She sang nothing but requiem || Leïa




Aller à la page : 1, 2  Suivant
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 27 Mai - 11:55


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


L'esprit embrouillé, la tête lourde, Rashka fût ramenée à elle par une légère tape sur la joue, qui, en d'autres circonstances, aurait presque pu être affective. Les paupières à demies-closes, elle se rappela d'abord qu'elle avait faim. Tellement faim... Ses muscles se réveillent, eux-aussi, lui remémorant qu'ils avaient étés plutôt maltraités, ces derniers temps. Relevant péniblement la tête, ses yeux clairs se posèrent sur le visage effroyablement enjoué du type qui finissait de s'assurer de la solidité de ses liens. Attachée à une poutre en métal rouillée, la brune eut un soubresaut de panique. Ça y est. Elle avait pleinement repris connaissance. Une heure auparavant, peut-être un peu plus, elle s'était bêtement faite surprendre dans son sommeil par un trio de survivants qui faisait très mauvais genre. Le style que sa mère lui aurait formellement interdit de fréquenter, avant tout ça. A cette pensée, celle qui était autrefois reconnue quand elle se baladait dans le rue esquissa un sourire. Ou tenta, plutôt. Une douleur perçante l'informa que sa lèvre devait être coupée.

Pourtant, même si elle s'était férocement débattue quand ils l'avaient chopée, elle ne se souvenait pas avoir pris tant de coups que ça. Jugeant que la brune gigotait trop, ils s'étaient contentés de l'assommer pour mieux la maîtriser. Une belle brochette de lâches, en somme. Évitant précautionneusement de croiser le regard du taré qui s'était installé sur une chaise, face à elle, Rashka observa, impuissante, les deux autres étaler leurs trouvailles sur la table en acier qui constituait l'unique meuble de la pièce. Son hamac de poche avait été soigneusement replié, et son katana avait trouvé refuge dans son étui. L'idée même qu'il ai été sali de leurs mains de monstres lui laissait un vieux goût dans la gorge. Resté silencieux jusqu'alors, le sadique qui la matait depuis un moment lui arracha un sursaut en prenant la parole. « En plus de nous amuser, t'es vachement utile comme nana, t'as pas mal de trucs utiles sur toi. » Affichant un sourire édenté, il avança un peu sa chaise, aussi la jeune femme se cala un peu plus contre la poutre. « Très mignon, ton album photo. T'en fais pas, on s'en servira aussi, une fois qu'on en aura fini avec toi, ma belle. Pas vrai les gars ? »

Les gars en question rigolèrent grassement en se chamaillant une des-dites photos. Seigneur... Celle des Maldives, où sa mère et elle savourent un cocktail, en bikini sur des grands transat. A ce moment là, c'est comme la goutte d'eau qui vient confirmer que le vase va déborder. Préférant fermer fortement les yeux pour ne pas laisser couler les larmes, l'autrefois étudiante tente de se raisonner. Avant même qu'il ne fasse une telle supposition, elle savait très bien ce qui l'attendait. Elle allait servir de poupée gonflable à ces gros porcs répugnants, et le dernier d'entre eux la finirait certainement en lui tranchant la gorge. Une fin idéale, pour une fille vierge, pas vrai ? Complètement démunie, elle s'agita inutilement et fondit pitoyablement en larmes. Le chef du trio daigna se lever, et lui saisit le visage. Non, non, pitié, je veux pas finir comme ça, si Dieu existe, faites qu'il m'emmène avec lui, maintenant, s'il vous plaît !! L'ignoble représentant de la race humaine se rapprocha davantage, et, incapable de faire face à l'horreur qui la faisait trembler, Rashka se mit à hurler, de toutes ses forces, prononçant quelques futiles banalités « ME TOUCHES PAS SALE PORC !!!! » ou encore, « AIDEZ-MOI S'IL VOUS PLAIIIIIT !!! » entre deux cris pendant qu'elle sentait des mains étrangères se balader sur son corps. Si au moins elle pouvait leur vriller les tympans...

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Mai - 21:49

La voiture sur laquelle je suis tombée il y a de ça quelques centaines de mètres ressortait au milieu du décors comme si Willy Wonka en était sorti accompagné d'Alice et du lion de Narnia. Dans un monde ou plus rien ne bouge depuis plus d'un an, Monsieur Propre a du mal à supporter la poussière mais malheureusement, il nous a quitté il y a quelques mois, s'étant fait bouffé la boucle d'oreille par un Gordon Ramsay toujours aussi énervé qui aurait même déclaré "Cette oreille est si peu cuite, que même Gollum cuisine mieux ses lapins !".
Enfin bref, le fait est qu'il y avait des traces de doigts bien fraîches sur les portières et des traces de pas dans la rue. J'aurais dû commencer par là. Mais me voilà donc le dos collé à une façade tandis que j'écoute des types menacer une fille. Il y a trois voix, god ! Je déteste les trios.

Le plus triste, c'est que dans l'état actuel des choses, je ne peux pas faire grand chose pour l'aider et pour le moment, la torture psychologique que je subis en la voyant me paralyse, me remémorant ma propre capture par un groupe du genre. Je suis donc à l'extérieur, jetant des regards furtifs à l'intérieur en attente d'une opportunité. Le plus bavard s'approche d'elle et commence à la toucher malgré son refus quand celui qui était le plus en retrait se lève.

- J'vais me griller une clope. Faites ce que vous voulez, moi je garde ce joujou.

Aucune idée de ce dont il parle mais au moment où il referme la porte derrière lui, son regard n'a pas le temps d'atteindre la neige que je lui plante mon super nouveau couteau de Rambo en plein milieu du dos, faisant craquer les vertèbres qui n'ont pas d'autre choix que de se pousser pour faire de la place à la lame, arrachant un petit bruit étouffé à l'homme avant qui ne s'effondre au sol, tachant la neige de liquide rougeâtre. Je me penche sur son corps et ramasse l'arme qu'il tenait à la main, c'est probablement de ça qu'il parlait, c'est pas vraiment ce qui irait le plus logiquement avec son look un sabre japonais.

- Ned, qu'est-ce que tu fous ?

D'autres pas se rapprochent mais je reste devant la porte, le katana de la fille dans ma main droite, mon khukuri dans la gauche. Au moment où l'entrée s'ouvre à nouveau, ma lame courbée s'abat sur la gorge du survivant une seconde avant que ma seconde main envoie le katana sur le dernier. L'arme fend l'air jusqu'à se planter dans l'homme, s'enfonçant jusqu'à la garde et ressortant de l'autre côté. Les secondes suivantes sont utilisées pour me laisser reprendre mes esprits, non seulement à cause de la redescente d'adrénaline qui brouille mes pensées mais aussi parce que je suis vraiment choquée de la force de pénétration de cette arme, n'ayant jamais réussi un tel exploit avant.

Je secoue cependant la tête et me tourne vers la jeune femme. Bien que le protocole habituel voudrait que je la laisse attachée jusqu'à l'avoir cerné, ce qu'elle a partiellement vécu et que je connais dans la totalité me retourne encore l'estomac et m'empêche de réfléchir. Je me jette alors sur son katana pour découper ses liens aussi vite que je le peux avant de me placer face à elle, lui tendant son arme le manche en avant. Je sais très bien que dans sa situation, tout ce dont elle rêve est d'un peu de sécurité.

- Tiens, tout va bien ?

Elle a l'air d'avoir été secouée mais le fait qu'elle soit encore habillée me laisse supposé qu'elle n'a pas été violée, elle a juste pris une ou deux mandales.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 27 Mai - 22:57


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Je sais que ma fin est venue. On doit tous y passer un jour, et je le sais bien. Mais jamais, ô grand jamais je n'aurais pensé quitter ce monde d'une aussi effroyable manière. Comme quoi, personne ou presque ne s'attend à la façon dont il va perde la vie. Si j'arrivais à sortir de mon corps pour observer la scène d'un point de vue extérieur, je ne suis même pas sûre que j'arriverais à croire ce que je verrais. S'en serait risible. Seulement, pour l'heure, je n'ai aucunement l'envie ni même le pouvoir d'esquisser ne serait-ce qu'un sourire. J'arrête de gueuler comme une perdue quand l'un des trois types sort paisiblement griller sa clope, comme si ma détresse lui était parfaitement égale. Ce qui est sûrement le cas, au fond. Je suis sûrement pas la première victime de ces salauds, et malheureusement pas la dernière. Étonnamment, mon esprit réussi à gagner quelques crans d'un précaire semblant de calme. Ma respiration est toujours entre-coupée par des sortes de gémissements paniqués, mais je paraît me résigner à ce qui m'attends.

Un douloureux frisson d'espoir me traverse quand mon tortionnaire se détourne. Il est con ou quoi ? Son gros pote immonde, Ned ou je-ne-sais-quoi, est simplement parti fumer. C'est le fait qu'il ait déclaré garder ma lame, qui le choque ? Le leader des porcs sort, probablement pour lui rager dessus, et... S'effondre ? Quoi ? Mes yeux s'agrandissent. Sur l'instant, je ne comprends absolument rien de ce qui se passe, avant de voir mon katana traverser le dernier homme présent dans la pièce. Complètement sous le choc, je réalise la présence d'une inconnue, auprès de moi, qui s'affaire à couper mes liens. Les yeux toujours écarquillés, je la regarde me faire face pendant un bon moment, immobile, avant de capter qu'elle s'est adressée à moi. Attendez une minute... Tentant de calmer ma respiration, je passe en revue les cadavres qui jonchent le sol. Je crois halluciner. Pourtant, quand je fixe de nouveau la brune, qui affiche une mine fière et imperturbable, je sais que je ne suis pas en train de délirer.

Cette fille, à peu près dans mes âges et quasiment de ma taille, vient de me sauver plus que la vie en tuant trois mecs en l'espace d'une petite minute. Ça me semble parfaitement impossible. Ok. On se calme. On. Se. Calme. Même si j'ai énormément de mal à réaliser que je ne vais pas mourir d'un instant à l'autre, je tente de bredouiller une réponse, puis abandonne, préférant hocher positivement la tête pour lui signifier que je vais bien. Posant une main encore tremblante sur le manche de mon bien aimé katana, je m'efforce d'inspirer, d'expirer, d'inspirer, d'expirer... Bon. Tout va bien. C'est pas le moment de se laisser aller, j'aurais tout le temps pour ça plus tard. Reprenant tant bien que mal mon masque de guerrière de cinéma, je plonge dans son regard saphir, avec une admiration non dissimulée. « Merci. Vraiment... C'est, c'est une chance que tu sois passée par-là... J'imagine même pas ce qu'ils m'auraient fait si t'avais pas massacré ces gros porcs. » dis-je en retroussant légèrement ma lèvre supérieure sur les derniers mots.

Esquissant des pas un tantinet chancelants vers les victimes de la vraie guerrière, je leur adresse à tour de rôle un regard haineux, une malédiction imaginaire mentale, et un coup rapide de katana dans l'oeil. Pouvoir les achever moi aussi, en quelque sorte, me réconforte légèrement. Les salauds. Une fois que j'ai terminé ma petite ronde, je retourne à la rencontre de ma sauveuse. « Je sais pas comment te remercier, en vrai... T'étais pas obligée de risquer ta vie pour sauver la mienne. Même si, bien sûr, je suis plutôt contente que tu l'ai fais... » J'esquisse un petit sourire, pourtant pas vraiment certaine qu'il accepte de s'afficher sur mon visage. Faisant claquer mes talons, -un genre de vieux tic que j'avais pour glisser dans la peau d'un personnage avant le tournage- je présente ma main à la survivante au regard troublant. « Moi c'est Rashka. Maintenant que je te dois la vie, je peux avoir ton nom ? » Second sourire. Un peu plus engageant, je l'espère. En attendant de connaître son identité, je la détaille de haut en bas, tâchant quand même d'être assez discrète...
©️ BLACK PUMPKIN
Spoiler:
 

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 0:02

Encore sous le choc, j'entends ses paroles résonner de manière plus ou moins lointaine mais c'est compréhensible quand même. Je rengaine mon épée et m'assied sur la table à côté de ses affaire pendant qu'elle exécute ses kidnappeurs avant qu'ils ne reviennent dans une version encore plus bête et méchante d'eux-mêmes. Quand elle parle de lui avoir sauvé la vie, les choses que je pourrais dire se percutent dans mon crâne avec une force telle que je suis pas loin d'avoir la tête qui tourne. Même maintenant que c'est terminé, j'ai encore du mal à savoir si je l'ai fait pour la sauver elle ou parce que je n'aurais pas été capable de me regarder dans un miroir après avoir laissé une situation comme ça se produire sans réagir.

- Désolé d'avoir attendu, je n'aurais jamais pu les avoir les trois en même temps.

Et voilà comment on évite de trop s'étendre sur un sujet délicat ! Ça fait une chose de moins à raconter et pas des moindres, du coup je profite de l'instant de répit, sans même jeter un regard à ses affaires qui sont pourtant à portée de main. Finalement, je suis menée à me remettre sur mes jambes quand elle tend la main dans ma direction en disant s'appeler Rashka. Un rictus imperceptible s'affiche sur mes lèvres quand je remarque qu'elle m'observe, mais d'un autre côté, je fais la même chose depuis tout à l'heure, admirant sa tenue originale et son visage franchement plus qu'agréable. Je serre sa main franchement en répondant.

- Tu ne me dois rien, je m'appelle Leïa. Mais mes proches m'ont surnommée Skywalker du coup.

Un sourire pour soutenir le point d'humour évident dont ont fait preuve Barry et Lyuba pour me trouver ce surnom. Au moins j'ai hérité d'un prénom de princesse, parce que pour le cas de mon jumeau quand on y pense, concrètement c'est surtout un paysan de Tatouïne... Je l'ai emmerdé avec ça... eh bien jusqu'à ce qu'il meurt.

- Tu sais te servir de ton sabre ? Il est vraiment incroyable.

Rien que de me remémorer le lancer, l'équilibre super sympa de l'arme et sa légèreté, ça me donnerait presque envie de ranger mon épée à lame épaisse de brute. Je suis loin d'être une samouraï et les épées comme la mienne étaient même à l'origine utilisées pour couper du bois, pas le même but. C'est difficile de retenir le regard d'admiration pour la propriétaire d'une telle arme, la première que je vois depuis la fin du monde et ça complète très bien son look. Même son prénom est atypique à souhait. En revanche, son visage me dit quelque chose, je l'ai déjà vu mais c'est difficile de la replacer, elle doit avoir à peu près mon âge mais avec les peintures de guerre sur son visage et le temps qui a passé, c'est difficile à dire.

- Est-ce que... Est-ce que je te connais ?

Une chose est sûre, j'ai déjà vu ce visage quelque part.

Code:
HRP : est-ce qu'une séance apprentissage des peintures de guerres est envisageable ? :3 Un petit tour maquillage entre filles mais version post-apo  vu que Leïa n'a pas vraiment de peintures de guerre.
Et merci pour le lancer <3 Je voulais honorer mon gif :ange:

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 28 Mai - 11:11


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


A l'heure des présentations, mes yeux s'arrondissent en apprenant le nom de ma sauveuse. Leïa ! Vraiment ? C'est tellement cool ! Ses parents devaient être fans de la célèbre saga. Bon, d'un côté, les gens ont pas mal dû la faire chier avec ça, mais obtenir le surnom Skywalker en pleine apocalypse, c'est super classe ! La princesse guerrière fait glisser la conversation sur mon katana, aussi, j'esquisse un sourire avant de lui répondre « C'est marrant, j'ai toujours trouvé que le manche ressemblait à celui d'un sabre-laser ! » Je me rappelle clairement imiter les bruitages correspondant quand on m'avait confié l'arme, au début du tournage... Une vraie gosse. Comprenant qu'elle s'intéresse quand même plutôt à ces caractéristiques, je me ressaisit en lui tendant la lame si elle souhaite l'examiner de plus près. « M'en servir, je sais pas si on peut aller jusque-là. Je ferais pas le poids face à toi, par exemple. »

Observant moi aussi la lumineuse partie tranchante, je poursuis « Disons que j'ai dû apprendre à le manipuler, auparavant, pour que mes mouvements aient l'air fluides et naturels. » Durant certaines prises, bien sûr. Les scènes de combats étaient réalisées avec des épées factices, fallait pas trop prendre de risques non plus... « Mais j'ai vite été fascinée, ahah. Du coup, j'ai pris des cours de kendo deux fois par semaine pendant un petit moment. Vers la fin, mon maître m'autorisait des petits combats, mais c'était surtout un apprentissage des déplacements, des enchaînements. Diverses chorégraphies que j'improvise désormais dans un but mortel...» Bref. Elle avait dû comprendre, fallait pas s'étaler non plus en précisant que la lame, d'un tranchant rare, était plutôt efficace, mais qu'il fallait faire attention, car certaines utilisations risquaient de la briser.

Sa seconde question me met mal à l'aise, par contre. Rares étaient les personnes qui me reconnaissaient, maintenant, mais le fait que ce soit Leïa me gênait, tout simplement. Toutefois, je ne me vois pas lui mentir ou esquiver. Elle vient juste de me sauver la vie, ce serait pas correct. Triturant par réflexe l'anneau unique qui trône sur la table, je remet mon porte bonheur à mon coup avant d'hausser les épaules. « Ah, c'est possible... Tu as dû voir ma tête en parcourant des magasines people, quand tu rageais intérieurement dans une salle d'attente depuis trop longtemps » dis-je en laissant filtrer un court rire qui semble au final plus traduire mon présent mal-être. Le regard un peu plus vide à son souvenir, j'ajoute « En fait le nom de ma mère te seras certainement plus familier, Valeria Reagan, une actrice... Quoi qu'il en soit, je tiens à faire quelque chose pour te remercier, alors, dis moi ce que je peux faire ! », histoire d'esquiver un peu le sujet.


©️ BLACK PUMPKIN
Spoiler:
 

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Mai - 1:15

Tout en souriant à sa plaisanterie sur la garde de son épée, je la prends en main avec respect, l'observant sous toutes les coutures, mon regard passant de l'arme à la samouraï lorsqu'elle parle. Je répond avec un sourire que j'espère humble à sa description de ses compétences.

- J'ai la chance d'avoir un excellent professeur, si tu veux le rencontrer un jour... Mais la pratique reste le meilleur entraînement.

C'est sûr qu'un ancien champion d'escrime et un paramilitaire à disposition, ça aide pour s'améliorer rapidement. C'est probablement parce qu'elle a été actrice que je la reconnais mais malheureusement, mimer des combats ne les rend pas pour autant réels même si elle a pratiqué aussi à côté. C'est sûr que ça ne vaudra jamais quelqu'un qui t'annonce que pour couper la tête du mort qui te fonce déjà dessus, il faut faire tel mouvement et ne pas le rater parce que l'essai est unique.

Sa proposition est honnête même si je ne me sent pas de lui demander quoi que ce soit. Surtout que je ne peux pas lui demander de matériel, ça ne serait pas vraiment mérité, je dois trouver quelque chose de ne pas trop important où elle va s'offusquer que je ne veuille rien. Et il y a une idée qui me frappe.

- En fait, il y a un truc que tu pourrais me montrer...

Ça paraît très con à demander à cette fille que je viens de tirer d'un mauvais pas mais d'un autre côté, il n'y a pas grand monde dans cette ville, pas même de déterrés, tous emportés par les hordes, et le coup de feu n'a pas l'air d'avoir attiré quoi que ce soit.

- Tu me montrerais comment tu fais ces peintures sur ton visage ? C'est vraiment très beau.

Beau n'est peut-être pas le qualificatif qui viendrait en premier à la plupart des gens mais je suis franche et j'aime beaucoup. Ça lui donne un air de véritable guerrière, accentuant les traits de son visage et la force de son regard.
C'est vraiment un délire de gamine et j'ai l'impression de demander à ma grande soeur comment me maquiller. Mais j'aimerais bien comprendre comment elle fait et si je peux en avoir aussi, ce serait vraiment stylé.

- Si tu veux en échange, je t'apprendrai le lancer de sabre. Ahah

Je lui lance un clin d'oeil même si tout se rapporte toujours a une notion d'échange. J'ai du mal à accepter quelque chose que j'estime injustifié mais ça ne me coûterait rien sinon quelques heures pour lui apprendre à lancer son arme efficacement. Je dois avouer que je ne m'attendais pas à ce qu'il parte comme ça tout à l'heure et je n'oserais pas lancer ma propre épée de la sorte, mais c'est aussi parce qu'elle est plus faite pour briser et trancher que transpercer.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 6 Juin - 12:35


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


J'ai conscience de m'être un peu emportée niveau dialogue... J'ai un peu l'impression d'être Dr.House qui fait un monologue pour convaincre Cudy de le laisser pratiquer une opération totalement irrationnelle et peu conventionnelle. Peut-être que c'est parce-que je suis contente d'être en vie, grâce à Leia ? Peut-être aussi que c'est parce que, l'air de rien, elle m'impressionne vachement, avec son regard dur et surtout au vu du skill de ninja qu'elle à démontré quelques instants auparavant... A la mention de son professeur, j'incline la tête avec respect. C'est une très noble proposition qu'elle me fait là, et bien que je serais curieuse d'en savoir plus au sujet de ce mystérieux professeur, je me contente d'acquiescer à la seconde partie de sa phrase. La pratique, elle, elle maîtrise, ça c'est sûr...

La survivante semble hésiter, à présent. Vu l'horrible situation de faiblesse de laquelle elle vient de me tirer, il est bien normal que je veuille lui donner une compensation. C'est déjà un miracle qu'elle soit passée dans les environs, et qu'elle ai daigné se manifester. Alors je passerais pour quoi, moi, si je ne lui donnait rien en retour ? Sa demande me surprends beaucoup, par contre. Pour le coup, je m'y attendais vraiment pas. J'esquisse un grand sourire à l'idée de pouvoir apprendre quelque chose à cette fille qui semble détenir un savoir infiniment plus utile et précieux que ce qu'elle me demande là. Hochant la tête avec un peu plus de sérieux, j'accepte bien évidement sa proposition. « Bien sûr ! Et je serais ravie d'être ton élève... Mais plus avec ceci, du coup. » Me penchant un peu vers la table, je pose les doigts sur l'étui contenant ma dague avec un certain soulagement à ce contact familier.

« Une arme de lancer, c'est sûr que c'est pratique... Malheureusement, je ne maîtrise pas du tout. » dis-je, un peu gênée. « C'est sûr que le katana fait son effet, mais la lame n'est pas prévue pour ça, et je ne voudrais pas risquer de la briser... » Je repose l'étui noir sur le rebord de la table, avant de tapoter la surface de métal pour inviter ma sauveuse à s'y asseoir. Ainsi, j'arriverais mieux à lui appliquer les peintures, et du temps, elle aura le loisir d'inspecter ma petite dague si le coeur lui en dit. En fait, je sais pas vraiment si sa proposition d'apprentissage était sincère... Mais probablement que si, non ? Toujours est-il qu'avec un certain ravissement, je rapproche le pot noir, avant de l'ouvrir et d'aviser le visage de Leia, qui me dépasse de plusieurs centimètres, maintenant qu'elle est assise.

Bon. J'avoue que je suis pas hyper à l'aise, là, tout de suite. Avisant l'environnement autour de nous, j'esquisse un sourire avant d'étudier de nouveau les traits de son visage. « Je pense que c'est une première dans le monde de l'apocalypse zombie, ahah. Séquence maquillage au milieu de trois cadavres de violeurs récidivistes, c'est plutôt sympa comme tableau. » J'ignore si je dis ça plus pour libérer une certaine pression ou quoi, mais maintenant que j'y pense, c'est vrai que c'est plutôt étrange, comme scène. Bref. Inspirant un bon coup, je recueille un peu de peinture du bout des doigts de ma main gauche, et dépose l'excès sur mon autre main. J'ai vu Vanessa, ma maquilleuse, faire ça pas plus tard qu'une heure avant qu'elle se fasse bouffer par des morts. Re-bref.

Son visage est beaucoup plus équilibré que le mien. Davantage arrondi, tout en étant assez dur, au final. Elle a vraiment de la chance. Son regard est d'ores et déjà très intense, fier, il y brille un air très particulier, sauvage, qui semble vous défier. Bon. Je me lance, et commence à passer mes doigts au dessous de ses sourcils, avant de l'inviter à fermer les yeux pour couvrir ses paupières. Une fois la phase "panda" effectuée, j'esquisse un sourire « Pour l'instant, t'es en mode Harley Quinn ahah. T'as la chance de pas avoir une tête de bébé et un front immense comme moi, alors je pense qu'estomper davantage pour les détails sera pas mal... » joignant le geste à la parole, je trace deux virgules, plutôt réussies niveau symétrie, l'une qui contourne la pommette, et une autre, plus étroite, qui arrive en son centre.

Finalement, j'estompe un peu plus la zone en dessous des sourcils, et prends un peu de recul pour observer mon travail. « Le résultat est plutôt cool, tu fais encore plus flipper ahah ! » Je ne sais pas si elle dispose d'une surface réfléchissante... En tout cas, je me dirige vers la petite boite de fer, au style japonais, qui contient mes cônes d'encens. Saisissant mon album photo, je place les cônes dans la dernière pochette plastique, avant de retourner vers le pot de peinture noire. Ce dernier, taille pro, m'aurait de toute évidence survécu, alors je prélève sans rechigner une bonne dose de son contenant pour le placer dans la boîte de métal. Retournant vers ma sauveuse nouvellement apprêtée, je lui tends mon offrande avec un sourire. « Voilà ! Je pense que tu en auras pour un bon moment ! Si j'ai la chance de croiser ton chemin de nouveau, je serais ravie de t'en offrir davantage. Dans le cas contraire, diluer le fond avec un peu d'eau et de la poudre d'ardoise, ça peut faire durer le truc. »

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 8:46

Elle sourit à ma demande et je me sens encore plus conne, mais son envie d'apprendre le lancer de couteau est évidente. C'est vrai que c'est toujours agréable de réussir un tir sans entendre un coup de feu qui vous vrille les tympans. Je crois que je deviens vraiment bizarre à apprécier ce genre de chose, vais passer moins de temps avec Ice moi... Pendant qu'elle me manipule le visage, traçant des formes du bout des doigts, je pose la main sur sa dague et la soupèse distraitement. C'est un sacré morceau et lorsque je peux à nouveau ouvrir les yeux, j'observe d'abord l'arme avant de rire devant sa remarque.

- En toute sincérité, je préfère quand ils ne bougent pas. Mais je suis contente que ça ait été rapide, ils n'étaient probablement pas comme ça avant.

Un peu de pitié pour les pauvres âmes perdues, même si je ne regrette absolument pas mon geste. J'essaie juste de comprendre comment le taux de criminalité brutale est passé de quelque chose comme 5% à 95% en l'espace d'un an.
Je me laisse finalement faire et elle termine son oeuvre avant de me regarder d'un air satisfaite. Personnellement, je n'ai plus vraiment l'habitude de porter du maquillage mais le fait de ne rien avoir sur les cils est vraiment agréable, j'avais peur de me retrouver avec du mascara. Je me redresse finalement et ouvre de grands yeux en voyant la petite boîte en métal avec la pâte noire à l'intérieur, la prenant entre mes mains.

- Merci, vraiment !

Je la pose sur la table en notant intérieurement de penser à ne pas oublier un cadeau aussi précieux en partant et lève la main armée de sa dague devant elle.

- Je suis désolée d'avoir lancé ton sabre comme ça, sur le coup, je me voyais pas me battre avec une arme aussi grande et ça faisait longtemps que je n'avais pas fait du lancer de javelot.

Je pousse un petit rire, à moitié surprise de moi-même de me trouver un sens de l'humour. Il est toujours nul mais au moins, il survie dans la cave de mon cerveau.

- Franchement, ta dague quand même lourde, du coup elle frappera plus fort, mais tu devras aussi la lancer avec plus de force.

Je sors mon couteau de lancer de ma manche et me met en position de lancer.

- T'as fais des trucs genre freesbee ou fléchettes avant ? Même du javelot ?

N'importe quoi qui pourrait lui faire visualiser le genre de mouvement rotatif qu'il faut. Pour lui montrer un exemple, je lève le bras et d'un mouvement fluide, envoie le couteau à lame triangulaire se planter dans une peinture de l'autre côté de la pièce.

- À toi de voir si tu préfères le lancer comme si c'était un freesbee ou bien une fléchette, perso je passais plus de temps au bar que dans les parcs...

Et j'étais une pro des fléchettes avant même d'être entraînée par Alair. En fait, j'ai toujours adoré lancer des trucs.

- Le but, c'est de viser des endroits qui ne sont pas trop durs à planter, donc ce sera surtout les articulations parce que même si tu ne plantes pas, ça fait bien mal, et quand tu te sentiras assez en veine, le cou.

En général, j'évite le torse, même si elle pourrait probablement défoncer toute une cage thoracique avec son arme, si elle tombe contre quelqu'un qui porte une protection comme Barry par exemple, elle n'atteindra même pas la peau.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 13 Juin - 22:59


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Quand j'y pense, cette rencontre est vraiment incroyable. Non seulement la jeune femme me sauve d'une situation on ne peut plus délicate, mais elle réussi à me distraire du souvenir tout même douloureux de ma piteuse capture par le trio de gros porcs... Impressionnant. On en est même venues à échanger une séance maquillage contre un futur cours de lancer. Comme quoi, il faut garder fois en l'humanité, tout les survivants ne sont pas devenues des bêtes sauvages, complètement dépourvus de grandeur d'âme, et d'honneur. Ou peut être que si, et que Leïa et moi sommes les dernières d'une espèce désormais révolue...? Quoi qu'il en soit, je me contente d'hausser les sourcils à la remarque de la fière guerrière. Vu ce qu'ils s’apprêtaient à faire de moi, c'est un peu tôt pour que j’éprouve la moindre pitié pour leurs âmes.

Prenant le temps de me remercier pour la boîte de peinture, Leïa la repose sur la table, et j'affiche un sourire un peu débile. Le genre de sourire d'une enfant qui offre un cadeau à la fête des mères, un peu... Je me laisse aller à rire quelques secondes quand elle évoque le lancer de javelot, avant de retrouver mon masque impassible par la suite. La jeune femme commence ses explications, et je me montre attentive et silencieuse. J'ai toujours aimer apprendre, et le fait qu'elle veuille bien me faire part d'un savoir qui m'est étranger me ravi sincèrement. J'acquiesce à ses dires, et l'observe sortir un couteau de nulle part. Décidément, Leïa doit être encore plus redoutable que je ne l'imaginait !

Sa question me tire de ma posture d'élève, et je répond, un peu gênée, « Je jouais souvent au frisbee avec mon chien, oui... » Suite à quoi, avec une simplicité et une classe naturelle, la lame qu'elle tenait encore quelques secondes auparavant se retrouve plantée dans le tableau en face de nous. Admirative, je fixe un instant l'arme blanche encastrée dans le mur, avant de sourire à sa remarque. « J'aurais bien aimé voir ça, ahah ! Je pense que je vais copier ton mouvement, ce sera peut être plus simple de cette manière... Et puis, le frisbee c'est un peu faux, c'était plus souvent une balle, j'admets. »

Inspirant un bon coup en essayant toutefois d'être discrète, je me saisit de ma dague. Je ne sais même pas vraiment comment la tenir, aussi, j'essaie d'imaginer qu'il s'agit d'une fléchette, et je laisse Leïa repositionner mes doigts correctement.De nouveau, je me concentre... Et rate fatalement mon coup. Je suis pas vraiment surprise, mais je constate que ma sauveuse avait raison. Je m'en rendais pas compte, mais ma lame est lourde. M'approchant du mur pour ramasser la dague tombée au sol, je continue mes essais en poursuivant également la conversation. « Ça à l'air simple, mais c'est loin de l'être... Alors quitte à viser, j'imagine même pas ! Comme quoi, j'aurais dû passer plus de temps dans les bars...  » Mes yeux s'arrondissent quand la lame laisse cette fois une trace dans la peinture. Prête pour une nouvelle tentative, je m'intéresse au quotidien de la brune aux tresses. « Les gens qui survivent avec toi doivent être drôlement contents de te compter parmi eux. Tu les connaissais d'avant, ou tu les a rejoint par la suite ? » Me déconcentrant un instant, je lui adresse un regard que j'espère sympathique, avant de préciser : « Tu n'es pas obligée de me répondre, tu ne me dois rien après tout. »
© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Juin - 4:57

Je fais une moue à son aveu, le lancer de balle ça n'aide pas, peut-être la force dans le bras mais ça n'aide pas beaucoup et c'est surtout une question de dextérité. Je vais quand même essayer de ne pas la décourager et de toute manière, avec de l'entraînement tout le monde finit par y arriver. Je pars de plus loin, je ne plantais pas mes fléchettes au début. Bon faut avouer que j'avais souvent plus de grammes d'alcool par litre de sang que de fléchettes dans les mains donc... Ça semble logique.

- Tu y arriveras avec de l'entraînement, mais en toute franchise, je pense que si t'as la place, c'est plus facile de balancer ton katana. Après je comprends si t'as peur de l'abîmer. Tu as déjà testé un peu la lame ? Parce que si un jour il te pète dans les mains face à déterré, tu vas regretter de ne pas l'avoir lancer plus tôt.

En théorie, une vraie lame ne devrait pas se briser aussi facilement même si les chocs peuvent l'abîmer. Dans tous les cas, quelques chocs contre la lame peuvent suffire à un test acceptable, c'est ce que j'ai fais pour mon épée, les couteaux, ce sont des standards militaires donc pas de souci à se faire et le flingue, je suppose qu'un flic devait garder son arme clean non ? Faudrait que je demande à Barry de me la nettoyer à l'occasion quand même.
Elle oriente la conversation vers un côté qui me plaît beaucoup moins et elle a l'air de s'en rendre compte. Ceux qui me connaissent savent que je me bloque dès qu'on évoque le passé, je me force à me concentrer sur Doc et Barry et sur le fait que je les ai rencontré après l'épidémie.

- C'est... c'est bon t'en fais pas. Non je ne les connais pas depuis très longtemps. Quelques mois seulement. Désolée, j'ai du mal avec certains sujets c'est pas contre toi.

Peut-être que je devrais faire comme Kirasir et m'abrutir à grands coups de drogues, mais je n'ai pas accès à ses planques et je vais avoir du mal à m'en procurer, pis Doc m'en retournerait deux si je faisais ça. Dans tous les cas, j'essuie d'un revers de manche une goutte de transpiration qui a commencé à perler sur mon front en repensant à "l'avant" et réoriente la conversation vers des zones plus... safes disons.

- Et toi tu as un endroit où vivre ? Si tu veux m'accompagner, ça nous ferait pas de mal d'avoir quelqu'un qui a envie de vivre.

Je dis ça en haussant un sourcil avec un rictus, c'est vrai que les gens de la librairie, j'évite de trop m'y attacher depuis que Barry m'a dressé la liste des premiers à mourir dans le cas où des morts franchiraient les barricades. Notre pire crainte, ce sont les morts en restant en plein centre ville de Detroit, c'était un point quatre-vingt six millions d'habitants, donc pour peu qu'une garde cède, le refuge tombe. C'est à se demander pourquoi on reste le à se battre avec les morts non-stop, la proximité des réserves de provision probablement, il faudrait que je demande. Mais ça ne m'empêche pas de lui proposer de nous rejoindre, Barry a avec sa parano probablement déjà préparé des voies de fuite en cas de trop gros problèmes et je ne la laisserais pas tomber comme ces connards qui me regardent de travers à chaque fois que je sors mon épée.

- Je te demande quand même, tu as l'air capable de survivre par toi-même donc je peux pas supposer que t'es avec des gens tu comprends ?

Oulah je parle trop, ça devient incompréhensible et je suis complètement perdue. Mais cette fille d'à peu près mon âge me rappelle étrangement... moi. Avec son épée ce qui est déjà rare dans un monde où la majorité des armes ne fonctionnent pas sans au moins une balle à l'intérieur. Ça me fait plaisir de voir quelqu'un qui a apprit à se défendre sans se reposer sur des munitions qui seront probablement épuisées d'ici un ou deux ans. En plus, son style a quelque chose de... survivante ! Avec son grand manteau noir et son maquillage, ça lui va vraiment bien et je me rend compte que finalement, j'ai peut-être une amie potentielle en face de moi. Je ne m'y attendais vraiment pas en fonçant dans cette pièce mais après tout, j'ai à l'heure actuelle plus de choses en commun avec elle qu'avec 80 pourcents de la population de la bibliothèque, et elle ne m'en veux absolument pas d'avoir tué ces hommes ce qui est un gros plus, la plupart ne supportent pas de savoir que j'ai du tuer pour pouvoir rentrer, faut reconnaître que ça les arrangerait aussi que je ne revienne pas.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Lun 26 Juin - 11:08


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Toujours de bon conseil, la brune aux tresses me suggère de lancer plutôt mon katana. Au souvenir du lancer effectué quelques minutes plus tôt, j'avoue que je l'envie un peu. En plus d'être super classe et efficace, ça aura eu le mérite de me sauver d'une situation pour le moins délicate. Pour lui répondre, j'attends d'avoir effectué un énième lancer, avant lui sourire. « Tranchant à souhait ! C'est possible de faire une belle coupe cérébrale de zombie en mouvement, si t'as des penchants pour l'anatomie de seconde vie. » Récupérant ma dague et la faisant tournoyer inutilement -c'est bien la seule chose que j'ai vraiment apprise pendant le tournage...- je poursuit en me replaçant à côté de mon enseignante aux peintures de guerre. « T'en fais pas, c'est normal j'imagine. On a tous plusieurs vies, depuis l'arrivée des monstres. » Je fronce les sourcils, puis hausse les épaules dans une moue étrange. « Et... J'imagine que, comme eux, on préfère en oublier. »

Un craquement agréable parvient à mes oreilles, et, un peu étonnée, j'observe ma dague, fièrement plantée dans le mur qui nous fait face ! Je reste immobile à admirer le truc, un peu bêtement j'avoue. Machinalement, je répète le geste, comme pour me rappeler de la façon dont je viens de le lancer. Le pire, c'est que j'étais pas vraiment concentrée. Je m'étais plus focalisée sur la force, en fait, sans même viser de point précis... Enfin, j'imagine que c'est toujours ça, et après avoir adressé un grand sourire à ma sauveuse -ce que je regrette aussitôt, non mais quelle gamine, franchement...- je file récupérer mon missile pour recommencer. Les mots qu'elle prononce alors me frappent, et je perds un peu contenance. Je reprends toutefois rapidement mes esprits, et regagne ma place de lancer. Là, je me rends compte que je laisse planer un bon silence, puisque Skywalker continue à parler. Admirant le sol un instant, je me décide à lui répondre. « C'est... Vraiment une offre très honorable, que tu me fais... Mais... J'ai perdu mon groupe, il y a déjà plusieurs semaines. »

Un peu décontenancée par cette saloperie de frisson glacé qui me parcourt le rachis, je lève la tête pour retrouver un aplomb confortable, et adresse un regard que j'espère plus affirmé qu'emprunt d'une tristesse palpable à ma sauveuse. « Je ne sais pas où ils sont. Mais je garde espoir de croiser leur route de nouveau. » Affichant un sourire de formalité, j'enregistre la lueur farouche qui danse fièrement dans les iris électriques de la survivante, avant d'ajouter « Dans tous les cas, je te remercie. Pour ton aide, évidement, tes conseils, et ton offre généreuse. » En fait, ça me brise vraiment le coeur de refuser sa proposition. A l'idée de suivre Leïa dans sa communauté, il s'était clairement emballé... Mais je ne peux pas me laisser tenter comme ça. Je regretterais certainement toute ma misérable vie de ne pas avoir poursuivi mes recherches. M'éclaircissant discrètement la gorge, je ne peux m'empêcher de demander « Je suppose que tu n'as pas croisé d'acteur célèbre et sexy, dans les parages...? »

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 5:26

J'hoche la tête avec un air de compréhension dans le regard lorsqu'elle affirme ne pas vouloir me suivre. Je saisi qu'elle puisse avoir besoin de temps pour elle et ça me semble logique qu'elle pourra toujours me retrouver si jamais elle décide de nous rejoindre. Il y a des gens dans cette librairie qui valent le coup d'être rencontrés. J'observe son lancer de couteau avec admiration, elle aussi a l'air vraiment fière d'elle et c'est vrai que c'était rapide. Nice ! Ça veut dire qu'elle apprend vite.

- D'ici trois semaines, tes lancers seront plus assurés déjà tu verras.

Il suffit d'un compliment et je ne peux m'empêcher de lui envoyer un clin d'oeil complice. C'est vrai que j'apprécie vraiment de rencontrer une autre épéiste et son katana est, je le répète une nouvelle fois, vraiment classieux ! (pour changer)
Ses remerciements me font chauds au coeur et m'arrachent un sourire, un vrai sourire, car ça m'a fait plaisir de partager quelque chose avec cette jeune femme qu'on pourrait maintenant prendre pour ma jumelle avec nos tenues, nos maquillages et nos sabres. Mais qu'importe, je la reverrai probablement et sa question suivante me laisse perplexe je dois le reconnaître.

- Tu veux dire... à part toi ?

Bah quoi ? Elle est actrice et elle est canon et si je ne l'avais pas sauvé, je me serais probablement montrée plus aventureuse mais je ne veux pas briser le peu de confiance que j'ai instauré en l'aidant ce serait dommage. Elle peut devenir une véritable amie qui sait ? Malgré tout, j'étais obligée de faire cette blague et je souris à ma bêtise avant d'embrayer.

- Non désolée. J'ai croisé Matthew Ross des Red Wings il y a quelques semaines dans Grosse Pointe et il paraît qu'il y a une DJ dans un camp de survivants du coin aussi. Mais à part eux, tu es la première vraie célébrité télévisuelle ! Ahahah

Je marque un temps de réflexion avant d'assumer une blague de très mauvais goût mais qui sait ?

- Tu n'aurais pas des amis survivants anciennement célèbres à me présenter ? Ahahah

Je passe rapidement sur ma blague d'un geste de la main en redevenant sérieuse.

- Tu cherches quelqu'un ? Si t'oses pas entrer dans Detroit, je peux te donner quelques tuyaux, ça te coûtera rien.

Je préfère préciser, ça se voit à mon attirail que je ne me promène pas en culotte et elle doit se douter que le troc est aussi une façon de subvenir à mes besoins, comme pour cette couverture troquée contre un paquet de clopes au Fantôme. Eh oui, j'ai dealé un paquet de clope avec le Fantôme, peur de rien ! Mais comme je suis encore dans la démarche de me forcer à socialiser avec cette jeune femme en vue d'en faire une amie potentielle puisqu'elle fait partie des rares personnes sympathiques que j'ais rencontré, je suis contente de pouvoir l'aider dans sa quête si jamais c'est possible.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 1 Juil - 17:55


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Satisfaite d'avoir réussi mon tout premier lancer, je le suis tout autant quand ma professeur du jour m'affirme que les autres ont des chances de l'être tout autant d'ici quelques semaines. Après m'avoir sauvée, à la manière d'un capitaine des forces spéciales, elle me félicite d'un clin d'oeil pour lancer une dague dans une direction aléatoire... Gênant et agréable à la fois. Je ne suis pas le genre à apprécier les compliments d'un côté, alors son signe discret et encourageant me plaît d'autant plus. Sa réponse à ma question m'arrache un léger sourire, même si je suis davantage gênée... Bien sûr, je sais qu'il s'agit d'une touche d'humour, mais je ne sais pas trop pourquoi, je me sens limite rougir. Rassurée quand Leïa continue sa réplique, je ne peux cependant m'empêcher d'être déçue... Il y avait peu de chance, et je le sais, qu''Adrian et les autres aient croisé la route de la guerrière, mais... J'aurais au moins tenté. Comme ma sauveuse poursuit la discussion, je n'ai pas le loisir d'adopter un instant déprime, ce qui est plutôt une excellente chose. La survie n'est pas un mode d'existence qui autorise les moments de faiblesse.

Quoi qu'il en soit, j'incline respectueusement la tête à sa réponse qui me semble sincère, avant de répondre à mon tour :  « Le vrai  Matthew Ross ? Cool ! Enfin, contente qu'il soit toujours de ce monde, je veux dire. On repassera pour les présentations, mais si je croise un type connu et plutôt pas mal, je lui passerais ton numéro, ahah. » La proposition qu'elle me fait ensuite me laisse un instant silencieuse... Il est vrai que, depuis un bon moment déjà, Détroit est un endroit risqué, ou il ne vaut mieux pas s'aventurer seul, surtout si sa connaissance des lieux est limitée... Et comme si cela ne suffisait pas, les mauvais jours s'annonçaient, ce qui risquait de rapidement envenimer les choses. Après avoir inspiré un bon coup, je me surprends à raisonner à voix haute. « Je ne pense pas qu'ils soient là bas... Mais ça vaudrait le coup d'aller vérifier... » Un peu hésitante, je balance une nouvelle fois ma dague, et même si mon lancer n'est pas à la hauteur de mes espérances, je me détourne pour faire face à la jeune femme aux cheveux tressés.

Levant les yeux vers elle, j'ose quand même formuler ma demande. « Est-ce que tu accepterais de venir avec moi ? Je ne te demande pas de sacrifier plusieurs jours de ton temps, simplement d'être mon guide, histoire de... De trouver un coin potentiellement sûr, ou je pourrais crécher quelques nuits, par exemple ?» Je suppose qu'en ayant un abri, je pourrais me débrouiller par la suite, même si mon souci principal concerne l'alimentation. Haussant les épaules, j'essaie de rendre ma demande moins colossale à ses yeux. « Tu as déjà fais beaucoup, et j'ai l'impression de vraiment abuser ahah... Mais peut être que tu pourras trancher quelques crânes avec mon katana ?  » Cet élément ne pèse peut être pas lourd dans la balance, mais on sait jamais. Et puis, au final, je déclare, « Et puis, je serais contente de te revoir. »

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Juil - 6:39

- Ok ! J'ai l'endroit qu'il te faut.

Ravie de m'être faite une amie, je prends donc la décision de la guider jusqu'à un endroit que je sais sûr : Le Kong. Elle décroche sa dague et je lui tends mon khukuri manche en avant en souriant.

- Si tu veux tenter ta chance sur un mort dehors, j'ai laissé un truc carrément cool devant.

Après avoir vérifié que tout mon stuff habituel était sur moi, je dégaine le poignard long comme mon avant bras et me dirige vers la porte. Lorsqu'elle me fait signe qu'elle est prête, j'ouvre la dite-porte et m'engouffre dans l'ouverture pour planter ma lame dans l'orbite d'un mort. Il n'y en a pas d'autre et j'essuie mon couteau avant de le ranger pour ramasser ma lance pour lui montrer.

- Lance de survie vraiment pas chère ils sont en déstockage en ce moment, il y a tout un magasin de jouets dans le genre sur Park Avenue, il faut juste réussir à ressortir de la place.

Un déterré commence à s'approcher et je vise avant de planter ma lance dans sa tête. La lame est entraînée au sol avec le corps et je pose mon pied sur son cou avant de retirer ma lame. J'adore cette arme.

- Suis-moi, ma moto est dans cette direction.

Il ne me faut pas plus de cinq minutes pour retrouver la ruelle dans laquelle est dissimulée ma moto et je suis franchement fière lorsque je présente mon bijou, mon bébé, à ma nouvelle amie.

- Kawasaki JP8 ! Elle tourne avec n'importe quoi, diesel, essence... J'ai même essayé de l'alcool une fois mais ça a juste décrassé le moteur. C'est le même monstre que celles des militaires sur le terrain.

Sauf que la mienne est noire mat, bien rayée à force de tomber mais heureusement pas cabossée grâce aux compétences de certains à la librairie. Les sacoches, je les avais ajouté au départ pour l'aspect survival au début mais il faut bien reconnaître que c'est pratique. Avant qu'elle ne monte dessus, j'attache la lance à la moto grâce à une sangle et des tendeurs et lui présente mon chef d'oeuvre finalement assez convainquant mais je me suis appliquée.

- Nouvelle gamme : survie édition 2016. Premier salon de Detroit.

J'en fais peut-être beaucoup et je n'ai aucune idée de si Rashka partage mon amour pour les deux roues mais c'est vrai que je suis totalement fière de ma bécane, assez pour lui avoir donné son petit nom : Batsy, et franchement une bonne histoire. Moto achetée par mon frère, trafiquée par un copain à lui, je suis allée jusqu'au Canada avec et même quand j'ai cru l'avoir perdu après la mort de Luke, Barry me l'a finalement ramené tel un ange gardien. Cette moto, c'est toute mon histoire et je perdrais définitivement la raison si on m'en dépossédait.

- J'espère que tu aimes la vitesse ? Je dirais pas que je roule vite mais... un viking a récemment failli pleurer durant un voyage de plusieurs heures. Je l'ai pas dit mais je le sentais trembler derrière moi. AHahah.

J'avoue je suis salope de balancer Lïnko comme ça mais il faut reconnaître que c'est vraiment drôle. C'est vrai que même Lyuba n'arrive pas à me suivre, j'ai un problème avec la vitesse mais c'est un réel exutoire.

[HRP]Et désolé pour Lïnko Ange Pour le voyage, on peut traverser une ou deux villes si tu veux et je pensais à un bar, probablement avec un escalier genre au premier mais du coup sans mort dedans ?[/HRP]

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 4 Juil - 10:02


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Au final, il n'en avait pas fallu plus à Leïa pour accepter ma proposition. Je n'était pas tant surprise que ravie, à vrai dire... A la voir ainsi, avec des peintures similaires aux miennes, j'avais l'étrange impression d'avoir tissé un lien unique avec la survivante. Certes, c'était un peu tôt pour ça... Mais rien qu'au vu de la situation de laquelle elle m'avait tirée, il faut avouer que je me sentais fatalement unie à elle, dans un sens. Je lui devais la vie, tout simplement. Et sur ma lame, je jure de lui rendre la pareille un jour, bien que je n'espère évidemment pas que la brune se retrouve dans une telle situation (lol). Lorsqu'elle me tend un sabre étrange dont je ne connais pas le nom, je la regarde avec des yeux ronds. Si déjà deux de mes armes sont passées entre ses mains, je ne m'attendais pas le moins du monde à ce qu'elle me propose l'une des siennes. Inclinant la tête avec respect en admirant la lame qu'elle m'invite à saisir, je la prends avec une précaution mêlée d'appréhension. Plus lourde que je m'attendais. Au final, elle est à l'image de sa propriétaire. Spécial, et tranchante.

Il me suffit de quelques secondes pour enfouir mes effets personnels dans mon fidèle sac noir délavé. Armée du sabre de ma sauveuse, j'ajuste mon manteau avant de lui faire signe, signifiant que je suis prête à ce qui peut nous attendre dehors, grondant ou non. Au moment ou nous sortons, je dissimule avec peine un sourire de bonheur simple. Je calme cependant mon imagination. Deux guerrières, jumelles de part leurs fières apparences, avides de faire couler le sang de tout ennemi potentiel, gagnent le monde impitoyable du dehors... Juste à ce moment, Leïa achève avec autant de simplicité que de classe un mort aventureux. Le temps pour moi de lâcher un petit « Wouaa ! », et nous reprenons notre avancée. Ma jumelle éphémère mentionne alors une moto. Sérieusement ?! Décidément, cette journée, et rencontre insolite, me réserve des surprises, qui pour le coup, dépassent mon imagination pourtant débordante !

Arrivées devant le bolide, elle me présente son véhicule en quelques mots, que j'écoute avec attention, et une franche admiration. Les yeux ronds, et la bouche entrouverte, je détaille le deux roues avec envie. Je vais vraiment monter là dessus ?! Trop classe ! Mon large sourire ne fait que s'intensifier lorsqu'elle transforme l'engin en véritable moto d'apocalypse zombie. Je ne peut m'empêcher de rire à sa remarque, et surenchéri aussitôt « J'adore cette édition ! On se croirait dans Mad Max !! » Et bien évidement, la survivante possède tout le charisme de Furiosa, mais ça, je me retiens quand même de le formuler... Ce qu'elle m'annonce ensuite m'arrache aussi un rire léger. Faut croire qu'elle fréquente des gens étranges ! Bien loin d'être effrayée à l'idée de faire de la vitesse, j'enfourche le bolide avec une hâte non dissimulée, m'accrochant comme je peux de chaque côté de mon bassin. Que le monde se tienne à carreau ! Les impératrices de la mort débarquent...

Je profite sans retenue du trajet... La sensation de vitesse fait monter en moi une adrénaline qui est plus que bienvenue... L'air frappe mon visage, du même temps que les mèches qui s'échappent du casque de la conductrice. Je ne sais pas vraiment ce qui me prends, mais je lâche totalement prise, et en plusieurs fois, j'écarte les bras comme si j'étais sur le devant du titanic, en criant comme une demeurée. Lorsqu'on pose le pied à terre, je rassemble cependant le sérieux dont je dispose : Une petite horde de cadavre se trouve non loin, et le temps de descendre, il nous faudra fatalement les éliminer. Après un tel voyage, c'est loin de me faire peur. Au contraire même, je me sens plus que jamais d'attaque. Dégainant l'arme prêtée par mon ange gardien, j'avise les décérébrés d'un regard fier. Descendant en première, je me lance au devant de ma jumelle pour encastrer des crânes. Au vu de la puissance de la lame, c'est carrément le mot, d'ailleurs. Enchantée par l'effet bourrin du sabre, j'esquisse plusieurs mouvements figurants dans mon livret de kata pour mettre à terre plusieurs ennemis, bientôt rejointe par Leïa.
©️ BLACK PUMPKIN

Spoiler:
 

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Juil - 1:24

Comme à son habitude, le moteur de ma Kawa pousse un grondement merveilleusement digne de la pub Ricoré avec l'ours avant que le bruit ne stagne à une vitesse de croisière pendant qu'elle grimpe derrière moi. Comme dirait Gandalf, "montre-nous ce que célérité veut dire". Des gravats volent derrière nous, projetés par la roue qui tourne bien trop vite pour gagner de l'adhérence à froid et nous nous envolons finalement à travers la rue. Direction Grosse Pointe alors, on a un petit trajet à faire quand même, j'espère que le Kong est toujours safe.

Elle s'éclate derrière moi et ça me fait vraiment plaisir. C'est vrai qu'elle ne doit pas avoir beaucoup d'animation si elle n'a pas de véhicule. Mon dieu ! Je ne pourrais pas vivre sans ma moto... Les rues défilent à une vitesse effarante et nous arrivons finalement plus vite que prévu à Grosse Pointe City, le patelin de banlieue que j'ai en horreur. Je détestais cette banlieue avant, c'est la ville, l'endroit où il faut vivre, il ne se passait rien du tout ici avant. Ça a changé depuis qu'on dit que le Fantôme s'est installé dans ce coin mais je ne m'en préoccupe pas vraiment.

Je freine devant le bar et une horde de monstruosités commence à avancer dans notre direction. C'est vrai que la discrétion, c'est pas idéal à moto. Pas de problème, la béquille a à peine claqué que Rashka a déjà les deux pieds au sol et mon khukuri à la main. Très bien, je descends du dos de Betsy et détache rapidement la lance avant d'observer le combat. Rashka se bat bien et après un regard perdu sur ses fesses, je me jette dans la mêlée à sa suite, décapitant des morts à grands coups de lance.

Il y en a quand même beaucoup et lorsque mon arme se coince dans l'orbite vide d'un cadavre ambulant, je suis obligée de la laisser partir pour dégainer mon couteau de combat à la Rambo. C'est toujours aussi efficace et avec mon couteau de lancer dans ma seconde main, rien ne peut me résister. Chaque tête qui passe est percée d'un trou assez fin ou énorme en fonction du côté et bientôt, nous sommes encerclées d'un sol de corps immobiles et ensanglantés. J'avoue que le sourire que j'offre à la jeune femme est tout à fait franc, j'ai adoré ça et profite maintenant du temps imparti pour poser mon pied sur le crâne du mort et retirer ma lance de sa tête.

- Viens, on va planquer un peu ma moto et je te ferai visiter le Kong !

Avec une révérence, je lui présente l'entrée du bar à l'étage surplombée d'une énorme tête de gorille. J'attrape le guidon de Betsy et la guide jusqu'à l'allée-arrière avant de revenir vers mon amie pour grimper les marches. À l'intérieur, seulement quelques morts, j'envoie mes couteaux voler et en abat deux, en laissant trois pour Rashka alors que je me met en garde, la pointe de ma lance levée devant moi.

Les morts tombent rapidement et je me dirige alors vers le bar pour sauter et m'asseoir dessus. En me penchant sur le côté, j'arrive à attraper une bouteille et la tend à l'actrice.

- Un verre ? Qui n'a jamais rêvé d'habiter dans un bar ? Ahahah

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Lun 24 Juil - 19:11


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Le tour en moto m'avait vraiment fait plaisir. C'était à la fois inattendu et franchement bienvenue, je pense que j'avais besoin de relâcher un peu la pression accumulée ses dernières heures... Et puis, je suis plutôt bien accompagnée, en plus d'être une conductrice de compétition, ma nouvelle rencontre à beaucoup de classe, tant et si bien que me croit limite comme sur un plateau de tournage. Je me sens loin de l'étudiante esseulée gosse de riche que j'ai pu être il a peu encore. Et j'aime ça. Plus que fière d'avoir en main l'épée au design impressionnant de Leïa, je m'avance d'une cadence déterminée vers un groupe de morts qui ne vont pas tarder à choir sur le bitume. Réussissant mon premier kill avec une surprise quand au tranchant brut de mon arme, j'observe du coin de l'oeil la brune, en plein combat. Elle est armée d'une lance, que je crois plus ou moins reconnaître comme celle qui ornait il y a peu encore la moto.

L'affrontement me donne chaud, et je réalise que c'est un fait parfaitement normal, étant donné que le dernier ennemi m'ayant fait face vient de succomber à un coup de dague à travers la tempe. Je me détourne, pour adresser un large sourire à la guerrière qui me fait face. D'un geste vif et sans manière, elle récupère sa lance avant de m'offrir de me faire visiter le Kong. Me sourcils se froncent, puis en posant les yeux sur la façade d'un bar, j'esquisse un second sourire. Ça me fait bizarre. Entre des périodes qu'on peut définir de plutôt sanglantes, j'ai l'impression de sortir des cours avec une amie, pour se lancer dans une soirée ou simplement s'accorder une session maquillage. Aidant comme je peux la motarde pour camoufler son bolide, c'est avec une admiration sûrement un peu débile que j'admire l'intérieur du Kong, avant de me rendre seulement compte que les lieux sont occupés par des cadavres en seconde vie.

Leïa non loin, je me charge des morts restants, avant de retrouver la survivante, assise sur le bar. Je m'installe à côté d'elle, sur un tabouret de bar un peu cliché, mais que je trouve sympathique pour son côté un peu décalé. En admirant l'emplacement des multiples bouteilles lors du plein essor de la fréquentation de l'endroit, je rigole doucement « Moi, ahah. Toi en revanche, on dirait que t'es plutôt hyper familière du lieu ! Tu connaissais avant tout ça ? » Et puis, retrouvant un peu de sérieux, je secoue doucement la tête avant de poursuivre « Oh, je suppose que oui...  » Parcourant rapidement l'étiquette des yeux, je retrouve le regard de la jeune femme. « J'espère que ça va pas me saouler... J'ai pas l'habitude de boire moi ! » haussant un sourcil dubitatif en humant le goulot de la bouteille, l'affiche une mine peu rassurée avant de me décider à boire une bonne gorgée. Me penchant subitement en avant, je reste un instant avec l'alcool dans la bouche, à moitié en train de rire et de me cacher en imaginant ma tête de poisson... Finalement, j'arrive à avaler (pervers) mais me met à tousser comme une débutante...
©️ BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Juil - 4:51

Rashka a droit à un rire moqueur lorsqu'elle m'annonce qu'elle n'aurait jamais rêvé d'habiter ici. C'est probablement parce qu'elle n'a pas vu l'endroit avec l'apocalypse. Quand j'y allais, il y avait toujours du monde, les baby-foot étaient tous utilisés et on servait les meilleurs pina-colladas de Detroit. Un endroit charmant en somme !
Elle répond à sa première question mais je suis assez fière de lui faire une annonce.

- Je dormais sous ce baby-foot quasiment tous les jeudis... Open-bar jusqu'à trois heures !

Quelle époque merveilleuse et lointaine! Je suis capable de nommer tous mes amis de l'époque avec qui je venais profiter des prix réduits pour les étudiants mais maintenant, ces personnes que je pensais connaître comme ma famille me semble être des étrangers. Les choses qui importaient il y a deux ans n'ont maintenant plus aucune valeur et même s'ils ne m'ont jamais voulu de bien, je suis incapable d'attester que l'un deux serait allé jusqu'à tuer pour moi, certains l'ont fait depuis que les morts se sont relevés mais je ne les connaissais pas avant tout ça.

- T'en fais pas, si l'alcool saoulait, on le saurait ! Ahahah De toute manière il ne peut rien nous arriver ici. La ville est quasiment déserte et il ne reste que des morts, qui ne grimpent pas les escaliers dieux soit loué.

J'attrape moi-même une bouteille de rhum derrière le comptoir sur laquelle est collé une étiquette avec noté "Leïa C.". Là j'avoue que je suis bluffée et je la tend à mon amie avec un sourire.

- Tu savais que les lieux que tu traverses ont une mémoire ? Qui aurait cru que le Kong se souviendrait de moi ? Ce soir c'est moi qui paye... ai payé ?

Quoi que... j'ai probablement grillé un bon soixante pourcent de ma paye d'été ici de mes dix-huit jusqu'à mes vingt-trois ans alors ils me doivent bien un petit souvenir. D'un geste expert, je dégaine deux verres à shot de sur le comptoir et m'assieds à une table en lui faisant face avec un grand sourire en l'invitant à s'asseoir d'un geste de la main.
Tandis qu'elle pose la bouteille et s'assied, je verse une gorgée dans chaque shot et lève mon verre, un bon moyen de briser la glace, je le faisais quand mon rencard aimait boire mais là, j'ai surtout besoin de prendre une grosse cuite après tout ce qui s'est passé ces dernières semaines et la malheureuse Rashka va probablement devoir me porter jusqu'à ma moto. Faudra que je pense à ne pas l'appeler Johnny ou elle va se demander à qui je parle.

- J'ai jamais vécu ailleurs qu'à Detroit.

Après cette affirmation, je vide mon verre d'un trait et le repose en savourant le goût de mon rhum favoris dans ma gorge. Au moins, boire des petits verres l'aidera à tenir debout parce que même si elle a toussé comme si c'était la première fois qu'elle buvait, il faut reconnaître qu'elle a pris une sacrée gorgée et il vaut mieux la ralentir si je ne veux pas essuyer du vomi dans deux heures. Je la regarde maintenant en attendant d'en apprendre plus sur elle, une information après l'autre.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 1 Aoû - 15:15


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Après un trajet dans les règles de l'art, la brunette m'enmène dans un lieu qui lui semble familier, bien qu'il s'avère inconnu pour moi. Même si cela n'est pas du tout dans mes habitudes, je la suis et goûte l'alcool qu'elle m'offre avec l'un de ses sourires dévastateurs. Première impression : ça brûle, c'est dégueulasse, et ça laisse une sensation bizarre dans la gorge. Comment font les gens qui boivent régulièrement !!? Franchement, je vois pas ou est le plaisir dans ce genre d'activité, mais il doit bien en exister un, au vu de la tonne de monde qui se mettait des mines avant tout ça... Ma sauveuse me présente alors l'endroit, avec des détails appartenant à son ancienne vie. C'est vraiment incroyable d'essayer de l'imaginer, par exemple étendue sur le baby-foot poussiéreux... J'imagine que ça doit être étrange de revenir ici, maintenant que les morts ont envahi le monde... Mais pour l'heure, Leïa n'a pas l'air si nostalgique que ça. Galvanisée et contente de me faire découvrir son monde, peut être davantage. Je glousse un peu bêtement à sa réplique tout en l'observant se munir d'une bouteille au contenu ambré. Lorsqu'elle me la tends, mes yeux s'écarquillent de surprise. Son nom est inscrit dessus ! C'est vraiment énorme comme trouvaille ! J'ai presque le tic de prendre mon portable pour faire une photo souvenir, mais bon, c'est évident que c'est plus l'époque de faire ça... « Impressionnant ! On dirait que t'étais une véritable V.I.P ici ! Même après la fin du monde, l'alcool porte ton nom ahah ! » Je la suis ensuite docilement jusqu'à une petite table. Pendant qu'elle remplit deux verres étonnament petits, j'enregistre mentalement ce moment. Ma sauveuse et moi dans un bar. Franchement, j'ai bien le sentiment que ce que je vis actuellement restera dans ma mémoire comme l'un des meilleurs souvenirs de l'apocalypse... Je me garde bien d'en faire part à la jeune femme, je voudrais pas passer pour une fragile émotionnelle. Pensive, je formule ma réflexion à voix haute, et je suppose que le ton que j'emploie et un peu inquiet : « Vu la taille des verres, j'ai comme l'impression que c'est pas du petit lait... »

Après avoir accompagné ma jumelle en levant mon verre en souriant, j'imagine qu'il est l'heure d'entamer un genre de jeu d'alcool. C'est pas vraiment pour me rassurer... Ne dit-on pas que l'alcool délie les langues ? J'espère simplement ne pas sortir des trucs trop dossiers... Oh et puis après tout, quand bien même elle irait jusqu'à raconter cette soirée à quelqu'un, il y a peu de chance que ça revienne à mes oreilles. Et puis franchement, je me sens plutôt d'humeur joueuse ! Mes lèvres s'étirent dans un sourire un peu admiratif à la manière dont Leïa vide son verre avec une simplicité effarante. Ça lui donne un côté bonhomme pas désagréable, et je suis étrangement en confiance... Hochant la tête positivement, j'hausse toutefois un sourcil en interrogeant l'experte de soirée « Tu lances un genre de jeu style action vérité ? J'ai peur du résultat ! » Enfin peur... Je suis quasi sûre que mes yeux brillent d'une forme nouvelle d'excitation. Haussant une épaule en saisissant mon verre, je lance « J'ai jamais pris la moindre cuite ! En fait, je buvais seulement un verre de champagne lors de réception, mais c'était même assez rare... » Je me demande si ce genre d'information correspond à ce qui est attendu... Enfin. Dans tous les cas, il faut que je vide mon verre. Après avoir regardé ce dernier avec un peu d'appréhension, mon nez se plisse quand je renifle son contenant. Bon. D'un coup, comme ça, on en parle plus. J'avale le plus vite possible l'horrible liquide, avant de secouer la tête en fermant les yeux de dégoût. Il me faut une bonne minute pour retrouver une mine à peu près normale. « Purée ! C'est franchement horrible !!! Buark ! »

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Aoû - 1:11

- Ahahah! Et tu vois, l'apocalypse ne m'empêchera pas de la terminer.

Assez fière de moi, je souris à Rashka et la regarde se verser un shot aussi en lançant un commentaire sur l'intensité de la boisson. Par pur plaisir, je m'en verse un bonus et trinque avec elle pour son premier verre dans ce bar, en espérant que ce ne soit pas le dernier mais le rhum n'a pas perdu de son bon goût comme le constate ma nouvelle amie, à moins que.

- Le premier est toujours difficile, le second passe mieux et ouvre la voie, à partir du troisième, tu vas commencer à l'apprécier, désespère pas. Je pensais que les célébrités s'entraînaient à boire, ça semblait être le meilleur moment du métier! Ahah

Je souris de toutes mes dents à la jeune femme. Ça fait bien longtemps que je n'ai pas bu avec quelqu'un comme ça. Même si elle tire une tête de cent pieds de longs après son premier verre, j'ai envie de continuer juste pour voir si elle va encaisser les trois premiers mais il ne faudrait pas qu'elle vomisse non plus. Je dégaine un morceau de viande de loup séché qui date d'une semaine ou deux maintenant mais ça peut se garder un mois et j'en ai un bon stock depuis la chasse avec Ice. Assez en tous cas pour me permettre de lui en proposer sans me soucier de mon stock. Je balance ma sacoche sur une table et en sort quelques uns pour lui montrer qu'elle n'a pas à se soucier de manger ma nourriture.

- N'oublie pas de manger, ça fait du bien. Désolé pour l'odeur mais c'était le seul moyen de garder autant de viande assez longtemps et j'ai jamais aimé gaspiller la nourriture.

Allez, une nouvelle tournée pour moi et je lève mon verre devant elle avant de poursuivre par une nouvelle révélation.

- Je déteste les armes à feu. J'en ai une par nécessité mais j'ai toujours détesté ça, je crachais sur la NRA à chaque occasion avant ! Eheheh

Je m'amuse toute seule et engloutit un nouveau verre de rhum avant de lever un sourcil en regardant Rashka. Peut-être que nos confessions n'ont rien d'exceptionnelles mais au moins, ça permet de passer un bon moment.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Jeu 17 Aoû - 12:09


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Les sourcils toujours plissés, comme si l'alcool avait cet effet, j'écoute les indications de ma sauveuse. Si elle disait vrai, je commencerais à apprécier le liquide brûlant dans pas longtemps... Ce serait une bonne chose à vrai dire, parce que là, j'avais plus envie de dégueuler qu'autre chose.  La brune me présente ensuite une pièce de viande séchée, et j'hésite à la prendre... J'ai l'impression d'être un poussin sans défense qui se fait nourrir. Mon ventre gargouille, et j'adresse à la jeune femme un sourire un peu coupable. Si ça peut me faire du bien, et m'éviter de vomir mes tripes, autant tester. Avec une certaine curiosité, je renifle le morceau, bien que j'aurais dû m'abstenir. Visiblement loin de partager le goût horrible d'alcool qui reste dans ma gorge, Leïa poursuit notre petit jeu en vidant son verre comme si c'était de la limonade. Goûtant une bouchée de viande, je dois admettre que c'est hyper bon, tout compte fait ! Aussi, je l'englouti rapidement avant de sourire. « Ça m'étonne même pas... On dirait que t'es la survivante la plus armée de ce qui reste de la planète en vérité ! »

Je me demande même si ce n'est pas réellement le cas... Énumérant les différentes armes que je l'ai vu manier, j'hausse un sourcil pour moi même. Je suis limite sûre qu'elle en possède encore d'autres, planquées quelque part... Glissant un coup d'oeil à sa tenue, j'estime que ma pensée est juste, avant d'écarquiller les yeux quand Leïa vide un autre verre. « C'est rigolo, j'ai l'impression que, quand je tourne la tête, y'a un temps de décalage, ahah !! » Suite à quoi, je passe une bonne minute à tourner la tête en fixant différents recoin du bar, pour finalement retrouver les yeux de la brune, et virer mon sourire débile. M'éclaircissant la gorge en me concentrant pour remplir mon verre, je finis par le lever bien haut, avant de déclarer d'une voix un peu plus haute qu'à l'usuelle : « Ben moi, je suis encore pure et innocente ! »

Me mettant à rire sans trop savoir pourquoi, je me rends compte que c'est peut être pas la chose à crier. Retrouvant un peu de sérieux, je vide mon verre en fermant les yeux, et le pose un peu fort sur la table avant de secouer la tête. « Euh... Est-ce que euh, je peux changer pour dire que ma couleur préférée, c'est le vert foncé ? » Adressant un regard suspicieux à ma jumelle du jour, je lève un index, avant de proposer : « Aller, en échange, on fait le truc là, ou on croise notre bras pour faire boire le verre à l'autre ! Tu sais ! » Je me rends compte que mes pensées sont floues, et que je perds limite le fil de ce que je viens de dire... Aussi, je tapote la table dans l'espoir que ça me revienne, avant d'imiter le geste de faire boire un ami invisible à côté de moi.

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Aoû - 17:33

Pure et innocente ? Je recrache le shot que j'allais m'envoyer et m'en resserre un autre pour la peine en la regardant avec un sourire. Elle est gênée et j'imagine bien qu'elle n'a pas du entendre parler de moi avant que les morts ne se relèvent. En riant, j'accepte sa proposition en servant un verre pour la demoiselle au katana.

- Dans ce cas.

Comme le veut la tradition, je lève mon verre et croise mon bras avec le sien en la regardant dans les yeux avant de lever le coude pour faire glisser le rhum dans ma gorge. Hmm... cet alcool n'a pas perdu de sa saveur et maintenant que les shots commencent à faire effet, je me rend compte qu'elle n'a pas forcément tord sur le fait que les murs bougent mais notre sécurité relative et l'alcool me font vite oublier les risques. Et puis... je connais ou connaissais mes limites et je ne doute pas d'être encore capable de marcher. Mais c'est à nouveau mon tour et avec un clin d'oeil, je fais une nouvelle confession.

- J'ai mangé mon innocence et j'ai couché avec madame pureté.

Aucune idée de si elle va comprendre ce que j'entends par là mais je me serre un verre et en attrape un second sur une table à côté avant de le frotter rapidement avec mon T-shirt pour en verser un second de rhum. J'ai toujours eu une sorte de fétichisme sémiologique et j'adore m'exprimer autant par mes actions que par mes mots. Si ce que j'ai dis l'aide à moitié, les deux verres que j'engloutis avec un sourire allant d'une oreille à l'autre en dit long sur mon amour de l'espèce humaine, quelque soit son sexe puisque je ne fais pas de différence dans mes relations amoureuses. Bon ok... l'amour en ce moment, ce n'est probablement pas tout ça mais bon...

C'est marrant qu'on se ressemble autant et que pourtant, on soit si différentes, je ne sais même pas si elle est hétéro. Mais j'aime bien ce moment avec ma nouvelle amie et resserre une tournée avant d'essayer de compter le nombre de shots sur mes doigts.

- Aussi, j'ai jamais été bonne en maths donc on va dire qu'on en est à une demi-bouteille. Félicitations ! Tu as officiellement terminé ton premier quart Rashka! Ahahah

Me voilà à faire des blagues, même moi j'ai du mal à y croire. Si Barry voyait sa guerrière boire comme ça, il n'en croirait probablement pas ses yeux mais je m'amuse beaucoup trop pour réfléchir à l'alcool que j'aurai dans le sang quand il va falloir reprendre la moto. Et puis... on est au Kong, j'appellerai un taxi!

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Jeu 17 Aoû - 19:19


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Quand la guerrière accepte ma proposition, je trépigne sur ma chaise, songeant à peine une seconde que je pourrais probablement regretter ce verre. Oh et puis zut ! Maintenant qu'on est lancées, je sais pas si on va s'arrêter comme ça hein ! Prenant mon verre, tout sourire, j'imite les gestes de la brune, et rigole comme une mongole une fois le contenant reposé sur la table. Le clin d'oeil qui m'est adressé me fais sourire, bien que je reste un moment silencieuse, pensive du fait de sa déclaration. Après avoir passé ma langue sur mes dents histoire de voir si j'hallucinais ou si cette dernière était anesthésiée, je fronce les sourcils avant de demander : « Pourquoi t'as mangé ton inno- » puis j'articule un "aaah !" comprenant enfin ce qu'elle voulait dire. Purée, je dois vraiment passer pour une sainte.

Finalement, la deuxième partie de son aveu me revient en tête, mais je ne sais pas trop quoi faire de cette information. Ni de mon champ visuel qui me fais connaître une nouvelle dimension, bien moins stable que celle dont j'ai l'habitude. Secouant doucement la tête en regardant Leïa se resservir -en double ? C'est pas moi qui hallucine hein ?- je lève les deux bras en l'air à son estimation. « Wouhouuu ! Premier quart, check ! Qu'est-ce qu'on fait pour marquer le coup ? Oh ! Je sais ! On va dire que j'ai le droit de changer les règles du jeu ! » C'est mignon tout plein de me donner moi-même de l'assurance, mais je n'ai aucune idée de la manière dont je vais m'en sortir, maintenant... Faisant mine de réfléchir de façon très intense, je réalise avoir fermé les yeux sous un effort bien réel, avant d'adresser un regard taquin à ma sauveuse.

« Bon alors, maintenant, on pose des questions ! Et si... Ta réponse me surprends beaucoup, je bois... Ça marche ? » Ayant eu l'accord de ma prof d'alcoolisme, je me met à la recherche d'une question pertinente... Enfin, dont j'ai envie de connaître la réponse, sinon, c'est pas marrant. Étonnamment, je me surprends à penser à des interrogations de l'ordre plutôt intime, ce qui n'est absolument pas mon genre. Serait-ce dû à l'alcool ? Je cligne plusieurs fois des yeux, avant de m'enfiler un petit verre, pour finalement le fixer en demandant : « Combien t'as eu de partenaires ? » Ne voulant pas paraître trop prude, j'ose quand même retrouver son regard électrique, non sans me mordiller nerveusement l'intérieur de la joue.

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Aoû - 3:34

Mon sourcil monte tout seul tandis que Rashka décide d'interférer avec mon jeu pour en modifier les règles. Tant que ce n'est pas un je n'ai jamais qui me mènerait probablement à la tombe en quelques tours, ça me convient et la nouvelle règle du jeu me tente bien quand même. Je la fixe du regard en attendant et ne peux m'empêcher de rougir à sa question. Je dois avouer que c'est assez inattendu et finalement, c'est moi qui ai du mal à supporter son regard.

- Euuuuuh...

Mon dieu, que répondre? Bon, je vais lui donner le vrai chiffre mais j'ai un peu peur de sa réaction quand même.

- Le vrai chiffre : trente-quatre, quinze mecs, dix-neuf filles.

Ça fait quand même un sacré score même si ça a été fait sur plusieurs années. Même Luke n'avait pas dépassé les trente, mais il jouait uniquement en ligue féminine lui... J'avais un plus grand choix.
Chassant ces pensées salaces de ma tête, je me reconcentre sur Rashka pour éviter de me perdre définitivement dans mes envies.

- À moi maintenant je suppose? Tu es sortie avec quelqu'un que je connais?

Après tout, Rashka est une célébrité et si je n'ai jamais eu la chance de rentrer de soirée avec quelqu'un qui soit passé sur les écrans, elle a probablement déjà embrassé quelqu'un que je connais. Sinon, je suis prête à boire un verre, peut-être même deux.
Par acquis de conscience, je me reverse un verre histoire d'être prête en cas de surprise. Je commence à prendre goût à ce jeu et même si j'ai l'impression que la jeune femme me mange pas mal du regard, je n'ose rien dire de peur de la vexer si j'interprète mal quelque chose. Du coup, ça me paraît plus simple me croiser les jambes en basculant un peu ma chaise en arrière comme je le faisais quand le bar débordait encore de vie.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 330
Points : 972
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Jeu 24 Aoû - 15:35


She sang nothing but requiem
Leïa & Rashka


Ma question semble entraîner une certaine hésitation chez la brune. Bon... J'imagine que ça veut dire qu'elle a eu un paquet de partenaire. Après tout, pourquoi serais-je surprise ? Elle est jolie, visiblement intelligente, drôle, et sortait régulièrement faire la fête. Ok, le dernier point est un peu cliché je l'avoue, mais ce n'est pas une croyance, le fait de dire que l'alcool rapproche les gens et réchauffe les coeurs et les corps, si...? Enfin, pour l'instant, c'est surtout mes neurones que ça chauffe, j'ai l'impression. Tant et si bien qu'il me faut un petit temps pour assimiler sa réponse. Une fois que j'ai capté l'information, mes yeux deviennent ronds comme des billes, et j'ai quand même la clarté d'esprit de m'envoyer un shoot histoire de dissimuler le choc autant que possible. Réalisant que je ne sens plus aucune aversion pour le liquide pourtant fort, je cherche désespérément quoi dire face à un tel score, mais je ne trouve pas.

J'imagine que Leïa se passe volontiers de commentaires, puisqu'elle me retourne une question qui arrive tout de même à me faire sourire. « Je vais te décevoir, mais non... J'aurais eu envie, oui, mais c'est du passé maintenant. Et puis, je ne suis jamais sortie avec personne, de toute façon. » C'est un peu tristement que j'observe le bord du petit verre que je tiens toujours en main. C'est fou comme je peut regretter. C'est vrai quoi, même si je m'étais prise un vent monumental, y'a pas de quoi se suicider, si ? Enfin, faut dire que, grâce à l'alcool ou non, tout me semble étrangement facile. Si une horde de morts se pointaient, je suis quasi-sûre de pouvoir les éliminer à coup de cure-dents. Tout en cherchant une question intéressante à poser, je bascule sur ma chaise, par mimétisme avec la guerrière aux nattes. Sauf que moi, j'ai visiblement perdu tout repère d'équilibre spatial, puisque je dégringole pour de bon, pour finalement réaliser que je suis les quatre fers en l'air. Adressant un coup d'oeil rapide, bien que flou, à ma main droite, je fais le signe peace de la gauche à l'intention de ma sauveuse pour le signifier « Tout va bien, j'ai pas renversé mon veeerre ! »

Toute contente, je me relève du mieux que je peux, effectuant une petite pause quand je suis enfin sur mes jambes. « Putain ça tourne ! » dis-je toute étonnée en voyant les murs se succéder devant mes yeux. Avec une concentration toute nouvelle, je choppe le dossier de la chaise pour la redresser elle aussi et m'y asseoir prudemment. Au final, je ne peut m'empêcher de revenir sur la réponse précédemment donnée par la motarde. Engloutissant le shoot sauvé lors de ma chute, je lève un index pendant que j'avale pour finalement articuler : « Mais alors, est-ce que tu as une préférence pour les filles ou les garçons ? » C'est une question que je me suis souvent posée... J'imagine que non. Ou alors, des préférences sur certains critères seulement ? De toute évidence, tout cela n'est que mystère pour moi...

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum