Rencontre au sommet Ft. Barry



InformationsContact
avatar
Messages : 586
Points : 646
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Avr - 0:57

Deux jours ont passé depuis mon altercation avec Barry et je ne lui ai pas vraiment reparlé depuis. Il a été très compréhensif, chose à laquelle je ne m'attendais pas et a accepter de m'entraîner, probablement pour rendre les moments où je pète un câble et frappe tout ce que je peux plus intéressants pour lui. La dernière fois, il lui a fallu d'un pas et d'une main pour m’immobiliser.

Il m'a proposé de le rejoindre sur le toit quand je voudrai m'entraîner et aujourd'hui est un bon jour. Je me sens en forme et j'ai bien mangé. Je tiens le fourreau de mon khukuri dans la main droite et pousse la porte menant au toit de l'autre. Je sors du bâtiment et un air frais envahit mes poumons me faisant tousser un coup. Le paramilitaire est bien là, un casque sur les oreilles et une barre de soulevé de terre dans les mains.

J'observe un instant, un peu nostalgique de mes parents qui s'entraînaient dans le garage de la maison, ils ont toujours aimé ça et je me demande si ces appareils ne sont pas les leurs. Cela ne me dérange pas, ils auraient préféré savoir leurs bancs de muscu, leurs barres et tous ces poids utilisés par quelqu'un de bien que rouillant dans le garage.
Je m'adosse au mur et l'observe faire quelques mouvements, je remarque qu'il compense légèrement du côté gauche. J'attends une deuxième série pour vérifier ma constatation et son deltoïde se contracte en effet un peu plus alors que ce n'est pas ce muscle qui est sensé être utilisé. Je m'avance et me plante en face de lui, entendant la musique qui sort de son casque. J'attends qu'il l'enlève pour parler d'un air neutre.

- Tu compenses à gauche. Essaie de reculer ton pieds droit de deux ou trois centimètres.

Je souris devant son air étonné et lui explique comment je sais ça.

- Mes parents aimaient bien faire du sport, j'ai grandi en voyant mon père faire du soulever de terre.

Ce n'étaient pas des athlètes reconnus, n'ayant jamais fait de compétition, mais ma mère avait un compte Instagram sur lequel elle postait des photos. Je me faisais d'ailleurs tout le temps engueulé parce que je ne venais pas faire de sport avec eux, préférant changer d'activité. J'avais bien aimé trois séances d'escalade avec une ami et le basket avec Luke en particulier.

Je croise les bras et l'observe refaire une série d'un oeil attentif. Évidemment il a corrigé son mouvement, il sait comme moi qu'il vaut mieux éviter de compenser sous peine de vraiment se faire mal le jour ou quelque chose claque.

- Est-ce que je peux avoir un entraînement ? J'ai encore du mal à digérer de m'être faite immobilisée si facilement la dernière fois.

Je souris à ma remarque. Autant être franche et comme ça, je lui signale que c'est plus un entraînement de combat au corps-à-corps qui m'intéresse pour le moment. Il est en sueur mais je connais l'odeur du cuir des appareils et de la fonte qui viennent d'être utilisés. J'espère qu'il sera ok, je ne sais pas depuis combien de temps il s'entraîne mais il est peut-être crevé.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1262
Points : 1872
Date d'inscription : 28/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Avr - 13:46



Rencontre au sommet
FT. Leïa Callum

Comme à chaque matin, depuis son arrive en ces lieux, le vétéran montait sur le toit pour une séance de mise en forme. Durant cette époque troublée, se laisser aller signifiait la mort purement et simplement. Donc comme disait souvent le vieux médecin du groupe, un corps sain dans un esprit sain était la clef de survie de tout est chacun. Même avant la fin du monde, Barry était un adepte de la musculation et son corps est finement sculpté, des muscles puissants et saillants. Le blondinet au regard d’azure pure comme les glaciers qui flottait sur l’océan était au somment de sa forme et sa formation en armurier ainsi qu’en furtivité lui donnait les outils nécessaires pour permettre à plusieurs de voir le jour suivant se levé. Mais une pensée, une idée, avait fait son chemin depuis la nuit torride qu’il avait passé en compagnie de la Succube de Moscou. Il devrait courir le monde dévaster en solo, ou accompagner de combattants, pour éradiquer les pousses cancéreuses qui menaçaient le retour de la vie. Le maraudeur faisait sa part en surveillant étroitement Alair, le docteur aux compétences en chirurgie et médicale extraordinaire, et lui donnant l’opportunité de soigner les autres. Mais l’ancien agent de terrain était avant tout un homme d’action, un exécutant de la mort et une ombre vengeresse qui pouvait se balader au milieu des troupes ennemies pour apporter la mort sur leur dirigeant.  Donc chaque jour il partait du refuge  aux nombreuses lacunes, autant défensifs qu’humaines,  pour rôder et éliminer les potentiels menaces qui se profilaient à l’horizon. Des aberrations amateurs de chairs humains en passant aux hommes qui avaient décider de devenir des pillards et ayant fait l’erreur de sélectionner comme cible le petit groupe, tous figuraient au tableau de chasse du blondinet qui pouvait se comparer à l’ange de la mort.

Mais aux aurores c’était le temps personnel de l’homme musculeux, ces instants bénies qui lui était consacrés. Ayant une musique entrainante qui hurlait dans ses oreilles via les écouteurs de son téléphone portable, les biceps de Barry se tractèrent et aux rythmes des levées de poids. Son cou ressemblait maintenant à celui d’un taureau à cause de l’effort. Il n’avait pas remarqué que Stars Wars venait d’apparaître tout près de lui. L’armurier venait de déposer son poids libre au sol lorsque que la brunette attira son attention. Appuyant sur la touche arrêt de son téléphone, il écouta les paroles un peu musicale et chanter de Leïa. Il ne put s’empêcher d’être une nouvelle fois étonné de la vivacité d’esprit et aussi de la grande connaissance de la jeune femme. Il bougea son pied comme elle venait de lui conseiller et entreprit de faire une nouvelle série de quinze. Sûrement à la surprise de la brunette à la soif de vengeance si semblable à la sienne, un sourire étincelant et remplis de gratitude se déposa sur les lèvres charnues de l’homme musculeux.

Barry- Merci Stars Wars. Doc à tout à fait raison à ton sujet. Tu es pleine de surprise.

Le guère loquace vétéran saisit alors une serviette pour éponger la sueur qui parsemait ses biceps bien découpé et enfila son treillis de combat. Par le fait même le maraudeur cacha les nombreuses cicatrices défensives qui ornaient ses avant-bras. À la demande d’enseignement de corps à corps de la jeune femme, le vieux briscard hocha la tête en signe d’accord. Désignant le banc d’entrainement tout près avec son menton volontaire et viril, il invita la brunette à s’asseoir. S’assoyant à son tour sur ses talons pour pouvoir plonger son regard calme d’azur dans les yeux noisette de son apprentie, la voix de l’ancien agent de terrain s’éleva avec une douceur surprenante.

Barry- Tu es la seule que j’accepte de tout montrer tu en es consciente? Tu sais pourquoi?

Stars Wars hocha la tête en signe de négation.

Barry- Car je vois du potentiel et surtout tu veux te démerder pour survivre. La grande majorité des gens ici se contente d’un mur épais. Quand j’aurai fini ton entrainement, tu seras une ombre meurtrière, capable de neutraliser une sentinelle ou bien rendre eunuque une mouche avec un fusil à lunette.

Laissant un instant une lueur espiègle travers le bleuté de son regard, le sérieux revient alors en force.

Barry- Avant de te montrer les différents styles, dont tu vas choisir un pour te spécialiser et ensuite je vais t’enseigner les autres pour apprendre les bases, tu dois savoir contrôler ta colère en corps à corps. Ça marche très bien contre des civils ou des gens peu habituer, mais contre des gens en ayant vu ils vont l’utiliser contre toi.  Comme je l’ai fait il y a deux jours.

Se redressant lentement, le maraudeur continua de parler.

Barry- Je ne demande pas de l’éliminer, mais de la garder en réserve pour te permettre de la lancer dans le combat au moment opportun. Quand tu sens que tu vas perdre. Alors c’est à ce moment que tu vas surprendre l’enculé qui croit être plus fort que toi.

Démontrant les gardes de bases pour chaque arts qu’il pouvait enseigner, le militaire fit un court résumé de chaque à son élève.

Barry- Aïkido. Ce que j’ai utilisé contre toi. L'aïkido se compose de techniques avec armes et à mains nues utilisant la force de l'adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire.

Nouveau mouvement et nouvelle explication.

Barry- Muay-thaï. Boxe pieds et mains. Frappe fort et directement pour le maximum de dommage.

Se relevant avec une garde mi- moyenne, un mince sourire illumina les traits harmonieux de l’éclaireur.

Barry- Commando hand-to-hand combat. Mon style favori.  Une combinaison de plein de style pour finir rapidement le travail. Ça tire son origine de la seconde guerre mondiale avec la coalition d’un groupe composé de canadien et d’américain.  Les Red Devils. Une sorte de krav-maga si tu veux.

Une dernière position de garde et le blondinet annonça la couleur.

Barry- Ju-jitsu. Dès que tu perds ton arme c’est le festival de la projection au sol.

Passant son pouce sur son nez comme un boxeur, le sérieux militaire fit alors une mise en garde.

Barry- Voilà c’est ce que je peux t’enseigner. Mais je veux que tu gardes à l’esprit que c’est mieux d’affronter un adversaire avec une arme, n’importe laquelle. J’ai déjà utilisé une pierre et même une échelle lors d’un affrontement pour te dire. L’allonge et l’arme sont primordiale pour te permettre de te déplacer et d’anticiper.

Tendant la main pour aider la jeune femme à se relever, le briscard ajouta quelque mots.

Barry- Plus que l’enseignement va avancer, plus près que tu vas pouvoir te rapprocher de ta cible. Doc te forme aux armes blanches et personnellement je n’ai jamais vu un bretteur de sa trempe. Tu sais que tu es chanceuse d’être tombé sur lui?


Code by Joy du site DREAM.  Parole de Barry en

_________________

Protect your pack,show no fear, respect the elder, teach the young, lead you companions, survive each day, hunt your enemies, howl to new tomorrow, explore the unknow, adapt to the environment, demonstrate no weakness, never back down and leave you mark
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 586
Points : 646
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Avr - 19:02

Je souris à ma remarque. Je ne sais pas si c'est parce que je suis une nana de 25 ans tout juste ou si c'est parce que Barry et Alair m'ont recueilli en me prenant sous leur ailes, mais j'ai l'impression que je surprends beaucoup de monde en ce moment. À sa question, j'hoche la tête de droit à gauche et il m'explique pour il prend du temps pour moi. Oui c'est sensé, c'est vrai que la quasi-totalité des gens qui vivent dans la bibliothèque sont condamnés le jour où un des murs tombe. Il suffirait d'une seule brèche pour briser l'organisation du groupe. Attentive, j'observe les démonstrations qu'il me fait.

- J'ai un petit faible pour la muay-thaï. Ça a l'air direct.

Porter un coup puissant et rapidement en finir, c'est comme ça que j'ai procéder. Même si son histoire de krav-maga américain est intéressante. Je souris de toutes mes dents lorsqu'il m'annonce que je suis chanceuse de profiter de l'enseignement d'Alair.

- Je sais, apprendre avec lui c'est... comme si ça venait tout seul.

J'espère que ce sera pareil avec lui. J'ai un peu d'appréhension mais c'est surtout par rapport au fait que je sens que je vais manger le sol deux ou trois fois avant d'être autorisée à rester debout. J'ai fait cinq séances de karaté étant plus jeune, j'ai passé les cinq heures par terre parce que mes appuis n'étaient "pas assez solides". Connard de prof, en même temps, vu les coups de pieds qu'il mettait dans mes appuis alors que j'étais une gamine, n'importe qu'elle enfant n'aurait pas tenu, appui ou pas appui.

- Alors ? Comment on procède ?

Je dis ça d'un air enjoué et ready to fight. Mais je ne sais pas sûr qu'il va me proposer de lui taper dessus tout de suite, ça semble un peu trop facile. Je fais un pas en arrière, prête à obéir à ses instructions. Je suis motivée et dans le même état d'esprit que lors de mes cours d'escrime particuliers. J'adore ce genre de moment, mon cerveau agit comme une éponge et je garde en mémoire la moindre parole qui est dite, le moindre conseil. C'est comme ça que je fais avec Doc et je dois avouer que c'est bien plus cool d'apprendre à me battre que d'apprendre à faire une analyse de clientèle cible.

Pour ne pas avoir l'air de ne rien connaître du tout, je prends à peu près la même garde que celle qu'il avait quand il m'a fait la démonstration. Je n'ai pas retiré mon équipement, je m'entraîne toujours. Quand je pourrai à nouveau sortir, je prendrai mon équipement et je ne vais pas retirer toutes mes lames à chaque fois que j'engage un combat, donc autant m'y habituer tout de suite. Surtout que mon khukuri pèse quand même un petit peu dans mon dos et peut servir à me déstabiliser, il faut donc que j'apprenne à parer cette éventualité.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1262
Points : 1872
Date d'inscription : 28/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Avr - 23:18



Rencontre au sommet
FT. Leïa Callum

L’entraînement de la jeune femme dura un peu plus d’une heure. Naturellement le vétéran ne se retrouva le nez à terre que deux fois à faire une série de cinq tractions. Leïa a été six fois au sol, mais la détermination de la jeune combattante en à devenir impressionna sincèrement l’éclaireur. Essayant de reprendre haleine, elle demanda grâce pour terminer la session. Une lueur d’amusement éclaira doucement le regard d’azur du vétéran et un sourire honnête et douceâtre s’imposa sur les lèvres charnues de l’homme musculeux. Appuyant ses larges mains sur sa taille, des petites auréoles de sueurs ayant transpercé le treillis de combat urbain de l’ancien agent de terrain, le ton autrefois autoritaire et sèche de l’armurier se muta en un ton fraternelle. Une voix que peu de gens, à part le vieux médecin et les membres de sa famille ainsi que son unité défunte, avaient entendu.

Barry- D’accord pour les squats. Tu n’as pas à me poser la question tu sais. J’ai foi en toi et en ta détermination. Je vais t’entrainer dans les sphères de la guérilla urbaine. Mais je vais te demander une seule chose.

Le regard noisette de Stars Wars se fit inquisiteur. Mais un sourire désarmant et nouveau la fit sourire de nouveau.

Barry- On doit développer une confiance totale. Ce genre de lien que nous allons construire. Savoir que tu es là pour me couvrir comme tu vas savoir que je serais dans l’ombre pour te seconder en cas de besoin. Une équipe.


Tendant une main pour sceller ce pacte dont les témoins étaient les cieux et les créatures infernales ici-bas, l’éclaireur sentit une nouvelle parcelle de son âme s’ouvrir. Ressusciter dans un sens. Redonner sa confiance en la jeune femme, ainsi qu’au médecin, remettait un peu son humanité perdu sur les rails. Il réapprenait à vivre. Farfouillant dans son sac, il sorti un tube de Voltarin. L’éclaireur lança le contenant vers la silhouette gracile tout en lançant un bref avertissement en son avis.

Barry- Pense vite Stars Wars! Ça va t’être utile pour les jours à venir.


Applaudissant sincèrement les réflexes de la jeune femme, le maraudeur saisit ses armes et se dirigea vers la porte pour faire sa patrouille quotidienne des environs. Se retournant alors à demi, une petite chaleur dans son regard autrefois froid et détaché de tout, l’ancien agent de terrain rajouta quelques petits explications.

Barry- Si tu veux au souper tu peux nous rejoindre Doc et moi à la table. Je ne mords pas. On sera heureux de t’accueillir.

L’homme à la prestance d’Adonis fit un sourire accueillant. Parti l'être discret et surtout anti-social.

Barry- Je pourrais t’expliquer différentes tactiques de combats et les langages tactiques. Demain ce sera les projections au sol et les coups de pieds. À ton choix. Si tu veux je suis partant. Dans deux ou trois jours on pourra faire des rondes de nettoyages à l’extérieur.



Code by Joy du site DREAM.  Parole de Barry en

_________________

Protect your pack,show no fear, respect the elder, teach the young, lead you companions, survive each day, hunt your enemies, howl to new tomorrow, explore the unknow, adapt to the environment, demonstrate no weakness, never back down and leave you mark


Dernière édition par Barry Churchill le Jeu 20 Avr - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 586
Points : 646
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr - 4:33

J'apprécie l'entraînement et je dois reconnaître qu'il est bon pédagogue, sans oublier que la technique de combat est très adaptée à ce qui me plait, on ne bouge pas tout le temps et nos pieds sont bien ancrés dans le sol. Son jeu a l'air intéressant. Je sais qu'il ne va pas s'attendre à ce que je l'attaque en premier, mais j'ai à peine renforcé mes appuis qu'il crie "Stop !", je baisse la tête. Un à zéro.

Je me remet en position et l'attends, je sens une tension et crie "Stop !". Mais il sourit de toutes ses dents en m'annonçant que je me suis trompée. Au final le petit jeu dure une dizaine de minutes et je réussi à gagner deux points tandis que lui a complété sa grille de bingo. Résignée, je pose les mains par terre pour commencer ma série de push-up. Autant l'entraînement ne m'a pas trop fatigué physiquement, il faut dire que ceux d'Alair ne sont pas de tout repos non plus et je sens qu'il lui arrive de se faire plaisir en accélérant la cadence des duels histoire de rendre le tout un peu plus intéressant pour lui. Ce n'est pas très pédagogique à la base mais je n'ai rien dit, grâce à ces séquences, je gagne de plus en plus de vitesse et c'est en train de devenir mon meilleur avantage.
Par contre, à la troisième pompe, je commence à transpirer. Pfoua ! Ça fait au moins six ans que je n'ai pas fait une pompe, ou même de la musculation.

Je me relève en tirant la langue devant un Barry tout pimpant qui repose la bouteille d'eau sur la table et nous nous remettons en garde. Je perds à nouveau, une fois, deux fois, trois fois, j'arrive à marquer deux points sur des attaques qu'il tente avant de me retrouver à nouveau par terre à faire des pompes pendant qu'il s'abreuve. Heureusement qu'il ne fait pas trop chaud !

L'exercice est répété jusqu'à ce que je n'en puisse plus. Je ne sais pas combien de push-up j'ai fais, mais mes bras ne me porteront plus. En revanche, j'ai bien intégré la leçon, je suppose que c'est normal que Barry gagne plus souvent. Bon d'accord, durant la dernière heure, j'ai bu deux fois dans la bouteille, mais bon, c'est honorable ! Je me relève, trempée de sueur après l'entraînement, lui est tout beau tout propre, il n'a fait que dix pompes ce qui doit être son minimum vital pour se lever le matin vu sa carrure.
Je reprends mon souffle, les mains posées sur les genoux, et souffle sur une mèche de cheveux qui me gêne avant de tourner la tête dans sa direction.

- Ah ah ! Ok j'abandonne. J'en peux plus et si je fais encore une pompe, je vais m'éteindre pour réinitialisation.

Je souris à ma blague, je suis bien la fille de mon père mine de rien. Je ne sens plus mes bras, mon dieu les courbatures que je vais avoir demain ! Mais avec ce genre d'entraînement, d'ici trois mois, je suis une guerrière de la muscu !

- La prochaine séance on fait des squat ?

Je souris de toutes mes dents, imaginant le pauvre Barry faire du soulever de terre sans rien soulever. Moi j'étais plus fitness avant l'apocalypse, les trucs à la mode quoi, à la limite un peu de crossfit et du yoga, mais faire des pompes, c'était plus le truc de mes parents. Luke lui était branché sports d'équipes. Mais je me dis que ce serait amusant d'arriver avec un tapis de yoga à la prochaine séance juste pour proposer un châtiment différent en cas d'échec, et l'imaginer en train de faire du yoga avec ses grosses épaules me fait sourire. Il m'a quand même prouvé tout à l'heure que sa souplesse était entraînée, il se bat comme un tigre. J'attrape une serviette et m'essuie le visage, encore toute rouge sous l'effet de l'effort.

- Est-ce que tu es d'accord pour continuer à m'entraîner ? Tu es convaincu ?

Je ne doute pas de mes capacités, mais je ne sous-estime pas ses espérances non plus. S'il est d'accord, je devrais probablement reprendre le sport histoire d'être assez en forme pour l'entraînement. Doc m'entraîne déjà deux à trois fois par semaine plus les sortes de cours où il m'enseigne des trucs utiles, allants des techniques de combats qui datent d'il y a quand même longtemps et même parfois de la philosophie. Mais il m'a fait lire Machiavel et je dois reconnaître que j'ai compris plusieurs choses sur la façon de faire la guerre. Si Barry accepte de me donner deux ou trois entraînements par semaine également, je vais passer toutes mes matinées à m'entraîner sur ce toit. Super ! Exactement ce que je voulais ! Il n'y a rien de tel que de ne pas s'arrêter pour apprendre de manière efficace ce genre de choses.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1262
Points : 1872
Date d'inscription : 28/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 18:08



Rencontre au sommet
FT. Leïa Callum

L’entraînement de la jeune femme dura un peu plus d’une heure. Naturellement le vétéran ne se retrouva le nez à terre que deux fois à faire une série de cinq tractions. Leïa a été six fois au sol, mais la détermination de la jeune combattante en à devenir impressionna sincèrement l’éclaireur. Essayant de reprendre haleine, elle demanda grâce pour terminer la session. Une lueur d’amusement éclaira doucement le regard d’azur du vétéran et un sourire honnête et douceâtre s’imposa sur les lèvres charnues de l’homme musculeux. Appuyant ses larges mains sur sa taille, des petites auréoles de sueurs ayant transpercé le treillis de combat urbain de l’ancien agent de terrain, le ton autrefois autoritaire et sèche de l’armurier se muta en un ton fraternelle. Une voix que peu de gens, à part le vieux médecin et les membres de sa famille ainsi que son unité défunte, avaient entendu.

Barry- D’accord pour les squats. Tu n’as pas à me poser la question tu sais. J’ai foi en toi et en ta détermination. Je vais t’entrainer dans les sphères de la guérilla urbaine. Mais je vais te demander une seule chose.

Le regard noisette de Stars Wars se fit inquisiteur. Mais un sourire désarmant et nouveau la fit sourire de nouveau.

Barry- On doit développer une confiance totale. Ce genre de lien que nous allons construire. Savoir que tu es là pour me couvrir comme tu vas savoir que je serais dans l’ombre pour te seconder en cas de besoin. Une équipe.


Tendant une main pour sceller ce pacte dont les témoins étaient les cieux et les créatures infernales ici-bas, l’éclaireur sentit une nouvelle parcelle de son âme s’ouvrir. Ressusciter dans un sens. Redonner sa confiance en la jeune femme, ainsi qu’au médecin, remettait un peu son humanité perdu sur les rails. Il réapprenait à vivre. Farfouillant dans son sac, il sorti un tube de Voltarin. L’éclaireur lança le contenant vers la silhouette gracile tout en lançant un bref avertissement en son avis.

Barry- Pense vite Stars Wars! Ça va t’être utile pour les jours à venir.


Applaudissant sincèrement les réflexes de la jeune femme, le maraudeur saisit ses armes et se dirigea vers la porte pour faire sa patrouille quotidienne des environs. Se retournant alors à demi, une petite chaleur dans son regard autrefois froid et détaché de tout, l’ancien agent de terrain rajouta quelques petits explications.

Barry- Si tu veux au souper tu peux nous rejoindre Doc et moi à la table. Je ne mords pas. On sera heureux de t’accueillir.

L’homme à la prestance d’Adonis fit un sourire accueillant. Parti l'être discret et surtout anti-social.

Barry- Je pourrais t’expliquer différentes tactiques de combats et les langages tactiques. Demain ce sera les projections au sol et les coups de pieds. À ton choix. Si tu veux je suis partant. Dans deux ou trois jours on pourra faire des rondes de nettoyages à l’extérieur.



Code by Joy du site DREAM. Parole de Barry en

_________________

Protect your pack,show no fear, respect the elder, teach the young, lead you companions, survive each day, hunt your enemies, howl to new tomorrow, explore the unknow, adapt to the environment, demonstrate no weakness, never back down and leave you mark
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Le 5 e sommet des Amériques
» Le premier ministre Alexis est au Sommet...
» [FB] L'ivrogne et le médecin - Duel au sommet [PV Arthy]
» [Evènement]Au sommet de la montagne !
» Duel au sommet du Crâne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum