Who's your caddy?

Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 257
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Ven 14 Avr - 22:43





Cela faisait quelques jours qu’elle était arrivée à fort Hope et malgré Juliet, les sourires des autres et ses habitudes joyeuses, Maddie avait du mal à se sentir à l'aise.

Être seule dans la grande maison qu'on lui avait généreusement attribuée était une véritable épreuve pour la rouquine qui aimait le bruit, l’agitation, le tumulte… en somme tout ce qui pouvait obliger son cerveau à ne pas ruminer le fait qu’une petite fille de 10 ans n’était plus, que sa fille n’était plus, qu’elle était aussi inutile qu’une potiche devant les caprices divins.

Elle répétait en boucle à Juliet que c’était certainement mieux ainsi, qu’elle était dans un endroit meilleure, loin de cette souffrance et de cette horrible monde, à guetter sa maman et son papa. Qu’il fallait être forte pour qu’elle ne s’inquiète pas en les regardant. Que peut être qu’elle avait retrouvé la petite Maddie junior, partie trop tôt pour avoir un prénom et qu’elles faisaient les folles comme leur mamans avant elles là où elles étaient…. Pourtant, elle avait dû mal à encaisser le choc terrible de cette mort injuste.

La façade était parfaite. Toujours souriante, toujours joyeuse et prête à rendre service. Mais derrière la carapace il y avait cette solitude étouffante qu’elle avait tenté de fuir toute sa vie, il y avait les deuils, qu’elle n’avait jamais su gérer autrement que par le déni… tenir l’armurerie était intéressant, ça lui rappelait l’air soft et au moins elle voyait du monde. Mais… c’était vite ennuyeux et répétitif pour Maddie, habituée à de grands challenges et a vite se lasser.

Visiblement on la prenait un peu pour une gourde et elle se voyait mal aller importuner Logan pour lui dire qu’elle avait besoin de PLUS d’occupations en URGENCE alors qu’il avait déjà bien assez de problèmes a gérer avec la petite communauté et les récents évènements.

Elle avait bien signifié, à qui voulait l’entendre, qu’elle était on ne peut plus partante pour la collocation, mais visiblement les gens préféraient peut être rester repliés sur eux-mêmes, a moins qu'elle ne les ait déjà saoulés avec son exubérance naturelle.

Il fallait qu’elle réagisse !!!! Elle n’allait pas devenir une âme en peine insipide errant pour pomper le temps et l’énergie des autres ! Elle était Maddie, la rouquine au moral d’acier !

Ce fut donc vers 3h30 du matin que la jeune femme se décida à bouger les meubles de la maison et à mettre sa « patte » pour se sentir bien. Rien à voir avec la maison de banlieue de catalogue de déco, bienvenue dans une maison style sororité accueillante où il ne manquait plus que tireuse a bière et compagnons de fête.

Maddie attrapa un vieux cadre sans s’attarder sur qui était les gens dedans. Elle savait très bien quelle photo elle voulait voir trôner dans cette maison.

Celle d’un des plus merveilleux jours de printemps a Disneyworld Floride.

Juliet avait, sans surprise, opté pour un costume de Cendrillon, Eulalie avait préféré Blanche neige a Mulan, quant à Maddie, elle avait l’air d’une ado avec sa robe de Merida.

Juliet s’était un peu fait prier, pour la forme, avant d'accepter la formule costume qu'Eulalie voulait tant. Ca avait été si régressif et marrant qu’Eulalie avait certainement plus eut l’impression d’avoir des copines de son âge que sa mère et sa tata fofolle, avec elle.

Dieu que cette journée avait été magique, pleine de rires, d’émotions, de musiques qui vous restent dans la tête des jours et de complicités toutes les trois.

Là où d’autres auraient mis une photo de famille chez eux ou dans leur bureau, Maddie avait toujours mis cette photo. Après tous, c’était sa famille à elle. Sauf que, voilà, elle avait beau vider toutes ses affaires de plus en plus nerveusement et tout retourner… aucune trace de la photo !!

Elle aurait préféré perdre son flingue, voir même une main. Après avoir eu la certitude de ne plus l’avoir, elle essaya mentalement de  se souvenir de la dernière fois où elle l’avait vue. Les possibilités étaient multiples, mais une seule piste était plus logique que les autres. La dernière fois qu’elle l’avait eut en main était quand elle squattait le club house…

En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, la tête brulée rousse avant mis sa cotte de mailles, pris ses armes, et elle était devant le registre a essayer de trouver une explication logique qui n’allait pas agacer Logan.

« Maddie Purple – rechercher anciennes affaires – Detroit Golf Club »


De toute façon au point où elle en était… on la prenait déjà pour une potiche, alors un peu plus un peu moins. Cette formalité faite, elle grimpa dans son véhicule et partie rechercher sa précieuse photo.
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 201
Points : 409
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Lun 17 Avr - 20:46

Insomnie. Putain d’insomnie. Juliet soupira, rejeta la couette, et se mit assise sur le rebord du lit. Les volets grands ouverts lui permettaient de voir distinctement tout ce qui se trouvait dans la chambre : le lit vide, les fringues roulées en boule sur le fauteuil, le grand miroir au-dessus de la commode. Un coup d’œil à la montre qui ne quittait jamais son poignet, et qui datait d’une autre vie, indiqua à Jules qu’il était trois heures. Ce scénario, elle le connaissait par cœur, elle l’avait vécu des tas et des tas de fois durant les dernières semaines qui venaient de s’écouler. Elle aurait dû faire comme ces prisonniers dans les films qu’elle avait l’habitude de regarder avant la fin du monde, et faire des traits sur les murs de la chambre dont elle était l’occupante, pour garder le fil de toutes ces nuits où le sommeil l’avait fui, et où elle n’avait pu que tourner et tourner encore dans son lit, sans que Morphée ne vienne lui rendre la moindre petite visite.

Comme toutes les nuits précédentes, Juliet descendit au rez-de-chaussée, en resserrant sur elle le gilet qu’elle portait. Il faisait frais dans la maison, presque froid même, mais ça ne décourageait pas la jeune femme. Une fois en bas, elle rejoignit la banquette que les précédents propriétaires avaient installés dans le renfoncement d’une fenêtre, et où la brune adorait se réfugiait. Au cœur de l’hiver, quand elle n’avait rien à faire de ses journées, Juliet passait de longues heures assise là, un livre à la main. Parfois, elle s’y asseyait aussi avec son carnet à dessins, et un crayon de papier, mais elle ne trouvait jamais l’inspiration pour noircir ces pages. A chaque fois, la brune posait la mine sur le papier, attendait, et…rien. Même en fermant les yeux, elle ne voyait rien qui puisse guider son crayon, et chaque essai se terminait de la même façon : elle finissait par jeter son carnet avec rage, et par le laisser là pendant des heures, parfois même des jours. Les nuits sans sommeil, elle trouvait également refuge là, y passant des heures et des heures, et il n’était pas rare qu’elle finisse d’ailleurs par s’y endormir, n’émergeant qu’aux premières lueurs du petit jour. Cette nuit-là ne fit pas défaut, et Juliet gagna la banquette, relevant les jambes contre sa poitrine, cherchant une position confortable. Son regard se porta machinalement sur l’extérieur, sur ce que le clair de lune lui permettait de voir. Le sol était couvert de neige, et cela permettait sans doute à la jeune femme d’y voir un peu plus clair sur les rues de Grand Marais Street.

Installée depuis de longues minutes déjà, Juliet resserra ses bras autour de ses genoux, sentant ses paupières picoter. Avec un peu de chance, elle parviendrait peut-être à se rendormir plus tôt que d’habitude. Elle lâcha un long bâillement, s’étira doucement, et se redressa d’un coup quand elle vit une silhouette dans la rue, se faufilant tout droit vers la sortie du camp, et Juliet colla son nez sur le carreau, comme si ça pouvait l’aider à voir un peu mieux. La jeune femme ne put s’empêcher de froncer les sourcils, sachant que cette silhouette, elle aurait pu la reconnaître entre mille. Sans même y réfléchir plus de deux secondes, Jules se rua vers la porte d’entrée, enfila ses bottes, puis en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, elle courut sur les pas de Maddie, jusqu’à atteindre les abords du camp. Là, elle perdit la trace de sa meilleure amie, et ce ne fut qu’en désespoir de cause que Juliet finit par faire un tour du côté des voitures, mais sans grand espoir. Elle était persuadée que la rouquine était déjà loin, et que tout ce qu’elle était en train de faire, c’était de prendre froid. Pourtant, quelle ne fut pas sa surprise de distinguer, difficilement, une ombre dans une voiture, vers laquelle elle n’hésita pas une seule seconde à se diriger. Dès qu’elle eut reconnu Maddie, Juliet ouvrit la portière côté passager, et s’installa, comme si de rien était, avant de claquer la portière : « -Je peux savoir ce que tu fais ? » demanda-t-elle, de  but en blanc, tandis qu’elle se tournait vers sa meilleure amie. Un simple coup d’œil indiqua à la brune que sa copine de toujours n’était pas partie les mains vides, et elle ne put s’empêcher d’imaginer le pire, tout de suite : « -Attends, tu t’en vas ? Tu pars ? » dit-elle d’une voix un peu trop forte, sans doute dictée par la peur de voir la jeune femme la quitter si peu de temps après qu’elles se soient retrouvées. Peut-être qu’elle n’avait pas supporté l’annonce du décès d’Eulalie, ou qu’elle avait du mal à accepter cette vie en communauté, et qu’elle s’était rendue compte qu’elle préférait survivre seule. Laissant la panique de voir sa meilleure amie s’éloigner de nouveau d’elle prendre le contrôle d’elle, Juliet en vint même à oublier que jamais sa rousse ne serait partie sans lui dire au revoir, qu’elle ne serait jamais repartie tout court, pas après tout ce temps loin l’une de l’autre.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 257
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Mer 19 Avr - 20:23

Maddie continuait à ruminer contre elle-même et, toute absorbée par la perte de sa si précieuse photo, elle sursauta lorsque Juliet ouvrit la portière sans crier gare. Elle se cogna gentiment la tête au plafond de la voiture et commença à rire de sa bêtise, mais son sourire mourut devant l’air inquiet et sérieux de son amie.

«Je peux savoir ce que tu fais ? »


Maddie hésita à lui répondre, avec humour, qu’elle passait trop de temps avec le gros nounours maniaque du contrôle mais Juliet ne lui laissa pas le temps d’ouvrir la bouche.

« Attends, tu t’en vas ? Tu pars ? »

La rouquine fut frappée par l’accent de panique et de peur dans la voix de Juliet, qui s’était installée à côté d’elle dans la voiture. Elle comprit, avec horreur, ce que son amie devait penser au regard de la situation. Elle partait avec de quoi décimer une armée, en pleine nuit, presque en catimini...

C’est vrai qu’elle n’avait jamais brillée par sa capacité à rester en place, mais elle ne voulait pas que Juliet s’imagine qu’elle puisse partir comme ça, sans un mot, alors qu’elles avaient besoins l’une de l’autre plus que jamais.

Elle s’en voulait à mort de faire subir cette angoisse alors qu’elle s’était jurée de l’aider à aller mieux….

C’est avec douceur et humour que Maddie lui répondit :

« Je sais de quoi ça à l’air mais c’est pas du tout ce que tu crois… la dernière fois que j’ai dit cette phrase j’étais avec un bellâtre au lit et mon futur ex petit ami était rentré plus tôt de voyage d’affaire… »

Et ça avait été un sacré pugilat mais la rouquine avait le don de s’amuser de tout, ou presque. Et les drames épiques dignes de mauvaises séries à l’eau de rose faisaient partis de ce qui rend la vie moins fades.

« Juliet, je te jure que jamais je ne partirais pour de bon, loin de toi comme ça, en pleine nuit, sans un mot, surtout après toutes les galères que j’ai eues pour te retrouver. Je… je suis navrée si je t’ai fait peur, c’est juste que j’ai plus ou moins oublié des affaires importantes pour moi dans une de mes planques et que je ne veux pas passer une journée de plus sans elles. Je pensais être rentrée avant ton réveil… retournes te coucher Jul, je reviens vite. »


Maddie la regardait avec son air détendu et amical. Elle oubliait de dire que l’objet en question avait été égaré dans le club house de Detroit, lui-même squatté par un groupe pas très accueillant. Elle et ses amis étaient partis en « termes neutres » du manoir qui servait de club aux anciens Golfers, mais ça avait été très limite. Elle n’était pas sotte au point d’imaginer qu’ils les avaient laissés partir en toute gentillesse. Le rapport de force de la team d’air soft, à l’époque au complet, avait largement pesé dans le fait qu’ils n’avaient pas été massacrés et dépouillés.

Bref, pas le genre d’endroit où elle allait de gaité de cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 201
Points : 409
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Sam 22 Avr - 15:12

Assise sur le siège passager, Juliet n’avait pu cacher l’inquiétude qui s’était emparée d’elle lorsqu’elle avait vu Maddie assise dans cette voiture, avec ce qui ressemblait à une tonne d’affaires à elle, prête pour le départ. La première chose qui était venu en tête de la brune, c’était que sa meilleure amie la quittait, à peine quelques jours après leurs retrouvailles. Et ça, Juliet ne pouvait pas le supporter. Elle avait toujours cru qu’elle ne reverrait plus jamais la rouquine, pas après que les premiers rôdeurs aient fait leur apparition, que Détroit soit bombardé, et que la survie de la petite soit devenue sa principale préoccupation. Oh, Juliet avait bien continué à écrire à sa meilleure amie malgré tout, sans doute parce que coucher ses pensées sur de beaux papiers avait toujours eu une sorte d’effet thérapeutique sur elle. Il n’y avait pas grand monde à qui elle parvenait à parler de tout ce qui était vraiment important pour elle, et pourtant, Juliet n’avait jamais rien caché à Maddie. Elles s’étaient retrouvées il y avait si peu de temps, et Jules refusait tout simplement de dire au revoir à son amie de toujours. Elle avait compris depuis bien longtemps déjà que dans le monde qui était désormais le leur, chaque au revoir pouvait s’avérer être un pur et simple adieu. Et il était hors de question que cela arrive avec la rousse.

Si en d’autres circonstances Juliet aurait probablement lâché un petit rire à la remarque de Maddie et de ses histoires amoureuses, ce n’était à cet instant pas le cas, et elle fut même incapable de lui adresser le moindre sourire. Elle était sans doute bien trop inquiète pour cela. Pour toute réponse, la jeune femme fronça un peu plus ses sourcils, et s’apprêtait à répondre qu’elle ne trouvait pas ça drôle, mais sa meilleure amie reprit presque aussitôt la parole, d’un ton bien plus sérieux cette fois. Jules écouta avec attention chacun des mots prononcés par la rouquine, avant de lâcher malgré elle un petit soupir de soulagement. Elle ne partait pas finalement. La brune se rendit compte qu’elle avait réagi un peu vite, et sauté bien trop rapidement à des conclusions pourtant erronées, et si elle se sentit bête durant l’espace de quelques secondes, ce sentiment se dissipa bien vite aux nouvelles paroles de Maddie : « -Attends…tu comptes y aller toute seule ? T’es folle, tu sais ça ? » répondit-elle du tac au tac, avant de jeter instinctivement un regard par la fenêtre, et de poursuivre sur sa lancée en annonçant une chose pourtant évidente et à côté de laquelle son amie n’avait pas pu passer : « En plus, il fait encore nuit ! » reprit-elle, avant de secouer la tête, et de se rappeler que parlementer avec Maddie était une cause perdue.

Juliet poussa un soupir, avant de se mordiller la lèvre inférieure en repensant à ce moment où Maddie avait essayé de la convaincre de retourner se coucher, comme si de rien n’était : « -Tu sais qu’il n’y a absolument aucune chance pour que je te laisse partir toute seule, hein ? » demanda-t-elle en tournant une nouvelle fois son regard azur vers Maddie. Cette dernière était têtue, certes, mais Juliet l’était sans doute autant. « -Je vais chercher mes affaires, j’en ai pour cinq minutes. Tu bouges pas, d’accord ? » lança-t-elle à la jeune femme, tandis qu’elle avait déjà ouvert la portière, et lancé une de ses jambes dehors. Parant à toute éventualité, et pour être certaine que Maddie n’irait nulle part sans elle, Juliet attrapa en un éclair les clés de la voiture, insérées dans le contact, et les fourra dans sa poche. Au moins comme ça, elle était sûre que la belle rousse ne partirait pas sans elle. C’était sans doute un peu extrême, Juliet en convenait volontiers, mais on n’était jamais trop prudent dans la vie.

Une fois les clés en sa possession, elle courut jusqu’à sa maison, où elle enfila des vêtements un peu plus chauds, un manteau, vissa un bonnet sur son crâne, puis emporta son sac à dos, toujours prêt, juste au cas où. Elle n’avait sans doute pas menti, et était de retour dans la voiture environ cinq minutes après en être partie. Une fois devant la voiture, Juliet balança son sac sur la banquette arrière, puis se réinstalla côté passager, avant de tendre les clés à Maddie, et de lâcher d’un petit ton innocent : « -Tiens, je crois que ça c’est à toi… » dit-elle d’un ton détaché, avant de boucler sa ceinture, d’arborer un air décidé, et de regarder droit devant elle. Elle ignorait tout de leur destination, de la dangerosité de cette expédition, mais une chose était sûre, Juliet ne comptait pas laisser son amie se débrouiller toute seule.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 145
Points : 257
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Ven 28 Avr - 20:10

Maddie fit la moue devant l’air résolue de Juliet. Elle le connaissait bien celui-là et ce n’était pas de bon augure. Jule pouvait avoir l’air facile à convaincre et vite perdue pour ceux qui ne la connaissaient pas. Mais dans les faits, la brune cachait une volonté de fer que ses parents avaient, sans le vouloir, rendu aussi solide que de l’acier trempé à force d’avoir voulu la faire plier.

Seuls des idiots pouvaient imaginer faire changer d’avis Juliet Whitman une fois qu’elle avait une idée derrière la tête. Et Maddie ne l’était pas assez pour juste essayer.

« Bien j’imagine que je n’ai pas trop le choix. Par contre… je ne peux pas te promettre que ça soit une petite balade tranquille ni que Logan ne nous achèvera pas si on revient vivante… alors équipes toi en conséquence.»


Elle lança un grand sourire à son amie qui partait chercher ses affaires. Lorsque Maddie voulu lancer le chauffage de la voiture elle réalisa qu’elle n’avait plus les clés. Décidément, c’était la journée de saint Antoine de Padoue aujourd’hui ?

Et puis, elle comprit que les clés n’étaient peut être pas vraiment perdues et elle partit dans une crise de fou rire qui la porta au bord des larmes. Dieu que Juliet arrivait encore à la surprendre.

Assez amusée, mais trop frigorifiée pour attendre sagement, elle déboita le caisson en dessous du volant, avec l’aisance d’un geste déjà fait et refait, elle prit les deux fils dénudés sur lesquels elle avait appris, avec ses défunts amis à lancer le moteur « à sa façon ». Comme à chaque fois, elle se prit un bon coup de jus qui donna « un certain volume » à ses cheveux.

Le chauffage démarra et elle ne résista pas à lancé l’autoradio. Elle eut une pensée pour Bernadette en entendant la chanson In the Summertime se lancer. Elle savait qu’après il y avait les chansons de Pocahontas.

hrp:
 

Malgré le ciel bas, malgré le froid, malgré ses jours sombres et difficiles… Maddie restait fidèle a elle-même et ce que d’autres pouvaient voir comme de la bêtise ou de l’inconscience, à savoir sa capacité à rester enthousiaste, pris le dessus.

C’est donc les cheveux collés au plafond de la voiture en train de finir de massacrer une innocente chanson sans défense que Juliet retrouva la rouquine.

Maddie lui sourit instantanément :

« J’espère que tu es réconciliée avec le Golf ! Et… un dernier truc Jule, je sais démarrer une voiture sans clé…»

Elle ponctua cette petite phrase d’un clin d’œil avant de lui faire signe de s’installer. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait de la route ensemble. Avant, ça avait toujours été un moment privilégié pour les confidences, les chorales peu harmoniques et les rigolades.
Revenir en haut Aller en bas
Survivor #001
avatar
Messages : 201
Points : 409
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
InformationsContact
Fort Hope Community
Fort Hope Community
Hier à 21:20

Sagement installée dans la voiture de sa meilleure amie, prête pour le départ, Juliet ne put s’empêcher de froncer doucement le nez lorsqu’elle entendit Maddie annoncer qu’elle savait démarrer une voiture sans clé. Et merde…son petit numéro de vol de clés n’avait servi à rien au final. Tant pis, maintenant au moins elle savait que piquer les clés de voiture de la rouquine ne l’arrêterait pas, et elle garda l’information précieusement dans sa tête, se disant qu’il lui faudrait trouver une autre astuce la prochaine fois. La brune nota néanmoins que la jolie jeune femme l’avait attendue, malgré sa capacité à démarrer une voiture sans clé, c’était donc qu’elle voulait d’elle pour sa petite expédition, non ? Juliet arbora un air détaché, avant de tourner lentement la tête vers Maddie : « -Ah oui, tu sais faire ça, toi ? Faudra que tu m’apprennes, ça pourra toujours servir ! » lança-t-elle, l’air de rien, même si au fond, elle le pensait. De nos jours, un rien pouvait faire la différence pour rester en vie, et si Jules avait l’occasion d’ajouter une corde à son arc, elle ne manquerait pas de le faire. Et puis, apprendre de nouveaux trucs ne lui ferait pas de mal, peut-être que comme ça on la verrait autrement que comme une pauvre petite chose, qui ne devait sans doute sa survie qu’au hasard.

Les deux amies de toujours finirent donc par prendre la route, laissant Fort Hope derrière elle, tandis que Juliet repensait à tout ce que lui avait dit Maddie. Elle se rendait au golf, ça elle l’avait bien compris, pour récupérer des affaires laissées là par sa meilleure amie. Cependant, ce furent d’autres mots prononcés par la rouquine qui avaient retenu l’attention de la brune. Cette dernière jeta un dernier coup d’œil dans le rétroviseur pour voir le camp rétrécir à l’horizon, et elle ne put s’empêcher de serrer les dents en pensant qu’elle n’avait prévenu personne de son départ. Avec un peu de chance, les deux amies auraient fini leur petite escapade avant que quiconque se soit rendu compte de leur départ, et leur sortie passerait totalement inaperçue. Mais cela faisait longtemps que Juliet ne comptait plus sur la chance, et aux dires de la rousse, elles n’allaient pas franchement s’amuser. La demoiselle se racla doucement la gorge, avant de lancer, comme si de rien n’était, comme si elle parlait du beau temps : « -Alors…qu’est-ce qui nous attend au golf ? » demanda-t-elle, avant de se tourner vers Maddie, comme pour jauger par elle-même les réactions qu’aurait sa meilleure amie. Au fond, Juliet savait que peu importe ce que lui répondrait cette dernière, elle persisterait à vouloir l’accompagner, et irait jusqu’au bout avec elle. Elles avaient toujours été là l’une pour l’autre, quelles que soient les galères qui avaient jonché leurs vies respectives, et ce n’était certainement pas la fin du monde, ou une bande de rôdeurs affamés, qui allait changer cela entre elles.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Who's your caddy?
 Sujets similaires
-
» Let's begin the caddy race ft. Chang Ming
» Se sentir l'étoffe d'un mentor [PV Caddy]
» La découverte du Puits de Lune [Pv Caddy]
» Veni-Vidi-Vici [Pv Caddy]
» Prioritées aux gibiers ! [Rêve de Chouette - Caddy - Croc de Bruyère ?]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Your Flesh :: The surrounding wasteland :: Les alentours-
Sauter vers: