[-18] Visite nocture. ]




Aller à la page : Précédent  1, 2
InformationsContact
avatar
Messages : 394
Points : 780
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Dim 28 Mai - 5:22



Elle continuait de déambuler dans les couloirs, attentive au moindre son. Les deux morceaux de vêtements qu'elle portait ne lui procuraient que peu de protection contre le froid et elle commençait sérieusement à s'interroger sur le bien-fondé de ce petit jeu. Et dire que la russe était complètement nue... Riley se doutait bien que les soviets pouvaient tolérer le froid mais là, c'était carrément de la torture. Malgré tout, la blonde refusait d'abandonner et s’efforça d'ignorer les frissons qui lui parcouraient le corps. Sa vision commençait déjà à s'habituer à la noirceur... bien, ce ne serait plus qu'une question de temps avant qu'elle ne trouve sa cible. Alors qu'elle passait devant une porte, un bruit de verre brisé se fit entendre.

* Te voilà ma jolie... *

La porte en question était lourdement barricadée, l'accès devait forcément se trouver dans la chambre d'à côté. Elle s'y dirigea sans un bruit, sa victime était prise au piège, elle n'avait nulle part où aller. Lorsqu'elle passa la porte, son visage était marqué d'un rictus malsain, elle comptait bien lui faire regretter son affront ou plutôt, lui faire apprécier tout dépendant du point de vue. La claque fantomatique sembla surgir de nulle part... La blonde se retourna pour agripper son assaillante mais cette dernière lui fila entre les doigts. En voulant prolonger son attaque, elle perdit l’équilibre et s'affaissa une fois de plus sur le plancher froid, laissant une longueur d'avance à celle qui venait d'étamper sa main sur son fessier.

" Bordel! "

La russe courait à pleines jambes tout en rigolant comme une démone. Riley ne se fit pas prier pour se mettre à sa poursuite... Elle sprintait à vive allure, réduisant la distance qui les séparait à chaque enjambés... Elle était si proche du but, il ne lui restait qu'à s'étirer le bras et lui attraper l'épaule, mais au dernier moment, la succube s'engouffra dans un escalier de service. L'endroit était plongé dans une obscurité des plus totale. Du peu qu'elle pouvait voir d'ici, une partie des marches s'étaient effondrée... Merde. Tout ça était bien trop risqué. Après avoir survécu à la fin du monde, elle n'allait certainement pas crever d'une façon si stupide. Bon, cette course-poursuite avait au moins eu le mérite de lui réchauffer le corps.

Pour le moment, il valait mieux rester ici et l'attendre, tapis dans l'ombre... La ruskov finirait bien par se geler les fesses et n'aurait d'autre choix que de revenir sur ses pas. Au moment venu, Riley serait prête à l’accueillir. Ne restait qu'à savoir laquelle des deux allait endurer le froid le plus longtemps. Elle décida de rester proche de l'ascenseur... Soit elle passerait par là, soit elle reprendrait l'escalier mais dans les deux cas, elle devrait passer devant sa cachette.

Une minute s'écoula, puis Riley crut voir des faisceau de lumière s'initier dans l'ascenseur depuis l'étage en dessous. Elle entendait des voix aussi, des voix étrangement familières... Elle les reconnut aussitôt. Trois types de son groupe, et cette conasse de Marlon. Ces enfoirés l'avaient suivi jusqu'ici et à les entendre parler, ils comptaient bien l'éliminer... Ce genre de situation, Riley l'attendait depuis son arrivée chez les Punishers. Comment pouvait-elle leurs en vouloir? Elle-même avait butté Nick pour servir ses propres intérêts au sein du groupe. Elle n'était pas vraiment en colère, simplement déçue d'avoir perdu son temps à former ces idiots.

* Allez Kirasir ce n'est plus le temps de jouer, ramène tes fesses! *

Comme si ses pensées avaient atteint leur destinataire, celle-ci apparue au bout du couloir. À voir sa tête, elle était au courant pour les intrus. L'heure n'était plus à la rigolade. Sans un mot, la blonde lui lança un regard qui voulait tout dire, puis laissa son hôte passer devant, ne manquant pas de lui rendre sa claque. Malgré la situation, Riley ne pouvait tout simplement pas résister à l'appel du postérieur russe. Elle ne comptait pas non plus être la seule à avoir une main d'étamper sur le cul.

En entrant dans la suite, elle se précipita sur ses vêtements, enfilant ces derniers à la va-vite. La chaleur des braseros était une véritable bénédiction. Elle se rua sur son sac à dos pour en sortir sa MP5K et ses chargeurs... Pour un combat en milieu clos, elle préférait de loin le pistolet-mitrailleur au kalashnikov en raison de sa taille compacte et de sa cadence de tir élevée. Tout en fourrant sa hache dans sa ceinture, elle se tourna en direction de la ruskov, affichant un regard placide.

" Ils sont ici pour moi... Tu n'as pas à t'en mêler... "

Ses paroles furent suivies du bruit mécanique de son arme alors qu'elle claquait le levier d'armement. Quoi qu'il advienne, elle n'avait aucunement l'intention de faciliter la tâche de ces enfoirés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 420
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 29 Mai - 13:22

Lorsque je passe à portée de Riley elle sort de sa cachette. Visiblement elle a vu les faisceaux des lampes torches à son tour et me laisse passer devant. Elle non plus ne semble plus avoir envie de jouer. Par contre ça ne l’empêche pas de me marquer le cul d’une claque sur la fesse. Marque qui s’affiche rapidement et bien. Vu que j’ai la peau sensible par le froid ambiant. Me voici donc affublée d’un tatouage temporel coloré qui me chauffe le postérieur. Je rentre direct dans mon froc suivit de mes rangers, une fois dans la suite. Un tshirt et ma veste termine ma tenue. Elle attrape son pistolet mitrailleur. J’adorerais en avoir aussi. Mais j’en ai pas. Elle m’explique qu’ils viennent pour elle. Je l’ai compris tout a l’heure avec leur propos. Elle me propose de ne pas m’en mêler.

J’ouvre un des sachets de coke et en glisse une partie sur le table je roule un vieux billet et m’envoie le rail dans le nez. Puis je la regarde.

Si tu crois que je vais te laisser t’amuser seule... Je te rappelle qu’ils sont chez moi là. Et je l’ai ai pas invité. J’ai bien envie de leur faire payer cette intrusion.

Je ramasse mon colt et le glisse a ma ceinture. Puis je prends le pompe, je l’arme et le demande d’un signe de tête si elle se sent prête a partir a l’assaut de ses potes. Enfin ex pote parce que pour le coup c’est moi sa pote et eux vont crever comme des merdes. Je renifle un grand coup nez sec du a la poudreuse que je viens de m’enfiler. Puis d’un sourire carnassier je me lance dans le couloir. Pas question de lampe de poche. Méthode soviétique face au nazi en quarante. Leur putain de rayon lumineux de l’espace vont servir a les repéré pendant qu’on va glisser dans le noir. J’aurais eu un couteau je me serait fait leur scalp. Mais j’ai pas. Ca sera juste de l’explosion de crane au gros calibre. Ou a la hache. MMMMMh ouais a la hache

Faut qu’on prévois plus le massacre a la hache. J’ai un système de gardien morbide en bas sa me ferais chier de les voir débarquer dans le coin. Par contre ils pourraient leur couper la retraite. Je te les laisse je vais libérée mes « agents de sécu » en bas. Si y a des connards qui les attente en bas il seront dans la mouise et ceux-ci on leur coupe retraite et on se les fait.

Je l’attrape par la nuque et l’attire a moi pour lui rouler un patin avant de filer vers les passages me donnant accès au étage du bas il faut que je libère les pièces condamnée. Je rejoins la pièce ou je m’étais cachée durant notre partie de « chat ». Me glissant dans l’armoire j’entre dans l’autre chambre au sol en grande partie effondré. Le sol est glissant et casse gueule, mais je n’ai pas le choix. Je m’accroche aux barres de métal qui dépassent du sol Et me laisse descendre comme je peux a l’étage en dessous. Les assaillants se trouvent pas très loin. Quand je tombe au sol lourdement, vu que je glisse à la réception, Je réprime comme je peux un juron mais je les entends s’arrêté dans leur fouille du bâtiment. Je retiens ma respiration et ne bouge plus. Je les entends a travers les reste du mur et les parois. Ils ne sont plus très loin. Et ma chute vient de les mettre en alerte. Reste plus qu’à espérer qu’ils pensent a une chute de neige ou de gravas. En tout cas je peux pas rester ici faut que je continue et descende. Et je n’ai qu’une seule sortie l’autre trou béant dans le sol qui mène a l’étage inférieur ou alors la porte non condamnée elle par où ils risquent de venir. Heureusement pour moi en bas il fait encore plus noir qu’ici mais surtout je sais ce qu’il s’y trouve et j’ai de quoi amortir ma chute. Je m’écrase dans plusieurs matelas défoncer et autre couverture trempée et moisie pour la plus pars mais sa a amortit. Je roule au loin au moment ou des faisceaux lumineux bataillent l’emplacement ou je suis tombée. Mais je ne suis déjà plus la. Direction la grande salle barricadée par des panneau solide et ou une trace de peinture indique clairement la présence de mordeur. La j’ai jamais vraiment été vérifier combien ils sont. Pas plus de 15 je pense.

J’entame les panneau a la hache façon Nicholson dans shining. Rapidement des bras décharné et des gémissements gutturaux se font de l’autre côté. Ca va être plus compliquer que je ne le pensais ils sont plus de 15. En tout cas il ne passeront pas a l’étage de la suite vu qu’il faut passer par l’escalade de la cage d’ascenceur ou encore plus compliquer par l’escalier de service détruit.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 394
Points : 780
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Ven 2 Juin - 2:26



En la voyant renifler sa ligne, Riley su tout de suite que la guerrière soviet était prête à la suivre dans les profondeurs de l'enfer. Il est vrai que vue leur état, un petit coup de came ne serait pas de trop. La blonde venait de se rappeler les cachets que lui avait refiler le "doc" des punishers il y a quelques jours... Cette nuit lui semblait être le moment idéal pour essayer ces machins. Le mec lui avait dit qu'il s'agissait de la drogue de combat par excellence, le même truc que prenaient les Allemands durant la blitzkrieg. C'est ce qu'elle allait voir. Elle tapota son manteau à la recherche du flacon et trouva celui-ci dans une poche intérieure. Elle fit tomber un comprimé sur la table avant de le réduire en poudre à l'aide du manche de sa hache.

" Moi aussi, j'ai ma potion magique. "

Elle s'enfila le tout dans le nez, d'un seul coup. L'effet ne se fit pas attendre... elle avait l'impression d'avoir été frappée de plein fouet par la foudre. La blonde n'était plus du tout saoule et prête au combat, le doc ne lui avait pas menti. Lorsque Lyuba lui expliqua ses directives, elle l'écoutait attentivement, les yeux ronds comme des billes et l'esprit allumé comme un lampadaire.

" Super! Ces connards NE DOIVENT PAS se sauver! "

Avant de partir, elle l'embrassa et la blonde ne manqua pas de fourrer vigoureusement sa langue dans sa bouche. La chasse était ouverte. Alors qu'elle se dirigeait vers l'ascenseur, comme lancé dans une mission divine, elle ne pouvait s'empêcher de penser aux hommes sous son commandement... Après une telle trahison, fini les bonnes manières, ces enculés allaient en baver. Elle ne pouvait plus faire confiance à personne, même ceux de son propres groupe. Si ce n'avait été de la promesse qu'elle avait faite au boss, elle aurait tout largué maintenant.

Elle se positionna directement devant la trappe, hache à la main, prête à accueillir le premier connard qui se pointait la figure. Elle n'ignorait pas non plus l'existence de l'escalier de service et gardait un oeil attentif sur l'extrémité du couloir. Deux longues minutes s'écoulèrent, puis un bruit se fit entendre en dessous. Le quatuor avait fini de fouiller l'étage et tentait maintenant de monter via l'ascenseur. Riley attendit, patiemment, jusqu'au moment où une tête apparut dans l'ouverture.

" Bonjours Francis. "

La surprise était totale... À peine eut-il le temps de réaliser ce qui se passait que le biker se prenait un coup de hache entre les deux yeux. Son corps sans vie retomba lourdement dans l'ascenseur, offrant à ses compères un avant-goût de ce qui allait leur arriver. La réaction ne se fit pas attendre... Cette chère Marlon déchargea son UZI dans le plafond de la cabine, mais Riley était déjà parti. Elle se dirigeait maintenant vers l'escalier de service. Sans trop d'encombres, elle rejoignit l'étage d'en dessous, traversant les couloirs à toute vitesse pour prendre position au coin d'un mur. De brefs coups d'oeil lui permettaient d'observer les intrus qui semblaient déterminés à passer par l'ascenseur... Marlon fut la première à grimper, suivit de Chris. Ne restait plus que Mikey sur l'étage, attendant son tour.

La blonde fonça, parcourant la dizaine de mètres qui la séparaient de sa victime en seulement quelques secondes. La hache alla se planter entre les omoplates de Mikey, qui se retourna aussitôt en poussant un cri étouffé. Le second coup atteignit son avant-bras, le désarmant de son fusil d'assaut. Dans un ultime effort de survie, l'armoire à glace porta un coup de poing que Riley évita de justesse. Elle lui envoya un coup de pied en pleine poitrine, projetant le Biker contre le mur vitré qui donnait sur le paysage urbain de Detroit.

" Putain Mikey mais qu'est-ce qui se passe en bas!? "

Mikey n'était pas en mesure de répondre, il devait se battre pour sa vie. Lorsqu'il porta son unique bras valide sur sa hanche pour dégainer son pistolet, Riley attrapa sa mitraillette et saupoudra le gaillard d'une bonne dose de plomb... Les multiples obus fauchèrent son corps et la vitre qui lui servait d’appui, emportant son corps dans l'abîme nocturne. Sans attendre, la blonde courut en direction de l'escalier de service, évitant la rafale de Chris qui venait tout juste de redescendre de l'ascenseur. Rapidement, elle regagna l'étage du dessus, espérant que ses poursuivants la croiraient en train de descendre vers la sortie... Dans ce cas, ils tomberaient tout droit dans le piège de la ruskov.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 420
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 2 Juin - 16:16

Je continue de fracasser les portes à grand coup de hache. Des bras décharné et des visages puants apparaissent par les planches désolidarisés des portes. Je fais un bon en arrière lorsque certain de ces bras manque de m’attraper. Soudain j’entends que sa mitraille sec en haut. Ça doit être l’avalanche de pruneau là-bas. Je ricane comme une diablesse en imaginant ce que Riley doit leur faire déguster. Non parce qu’elle n’avait pas son arme à feu sur elle quand je me suis tirer. Ou j’ai pas fait gaffe. C’est des cris et le silence des tirs ensuite. Ont-ils eut la blonde ? J’en doute vu comme elle était remontée. Et d’ailleurs c’est quoi ce truc qu’elle a pris. On aurait dit qu’elle venait de se prendre un shoot d’un cocktail détonnant d’adrénaline pure de coke et de speed. M’intéresse tien ça.

La porte ne tient plus que par les gonds visiblement très solide, son encadrement que j’arrive a peine a entamé avec cette hache.et la lourde chaine devant moi. C’est quoi cette porte en bois. C’est du chêne massif pour l’encadrement ou quoi ou alors y a du métal dedans ce qui serait pas étonnant un cadre en métal recouvert d’une couche de contreplaquer décoré d’une fine lamelle en chêne. Ce ne serait pas impossible. Mais là je galère et si je m’approche plus je vais me faire happée et bouffé. Tant pis pas le choix. Je prends mon pompe et me glisse sur le côté je tir sur le cadenas qui vole en éclat laissant la chaine choir au sol. Maintenant échapper a ces pantins morbides qui sont affamé et me prenne pour leur casse dalle. A l’étage de nouveau coup de feu retentisse. Preuve que ma blondasse fout le bordel avec les cons de son équipe. C’est marrant sa corrobore mes propos de tout à l’heure où je lui disais qu’il va être compliqué pour les dirigeants des punisher de rester en vie vu le merdier qu’ils foutent. Enfin la pour le coup c’est ma peau que je dois sauver et pour sa faut que je courre, courre vite même. Je suis en train de taper un sprint a la Karl Lewis. Mais du bruit se fait entendre par ma destination. Faut que je change de direction. Par où ? … Par où ? Par là…

Je courre suivie par les morts. Ils sont bien plus nombreux que les 15 que je pensais y a doivent être facilement 25 – 30. Heureusement pour moi ils sont plus lents que les vivants. N’empêche que quand ils ont la dalle vaut mieux être rapide. Je me retrouve dans un couloir que je ne fréquente jamais en fait je tourne en rond et retrouve la cage d’escalier que je grimpe quatre à quatre je continue à cavaler je sens mon souffle devenir trop court je vais plus pouvoir tenir. La cage d’ascenseur. Grimper puis espérer que Riley soit là pour m’aider je suis en train de crever a la course là. Mais alors que je tourne dans la zone où se trouve la cage d’ascenseur je tombe face à deux assaillants. Merde je les pensais ailleurs. Je tire au juger avec mon pompe le valse de plomb parte en tous sens. Je les ai vu se planque mais je pense les avoir touché tous les deux légèrement au vu des insulte et des grincements de douleur.

Je me lance dans l’ascenseur. Un cadavre s’y trouve un trou béant en forme de fente en travers du crâne. Je m’esclaffe elle ‘la pas louper. Je grimpe juste a temps pour éviter une volée de tir. Je suis étendue dos au sol a reprendre mon souffle mais en bas les cris et les bruit annonce la couleur les affamé viennent de leur tomber dessus. Il ne va pas en reste grand-chose dans pas longtemps. Mais là je suis au bord de la crise cardiaque. La coke plus la course effrayée, j’ai du mal a reprendre mon souffle. Je suis vautrée au sol a respirer a grande inspiration. J’en ai vu deux en bas qui doivent maintenant servir de festin au rampant. Un cadavre dans l’ascenseur mais je ne sais pas où est le dernier. Mais la je m’en fout si il arrive je me fais sauter avec lui d’ailleurs je prends ma grenade dans la main et attrape la goupille de l’autre et j’attends.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 394
Points : 780
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Ven 2 Juin - 20:52


À peine avait-elle rejoint l'étage que deux coups de feu résonnèrent sous ses pieds, suivi de près par une rafale de mitrailleuse. Riley pensa aussitôt à sa partenaire, elle était prête à redescendre pour lui filer un coup de main, à moins qu'il ne soit déjà trop tard. Alors qu'elle traversait une fois de plus le couloir en direction de l'ascenseur, elle avait la réelle impression de tourner en rond comme une conne... Combien de fois avait-elle passé ici en seulement dix minutes? Une fois arrivée dans la zone des ascenseurs, elle vit aussitôt la ruskov, étalée de tout son long sur le sol.

" Merde t'est blessé!? "

En s'approchant, elle ne distingua aucune blessure apparente. La ruskov semblait totalement essoufflé, ses mains étaient crispées sur une grenade à fragmentation. Aussitôt, Riley eut le réflexe de lever son arme et de vérifier la cage d'ascenseur... Rien. En provenance de l'étage d'en dessous, d'atroces cris de douleur mêlée aux grognements d'une foule de charognards. Cette sinistre musique ne laissait que peu de doute quant au sort des deux derniers assaillants. La blonde retourna voir sa partenaire et lui présenta sa main pour l'aider à se remettre debout.

" Ont dirais bien que tes voisins sont en train de se régaler... " Elle s'alluma une cigarette. " Joli boulot! "

Riley tirait frénétiquement sur sa clope, elle avait l'impression que son coeur était sur le point d'exploser tellement elle avait de l'énergie en réserve. La fatigue, la faim, tout ça n'était plus que de l'histoire ancienne. Cette pilule était réellement magique. Malgré sa grande satisfaction de savoir que ces quatre enculés ne seraient plus un problème, un truc la tracassait légèrement.

" Dit, avec tous ces charognards en bas, ça risque pas d'être un peu compliqué sortir d'ici? "

Elles pouvaient probablement partir maintenant sans trop de difficulté, alors que les marcheurs étaient occupés à ronger les os de Marlon et Chris, mais elle doutait que la ruskov soit prête à abandonner son nouveau repère. D'une façon ou d'une autre, elle devrait faire le ménage et Riley n'allait certainement pas la laisser faire ça toute seule, autant profiter maintenant de toute cette belle énergie. Dans son état actuel, la blonde se sentait prête à défoncer une centaine d'infectés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 420
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 5 Juin - 19:47

Il me faut un peu de temps pour réaliser que la personne qui se trouve penchée au-dessus de moi n’est autre que la blonde avec qui je passe la soirée. Soirée plutôt mouvementée depuis son arrivée. Je relâche la goupille de la grenade et finit par ranger cette dernière. J’ai les yeux a peine ouvert et la respiration trop rapide pour lui répondre. Il me faut quelque minute pour retrouver un peu de ma contenance. J’avoue les bruits des « voisins » comme elle les appelle sont multiple et ceux d’un véritable festin. Passer par la plus tard pour qu’elle puisse repartir va être compliqué. Y a d’autre passage je ne suis pas folle mais même pour moi ça va être chiant. J’attrape sa main pour me relever. Une fois debout je me penche par-dessus la cage d’ascenseur. Des crevés sont là a dévoré le cadavre de celui qui s’est fait fendre la tête.  

Ouais ça va être chaud de passer par là. Et sont nombreux ces cons. Je pensais qu’il y en aurait qu’une petite quinzaine mais je pense sont au moins vingt, vingt-cinq. Après y a d’autre passage mais sa me fait chier de les emprunter. Et puis c’est plus drôle de te voir te pencher en avant pour grimper ici on a une belle vue c’est tes miches.

Et ouais ma belle je t’ai vue arrivée tout a l’heure. Par contre t’as raison va falloir faire du nettoyage parce que je vais pas allez rechercher ma moto en passant dans les puants. Je la regarde. Elle a l’air a fond dans le trip de la mort. Comme si elle voulait faire un concours de celui qui élimine le plus de personne. J’ai envie d’éclater de rire. Elle n’a pas de C4 cette fois ci. Moi j’ai deux grenades. Par contre pas envie de faire péter mon local de survie. Par contre continuer a faire du boucan a grand coup d’arme a feu c’est attirer dans les rue les horde de mordeur et nous faire prisonnière toute les deux. Va falloir faire ça autrement.

T’as une idée pour nous en débarrasser ? Non parce que si on continue a tirer comme des crétins. Même si sa marche ici et nettoie le bordel dehors ça va être pire que si on se retrouvait au milieu d’un tsunami

Moi j’ai pas d’idée a part les faire tomber dehors mais je voie pas trop comment faire.Le passage ou les faire tomber oui je le voie l'etage du dessous avec le passage par l'echelle de pompier. Mais faut encore leur trouver une raison d'y allez. Et si la dite raison est une de nous deux. Laquelle ? Pas moi en tout cas et en meme temps faut encore reussir a descendre la dessous sans se faire bouffer nous meme. Va falloir trouver une autre methode. J'ai vraiment aucune idée. parce que ceux ci sont ultra affamer et n'ont pas ete congeler par l'exterieur ils sont donc rapide
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 394
Points : 780
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Mer 7 Juin - 5:48



Même si Riley était totalement prête à se lancer dans un massacre à la hache, sa partenaire ne semblait pas du tout chaude à l'idée de se frotter à autant de charognards, qui plus est, ceux-ci avaient l'air plus vigoureux que leurs copains dans les rues. La blonde se calma un peu. Adossée contre un mur, elle tirait tout bonnement sur sa cigarette, tâchant d’échafauder un plan ultime... quelques uns lui effleuraient l'esprit mais aucun ne venait sans risque.

" J'ai peut-être une idée... "

Sans plus attendre, elle retourna au sommet de l'ascenseur pour jeter un coup d'oeil dans la cabine. Malheureusement pour elle, le corps de Francis avait déjà été entamé par les rôdeurs. Ces derniers avaient réduit les jambes du biker en deux morceaux de viande sanguinolent mais le haut de son corps était encore intouché. Dans la cabine, quatre rôdeurs... il était toujours possible de les éliminer à l'arme blanche mais forcément, d'autres arriveraient. Riley tenta de refermer les portes depuis le sommet de la cabine, en forçant le mécanisme, mais rien n'y faisait. Elle réfléchit quelques instants puis se tourna en direction de la ruskov qui, visiblement, semblait se demander ce qu'elle était en train de foutre.

" Si on récupère un morceau de ce gars, on pourrait s'en servir pour appâter les charognards du côté des fenêtres et les faire tomber dans le vide... Si on fait vite on peut descendre dans la cabine, butter les morts qui s'y trouvent et pendant que j'empêche les autres d'entrer toi tu coupes le putain de bras de ce connard pendant qu'il est encore chaud et ont hop! On remonte... t'en dis quoi? "

La blonde était tellement confiante qu'elle avait déjà dégainé sa hache et la faisait tournoyer dans sa main, impatiente de passer à l'action. À bien y penser, ce plan n'était pas bête du tout... hormis la partie où elles devraient dégringoler dans la cabine pour se battre avec quatre mordeurs dans un espace clos. Le reste serait du gâteau, retenir les nouveaux arrivants ne serait pas bien difficile... les portes n'étaient entrouvertes que de 50 centimètres et de plus, les morts devaient grimper près d'un mètre pour entrer.

" Alors? Soit on fait comme ça, soit on retourne dans ta suite pour se galocher jusqu'à la fin des temps... l'option B ne me dérange pas mais je tiens à signaler qu'on est à court de whisky. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 420
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mer 7 Juin - 17:23

L’idée de Riley était logique, intéressante et réalisable. Après a deux dans la cage d’ascenseur avec 4 crever sa pouvait allez vite pour les supprimer. Mais ça allait aussi être plus compliqué pour nous de gérer. L’espace étant assez réduit. Mais j’acquiesce a son plan. Faut dégager le reste du corps pour le balancer devant une fenêtre et faire tomber ses parasites grouillant en bas. Je jette un regard sur mon fusil à pompe. Je pourrais balancer une ou deux cartouche pour buter les quatre crevés. Mais ça va attirer d’amblée les autres. Mais son idée est terriblement bonne par contre je prendrai moins de risque. Je pense on peut éliminer une moitié du danger avec des barre de fer. Y a de vieux sommier en métal déglinguer suffit de prendre un morceau et de l’utiliser comme une barre a mine. Par contre je souris vicelarde a la dernière réplique.

Dsi tout de suite que t’as besoin de picoler pour me trouver baisable. Gaffe a toi blondasse ton petit cul pourrait vite se retrouver avec une sacrée marque de main dessus et ton petit cou recevoir ce collier dont j’ai parlé tout à l’heure. Tu verras a ce moment-là que t’as plus besoin d’alcool.

Je lui laisse quelque seconde pour encaisser ma remarque qui en fait est plus une connerie qu’autre chose. Même si l’imaginer a ma botte avec son petit collier de chienne m’excite a mort. Pourtant ce n’est pas mon genre. Finalement après deux longues secondes je lui mets une grande claque dans le dos. Et file vers des pièces dans la zone déjà sinistrée de l’ancien hôtel. Je ne trouve pas les barres métalliques de sommier. Par contre dans une grosse armoire il y a une longue tige fine de métal le genre de tringle ou pendait surement des vêtements. Je reviens vers elle avec ma trouvaille.

Essayons déjà de limité les dégâts et les probabilités de nous faire mordre.

Je me penche avec ma tige de métal et tente de frapper de haut en bas un rampant au niveau du crâne. Faut que je m’y reprenne a plusieurs reprise pour parvenir a lui arrache un morceau mais pas assez pour l’éteindre dans sa programmation morbide. Et je manque de me vautré dans la cage d’ascenseur à plusieurs reprise. Heureusement qu’elle me rattrape lorsque sa devient critique. Finalement d’un grand mouvement je plante la tige dans le crane assez profondément pour qu’elle ressorte par la partie inferieur de la tête de mon crève. Seul hic la tige étant bien plantée elle suis le cadavre dans sa chute définitive et je suis obligée de la lâcher.

Hey p’tit cul rends toi utile encore une fois et trouve moi une autre barre de métal sa marche. Quand il en restera plus qu’un on y va sa sera plus simple.

Avec les autres tiges d’acier on finit par supprimer la menace. Et pendant que je retiens comme je peux de l’étage ou je suis le dernier crever de la cabine. Je la laisse descendre pour le finir et garder mon cul pendant que je décroche l’objet de nos convoitises. Une fois libre je remonte et hisse le cadavre. Je lui tend la main pour lui permettre de remonter plus vite.

Allez viens ramène toi joue pas plus les héroïnes … En général, ils ne finissent pas bien… Et je préfère les guerrières un peu folles aux chevalières.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 394
Points : 780
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Sam 10 Juin - 3:37



La ruskov sembla analyser la situation un moment, avant de lui lancer une pointe en réponse du commentaire qu'elle venait de larguer. La vilaine se voulait dominatrice et tout ça ne déplaisait pas du tout à Riley... la simple idée d'explorer à nouveau les confins de la belle moscovite lui donnait déjà des étincelles de bonheur dans le bas-ventre. D'un autre coter, elle ne comptait certainement pas se laisser assujettir aussi facilement.

" T'en fait pas beauté, j'ai pas besoin de gnôle pour apprécier ton joli cul... Et bonne chance pour m'enfiler ce collier, tu risques de te retrouver dans une bien fâcheuse position, et la prochaine fois, n'espère pas un match nul. "

Elle lui balança un clin d'oeil, le sourire large et l'air salement amusé, puis la voilà déjà parti en quête d'un truc dans les méandres du sixième étage. La blonde soupira, s'allumant une autre cigarette en attendant le retour de l'ex-mafieuse. Avec ce truc qu'elle avait reniflé, elle aurait pu se siffler un carton au complet et en redemander... chaque bouffé de clope lui donnait l'impression de respirer de l'oxygène pur. Après avoir observé attentivement les crevards boustifailler à même les restes de Francis pendant deux bonnes minutes, la ruskov réapparut avec une barre d'acier entre les mains. Son idée n'était pas bête du tout. Elle la regarda s'exécuter alors qu'elle essayait d'empaler le crâne d'une pute toute desséchée. À un moment, elle passa près de foutre le camp dans la cabine mais Riley eut le réflexe de l'attraper par la ceinture.

" Fait gaffe beauté, j'ai pas l'intention de continuer la fête toute seule. "

Sa dixième tentative fut la bonne et la vieille pute mordit enfin la poussière, emportant la barre de fer avec elle. Avec son fort accent, la ruskov lui confia la tâche de trouver une nouvelle arme afin de poursuivre sa sinistre tâche. Riley lui répondit d'un ton qui se voulait exagérément cérémonieux.  

" Oui madame! "

Elle se mit aussitôt au boulot, heureuse de pouvoir enfin mettre ses réserves inépuisables d’énergie à bon escient. Elle s'aventura dans plusieurs chambres, arrachant deux tringles à rideaux et une barre à supports sur son passage. En voyant une pile de vieux magazines, une idée lui traversa l'esprit et elle récupéra la pile en entier. De retour dans la cage d'ascenseur, elle refourgua ses armes de fortune à sa comparse et la laissa traiter avec les rôdeurs alors que de son côté, elle retirait son parka et récupérait un rouleau de ruban à conduit dans son sac à dos. Tel un guerrier sparte enfilant son armure avant un combat, elle enroula plusieurs épaisseurs de magazines autour de ses avant-bras et de ses mollets, avant de les maintenir en place avec le ruban adhésif. Lorsque la ruskov eut fini de traiter avec les charognards, Riley s’avança, blindé contre les morsures et prête à passer à l'action.

" C'est parti! "

Comme si elle attendait ce moment depuis sa naissance, elle empoigna sa hache et se laissa tomber sur le dernier marcheur encore vivant dans la cabine. Le squelette vivant n'eut pas le temps de réagir lorsque le tomahawk lui ouvrit le crâne en deux, exposant sa cervelle pourrit à l'air libre. Prenant soin de ne pas trébucher sur les cadavres qui jonchaient la cabine, Riley se posta devant la porte et monta la garde alors que sa partenaire s'affairait à récupérer les restes de Francis. Pendant ce court laps de temps, plusieurs marcheurs tentèrent de gagner l'ascenseur, seulement pour recevoir un coup de hache en pleine tête. Elle avait l'impression d'avoir affaire à une foule en délire au Black Friday, s'entassant les uns sur les autres aux portes d'un magasin grande surface. La blonde s'amusait tellement qu'elle ne se rendit même pas compte que la ruskov en avant fini avec son morceau de viande. Elle attrapa sa main et se hissa au sommet de la cabine.

" Bien joué beauté! C'est ce que j’appelle du beau travail d'équipe ça... Je vais peut-être te laisser m'enfiler ce collier après tout. "

Nouveau clin d’œil, puis il était temps de se remettre au boulot. Dans sa tête, Riley avait déjà tout planifié une centaine de fois. Elle traina la carcasse de Francis jusque dans le couloir puis marqua une courte pause.

" Allez, ton tour de jouer les servantes... trouve-nous de quoi faire une corde pendant que je pète cette fenêtre. "

Une fois la ruskov lancée sur sa quête, elle s'empara d'un extincteur fixé au mur et en se donnant un élan digne de Kobe Bryant, balança ce dernier dans le mur vitré. Le premier lancé ne fit que craquer légèrement la fenêtre. Elle récupéra la bonbonne de métal et la lança de nouveau, créant cette fois de plus larges fissures. À sa troisième tentative, elle propulsa l'obus de toutes ses forces, fracassant instantanément la vitrine. L'air froid et humide de Detroit s'engouffra aussitôt sur tout l'étage tel le souffle d'une explosion.

Entre temps, Lyuba était revenu avec ce qu'elle avait trouver en guise de corde. Elle la fixa solidement aux restes humains sensés servir d'appât, en passant sous les aisselles et sous les aines pour en faire une sorte de harnais. Elle attacha l’extrémité du lien aux câbles de l'ascenseur en faisant un nœud marin.

" La fenêtre juste en dessous est déjà explosée, elle a pété quand j'ai trucidé l'autre type en bas... Reste plus qu'à balancer ce pauvre con par dessus bord. "

Elle s'exprimait tout en jetant un regard curieux dans le vide qu'elle venait de créer. Devant elles, le gouffre ténébreux se dévoilait tel un puits sans fond généré par le diable en personne. Avec l'aide de la russe, elle fit glisser le corps jusqu'aux abords de l'abysse et le laissa tomber dans le vide. La carcasse stoppa net dans sa chute, freinée par la corde, et se mit à balancer devant le cinquième étage tel un ver au bout d'une ligne à pêche. Les charognards ne tardèrent pas à s'élancer bêtement vers leur prochain repas, tombant les uns après les autres vers une mort certaine. Riley se posta sur le bord de l'ouverture avant de s'allumer une énième clope, admirant le spectacle avec un large sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1501
Points : 420
Date d'inscription : 23/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Lyuba Kreskin
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 12 Juin - 0:59

Je ne peux que rire et la défier du regard a l’évocation d’un second round au lit entre nous. Quand c’est le moment de passer la dedans elle s’y jette la première et éclate les cranes avec une euphorie et qui me font penser au Joker ou Harley Quinn dans Batman ce comics de merde yankee. Masi elle est en mode complètement pétée. Elle se jetterait dans la fosse pour les mettre en pièce. Ca me donne une idée pour la suite. Des combat clandestin pour de la bouffe ou des trucs du genre sa peut être intéressant. Enfin la faut dégager ce corps frai. Et c’est pas avec l’autre pétée qui frappe a tout va les cadavres et donc me limite dans l’espace et l’amoncellement de morceau de crever que je vais y arriver facilement. En plus il n’est pas léger ce fils de pute. Surement son harnachement Et le fait que ses fringues sont trempées par du sang et des liquides nauséabond et visqueux expulsé par les mordeur qu’elle explose avec une joie non dissimulée. On dirait Nicholson explosant la porte de la pièce où se trouve sa femme et son fils dans Shining. Faut que je tire que je repousse les autre corps. Et je me prends un coup du manche de sa hache au moment où elle l’abat pour une nouvelle fois. Je me vautre dans cette merde et jure. Heureusement pour nous j’ai fini.

Une fois remontée et ayant hissé le corps je l’aide à son trou à remonter. Elle balance qu’on fait une bonne équipe et finit par balancer qu’elle accepterait peut être le collier. J’éclate des rires. Et acquiesce à sa demande pour des cordes. Sauf que des cordes, … ben c’est un peu la merde. J’ai dit oui, et j’ai filé droit devant moi. Mais va chercher un truc que t’as pas. Je fais alors les chambres pour trouver un truc qui puisse servir. Les seules choses que je trouve sont de vieille couverture humide moisie et des draps dans le même état. Je les déchire un peu trop facilement. On va le suspendre et le balancer dans le vide au moment où il s’arrêtera une fois arrivé à la limite de la « corde ». Le choc va la déchirer et il va finir au fond. Sans nous être utile. Et tresser des morceaux pour la rendre solide c’est une idée. Mais ça va prendre trop de temps et de toute façon je ne sais même pas tresser. Je shoot dans les couvertures et reprends ma recherche. Finalement la corde que je trouve c’est du câble. Du câble électrique. C’est solide et y en a des lignes complète. Et il n’y a pas de courant. Je commence à arracher les câbles d’une chambre. Je dois utiliser ma hache pour fendre le mur et permettre d’arracher les câbles sur une bonne distance pour avoir une longueur suffisante. Je reviens vers elle avec quelque mètre de câble électrique. Je ne sais pas s’il y a suffisamment. Mais bon. C’est tout ce que j’ai.

Je regarde Riley ficeler le corps. Elle a l’air de savoir ce qu’elle fait. Puis elle m’explique en deux mots son plan. Ce n’est pas con dit donc. Je l’aide à tracter le corps vers la fenêtre puis on le balance. Lorsqu’il s’arrête net, on entend le bruit caractéristique de la chair qui se déchire. Merde, j’espère qu’il n’a pas été coupé par le câble électrique. Je me penche mais non on dirait juste qu’il s’est affaissé sur le câble et que celui-ci a les câbles plantés dans la chair.

En bas le bruit de cadavre en action change il se dirige rapidement vers la pièce en dessous de nous. En me penchant je les voies passer par la fenêtre et partir droit vers le fond, vers la chaussée cinq étage plus bas.

Bien joué partenaire.

J’attrape sa clope l’embrasse puis tire une taffe sur sa clope avant de la lui rendre. Dehors le jour va bientôt commencer à pointer le bout de son nez. Ce fut une nuit très amusante et des plus intéressantes. Je reste là amusée et recrache la fumer que j’avais. J’arbore un petit sourire fier de notre petite nuit de folie commune. Tout pour être super cette nuit alcool, sexe, drogue, baston et suppression de rampant. Je vais pioncer comme un loir tout à l’heure … ou demain.

Alors beauté, ta soirée ta plu ?

Ouais je joue le cliché du mal qui vient de baiser et pose sa question lourde. Masi la franchement on peut pas dire que notre soirée ne fut pas agréable
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 394
Points : 780
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Mar 13 Juin - 16:57



L'Irlandaise contemplait les cadavres ambulants qui s’élançaient dans le vide avec une fascination maladive, arborant le même regard qu'une gamine devant ses cartoons préférés. La pénombre l'empêchait de voir l’atterrissage des suicidaires, mais le son lui permettait amplement de visualiser les obus de chair qui s'écrasaient sur le bitume... le bruit qu'ils faisaient en touchant le sol, un bruit sec et étouffé, était comparable au son que faisait une ménagère dépoussiérant ses vieux tapis à coups de bâton. Le rythme des coups augmenta en cadence puis diminua, jusqu'à laisser place au doux sifflotement taciturne du vent hivernal.

" De toute beauté... " lançât-elle d'un ton évaporé, s'adressant plus à elle-même qu'à sa partenaire.

Elle en avait oublié cette clope qui reposait mollement entre ses dents. Lorsqu'on lui arracha, elle sembla décrocher du funeste tableau qui la captivait tant. Les lèvres charnues de Kirasir rencontrèrent une fois de plus les siennes, elles lui paraissaient plus exquises que jamais. Au loin, derrière les contours sombres des bâtiments orphelins, commençait à naître une lueur jaunâtre, annonçant l'arrivée du soleil qui bientôt, lèverait le voile sur la magnifique laideur de cette ville fantôme. Cette damnée lueur, qui lui rappelait une fois de plus qu'elle n'avait pas su trouver la paix en cette nuit nouvelle. À défaut de trouver la paix, elle avait au moins trouvé une amie en la personne de Kirasir.

" Alors beauté, ta soirée ta plu ? "

Sourire en coin de la part de la blonde. Comment est-ce que cette soirée n'aurait pas pu lui plaire? Même dans ses rêves psychopathiques les plus fous elle n'aurait su trouver un aussi parfait dosage de sexe, d'alcool et de violence. Kirasir était définitivement sa nouvelle meilleure amie, l'ado cool du quartier qui organisait toujours les fêtes les plus mémorables.

" Et comment... T'as vraiment un don pour arranger la fiesta tu sais? "

Son mince sourire venait de se transformer en un large rictus déjanté. Elle fixa de nouveau l'horizon, pensive. L'offre que lui avait faite plus tôt la russe résonnait dans son esprit comme l'écho d'une voix qui refusait de se dissiper. Cette nana était définitivement le genre de personne en qui elle avait confiance, la seule personne en qui elle pouvait réellement avoir confiance depuis ses potes de l'armée. Avec ces quatre mariolles qui n'avaient pas hésité une seconde à la trahir, elle avait de quoi méditer sur son avenir chez les Punishers.

" Concernant ton offre, je crois que j'ai changé d'avis... encore deux semaines, puis je lâche tout... Ce sera le monde contre nous ma belle, et le monde est mieux de se trouver un putain d'abri anti atomique! "

Deux semaines, elle leur donnait encore deux semaines de ses bons et loyaux services. Que pouvait-il arriver de si dramatique en seulement deux semaines? Le boss serait probablement furieux et il allait lui faire payer, ne serait-ce que pour en faire un exemple. Elle pourrait toujours simuler sa propre mort. Dans le pire des cas, elle partirait avec Kirasir vers d'autres horizons. Même dans la fin des temps, l’Amérique restait une terre d'opportunités... Riley pouvait facilement s'imaginer d'autres grandes villes, avec d'autres groupes de survivants, un autre fossoyeur et ces mêmes vieux charognards, prêts à se lancer aveuglément du haut d'un autre gratte-ciel. La même merde qui se répète tout et partout comme l'histoire des hommes siècle après siècle.

" Il fera jour bientôt... Ça va être la merde au Q.G. et cette merde va me retomber en plein visage si je ne suis pas là dès la première heure. " Elle balança son mégot dans le vide sidéral, petit point ardent dégringolant vers l'infini. " Je te laisse te pieuter beauté... Je vais revenir, dans deux semaines... On se ferra une autre fiesta. "

Un autre clin d'oeil, son troisième cette nuit, puis elle se dirigeait vers l'ascenseur. Avant de disparaître dans la trappe qu'elle semblait avoir empruntée dix milles fois depuis hier soir, elle s'arrêta.

" Ne balance surtout pas cette robe aux ordures hein? J'adore te la retirer! "

Et voilà que la tête toute souriante de la blondinette avait disparu dans l’ouverture, ne laissant même pas la chance à l'ex-mafieuse de répliquer. Elle avait parcouru le chemin complexe jusqu'à la terre des vaches en sens inverse. Avec la méthédrine, tout lui semblait plus facile, plus instinctif. Lorsqu'elle enfourcha sa moto, les premiers rayons solaires perçaient l'horizon. "Deux semaines", qu'elle se répétait sans cesse alors qu'elle fonçait à vive allure dans les entrailles de Detroit.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia
» le forum de claude ! une visite s'impose les ami(e)s! merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum