End of War [Intrigue #3 - Solitaires, Groupe 1]



InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Jeu 18 Mai - 22:56


End of War

Jamais un silence si profond n'avait régné sur la ville la plus peuplée des Etats-Unis. Détroit est calme, comme morte. Pourtant, lorsque le soleil se couche et que la nuit tombe sur la ville, on peut entendre des murmures. Peut-être les avez-vous entendu, vous aussi ? On raconte l'histoire de deux hommes. Deux hommes qui autrefois se ressemblaient plus qu'ils ne l'auraient voulu. Deux hommes bons et sans histoires, vivant à des kilomètres l'un de l'autre et que rien au monde n'aurait pu rapprocher. Et puis, le monde s'écroula, les morts revinrent à la vie, les villes furent incendiées et les cœurs brisés. Détroit était l'une de ces villes. Et ces deux hommes se rencontrèrent finalement. On raconte qu'une haine sans borne s'installa entre eux. Voyez-vous l'un d'eux avait perdu sa bonté à force d'arpenter l'Enfer qu'était devenu la Terre. Leur histoire ressemble à un conte tant elle est banale. Ils avaient suivi chacun leur route sans connaitre l'existence de l'autre et furent finalement liés l'un à l'autre par l'amour d'une femme. Et ils s'affrontèrent pendant des mois, se déchirèrent et se jugèrent la mort, sous les regards médusés, effrayés ou passionnés des survivants. Le Bien contre le Mal, Darth Vader contre Luke Skywalker, Batman contre le Joker.

Le Fossoyeur contre le Fantôme.

Le premier gagna sa réputation en faisant régner la terreur dans les rues déjà dévastées de Détroit, prenant sans demander, tuant quand on osait le contredire. Il était connu de tous, pour sa cruauté, sa folie et ses long discours à réveiller un mort. Le second passait pour une légende auprès de ceux n'ayant jamais croisé sa route. Une victime du Fossoyeur revenu d'entre les morts pour protéger les survivants et hanter le monstre de Détroit, assouvir sa vengeance et obtenir le repos qu'il méritait.

Peut-être avez vous entendu parlé d'eux, peut-être les avez-vous rencontrés. Mais une chose est sûre, on parle encore d'eux dans les rues de Détroit ces jours-ci. Le Fantôme aurait vaincu. Le Fossoyeur serait mort. Personne n'a de preuve, mais personne ne l'a vu depuis des jours. Depuis qu'une explosion assourdissante a fait trembler les rues de la ville et que l'usine General Motors où se cachait le monstre et ses sbires s'est enflammée. On dit qu'il y a eu des coups de feu, que la bataille a duré jusqu'au petit matin, mais qu'au moment où le soleil se levait sur une nouvelle journée, le Fantôme est sorti victorieux de l'usine en flammes.

Cette histoire est-elle vraie ? Nul ne le sait. Mais l'usine General Motors est bel et bien devenu un tas de cendres et plus personne n'a vu Bruce Cameron depuis une semaine. Vous le connaissiez, de réputation ou personnellement. Vous l'aimiez ou non, vous êtes soulagés ou tristes, confiants ou incrédules. Mais vous êtes aussi des survivants dans le besoin et la moindre ration de nourriture en plus, la moindre balle supplémentaire pourrait vous sauver la vie. Alors, au matin du septième jour après la mort du Fossoyeur, vous vous décidez à vous rendre sur les ruines de la bataille, dans l'espoir de trouver votre bonheur dans les décombres. Le premier arrivé sera le premier servi, il n'y a pas une minute à perdre.

Nombre de rôdeurs sur place : 27


Informations Hors RP, à lire obligatoirement:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 477
Points : 815
Date d'inscription : 05/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Louis Hartmann
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 19 Mai - 7:38

La saison de la chasse commençait tôt à Detroit. Et de toute évidence par ici on chassait à l'arme automatique. Louis n'aimait pas croiser la route d'autres humains, vivants comme mort-vivants, c'était presque toujours une source de problèmes, surtout quand le coin avait été le théâtre d'un affrontement entre deux chefs de gang. Mais il savait que dans les ruines de l'ancien repaire, il y aurait des affaires à récupérer et ça c'était une occasion en or. Sans doute que d'autres auraient la même idée aussi devrait il faire encore plus montre de prudence qu'à l'accoutumée, mais il avait été ranger et se glisser dans le décor comme une ombre, il savait toujours faire, la preuve, il était toujours en vie. L'autre problème était que l'endroit allait être ou était déjà infesté de rôdeurs. S'il avait entendu la clameur du combat à plusieurs centaines de mètres, ces foutus cadavres aussi car s'ils avaient bien un atout c'était leur ouïe!

Rampant parmi les décombres, faisant attention à ne rien déplacer qui puisse soit lui tomber sur le crâne soit faire un barouf de tous les diables, l'ancien instructeur pénétra dans le bâtiment principal, évitant trois rôdeurs retardataires qui venaient à la fête. Il gardait bien en main son pied de biche, prêt à écrabouiller la première trogne qui montrerait des signes d'hostilité, décomposée ou non d'ailleurs. Ca allait être une drôle de pièce qui se jouerait ici, tous les vivants à farfouiller, à s'éviter ou s'étriper en silence et les rôdeurs autour à attendre la moindre erreur, le moindre son à même de leur donner une piste à remonter.

Avec d'infimes précautions, Louis se pencha sur un homme allongé, brûlé comme une côtelette sortie trop tard du grill, il pouvait malgré tout avoir des choses utiles sur lui ou son cadavre pouvait avoir couvert une petite trouvaille. Il appuya le bord plat de son outil à la base du crâne et l'enfonça fermement, sectionnant la moelle épinière et perforant le cervelet, s'il était vivant, il lui avait fait une fleur, s'il était mort, il s'était fait une fleur en évitant d'avoir un cadavre ambulant de plus dans la zone. Mais pas de chance, il n'y avait rien d'intéressant, il avait un glock ou du moins ce qui dans une autre vie avait été un glock et maintenant un tas de plastique fondu, inutilisable... C'était le souci avec ces jouets en plastique. Pas découragé pour autant, le croquemitaine des militaires continuait sa quête, il lui fallait trouver quelque chose, le moindre objet pouvait avoir de la valeur.

*Jusque là tout va bien...* pensa t il en se remémorant la petite phrase de l'homme qui tombait de l'immeuble
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Ven 19 Mai - 7:38

Le membre 'Louis Hartmann' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D12 simple' : 2
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 326
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Andy Rodwell
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 22 Mai - 16:32

Les rumeurs étaient parvenues jusqu’aux oreilles d’Andy qui, suite à son court périple en cambrousse attenante, était revenu vers la ville même. Détroit, pleine de vie et d’activité devenue la symbolique de l’Enfer sur Terre, avait été le théâtre d’un règlement de compte entre deux des personnes les plus influentes depuis l’Epidémie. Ca, c’était ce que le jeune homme avait entendu, ce  dernier ne sachant que très – ou trop – peu de choses sur les motivations de ces deux personnes, si ce n’était qu’elles étaient grandement néfastes. L’affrontement avait eu lieu dans une vieille usine et même lui, en périphérie, avait ressenti d’étranges – bien que légères – secousses. Loin de ces querelles de puissants ou règlements de compte dont il n’avait cure, l’évadé savait pertinemment une chose : la tempête, sous les gravats, cachait parfois des informations dignes d’intérêt. Et c’était la raison de sa présence aux alentours de General Motors.

Evidemment, des cadavres ambulants comme toujours. Un long soupir s’échappa des lèvres du garçon. C’était la routine, après tout. Une usante et démoralisante routine. Lui qui n’avait jamais tué personne se retrouvait à devoir éradiquer ces choses à la chaîne, pour sa propre survie certes, mais cette vie était tout sauf enviable.

Contournant un bâtiment adjacent à l’ancienne entreprise, Andy parvint à faire le tour et arriver à la porte arrière du théâtre de l’affrontement. Regardant à droite et à gauche, il se décida à tester la solidité de la porte… qui tomba de ses  gonds dans un vacarme infernal à l’intérieur de l’usine. Pour la discrétion, c’était gagné. Plus de raisons d’attendre d’avantage, il se faufila rapidement à l’intérieur de la construction – ou ce qu’il en restait – et se masqua dans l’ombre. Un de ces rôdeurs sans âme vint, attiré par le bruit métallique sans pour autant parvenir à repérer la personne en étant à l’origine.. C’était déjà ça de gagné, il pouvait continuer son exploration des lieux à pas de loup. En essayant d’être plus félin que bourrin…

La poigne fermement serrée autour de son arme, Andy observait difficilement ce qu’il se déroulait autour de lui dans cette obscurité chiante à souhait. Trainant presque les pieds pour éviter de chuter ou de heurter un obstacle qu’il n’aurait pas vu, il poursuivait sa lente marche en plissant les yeux pour essayer d’y voir un peu plus clair. Quelle idée il avait eu de venir ici… Il ne trouverait sûrement rien du tout et risquait simplement sa vie pour des informations qu’il ne trouverait pas en ces lieux. Malgré tout, maintenant qu’il était là autant poursuivre quelque peu dans ce dédale puant la mort et les cendres. Arrivant devant une fine porte métallique, un placard ou autre contenant, le jeune homme brandit son pieu d’acier avant d’agripper  la poignée : s’il y avait quelque chose à l’intérieur qui pouvait encore ce mouvoir, il allait falloir  être vif. En espérant que ce ne soit pas un humain sain – ou presque…

HRP:
 


Dernière édition par Andy Rodwell le Lun 22 Mai - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Lun 22 Mai - 16:32

Le membre 'Andy Rodwell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D12 simple' : 6
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 146
Points : 758
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Mai - 1:23



   
End of War


   
Les yeux du petit homme s'entrouvrirent. Il venait de passer une nuit épouvantable, incapable de trouver le sommeil. Sa dernière semaine avait été consacrée à une enquête sur les détonations et la bataille qui avait eut lieu dans Detroit il y a a sept jours, et il allait enfin pouvoir éclaircir ce mystère. Et pourquoi pas au passage récupérer un peu de butin. Un regard vers la fenêtre, et il décida que le jour était assez lever pour qu'il puisse y voir quelque chose.

Blotti contre lui, dormait son chiot, Nessie. Ils se mettaient ensemble dans le sac de couchage de Colin pour mieux affronter les nuits d'hiver. L'écossais le secoua un peu, et s'extirpa du sac. Hors de question de laisser le canidé seul dans la camionnette, ils iraient ensemble sur le champ de bataille. Il observa rapidement par les fenêtres, vérifiant que des zombies n'avait pas élu domicile aux alentours. Rapidement, il ouvrit la porte arrière et se glissa dehors.

Il attrapa ses affaires tandis que le petit chien baillait aux corneilles. Ils furent bientôt tout deux prêts, l'un équipé l'autre réveillé. La petite équipe put donc se mettre en route, non sans que Colin est fermé la camionnette. L'homme et le chien parcoururent la centaine de mètre qui les séparait des ruines, sans un bruit.

La lumière de l'aube à peine naissante caressait les ruines, les nappant dans une étrange couleur. La scène était belle, à sa façon, et Colin pris quelques secondes pour l'admirer. Puis il se remit en marche, suivant au plus près le Border Collie. Intrigué, Nessie reniflait tout les obstacles, principalement des cadavres. L'écossais les prenait en pitié, mais il n'avait ni le temps ni la force de les enterrer. Un grognement faible sur sa droite le fit se tourner brusquement.

Un mort à la colonne vertébrale sectionnée essayait de ramper jusqu'à lui, sans vraiment de succès. Soucieux de le faire taire, le petit homme lui décocha un carreau en plein crâne. Il le retira poisseux, et l'essuya. Ils étaient arrivés sur le champ de bataille, il était temps de faire un point. Colin tapa deux fois sur sa cuisse en sifflant doucement, pour rappeler Nessie. Il sortit de sa poche une paire de jumelle, et détailla les différentes silhouettes aux alentours. Zombie. Zombie. Humain. Surpris, il s'attarda sur cette dernière forme. Indéniablement masculine, la personne venait d'entrer dans les ruines. Il décida d'entrer à son tour dans la battisse, et s'approcha de la structure, le plus possible sur ses gardes.


Dernière édition par Colin MacFarlane le Jeu 25 Mai - 1:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Jeu 25 Mai - 1:23

Le membre 'Colin MacFarlane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D12 simple' : 8
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 369
Points : 1184
Date d'inscription : 27/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Juin - 19:42

7 jours avaient passé alors qu'une explosion avait attiré mon attention, Une compagnie que je savais à la main d'un groupe cruel, venait d’être anéantie. Je n’avais jamais véritablement cherché à savoir de qui ou quoi il s’agissait. Entendant des bribes d’histoire ici et là sur deux rivales néfastes qui se serais fais la guerre. Je n’avais jamais vraiment non plus cherché à les rencontrés, question logique de ne pas m’attiré d’ennuie quoi? Vivre et laissez vivre comme l'on disait si bien auparavant. Quoique cette phrase n’était plus vraiment d’actualité et n’avais plus la même sonorité, perdant dorénavant tout son sens. Sachant que les mort reprenais vie, non ceux-là, je me refusais de les laisser vivre.

Je n’avais qu’une chose en tête me rendre chez General Motors et y prendre ce que je pouvais trouver des plus utiles. Chaque jour alors que je m'approchais du lieu en cendre, l'odeur de la mort s’élevait parmi les décombres de l’édifice. Attendant un matin clair et calme, je m’étais préparé rapidement et m’étais rendu sur les lieux en questions.

Réfléchissant au fait que je ne serais sans doute pas seule à avoir eu l’idée de m'y rendre. J’anticipe donc multiples rencontre. Finalement plus mes pas m’y amène et plus je me demande si ce n’est pas plutôt une mission suicide.
Je ne sais pas trop a quoi m’attendre et sur quelle survivant je pourrais tomber ou combien de mort je pourrais trouver mais…  

BAM!!

Un bruit me fais figé sur place et arme en main j’observe ce qui reste de la bâtisse et visualise ce qui m’as l’air humain entré par derrière en faisant éclaté la porte dans un bruit peu subtile. J’attends un moment continuant d’analyser, m’apprêtant à me rendre à cette porte a mon tour, je vois un homme de petite taille y pénétré alors, arbalète en main dirait-on. Deux rôdeurs gesticules et se dirige vers l’endroit où les survivants semblent être entrée. Je prends une grande respiration me préparant mentalement a affronter ne sait-on quelle périple à la con. Regardant la scène une dernière fois je me dis que je me jette véritablement dans la gueule du loup.

Ma batte en main je cours rapidement pour entré à mon tour, sursautant en tombant sur un macchabée encore debout qui semble poursuivre quelqu’un ou quelques choses. Sans attendre je ne le laisse pas poursuivre sa route et ma Batte de Baseball cloutée se fiche dans sa tête dans un craquement presque fictif. Je fais une grimace de dégoût et doit me prendre à deux mains pour la retiré de son crâne dans une petite giclé de sang.

Lampe de poche en main, je tourne la manivelle dans un cliquetis métallique qui se percute sur le béton du plancher et des parois murale,

Bravo pour signaler ta présence Bess, me dis-je murmurant à moi-même tout en serrant les dents, me maudissant pour cette stupide erreur.

Je l'allume finalement et j’avance lentement, mon cœur battant à tout rompre. Sachant que deux humains s’y trouvent déjà je redouble de prudence, observant autour de droite a gauche en longeant les murs.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Jeu 1 Juin - 19:42

Le membre 'Béatrice Williams' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D12 simple' : 12
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 34
Points : 343
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Carter Goudy
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 10 Juin - 18:54

Fouille
Carter & libre


Carter avait arrêter sa voiture un peu plus loin et observait les cendres de ce qui avait été un jour l'usine general motors. Il ne savait pas ce qui s'était produit, mais il se doutait bien qu'il devait y avoir eu un gros combat, car il y avait des cartouches un peu partout et il y avait également beaucoup de cadavre sur le sol, la moitié était à moitié dévorer, mais bon. Pendant un bon moment, Carter resta à bonne distance, il voyait des gens qui passaient et d'autres qui partaient, mais il ne savait pas s'il pouvait leur faire confiance, alors il préférait rester prudent. Ayant garder les clé de sa voiture dans ses poches et ayant mit son véhicule à l'abrit des regard dans un garage bien caché dans une arrière boutique, le jeune prit une chance en prenant sa hache de camp et s'approcha des restants de l'usine. Il ne savait pas ce qu'il trouverait, mais bon il allait surement repartir avec quelque chose.

Toujours à l'extérieur, Carter observait les alentours, il y avait beaucoup de voiture en morceaux, surement que ces voitures avaient été victime du combat qui avait fait rage dans le coin. Restant toujours prudent, Carter s'approcha de l'entrer de l'usine, il ne savait pas ce qui se trouvait à l'intérieur, mais juste à regarder l'aspect extérieur, on voyait que ce lieu avait eu de meilleur jour. Après avoir vu les gens entrer à l'intérieur, le scout réfléchit et attendit un bref instant avant de finalement se décider à continuer d'avancer vers l'entrer de l'usine en ruine. Arrivant devant ce qui avait été un jour la porte d'entrer, le jeune prit une grande inspiration et entra finalement dans ces ruines. Bien qu'il y avait certain mur qui avait été détruit et qui permettait de voir les pièces, il y en avait qui était toujours intact, donc continuant d'avancer, tentant le plus possible de ne pas faire de bruit pour ne pas attirer l'attention, Carter fini par s'arrêter devant une pièce. La porte était bloquée par un morceau de plafond étant tomber devant la porte.

Soupirant, il décida de prendre une autre direction et entra finalement dans une pièce dont la porte n'était pas très solide, car lorsqu'il posa sa main sur cette dernière pour l'écarter de son chemin, la porte tomba au sol et Carter se retourna rapidement pour être certain que personne ne venait dans sa direction. Finalement, ne voyant personne, il commença à fouiller la pièce à la recherche d'objet qui pourrait lui être utile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Sam 10 Juin - 18:54

Le membre 'Carter Goudy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D12 simple' : 2
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 477
Points : 815
Date d'inscription : 05/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Louis Hartmann
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 10 Juin - 21:09

Il y avait de l'animation pour un charnier finissant de se consumer dans les flammes de la guerre car c'est bien ce qu'il y avait eu ici. A voir les étuis un peu partout, les imbéciles avaient arrosé à l'arme automatique parfois de très gros calibre comme en témoignait l'étui de .50 BMG. Comme il ne côtoyait pas les groupes présents et évitait les humains en général sauf quand c'était nécessaire, Louis n'était pas vraiment aux faits de ce qui se passait dans Detroit et cela ne le dérangeait absolument pas. Il profitait de l'occasion pour grappiller. Mais visiblement aux bruits environnants, il n'était pas le seul. A plusieurs reprises des bruits avaient attiré son attention alors qu'il founait deci delà, lui indiquant que selon toute vraisemblance des gens avaient eu la même idée que lui. Il prit donc la décision de se faire une petite reconnaissance en hauteur.  

Abandonnant la presque épave de pick-up non sans récupérer les clefs, il longea le mur pour rejoindre une poutre d'acier, mais ce faisant il aperçut une jeune femme bien occupée avec une lampe à dynamo, après avoir activé sa manivelle sans discrétion, elle balayait les environs avec autant de furtivité qu'un convoi ferroviaire... Visiblement elle n'avait pas d'expérience, mais suffisamment de volonté pour éclater la calebasse d'un rôdeur avec sa batte cloutée. Il en fallait de toute façon, tant de la volonté qu'une batte cloutée, pour survivre dans ce nouveau monde.
Il était partagé. Il y a encore deux semaines, il l'aurait laissée se démerder sans état d'âme. Mais depuis il avait rencontré ce petit démon de fliquette et il ne pouvait plus empêcher la machine à apprendre de reprendre vie. Avec un soupir il s'approcha à une demie douzaine de mètres en mode ranger autant dire, un vrai fantôme puis claqua des doigts deux fois brièvement pour attirer l'attention de la demoiselle, montrant ses deux mains en signe de non hostilité, il ne prit pas la peine de sourire, il savait que cela la ferait fuir en hurlant... Il ne la regardait pas directement sachant que par réflexe elle pointerait sa lampe droit sur lui, l'éblouissant s'il ne s'en prémunissait pas.
Il s'était adressé à elle d'une voix posée, suffisamment basse pour ne pas être entendue bien loin, mais assez forte pour être intelligible pour les personnes proches.

"Coupe ta lampe tout de suite, tu vas te faire remarquer par le faisceau... ou par le bruit."

Joignant le geste à la parole il fit le signe classique pour couper la lumière/la radio. Derrière lui le raton laveur observait l'inconnue, curieux, mais aux aguets, elle pouvait être autant une menace que les rôdeurs.

"Si les rôdeurs s'en foutent, les vivants eux te remarqueront bien vite. Avec un peu de chance, personne d'autre ne t'aura vue ou entendue."

Et bien entendu son air sévère d'instructeur et le ton allant avec revenaient quand il faisait une remarque.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 326
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Andy Rodwell
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 26 Juin - 19:24

Inspirant un grand coup, toujours en tenant fermement son arme dans la main droite, Andy ouvrit brusquement la porte du placard afin d’y découvrir… rien. Un simple débarras rempli de boites en cartons vides et renversées, ainsi qu’une boite encore fermée. S’en emparant, le garçon la secoua doucement et un simple bruit métallique lui répondit. Ouvrant le contenant, il ne trouva que quelques munitions qui ne pouvaient pas lui servir, ce dernier ne possédant – ou ne maîtrisant – aucune arme à feu. Mais le monde actuel étant fait de trocs et autres échanges, elles pouvaient lui apporter quelque choses d’intéressant en retour, et ce n’était pas non plus quelque chose qui prenait énormément de place. Il fourra donc l’étui de carton dans sa poche et repris sa progression dans le dédale portant encore tous les stigmates de l’incendie récent.

Sa progression était toujours aussi lente, se voulant prudente et maîtrisée, afin d’éviter toute mauvaise surprise. Outre ces cadavres ambulants, il était persuadé de ne pas être le seul être humain présent en ces lieux, de nombreux sons résonnant faiblement dans l’écho de l’ancienne usine. Et parfois, certains vivants étaient aussi dangereux que la mort qui rôdait encore, triste période dans laquelle il vivait. Arpentant les différents couloirs qui s’offraient à lui, la plupart des pièces étaient vides et le matériel trop calciné pour être récupéré afin de lui offrir une seconde vie. Vraiment, quelle mauvaise idée il avait eu de venir ici…

Les différents sons qui lui parvenaient étaient assez courants finalement : grognements de rôdeurs, bruit de métal, chuchotements de voix… C’était désormais sûr qu’il n’était plus seul et il allait falloir la jouer très fine. Arrivé près d’une porte entrouverte, il se risqua à observer le plus discrètement possible à travers l’espace entre la porte et son cadre avant d’y voir deux personnes – un homme et une femme – en discussion presque silencieuse, ne percevant que des bribes trop discrètes pour être entendue. Pourtant, le visage de la jeune femme, bien qu’éloigné, lui disait quelque chose. Il était persuadé de l’avoir déjà vu quelque part, au contraire de l’homme qui lui était totalement inconnu. Devait-il se risquer à aller se présenter à eux, les ignorer ou les suivre discrètement afin d’éviter d’avoir à gérer une mauvaise rencontre en solo ?

La troisième solution serait la meilleure dans l’immédiat, jusqu’à ce que la situation exige qu’il se montre. Ou qu’il se fasse bêtement remarquer. Comme à l’instant, en faisant maladroitement grincer la porte en essayant de l’ouvrir un peu plus…
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 146
Points : 758
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 18:30

Il n'avait fait que quelques pas vers le bâtiment que des voix résonnèrent à l'intérieur. Si en temps normal Colin aurait adoré un brin de conversation, le cadre le rendait beaucoup trop mal à l'aise. En s'approchant discrètement, il buta sur quelque chose au sol. C'était un cadavre, celui d'une femme vu les formes. Son crâne avait été explosé. À ses cotés, un sac en plastique, bourré à craquer. Avec une voix désolée, il chuchota :

"Excusez moi madame."

Il s'empara du sac pour fouiller son contenu. Seulement de la nourriture, mais en bonne quantité. Elle avait dû essayer de s'enfuir quand le carnage avait mal tourné, mais un sniper l'avait cueillit sur sa route. C'était bien plus que ce que Colin espérait trouver en venant ici. Avec un dernier regard pour le bâtiment, il repris sa route en sens inverse. De toute évidence, allez plus loin ne lui attirerait que des ennuis.

Le chiot paru déconcerté par le comportement de son maître, mais il le suivi sans faire d'histoire. Le plus discrètement possible, les deux comparses regarnirent la camionnette à peine camouflée de l'écossais.

Il en ouvrit la portière, et réussi à s'engouffrer dedans. Il porta ensuite son petit chien sur le siège juste à coté de lui. Il claqua la porte. Dehors il gelait à pierre fendre mais Colin gardait bon espoir de réchauffer l'endroit. L'écossais choisit une des boites de conserves emportée par la femme, et l'ouvrit pour la tendre à Nessie. La petite créature en happa goulument le contenu pendant que Colin dépliait sa carte pour mieux choisir sa destination. Avec un triste regard pour la zone, il sortit son crayon pour rayé General Motors de la carte. Un autre jour, il reviendrait peut-être dans les environs.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 369
Points : 1184
Date d'inscription : 27/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 20:19

J'avais finalement pénétré en faisant mon entrée remarqué même si je ne l'aurais pas réellement souhaité. Ma lampe se promenant ici et là à la recherche de quelques choses d'utiles.

J'avais suivi deux survivants, du moins c’est ce que je croyais vue leurs façons de marcher plutôt normal. Bref j'avais longé les murs observant de gauche à droite tout en avançant lentement dans un couloir où la lumière se faisais de plus en plus rare.  

Dans un chuchotement la voix d'un homme s'éleva pour m'intimer de fermer ma lampe. Malgré la légèreté de sa voix j'avais sursauter et stoppé net mon avancé, risquant même d'échapper ma lampe dynamo au sol que je rettrapai instinctivement.

Putain de merde! Avais-je lancé en lui foutant, comme il l’avait supposé voyant son regard dévié, la lumière directement sur lui.  Voyant ces mains en l'air en guise de bonne foi j'avais baissé ma lampe et appuyer sur le bouton pour la fermer. Tel que demandé, je n’avais pas réellement posé de question et n’y observé plus longtemps celui qui se trouvait devant moi.

O.k mais je ne vois plus rien là ! Tu me guideras soldat ?? Avais-je lancé vers celui que j'avais entre aperçu et qui me faisais grandement pensée à mon oncle. Vue sa posture et sa façon d'être, je n'étiquetais généralement pas les gens mais ça me semblait plutôt juste, si je me trompais c'était seulement amusant. De toute façon je n'allais pas lui poser la question du moins pas maintenant, c'était ni l'endroit, ni le moment.

Le couloir continuait longuement en débouchant sur une grande salle ovale une porte en métal au bout de celui-ci , rappelant l'accès vers une ascenseur et une porte s'offrait à notre droite, désignant l'accès aux escaliers vue la pancarte qui l’indiquait juste à côté.

Un peu plus loin une porte entre ouverte enfin difficile à dire vue cette noirceur. Et je ne savais pas trop ce qu'elle pouvait contenir.

On monte ? Avais-je lancé a celui que je venais de rejoindre maintenant.
Je m'appelle Bess au fait lançais-je simplement en guise de salutation la main tendue. Un grincement de porte me fit prendre une posture un peu plus défensive sans visiblement prendre le temps de finaliser mes salutations, sur le qui-vive et sourcil froncé je tenais mon arme fermement les yeux plissé en tâchant de voir quoique ce soit.

Ma lampe de poche maintenant close, je n'étais pas certaine de ce que je voyais, même les battements de mon cœur qui s'accéléraient me rendais nerveuse.

Bordel mais qu’elle idée à la con cet expédition… Grrrr je m’en voulais intérieurement avançant lentement jusqu’à la porte en question, l’ouvrant en coup de vent, ma batte levé et je supposais l’homme à mes côtés. Je regardai le visage qui m’étais plutôt familier avec un air déconcerté et une bouche ouverte… Je soupirai finalement, rabaissant ma batte.

Bon sang... Annndyyyy Mon rire résonna en écho et visiblement soulager de voir quelqu’un que je connaissais dans cet endroit. Je ne me gênai pas pour lui faire une accolade visiblement heureuse de le revoir et le savoir en vie qui plus est.

Continuant de chuchoter, ma voix s’éleva doucement, Tu as eu la brillante idée de venir fouiller toi aussi ? On a trouvé une cage d’escalier pour monter, on s’y tente ?

Regardant les deux hommes j'attendait la suite en continuant d’observer autours. J’avaispoursuivis dans l’immense Hall d’entrée vitré qui laissais, sans doute à cause de la saletés accumulés, passé très peu de lumière. L’odeur de brûlée était plus présente et en farfouillant dans les bureaux de ce qui semblait être l’accueil, du mouvement à ma droite attira mon regard.

Bien que mes yeux semblaient s’habituer à la pénombre très lentement, je n’étais pas folle j’étais persuadé d’avoir vue quelques choses bouger. Dans un grognement de rôdeurs, ce qui restais du cadavre, se traînais au sol complètement carboniser, les yeux injectés de sang et la peau fondu et noircis. Je n’avais jamais rien vue de tel de ma vie, dans un élan ma batte s’abattit sur sa tête qui s’arracha sans effort et roula vers les deux hommes non loin, la tête s’égrainant en culbutant.
Quelques choses à la ceinture du cadavre attirèrent mon attention, un badge de gardien de sécurité et un petit couteau dans son fourreau, un fourreau plutôt fondu cependant.


Vien là toi !
dis-je alors en prenant le couteau intact dans un étuis noircis par la suie. Je souris de ma trouvaille et rejoint les deux gars ma nouvelle arme dans l'autre main.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 34
Points : 343
Date d'inscription : 29/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Carter Goudy
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 8 Juil - 0:21

Fouille
Carter & libre


Une fois à l'intérieur, le jeune Goudy était partie à la recherche de quelque chose d'utile, mais après quelques instant, le jeune scout n'avait rien vue d'important et finalement, il avait décider de faire son entrer dans une pièce pour voir ce qu'il pouvait trouver d'intéressant. En regardant dans la pièce où il se trouvait, Carter fini par trouver des flèches, mais honnêtement, il ne savait pas trop ce qu'il en ferait, car il n'avait pas d'arc, ni d'arbalete, donc pour le moment, ce qu'il venait de trouver était assez inutile pour son inventaire, mais bon, il allait tout de même les garder et peut être que dans le futur, il trouverait quelque chose pour pouvoir seservir des flèches qu'il venait tout juste de trouver. Tournant la tête, le jeune scout vit le lit qui se trouvait plus loin dans la pièce et il décida d'allez s'assoir un instant. Il retira un bout de bois qu'il déposa sur le sol pour ne pas faire trop de bruit et attirer l'attention de personne pouvant se trouver tout près de l'endroit où il se trouve.

Après une dizaine de minute, Carter décida de se relever et marcha vers la sortie de la chambre. Jetant un rapide coup d'oeil à l'extérieur, le jeune scout observa les alentour et comme il ne vit personne, il décida de quitter l'endroit où il se trouvait et continua de faire des recherches. Bien sur, il devait rester prudent, car il ne savait pas sur qui il pourrait tomber. Après avoir tourner dans un autre couloir, le jeune homme entendit des voix qui se trouvait un peu plus loin, alors il continua d'avancer sans faire de bruit, évitant le plus possible les débris qui se trouvait au sol et vit quelques personnes qui parlaient, alors pour sa sécurité et surtout pour ne pas à engager de conversation, il décida de retourner dans l'autre couloir et prit une autre direction, espérant tomber sur personne et qu'il n'aurait pas à se battre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 477
Points : 815
Date d'inscription : 05/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Louis Hartmann
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 8 Juil - 16:16

* désolé à effacer * Embarassed


Dernière édition par Louis Hartmann le Sam 8 Juil - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 477
Points : 815
Date d'inscription : 05/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Louis Hartmann
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 8 Juil - 16:17

Bon, au moins elle n'était pas hostile. Un peu bruyante par contre. Le militaire se rapprocha. Le coup de lampe dans la tronche ne l'avait pas ébloui mais avait complètement flingué sa vision nocturne, il lui faudrait quelques minutes pour y voir plus clair dans l'obscurité partielle de l'endroit.

"Tu y verras plus clair dans un petit moment, laisse tes yeux s'habituer à la luminosité ambiante. Nous ne sommes pas des chats, mais avec ce niveau de lumière on peut y voir si on en donne la chance à nos yeux."

Polie, elle se présentait et proposait même de coopérer. Le karma changeait il? Cela faisait deux personnes qu'il rencontrait et qui n'essayaient pas de le tuer! qui sait peut être les raclures s'étaient globalement tous entre-tués et ne restaient plus que les personnes avec un minimum de savoir vivre?... Mouais, peu probable.

"Hart... Louis, je m'appelle Louis et c'est une bonne id..."

Le bruit de porte derrière le fit passer en mode combat. Claquement de langue et de doigt en direction de l'inconnue disant s'appeler Bess et lui concentrait son attention vers la porte. Il voyait une silhouette accroupie. En revanche Bess elle allait droit sur la source de danger, suivie par un raton laveur prêt à sauter si elle se montrait hostile envers son maître. Le flottement fut de courte durée, la jeune femme reconnut le fureteur et avec son manque de discrétion déjà manifeste auparavant accueilli l'inconnu qui apparemment s'appelait Andy. Un grand gaillard à qui Louis n'avait pas envie de tourner le dos.

"Ca vous dirait de la mettre en sourdine?" Fut sa réaction à l'exclamation de Bess. Son regard était éloquent d'exaspération. "Nous sommes entourés de rôdeurs ET de survivants pas forcément bien intentionnés, bon sang!"

Il parlait entre ses dents, mais il avait beau murmurer on sentait bien la véhémence de ses propos dans le sermon qu'il servit à la jeune femme et qui valait aussi pour l'inconnu, Louis étant prodigue dans ses récriminations. Pour lui donner raison, deux cadavres ambulants rappliquaient par un des couloirs adjacents. Deux ce n'était pas grand chose, mais ils pouvaient annoncer le reste de la troupe. En deux coups de pied de biche et une fente pour éviter une accolade de putréfié leur cas était réglé.

Claquement de langue, Roscket revint près de lui. L'instructeur s'était arrêté devant Andy et Bess.

"Je m'appelle Louis, et pour tailler le bout de gras on attendra d'être un peu plus loin des rôdeurs."

Aussi aimable qu'une porte de prison, mais on ne pouvait pas lui donner tort pour le coup, d'autant plus qu'on entendait des pas traînants ici et là.
Rosket ne quittant pas les deux inconnus du regard, Louis grimpa les marches, donnant faussement l'impression qu'elles ne grinçaient pas tant que ça.

Le groupe avait maintenant quelques salles à explorer, celles du moins qui étaient praticables. Bess semblait déjà bien occupée de son côté, le militaire gardait malgré tout un oeil sur le gaillard.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Sam 8 Juil - 16:17

Le membre 'Louis Hartmann' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D12 simple' : 7
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 326
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Andy Rodwell
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 10 Juil - 2:41

Un sourire en coin vint naître sur les lèvres du jeune homme, amusé par sa propre bêtise. Jusqu’ici, il avait pu faire preuve d’une discrétion enviable et tout était tombé à l’eau pour une simple porte grinçante. Il s’était à peine appuyé contre elle qu’elle donnait l’impression d’avoir mille ans de rouille entre les gonds et toutes les peines du monde à s’ouvrir. Dans le peu de clarté qui régnait dans la grande salle, il pu remarquer que les deux personnes l’avaient repéré et qu’il valait mieux choisir intelligemment ce qu’il ferait, désormais. La lance prête à servir au cas où, il se dirigea lentement vers les individus, les mains levées afin de montrer patte blanche. Après tout, s’il y avait une chance pour qu’ils ne soient pas hostiles, inutile de se montrer agressif de son coté au risque de se retrouver dans une situation peu enviable…

Et la surprise fut totale quand une voix féminine, qu’il ne connaissait que trop, résonna généreusement dans presque l’ensemble de l’usine désaffectée en prononçant son prénom : Bess. Elle se dirigea vers lui et l’enlaça rapidement, étreinte que lui rendit furtivement le garçon, gêné par le manque de discrétion évident de la demoiselle. Il lui chuchota furtivement.

- Ouais, c’est moi. Content de revoir…

Elle expliqua rapidement la situation – peu complexe au demeurant – quand l’autre personne s’approcha d’eux. Un homme qui portait sur son visage un vécu et une méfiance évidente à l’égard des inconnus. Mais qui lui en voudrait, dans pareille situation ? On disait bien que l’Enfer, c’était les autres…

La voix de l’inconnu résonna brièvement, apparemment agacé par l’enthousiasme – peu discret – de Bess.

- "Ca vous dirait de la mettre en sourdine?"

Outre le ton de sa voix, c’était le regard de l’homme qui exprimait toute son exaspération. Ses yeux semblaient presque plus expressifs que ses mots, c’était assez impressionnant pour être constaté immédiatement.

- "Nous sommes entourés de rôdeurs ET de survivants pas forcément bien intentionnés, bon sang!"

Peu intéressé par le fait de se faire de cette personne un ennemi, Andy se contenta de hocher la tête et mit gentiment un coup d’épaule à la jeune femme pour lui faire comprendre qu’elle avait été assez imprudente mais sans méchanceté aucune.

Pourtant, comme pour justifier les paroles à peine prononcées, deux charognes mouvantes se dirigèrent vers eux, rapidement éliminées par ce même inconnu. Evidemment, il était rare de trouver des survivants n’ayant pas appris à contrôler un minimum les assauts de ces créatures de cauchemar de nos jours. D’un bruit caractéristique – un claquement de langue – et l’individu attira à ses pieds un animal. Un blaireau ou un raton-laveur, le jeune homme n’en savait trop rien. Positionné devant les deux amis, il reprit la parole :

- "Je m'appelle Louis, et pour tailler le bout de gras on attendra d'être un peu plus loin des rôdeurs."

- Andy. Va pour ça.

Bess les devança, montant rapidement à l’étage, suivie ensuite par Andy puis le dénommé Louis. Arrivé à destination, il trouva la jeune femme affairée au-dessus d’un cadavre calciné et balaya rapidement la pièce du regard. Il sentait de temps à autre le regard appuyé de Louis sur lui, mais il fit le maximum pour essayer de ne pas y penser, préférant fouiller un coin de la pièce à la recherche de quelques choses qui vaudrait le coup d’être venu risquer sa vie dans cet endroit puant…
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Lun 10 Juil - 2:41

Le membre 'Andy Rodwell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D12 simple' : 1
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 369
Points : 1184
Date d'inscription : 27/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Juil - 15:43


Nous étions montés sans l'enthousiasme de Louis décidément je l’ennuyais à mourir, en fait non je le décourageais totalement. Mais revoir Andy me ravissait vraiment nous avions passé plusieurs jours voir semaine côte à côte et nous nous étions perdu de vue depuis quelques jours. Le savoir en vie me rassurait au plus haut point, mais en parler maintenant serais du suicide vue le regard de glace que Louis m'avait jeté à l'étage inférieur.

L'étage où nous nous trouvions désormais sentait de plus en plus la fumée et pendant un moment je craignais que le feu ne soit pas totalement dissipé. Mes pas étaient moins certains et mon cœur battait la chamaille. Je n'en avais jamais parlé à personne sauf mon oncle et à Andy mais le feu était ma plus grande crainte, ma phobie. D’un pas moins assuré je ralentissais laissant les deux hommes prendre de l'avance.

Mes yeux tâchant de s'habituer à la pénombre de l'endroit. Nous traversions un étage entièrement vitrée noircis par la suie menant à une vaste salle circulaire où un bon nombre de carcasse automobile avais semblé auparavant être exposé. Il n'en restait que très peu de chose dû à l'explosion sans doute.  Des râlent de mort venait des étages supérieurs et dans une cage d'escalier qui montait en colimaçon.

Il y avait une petite salle à droite mais je ne pris pas l'initiative cette fois. Contrôlant la détresse qui semblait monter de plus en plus en moi. Respirant de grand coup reculé des garçons pour ne pas me faire remarquer.
Je fût surprise d'entendre un râlent derrière moi et d'avantages lorsque je me retournai en voyant la bouche immonde du mangeur de chair a quelques pouces de mon épaule. Je reculait en tombant sur les fesses, lâchant un petit hiiiiii! De détresse avant de prendre ma pioche et de lui planter solidement dans l'œil gauche. Coucher sur le dos je fermis un moment les yeux comme pour me ressaisir et me promis d’être plus vigilante, prenant une grande bouffée d'air tout en me relevant sous le poids du mort qui venais de me tomber dessus lourdement.

Son sang me giclant sur les mains et le visage lorsque je lui retirai mon arme de l'orbite, je grimaçai essuyant le plus possible le liquide encore chaud avec mon chemisier, tout en me relevant en reprenant mon souffle de cette agitation. Je regardai les deux hommes et leva le pouce en silence signalant que tout allait bien... Enfin, pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1066
Points : 2383
Date d'inscription : 12/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://inyourflesh.forumactif.org
Maître du Jeu
The Death
Matricule n°001
Maître du Jeu
Lun 10 Juil - 15:43

Le membre 'Béatrice Williams' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D12 simple' : 4
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 477
Points : 815
Date d'inscription : 05/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Louis Hartmann
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 21 Juil - 15:25

Ah ça, il n'y avait rien de tel qu'un sergent instructeur Hartmann pour vous ruiner une bonne ambiance et des retrouvailles. Mais bon, là il s'agissait aussi de leur survie, pas simplement une sortie d'un grincheux en chef motivée par son allergie sévère à la bonne humeur.
Le groupe explorait le premier étage avec une fortune diverse, Louis avait pu mettre la main sur un flacon de comprimés, il avait juste pris le temps de lire "antibiotiques" avant de le fourrer dans une poche de son sac, cela prenait du temps de tout explorer car le bâtiment avait sacrément souffert et il n'avait pas envie de passer au travers du plancher ou de se prendre le plafond sur la tronche, même dans les salles paraissant en bon état il avançait prudemment et pas seulement donc à cause des zombies. Speakin' of zombies... Il entendit le petit cri de Bess et oubliant la notion de lenteur sortit de sa pièce en trois enjambées pour retrouver la jeune femme se débarrasser du cadavre. L'ex militaire ramassa un chiffon posé là et lui lança pour qu'elle se débarbouille un peu mieux, opinant silencieusement du chef quand elle leur fit signe que tout allait bien.
Il n'allait pas vérifier qu'elle n'était ni griffée ni mordue, ils vivaient leur vie. Il n'espérait juste pas la croiser dans quelques jours le regard vitreux et de devoir lui enfoncer son pied de biche dans le crâne.

Cela faisait un moment qu'ils exploraient maintenant et l'usine ou plutôt ce qu'il en restait semblait avoir livré pour la plupart de ses trésors. Il faudrait des jours pour retourner tout l'endroit, mais les précédents occupants avaient déjà sans doute fouillé toute la zone et ce qu'ils trouvaient était sans doute soit ce que certains avaient fourré dans un coin pour ne pas partager soit ce qui avait miraculeusement échappé à leurs fouilles.

Sortant de bredouille de sa troisième pièce consécutive, il fit signe aux autres de se rapprocher. Parlant toujours bas malgré le bruit environnant entre poutres métalliques grinçantes, incendies résiduels ici et là et par moment quelques effondrements pour vous rappeler que vous étiez dans une ruine menaçant à tout moment de céder sous vos pieds.

"Je ne sais pas si nous trouverons encore quelque chose qui vaille la peine de risquer nos carcasses plus longtemps. On peut toujours tomber sur un butin qui vaudra le coup de se balader dans un bâtiment qui menace de s'effondrer sur nos tronches, mais on pourrait tout aussi bien passer notre vie ici sans jamais rien trouver d'autre que des rôdeurs et d'autres survivants pas forcément aussi bien disposés que nous. Quand il s'agit de survie, une des premières victimes c'est la coopération, ce qui est aussi stupide que la façon dont se sont comportés ces gugusses ici, mais les gens sont ce qu'ils sont.
Qu'est ce que vous en dites? Continuer? J'ai trouvé un pick-up en état de marche en bas on pourra donc mettre les voiles rapidement, y avait même encore les clefs, je pourrai vous déposer un peu plus loin si l'option mettre les voiles est au programme."


Le ton était posé, Louis leur laissait le choix, le sien était arrêté mais il les aiderait dans la mesure du possible.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» [INTRIGUE N°2] Groupe 1 : Au Sommet de la Tour
» Intrigue n°3, groupe 1 : Fête aquatique
» Intrigue VI => Groupe Boba
» Intrigue VI => groupe Matt
» Intrigue 2.1 - groupe 2 : pauvres âmes en perdition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum