Julian Mayers - UC



InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Jeu 18 Mai - 21:15

Julian Mayers03/04/1981 (35 ans) Mecano En couple Hétérosexuel Lonesome cow-boy ft. Ryan Gosling

Informations générales

Caractère
Julian n'est pas d'un naturel très loquasse, il se confie assez peu, préfère de loin l'observation et l'écoute aux conversations inutiles. Il peut paraître froid à ceux qui ne le connaissent pas, ce n'est simplement qu'une carapace lui permettant d'éviter de souffrir de relations à sens unique. On dit de lui qu'il est calme, posé, méticuleux dans ce qu'il entreprend. C'est loin d'être faux, il a cette nature particulière capable d'apaiser certaines personnes, ou d'en agacer d'autres. En ce qui concerne cette "sérénité", elle est pourtant loin d'être infaillible. En réalité cette sorte de passivité cache une facette plus brutale de l'homme qu'il est, en témoigneraient ceux s'y étant frottés. Il respecte lorsqu'on le respecte lui ou son entourage, cependant, défilez vous à cette règle et les choses se passeront bien moins aisément que dans le premier cas. Il est protecteur, peut-être trop d'ailleurs, ce qu'il lui a valu de nombreuses remontrances de ses proches autrefois. La jalousie n'est pas l'un de ses pires défauts pourtant, mais il déteste la tromperie, l'acharnement ou toute autre forme d'abus. Il reste impulsif, assez sanguin lorsque l'on touche aux êtres auxquels il tient et la rancune est l'un des maîtres mots de son caractère. Il n'y a pas de seconde chance lorsqu'on se paye sa poire, avec lui c'est tout ou rien mais il n'en est pas moins loyal envers ceux qui en valent la peine.
Anecdotes
- Le tatouage à son bras n'est pas très vieux, il représente une main griffue lui rappelant chaque jour que les rôdeurs sont plus dangereux que ce que leur lenteur laisse paraître. Acte débile ou non, il l'a fait lui même après sa rencontre avec Sherry, dans un salon de tatouage ayant été leur refuge l'espace de quelques semaines. Malgré la situation, la chose les a amusée un peu comme si le temps s'était suspendu et que la simplicité avait encore sa place dans un monde tel que celui-ci.

- Il n'a parlé qu'à l'âge de douze ans, suite au décès de sa mère, ses premiers mots furent à l'attention des forces de l'ordre s'étant présentées chez lui en espérant y trouver l'homme qu'il n'a jamais connu = son père.

- Il a fait un petit tour par la case prison après avoir refait le portrait d'un de ses anciens potes, ce dernier n'ayant rien fait d'autre que de s'envoyer sa petite amie de l'époque.
Particularités physiques
Hormis le tatouage dont nous avons parlé plus tôt, Julian reste un homme ordinaire et ne vous fiez pas à sa gueule d'ange, elle en a berné plus d'un. Blond, certains diraient foncé d'ailleurs, ses yeux sont bleus. Il mesure 1m84 pour 77 kg, la fin du monde l'ayant contraint au régime forcé, il n'est plus aussi bien sculpté que ce qu'il était autrefois. Il porte une barbe de quelques jours et n'a jamais eu une pilosité très développée. Il prend soin à garder les cheveux courts (merci à sa coiffeuse personnelle Sherry) pour ne pas être gêné, tout comme il a gardé son style vestimentaire de l'époque. Jeans, Tee shirt, parfois surchemise et veste, boots, l'important n'est plus d'être une fashion-victime (ce qu'il n'a jamais été d'ailleurs) mais d'être bien dans ses pompes et surtout assez à l'aise pour gagner en agilité et rapidité.

Inventaire



Arme : Beretta f92
Objets utiles :Un zippo, un sac besace.
Objets rares :Cigarettes, quelques vivres, couvertures.
Véhicule : Ses pompes
Possessions personnelles : Sa petite amie, même s'il ne la voit pas comme une propriété, demeure sans doute ce qu'il a de plus précieux encore en ce monde. La chaîne d'argent avec la bague de sa mère.

Histoire

Le 03 Avril 1981, des hurlements retentirent au sein d'un des quartiers de Washington, une femme accouchait seule, sans aide médicale sinon l'appuie d'une amie dont les études d'infirmière dataient du temps où elle fréquentait encore les bancs de la faculté. Cette fille n'était autre que Lindsay Mayers, une jeune actrice fraîchement débarquée d'Australie. Son voyage n'avait rien d'anodin, à dire vrai, comme beaucoup de gosses issues de familles modestes, cette jolie blonde aux yeux de biche rêvait de réussite, d'amour et d'argent. Elle songeait aux USA, à ce que sa vie deviendrait là bas, au fait que, sans doute, sa carrière d'actrice pourrait décoller et qu'elle percerait aisément dans le show biz. La réalité fut bien différente, sans expérience on ne lui offrait que de vulgaires rôles sans importance, et le seul ayant « vu » en elle le potentiel qu'elle espérait faire éclater au grand jour, ne fut autre qu'un arnaqueur de plus. Naïve, fantasque et rêveuse, elle but ses paroles comme s'il n'était autre qu'un Dieu échoué sur terre afin de réaliser ses plus beaux désirs. Il obtint d'elle ce qu'il envisageait simplement lui donner puis disparut sans adresse ni numéro de téléphone, ne laissant dans son sillage que la trace d'une nuit dont elle se rappellerait jusqu'à la mort.

Julian est venu au monde ce jour là, d'une mère dépourvue, n'ayant guère eut le temps de mettre terme à sa grossesse, et d'un père qu'il ne connaîtrait jamais... Son enfance ne fut pas grandiose, néanmoins sa mère l'aimait à en s'en saigner les veines et aurait tout donné afin que l'existence de son fils soit la meilleure possible. Le gosse n'a jamais manqué de nourriture ou d'amour, bercé dans un cocon où le bonheur de sa présence ravissait la jeune femme n'ayant guère imaginé donné la vie aussi rapidement. Malgré ça, le petit garçon n'était guère très expressif, ni même aussi loquasse que les enfants de son âge. L'école fut sans doute l'une des premières mauvaises expériences d'ailleurs, après tout, il est bien connu que les enfants, entre eux, sont d'une cruauté innocente mais aussi blessante que la plus aiguisée des lames. Plus tard les moqueries concernant l'absence de son père furent sans doute les pires, déjà refermé sur lui même et incapable d'ouvrir la bouche pour s'exprimer, Julian fut l'instigateur de plusieurs « bagarres ». Ce fut peut-être tout ça qui donna naissance à l'enfermement dans lequel il restait abrité, que ce fut à l'école, quand il y allait, où encore hors des murs qu'il connaissait sur le bout des ongles. Il parlait certes, comprenait parfaitement ce qu'on lui disait où ce qu'il entendait, mais quant à faire entendre sa voix, il ne le fit guère avant l'âge de douze ans lorsque, sans prévenir, les forces de l'ordre s'étaient invitées sur le seuil du logement.

Sans savoir il leur avait ouvert la porte, jetant un dernier coup d’œil à l'horloge qui annonçait déjà le retard de celle qu'il attendait chaque jour à heure fixe. Premièrement, leurs visages étaient blêmes, quant à leur première question, elle concerna l'homme qui n'avait jamais vécu ici : Son père. Il répondit sans comprendre, on l'emmena ailleurs sans attendre le retour de sa mère et lorsqu'il rencontra une femme dans l'un des salons vitrés du nouvel endroit où on l'avait enfermé, Julian comprit très rapidement qu'il ne reverrait jamais celle qu'il appelait maman. On lui annonça qu'elle n'était plus de ce monde, qu'il lui faudrait rejoindre un endroit où des tas d'enfants évoluaient, qu'il y apprendrait des tas de choses et que, sans doute et parce qu'il était « adorable » une famille, aussi gentille qu'on pusse l'être, quémanderait à faire de lui son nouveau petit garçon. Comme promis, il apprit, joua et vit de nombreuses personnes s'attarder sur les rires, sourires et minois, des enfants qui l’entouraient là bas. La plupart de ceux l'ayant connu ne tardèrent plus à quitter les murs de cette nouvelle demeure pour ne plus jamais y revenir. Comme promis, comme on le lui avait expliqué, des tas de gosses devinrent les nouveaux enfants de différents pères et mères, mais le concernant, jamais personne ne vint quémander à faire de lui son fils. Les années passèrent, d'autres quittaient les lieux, quant à lui, il s'évadait dans des bouquins, se prenait de passion pour ce qui deviendrait plus tard son métier, il ne s'ouvrait et ne parlait que très rarement certes mais cette façon d'être, d'agir, fut simplement sa manière de résister et de se protéger des douleurs qu'un mensonge, pourtant nécessaire autrefois, avait pu loger en lui.

Plus tard, lorsqu'il devint l'homme qu'il resterait désormais, Mayers quitta l'orphelinat. Il n'y reviendrait plus lui non plus, cependant, il ne passait guère ces portes en glissant ses doigts minuscules dans la paume rassurante d'un parent non, mais seul en tant qu'homme livré à lui même et à ce que la vie avait à lui offrir. On lui laissa libre accès aux choses que sa mère, à défaut d'avoir fait un testament, lui avait légué. Quelques babioles inutiles, diverses photographies d'elle et ce qui lui servirait peut-être plus, le peu d'argent dont elle disposait encore. Grâce à cette somme, le jeune majeur pu louer une chambre où il ne passerait que peu de temps, simplement de quoi dormir et se nourrir lorsqu'il ne serait pas dehors à travailler. Il trouva rapidement un job dans une entreprise grandissante, certes au bas des échelons, mais qu'importait, au grès du temps passé à attendre que sa vie ne change, Julian avait appris qu'un métier, quel qu'il fut, était sans doute la clef d'un bien meilleur avenir. Tout se déroulait pour le mieux, et ce fut quelques temps après avoir entamé la construction de sa vie privée qu'il rencontra la fille pour laquelle son cœur se mit à battre de manière différente. A leur 26 ans, ils emménagèrent ensemble, firent des plans concernant un avenir, une famille. Julian l'aimait, aveuglément même, il croyait en elle et lui faisait confiance mais malgré le bonheur de façade, tout ficha le camp lorsqu'il lui tomba dessus, au lit, avec l'un des types avec lesquels il bossait.

La vie lui reprit alors tout ce en quoi il avait cru, son temps, son calme, sa carrière et surtout ce qu'il n'envisageait guère perdre un jour ou l'autre. Lorsqu'il l'avait vu, ce type, cet homme avec lequel il avait parfois rit et partagé des choses, le corps nu sur celui tout aussi vierge de vêtements de sa belle, le monde s'était dérobé sous ses semelles. Cet instant balaya tout ce qu'il avait connu jusqu'à lors, laissa une facette plus sombre de sa personne l'envahir au point de commettre un acte qu'il n'aurait guère imaginé être sien si on le lui avait prédit des années plus tôt. C'en suivit des cris, des hurlements, des pleurs, des coups, du sang... Le tout à l'encontre de cet "ami" alors qu'il n'était pourtant pas seul dans le lot. Comme il l'avait toujours juré, et parce qu'il l'aimait, Mayers ne toucha guère celle dont le mensonge le ramena des années en arrière, et la seule échappatoire que cette dernière trouva fut d'alerter ceux qu'il n'avait plus côtoyé depuis le jour où sa propre mère avait trouvé la mort. Le jeune homme fut jugé pour coups et blessures, condamné à quelques mois de prison ainsi qu'à payer une amende conséquente. Cette expérience termina par le rendre plus sombre, plus dur envers lui même et les autres, elle lui fit perdre ses repères, ses convictions, ne laissant de lui que l'ombre d'un homme sans histoire à qui on aurait pu prédire une fin heureuse autrefois. Il quitta les barreaux après avoir purgé sa peine désormais contraint de tout recommencer à zéro.

Julian revenait à la case départ, un casier judiciaire en plus l'empêchant de remonter la pente sur laquelle elle l'avait fait glisser. Il peina à retrouver ses repères mais, par chance, un homme lui tendit la main sans quémander quoi que ce fut en retour. Un vieux carrossier à la recherche d'un mécano. Mayers travailla chez lui durant des semaines qui se muèrent en mois, se remplumant peu à peu sans pour autant livrer ses états d'âmes à son patron. Al Peters n'était pourtant pas dupe et les quelques paroles qu'il arrivait à soutirer à ce « gamin », comme il aimait l'appeler, le ramenaient à la jeunesse modeste qu'il avait lui aussi vécu. Peters était un homme bon, un vieux gars que la vie n'avait guère gâté en lui arrachant sa femme et sa fille dans un accident de voiture. Depuis il vivait seul et son affaire était la seule chose à laquelle il tenait encore. Dean se trouva en lui, comme s'il obtenait enfin un père, une figure paternelle sur laquelle compter et qui, lorsqu'il déviait du droit chemin, le rappelait à l'ordre en tempérant son caractère bien plus vif qu'il ne l'était quand son existence semblait plus rose. Le vieux lui apprit de nouvelles choses, laissant le jeune homme faire à sa guise sans trop le pousser, se portant même garant auprès des gens qui désiraient l'embaucher sans pourtant oser lui offrir l'assurance d'un véritable contrat. Ainsi les ans passèrent, et Peters, usé de voir la méfiance dans le regard des étrangers au sujet de son « gamin », termina par lui offrir l'assurance d'un poste au sein de son atelier. L'existence devenait alors plus simple mais c'était sans compter sur l'horreur qui emporterait le monde pour ne plus le relâcher....

The end of the world...

Été 2014, depuis quelques temps déjà la radio de l'atelier diffusait d'étranges faits d'hiver. Morts, criminalité en hausse, tout cela n'avait rien de nouveau pour le jeune homme qui ne s'attardait guère sur les médias et les conneries qu'ils étaient capables de débiter à la seconde. Ce ne fut que plus tard dans le mois que les autorités se hasardèrent à parler de cas anormaux et qu'on entendit rapidement que certaines personnes, atteintes par ce mal étrange, s'attaquaient à d'autres. Les violences étaient inédites, tant qu'on parlait désormais de cannibalisme et de réaction incontrôlable de la part des hôtes de la maladie. Scoop ? Désir de faire le buzz ou canular ? Julian n'en savait rien et pensait encore à des sornettes sorties du crâne de gros abrutis dans le but d'affoler les citoyens cependant, lorsque les discours de la présidence se succédèrent, que les ordres de l'armée et des forces de polices furent plus limpides que de l'eau de roche, cette fois plus aucun doute ne plana dans son esprit, mieux encore d'ailleurs quand les premières vagues de fuyards emportèrent le strict nécessaire et vidèrent les quartiers de Washington en espérant trouver refuge quelque part.

Septembre 2014 fut sans doute l'instant où les chose s'accélérèrent... Alan Perters, son patron, était encore en déplacement près de détroit et désormais les réseaux étaient saturés. Julian avait le choix, rester et se calfeutrer pour attendre que les autorités fussent capable d'étouffer le problème ou, encore, fuir et tenter de retrouver l'homme qu'il considérait comme son père. Mayers attendit quelques temps, à l'affût des nouvelles qui, bientôt, ne furent plus qu'un lointain souvenir tout comme l'électricité, la technologie et la civilisation. Par delà les fenêtres, il vit les premiers spécimens dont avaient parlé les médias. Avides de chair fraîche, sans plus de conscience, et comme la presse en avait traité, ces monstres n'étaient nuls autres que des hommes, femmes et enfants, touchés par ce mal incurable. Ils étaient morts mais encore mobiles, comme si la maladie les ayant atteint était capable de faire un pied de nez à la faucheuse elle même. On peinait à les achever, on préférait les fuir, utilisant leur lenteur pour s'en sortir sans trop de mal lorsqu'ils n'étaient pas trop nombreux pour gagner en force.

Octobre 2014 fut le moment de prendre une décision. Julian avait un sale pressentiment, les choses ne se tasseraient guère et les allées venues de l'armée, des mois précédents, désormais absente dans les avenues de la cités présidentielle, renforçait ses conclusions. Il emporta de quoi se défendre, se nourrir durant quelques jours, et s'engouffra dans l'une des bagnoles du garage direction Détroit où, l'espérait-il, il retrouverait l'unique personne encore importante à ses yeux. Il fit quelques bons kilomètres, forcé de faire multiples détours quant à l'amoncellement de véhicules vides de vie présents sur les voies rapides et autres chemins autrefois fréquentés et, bientôt, l'essence fut son plus gros souci. Quelques jours plus tard, Mayers fut contraint d'abandonner la bagnole pour continuer à pieds puis, en un sens, sans doute avancerait il plus facilement qu'au volant d'une caisse incapable de se faufiler là où un être humain était capable de passer.

Novembre - Décemnbre 2014. Ces mois ci fut peut-être les plus pénibles et ce car il dut se rendre à l'évidence que rien ne changerait plus. Il fit face à bon nombres de créatures, et fut contraint de s'y frotter pour la première fois. Rien n'y fit, ces choses semblaient invincibles du moins, le temps que vous n'aviez pas comprit que leur point faible n'était autre que ce qui leur permettait encore de se relever. Le cerveau... Il aurait du s'en rendre compte plus rapidement, cependant Julian n'avait rien d'un soldat et la peur le tenait aux tripes suffisamment pour l'inviter à fuir les monstres plutôt que de les affronter. Ce fut une balle, logée au bon endroit et par chance, qui le rassura quant à la "viabilité" des rôdeurs... Un coup de bol en plein cauchemar, à contrario il se rendit aussi compte que le bruit, de n'importe qu'elle origine que ce fut, attirait de plus grands nombres de bestioles affamées et, bien entendu, que l'hiver ne lui permettrait guère de parcourir de grandes distances. Il ressentit la fin et la soif autant que la peur, forcé de perdurer au dehors, forcé de rechercher les meilleurs abris possibles, forcés d'éviter les gens plus qu'il ne le faisait autrefois car, désormais, la plupart d'entre eux était devenue au moins aussi dangereuse que les créatures en voulant à l'existence humaine.

Janvier 2015 ne fut pas mieux que les semaines précédentes. La neige, le gel, les intempéries empêchèrent le jeune homme d'être au mieux de sa forme. la famine y étant pour beaucoup elle aussi, ce ne fut pourtant que l'arrivée d'autres personnes dans les ruelles du village qu'il avait atteint plus tôt qui le poussa à s'éloigner de ce dernier. Julian atteignit Winchester et, malgré son désir que de rester seul, ne put se résoudre à voir une jeune fille se faire dévorer sous ses yeux. Entourée de monstres, la belle n'avait aucune chance de s'en sortir vivante. Il n'attendit pas plus et l'aida au mieux qu'il put pour ensuite se réfugier auprès d'elle le temps que l'horreur passe son chemin mais ce qu'il ne savait pas encore c'est qu'elle ne le quitterait plus jamais.

Février- Mars 2015. L'hiver étant ce qu'il était, et ce même si la migration des morts avait cessé, Julian et Sherry s'installèrent pour quelques temps dans une maison où il fut plus facile de subsister. Là bas, à l'abris, ils apprirent à se connaître, en apprirent plus sur le passé de l'un et de l'autre et se trouvèrent quelques points communs. Cette fille devenait un peu le centre de son attention, une manière de survivre bien plus facilement simplement car il se trouvait utile. Ils se protégeaient l'un l'autre, s'entraidaient, et malgré ce qu'il en pensait au début de son périple, Mayers du avouer qu'en Duo les choses étaient bien plus simples qu'en solitaire. Julian lui parla de l'ami qu'il recherchait, elle lui parla du sien et, lorsqu'ils le purent, que le temps fut plus clément, les deux jeunes gens reprirent la route en direction de détroit...

Avril-Mai 2015. Les morts migraient à nouveau, recherchant toujours plus de chair, essayant d'enrôler toujours plus de soldats dans leur armée d'outre tombe. Il n'était pas rare de tomber sur eux, sur de grosses hordes d'ailleurs, ce qui poussait même le duo à contourner les chemins choisis pour s'enfoncer un peu plus dans les bois et rallonger les kilomètres qui les séparaient de leur but. La faim était toujours au rendez vous, il fallait faire des haltes régulières dans les bourgades voisines, simplement pour piller ce que d'autres survivants n'avaient pas emporter, simplement pour survivre aux jours que Dieu désirait les voir vivre encore.

L'été 2015 fut le moment où il se rendit compte qu'un an sonnait déjà la naissance du nouvel univers dans lequel l'être humain n'était plus au sommet de la chaîne alimentaire. L'instant où la soif s'ajouta à l'estomac creusé qu'il entendait gronder plusieurs fois par jour. Évoluer était bien plus dur, il fallait se rendre à l'évidence qu'ils n'iraient plus très loin dans cet état. Sherry trouva rapidement un véhicule encore en état et ils s'en emparèrent pour continuer leur chemin. Ils terminèrent, plus tard, par élire domicile dans un ancien chalet de vacances au bord d'un lac et à cet instant, les choses évoluèrent entre eux comme il ne pensait guère en être cas un jour. Cela débuta dans un vieil entrepôt où, s'étant éloigné de leur campement pour rechercher de quoi vivre, la belle manqua d'y passer. Sherry blessée, Julian s'enferma avec elle dans une remise pour éviter aux morts de les happer. Etait-ce la survie qui les avaient poussé l'un vers l'autre ou encore le destin lui même ? Julian n'en savait rien mais, à l'instant où ses lèvres s'étaient scellées aux siennes, ou son corps avait brûlé contre le sien, il sut qu'il serait incapable de la voir s'éloigner de lui, qu'il ferait tout, absolument tout, pour la protéger du reste du monde.

Hiver 2015-2016. On pourrait les qualifier de nomades en un sens. Ils ne s'attardent que peu dans les endroits que leurs semelles foulent. Etre en constant mouvement c'est la meilleure manière d'agir, de se protéger des hommes et des rôdeurs. Ils le savent l'un comme l'autre désormais, le monde ne sera jamais plus celui qu'ils ont connu, et même si désormais tuer ou être tué est ce qui définit parfaitement l'univers dans lequel ils subsistent grâce à l'appuie de l'autre, Julian n'est pas près de laisser quiconque s'approcher d'elle, d'eux... Ils sont presque arrivé sur Détroit, ce qui ne fut guère évident avec le nouvel hiver s'étant présenté plus tôt que prévu... La météo change chaque jour, cependant d'ici peu le temps sera sans doute plus clément... Put-être retrouvera-t-il Al', peut-être retrouvera-t-elle l'ami dont elle lui a parlé, tout il advient qu'ils sont ensemble et se battront pour le rester...

MelPrénom : Melanie
Âge : 30 ans
Comment as-tu connu le forum ? : Recherche Google
Autorises-tu le staff a tuer ton personnage en cas de départ ? : Oui
Code règlement :


Dernière édition par Julian Mayers le Dim 21 Mai - 20:56, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 366
Points : 1166
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Jeu 18 Mai - 21:18

Bienvenue ! Smile
Tu fera attention, le titre de ta fiche doit commencer par le prénom/nom du survivant. Bon courage pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1277
Points : 1982
Date d'inscription : 28/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 21:26

Welcome aboard !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Protect your pack,show no fear, respect the elder, teach the young, lead you companions, survive each day, hunt your enemies, howl to new tomorrow, explore the unknow, adapt to the environment, demonstrate no weakness, never back down and leave you mark
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5862
Points : 6804
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 21:28

Bienvenue sur le forum ! Bon courage pour ta fiche et en cas de question, n'hésite pas à embêter un membre du staff ♥

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bella luna, my beautiful
You're the ghost of royalty imposing love. You are the queen and king combining everything, intertwining like a ring around the finger of a girl. I'm just a singer, you're the world, all I can bring ya is the language of a lover
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Jeu 18 Mai - 21:38

Merci à vous Wink
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1084
Points : 2892
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 18 Mai - 21:42

Bienvenue par ici ! Cute

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 191
Points : 637
Date d'inscription : 02/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Expert en armement
Cale Walker
Matricule n°001
Expert en armement
Jeu 18 Mai - 22:04

Oh, un autre mécano :') !
Bienvenue collègue !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 528
Points : 919
Date d'inscription : 05/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Louis Hartmann
Matricule n°001
I walk a lonely road
Jeu 18 Mai - 22:25

Chic chic une vict... Ah pardon, Salut et bienvenue! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Jeu 18 Mai - 22:33

Merci lol Déjà pris pour cible ça commence bien mdr
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 190
Points : 678
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Elliot Jensen
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 19 Mai - 0:48

Bienvenue parmi nous

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
★ She was two sides of the same coin ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Ven 19 Mai - 1:15

Bienvenue chez nous !
Bienvenue chez les fous !

Fais pas gaffe à Louis, il est un peu parano Razz et si vous cherchez une place où rester quelques jours, la maison de Bernie vous est toujours ouverte ! (oui je ne propose ça qu'aux gentils ^^)
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 477
Points : 1085
Date d'inscription : 17/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat de fortune
Riley Hayden
Matricule n°001
Soldat de fortune
Ven 19 Mai - 2:31

Bienvenue sur le forum !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] / [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Ven 19 Mai - 9:06

Merci vous tous et aussi pour la proposition Leïa !
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 997
Points : 990
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Mai - 12:20

Oh ! Un Ryan Gosling ! Excellent choix Lala

Bienvenue et bon courage pour la fin de ta présentation Radis

Au plaisir de te croiser sur IYF ♥️

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.

IYF ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1099
Points : 2487
Date d'inscription : 11/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Old british glory
Alair Wakeman
Matricule n°001
Old british glory
Ven 19 Mai - 13:17

Bien le bonjour mon cher. Vous connaissez donc les airs des lieux, mais n'oubliez pas que le thé est servi à dix-sept précise. Une horde d'envahisseurs à nos portes n'est pas une excuse pour le retard je tiens à le souligner.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Ven 19 Mai - 17:02

Holà ! Bienvenue par ici et bon courage pour ta fichette ! Sushi
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 92
Points : 760
Date d'inscription : 27/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Heaven Lockwood
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 19 Mai - 18:52

Bienvenue monsieur et bon courage pour la fiche Smile

_________________

Family in chaos.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1600
Points : 1770
Date d'inscription : 23/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Mai - 21:20

La timide créature de cauchemar essaie de cacher sa laideur au nouveau arrivant.

-Euh... Fais bien attention à toi ici ok? Euh... Si tu as besoin du monstre de foire, je serais là.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...


Badges qui font chaud au coeur:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Dim 21 Mai - 10:14

Merci pour votre accueil !
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1594
Points : 2099
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ We have ashes, fire and hope
Joy Carter
Matricule n°001
@ We have ashes, fire and hope
Dim 21 Mai - 18:59

Salut mon beau Julian, je viens pour te dire bienvenue parmi nous, mais aussi pour ta validation Very Happy

Donc, le seul déjà qui cloche pour moi c'est la peine de prison de quelques années. Au Michigan, une pour coup et blessure, c'est moins d'un an, voir 6 mois et une amande allant entre 500$ et 5000$. Du coup, quelques années, c'est beaucoup think Je te laisse le changer et je repasse pour te valider Very Happy

Des bisous ! Coeur

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Invité
Matricule n°001
Invité
Dim 21 Mai - 20:57

Voilà, la peine s'est muée en quelques mois et une amende. (Merci pour l'info que je ne connaissais pas en tout cas, et aussi pour le "beau Julian" mdr) tout devrait coller désormais du moins, c'est vous qui décidez !
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 3250
Points : 2235
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Mai - 20:58

Un autre mécano!!
Bienvenue a toi!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Born to be forsaken
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 126
Points : 587
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 21 Mai - 21:34

C'est tout bon, merci pour les corrections Very Happy

Félicitations, tu es validé(e)



Bienvenue du côté obscure de la Force, mon jeune ami !
Maintenant que tu as passé la dure épreuve de la fiche, tu vas pouvoir enfin t'amuser parmi nous. Enfin... Après avoir fait encore quelques petites choses indispensables que voici :


  • Tout d'abord, il faut que tu ailles recenser ton avatar dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et ton métier dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], afin de rester quelqu'un d'unique !

  • Afin qu'il soit plus facile pour les autres joueurs de te proposer des liens ou des rps et de rester à jour sur ceux que tu as déjà, pense à créer ton [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ! Il y a un code mis à ta disposition si tu en as besoin, mais la présentation de ce sujet est entièrement libre alors amuse-toi !

  • Tu peux aussi créer un scénario si tu en as besoin, dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], mais sache bien que tu n'as pas le droit d'en proposer plus de deux en même temps, alors choisis bien Hihi

  • Enfin, comme tu peux le voir, nous avons un système de points sur le forum et tout ce que tu dois savoir à ce sujet se trouve [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], prends donc le temps de lire tout ça au moins une fois pour être sûr de ne rien oublier !

  • Et surtout n'oublie pas que peu importe que tu sois là depuis un jour ou un an, tu peux contacter le staff à n'importe quel moment si tu as besoin d'aide pour quoi que ce soit concernant le forum. Alors n'hésite surtout pas !


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 77
Points : 535
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Nathan Karlsefni
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 22 Mai - 19:31

Bienvenue en enfer compagnon ^^
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
Contenu sponsorisé
Matricule n°001

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Julian Mayers - UCPage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amanda K. Mayers ☆ Froide est la douleur de croire que la chaleur ne reviendra jamais
» (M) Julian Morris - the enemy is the inner me (host)
» (m) julian schratter ⊹ my head is a jungle with you inside
» (m) EVAN K. MEADE △ Julian Schratter
» (m) Julian Morris - Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum