Mad World [Intrigue #3 - Punishers vs Alliance]



InformationsContact
avatar
Messages : 764
Points : 1697
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Lun 15 Mai - 10:57


Mad World

Cette fois, Bruce est allé trop loin. Deux attaques menées en moins d'une semaine, sur deux groupes alliés à Fort Hope, ça ne pouvait pas passer. Depuis la destruction du Coast Guard, une guerre se prépare derrière les murs de la petite communauté de Grand Marais Street. Votre chef, assisté de ses conseillés, s'est préparé, il a réuni ses alliés, les ennemis du Fossoyeur ou les gens qu'il a aidé au cours de ces deux dernières années. Il est temps de mettre fin à la menace qui pèse sur chaque survivant de la région de Détroit. Enterrer pour de bon celui qui se pavane en ville en prétendant être le messager de la Grande Faucheuse.

Pendant deux semaines, le Fantôme n'a fait rien de plus que de mettre en place un plan d'attaque pour se venger de sa Némésis. Jour et nuit, chaque fois qu'il le pouvait, il s'est évertué à faire en sorte que l'issue soit fatale pour le Fossoyeur et ses alliés. Au matin du 23 Janvier, tout est en place. Les alliés sont au courant, les armes distribuées, le plan expliqué. Chacun sait ce qu'il doit faire et chacun est motivé à faire de son mieux pour atteindre le but de cette expédition.

L'attaque a lieu la nuit du 25 Janvier. Il est minuit précise quand les véhicules remplis de combattants de fortunes arrivent sur le lieu du rendez-vous, assez proche pour pouvoir atteindre l'usine General Motors de Détroit, assez loin pour ne pas se faire repérer. Phares éteints, un blindé quitte le parking quelques minutes après que le conducteur ait échangé quelques mots avec le Fantôme. Les autres se rassemblent à pieds. Tout le monde connait précisément son ordre de mission. Quatre personnes sont envoyées en premier. Leur rôle est le plus important : elles doivent placer les bombes de fabrication maison qui serviront de diversion à l'attaque. Près des pompes à essence de l'usine. Une belle explosion. Chaque binôme est composé d'un poseur de bombe et de quelqu'un pour le couvrir. Quand ce sera fait, l'homme parti dans le blindé lâchera sa cargaison mortelle. Une dizaine de rôdeurs traverseront les flammes pour occuper les Punishers.

La deuxième vague de combattants se met en route. Eux aussi, ils ont leur mission bien à eux. Ce sont des tireurs expérimentés. Quand ils se seront débarrassés des éventuelles sentinelles, ils n'auront plus qu'à s'infiltrer dans la base pour commencer à régler le problème Punisher. Ils rejoindront les personnes déjà sur place pour réduire les rangs de l'ennemie. Il n'y a qu'une seule règle à respecter et elle est non-négociable. Le Fossoyeur appartient au Fantôme. On peut le capturer, tuer quiconque se trouve sur notre route, mais hors de question de blesser le chef de la meute adverse.

Logan et le reste des combattants partent en dernier. Ils entrent par la grande porte. Aucune raison de se cacher, bien au contraire. Le carnage est déjà bien avancé à l'intérieur, mais leur entrée est remarquée quand même. La bataille continue. Ils ne feront pas de prisonniers. Quiconque se retrouve avec une arme dans les mains doit payer. C'est l'heure de la guerre et ils sont prêt.


Informations hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 260
Points : 1197
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mar 16 Mai - 1:22

La fabrication de la bombe avait pris du temps à Ruth, mais lui avait beaucoup plût. Au final, l'idée de pouvoir la poser sur la paroi et de déclencher l'explosion elle même lui procurait encore plus de joie. Elle imaginait déjà le ciel s'embraser, l'onde de choc chaude lui fouetter le visage, et le bruit gigantesque qu'elle n'entendrait pas. La sourde continuait de se passer ses images en boucle alors qu'elle se faufilait dans la foret aux côtés de Raphaël Lucian.

Elle faisait totalement confiance au commandant, qui avait dirigé son accouchement et lui servait à présent d'oreilles et de protecteur. Ils avaient déjà fait du trajet ensemble, et elle lui avait apprit quelques mots d'ASL. À leur arrivée le réservoir était férocement gardé par deux zombies pourrissants. Il lui fit signe d'attendre ici, et sortit un couteau long. Il s'avança vers les créatures et planta la première dans la tempe. Alors que l'autre s'approchait, il retira vivement le couteau du crâne du premier pour le planter dans l’œil du second.

Une fois l'endroit dégagé, Ruth put s'approcher. L'artificière étudia la structure, et détermina l'endroit où sa bombe serait la mieux placée. De toute façon, l'explosion serait largement suffisante pour percer la coque et enflammer l'essence. Elle avait placé des aimants sous la coque, trouvé sur du matériel de laboratoire inutile. Elle cala la bombe, essayant d'amortir le bruit. Tout était en place. Un petit système fait à partir d'une voiture téléguidée allait lui permettre de déclencher à distance le détonateur, au moment où ils seraient assez loin.

Elle fit un signe à Raphaël et les deux détalèrent le plus loin possible. L'émetteur pouvait commander la bombe à une bonne distance, donc autant aller le plus loin possible. Les deux s'allongèrent, et la sourde fit signe à Raphaël de se boucher les oreilles. L'explosion causée par la bombe ne ferait pas de dégâts physiques sur une aussi longue distance, mais c'était les damages sonores que Ruth craignait.

Avec un plaisir non dissimulé, elle pressa le bouton. L'explosion perça la coque, l'essence pris feu et la structure explosa. Depuis le début de l'apocalypse, jamais elle ne s'était sentit aussi bien.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 516
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Samara Gibson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 16 Mai - 18:34

Ça ne fait pas si longtemps que j'ai rejoins le groupe de Logan et Ice, et pourtant, me revoilà avec mon fusil à l'épaule en train de me battre pour quelqu'un d'autre. Ils ont réussi à me convaincre et j'espère sincèrement que la suite sera plus heureuse, les armes, c'est pas mon truc. Heureusement, j'ai ramassé une batte de cricket, très pratique finalement.
Ce sont les membres d'un autre groupe qui ont fabriqué les explosifs artisanaux et afin de mener à bien cette tâche, on m'a assigné une partenaire : Alex. Je ne l'avais jamais vu avant mais elle avance bien et a l'air de savoir se faire discrète, en tous cas, depuis les quinze minutes que l'on a passé à marcher dans les rues en direction de notre objectif, elle a réussi à ne pas se faire remarquer de stoners et finalement, nous arrivons devant un réservoir gardé par un type armé.

Faisant signe à Alex de rester en retrait avec sa bombe, je m'approche et le contourne discrètement pour venir me planquer derrière le réservoir. Lorsqu'il décide de faire un tour tel un prisonnier tournant autour du seul poteau de la cour de la prison, je le réceptionne d'un grand coup de la surface aplatie de ma batte dans la tronche. Son nez craque sur le coup et le type s'effondre, sonné. En voyant la scène, Alex me rejoint et s'occupe de placer la partie aimantée sur le réservoir, j'espère que leur bricolage va marcher.

En un instant, le feu embrase le ciel un peu plus loin, Logan nous a prévenu pour la deuxième équipe, ça doit être notre tour.

- Ok Alex on se bouge !

Elle court se planquer derrière une voiture, je suis sur ses talons. On se regarde un instant avant qu'elle ne déclenche le détonateur. Un bruit assourdissant retenti et la lumière envahit la totalité de la rue, nous laissant voir comme en plein jour l'espace d'un instant.

- Le camion ne devrait pas tarder à passer, on devrait rejoindre Cale.

C'est qui Cale ? Ça fait beaucoup trop de noms à retenir ça ! Bon tant pis, je le suis en espérant retrouver les membres du groupe de Logan assez rapidement pour mériter mon électricité.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 161
Points : 715
Date d'inscription : 02/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Expert en armement
Cale Walker
Matricule n°001
Expert en armement
Mer 17 Mai - 21:59

La journée fut longue. Sûrement l'une des plus longues de la vie du Walker. Ce soir, il allait pouvoir récupérer sa fille tout en faisant tomber un homme des plus odieux de Détroit. Pour ce faire, quoi de mieux qu'un jeu d'alliance entre deux groupes ? Ils avaient bien délimité le plan, chacun savait ce qu'il avait à faire cette nuit. Cale passa sa matinée au dehors de l'enceinte du laboratoire, son but avant midi était de récupérer suffisamment de marcheurs pour les envoyer tout droit dans le campement de Generals Motor. Des marcheurs, des flammes, quoi de mieux pour semer le chaos ? Sa corde sur l'épaule, le Walker traînait au sol petit à petit les pauvres bâtards qu'il s'empressait d'enfermer dans son fourgon. Chose, faite, il pouvait passer à la deuxième moitié de sa journée. La vérification de chacune des armes de tous les membres participants à cette battue.

La nuit tombait lentement sur le ciel étoilé de Détroit, ce soir, d'autres personnes rejoindront les étoiles. Équipant son nouveau gilet de munitions, Cale y rangea les différents chargeurs de sa KAC PDW. Tout était fin prêt. Le coude posé sur la fenêtre du truck, l'ancien biker roulait en direction du point de rendez vous. Il semblait perdu dans ses pensées, sa fille. C'était actuellement tout ce qui comptait pour lui, s'il le fallait, il se laisserait tomber au combat pour la retrouver saine et sauve. Lorsqu'il arriva à destination, après un dernier briefing, il regarda de loin les unités au sol se déplacer. Les mains fixées sur le volant du véhicule, il savait très bien qu'une fois la brèche ouverte, il avait quelques secondes pour libérer les morts du fourgon, et être prêt au combat. Une première explosion. C'est le signal. Appuyant sur l’accélérateur en direction du trou béant, Cale plissa les yeux lorsque les premières flammes passèrent au dessus de son véhicule. A quelques mètres de l'ouverture, crissement des pneus, réalisant un joli petit dérapage grâce au frein à main, Cale réussit alors à positionner le truck de manière à ce que les marcheurs sortent face aux punishers.

Se précipitant pour sortir de son véhicule, il se hâta à l'arrière pour ouvrir les portes, le grognement des morts lui rendit alors la gorge nouée. En faisant ça, il savait qu'il y avait un risque pour que sa fille tombe sur peut être l'un d'entre eux. Portes ouvertes, il courra alors à l'avant du véhicule se mettre à couvert. De la, il détacha son fusil de son sac à dos, détracta la crosse de manière à épauler, puis chargea son chargeur. Il posa son regard au loin, cherchant Charlie qui couvrait Cale avec son fusil à lunette. Certains coups de feu commençaient à retentir à travers l'enceinte du bâtiment, ils devaient sûrement déjà être occupés avec nos amis les marcheurs. Profitant de ce moment de distraction, il sortait de son couvert quelques secondes pour mettre en joue une des cibles qu'il voyait entre fumée et flammes. Ni une, ni deux il fit feu. L'homme venait de tomber raide au sol, c'en était terminé de lui. Un de moins. Il se replaça à couvert, portant son regard à ses coéquipiers. « Bon, on attend que les snipers fassent le taff, et on rentre. N'oubliez pas, personne ne sort la tête, avancez toujours à couvert, ce soir, les pertes se font de leur côté. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 398
Points : 790
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Mer 17 Mai - 22:47

La nuit venait de jeter son voile sur la grande ville abandonnée des dieux. Pour Riley et ses hommes, il s'agissait simplement d'une nuit parmi tant d'autres, un moment de quiétude dans l'enceinte du Q.G. après plusieurs jours passés à parcourir la région de long en large. La blonde se trouvait dans la ligne d'assemblage A, un grand bâtiment d'acier et de béton qui servait maintenant de logement pour une bonne partie des troupes du fossoyeur. Fidèle à ses habitudes, elle n'arrivait pas à trouver le sommeil et tentait de faire passer la nuit du mieux qu'elle le pouvait. Ce soir, la grande salle commune lui servait de refuge, un endroit qu'elle partageait présentement avec d'autres âmes perdues, trois gars de son équipe qui pour une raison ou une autre, préféraient rester debout.

Dans un coin de la pièce, au bout d'une grande table en acier inoxydable, l'Irlandaise s'affairait à nettoyer chaque pièce de son fusil d'assaut avec une incroyable minutie. De temps à autre, elle lâchait son torchon pour prendre une bouffée de cigarette, puis déposait cette dernière sur le bord d'un cendrier surchargé avant de reprendre son inlassable récurage.

♫ Time is on my side, yes it is. ♫

C'était une chanson des Rolling Stones, ruminée par le Ipod de Jacobs. Le jeune homme arborant la crête iroquoise était étendu dans un sofa et feuilletait un vieux playboy tout en fumant son minuscule pétard. Accroché au mur, un large téléviseur réglé sur mute faisait jouer un film d'action des années 90 sans que personne n'y prête vraiment attention.

" Non mais tu veux rire... les Steelers n'arrivent pas à la cheville des Cowboys! "

Hernandez et Weiss étaient assis à l'autre bout de la grande table... Les deux hommes qui avaient entamé une bouteille de scotch se retrouvaient maintenant en plein débat sportif. La partie de cartes qu'ils avaient commencée il y a une demi-heure semblait s'être figée dans le temps, suspendue pour laisser place à une discussion sans issue.

♫ Go ahead baby, go ahead, go ahead and light up the town!
And baby, do anything your heart desires ♫


Riley ne pensait pas vraiment à grand-chose, son esprit était un abysse cherchant désespérément un peu de repos, mais son corps refusait tout simplement de lui faire cette fleur. Dans quelques heures, au lever du soleil, peut-être lui accorderait-il un bref moment de répit mais d'ici là, elle ne pouvait rien faire d'autre qu'attendre.

Au moment où l'Ipod de Jacobs entama un nouveau morceau, un homme fit son apparition dans le hall. Il s'agissait d'une sentinelle, un grand gaillard à la mine fatiguée qui venait probablement de finir son tour de garde. Sans dire un mot, l'homme déposa son fusil avant de s'enfoncer dans un fauteuil, s'endormant presque instantanément. Riley l'observa un moment, envieuse. Bien entendu, elle aurait pu se saouler la gueule et dormir comme une brique, mais elle tenait à garder toute sa tête... Demain à la première heure, elle devait rencontrer le boss pour son débriefing.

" Tu peux toujours causer mais les faits sont là... Vingts victoires d'affilée de 1966 à ... "

Une violente explosion, tout près, venait de couper la parole à Weiss. Les os du bâtiment avaient résonné jusqu'à la moelle... la pièce avait été soudainement coupée de son alimentation électrique, son éclairage remplacé par une vive lueur ardente qui s'infiltrait par les lucarnes. Le garde qui venait de s'assoupir s'était réveillé en sursaut, s'empressant d'attraper son fusil et de quitter la pièce au pas de course. Les autres occupants du hall restèrent figés pendant quelques secondes, s'échangeant des regards inquiets alors que "Ring of Fire" de Johnny Cash jouait en arrière-fond. La seconde explosion, encore plus violente, eue pour effet de les tirer de leur inaction tel un coup de poing en pleine gueule.

Riley réassembla son fusil d'assaut au quart de tour avant d'enfiler son parka, puis elle ordonna à ses hommes de défendre l'entrée du bâtiment alors qu'elle fonçait aux dortoirs chercher les autres. Alors qu'elle traversait le long couloir de la ligne d'assemblages, elle en profita pour gober une capsule de méthédrine, croquant cette dernière dans l'espoir d'obtenir l'effet désiré plus rapidement. Elle ne pouvait s'empêcher de penser à ce que Lyuba lui avait dit, qu'une attaque était inévitable... La russe avait peut-être eu une prémonition, ou elle savait qu'un assaut se préparait depuis le début. Dehors, les premiers coups de feu crépitaient déjà. Il n'y avait plus une seconde à perdre.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1592
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Jeu 18 Mai - 4:01


Le vétéran était étendu au sol, la jambe droite replié pour assurer le maximum de stabilité pour la position du tireur allongé. Le visage découper à la serpe n’était qu’un masque d’intransigeance et son regard océanique d’une froideur comparable à la mer de Norvège. William regardait les sentinelles du groupe ennemies évoluer durant leur ronde, hommes insouciants et ignorants que la Faucheuse allait prochainement cueillir son dû sur leur cadavre trouer de balles. Le télescope de la M24A3 posait sa croix mortelle sur chaque cible, détaillant l’individu de par son habillement et sa physiologie corporelle. Mais le cowboy recherchait avec avidité deux cibles, ses cibles prioritaires. Deux blondes qui avaient abattus la majorité de son groupe. Qui avait déchiqueter son cœur par une slave de projectile fatal celle qui comptait le plus dans sa vie. Grâce à ses deux femmes, l’une rachitique avec des tâches de rousseurs et la pute du chef ennemie, le fringant homme au sourire étincelant n’était qu’une ombre. Un automate devenu livide par les privations de sommeil et le strict minimum de nourriture pour lui permettre d’être opérationnel. Il fumait, buvait le soir pour essayer d’oublier la souffrance qui lézardait son âme. Maureen n’était plus, la raison de se battre et d’espérer un monde meilleur pour William venait de sombrer dans les tourmentes du chagrin inconsolable. L’ingénieur de combat ne vivait que maintenant pour trucider à grand renfort d’ogive 7,62 × 51 mm OTAN les meurtrières de la rouquine. Ensuite le blondinet avait décidé qu’il allait planter le canon de son arme de poing dans sa bouche et appuyer sur la gâchette pour rejoindre son étoile et vivre leur idylle pour l’éternité.

Une communication dans l’oreillette du radio vint perturber les idées noires de l’homme camouflé dans les débris d’une tour de bureau à 400 mètres des murailles. À demi de la portée pratique de l’arme de précision. L’autre rescapé, un lieutenant, donna des spécifications comme la vitesse du vent et quelle cible était à éliminer en priorité.

William- Cowboy bien reçu. En attente du feu d’artifice pour commencer à allumer les pantins du Joker.

Voyant l’étoile qu’il avait offerte à sa Valkyrie à la chevelure de feu à sa fête, une larme solitaire roula sur la joue amaigrie du Texan. Une simple pensée fit alors surface dans son subconscient.

Maureen mon étoile… Je t’aimerais toujours et bientôt nous serons de nouveau réunis… Mais avant aide-moi en plaçant dans ma ligne de mire les salopes qui nous ont séparés si cruellement.

Les explosions ressemblèrent à des novas qui venaient de chuter sur le sol. Aussitôt les deux tireurs entrèrent en action, éliminant les sentinelles abasourdis. Après ce premier ménage, William allait se concentrer sur ses cibles prioritaires, aidant au besoin les assaillants dans le besoin. Une pensée fugace vint alors dans l’esprit du soldat alors qu’il tirait le verrou d’un mouvement sec pour éjecter une douille de la M24A3. Que tous les envahisseurs avaient pris la peine d’écouter les vétérans et de mettre un symbole visible de leur allégeance pour éviter de recevoir un tir ami. Le Texan connaissait à peine les membres du groupe de Logan et aucun du groupe allié…

_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 122
Points : 496
Date d'inscription : 05/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Iris Walker
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Sam 20 Mai - 2:09

Iris s'était isolée, dans un coin au milieu des canalisations. Elle venait ici souvent, quand elle avait besoin de ne plus voir les autres membres du groupe. L'adolescente n'arrivait pas à dormir, et les bruits qui montait de la salle commune n'arrangeait rien. Elle jouait avec le médiator accroché à son cou, le faisant rouler entre ses doigts. Elle n'arrivait pas à sortir son père de sa tête, encore moins leur séparation violente d'il y a quelques semaines. Elle entendait encore sa voix alors que les hommes de Bruce la prenait.

«  Putain Bruce. Crois moi. Si tu me retires ma fille une autre fois, je te traquerais. »

Elle se couchait chaque soir en espérant que son père serait là au matin. Il était tout ce qu'il lui restait. Des bruits venait de la salle commune, une chanson. The Ring Of Fire. Elle sentait que ses larmes auraient pu couler, mais elle se retint. Une première explosion l’interrompit violemment.

Le bruit vrilla ses tympans, et elle plaqua ses mains sur ses oreilles. Elle essaya de faire le vide dans sa tête, et de comprendre ce qui se passait. Même si elle avait été tenue à l'écart, elle s'était bien rendue compte que quelque chose n'allait pas ces derniers temps. La tension n'avait pas arrêtée de monter, et beaucoup avait disparu. Les attaques contre d'autres groupes s'étaient multipliées, et le nom du fantôme avait recommencé à courir sur toutes les lèvres. À la seconde explosion, elle se redressa pour retourner à son dortoir.

Elle devait prendre ses armes, et essayer d'être sûre de ce qui se passait. D'abord on trouve un plan, ensuite on réagit, c'était ainsi que les choses fonctionnaient chez les Walker. En arrivant dans la salle commune, Iris compris que les choses avait vraiment dérapé. Des hommes sortis à peine du lit, armés jusqu'au dent qui se préparait à une attaque. L'adolescente traversa la pièce au plus vite, et continua de courir jusqu'au dortoir. À peine arrivée à son lit, elle plongea son bras en dessous, et en remonta sa AK-74. En soulevant son oreiller, elle en sortit son couteau papillon, et le cala dans sa poche.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4206
Points : 4232
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Mai - 19:11

Ils y étaient, enfin. Il y avait toutes les chances pour que cette nuit se termine plutôt mal, malgré ses efforts, Logan n'avait réussi à rassembler qu'une vingtaine de personnes et ils n'étaient pas aussi bien armés que leurs adversaires. Pourtant, caché derrière des carcasses de voitures à observer l'usine General Motors prendre feu, le barbu ne ressentait aucune appréhension. Il avait attendu ça pendant des mois, il en avait rêvé, il s'y était préparé. Il allait tuer Bruce. Ce soir.

Malheureusement, avant d'arriver à ce grand moment, il fallait encore atteindre son ennemi et pour ça, il se força à se concentrer sur ce qui se passait de l'autre côté de la grille entourant l'usine. Les deux bombes avaient explosé dans un vacarme qui attirerait sûrement tous les cadavres du coin, mais tant pis. Quelques secondes plus tard, les premiers coups de feu se firent entendre. Logan laissa passer quelques minutes, pour donner le temps à ses hommes de les débarrasser d'un maximum d'adversaires. Il gardait les yeux rivés sur sa montre, comptant les secondes et enfin, après trois minutes, il se redressa et se tourna vers le reste des attaquants. « Très bien, souvenez-vous : aucun prisonnier. Et Bruce est pour moi. » Cette idée l'excitait peut-être un peu trop, mais qu'importe. Il resserra ses doigts autour du manche de son khukuri et fit face à l'usine en flammes. « Allons-y. »

Joignant le geste à la parole, Logan ouvrit la marche, se frayant un chemin entre les voitures pour rejoindre le lieu de la bataille. À l'intérieur, c'était l'apocalypse une fois de plus, les habitants de l'usine couraient dans tous les sens, armes au poing pour certains, encore hagards du sommeil qu'on venait de les forcer à abandonner pour d'autres. Et tout au fond, le mur contre lequel se trouvaient autrefois les deux réservoirs d'essence, n'était plus qu'un trou béant rongé par les flammes, d'où entraient des cadavres transformés en véritables torches sur pieds. Quelques uns des hommes de Bruce gâchaient déjà leurs munitions à essayer de retenir le flot des rôdeurs enflammés. C'était un véritable chaos, dont Logan aurait aimé se satisfaire quelques secondes, mais ils avaient été repérés à une vitesse folle et à peine entrés, plusieurs sbires se jetèrent sur eux. Et vu l'homme avec lequel Logan se débattait en ce moment, ça n'allait pas être une mince affaire que de s'en sortir. Il était quand même rassuré par un point : il ne restait plus tellement de combattants dans les rangs de Bruce. L'air de rien, passer les six derniers mois à s'attaquer à tout le monde avait considérablement réduit les troupes du Fossoyeur.

Hélas, il ne voyait Bruce nul part, mais n'arrivait pas à s'empêcher de continuer à le chercher autour de lui, ce qui lui valut de se prendre quelques coups pour rien. Cet enfoiré ne pouvait pas être encore au chaud dans son lit après leur entrée fracassante, il devait donc se planquer en attendant que ça se calme. Cette simple idée mettait Logan hors de lui. Que lâche. Il évita un nouveau coup en plein visage et se décida enfin à rendre ce qu'on lui donnait, mettant toute sa rage pour en finir avec son premier adversaire.

_________________


Makau mea naʻaupō. Pela ka mihi nui ihola
Keep calm and let Logan handle it
Mes Awards **:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 695
Points : 672
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Mai - 10:03


Mad World
INTRIGUE


Durant de longs jours, Fort Hope s'était préparé. La quiétude du groupe s'était vue chamboulée, afin de se tenir prêt pour ce qui allait suivre : La guerre. D'une main de fer, Logan avait achevé les préparatifs, entre excursions, dialogues, mise à plat de stratégies. Et aujourd'hui, s'était le grand jour. Alors que le ciel revêtait toujours son habit bleu sombre, l'Islandais fixait le sol du camion, ballotté par de régulières secousses. Comme les autres, il allait faire couler le sang. Le plus possible. Car le but n'était plus de se défendre, de faire face, mais d'anéantir. Tout simplement. Les Punishers avaient joué à un jeu auquel ils se croyaient rois. Et dans quelques heures, ils allaient découvrir que leur place n'était plus parmi les vivants.

Une fois l'armée sur les lieux du combat, les premières phases du plan se déroulent à merveille. Les poseurs de bombes semblent atteindre leur but, puisque les détonations de tardent pas à retentir. Un sourire se dessine sur le visage encore immaculé du Nordien. Les salauds. Ils doivent certainement penser qu'ils n'ont encore affaire qu'à une petite attaque. Comme pour affirmer le contraire, les premiers chants de mitrailles suivirent. Immobiles, le groupe de combattants observait en silence le début de la destruction du campement General Motors. Logan rappela alors ses conditions, avant d'ouvrir la marche. Bien. S'était à leur tour de faire leur entrée. Armes en main, Lïnko esquissa un tour d'épée impatient, avant de suivre ses traces. En découvrant le chaos qui régnait déjà, l'excitation de la bataille monta encore d'un cran.

Avisant un groupe un peu dispersé de survivants ennemis qui se débattaient avec des cadavres en flammes, Ice s'avança tranquillement, paré à éliminer toute forme d'espoir de leurs coeurs venimeux. Suffisamment repéré, il brandit hache et épée, poussa un cri de rage, et entama ce à quoi il s'était préparé toute la journée : l'anéantissement. Parant un premier coup d'un revers d'épée, il se baissa du même temps pour enfoncer sa hache au dessus du genou de son adversaire, qui s'affaissa dans un cri. Maintenant destiné à finir en sandwich à zombies, le barbare lui assena un bon coup de pied au niveau de la pomme d'Adam avant de s'intéresser à la seconde combattante qui avait au moins l'avantage d'être confortablement armée. Ignorant l'un de ses principes fondamentaux consistant à ne pas blesser les femmes, Lïnko lança un assaut maîtrisé, gardant un oeil sur les silhouettes flambantes, qui s'intéressaient grandement au bruyant carnage qui se déroulait.


© BLACK PUMPKIN

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1916
Points : 1595
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Mai - 10:31

J’avais mis mon blouson Punisher et d’un regard j’avais dissuadé tout le monde de me poser la moindre question sur ce choix. J’avais religieusement donner les plans du camp, avec toutes la précisions qui était mienne quand il s’agissait de faire des plans minutieux. C’était moi qui avait érigé ces putains de palissades, je savais où était l’essence et j’avais suffisamment bossé sur ce qui aurait dû être mon empire pour que la tache soit facilitée aux assaillants.

J’avais été le fils parfait et repentant depuis mon retour à Fort Hope. Logan n’avait pas su me dire non pour que je l’accompagne. Mais voilà, c’était à moi d’en finir avec Bruce, pas à lui, et pas seulement parce que sa femme lui pardonnerait jamais. Aussi, j’avais volontairement omis deux détails, le premier, c’était moi qui l’avait aménagé pour que si ça tourne au vinaigre on puisse se barrer avec Ava et Harvey. La palissade derrière le poulailler était coulissante. Offrant une porte de sortie royale au regard du piège mortel fait par Logan et les siens.

Ensuite, j’avais volontairement indiqué l’infirmerie à Logan en tant que bureau de Bruce. Le temps qu’il comprenne et qu’il trouve la planque du Fossoyeur, j’en aurai fini avec lui. Dès que la première bombe éclata, la charge commença, après deux flèches, je m’éclipsais de la mêlée aussi discrètement que le voleur que j’avais toujours été.

Sans hésitation, j’étais entré dans la bâtiment des officiers arpentant le couloir menant à l’antre du lion. Le loup était venu le défier. Je croisais quelques Punishers paniqués qui restèrent a me regarder avec de grand yeux :

« Robin ? Tu es vivant ? Tu es venu nous sauver ? »


Je m’étais contenté de leur dire ce qu’ils voulaient entendre et de leur donner des ordres débiles qui allaientt plus foutre la merde qu’autre chose dans leur rang. Qu’ils aillent tous crever en enfer. Je n’étais pas là pour eux. Le pire c’est que ces crétins avaient vraiment l’air contents de me voir. Les cons. Il n’y avait pas à douter que, très vite, ils allaient se dire que Robin était revenu d’entre les morts pour buter le Fantôme. Sauf que ce n’est pas le Fantôme ma cible.

En route, j’ai croisé Boris. Il avait peur, ça se voyait, il était content de me voir et il ne savait pas comment me dire pour Avalhon. Je l’ai coupé pour lui dire, discrètement et sèchement, comment fuir par le poulailler. Je l’ai encouragé à se barrer vite, sans son blouson et avec Evah s’il la croisait. J’espère qu’il a capté et qu’il va y arriver.

Voilà comment je suis arrivé devant la porte de la tanière du Lion que j’ouvre d’un coup de pied. Bruce est assis son bureau et semble m’attendre. Je rentre dans cette pièce remplie de d’objets ridicules que Bruce collectionne. Je referme la porte derrière moi, ce qui se passe dehors n’est pas mon combat, le mien est ici.

« Et bien fils, il faudrait croire que tu as fini par retrouver le chemin de la maison, on t’a cru mort tu sais… »

Je le regarde, il a son visage souriant et amicale, mais je ne m’y trompe pas, c’est le même ton qu’il donne à ses victimes avant de les tuer. D’ailleurs, Gertrude est bien trop proche de sa main. Je reste silencieux à le regarder. Il finit par rire nerveusement. Un des défauts de Bruce, il n’aime pas les silences. Il se met à me regarder avec haine et à se lever en faisant les cents pas, Gertrude à la main, un relover dans l’autre. Il sait… il a deviné.

« Comment tu as pu me trahir !!! Je t’avais tout donné ! Tout ! Il t’a promis quoi le Fantôme ? Qu’est ce qu’il a pu te dire pour te détourner de moi, de nous, de ta famille ! »


Il a vraiment l’air de m’en vouloir mais je ne me leurre pas en voyant sa main se serrer sur Gertrude, il est juste en train de faire une de ses petites mises en scènes sadiques avant la mise à mort.
C'est ma chance, s’il se sert du flingue je ne peux rien y faire.

« J’avais déjà une famille ! »

Bouillant de rage en pensant à Eulalie, Juliet, Avalohn et Logan, je lui bondis dessus avant qu’il n’est le temps de tirer ou de se servir de Gertrude. Il n’a pas l’habitude qu’on abrège ses monologues. Commence alors un corps à corps durant lequel je n’ai plus une pensée pour ceux qui se battent dehors.

_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 194
Points : 413
Date d'inscription : 21/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 2:07



Punisher vs Alliance


Jordan se trouvait avec le groupe qui avait décider de mettre un terme au punisher et c'est pourquoi, il se trouvait tout près de Logan qui menait le groupe. Regardant de son oeil gauche en direction de l'usine où se trouvait les membres des punishers, Jordan vit les flammes et sourit, il ne savait aps combien de gens avaient survécu à l'intérieur, mais il ne comptait pas en laisser en vie. Après quelques secondes de silence caché derrière une carcasse de voiture, le jeune entendit l'homme qui dirigeait son groupe et regarda les gens présent qui était venu pour aider à détruire ce groupe qui avait tenter de tous les anéantir. Quand Logan se mit en marche vers l'usine, l'adolescent se leva à son tour et il suivit Logan en tenant son fusil à pompe Marlin et quand il entra à l'intérieur, il vit que le chaos était total, des gens tiraient sur des morts et il voyait des morts manger des vivants.

Une fois à l'intérieur, l'adolescent ne pensait cas une chose, s'il était là c'était pour que ce monde soit plus sûr pour Ben, il voulait aussi montrer qu'il pouvait être utile et c'est pourquoi, il était là. Quand il vit un soldat de Bruce se préparer à tirer sur Logan, le jeune charga son arme et tira sur l'homme avant qu'il ne puisse tirer sur Logan. S'avançant en regardant les pièces qui se trouvait sur sa route, Jordan voulait s'assurer qu'il ne serait pas attaquer, mais en même temps, comme il se trouvait sur le territoire ennemi, il ne savait pas ce qui pouvait bien arriver. Après quelques secondes, il tomba sur un homme qui le poussa contre un mur. Faisant tomber son arme, Jordan tenta de se débarasser de l'homme, mais ce dernier semblait plus fort que lui, alors il fini par prendre son couteau de chasse et transperça le ventre de ce dernier.

Quand l'homme tomba au sol, Jordan reprit son arme qui se trouvait sur le sol et tira sur un rôdeurs enflammée qui venait dans sa direction, puis il regarda les autres de son groupe qui entrait. N'attendant pas, il décida de continuer, s'ils étaient venu dans ce lieu c'était pour en finir, donc il n'attendrait pas que tout le monde le suive, il allait prendre sa propre direction. Il entra donc dans une pièce et vit un homme qui se faisait attaquer par un rôdeur, ce dernier semblait être capable de se débarasser du rôdeurs, mais il restait près de lui et suppliait Jordan de l'aider. L'adolescent tira sur le mort, puis quand l'homme le regarda, Jordan n'hésita pas et tira sur ce dernier. La fin des punisher était venu.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 516
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Samara Gibson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 8 Juin - 18:53

L'attaque est lancée et plein de visages que je ne reconnais pas forcément sortent de l'ombre pour foncer sur l'ouverture nouvellement créée. Mais à l'intérieur, c'est pas la même ambiance. En fait, ça refroidi d'entrer dans un endroit où il y a plus de sang que de peinture sur les murs et sur le coup, j'ai encore du mal à voir pourquoi ces gens s'acharnent à se point contre les punishers. Mais on est nombreux ! La vache !

En quelques instants, l'entrée est envahie et je me retrouve dans le peloton de tête sans trop l'avoir demandé. Je me dirige vers un type avec un fusil et l'air de savoir s'en servir pour me plaindre, n'ayant pas Logan ou Ice sous le main pour le faire.

- Par où je dois aller ? Je trouve plus mon chef !

Même Alex a disparu dans la mêlée et lorsque je perd espoir d'avoir une conversation intéressante avec ce type, je file par un couloir en espérant trouver les gens de mon camp. Une porte de l'autre côté s'ouvre et une bande de type en blouson en cuir noirs commence à en sortir.

- Yaaaaaaaaaaaah !

En visant la porte, je presse la gâchette de mon fusil pour envoyer un déluge de balles sur l'entrée. Et puis la réplique arrive et malgré les corps allongés dans l'encadrement de porte, les types ne se laissent pas faire et quand des morceaux de mur commencent à voler devant moi, je prends mes jambes à mon cou pour revenir vers le type au fusil, la main libre s'agitant en l'air pour attirer son attention.

- Aaaaaaaaah au secours !!

Je pensais pas courir si vite dans le sens inverse et on pourrait presque croire que je vole tellement les petits bonds que fais au dessus des corps et des meubles renversés sont fluides. Ça c'est sûr, je suis plus douée à la fuite qu'au combat...
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 161
Points : 715
Date d'inscription : 02/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Expert en armement
Cale Walker
Matricule n°001
Expert en armement
Ven 9 Juin - 15:02

Des choses explosent, des tirs s'échangent. Recroquevillé derrière un mur, Le Walker essaie tant bien que mal de se fier aux sons qui l'entourent. Si il avait bien appris une chose durant sa vie, c'est que lors d'une attaque, celui qui entend est  bien souvent celui qui s'en sort vivant. Ou alors celui qui a la plus grande puissance de feu. Au choix. Il ferme les yeux quelques secondes, il tente de faire le vide autour de lui. Des bruits de pas viennent de derrière le mur où le survivant se trouve. Il ouvre ses yeux, il tient fermement laisse son fusil à sa poitrine, tenant grâce à la sangle de ce dernier. Il se prépare. Il jette un regard sur le sol. Les flammes provoquées par l'explosion lui permettent de suivre la progression du Punisher. Il attend le bon moment. D'un geste rapide, il saisit le bras du survivant, le tire vers lui, d'un coup de poing rapide dans la gorge, il relâche le pauvre bâtard avant de le laisser s'écrouler au sol. De là, il récupère son fusil entre les mains. L'homme au sol se retourne, la dernière chose qu'il verra, c'est le fusil de Cale sur son front. Comment ça, il ne faut pas abattre les personnes au sol ? Désolé, cette loi marche avec les fédéraux ou les militaires, Cale n'est aucun des deux. « Désolé mon pote, mauvais camp. » Il presse la détente, libérant la balle avant que cette dernière ne se loge dans le crâne du Punisher.

Des gestes en sa direction attire son attention. Putain, mais qui pouvait bien s'amuser à faire des signes de main durant une attaque. Au départ, il n'y prête pas attention. Il garde ses yeux rivés sur les morts avançant dans les défenses ennemies.
Les gestes se font de plus en plus insistants. De la, il comprend qu'il y a un soucis. Il regarde la scène, une femme, « Mais putain elle fou quoi elle ? » Il se concentre, il la voit courir par dessus les corps, elle vient à lui, les balles lui collent au derrière. Le Walker ronchonne. Le combat se fait dans l'autre sens bordel. Il tente de prendre un couvert, s'agenouille pour plus de précision et commence à regarder à travers la mire de son fusil. Il voit enfin l'homme qui tire ses cartouches comme un dératé. Ça tombe bien qu'il soit concentré sur cette fille. Le Walker aligne les mires, retient quelques secondes sa respiration et tire une salve de deux balles qui viennent rapidement se loger respectivement, une dans la gorge, la seconde dans la mâchoire. Si il ne mourait pas de suite, il se viderait de son sang progressivement.Lorsque la femme arrive à hauteur du Walker, il la fait se baisser pour qu'elle puisse se cacher derrière le mur. « Putain mais tu te fous de moi ?! Ca te prend souvent de courir à travers des balles comme ça en pleine fusillade ? Bordel.. Bon, conseil numéro un, repère ton environnement. T'as des flammes autour de toi, il fait nuit, sers toi en pour capter l'ombre des gars qui approchent. T'auras l'avantage. » Il marque une pause de quelques secondes. « Ok , tu vois ce garage la bas ? Couvre moi, tu t'occupe des gars face à moi, moi je traverse les marcheurs ! Prête ?! » Il passa son fusil dans son dos, sortant son 1911 dans sa main droite et son couteau dans la main gauche. La, il fallait de la rapidité, et vu qu'il allait rencontrer des marcheurs en route, valait mieux être adroit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 398
Points : 790
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Sam 10 Juin - 0:51

Dans la chaleur toute relative des dortoirs, une nervosité collective flottait dans l'air alors que le bruit des armes automatiques résonnait en arrière-fond. Elle avait attroupé ses hommes, vociférant ses ordres avec cet accent des Îles britanniques qui lui était propre. Sur les treize quidams, onze avaient déjà été réveillés par les explosions, les deux autres étaient toujours au pieu, complètement bourrés. Quelques coups de pied dans les côtes suffirent à les réanimer. Au moment de quitter, la blonde repéra une jeune femme qui se préparait. La juvénile guerrière ne devait pas avoir plus de seize ans. Entre ses doigts blancs et fins, le kalashnikov chambré en 5,45 semblait démesurément long.

" Alors gamine, tu viens? "

Dans la cour régnait un véritable bordel... ces enfoirés avaient bien réussi leur coup. La vision était celle de l'apocalypse la plus totale. Sur sa gauche, un mur de flammes d'où s'échappait une multitude de silhouettes embrasées, marchant inexorablement vers une mort certaine et définitive. Sur sa droite, une mêlée générale où une vingtaine d'hommes s'entretuaient dans une bataille brutale et sanglante. Un flashback, une image vive et brève d'un moment passé perturba l'esprit de la blonde... une petite ville au sud de l'Irlande, où une centaine de civils furent passés au lance-flammes.

Elle avait aussitôt épaulé son arme, déchargeant une succession de rafales en direction des attaquants. Deux ennemis croulèrent sous ses balles... dans l'émeute, impossible d'engager d'autres cibles sans risquer de blesser les siens. Le corps-à-corps qui se déroulait sous ses yeux semblait pencher en la faveur des attaquants. Son attention se porta sur un grand barbu qui charcutait ses adversaires avec une aisance malsaine. Pas très loin, un gamin éborgné poignardait un type. Des coups de feu en provenance du bâtiment C lui indiquaient qu'une fusillade faisait rage à une centaine de mètres de sa position. Dans la cohue, la plupart de ses hommes s'étaient dispersés de part et d'autre du champ de bataille. Ne sachant plus où donner de la tête, l'Irlandaise posa son regard sur Jacobs qui se démenait à plomber les charognards qui marchaient vers eux.

" Faut rejoindre le boss! Rassemble les autres et ... "

Une effusion de sang barbouilla le visage de la blonde alors que devant elle, la tête de Jacobs venait d'exploser comme une pastèque sous l'impact d'un unique projectile. " SNIPER!!! " Elle s'était mise à couvert derrière un muret de ciment, au moment où une seconde balle fendait l'air à l'endroit exact où elle se trouvait. Son premier réflexe fut de dégoupiller une grenade fumigène et de la larguer à ses pieds. Alors qu'un épais nuage de fumée blanche prenait de l'expansion tout autour d'elle, et lança une missive à l'intention de ceux qui se trouvaient encore à ses côtés.

" On se replie! Au bureau du boss, tout de suite! "

Elle se faufila à travers le nuage protecteur en direction des bâtiments administratifs... pour ce faire, elle devait traverser le site en empruntant la zone de déchargement et les stationnements. Dans l’épais brouillard artificiel, de funestes ombres dévorées par les flammes jaillissant de toutes parts. Elle fit feu, encore et encore, avant de tomber nez à nez avec le fils de Thor en personne... un grand type aux allures de Viking, brandissant une épée et une hache. Son regard de feu semblait survolté par la violence des combats. Lorsqu'il fonça sur elle, elle leva son arme pour tirer, mais sa dernière balle avait déjà trouvé preneur dans le crâne d'un mordeur. En un éclair, elle se rabattit sur le tomahawk à sa ceinture et le lança en direction de son assaillant, avant de disparaître dans la cloison de fumée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 745
Points : 1592
Date d'inscription : 01/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cowboy & Gentleman
William Ward
Matricule n°001
Cowboy & Gentleman
Sam 10 Juin - 20:32

William n’était pas à ce qu’on dire un meurtrier, un assassin ou bien un soldat de fortune. Le cowboy était plus un humaniste, un être qui aidait son prochain sans se soucier de lui-même. C’était pour cela qu’il avait choisi le corps des ingénieurs de combat. Construire, aider les gens dans le besoin. Mais maintenant que Maureen lui avait arraché de manière si brutale pour une raison ridicule à souhait, le vétéran était devenu celui qu’il haïssait le plus. Alignant la croix du télescope sur les membres du groupe ennemie, ceux qui était venu assassiner des gens de bien pour absolument rien à part satisfaire un orgueil mal placé, l’index du militaire caressait la gâchette de sa maitresse meurtrière. À chaque insufflation le sergent stabilisait sa mire, expiration il bloquait l’air à moitié dans ses poumons et une puissante détonation résonnait. Une nouvelle vie était rayée du grand échiquier de la vie par une simple crispation d’un doigt. Calmement, le ton lent et trainant du texan annonçait le résultat de son tir.

William- Cible sur le toit abattu. Je prends le groupe de trois qui vient de sortir. Cowboy terminé.

Calmement le talentueux tireur fit de nouveau son prodige alors d’une tête d’un Punisher se désintégra sous la puissante ogive de calibre .308. Tirant de nouveau le levier d’armement vers l’arrière pour y déloger la cartouche vide, le regard océanique du cowboy s’illumina. Avant il était mécanique, morne et vide comme sa soif de vivre. Mais à la vue de la rachitique blonde au visage constellé de taches de rousseurs, une cicatrice sur sa pommette. Elle avait même en mains l’arme qui avait tué la rouquine qui avait partagé ses rêves, son cœur et son lit. Une rage froide, annonciateur de la mort de l’un ou de l’autre, s’empara du vétéran. Il ordonna sèchement alors dans la radio un ordre vindicatif.

William- Blonde et tâche de rousseurs. Elle est à moi les gars. Cowboy terminé.

Il attendit alors que sa cible prioritaire se découvre, mais la maligne femme dégoupilla un fumigène pour priver le vieux soldat de la ligne de tir parfait pour lui faire éclater la tête. Jurant entre ses dents d’une blancheur étincellent, l’ingénieur de combat se releva subitement de son poste de tir. Passant son index sur le pendentif de la rousse, il implora son étoile de l’aider à traquer sa meurtrière. De nouveau il actionna l’interrupteur la radio pour syntoniser la fréquence des tireurs embusqués.

William- Ici Cowboy, en déplacement car je n’ai plus aucune ligne de mire. Je vais les prendre de flanc. Cowboy terminé.

Courant comme un dératé, oubliant sa jambe récalcitrante sous l’afflux soudain d’adrénaline, le cowboy pria. Pas pour l’âme de ses victimes ou de ses alliées tomber sur le sol goudronnée de ce champ de combat infernale. Il lança sa supplice aux anges, à Dieu, aux démons ou à Lucifer. Il ne voulait que tuer, trucider et mettre à mal le corps de la blondinette… L'être qui allait lui enlever sa vengeance allait entendre parler du pays.

_________________
Un vieux soldat sait souffrir et se taire sans murmurer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 122
Points : 496
Date d'inscription : 05/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Iris Walker
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 11 Juin - 11:47

« Ouais. »

C’est tout ce qu’elle avait trouvé à répondre à Riley. Elle ne connaissait que très peu la militaire, mais savait qu’elle était loyale à Bruce. L’adolescente aussi, en théorie. Tout dépendait de qui se battait en face. Elle la laissa partir, sans la suivre, et se dirigea vers l’entrée du bâtiment. En courant, elle y déboucha finalement, et se mit immédiatement à couvert.

Une jeune femme surgit soudainement, fusil à la main, pour tirer une rafale dans les hommes de la pièce. Avec un succès mitigé, car la riposte ne se fait pas attendre. Iris ne voulant pas gaspiller de balles, elle laisse faire les autres. Son voisin se lève même pour prendre en chasse cette femme. Décidant qu’elle n’a plus rien à faire ici, Iris se leva pour se rendre plus prêt du champ de bataille. Elle voulait absolument savoir qui les attaquait, espérant secrètement que son père est quelque chose à voir avec ça.

Autour d’elle, c’était l’enfer. Ou le paradis, pour certains psychopathe mordus d’adrénaline dont Iris ne faisait pas partit. Elle se mit un peu à couvert, à bonne distance. Les balles de snipers faisaient des dégâts monumentaux dans les rangs des Punishers, et les combattants aux corps à corps de l’autre camp ne cessait de gagner du terrain. Elle s’arrêta net en reconnaissant l’un d’entre eux. Borgne, cheveux mi-long, c’était Jordan. Qui faisait partit du groupe du Fantôme. Bordel de merde.

Toutes les légendes qu’elle avait entendu était vraie ? Si c’était le cas, ils étaient vraiment dans la merde car il pouvait se changer en ours, ressusciter à volonté et même se téléporter. Ou alors les Punishers avaient une imagination débordante, ce qui était possible aussi. C’était surement un homme, qui avait réussi à fédérer un groupe pour se venger de Bruce, tout simplement.

Finalement, elle décida de rejoindre le garage. Là bas, elle aurait peut-être une change de trouver sa moto et de s’enfuir avant que les choses ne dérapent définitivement. Elle s’y faufila, le plus discrètement possible, alors qu’une grenade fumigène commençait à envahir le champ de bataille, jouant en sa faveur.


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4206
Points : 4232
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 13:34

Aux prises avec les sbires qui lui sautaient dessus, Logan faisait de son mieux pour garder un point de vue sur ce qui se passait à côté et c'était loin d'être facile. Mais de là où il se trouvait, il avait l'impression que tout se passait bien. C'était le chaos, mais ils avaient le dessus. Tout se passait comme prévu, ou presque. Alors que le géant empoignait son agresseur par le col, un mouvement à sa droite le fit détourner le regard, juste à temps pour voir Isha s'enfuir loin du cœur de l'attaque. Mais qu'est-ce qu'il foutait, celui-là ? Ça ne faisait pas partie du plan. Quel emmerdeur ! Un coup au visage ramena Logan à la réalité et il se ré-intéressa à son adversaire assez longtemps pour parvenir enfin à s'en débarrasser d'un coup de khukuri bien senti. Ce fut quand le corps tomba sur le sol que le géant réalisa enfin ce que son charmant fils était en train de lui faire. Petit enfoiré...

Sans hésiter plus longtemps, Logan se lança derrière le gosse qui l'avait déjà semé de quelques mètres, courant entre les cadavres et les vivants sans plus s'y intéresser. Ses alliés se débrouillaient plutôt bien pour le moment et il reviendrait aider dès qu'il aurait empêcher Isha de faire une belle bêtise, de toutes manières. Malheureusement, cet emmerdeur commençait déjà à faire n'importe quoi, puisqu'au lieu d'achever les sbires qu'il croisait sur sa route, il se contentait de leur laisser la vie sauve et de les envoyer ailleurs. À cause de ça, Logan perdit un temps fou à devoir s'occuper de régler leur cas lui-même en chemin, mettant un peu plus de distance entre lui et son fils à chaque fois. Ce qui commençait sérieusement à fatiguer le barbu. Au sixième homme qu'il croisa en tentant de rattraper Isha en vain, il décida donc de changer de stratégie. Le temps de maîtriser l'homme visiblement paniqué qui cherchait plus à s'enfuir qu'à participer à la bataille, et le géant reprenait sa route avec un guide, cette fois. Probablement plutôt un otage vu la lame qui se pressait contre la gorge de cet homme, mais l'effet était le même et au lieu de se perdre, Logan fut amené rapidement vers l'endroit où se cachait Bruce.

Rien qu'à entendre les bruits derrière la porte fermée, il sut déjà que son otage ne s'était pas foutu de sa gueule. Bon point pour lui. Logan le balança un peu violemment contre la porte, prêt à l'achever, mais il tremblait tellement, n'essayait même pas de se défendre.... Bordel, mais comment Bruce pouvait s'en sortir avec des types comme ça ? Après un soupir, Logan laissa retomber son bras et grogna : « Tire-toi de là, dépêche-toi. Et que ce soit clair, si je te recroise une seule fois quand j'en aurais fini avec Bruce, je te le ferais regretter. Tu files droit à la sortie sans te retourner. Compris ? » Le pauvre bougre approuva d'un signe de tête et détala comme un lapin, laissant Logan seul face à son grand moment.

C'était étrange. Un peu stressant, mais il avait vraiment hâte en même temps. Il ouvrit la porte en grand, la faisant claquer contre le mur pour se faire remarquer alors qu'Isha et Bruce étaient aux prises dans un corps à corps acharné. « ISHA ! » hurla Logan en entrant dans la pièce. « DÉGAGE TOUT DE SUITE ! » Il avait presque envie de le frapper lui aussi, sur le coup. Ils en avaient parlé, encore et encore, c'était l'un des points établis dès le départ : Bruce était pour lui. Tout le monde avait été d'accord, mais cet insupportable gamin n'était pas capable d'obéir à un seul petit ordre, pas vrai ? Les deux autres avaient arrêté de se battre pour se tourner vers lui, Logan affichait une rage pure aussi bien dirigée vers l'un que vers l'autre. « Casse-toi, je plaisante pas. Ils ont besoin de toi de l'autre côté, je m'occuperais de ton cas plus tard. » Serrant sa lame tellement fort qu'il commençait à en avoir mal aux doigts, le barbu attendit tranquillement que le gosse ne se décide à obéir. Dès que ce serait fait, il pourrait enfin mettre fin à toute cette histoire pour de bon.

_________________


Makau mea naʻaupō. Pela ka mihi nui ihola
Keep calm and let Logan handle it
Mes Awards **:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 695
Points : 672
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 12:12


Mad World
INTRIGUE


Entre les coups de feux, le crépitement des flammes, et le roucoulement macabre des morts, l'islandais était parfaitement dans son élément. Comme beaucoup, il abritait une bête qui ne demandait qu'à sortir pour exprimer sa rage, et c'était le moment de se lâcher. Non seulement il avait été élevé sous les récits sanglants et les légendes scandinaves, contées par son oncle, mais il y prenait goût, et chaque giclée de sang résonnait jusque dans son coeur de glace. Ces salauds de punishers l'avaient amplement mérité, et aujourd'hui, il n'y aurait pas d'aube pour ces rebuts de Loki. Oubliant toute convenance qui arrêtait d'ordinaire ses gestes quand il se trouvait face à une représentante de la gente féminine, le barbare s'attaquait à présent à une jeune femme, qui cherchait visiblement davantage à fuir qu'à éliminer les assaillants de la general motors. Une lueur farouche anima ses yeux en amande quand son arme à feu ne lui répondit pas. Pas de chance, vraiment. Reprenant sa course, Ice s'apprêtait à lui balancer un coup d'épée maîtrisé au dessus de la clavicule, mais il fut devancé par la punisher. Alors qu'elle disparaissait dans un écran de fumée, un coup sec lui secoua les côtes. Heureusement pour lui, l'espèce de hache avait rencontré sa cotte de maille, et se contenterait de lui laisser un bel hématome.

Hurlant de rage en réalisant qu'il ne pourrait probablement pas lui faire payer cet affront, il se baissa pour ramasser l'arme et l'enfoncer au passage dans le crâne d'un mordeur. Ses yeux tombèrent alors sur un amas de personnes, qui semblaient se regrouper vers le même bâtiment. Il fallait pas être devin pour supputer qu'il s'agissait du coeur du QG, et que les sbires du fossoyeur s'y rassemblaient avec un doux mais factice espoir de survie. Non, il n'y aurait pas d'aube pour eux. Faisant tournoyer son épée avec un certain ravissement, le nordien ne se préoccupa pas des coups de feux aux alentours, et chargea un groupe de survivants avec un inquiétant sourire. Au moment ou il parvenait à égorger proprement l'un des opposants, il reconnu la haute silhouette de Logan, qui éliminait plusieurs assaillants avant de s'engouffrer dans la pièce suivante. Bien. Le mieux était de continuer le carnage ici. Nul doute que leur leader savait ce qu'il faisait, mais il aurait été inquiétant que les punishers restants ne prennent sa suite pour l'acculer dans une pièce fermée. Du coin de l'oeil, il avisa le chapeau de Jordan. Lui aussi était présent, alors autant joindre leurs forces pour garder libre l'issue par laquelle Logan était entrée.

Pendant qu'il retirait sa hache de la colonne d'un ancien punisher en santé d'un coup de genou rageur, Ice interpella le jeune garçon borgne. S'il fut interrompu par un coup de poing sur la tempe, il eut tout de même le temps de se rapprocher de l'endroit ou il avait vu disparaître le Fantôme. Jordan allait très certainement le rejoindre, et à eux deux, personne ne passerait, parole d'islandais.

© BLACK PUMPKIN

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1916
Points : 1595
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 7:14

Les choses ne tournent pas vraiment à mon avantage. Je réalise seulement qu’entre un mec qui a appris à donner des coups sur le tas, à force de se manger des mandales et un qui est militaire de profession, il y a un douloureux écart. Au-delà de l’expérience, Bruce n’a rien à apprendre question sadisme. Peut-être que Robin aurait pu l’avoir par surprise, mais il m’attendait, enfin, moi je ne sais pas… en tout cas il était prêt à se battre. Ma seule chance dans cette mêlée, c’est que je sais encaisser, mon vieux et mes frangins m’ont suffisamment entrainé pour que je ne tourne pas de l’œil à la première mandale.

J’ai à peine essayé de sortir mon couteau de ma manche qu’il tente de me faire une clé de bras, m’obligeant à faire tomber ma lame pour éviter de me blesser le bras avec. Je me retrouve le dos contre son ventre à essayer de me dégager. Ça le fait marrer et je dois éviter une crise de panique de ce contact bien trop proche à mon gout.

« Et bien alors Robin, t’as pas envie de faire un petit câlin a ton papounet d’amour ? »

J’essaye de ne pas me débattre dans tous les sens comme le hurle mon instinct pendant qu’il rigole comme le dingue qu’il est. J’arrive à prendre appui sur le mur et pousse de toute mes forces sans prévenir, lui collant un bon coup de tête dans le menton. Rien qu’au claquement de ses dents et au craquement de son nez, je jubile. Il me lâche par réflexe pour se tenir le visage. J’aimerais bien dire que je me rattrape avec aisance comme dans un film, mais, en vérité, je me vautre salement. J’ai au moins le plaisir de voir qu’il pisse le sang par les naseaux et que c’est à mon tours de me marrer un coup.

« Alors papy, tu veux faire une pause pour remettre ton dentier ? »

J’essaye de donner le change mais je tiens à peine sur mes jambes quand je me redresse. Il crache un bon glaviot sanguinolent avec un sourire mauvais et un regard encore plus fou.

« Tu vas finir comme ta petite pute, je laisserais tous mes hommes jouer avec toi avant de voir combien de temps tu tiendras trainé sur le bitume.
-Il va peut-être falloir que tu te presse, parce que je sais pas si tu sais, mais t’aura bientôt plus un seul mec de vivant, je risque de me faire chier.»


Il recule vers Gertrude. Merde, j’ai été con de me laisser distraire ! J’essaye d’arriver sur lui avant qu’il ne saisisse son arme fétiche. Mais c’est trop tard, et au lieu de réussir à le désarmer, je me mange le manche de Gertrude dans le bide. Malgré moi je tombe à genoux plié de douleur. Il commence un de ses monologues dont il a le secret mais je l’écoute a peine quand je vois qu’il me balance presque à la tronche une photo. Je reconnais les mecs du garage de Dolan. Il y a Logan et moi dessus, presque bras dessus dessous… je ne pensais pas la revoir celle-là.

«  Je vais prendre le temps de te faire cracher tous tes petits secrets "fils" »

Avant que je ne puisse répliquer, il me renverse sur le dos d’un coup de pied dans la mâchoire. La douleur est fulgurante. Un bruit de porte nous fait sursauter, j’en profite pour lui sauter, a nouveau, dessus avec le reste de force qui me reste. Quand j’entends mon nom avec la voix de Logan je m’arrête net dans mon élan. Logan est là. Et il n’a pas l’air ravi. Je pensais avoir plus de temps, visiblement il a compris vu sa trogne. Je n’ai pas le temps de me décider, Bruce m’en balance une en pleine tronche qui me fait reculer en titubant.  

« Alors Logan te voilà enfin, je commençais à croire que j’allais devoir me contenter de ton minable espion, j’ai failli être déçu… »

Malgré mon état j’arrive à lever les yeux au ciel en espérant crever plutôt que de me taper un nouveau verbiage made in Bruce. Il me tourne le dos en même temps qu’il enchaine sa diarrhée verbale. Je repère clairement qu’il a un flingue dans le dos. Je suis pas loin du ko avec tout ce que je me suis pris mais je retente une attaque, qui se fini lamentablement avec son coude exactement là ou Gertrude m’a déjà éclaté le bide avant. Cette fois je n’ai pas le temps de me ramasser comme une vielle merde, il m’a chopé par la nuque avant.

« Mais avant si tu me permets, j’aime bien que nos têtes restent privés. »

Je n’ai pas le temps de comprendre, d’un mouvement sec il balance ma tête contre le mur. Cette collision est le choc de trop, cette fois je n’échappe pas voile blanc qui passe devant mes yeux et m’affale aussi mollement qu’une poupée de chiffon, incapable de bouger. Finalement le vieux lion a eu le dessus sur le loup. J’entends de très très loin la voix si agaçante de Bruce continuer à débiter ses conneries.

« Ne t’inquiètes pas, ton clébard est encore en vie, quand j’en aurai fini avec toi, je compte bien avoir une petite conversation "paternelle" avec ce traitre… »

Mon seul soulagement et, qu’au moins, j’ai eu le temps de lui prendre son flingue à ce taré. Il ne saura pas la faire à l’envers à Logan, enfin, pas avec ça.

_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Résumé de l'intrigue
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum