ça.

Ça proposition d’aller chercher des châtaigne est cependant fort alléchante et si elle connait ce coin… j’étais pas trop balade à la campagne avant 2015. Je gare la moto entre deux grosses bennes à ordures histoire de la dissimuler de la route, bloque le guidon avant de retirer la clé et balance mes sacoches sur mes épaules histoire de ne pas laisser toutes mes affaires là. C’est lourd mais j’ai repris des forces depuis mon arrivée et grâce à l’entraînement de Barry, je devrais m’en sortir sans trop de problème.

- Je te suis.

Qui dirait non à des châtaignes ? Rien à fiche du camp, Doc et Barry peuvent très bien se débrouiller sans moi et je n’ai pas grillé de châtaignes depuis des lustres. Je la suis jusqu’à l’arbre dont elle m’a parlé et l’observe grimper habilement je l’avoue dans les branches. Personnellement, je ne me suis jamais trop senti l’âme d’un singe et à l’arbre, je vais préférer le plancher des vaches. Elle se débrouille bien, plus vieille que moi mais elle semble agile, c’est une jolie fille il faut le dire. Je secoue la tête histoire d’éviter tout problème avec une survivante et surveille les environs, éliminant d’un coup de sabre un déterré voulant se faire un shish-kebab d’officier Jensen. Finalement, elle redescend avec une belle quantité de fruits.

- On trouve un endroit potable pour faire un feu ?

Je ne sais pas si on est très loin du lac mais si on peut monter un camp près d’un point d’eau, ce sera parfait. Je n’ai pas de tente, mais à deux si on trouve le coin dans la demi-heure, ça nous laissera encore deux bonnes heures pour monter un toit à peu près convenable et balancer les couvertures dessus pour couper le vent en cas de problème. Ça et le feu mais entre la pierre à feu édition Bear Grills avec le super panneau de l’animateur que j’ai récupéré dans le dépot d’Amazon et mon zippo trouvé à l'hôpital, on pourrait me prendre pour une pyromane. C’est mon plan au moins jusqu’à ce que les marrons soient cuits.

[HRP]Sorry pour le temps ! J'attendais ta réponse sans avoir réalisé que tu avais déjà répondu !
Chauds chauds les marrons ![/HRP]

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» ELLIOT Berger Mâle 6 ans
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» The Best Memories With Memories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum