Mauvaise idée | Lyuba Kreskin



InformationsContact
avatar
Messages : 129
Points : 371
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 4 Avr - 11:16

Détroit. Je crois que je n'avais jamais eu une idée de merde pareille. C'était ridicule mais il fallait que je me rends là bas, il fallait que vois de mes yeux son appartement, que je sache si il était revenu là bas ou pas, il fallait que je trouve des informations sur lui, il me manquait tellement, c'était sans doute pour cette raison que je prenais des risque immesurés. Détroit était remplit de mort, c'était une évidence, l'état dans lequel j'avais laissé New-York n'était que le prémisse de tout se qui se passait ailleurs. Il fallait être discrète, avancer sans le moindre bruit, faire en sorte que ni les morts ni les vivants ne vous voient ni vous entendent. Je poussais un soupir, me demandant si des vivants étaient toujours terré dans ce lieu. Je savais que dans ma ville, beaucoup avaient prit la décision de rester chez eux, comme si la douceur de leur foyer pouvait leur faire oublier la merde qui se passait dehors. Je n'avais jamais pensé une connerie pareil, il fallait fuir les villes, c'était là que la quantité de morts serait la plus importante. C'était aussi pour cette raison qu'aller chez Nolan était stupide, il ne serait plus là bas c'était une évidence, il avait une bien meilleure aptitude à la survie que moi, d'ailleurs quand tout ceci avait commencé il était en caserne, alors il y avait bien plus de chance qu'il soit là bas, mais détroit était moins loin, et à vrai dire, c'était le point le plus proche que je pouvais atteindre avec le peu d'essence qu'il me restait. La voiture était à présent bien caché, mais la progression était plus lente à pied.

Face à cette ville et ses souvenirs, je crus que j'allais m'effondrer, mais il fallait croire que j'étais bien pus solide que je l'imaginais moi même. Il était temps de pénétrer dans cette ville, il fallait affronter l'enfer en espérant trouver quelques réponses. J'avançais avec précaution, essayant de progresser assez rapidement, traîner dans les rues n'étaient pas la meilleure des idées, et croyez moi, les marcheurs n'étaient pas la pire des choses que l'on pouvaient croiser ici. Lorsque l'on vivait quasiment continuellement en campagne, il était si facile d'oublier le bruit de la ville. Oh c'était loin du bruit que l'on connaissait habituellement, toujours pas de voiture, de train, de klaxon, non juste des grognements. Puis ce ronronnement, ce bruit de moteur que je n'avais pas entendu depuis bien longtemps. Je n'avais que quelques secondes d'avance, je me jetais dans une ruelle, essayant de rester prudente, mais ce n'était pas si simple. Il fallait juste faire un choix, et pour le moment les walkers me semblaient moins dangereux que des humains possédant toujours une voiture et de l'essence. Un grognement derrière moi. Je me retournais, et découvris un homme d'une trentaine d'année, enfin se qu'il en restait. Son visage était à moitié arrachés, et ses lèvres pendaient dans un affreux rictus dévoilant une rangé de dents jaunes. C'était affreux de se dire que c'était notre destinée, d'une manière ou d'une autre. Il ne fut pas bien difficile à maîtriser, à vrai dire ils n'étaient dangereux que lorsqu'ils étaient en groupe, le vrai risque était de se faire surpasser.

La lame de mon couteau s'enfonçait avec facilité dans la boite crânienne du zombie et ressortit luisant de sang que j'essuyais sur ses vêtements crasseux. Je pris tout de même le temps de fouiller dans ses poches, même si généralement, ils n'avaient rien de très intéressant, celui ci ne faisait pas exception. Il fallait mieux perdre un peu de temps que de passer à côté de quelques choses qui pourrait servir. Qu'importe la voiture était loin, je retournais dans la rue principale. Mauvaise idée, face à moi se trouvait une silhouette au loin. Trop tard, la personne face à moi m'avait vue, inutile de fuir, et avec un peu de chance, cette personne ne serait pas mauvaise.

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1180
Points : 790
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 4 Avr - 15:26

Petit passage par l’entrée de la ville. J’avais rendez-vous avec un mec d’un groupe pour un échange d’information et un petit travail pour moi. Sa tombe bien. L’échange est rapide et facile. J’avais récupérer des vêtements chaud dans une baraque, Un mec m’en avait demandé contre de la nourriture. Voilà qui est fait. Y me demande combien je prendrais pour faire un travail qui le gêne. Il veut que je bute quelqu’un mais il a du mal à demander. Comme si sa l’ennuyait. Mec y a plus de loi. Mais moi ça me va du moment que je suis payé. Je lui donne mon prix. Il grimace. A bien mon gars c’est moi qui prends les risque si je me fais flinguer … Je lui demande des éléments supplémentaire. Ok je baisse mon prix. Vu ce qu’il me dit. Il a l’air plus heureux mais me dit que c’est cher quand même. La vie est cher mec et les balles précieuses. Il me demande du temps pour réfléchir et réunir le payement. Je lui dit qu’il aura qua faire comme la dernière fois. Il acquiesce et s’en va. J’attends quelque seconde avant de m’allumer une clope.

Je fume tranquillement avant de rejoindre ma moto. Sur le chemin j’entends le bruit caractéristique d’un corps qui s’effondre. Je me retourne et voie une silhouette au maintien de vivant. Pas celui d’un crevé qui avancerait vers moi. Je plisse les yeux pour voir on dirait une femme. J’e m’avance et attrape la crosse de mon colt dans mon dos. Mon fusil en bandoulière est dans mon dos. Si c’est un client je ne vais pas le flinguer. Plus je m’approche plus je distingue. Le soleil étant dans son dos j’avais pas une bonne vision jusque maintenant. Il s’agit d’une femme. Elle n’a pas bougé. Elle tient un couteau en main. Je sors le colt et le garde en main le long de ma cuisse. En signe que je suis moi aussi armée. Je garde ma distance aussi.

Privet (Salut (en russe). Qui êtes-vous ? Et qu’est-ce que vous faites la ?

J’observe la nouvelle venue la détaillant pour savoir a qui j’ai affaire. Evaluer les protections qu’elle a, son armement, et autres.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 129
Points : 371
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 10 Avr - 10:45

Il ne me fallut que quelques secondes pour évaluer le danger que représentait la personne en face de moi. Au vue de son équipement, la demoiselle semblait être à fond dans la survie, quoi que j'étais même pas sûre que se soit uniquement ça. Elle aurait été américaine, j'aurais pensé à un militaire, mais visiblement, elle venait des pays de l'est. Je choisis tout de même de ranger mon arme, bien que laissant mon arme à feu à portée de main, inutile de se montrer plus agressive que l'on ne l'était, ce n'était pas le genre de chose qui pouvait vous servir dans ce nouveau monde. Elle semblait plutôt amical du premier abord, alors pourquoi ne pas s'attaquer à en faire de même?

"Bonjour, je ne suis que de passage, je me rends à l'appartement d'un membre de ma famille afin de chercher des éléments pouvant m'indiquer le chemin qu'il a pu prendre. Je ne souhaite pas m'attarder particulièrement ici. Je me présente tout de même, Elliot Jensen, survivante parmi tant d'autres."

Il était rare que je me présente autrement, simplement parce que plus personne n'en avait rien à faire de votre statut, ou plutôt celui que vous aviez dans votre ancienne vie. D'ailleurs, je n'étais pas sûre que face à cette personne, avouer que j'étais ancienne militaire ou lieutenant de police était la meilleure des idées. Mieux valait jouer la carte de l'innocente petite demoiselle à la recherche de ses proches. Certes j'aurais pu mentir j'étais la reine dans ce domaine, j'avais passée des années à le faire avec mes parents, mais sincèrement je n'y voyais même pas l'intérêt. Le gros avantage de notre nouveau mon c'était clairement et sincèrement que mentir n'avait plus le moindre intérêt, qu'importe votre statut social, qu'importe qui vous étiez, ça ne compte plus.

"Je ne cherche pas les ennuies, il y a juste un walker qui m'est tombé dessus, mais bon on ne peut pas dire que ce n'est pas habituel maintenant."

C'était sincèrement vrai. Je ne voyais pas l'intérêt que certaines personnes avaient de s'en prendre aux autres vivants, après tout nous avions plutôt intérêt à nous entraider, même si je pouvais comprendre ce besoin d'avoir le plus de ressources possibles, mais ce n'était pas la solution.

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1180
Points : 790
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 10 Avr - 13:38

Elle range son arme mais reste prête à dégainée son flingue. Je souris amusé faudra être plus rapide que moi et viser la tête ma belle parce que vu ce que je porte… par contre elle semble sincère quand elle dit cherche la maison d’un parent. Et avoir été attaquée par un rampant. Faut dire que le cadavre a ses pied atteste de la véracité de ses dire. Je m’approche d’elle. Et arrive a sa portée. Je sors une clope et me l’allume.

Ok Eliott. Par contre va y avoir un problème. Je sais pas ou tu vas exactement. Je veux dire dans quel direction mais par la plusieurs immeuble se sont effondre et de l’autre cote de ceux-ci c’est la légion des mort. Pour le moment dans la zone ou on est y a quelque rampant. Mais de l’autre coté c’est la merde complète.

Je tire une bouffée sur ma clope.

Je dois allez dans le coin si tu veux je t’escorte.

En réalité pas vraiment. Mais ç me fera une balade et la possibilité de trouver quelque chose à me mettre de côté. Je n’ai plus rien à manger. Donc sa pourrait être pas mal comme expédition. Et puis que je sache certain quartier n’ont quasiment pas été pillé vu la masse de crevés qu’il y a par là. Si c’est là qu’elle se rends on ne sera clairement pas trop de deux pour passer.

Attendant sa réponse je voie un autre marcheur affamé s’approcher dangereusement de nous. Je la repousse sur le cote et avance sur le moribond. J’ai toujours pas d’arme blanche mais ça me convient parfaitement. Un coup de crosse net dans le museau du putréfier et le voilà qui s’écrase par terre en arrière. Ce qu’ils sont lent et con seul. En groupe c’est autre chose. Je pose mon pied sur son torse juste sou sa gorge et frappe sèchement de plusieurs coup de crosse de fusil dans la tête. L’os éclate peu a peu et finit par déchirer le tissus te peau répandant la matière cérébrale sur le bitume.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 129
Points : 371
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 24 Avr - 10:38

Je ne pouvais pas réellement dire que la jeune femme inspirait réellement un sentiment de sécurité, mais il fallait être honnête, le détroit post apocalyptique n'était pas celui que j'avais déjà si peu connu. Après tout avoir un guide pour me conduire là où je souhaitais me rendre serait le plus simple, et m'éviterais beaucoup de soucis. Il fallait être honnête, la demoiselle devant moi avait tout de la vraie survivante, bien plus dangereuse que n'importe quel danger qui pouvait régner autour de nous. D'ailleurs elle ne fit que confirmer se que je pensais lorsqu'elle me poussait sur le côté pour s'attaquer à une zombie qui passait par là. Je me doutais bien que si la russe était seule c'était un choix, une personne pareille serait un atout pour n'importe quel groupe de survivant. Une personne entraîner à tuer mais pas de la même manière que moi, dans l'armée, on vous apprendre à préserver la vie, qu'elle est précieuse, encore plus aujourd'hui. Qu'importe, je n'étais pas là pour donner des jugements de valeur chacun vivait sa fin du monde comme il le souhaitait.

"Et bien je dois dire qu'un peu d'aide dans ce labyrinthe ne serait pas de refus, je dois me rendre dans le quartier de Greektown, mais je crains que malheureusement je n'ai pas grands chose pour te dédommager de ton aide. Je suis à la recherche d'un membre de ma famille, qu'importe les ressources, je suis prête à tout te laisser si tu m'aide, je suis itinérante, je ne dois pas m'encombrer de trop, la seule chose qui m'intéresse serait de pouvoir à avoir au moins quelques informations sur la direction qu'il a prit."

Je ne cherchais pas à acheter la femme devant moi, mais il était clair que de nos jours, rien n'était gratuit, même si en y réfléchissant bien, c'était déjà le cas avant que les humains se mettent à se bouffer entre eux.

"Une chose m'étonne c'est que tu reste à vivre ici, généralement les gens sont partis le plus loin possibles des villes avec l'épidémie."

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1180
Points : 790
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 24 Avr - 13:20

Elle accepte l’escorte. Un peu de compagnie n’a jamais fait de mal. Même si je n’ai pas vraiment besoin. En même temps j’espère profiter un peu pour fouiller les environ et me faire un peu de matos on ne sait jamais. Et puis si je lui permets de trouver ce qu’elle veut elle me payera peut etre pour service rendu. Je prends tout ce qu’on me file.

Comme pour parfaire ma pensée la voilà qui accepte ma proposition et m’annonce qu’elle est prête a me fournir du matos qu’elle a pour retrouver la trace d’un membre de famille. Super un payement. Elle a pas grand-chose ? Pas grave tout est monnayable même la vie aujourd’hui et les gens sont tellement prêt au pire bassesse pour vivre que parfois je suis en extase de voir la corruption chaotique se répandre sur le genre humain. Moi je danse avec vu que j’ai toujours baignée dedans.

Tracasse pas on va trouver un truc pour arriver a un arrangement. Déjà allons jusque-là. Greektown n’est pas loin mais y a quelque embuche. Les route sont barrée par les reste d’embouteillage va falloir contourner ou passer par les baraques C’est plus sur de passer par les piaule, mais c’est aussi plus long car casse gueule. Contourner est plus long en distance mais au moins on voit ce qui arrive

Je la matte rapidement. Elle a l’air un minimum sportive mais bon pas non plus harnachée pour l’alpinisme. Et moi non plus d’ailleurs. Je me vois mal passer de balcon en balcon comme ça ou de toit en toit. Surtout compte tenu de mon équipement. Je décide donc de prendre la route ça prendra plus de temps mais au moins on verra les adversaires arriver. Et au pire on pourra couper par les baraques si on a un souci.
Elle semble me suivre si j’en juge par sa remarque. Je me retourne et me met a sa hauteur pour lui répondre.

Un groupe c’est une plaie a moins d’en être le dirigeant ou d’y avoir une hiérarchie définie et clair. A l’epoque l’organisation ou j’étais avait cette hérarchie aujourd’hui c’est des groupes juste bon a survivre comme des moutons sous la coupe de mec qui savent se salir les main ou alors c’est des chiens errant apeuré ou des montons suivant un loup. Je préfère me servir et louer mes services c’est plus efficace. Et le mercenariat rapporte bien en cette période
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 129
Points : 371
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 28 Avr - 11:56

Je devais avouer que j'étais ravie, ça me faisait un bien fou de pouvoir parler avec quelqu'un, ça faisait un long moment que je n'avais pas réellement parlé avec quelqu'un il fallait être honnête, la plus part des gens n'étaient pas de bonne compagnie contrairement à la russe avec qui j'allais passer un bon moment, malgré la situation actuelle. A vrai dire j'étais assez étonnée de voir qu'elle semblait parfaitement à son aise malgré les morts qui nous courraient après et les vivants rarement plus agréable. Elle acceptait de m'aider sans être sûre d'avoir une contrepartie. Quoi qu'il en soit, je ne recherchais pas plus d'armes, ça ne me servirait pas à grand chose, à la limite, la seule chose qui me serait nécessaire serait de trouver des balles, et rien de plus. Quoi qu'il en soit, ça me faisait un bien fou d'avoir une autre personne avec qui partager les responsabilités de notre expédition.

Voir Détroit dans cet état était absolument étrange, j'y avais passé de longues heures en compagnie de Nolan, je ne me sentais pas à mon aise, nous avions décidé de nous installer dans la banlieue de Détroit lorsque nous déciderions de fonder une famille. Au final je me serrais retrouver dans la vie basique de la famille américaine, mais avec lui, je l'imaginais parfaitement. Maintenant tous ces projets étaient bien loin. Le retrouver serait sans doute le seul cadeau que je demanderais. Un an, il n'y avait quasiment plus aucun chance. Je m'en voulais d'avoir perdu tant de temps, mais d'un côté la distance entre New York et cette ville, quasiment tout le temps à pied, je doutais avoir pu faire mieux. Je me mis rapidement d'accord avec elle, il ne fallait pas prendre de risque inutile, à présent le temps était une denrée que nous possédions en abondance.

"C'est vraiment étrange de voir la ville dans cet état là. Le chaos qui régnait à New York quand je suis partie n'avait pas atteint ce niveau là. Après je suis principalement passée par des petites villes, en essayant d'arriver ici le plus vite possible. Je suppose que tu es ici depuis le début, tu dois connaitre ce foutoir comme ta poche."

J'étais plutôt d'accord avec elle, un groupe n'était pas la meilleure des choses, elle consistait à ce que les plus forts protègent les plus faibles, lors donnent à manger, les protègent. Malgré mes années dans l'armée et la police, je ne pouvais pas m'empêcher à ne penser qu'à moi, et Nolan... Égoïste certes, mais au final, il ne nous restait plus que ça.

"Tu n'as pas tord, mais la solitude est pesante parfois, j'avoue que je préfère passer un peu de temps en compagnie d'autres vivants, ça enlève un peu de poids sur nos épaules."

Je l'observais évoluer avec aisance dans cette ville dévastée, elle était sur son territoire, elle devait connaitre cette endroit comme sa poche.

"Il reste beaucoup de vivant dans le coin?"

Je cherchais à savoir si on risquait réellement quelque chose de ce point là. Après tout les vivants étaient toujours plus vivant que les morts.

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1180
Points : 790
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 28 Avr - 14:22

Le chemin est relativement calme un crever a exploser de temps en temps et pour sa la hache suffit. De plus avec la neige qui recouvre le sol et le givre, y a un truc qui m’éclate c’est de les faire exploser comme des statue de givre. Bon faut quand même taper sec. Mais c’est assez amusant de voir les surfaces éclater comme une micro fibre de verre. Je sais c’est dégueulasse. Mais je suis une fille de la bratva le glauque sa a été ma vie pendant longtemps alors j’ai des inhibitions que d’autre n’ont pas. Etrange de voir la ville comme ça ? Ben pas vraiment vu que ça fait un an que c’est la merde. On alors tu vies d’une enclave épargner. Mais franchement vu comme sa a été le bordel ici j’en doute. Après elle était peut-être de la campagne. Ah non New York. Mais a ses dire s’était moins le foutoir qu’ici quand elle est partie. C’est vrai que je ne me suis jamais posée la question de savoir l’état des autres villes.

Je ne réponds pas a sa remarque sur le fait que je connais le coin comme ma poche. C’est vrai et faux en même temps. Faux car je suis moscovite a la base. Et que je connais bien mieux Moscou ses alentours. Mais vrai parce que depuis que je suis ici, vu mon ancien statut j’ai pas mal circulé dans la ville et plus pour en connaitre les petit coins sombres et les lieux caché, en plus des gros magasins et autre gros élément qui sont rapport avec mes domaine d’activité du passé. Donc oui je ne connais plutôt pas trop mal la ville. Y a un truc qui m’a toujours fait sourire quand j’étais ado et que je commençais dans le milieu, mon grand-père disais toujours que au japon si t’es étranger et que tu cherches ton chemin le meilleurs moyen d’avoir le bon renseignement s’était les yakuza. Après je suis jamais allez chez les nippons. Mais ici quand j’ai débarqué il m’a suffi de trouver un Russe pour avoir les bonnes indications. Surtout une fois que le point commun qu’on avait était l’hydre. Tout ça pour dire que oui j’ai vite appris a me repérée en rue et a connaitre la ville.

Boh ça pèse que sur les faible sinon une bonne branlette, un shoot de coke ou d’alcool voir, voir quand t’as aucun de ses potentiels moyen un bon shoot d’adrénaline par un massacre de crever et sa passe. Se sentir vivant aide a passé la solitude. Après si ton truc c’est de faire copain-copain avec d’autre trouve toi un groupe. En tout cas quelqu’un d’autre que moi je te le dit tout de suite. Je suis mercenaire. J’ai pas d’attache et j’en veux pas. Sauf si le mercenariat t’intéresse alors la soit on va vite se tirer dessus ou alors faire grossir les primes parce que on sera deux. Mais si c’est pour te trouver une copine de vie quand y a rien a faire oublie moi

Je reprends la marche c’est pas vraiment le genre de discussion qui me fait mouiller je dois dire. Tout mes partenaires sont mort. Le seul nouveau partenaire que je me suis trouver c’est Barry et c’est plus un allier et un coup de sexe a part ça oublie. Surtout qu’il est obnubiler par sa pseudo vengeance a la con. D’ailleurs a mon avis il se fera butter a cause de aussi efficace soit-il. Tout le monde autour de moi crève violement. Je m’attache pas du coup. Et je cherche pas d’attache. Alors autant lui faire comprendre de suite que a moins de bosser ensemble de temps en temps qu’elle oublie le cote copine.

Ah ben ouais. Regarde là. Y marchent comme des pantins, ils ont le regard vide, certains rampent au sol. Et le plus merveilleux, ils veulent faire ami pour te bouffer. C’est des morts. Mais ils sont vivant aussi. Y en a pleins

Ouais la je me fout clairement de sa gueule pour le coup. Allez zou encore un coup de hache dans un crane. Un autre m’attrape la cheville et je le frappe du talon de ma rangers libre et le finit à la hache. Je continue d’avancer la laissant s’amuser un peu avec certain crevé. Histoire qu’elle pige ce que je disais avec cette histoire de shoot d’adrénaline, et le fait de se sentir en vie.  Puis je grimpe sur une carcasse de voiture et lui montre une rue un peu plus loin.

Voila c’est la qu’on va. Ta destination. Mais clairement oui il reste des survivants. Pas des centaines de millier mais plusieurs. Ils tentent de survivre en groupes. Comme ils peuvent. Et puis t’as les connards. Un bande de bikers qui se sont mis a faire la loi a leur sauce. Façon rackette mortel si tu voies ce que je veux dire. De vrai crétin ce n’est pas comme ça qu’on fonctionne. Ils ont tellement foutu une merde avec cette méthode. Ça ne laisse aucune possibilité de « commerce » ou « d’échange ». Après être dans leur groupe d’amène une certain sécurité, confort, car t’es craint. Mais ce sont des chiens fous tenu en laisse par un Kayuta (meneur de chien / musher) Psychopathe de ce que j’en sais. Le jour ou se type se fera buter sa sera la débandade. Il vont se bouffer entre eux pour reprendre la place ou les autre groupe leur tomberont dessus une fois la nouvelle apprise.

Je saute en bas de la carcasse et glisse sur la plaque de verglas par terre sous la neige. Me voilà le cul dans la neige comme une conne. Je ramasse ma hache et me frotte le derrière pour en virer la neige  en pestant sur le verglas.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 129
Points : 371
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 2 Mai - 11:59

Je suivis simplement la russe qui semblait se déplacer avec une aisance folle dans ce monde de terreur. Bien sûr je l'aidais à tuer ou plutôt à les achever mais la brunette qui m'accompagnait le faisait avec plus de talent et de plaisir. Une chose était claire, même si je ne la connaissais pas, je pouvais deviner que sa vie n'avait pas été facile, et qu'au final, son véritable environnement était ce monde détruit. En tout cas même si elle considérait que seul les faibles étaient affectés par la solitude, je devais l'avouer, moi elle m'affectait. Toute mon enfance j'avais été seule, et au final, je ne m'en n'étais pas si mal sortie, mais depuis mon entrée dans l'armée, je n'avais jamais réellement été seule, le travail d'équipe était souvent la clé du succès. L'alcool pour supporter ce monde? Non jamais j'avais vu les dégâts que pouvaient faire cette boisson sur ma mère, et même si je ne refusais pas un verre, c'était hors de question de sombrer dans l'alcoolisme, c'était pour moi abandonner. Quand à trouver un groupe, c'était relativement hors de question pour moi, j'avais passée ma vie à aider les plus faibles pour les voir s’entre-tuer pour le moindre petit objet à la fin du monde. Je ne me voyais pas intégrer un groupe pour aider les plus faibles, les protéger et les servir, non à la limite j'accepterais un groupe si tous sont capable de survivre seul, avoir besoin de personne dans l'immédiat, juste se regrouper pour mettre en commun nos compétences. Mais ne vous faites pas d'illusions, ce genre de groupe n'existe pas, tous ceux que j'avais pu voir se contentaient de rassembler des forts pour protéger les faibles. Peut être quand je l'aurais retrouver, lorsque je n'aurais plus de quêtes, mais pour le moment, c'était hors de question.

"Un groupe, non merci, je ne suis pas là pour protéger et servir, quand au mercenariat ce n'est pas mon truc non plus, je n'ai pas besoin d'amasser le plus de chose possible, au contraire, ça me ralentirait. Je cherche quelqu'un une fois que je l'aurais retrouvé, j'aviserais, pour le moment c'est chacun pour soit, comme tu le dis. Je ne te dis pas que je n'ai pas rencontré des groupes, mais il y a toujours un poids dans ce genre de situation."

J'observais un groupe de mort au sol, ceux qui rampent et dont je n'éprouve pas le besoin de les achever. Mort ou vivant? Je n'y avais jamais réellement pensé, peut être qu'ils étaient les deux à la fois, comme elle le disait, mais au final, personne n'avait jamais eu de réponse à ce sujet, sans doute parce que personne n'avait jamais eu le temps d'étudier ce phénomène. A moins que si, mais que leurs travaux n'avaient jamais été publié. Je grimpais à mon tour sur la voiture pour observer la voie qu'elle m'indiquait. Des psychopathes, j'en avais croisé plus d'un, il fallait être assez réaliste, ce nouveau monde était bien pire que l'ancien, pourtant j'avais du mal à croire que ça pouvait être possible à l'époque. J'avais déjà entendu parlé des cannibales, mais pas les bikers, il faut dire que les survivants n'avaient sans doute pas pris le risque de s'approcher trop près de la ville de détroit.

"Que du charmant monde... Je me méfie, la plus part des survivants sont devenus assez agressifs, sans doute à cause des cannibales et des bikers, je comprends mieux pourquoi les relations sont devenus c'est assez compliquées. Le problème des psychopathe, c'est qu'ils croient en leur discours et arrivent à fédérer un maximum de monde, ne serait ce que dans l'espoir d'un minimum de sécurité. C'est le genre de chose qui doivent faire rêver certaines personnes."

Personnellement je me fichais bien de la sécurité, ça n'avait pas d'importance seule. Après tout à quoi bon vivre pour garder cette existence? Mais ce sujet inutile de l'approcher avec ma compagne d'infortune, nous n'aurions pas le même point de vue. Je descendais doucement de la voiture, je tentais de toujours rester prudente, la moindre blessure pouvait être mortelle, même si ce n'était pas grand chose. Le danger était l'absence de soin.

"Au moins une bonne chose à savoir, si on les croise, on tir avant et on pose les questions après. C'est déjà ça..."

Je me retournais à cause d'un grognement derrière moi. Ma lame noire s'enfonçait dans sa gorge en remontant dans son cerveau, mais quelque chose me gênait, ce mort était bien trop en forme par rapport à tous ceux que nous avions achevé jusqu'ici.

"Il est frais, à mon avis on est pas seul."

Je pris le temps d'observer les fenêtres aveugles avant de resserrer mon col de fourrure contre moi. Il me paraissait très improbable que cet homme se baladait seul, il n'avait pas l'air d'un véritable survivant. Quoi qu'il en soit, je pris le temps de le fouiller nous pourrions peut être trouver quelque chose d'utile.

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 712
Points : 1577
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Mar 2 Mai - 11:59

Le membre 'Elliot Jensen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Loot aléatoire' :
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1180
Points : 790
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 2 Mai - 13:28

Ouais on tir a vue. Encore faut-il être efficace avec un gun. Et en avoir.

Pour ma part j’en ai une mais elle. Et je sais pas si elle en a un et si elle est capable de l’utiliser. M’en fout c’est son problème moi soit je me casserai soit j les butterai. Je reprends la marche alors qu’elle tue un mordeur. Sa remarque me fait tiquer. J’observe le mort alors qu’elle le fouille. Ouais ça c’est tout frai.

J’avance un peu plus lentement vers le fameux quartier. En effet on n’est pas seules. Aux détours d’une route y a des voies mais ce n’est pas des bikers de ce que j’en voie. C’est des récupérateurs ou des mecs d’un groupe lambda qui vienne récupérer du matos par ici. Mais celui qu’elle a terminé : soit ils lui sont tombé dessus, soit c’est un dès leur qui s’était fait mordre en restant en arrière. Je ne voie pas trop leur arme. Par contre j’en dénombre 4 visible peut être un ou deux de plus dans les bâtiments à côté. Je lui fais signe de s’arrêter et revint vers elle.

Bon voila on est au quartier que tu souhaitais. Par contre le puant que t’as terminer soit ils faisait partie d’un groupe soit c’est un qu’u groupe a buter avant qu’il ne revienne. Ya un petit attroupement de mec j’en ai vu 4 mais ils sont peut etre plus nombreux.

La voilà renseigner elle est chez elle. Enfin façon de parler. Et elle sait pour le groupe maintenant a elle le choix ou je l’accompagne ou elle tente sa chance en solo.

A toi de voir ce que tu souhaites. Ou je t’accompagne et on bute ces cons. Et je continue avec toi. Mais du coup je considère que tu m’engage comme mercenaire. Soit tu tentes ta chance solo face a 4 perso voir plus dont je ne connais pas l’armement. A toi de décider.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 129
Points : 371
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 12 Mai - 22:50

Voilà se qui me dérangeait dans ce nouveau monde, il fallait tirer avant de se poser des questions pour savoir si ce groupe représentait un danger ou non, c'était sans doute pour ça que tant de personnes se retrouvaient isolées, bien trop inquiète à l'idée de rencontrer quelqu'un de malveillant, et probablement plus dangereux que soit. Je n'avais pas réellement ce soucis, je savais que j'étais une tueuse en puissance, mais il n'était pas toujours intelligent de le révéler à tout le monde. Au fil de notre conversation, j'avais compris une chose simple, la russe avait besoin des autres pour survivre, vu qu'ils lui servaient à obtenir se qu'elle voulait. Je me demandais bien si je pourrais trouver quelque chose de suffisamment intéressant pour payer la jeune femme, je ne tenais pas réellement à devoir l'affronter, je ne pouvais pas douter que la jeune femme était une machine à tuer. Ne trouvant rien sur le cadavre, j'attrapais mon beretta et gardais mon bras tendu le long de mon corps, ne cherchant pas à me montrer agressive, ce n'était pas le but, plus vous aviez l'air d'une menace, plus vous risquiez de mourir rapidement.

Je pris le temps de peser le pour et le contre de la proposition de Lyuba, difficile de prendre une décision sans savoir le prix que nous aurions à payer. Mais au final je pouvais probablement prendre le risque il y aurait probablement de quoi la payer dans l'appartement de Nolan, je connaissais trop bien le bougre, et je savais surtout qu'il avait une porte blindée, un accro de la sécurité, peu de chance que la porte soit ouverte, et même si c'était le cas, il y aurait toujours quelques chose de planqué.

"Disons que je suis d'accord pour t'engager, mais je suis bien moins partante pour butter sans raison les gens qui vivent ici, je crains de tomber sur un groupe d'éclaireur pas réellement virulent et qu'en les agressant on se retrouve avec le reste du clan à nos trousses. J'aime passer inaperçue."

Je tendais la main à la jeune femme pour sceller notre pacte, il n'y avait pas réellement de temps à perdre, surtout que j'avais l'impression d'étouffer dans cette ville, et surtout il était impossible de savoir si nous étions épiées ou non. Les champs et la campagne étaient bien plus sûr, ce n'était pas comme ici, un coupe gorge.

_________________
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1180
Points : 790
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Dim 14 Mai - 1:08

Elle m’engage. Mais veux rester innocente. Tuer le moins d’innocent possible. Personne n’est innocent aujourd’hui. Et c’est la loi du plus fort qui prime. Je soupire mais bon à voir ce qu’elle me filera pour l’avoir escorté. Je lui serre la main en guise d’accord. Tout est bon à prendre. Par contre je ne suis pas certaine qu’on nous laisse passer comme ça. Quant à faire de l’infiltration ce n’est pas vraiment mon truc mais bon. On va tenter des fois que ça marche …

Je relève un peu la tête et observe-les environ. Y a moyen de contourner le groupe et de rentrer dans un bâtiment. Par contre je ne sais pas si ça sera celui qu’elle souhaite. Ni si le groupe est en passe de repartir ou de rester sur place. Je lui montre du doigt ce que je propose. Nous faufiler derrière une bagnole passé derrière une haie la faudra sauter un muret puis nous glisser dans une maison dont la fenêtre est cassée. C’est un peu la seule façon de faire. Par contre ça c’est dans le meilleur des cas car je n’ai pas pris en compte le coté mort-vivant. Si y en a on va avoir à gérer deux instances adverses. J’attends un signe de sa part avant de prendre les devants. Je suis lourdement équipée avec mon pare-balle mon fusils a pompe, mon colt, et mes grenade. C’est limite dérangeant pour de l’infiltration.

Mon chemin est relativement tranquille a part que je dois m’arrêter au pied du muret un des mec s’en approche dangereusement. Si il se penche par-dessus j’aurais pas le choix que de l’exploser. Je me prépare a faire feu. Puis j’entends le bruit caractéristique d’une tirette puis d’un jet de flotte. Ce connard est en train de pisser de l’autre côté du mur. Juste dans mon dos. Heureusement qu’il n’est pas casser sinon je me ferai arrosée. Je lui fais signe de me rejoindre. Et lorsque c’est bon et que le mec fout le camp je saute de l’autre côté et court vers la maison au fenêtre cassé. Je rentre dedans. Un rapide coup d’œil m’indique qu’il n’y a pas de soucis. Puis je me mets en position pour la couvrir dans son arrivée a moi. Une fois qu’elle est la me faut plus de renseignement parce que des baraque y en a plusieurs. On a passé se groupe mais il en reste peut être ou ils vont peut-être revenir il serait temps de savoir où on va exactement.

Ok. On est un peu plus tranquille pour le moment. Ou on va maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Sidney est une mauvaise fréquentation.
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» [abandonné]En bien mauvaise posture [PV : Ezekiel]
» Une très mauvaise journée...
» Mauvaise matinée [Taylor D.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum