Scar Tissue - Logan Carter

Survivor #001
avatar
Messages : 480
Points : 220
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
La Louve
La Louve
Mar 11 Avr - 17:23

Harvey regardait Avalohn silencieusement. Elle était assise sur son lit à fumer une cigarette, la cendre tombant sur ses genoux. Elle réfléchissait intensément, sa tête posée sur l’épaule de l’adolescent. Il déglutit en frictionnant ses propres cuisses, gêné mais heureux de cette proximité. Elle lui avait demandé de passer tard dans la nuit. Il ne savait pas pourquoi et ne s’attendait à rien. Il savait très bien que Robin parti, Skye n’était plus elle même. Elle était devenue dure, avec une peau de louve presque indestructible.

Avalohn était devenue le démon qu’elle redoutait tellement. Elle avait tellement pris sur elle, sué pour être forte, ne pas pleurer, que le monstre avait plié les barreaux de sa cage pour s’incruster dans ses veines. Elle bataillait pourtant pour essayer de trouver un équilibre rationnel, qu’une part d’elle ne fracasse pas tout en un revers de main. Que ça puisse aller, malgré le bourdonnement lugubre de cette chose qui lui voulait du mal. Elle même.

- Je vais te demander quelque chose Harvey. Et il faut que tu saches avant tout que tu es devenu un petit frère et presque un fils. Alors maintenant que tu fais partie de ma famille, je vais devoir te protéger quoi qu’il ce passe. Alors voilà, il va falloir que tu partes avec moi pour de bon de General Motors.

À ces paroles, le jeune garçon se pétrifia en lançant un regard paniqué à Avalohn. Elle cligna des yeux pour le rassurer, sachant très bien ce qu’ils allaient risquer.

- Je m’en irais quoi qu’il ce passe, mais je peux pas te laisser ici tout seul, sans Robin ou sans moi. Il y aurait eu Franklin je vous aurais embarqué tout les deux. Écoutes moi.

Harvey bougea sa tête de droite à gauche en se levant d’un coup, passant ses doigts dans ses cheveux courts, essayant de respirer calmement.

- Tu sais ce qu’on risque si on se barre Skye. Tu connais Bruce. On va crever. On va crever tu sais.

Avalohn écrasa sa cigarette dans un cendrier de fortune en soupirant, se levant elle aussi à son tour, posant des sacs qu’elle avait fait la veille sur son lit. Elle posa ses mains sur ses hanches en se grattant le front, regardant l’adolescent se pencher vers Lobos pour lui gratter l’arrière des oreilles. Elle allait de toute façon partir quoi qu’il ce passe, même si il fallait le prendre de force, l’attacher, lui foutre un calmant dans la carotide et lui expliquer que maintenant, c’était elle qui commandait le navire.

- Harvey je… Tu dois penser que c’est une erreur, mais comprends qu’on ne peut plus rester ici. Il ce passe des trucs moches, très moches, dont j’ai fais partie. Et j’veux pas qu’tu me regardes comme la nana qui a trucidé Jack et William. J’ai pas un bon fond, je suis pas une gentille personne qui papillonne des yeux. Il y a un truc qui besoin de violence en moi, et en restant ici je risque de faire ressortir de vieux trucs assez flippants. Je peux pas me permettre de laisser ça me contrôler une nouvelle fois, surtout pas après le départ de Robin. Il faut que je me barre, parce que j’suis pas sûre de pouvoir tenir encore longtemps en me forçant à rester moi même mais… Mais je sais que je ne veux pas être séparé de toi. Pas après ce que tu as vécu, ce que j’ai vécu, ce qu’on a vécu. Je sais qui tu es même si tu montres tes dents à chaque fois qu’on t’adresse un mot. Moi je sais que t’es pas comme ça, t’es différente, c’est tout. Les autres l’ont pas compris.

Avalohn ouvrit la bouche pour pouvoir répliquer mais rien ne pouvait sortir de sa gorge. Elle voulait lui dire qu’il n’était qu’un idiot, que ce qu’elle faisait était simplement un geste mature, à vouloir le protéger. Mais elle se rendait vite compte que si elle voulait l’embarquer, c’est que bizarrement, elle avait besoin de lui. De cet adolescent bancal et peu sur de lui, qui pourtant avait soutenu la jeune femme et qui l’avait prit dans ses bras lorsque ça n’allait pas. Il était simplement le louveteau qu’elle aurait voulu voir grandir. Il lui fit un signe de tête avec ses grands yeux noisettes, son air de malice illumina presque la journée de la Bronxarde. Elle lui sourit franchement en déposant sa main tatouée sur son épaule.

Prépares tes affaires et mets les dans mon van. On se barre à trois heures quand la plupart des Punishers seront trop saouls ou défoncés pour se rendre compte de quelque chose. Je viendrais avec la moto de Robin. Ensuite on ira se mettre quelque part où on ne craindra rien. Ça ira.

Elle le poussa un peu hors de sa chambre, ne sachant pas vraiment si elle ressentait une pointe d’amour ou de peur pour ce jeune garçon. Elle l’aimait énormément, de là à se dire qu’elle pourrait surement avoir un rôle de mère ou de grande soeur dans sa vie, mais l’emmener avec elle signifiait aussi lui mettre sa tête à prix au sein des Punishers. Elle voulait un avenir meilleur et beaucoup plus stable pour un jeune garçon qui avait déjà vécu trop de choses mauvaises et nocives pour son jeune âge. Elle ne voulait pas s’attacher, et pourtant tout était déjà trop tard entre eux. Elle le perdrait un jour ou l’autre, il s’en irait un jour ou l’autre, elle le savait. Elle déglutit en regardant le chien à côté d’elle, pensant que son plan allait marcher, que dans le meilleur des mondes, tout irait bien.

———————————————————————————————————————————

Il était presque trois heures du matin quand Avalohn remonta la fermeture de sa veste sur sa poitrine, regardant autour d’elle pour s’assurer qu’aucun oeil indiscret les reluquaient. Elle attendaient sagement qu’Harvey finisse le rassemblement des affaires du garage. Il tremblait, suait, sursautait, tressaillait à chaque bruit qui l’interpellait. La Bronxarde était pourtant impassible, malgré une inquiétude qui lui mangeait le coeur. Elle avait peur pour ce jeune garçon et son chien. Qu’ils n’y arrivent pas. Qu’ils n’y arrivent jamais. Elle serait soulagée, une fois arrivée à l’ancienne planque d’Isha, les affaires en sécurité, et les trains arrières de l’adolescent et du chien sur un matelas défoncé.

Avalohn ferma les portes arrières du van lorsque tout fut entreposé et à peu près rangé malgré la précipitation. Elle soupira par le nez, filant les clés de son van à Harvey, le regardant droit dans les yeux.

- Je te fais confiance. Tu traces, tu ne parles à personne, tu ne te retournes pas. On se retrouve à la planque de Robin. Ok? Ça va le faire.

Le croyait-elle vraiment? Elle monta sur Gisèle, regardant le van reculer et se diriger vers les grandes portes centrales. Elle dévisageait les gardes qui riaient grassement, des bières à la main. Il serait facile de passer à cette heure ci. Tout le monde se rendrait compte du vide le lendemain, simplement des draps froissés et des cendriers pleins. Skye fit gémir le moteur de la moto, remontant ses lunettes sombres sur son nez. Elle ne tremblait pas, elle ne montrait rien, et pourtant elle avait une pointe de peur que tout ce retourne contre eux un our ou l’autre. Le risque était gros. Elle essayait de rester positive, de croire en ce plan bancal et assez foireux.

La moto se dirigea vers la porte de sortie, lorsque la Bronxarde croisa discrètement les yeux d’Evah. Son coeur se serra encore plus, et d’un coup d’accélérateur elle laissa son passé derrière elle. La page se tournait lourdement sur ses épaules, et désormais, ils n’étaient plus que 3.

Lobos, Harvey et elle. Tout simplement. Elle déglutit en essayant de penser que son van était bien arrivé, essayant de calmer une crise de tachycardie qui lui mangeait la poitrine. Le trajet lui paru long et difficile, ressassant des souvenirs qui étaient désormais morts aujourd’hui. Sans les Punishers, elle n’aurait jamais pu rencontrer Isha. Et désormais il ne faisait plus partie de sa vie puisqu’elle l’avait donné à Logan. Elle évita quelques Marcheurs qui avaient besoin de croquer quelques bouts de chaires. Ce monde lui tombait entre les doigts. Elle n’en pouvait plus. Elle ne pouvait pas.

———————————————————————————————————————————

La camionnette était garée dans une rue adjacente de La Planque. Lorsqu’Avalohn vit la plaque d’immatriculation qu’elle connaissait par coeur, sa tension s’abaissa doucement dans ses tempes et dans sa cage thoracique. Un petit blondinet sortit, une laisse à la main et une barre de fer dans l’autre. Elle éteignit le moteur de Gisèle en retirant les clés, soupirant en voyant le jeune homme approcher d’elle. Elle lui tendit son poing avec un demi-sourire, qu’il toucha avec ses phalanges et la regardant droit dans les yeux.

- On y est. Ça y est.

Ils déchargèrent tranquillement les affaires du véhicule sans un mot, le coeur lourd et les traits tirés par ce qu’elle venait de faire. Une trahison de plus. Skye ne les comptaient pour plus depuis longtemps. Lorsque tout fut monté et sécurisé pour qu’aucun intrus puissent les déranger. Harvey mit une couverture sur ses épaules en se calant contre un vieux matelas défoncé. Lobos s’installa tout contre sa maîtresse, lui léchant les mains pour lui réchauffer les doigts.

- On va se serrer les coudes et on va y arriver. On pourra pas rester très longtemps dans La Planque en sachant que les Sbires vont nous chercher partout. On va faire comment pour Robin?

Avalohn tourna la tête vers l’adolescent, impassible. Elle n’avait pas de réponses à cette question. Elle ne savait pas si il voudrait encore d’elle, si elle voudrait encore de lui. Cette histoire l’avait ramené au fond d’un enfer qu’elle avait arpenté jeune, et malgré ses années de batailles et d’acceptation de ses origines, il l’avait replongé dans quelque chose qu’elle ne connaissait que trop bien. Elle serra simplement les dents en affichant un sourire froid.

- Je vais m’en occuper. Ne t’en fais pas pour ça.

Elle se racla la gorge en lui demandant prendre le deuxième tour de garde, la fatigue lui mangeant ses yeux rouges. Elle s’assoupit aussi vite qu’elle avait dit la phrase, la capuche sur la tête et les bras croisés sur sa poitrine. Les rêves qui l’avaient habité cette nuit la fut douloureux. Son père, sa mère, son frère… Ils avaient tous fait une apparition en lui demandant pourquoi ils les avaient abandonnés dans ce Bronx morne et maussade. Elle n’avait pas su quoi dire.

Elle se réveilla un sursaut lorsque la main d’Harvey se déposa sur son épaule, le jour lui caressant le front. Elle avait trop dormi. Le visage fatigué de l’adolescent la réconforta pourtant un peu. Elle lui fit un hochement de tête en se frottant les paupières.

- Je vais aller nettoyer le périmètre. Je te réveille dans quelques heures. Reposes toi un peu.

———————————————————————————————————————————

Elle était assise sur un coffre de voiture, l’objet dans la main. Il lui suffisait d’appuyer sur un petit bouton pour joindre où était le reste de sa vie. Isha. Elle savait bien au fond d’elle que Logan devait être au courant de là où elle était, ce qu’elle avait fait. Mais… Ce silence ne serait pas une chance pour prendre un nouveau départ? Elle n’en savait rien. Elle pouvait laisser enfin derrière elle un autre très lourd passé, et recommencer à nouveau, avec certes un adolescent en charge, mais elle savait qu’il ne la quitterait pas tout de suite. Il se sentait aussi seule qu’elle en ce moment même.

Elle soupira en levant les yeux, fermant ses paupières et approcha le talkie-walkie de ses lèvres. Elle appuya sur le bouton, pour pouvoir parler. Elle ne savait pas réellement quoi dire au final. Elle laissa de longues secondes s’écouler, imaginant les grésillements interpeller quelqu’un de l’autre côté. Elle prit son courage entre ses mains tatoués.

- Salut le Fantôme. À ma voix super sexy je suis sûre que tu te doutes que c’est Skye. Écoutes… Je… J’ai décidé de quitter les Punishers. Je suis à La Planque et j… Et maintenant t’es à moi.

Un violent coup percuta l’arrière de son crâne, dans un bruit très sourd et qui résonna dans tout le corps d’Avalohn. Son corps bascula en avant, pendant que ses doigts, par instinct, se colla à sa tête pour arrêter le terrible bruit.

Elle s’écrasa à terre en étouffant un cri, un genou s’appliquant sur son sternum. Elle avait bien reconnu cette voix masculine. C’était Greg.

- Et je vais te bousiller. Tu sais, t’es réellement pas discrète. Puis ta petite copine rouquine a pas la langue dans sa poche avec plusieurs litres d’alcool dans le sang. Elle s’est laissée faire et a été très coopérante. Tu pourras la remercier.

Avalohn gémit en essayant de se relever, mais la douleur dans l’arrière de son crâne lui fit voir rouge, et chaque mouvement était une torture. Elle s’entendait respirer, et son coeur battait dans ses tempes.

Malgré qu’elle priait pour qu’on la laisse en paix quelques instants, Greg lui saisit sa longue chevelure pour la trainer sur quelques mètres.

- Lâches moi ! Lâches moi crevard ! Espèce de sale fils d…

Il lui décocha un chassé dans la mâchoire, ce qui la fit taire alors qu’elle s’écrasa au sol. Sa dernière solution était Harvey, elle voulait hurler son prénom mais si les Punishers savaient qu’il était là, il ne pourrait pas s’en sortir sans elle. Une surdité l’empêchait d’entendre ce que Greg lui disait, alors qu’il lui arrachait son blouson ainsi que son débardeur. Elle s’étouffait dans sa propre bave, la rage qui lui tordait la gorge. Elle allait exploser. Exploser.

- T’as voulu faire ta petite maligne et t’as imposé ton sacré petit cul chez les Punishers, je l’avoue. Mais t’as pas bien imprimé : t’y rentres, t’y restes. Alors je vais me faire un bon plaisir de te rappeler que t’as fais un choix, et que tu vas devoir me suivre comme ma jolie petite chienne.

Les autres sbires, elle ne les connaissait pas. Ils lui saisirent les avants-bras pour la soulever sur les fesses, alors qu’elle crachait un filet de sang du coin de la bouche. On lui prit une nouvelle fois sa crinière dans les mains, cette fois ci pour dégager son dos. Un couteau vint couper son soutien gorge, des rires gras commencèrent à s’élever dans cette rue où le soleil rayonnait sur l’asphalte.

L’hiver n’épargnait pourtant pas la peau d’Avalohn, et elle se mit à trembler, sa peau commençant à s’éveiller. Elle entendit derrière elle un bruit de moteur. Impossible de pourtant bouger sa tête pour voir ce qu’il ce passait. On lui tenait les cheveux fermement, ainsi que la tête. On lui toucha le dos plusieurs fois. Elle sentait un nuage chaud lui toucher l’épiderme. Son coeur s’arrête lorsqu’on lui appliqua le moteur d’une moto chaude sur sa colonne vertébrale. Un cri de douleur lui arracha les cordes vocales, pendant qu’elle sentait sa peau fondre sous la chaleur.

Une deuxième fois, une troisième fois, une quatrième fois. Ce ne fut qu’au niveau de sa nuque, lorsque sa chaire sentait la brûlé qu’elle versa une première larme, sentant des mains parcourir son ventre.

Elle ne pouvait plus se battre. Elle n’en avait pas la force. Alors tant pis.

_________________
I give you my soul
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Scar Tissue - Logan Carter
 Sujets similaires
-
» Isabella Eloïse Carter {OK}
» Présentation de Logan Echolls
» Maison de Carter (-18 ans)
» Alice Logan [validée]
» Logan Wright

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Your Flesh :: The surrounding wasteland :: Etat du Michigan :: Détroit-
Sauter vers: