Une troublante découverte [Iris]



InformationsContact
avatar
Messages : 106
Points : 565
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Lun 22 Mai - 14:15


28 Janvier 2016
Oh happy day ! D'accord, il n'y avait aucune raison de se réjouir, ils venaient d'enterrer un trop grand nombre de leurs amis à peine trois jours plus tôt. Mais alors que tout le monde vivait son deuil dans un coin du laboratoire, Rajesh retenait difficilement sa joie. Il était dans son propre petit coin du laboratoire, dans l'aile de recherche et tenait entre ses doigts fins un petit tube à essai fermé par un bouchon en silicone, remplis à ras-bord d'un épais liquide rouge foncé. Il l'observait avec des yeux pleins d'étoiles, comme s'il venait de trouver le Saint Graal. En fait, c'était un peu le cas, puisque dans ce joli petit tube à essai se trouvait pas moins que le sang de l'une des victimes de la grande bataille qu'avait mené une partie du groupe. Celui de Raphaël, l'ancien flic scientifique qui avait aidé si souvent Rajesh dans ses recherches. Le seul qui connaissait son secret. Il l'avait emporté dans sa tombe et laissé un cadeau incroyable au chercheur, sans le savoir. Pas parce qu'il ne pourrait plus jamais dire à qui que ce soit ce que cachait l'indien, non, parce que son sang... C'était le premier pas vers une véritable solution. Maintenant, il ne restait plus qu'à réussir à en tirer quelque chose.

Et le jeune homme comptait bien s'y mettre dès maintenant ! Il venait de terminer de nettoyer la pièce dans laquelle il avait procédé aux autopsies, étiqueté tous les échantillons récupérés sur les corps, il n'avait donc plus aucune excuse pour perdre plus de temps. Aussi, presque en sautillant, le brun quitta la pièce de nouveau aseptisée et traversa le couloir pour rejoindre sa chambre-bureau-laboratoire, dans laquelle il gardait précieusement ses découvertes, théories et autres secrets. Il laissa la porte ouverte, il avait pris cette habitude à force de côtoyer les nouveaux habitants des lieux, comme une invitation à venir le déranger et discuter quelques temps avec lui si l'envie leur en prenait, et il se laissa tomber sur le tabouret devant sa paillasse, déposant les échantillons devant lui. Il y avait une petite dizaine de tubes devant lui, chacun contenant différents fluides pris sur les trois corps. Il mourrait d'envie de commencer par ceux étiquetés « Raphaël Lucian, Im#000 » mais se força d'abord à prendre une profonde inspiration. « Je sais, je sais, mon grand. C'est terriblement excitant ! Mais allons-y doucement. Ça pourrait être une erreur idiote, un problème de timing. » se raisonna-t-il en enfilant une paire de gants en latex. « D'un autre côté... » Il tira son microscope pour l'approcher et aligna quelques lamelles de verre devant lui. Et avec toutes les précautions du monde, il ouvrit un premier tube de sang, celui de la jeune Charlie, et en préleva une goutte pour la déposer sur une première lamelle qu'il déposa ensuite sous la lentille du microscope. Il attrapa son bloc-note et le crayon de papier coincé derrière son oreille, nota le prénom, nom, sexe et âge de la patiente tout en haut d'une page vierge. Date et cause de la mort, date et heure du prélèvement, date et heure de l'étude... Il était complètement concentré dans son travail, tant et si bien qu'il n'entendit même pas les pas résonnant dans le couloir menant à sa chambre.

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 149
Points : 1075
Date d'inscription : 05/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Iris Walker
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Lun 22 Mai - 15:19

La matinée d'Iris avait été catastrophique, avec son lot de blessure. Malgré sa haine des arts culinaires, et son incapacité totale à préparer quelque chose de comestible, elle s'était proposée pour aider Ruth à préparer le repas de ce midi. Elle avait eut pitié de la pauvre femme qui essaya de jongler entre la préparation du repas et ses deux enfants, et le regrettait amèrement. Une entaille lacérait sa main, assez profondément, et laissait s'échapper du sang partout sur le plan de travail. Le bébé avait tourné la tête vers elle en entendant son cri étouffé. La cuisinière avait mit une dizaine de secondes à se rendre compte que quelque chose n'allait pas. Elle se leva et s'approcha d'Iris. Le verdict tomba après un rapide examen :

« Ça à l'air plutôt profond, si on fait rien ça va s'infecter. Va voir Rajesh, il devrait pouvoir te recoudre. »

C'était ainsi qu'Iris c'était retrouvée à vagabonder dans les couloirs du laboratoire, à serrer un torchon contre sa main ensanglanté, en cherchant le labo d'un certain Rajesh en espérant qu'il pourrait la recoudre.Alors qu'elle croyait être perdue, une voix teintée d'un accent indien parvint à ses oreilles. Elle entrouvrit délicatement la porte, et jeta un œil à l'intérieur de la pièce. C'était un laboratoire, avec dedans un homme. Blouse blanche, cheveux noirs, peau mat. Il marmonnait, penché sur son microscope. Iris s'éclaircit la gorge, et demanda doucement :

« Excusez moi, vous êtes Rajesh ? »

Le type sursauta. Il n'avait pas du l'entendre arriver. Elle prit un air désolée, et montra sa main.

« Rapport à ça, il paraît que vous pouvez me recoudre. »

L'adolescente eut un sourire idiot, qui fit vaguement disparaître la douleur. Elle avait déjà remarqué l'homme quelques temps plus tôt, quand elle était revenue de chez les Punishers. Leurs contacts avaient été très limité, pour ne pas dire inexistants. Malgré ça, elle ne pouvait pas dire qu'il la laissait indifférente. C'était peut-être sa trop longue absence de contact avec des gens saints d'esprit, ou ses hormones qui la travaillait, mais elle sentait des papillons se former dans son ventre. Elle essaya de chasser ses pensées parasites. Elle était là pour se faire recoudre, c'est tout. Iris passa le reste de son corps dans la pièce, et ferma la porte derrière elle.


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 106
Points : 565
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mar 23 Mai - 9:32

Penché au-dessus de son microscope, Rajesh s'était plongé pour de bon dans ses recherches, allant même jusqu'à ne plus dire un mot, ce qui n'était vraiment pas dans ses habitudes. Sous ses yeux défilaient tant d'informations qu'il se devait d'occulter tout le reste pour ne pas rater celle qui pourrait faire toute la différence. Raison pour laquelle il ne remarqua pas le moins du monde que quelqu'un venait de pousser la porte de sa chambre et qu'il sursauta plutôt violemment en entendant une voix tout près de lui.

Il retrouva son calme rapidement, un sourire sur les lèvres, en avisant une jeune fille qui lui demandait s'il était Rajesh et pointait sous son nez une main enroulée dans un torchon sanglant. Arf, mais qui avait été dire qu'il pourrait l'aider ?! « Oui, oui, je suis Rajesh. » répondit-il en louchant sur sa main. Bon, en même temps, Mathilde ayant décidé de s’éclipser, il ne restait plus que lui ici qui puisse donner l'impression d'être un médecin. Devait-il l'informer quand même qu'il n'avait jamais fait d'internat et qu'il ne saurait probablement même pas recoudre un bouton à sa blouse ? Ce n'était probablement pas le genre de chose que voudrait entendre une adolescente blessée juste avant de se faire soigner par un étrange bonhomme. « Montrez-moi votre main ! » l'invita-t-il à la place, en réorganisant un peu son matériel pour lui faire de place. Il retira ses gants et observa la main que la jeune fille venait d'extirper de son torchon.

La plaie semblait nette, mais le jeune homme se félicita quand même de ne pas être du genre trop fragile, car ça saignait bien. De quoi donner la nausée à quelqu'un de moins habitué. « Je vais essayer de vous arranger ça ! » assura-t-il à la demoiselle en lui adressant un sourire qu'il espérait rassurant. Ne voyant pas son propre visage, il n'aurait pas pu en jurer, mais l'important était d'essayer, pas vrai ? « Ne bougez pas. » Aussitôt, il se leva et la contourna pour quitter la pièce et retourner dans celle qui était probablement devenue officiellement sa morgue ou sa salle d'opération, au choix. Il farfouilla quelques secondes dans les quelques tiroirs, parvenant finalement à trouver un kit de suture oublié là et retourna auprès de sa nouvelle patiente.

Il ouvrit le kit après avoir enfilé une nouvelle paire de gants en latex et s'être reposé sur son tabouret. Il perdit une seconde supplémentaire à se faire la réflexion qu'il ne lui manquait plus qu'une paire de lunettes avec des verres comme des culs de bouteille pour parfaire son image, mais se décida enfin à préparer son matériel. « Vous voulez vous asseoir ? Ça risque d'être douloureux. Enfin, j'imagine... » Décidément, il n'était pas le plus doué pour rassurer quelqu'un... Hélas, même si elle avait pris tout son temps pour lui répondre, ce fut encore trop rapidement que Rajesh n'eut plus aucune autre excuse pour ne pas se lancer. En soi, ça n'avait rien de très compliqué, il avait suturé des tonnes de personnes avant elle. Seulement... Ces gens étaient généralement morts. Du genre mort-mort, qui ne fait pas de geste brusque, ne hurle pas de douleur et ne se met pas à pleurer. « Comment est-ce que vous vous êtes fait ça ? » demanda-t-il alors qu'il venait juste de piquer. La faire parler pour faire diversion... Les vrais médecins, ceux avec un doctorat en médecine et pas en biologie, faisaient souvent ça, non ? Il suffisait de donner l'impression de savoir ce qu'on faisait et le tour était joué !

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft


Dernière édition par Rajesh Manjrekar le Lun 29 Mai - 12:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 149
Points : 1075
Date d'inscription : 05/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Iris Walker
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 28 Mai - 3:39

L’adolescente était un peu effrayée de retirer son torchon, mais le saignement avait eu le temps de se calmer un peu depuis la cuisine. Mais la plaie restait vraisemblablement assez importante pour mériter d’être recousue. Elle profita du moment où il était sorti de la pièce pour examiner brièvement la coupure. C’était une entaille profonde, mais nette, qui courrait du milieu du dos de la main jusqu’à son avant bras.

En le voyant revenir avec son kit de suture, Iris sentit que ça n’allait pas être un moment très agréable, aussi elle accepta la chaise gracieusement offerte par le médecin. Elle tend son bras, et serra les dents quand il enfonça l’aiguille pour la première fois. Pas question de hurler de douleur ou de se montrer faible,. Elle eut une petite pensée pour Leïa, en se souvenant des nombreuses cicatrices qu’elle arborait.

Rajesh lui posa une question, détournant son attention de l’aiguille qui se plantait une nouvelle fois dans son bras.

« J’ai décidé d’aider en cuisine, sauf que je suis nulle. Y aura peut-être des morceaux de mes doigts dans le potage la prochaine fois. »

Elle rougit. Qu’est ce qu’il lui prenait de faire des blagues aussi nulles ? Elle mit ça sur le compte de la douleur, et de la nervosité. C’était la première fois de sa vie qu’elle se faisait recoudre. Les bords de la plaie qui se rapprochaient petit à petit avait quelque chose de fascinant.

Reporter son attention sur la blessure fit revenir la douleur, et son poing se serra à s’en blanchir les jointures. Elle eut un regard désolé pour Rajesh, en promettant tacitement de ne plus bouger. Iris n’osait pas lui parler, de peur de le déconcentré. Peut-être aussi parce qu’il l’intimidait un peu. Aussi elle profita qu’il était penché et concentré sur son bras pour scruter son visage. Un peu classique, bien que clairement typé indien. Sa barbe couvrait le bas de ses joues et camouflait son menton, lui donnant un air de nounours. Pas que ça dérange Iris, bien au contraire.


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 106
Points : 565
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Lun 29 Mai - 13:15

L'important dans la vie, c'était de donner l'impression qu'on savait ce qu'on faisait. Et Rajesh savait plus ou moins ce qu'il faisait, il avait une maigre expérience en suture, résultat d'une observation intensive sur le légiste de la bande quand il était encore chercheur et d'une pratique plutôt modérée quand le légiste en question et lui veillaient tard au-dessus des cadavres et que son collègue lui enseignait quelques bases. Pratiquer sur un sujet vivant était tout de même beaucoup plus stressant et la jeune fille avait beau faire bonne figure, elle tressaillait de temps en temps, dès qu'il piquait de nouveau dans sa peau et ça le stressait considérablement.

Et comme à chaque fois qu'il était stressé, son cerveau se faisait plaisir en faisant remonter tout un tas d'informations et de déclarations parfaitement inutiles qu'il avait un certain mal à retenir de s'échapper de ses lèvres. D'ailleurs, après avoir lâché un petit rire à sa plaisanterie, il ne parvint pas à se retenir très longtemps. « Tu sais, l’anthropophagie est une pratique très courante dans toutes sortes de sociétés, des plus évoluées aux plus simples. » Il ne la regardait même pas en déblatérant ses âneries, faisant de son mieux pour se concentrer sur sa tâche, histoire qu'elle ne garde pas une trop affreuse cicatrice jusqu'à la fin de ses jours. « Il y a même fort à parier que ce soit redevenu une pratique répandue aujourd'hui, en l'absence de supermarchés fonctionnels. Mais je crois que tu devrais quand même garder tes doigts pour toi, parce que je ne pourrais malheureusement pas te les rattacher s'ils tombent dans la soupe... » Il releva les yeux vers elle le temps de lui faire un petit sourire amusé, histoire de lui faire bien comprendre que, malgré son étrangeté, il plaisantait bien et n'était pas du tout en train de l'encourager à faire ce genre de choses ici. Il avait déjà bien assez de problèmes avec Cale comme ça, pas la peine d'en rajouter une couche.

Le chercheur retourna à sa couture en laissant le silence planer quelques secondes après qu'il ait manqué de rater un point. La pauvre. Les pauvres, en fait. On lui avait confié ce poste à cause de sa blouse blanche, mais il ne pourrait vraiment pas garantir le résultat... enfin, quand il parvint à reprendre le coup de main, il se décida à reprendre la parole. « Tu es la fille de Cale, c'est bien ça ? » demanda-t-il, l'air ailleurs. Il se souvenait d'elle ou du moins de l'avoir vu vaguement lorsque le Fossoyeur était venu ici. Il n'était pas sorti du laboratoire ce jour-là et il n'en était pas très fier, mais il avait observé la scène depuis une fenêtre du bâtiment et suivit un peu ce qui s'était passé dehors grâce aux bavardages des autres survivants. « Je crois bien que ton père ne m'aime pas beaucoup... Il n'entend rien à la science et il me prend pour un vrai fou, mais c'est un homme sur lequel on peut compter. Tu dois être fière d'être sa fille. » Il continuait de la faire parler pour lui occuper l'esprit, surtout parce qu'il y allait vraiment lentement, beaucoup trop lentement pour que ce soit agréable. Mais en tout cas, elle pourrait bientôt se vanter partout d'être sa plus belle œuvre !

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 149
Points : 1075
Date d'inscription : 05/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Iris Walker
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mar 13 Juin - 0:07

La simple présence de Rajesh lui donnait l'impression d'être stupide. Un peu comme les adolescente dans les feuilletons qu'Elize et elle avait toujours détesté. Ses joues s'empourpraient pour un rien, elle riait même aux plaisanteries les plus stupides et elle avait du mal à regarder le médecin dans les yeux. C'était ridicule. Quel âge il avait ? Dix, quinze ans de plus qu'elle ? Iris avait déjà été amoureuse dans sa vie. Mais jamais d'un homme. Son père n'avait jamais su, bien sûr. Elize et sa mère était au courant, mais les trois femmes avait toujours choisi de taire la bisexualité d'Iris à Cale. Et ça n'avait pas été difficile, il n'était pas très présent avant l'apocalypse.

Rajesh continuait de parler, avec un air assez confiant. Iris se contentait de répondre aux questions :

« Ouais, c'est moi. »

En jetant un œil vers sa main, elle serra les dents. La couture était plutôt nette, mais elle était presque sûre de garder la cicatrice pour un moment. Peut-être même à vie, vu les conditions actuelles.

« Il a jamais été foutu de m'aider pour mes maths, c'est vrai. Mais sinon ouais, je suis plutôt fière d'être sa fille. »

L'aiguille commençait à remonter vers son bras, lui faisant de plus en plus mal. Elle décida de le faire parler un peu, pour changer :

« J'étais dans ce groupe avant, je t'ai jamais croisé. Je m'en serai souvenu sinon. Enfin, je veux dire... T'es arrivé ici comment ? »

Ses joues était rouges vives. L'histoire de l'indien l'intéressait, et elle avait envie d'en savoir plus sur lui. Genre, s'il avait une petite amie, UN petit ami, ou des antécédents amoureux avec des filles de quinze ans de moins. Mais vu les conditions, est ce que ça comptait vraiment ? Il n'y aurait plus jamais personne pour mettre un pédophile en prison, ou pour dire que deux personnes n'ont pas le droit d'être ensemble. C'est aussi ça, l'apocalypse.


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 106
Points : 565
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Ven 23 Juin - 14:09

Tout semblait se passer correctement, la jeune fille ne hurlait pas et Rajesh avait l'impression de parvenir à faire des points plus ou moins fonctionnels. Ils étaient alignés en tout cas et ça ressemblait réellement à ce qu'aurait fait un vrai médecin... Enfin en tout cas c'était ce qu'il se disait pour continuer sans se mettre à paniquer. Et puis, la jeune fille reprit la parole pour poser une question à laquelle le chercheur ne s'était pas attendu et il enfonça son aiguille un peu plus profondément avant de la retirer tout à coup et de poser les yeux sur sa patiente. Il la jaugea un instant du regard, hésitant à répondre. Mais si elle avait vraiment voulu savoir, il n'y avait qu'à sortir de cette pièce et demander à la première personne qu'elle croiserait et elle saurait, alors... Aussi bien lui dire la vérité tout de suite et s'épargner de passer pour un crétin plus tard...

Rajesh prit une profonde inspiration et se ré-intéressa à la blessure et à ce qu'il faisait, reprenant tranquillement ses points. « J'étais ici depuis le début de l'épidémie. » lâcha-t-il après quelques secondes, une fois certain qu'il maîtrisait parfaitement sa tâche. « Je travaillais là depuis quelques semaines, je dirais... Ça fait tellement longtemps, je ne suis pas sûr de me souvenir. Mais bref, quand tout a commencé, mes collègues et moi, on... On a fini dans le bunker qu'il y a à côté et on est resté là pendant presque six mois, je crois. C'est ce que m'a dit Mathilde quand elle m'a trouvé. Que ça faisait déjà six mois. Il ne restait plus que moi depuis un moment, ça m'a fait drôle de voir débarquer du monde tout à coup... » Un petit sourire amusé étira ses lèvres, quand bien même les souvenirs qu'il gardait de cette étrange journée n'avaient rien de drôle. Enfin, le temps était passé et il avait tourné la page, plus ou moins, sur tout ce qui était arrivé avant ce jour-là. Et puis, avec le temps, il s'était habitué à raconter son histoire aux quelques curieux osant passer le pas de sa porte pour lui parler. Ils n'étaient pas si nombreux, au fond, mais Rajesh avait son petit discours tout prêt : ce qu'il se permettait de raconter et qui n'impliquait jamais le côté sombre de sa vie. « Avant qu'on ne m'engage ici, je travaillais à Atlanta, au C.D.C. Tu connais ? » demanda-t-il un peu vaguement. « Si je n'avais pas été envoyé ici juste avant que ça ne tourne mal, qui sait... Je ne m'en serais peut-être même pas sorti ! »

Il ne restait plus que quelques points et il en aurait terminé pour de bon. Ça semblait plutôt bien, pas très régulier, mais bon... Il faudrait qu'ils finissent par trouver un vrai médecin s'ils s'attendaient à un meilleur service, parce qu'un chercheur et une infirmière, c'était assez moyen comme équipe de secouristes... « Et toi, d'où est-ce que tu viens ? » demanda-t-il en finissant ses points. Il avait parlé de ses histoires, à elle maintenant !

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 149
Points : 1075
Date d'inscription : 05/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Iris Walker
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Sam 24 Juin - 2:03


Iris buvait les paroles du bel indien, les yeux fixés sur son visage triste pendant qu’il lui racontait son histoire. Elle se sentait mal pour lui, et n’osait pas parler même pour essayer de le réconforter. De toute façon, elle n’aurait pas su quoi dire. Le visage de l’adolescente, qui restait fermé, s’alluma quand il mentionna le nom d’Atlanta. En partie parce qu’elle était heureuse de voir un autre habitant de sa ville natale, mais surtout parce que c’était Rajesh. Quand il lui demanda d’où elle venait, elle se redressa avec enthousiasme, provoquant un faux mouvement de l’aiguille. Elle serra les dents en retenant un gémissement de douleur.

« Désolée… J’avais pas entendu quelqu’un parler d’Atlanta depuis des lustres. Je suis de là-bas, mais on a fui juste après l’épidémie avec mon père. Je crois que je me rappelle du CDC, s’était un gros bâtiment assez loin du centre-ville, non ?»

Elle le laissa rattraper l’erreur qu’elle lui avait fait faire, sans se plaindre. Tout en le regardant travailler, elle se demandait ce qu’elle pouvait lui raconter de son histoire, et ce qu’elle devrait laisser de côté. Sa mère et sa sœur, notamment, qui resterait une fois de plus enfouies dans les souvenirs d’Iris. Elle gardait ce genre d’histoire pour Leïa maintenant.

« On est arrivée à Detroit, après un petit séjour chez des bikers. C’était le gang de mon père, mais ils nous ont laissés tombé. Après, on est venu en ville, puis on a trouvé le groupe de survivants qui vit ici. »

Elle reprit sa respiration, en se rappelant de la suite. La neige, son père qui lui ordonnait de fuir dans Detroit en plein hiver… Puis sa vie chez le Fossoyeur et les Punishers. L’adolescente décida d’écourter son récit, et termina :

« Après on a été séparé, et j’ai vécu quelques mois avec Bruce Cameron. Après la bataille de la semaine dernière… »

Avec une voix plus enthousiaste et un sourire en coin, elle désigna son corps de sa main libre, en prenant bien soin de garder son bras opéré immobile.

« Me voilà ! »


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 106
Points : 565
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mar 27 Juin - 12:29

Sans crier gare, la jeune fille bougea un peu trop brusquement, prenant Rajesh par surprise et le faisant rater un mouvement. Il piqua la peau un peu trop profondément qui lui tira un sifflement de compassion. Ouille, ça avait du être douloureux, ça ! Mais Iris ne hurlait toujours pas, il la trouvait vraiment courageuse à vrai dire et se sentait bien incapable de se montrer aussi résistant à sa place. « Désolé. » murmura-t-il doucement en reprenant le travail avec application. Il ne s'était jamais senti aussi zélé à faire quelque chose. Son travail d'autrefois, il le faisait avec tout autant de sérieux et d'acharnement, mais c'était avec passion, or il n'en ressentait aucune à la pratique de la médecine. Mais on parlait de la fille de Cale, là et d'une habitante du labo. Rien que ça suffisait à le motiver à se montrer parfaitement responsable, ne serait-ce que pour gagner un peu de l'estime du père qui l'effrayait considérablement.

« Tu viens d'Atlanta, toi aussi ?! » s'exclama-t-il en relevant les yeux vers la jeune fille. Ça alors, il ne l'aurait jamais cru. « Oui, un très gros bâtiment, le plus grand centre de recherche du pays. Il y a des pôles un peu partout aux U.S.A mais celui d'Atlanta est le principal. Enfin, je ne vais pas t'ennuyer avec mes histoires de scientifique, c'est affreusement barbant, j'en ai bien peur... » avoua-t-il dans un sourire. Il aimait bien cette petite. Peut-être parce qu'elle était l'une des rares personnes ici à lui parler avec ce genre de sympathie, comme si elle s'intéressait réellement aux histoires qu'il racontait, contrairement aux autres qui l'observaient toujours avec au choix de la pitié, un sourire légèrement moqueur ou au moins amusé, ou de l'incompréhension totale. Il ne se sentait pas bête de foire, pour une fois, et c'était relativement agréable.

Son sourire perdit quand même de sa superbe quand il entendit la suite. Un gang ? Ça expliquait certainement les frissons que lui filaient Cale chaque fois qu'il le voyait. Cet homme avait un petit quelque chose qui ne laissait personne indifférent, du moins d'après Rajesh. Avait-il le droit de juger le passé de Cale ? Il imaginait mal que grandir avec un père membre d'un gang de biker soit l'idéal pour mener une vie équilibrée. Cela dit, ça devait l'être pour s'en sortir dans un monde comme le leur... La preuve, elle était toujours là, en forme malgré sa petite maladresse en cuisine et elle ne semblait pas malheureuse.

« Le Fossoyeur, c'est ça ? » demanda-t-il à la fin de l'histoire d'Iris, se redressant une fois pour toute en déposant son aiguille sur sa paillasse. Il fit craquer ses doigts avant de jeter un œil au résultat. Bon, la suture n'était pas parfaite, mais ça allait plutôt bien compte tenu de son expérience dans le domaine. « Et voilà le travail ! T'en penses quoi ? Tu vas avoir une belle cicatrice à mon avis... Si les points s'arrachent, reviens me voir tout de suite, d'accord ? Il faudra que tu reviennes dans une semaine à peu près pour que je les retire pour de bon, de toutes manières. » Il lui adressa un sourire gentil avant de s'occuper de poser un pansement sur son travail et de finalement retirer ses gants pour jeter tout le matériel dans la poubelle cachée sous le bureau. Fiou, il était quand même assez content du résultat. Sa première tentative resterait une bonne expérience pour la suite. « Comment c'était, avec le Fossoyeur ? » demanda-t-il soudainement, après avoir observé la jeune fille quelques secondes sans rien dire. Il avait tellement entendu parler de cet homme, mais sans jamais pouvoir le rencontrer, ni même poser les yeux sur lui une seule fois... Pour Rajesh, cet homme tenait plus de la légende que de la réalité et il écoutait la réponse d'Iris comme il aurait écouté une histoire de fantôme racontée un soir au coin du feu, les yeux grands ouverts, parfaitement silencieux, concentré et un peu inquiet de ce qui viendrait ensuite.

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 149
Points : 1075
Date d'inscription : 05/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Iris Walker
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Jeu 20 Juil - 1:50

« Nan, tu m'ennuie pas. Ça me change un peu des histoires de zombies explosés, ou de bourrin. »

Et je ferai n'importe quoi pour continuer à te parler, parce que je sais pas quand sera la prochaine fois
. Elle chassa cette pensée de son esprit. Même si elle ne pouvait lier que dans son ventre, ses entrailles se tordait avec une douceur incomparable. Son sang montait à ses joues sans prévenir, et ses commissures se tordait en une sorte de sourire un peu pincé de temps à autre. Plus que tout, elle se sentait incroyablement bête.

Le beau scientifique venait de finir son travail. Elle regarda son bras avec un sourire satisfait. La cicatrice resterait sûrement toute sa vie, mais elle était assez bien recousue pour lui donner un air de guerrière endurcie.

« Elle est super, j'aurai un air super badass même si je me suis fait ça avec un couteau à légume. »

Elle lui jeta un regard timide, et ses yeux rejoignirent en moins d'un instant la pointe de ses ranger. Chacun de ses mots la laissait face à sa stupidité, qui lui semblait abyssale.

« Le fossoyeur… C'était mon parrain au départ. Lui et Cale ont fait équipe un moment. Mais on vivait à l'hôtel avec ce groupe de survivants. Y a eu une tempête de neige un jour, et mon père m'a dit de le rejoindre et... »

Elle soupira. Il lui avait demander de parler du Fossoyer, pas de sa vie.

« Mais bref, c'est pas intéressant. Bruce était plutôt protecteur, mais la mort de sa fille lui avait mit un sacré pet au casque. »

L'adolescente l'avait connu avant et après la mort de la petite. Il n'avait pas son côté « dictateur » avant qu'elle ne se fasse buter.

« J'avais pas trop le choix, du coup je suis resté avec lui… enfin avec eux. Y avait aussi tout les connards sans morale qui le suivait. »

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 106
Points : 565
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mer 26 Juil - 13:51

Un sourire compatissant accompagnait le récit plutôt épars de la jeune fille, alors que Rajesh trifouillait sa paire de gants usagée en la regardant. Il n'osait imaginer ce que ça avait du être de vivre au milieu de ces hommes et de ces femmes qui n'hésitaient pas à suivre un fou sans foi ni loi pour décimer les quelques survivants de ce fléau. Il n'avait jamais connu Bruce, jamais même vu ce dont il était réellement capable, mais les gens en parlaient beaucoup au laboratoire, surtout depuis que ce Doug avait été tué devant les portes de leur abri. Et le chercheur ne pouvait qu'imaginer ce qu'avait traversé Iris pendant les quelques mois qu'elle avait passé aux côtés de ce monstre. Mais elle était pourtant en vie, en pleine forme malgré cet accident avec le couteau de cuisine et elle avait retrouvé son père et un environnement un peu plus agréable pour continuer sa vie. C'était le plus important, non ? Le passé devait rester passé et il fallait se satisfaire du mieux qu'on puisse obtenir.

Distraitement, Rajesh reposa les gants en latex sur la table carrelée de céramique et son sourire s’agrandit considérablement alors qu'il plongeait son regard dans celui de l'adolescente. « Tu es avec ton père, maintenant. Et ce Bruce n'est plus qu'un mauvais souvenir. » lâcha-t-il, plein d'optimisme. « C'est tout ce qui compte. » Il se trompait peut-être, mais il avait l'impression que la jeune fille avait été pas mal éprouvée par ce qu'elle avait vécu là-bas. Ça n'avait rien d'étonnant en soi. « Mais si tu as besoin de parler... De ça ou d'autre chose, tu peux venir me déranger quand tu veux, d'accord ? Je ne suis pas un vrai médecin, mais j'ai une bonne oreille. » Il n'avait vraiment rien contre le fait de l'écouter parler de ses histoires si elle en ressentait le besoin, surtout si ça signifiait qu'elle passait du temps ici, à lui changer les idées. Tout le temps qu'il passait enfermé dans ce labo lui pesait considérablement et il n'y avait rien de tel que quelques histoires pour s'aérer l'esprit tout en restant au même endroit. « Mais tu es libre de retourner en cuisine, maintenant ! » rajouta-t-il, un peu plus joyeusement. « Tâche juste de ne pas plonger ta plaie dans de l'eau. Et enlève le pansement dès ce soir, que ça respire un peu, d'accord ? »

Ces dernières recommandations faites, le chercheur débarrassa sa paillasse et recommença, tout naturellement, à installer ce dont il avait besoin pour poursuivre ses propres recherches. Il n'avait rien contre l'idée d'un public pendant qu'il travaillait, mais il fallait absolument qu'il s'y remette maintenant, pendant que ses échantillons restaient utilisables. Très vite, il se retrouverait de nouveau sans rien, chaque petite seconde comptait pour trouver une solution et il en avait déjà perdu des mois entiers.

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» découverte d'un FNI: félin non identifié! (pv fely) sujet clos
» Une étrange découverte
» Passion of Iris / Random Booster
» Iris Fowl [Manque Avatar]
» En cours d'écriture Boule Scintillante | Chaton => Iris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum