[Flashback] J'la veux! J'la veux!



InformationsContact
avatar
Messages : 359
Points : 424
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Mai - 15:09



Rashka && Abel

Flashback suivant l’arrivée de Rashka ; Hiver 2016.


 Le petit Abel est demandé à l’accueil par son papa Cale ! Chié… Je ne pouvais pas finir de retaper une porte. Tant pis, ça attendra ! Ils ne se plaindront pas si elle grince en pleine nuit. A ce que j’ai ouï dire, une nouvelle venue est arrivée. Cool ! J’ai l’impression que mes chances avec Ruth tournent au vinaigre ! Enfin… J’espère qu’elle est en bonne état, la bleusaille ! Avec tout ce qu’on voit de nos jours, il se pourrait bien qui lui manque un morceau quelque part. « Bon, très bien Ruth, je vais m’occuper de la petite nouvelle. Ce n’est pas comme si j’effectuais une mission de la plus haute importance, avec cette porte. » Et en bon petit soldat, je quitte la chambrée pour rejoindre le hall. Cale, me voyant arriver, fait un signe de tête que je lui rends, avant qu’il ne retourne à ses occupations.

 Elle se tenait debout, près de l’endroit où était Cale. Bouche bée un moment, je l’observais de la tête au pied. La nature l’avait garnie d’une très grande beauté. Je n’aurai su dire son âge précisément, tant elle paraissait jeune, mais ses attributs de femme attestaient que la vingtaine avait été dépassée. Un regard intense, à la fois doux et piquant. Un tel paradoxe à en faire chavirer les esprits. Un nez parfaitement équilibré, une bouche à croquer. Ses cheveux devaient avoir pour habitude d’être tiré. Ils ne masquaient aucunement son visage. Elle n’était pas bien grande, mais son aura dégageait une force incontestable. C’en était palpable. Et par chance, il ne lui manquait aucun membre. Est-ce-que Ruth et Cale jouaient à l’agence matrimoniale, en me donnant pour mission d’accueillir ce bout de femme ?

 Je me ressaisis. Il ne faut pas qu’elle remarque ma tête de benêt en pleine admiration. Je referme ma bouche et lance mon regard dit « de braise », avant de traverser l’espace nous séparant. Je lui tends une main, clamant mon discours : « Salut, je suis Abel. On m’a chargé de te montrer deux-trois petites choses ici. Tu t’appelles comment ? » Je ne sais pas pourquoi, mais elle devait avoir un prénom doux. Du style Jane, ou Mary. Ma déception fut bien grande lorsque j’entendis la réponse. Comment peut-on appeler une si belle fille avec un prénom aussi dur ? Pour sûr, ça ne venait pas du Michigan ! Enfin, quand on s’appelle Abel, on n’a pas grand-chose à dire je suppose.

 Il vaudrait mieux que je m’active à l’accueillir, sinon mes compères ne vont pas me rater, lorsqu’ils me croiseront. « Si tu as des questions, n’hésite pas à en poser. Suis-moi, on va faire un petit tour. »

_________________


♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 123
Points : 358
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 27 Mai - 15:46


J'la veux ! J'la veux !
Abel & Rashka


Je respire un grand coup en sortant de la pièce destinée à l'isolement des nouveaux membres du groupe. Heureusement pour moi, mon état de santé n'est visiblement pas critique, auquel cas je serais certainement restée confinée plus longtemps. Mise à part le fait que je crevais de faim, véritablement épuisée par mes dernières tentatives de trouver de quoi me nourrir. Mais comme j'ai eu droit à des rations de nourriture, je dois reconnaître que je me sens mieux. Cale m'annonce alors que c'est un autre survivant qui s'occupera de finaliser mon installation. J'avoue être un peu déçue, dans un premier temps. C'est vrai, il est gentil cet homme, et puis, même si celle-ci est très difficile à acquérir, je serais presque tentée de lui accorder ma confiance, tant il paraît droit dans ses bottes. Le temps que la dite personne arrive, la sentinelle m'informe que je vais avoir droit à un petit questionnaire, et une visite guidée gratuite. Bon, et ben, plus qu'à voir ça ! Maintenant que j'ai récupéré mes affaires -ils font quand même vachement confiance- je suis assez curieuse de découvrir mon nouvel espace de vie, il est vrai.

Avisant la silhouette d'un homme aux cheveux blonds mi-longs, Cale me laisse pour retourner à ses occupations, qui, à n'en pas douter, doivent être nombreuses. Pendant que l'inconnu, très certainement chargé de me parrainer, s'avance vers moi, je m'autorise une analyse rapide du type en question. La démarche assuré, il a l'air plutôt musclé, et, même d'ici, je peux voir ses yeux d'un bleu certainement très saisissant. Avec sa barbe, il fait un peu mauvais genre, je m'attendais pas à voir un mec comme ça. Mais faut dire qu'il a pas non plus l'air antipathique, aussi, j'affiche direct un sourire engageant quand il se présente. Lui rendant une poignée de main que je veux solide, je lui donne mon prénom « Moi c'est Rashka, enchantée. » Bon, le "enchanté" est peut-être un peu en trop, mais d'un côté, ça me fait plaisir qu'Abel n'est pas l'air trop ennuyé à l'idée de se coltiner l'accueil d'une nouvelle...

J'acquiesce quand il me demande de lui emboîter le pas. C'est parti pour découvrir le labo ! Je me suis imaginée milles choses, pendant mon temps en quarantaine, aussi, j'ai hâte de voir ce qui peut être vrai, ou non. Toutefois, mon amour pour l'extérieur me rattrape bien vite, et comme il m'autorise à poser des questions, je me lance « Est-ce qu'on est libre de sortir quand on le souhaite ? » C'est vrai ça... Moi qui aime passer des heures à dessiner des plantes à différentes échelles, en esquissant des grossissements issus de mes nombreux cours de physio-vé, ce serait bête de devoir rester enfermée... Avisant le survivant le plus discrètement possible du coin de l'oeil, je me permet une gentille remarque se voulant humoristique. « T'as pas vraiment l'air d'un mec qui passe ses journées à analyser des échantillons biologiques, tu faisais quoi, avant que les morts ne se décident à envahir le monde ? »

Trop curieuse, peut-être. Je voudrais pas non plus le froisser, le bonhomme... Certes, j'ai retrouvé mon katana, mais un meurtre me garantirait sûrement pas une place stable au sein de la communauté. L'analysant une seconde fois du coin de l'oeil, j'estime mes chances, par simple curiosité. Mouais. Non seulement je suis encore pas complètement rétablie, mais en plus, il est plus balèze que ce que j'avais pensé. Dans le pire des cas, le blondinet me renverra chier, et fin de l'histoire. Ça m'apprendra à vouloir être trop sociable. Pour ma défense, faut dire que ces derniers mois, j'ai pas eu grand monde avec qui causer, aussi...

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 359
Points : 424
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Mai - 18:40

Elle veut bien me suivre, la petite Rashka. C’est un bon point. Je la laisse m’emboiter le pas, allant vers l’une des salles communes. « Comme tu as pu le voir, on laisse le hall à l’abandon, rien de valeur en vue. On ne veut pas que des malfrats viennent nous visiter et piquer nos affaires ! Nous occupons principalement les étages supérieurs. » commençais-je mon discours. Mais une question sur un tout autre sujet vint, provenant de sa part. « Ce n’est pas une prison, même si on a certaines conditions, pour le bien de tous. Comme éviter de sortir, et revenir trop longtemps après, sinon tu seras considérée comme étant morte, et tes affaires seront redistribuées. Mais oui, tu as le droit de sortir. D’ailleurs, si t’es intéressée, je vais avoir besoin d’aide un de ces jours… Un truc à récupérer. Alors voici notre… salle de vie ? On mange, se détend, discute, et se repose ici. » Finis-je, tâchant de me concentrer sur la mission qui m’a été confiée.

Encore une fois, la visite doit l’intéresser que très peu. Elle détourne la conversation sur moi. Mon sujet préféré ! Et si je m’amusais à lui faire peur ? « Avant ça, j’essayais d’être personne pour les flics, et un grand homme pour les gangs. On me surnommait l’araignée. Un des plus grands dealers du coin ! » Je m’arrête dans mon discours, et dans ma marche, pour me tourner vers elle, prenant mon air le plus sombre et sérieux. « Ce monde ne change pas beaucoup de mon passé. Sauf qu’au lieu de refroidir les vivants, je refroidis les morts maintenant… » J’estime que j’en ai assez fait, et me stoppe un moment le temps de contempler sa réaction. Puis mon expression s’allège quelque peu, accompagnant ce qu’il suit d’un sourire : « Je rigole. J’étais gardien de prison. Je suis peu vivable selon mes ex, et mes collègues, mais je ne suis pas méchant. Enfin… Sauf quand on me cherche ! Mais ça n’arrivera pas, pas vrai ? » Je reprends ma marche, détournant mon regard de son visage, traversant le couloir jusqu’à l’une des chambrée.

« Ici c’est là où certains d’entre nous dorment. Il y a un lit de libre. Si tu veux poser tes affaires… » Je m’étais approché du lit, situé à côté du mien, qui était libre, lui désignant le matelas.

_________________


♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 123
Points : 358
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 28 Mai - 10:37


J'la veux ! J'la veux !
Abel & Rashka


A mesure que l'on progresse dans la visite, j'enregistre la configuration des lieux, ainsi que les informations données par mon guide du jour, Abel. Pas vraiment de défense, donc, simplement une utilisation des étages supérieurs...? J'avoue que je trouve ça un peu léger... Certes, c'est pas tout le monde qui se laisserais tenter par la fouille d'un labo, mais d'un côté, c'est comme ça que je suis arrivée là. Même en voyant quedal à l'intérieur, j'ai essayé de rentrer. Faut dire que Cale veillait au grain, puisque il est venu presque direct à ma rencontre... Au final ça se vaut peut être. Pas de défense pour ne pas signaler leur présence, mais une surveillance probablement permanente pour éviter des intrusions dangereuses. Au abord de ce qui s'avère être une salle commune, le blond me fait part d'une quête. Lui adressant un sourire engageant, je lui confirme immédiatement ma bonne volonté. « Si je peux t'aider à récupérer ce... truc, je serais ravie de t'accompagner. » Si en plus, ça peut me faire une excuse pour gambader à l'extérieur, c'est parfait !

L'homme m'explique alors ses occupations pré-apocalyptiques. Je dois dire que je ne m'attendais pas vraiment à ça, même si c'est vrai qu'il a une allure plutôt spéciale. Quand il se stoppe pour lancer une sombre réplique, je lui retourne des yeux ronds. Sérieusement...? Voyant qu'il finit par sourire, mes muscles se détendent. Ah ok, il plaisantait ! J'y ai vraiment cru, l'espace d'un moment, ahah ! Secouant doucement la tête, amusée, je répond en lui rendant son sourire « Bien joué ahah, tu m'as eue ! C'est vrai que j'aurais dû tiquer, "l'Araignée", c'est pas le surnom de l'année, même pour un dealer meurtrier ! » A peine je lui répond que ma conscience m'alarme gentiment. S'il n'a pas menti sur ça, et qu'on le surnomme vraiment comme ça, j'aurais l'air un peu bête, mais bon... Tant pis. A sa petite mise en garde, j'hausse un sourcil avant de le suivre vers un nouvel endroit. « On verra ça, c'est pas dans mon programme, pour l'instant... »

Découvrant plusieurs matelas dans la pièce, je comprends de suite qu'il s'agit du lieu de repos. Certaines personnes dorment ici...? Pas toutes ? Abel me désigne un lit visiblement libre. Je tique un peu. Je me suis habituée à dormir tranquille, et partager mon espace de repos me laisse perplexe... J'ai pas vraiment envie de faire des manières dès mon arrivée, mais je tente quand même un « Ça veut dire que certaines personnes ont un autre endroit pour dormir...? » et puis, pour montrer que j'ai pas besoin d'une couche, j'ajoute juste après « J'ai l'habitude de dormir dans mon hamac de poche... Si y'a un endroit vide et inutilisée, je préférerais m'y installer, quitte à ranger tous les matins. Promis, je ferais pas de bêtises !  »

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 359
Points : 424
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Mai - 18:03

 J’imagine ce qu’elle peut vivre. Arriver dans une communauté que l’on s’apprêtait à voler sans le savoir, ce n’est pas toujours évident de trouver sa place. Pour ma part, ils m’ont trouvé agonisant dans une voiture. Ce n’est guère mieux, car ils ne savaient et ne savent toujours pas ce qui m’a conduit à cette bagnole, une balle dans le ventre. Mais au moins, ils ont eu la gentillesse de me soigner, et de ne pas me foutre à la porte. C’est peut-être leur objectif, qui sait ? Ou peut-être qu’ils n’y pensent pas mais lorsqu’ils apprendront mon histoire, ils voudront me bannir ? Je ne risque donc pas d’harceler la jolie jeune femme de question on ne peut plus loufoque, afin de savoir si elle va représenter un danger ou non. Je n’en suis sûrement pas un, mais si mon frère apprend que je suis vivant et ici, pour sûr, ses gars et lui vont rappliquer. Quoiqu’il en soit, en plus d’être on ne peut plus mignonne, elle semble volontaire pour m’aider à retrouver ma bécane. Ça me va. Ça me va même beaucoup. « Heureux de pouvoir compter sur quelqu’un prêt à m’aider. Et si jamais tu as besoin d’un coup de main, toi aussi, n’hésite pas. Je suis à l’entretien. Autant dire que j’ai du temps à tuer. »

 On poursuit notre visite lorsqu’elle me demande ce que je faisais avant. Je prends un malin plaisir à lui foutre les chocottes. Et on dirait que ça marche, ce qui me vaut un sourire, pour détendre l’atmosphère. Lorsqu’elle commence à se moquer du surnom que j’ai emprunté, je me dis que si elle savait ce que j’ai pu entendre en prison… J’en profite au passage pour insister sur le fait qu’il ne faut pas trop déconner. Si Cale peut faire flipper, j’ai un aspect des plus sombre lorsque je suis en rogne aussi. Je dirai que je vaux bien un demi-Cale. Et ça, ce n’est pas à prendre à la légère. Mais je me rends compte que j’y ai peut-être été un peu fort et estime qu’il faut que je réajuste mes propos. « De toute manière, il en faut pour me mettre en rogne. Si tu y arrives, c’est soit tu as fait du mal à l’un de mes proches, soit tu as voulu manger mon écureuil, Simba. Et crois-moi, on a assez de provision pour que tu ne sois pas tentée à le faire... Oh, et au fait… L’araignée… C’est vraiment le surnom d’un dealer que j’ai connu. Mais ce n’est clairement pas le pire des blaz’. Par exemple, dans la prison où je travaillais, il y avait Sac de Golf, Chien fou, ou encore Face de Bébé*… L’araignée me semblait le mieux. » Finis-je, voyant une nouvelle fois sa réaction du coin de l’œil.

Lorsque l’on s’attaque à la chambrée, je suis un peu déçue. J’avais réussi à lui trouver un lit près du mien, mais elle semblait ne pas vouloir y dormir. Je suppose que ce serait mal vu de l’y attacher, afin de la regarder dormir, lorsque le sommeil ne parvient pas à m’emporter. « Comme je te l’ai dit, ça n’est pas une prison. Partout où ton hamac pourra se mettre, tu pourras y dormir ! Tant que tu ne nous mets pas en danger, en t’exposant de trop. Par contre, je pense que ça serait bien que tu préviennes quelqu’un de l’endroit où tu comptes t’installer. Enfin je dis ça, mais il faudrait voir avec Cale ou Ruth. Je n’étais pas vraiment en état d’enregistrer ce qu’ils me disaient en terme de comportement à avoir, lorsque je suis arrivé. » Je ne voulais pas éveiller ses soupçons, mais je voulais clairement lui faire comprendre que je suis loin d’être le survivant modèle pour cette communauté. Je ne connais le règlement qu’à moitié. Je suis le mouvement, et agis par mimétisme, beaucoup. J’espère en tout cas qu’elle ne va pas trop se plaindre de moi !



*Point de culture :  Ces surnoms sont ceux de gangsters ayant réellement existés !

_________________


♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 123
Points : 358
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 4 Juin - 15:27


J'la veux ! J'la veux !
Abel & Rashka


Mon guide s'avère être sympathique. Comme je lui ai proposé mon aide, pour une quête qui semble lui tenir à coeur, il me retourne le service, aussi, je le remercie d'un hochement de tête doublé d'un sourire. J'ai eu le temps de pas mal cogiter, pendant ma période d'isolement. Et j'avoue que, même si j'arrivais au bout de mes ressources, là, dehors, toute seule, une partie de moi à du mal à se faire à l'idée de faire partie d'une communauté qui semble aussi établie et organisée. M'intégrer dans un groupe, quel qu'il soit, n'a jamais vraiment été mon fort... Et tisser des liens non plus. Quoi qu'il en soit, je suis prête à faire des efforts pour être acceptée ici, et me faire une petite place, tout en participant à la vie en communauté, bien sûr. Abel se dévoile quelque peu, visiblement ouvert à la discussion, et décidé à faire connaissance. C'est sympa, rien ne l'oblige à m'accueillir de la sorte. A ses propos, mes yeux s'arrondissent de nouveau « Tu as adopté un écureuil !? C'est trop chou ! » j'avoue que j'ai du mal à imaginer le blond avec un petit rongeur, mais je serais très contente de voir ça... J'aime beaucoup les animaux, comme tout le monde, je suppose ?

Le survivant m'explicite quelques anecdotes de son ancien lieu de travail, notamment les noms de quelques détenus. Je fronce un peu les sourcils à leur évocation. Pas terrible comme surnoms, je trouve... Quitte à en avoir un, autant qu'il soit au minimum stylé, non...? Mes pensées se dirigent fatalement vers Leia, surnommée Skywalker par ses proches. Ça, au moins, ça claque ! Toujours est-il que le sujet de mon installation, plus précisément mon lieu de repos, reste en suspends. C'est vrai que je ne me vois vraiment pas dormir ici, avec tous les autres... Certes, je me plierais au règlement si je ne peux pas faire autrement, mais ça ne me plaît pas vraiment. « Très bien, je verrais ça avec eux, à l'occasion. Je dirais que tu n'as pas su me répondre... » fis-je avec un sourire taquin. Ses dernières paroles me laissent, en revanche, davantage perplexe. Ré-ajustant les bretelles de mon sac à dos, je cligne des yeux, avant de finalement céder à ma curiosité. « Pas vraiment en état genre... Affaibli ? Enfin, je suis pas obligée de tout savoir de toi ahah, chacun son jardin secret, pas vrai ? » dis-je en haussant les épaules avec un sourire.

Je lui laisse le loisir de me répondre s'il en éprouve l'envie, et je fronce un peu les sourcils, avant de changer de sujet « Il doit y avoir des choses à faire, ici, je veux dire, pour participer à la vie de groupe. Tu t'occupes d'entretenir le laboratoire, si j'ai bien compris. Tu penses qu'on pourrait me trouver quelque chose à faire, pour me rendre utile ? » Posant instinctivement la main sur la garde de son sabre, j'écoute avec attention ce qu'il va me répondre.

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 359
Points : 424
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 1:12

Tiens, enfin une qui trouve qu’adopter un écureuil est mignon et non pas malin. La plupart pense que je l’élève pour l’engraisser et le manger. Je souris à sa remarque. Je suis presque sûr que je suis même en train de rougir. Comment continuer à être viril après avoir été trop chou ? Je préfère effacer ce sourire et continuer la visite. Elle m’explique qu’elle préfèrerait dormir sur un hamac. Ça, je ne sais même pas si c’est possible. Si ça n’était que moi, je dirais oui, mais qu’en pensent Cale et Ruth ? Bonne question. Je lui précise que j’étais affaiblis à mon arrivée ici, ce qui semble l’intriguer. J’aurai dû me taire. Pour un type qui se veut discret sur son passé, je suis un peu trop bavard. Heureusement elle me parle de jardin secret. Et je m’en accommode sur le coup mais réalise vite que si je veux pouvoir avoir confiance en mes co-survivants, je dois leur faire confiance à mon tour. Je soupire un moment, éclaircissant ma voix qui semble devenir légèrement plus sombre. Les tenants et les aboutissants de ma plaie ne sont pas anodins. « J’étais blessé en arrivant ici. Une balle dans le ventre. Fort heureusement, plus de peur que de mal, même si la douleur est intense et handicapante. Sans compter le risque d’infection. Tous les survivants ne sont pas cools, il faut croire. C’est pourquoi je suis moi-même resté ici. Sinon je serai sans doute reparti il y a déjà un moment de cela. » Il faut dire que le survivant en question et moi-même avions un passif plutôt lourd. Mais ce n’est pas tant la blessure physique qui m’a mis dans un tel état de faiblesse. C’est plutôt ce manque provoqué par l’enlèvement de Clarice. Et la douleur d’avoir vu mon frère revenir d’entre les morts, décidé à se venger.

Je détourne un instant mon regard de la jeune femme essayant de renfermer au fond de moi cette amertume. Je ne veux pas que ça s’ébruite de trop. Sans compter que s’il apprenait que j’étais toujours en vie, il viendrait me faire la peau. Rashka offre une alternative à la conversation, me parlant des activités à faire. « Oh que oui, y’a un tas de truc à faire ! Je me suis dévoué pour l’entretien, pour l’instant. Je suis trop faible pour prendre un poste à responsabilité pour le moment. Mais quand ça ira mieux, j’aimerai pouvoir passer plus de temps à l’extérieur. Je me débrouille beaucoup mieux dehors. Enfin… pour répondre à ta question, y’a du taffe dans le coin. Chacun essaye de se rendre utile à sa façon. Je bricole et nettoie des trucs. Rajesh remplis la fonction de médecin, même si je crois qu’il aimerait trouver un remêde aux morts qui reviennent… Cale, que tu connais déjà, s’occupe de surveiller le camp. Il ne vaut mieux pas se frotter à lui, crois moi. Enfin… Dans le mauvais sens du terme je parle. Je suis sûr qu’il est un amant hors pair…. » Je m’arrête un moment et me rends compte que je commence à débiter des conneries, comme pour noyer le précédent sujet de conversation sous une tonne d’information. « Oublies ce que je viens de dire, ok ? Je parle de trop… » J’observe le silence, lorsque je vois Simba sortir de sous mon oreiller pour me rejoindre et grimper sur mon épaule. Il regarde Rashka avec curiosité. « Rashka, voici Simba. Simba, voici Rashka. Et non, ce n’est pas une noisette. » Je souris en jetant un regard à Simba qui vient frotter sa tête contre ma bouche. Je me tourne de nouveau vers Rashka. « Et voici le truc trop chou, en deux mots… »

_________________


♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 123
Points : 358
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 13 Juin - 22:05


J'la veux ! J'la veux !
Abel & Rashka


J'avoue, je suis contente que mon guide se laisse aller à me raconter un peu la manière dont il s'est retrouvé ici. Mes sourcils s'élèvent à la mention de sa blessure. Une balle dans le ventre ? Ah ouais quand même... Ça doit clairement pas être sympa. J'ai eu quelques bobos aussi, surtout durant mes mois en solitaire, mais rien qui n'égale un trou dans les peaux du ventre. Je me demande à quoi peut bien ressembler la cicatrice...? Abel souligne le fait que l'apocalypse à fait de certaines personnes des gens pas cool. Immédiatement, je cligne plusieurs fois des yeux, ne pouvant m'empêcher de penser aux trois salopard qui pensaient abuser de moi à volonté avant de m'étriper. Un frisson glacé parcourt rapidement le long de ma colonne, mais je garde mon masque impassible. Le souvenir de ma sauveuse, Leïa, radoucit l'intérieur de mon être, et je me concentre de nouveau sur le blond qui me fait face. Ne sachant pas trop quoi répondre à ce qu'il vient de me livrer, j'hausse les épaules en souriant doucement. « Heureusement que tu es resté, tu fais un excellent guide pour les nouvelles recrues, ahah ! » Je doute que l'humour soit approprié, mais je doute encore plus qu'il souhaite s'étendre sur le sujet de sa blessure...

Ainsi donc, il me ressemble sur un point : il se débrouille mieux à l'extérieur. Enfin, je ne suis pas encore bien placé pour juger de mes capacités à être utile au groupe, mais une chose est sûre, je souhaite sortir le plus possible. « Peut-être qu'on formera un duo redoutable, en excursion extérieure, une fois que tu seras remis. » Ce n'est qu'une simple proposition, mais, annoncée avec un sourire, ça montre au moins que j'aspire à m'occuper davantage en dehors qu'entre les murs du labo. Je laisse filtrer un petit rire à sa plaisanterie sur Cale, avant de me racler nerveusement la gorge. J'avoue, je suis un peu gênée... Et c'est clair que Cale est un homme qui a beaucoup de charme. Heureusement pour moi, c'est Simba qui choisit ce moment précis pour pointer son museau. Sa venue permet à son patron de nous présenter, et d'éviter à mes pommettes d'adopter une saloperie de teinte tomate... « Plus qu'enchantée, petite merveille ! » Les yeux certainement brillants, je tends la main vers le petit rongeur sagement posté sur l'épaule d'Abel, comme une gamine. « J'espère qu'on s'entendra bien tous les deux. Il est vraiment trop mignon !! C'est marrant, t'as plus une tête à avoir un rottweiler ou un gros molosse, ahah !» Sans trop savoir pourquoi, et ayant vu d'où venait Simba, je demande d'une voix innocente « Il dort avec toi ? »

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 359
Points : 424
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 18:26

La demoiselle m’annonce que je fais un excellent guide. Me drague-t-elle ? Nah ! Elle est juste gentille, il faut croire. Je dois avouer que je n’ai plus l’habitude de la gentillesse depuis un moment. En fait, en dehors de Clarice, je n’avais jamais rencontré qui que ce soit de gentils en dehors de ce labo. Il faut dire que la majorité des survivants que j’ai pu croiser étaient des hommes de mains de mon frère, et qu’ils étaient complice de l’enlèvement de Clarice ainsi que de ma blessure. Sans compter que mon frère avait tuer sa femme, qui ne fut autre que ma petite amie au moment des faits… « Je te remercies du compliment, Rashka. Enfin… C’en est un pas vrai ? Parce que je ne sais plus trop ce qui l’est et ce qui ne l’est pas en ces temps obscures. En général, on préfère énoncer au gens leurs qualités et leurs défauts de survivants plutôt que des gentillesse… Quoi qu’il en soit, je suis heureux de te faire visiter les lieux. Primo, ça prouve que je peux me rendre utile à cette communauté, secundo, j’ai l’occasion de faire la connaissance de la nouvelle. » Je lui adresse un sourire, content qu’elle ait pu changer de sujet et éviter que je ne m’attarde trop sur ma blessure.

Lorsqu’elle me parle de duo, je frissonne. Je n’imaginais pas ma survie sans Clarice jusqu’ici et réalisais que dorénavant je serais seul. Enfin, sauf si ce que me dit Rashka est vrai et que nous effectuerons nos excursions ensemble. En tout cas, je suis séduit par l’idée de traîner avec la jeune femme. D’autant plus que sa beauté me fera frimer auprès de tous les rôdeurs à des miles à la ronde. « Et je suis pressé de voir ce que tu vaux sur le terrain. Ce serait avec plaisir. » J’accompagne mon acceptation par un clin d’œil. La discussion aurait sans doute pris une tournure intéressante si mon rongeur n’avait pas décidé de nous interrompre. Et à voir le visage de Rashka, elle est en mode fan girl. Cette petite boule de poil ne manque pas de faire effet à chaque fois. Mais la phrase qui suit me vexe un peu, lorsqu’elle me dit que j’ai plus une tête à avoir un chien. Non pas que ça soit déplacé, mais c’est surtout que je ne pensais pas avoir une tête à quelque chose en particulier. « Ouaip. Et j’ai une tête de sale truand, ou de biker de l’enfer, et pourtant, j’étais gardien de prison dans une vie presque bien rangé. Et oui, Simba me convient parfaitement. Pas besoin d’avoir un gros chien dans ce monde, lorsqu’un petit écureuil fait amplement l’affaire ! » finis-je sur un sourire en coin. La question suivante me surprend. Pourquoi me demande-t-elle si je dors avec ? « En temps normal, il dort avec moi, effectivement. Mais si jamais tu tenais à me rejoindre, ne t’en fais pas, il te laissera sa place volontiers ! Il aime dormir en hauteur à certains moments. » Répondis-je, en voyant Simba quitter son perchoir pour s’aventurer sur la main de Rashka et se laisser câliner.

Pour sûr, il a adopté la demoiselle. Et je réalise que ma drague vaseuse a de forte chance de tomber à l’eau. Elle n’y a pas encore répondu que j’estime nécessaire de ne pas encombrer la situation avec plus de gêne. « Si tu te sens offusquée par ce que je viens de dire, dis-toi que je ne faisais que rigoler. Et si jamais ça ne t’as pas déplu, oublie ce que je viens de rajouter ok ? Bon… C’est gênant. On a une cour. Tu veux la voir ? » Changement de sujet pitoyable, reprenant sur le thème de la visite de notre camp.


_________________


♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 123
Points : 358
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Rashka Reagan
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Lun 26 Juin - 12:05


J'la veux ! J'la veux !
Abel & Rashka


Quand le blond me parle d'aller sur le terrain, un frisson de hâte me parcourt. Moi aussi, j'ai super hâte, évidement ! Rien que d'y penser, je me vois déjà séparer des têtes de cadavres de leur corps avec mon katana, pendant que leur tronc continue à marcher sur deux trois mètres. Je me vois aussi faire ma méditation, assise en tailleur dans une clairière paisible, à la fraîche odeur d'herbe printanière. Ou encore adossée contre l'écorce parfumée d'un chêne, à tracer le croquis macroscopique d'une pousse de plantain solitaire. Enfin, je m'égare un peu là. Papillonnant doucement des yeux pour me tirer de ma rêverie, elle laisse place à une forme d'angoisse quand je ne trouve pas la garde de mon katana. C'est vrai... Mes lames ont étés saisies, pour l'heure, afin de constater si je représentais une menace ou non. Sans rire, j'ai l'air d'une psychopathe assoiffée de sang ? Moins qu'Abel en tout cas. J'ai envie de rire à ma propre pensée, mais heureusement, Simba me change bien vite les idées.

Ce dernier grimpe sur ma main, et je suis plus qu'enchantée, il est tellement craquant ! Au risque de passer pour une mongole ou me faire mordre, je le gratouille direct. D'ailleurs, ça tombe bien, au vu de la remarque un peu étrange que me fais son propriétaire. Alerte situation gênante enclenchée. Malgré mes talents d'actrice, je sens d'ores et déjà mes pommettes se colorer... Je sais pas si mon guide s'en rends compte, mais en tout cas, il mesure finalement les propos tenus quelques secondes auparavant. J'évite soigneusement de croiser son regard clair, et incline doucement la tête avec un sourire de dernière minute. « Ça marche, ahah. Et je suis plus que partante pour voir la cour... Je suis grave en manque d'air apocalyptique, en fait. » Remarque inutile, mais sincère. A regret, je laisse le petit rongeur au poil luisant s'en aller, avant de me redresser pour suivre mon guide aux cheveux mi-longs.

A peine sortis de la pièce remplie de matelas, je me sens moins oppressée, et m'accorde la permission de demander innocemment « Dis... Tu sais quand est-ce que je pourrais de nouveau avoir mes armes...? Je me sens toute nue sans mes lames ahah, je suppose que tu comprends ça. » Même si à mon avis, Abel est pas le genre à se laisser impressionner, armes ou pas. Du peu que je connais de lui, et au vu de ce qu'il dégage, le barbu me semble plus que capable de démonter des types à mains nues. Flippant et pratique, à la fois. Bien qu'évidemment, je préférerais éviter de vérifier ça par moi même... Avisant le blondinet du coin de l'oeil, je m'amuse à imaginer quelle type d'arme il utilise. Je penche pour une batte en acier, mais j'avoue que c'est un peu cliché. Aussi, après avoir ré-ajusté mon long manteau noir, je choisi de le lui demander, au risque de paraître bizarre. « C'est quoi ton arsenal de survie ? Comme on dit, mieux vaut savoir à qui tu as à faire, et quels moyens il a de t'envoyer faire dodo pour l'éternité ! »

© BLACK PUMPKIN

_________________


Love would never leave us alone. But it did.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 359
Points : 424
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 19:05

La gêne est au rendez-vous après une tactique vaseuse de drague de ma part. Elle enchaîne sur un autre sujet après mes excuses. Il vaut mieux en effet. Nous sortons du couloir, et elle me demande déjà quand elle peut récupérer ses armes car sans elles, elle se sent… Nue. Je la regarde en coin pour vérifier qu’elle soit bien habillée. Ne sait-on jamais, dés fois que ma drague ait marché. Abel… C’est déjà malaisant de ma part d’avoir couché avec Ruth, même si je dois avouer que l’envie venait principalement de ma complice d’un soir. Mais alors avec la petite nouvelle… J’aime les malaises. « Il vaudrait mieux que tu évites de parler de toi et de nudité dans la même phrase. C’est déjà assez gênant comme ça. Et sinon, faut que tu voies ça avec Cale. Ils m’ont rendu les miennes une fois guéris, mais j’étais un moment en convalescence. » On était même pas encore arrivé à la cour qu’elle enchaîne sur la question de mon armement. « Voyons voir… Un colt 1911, mais c’est trop bruyant… Je préfère utiliser ma hachette quand c’est possible. Ou bien à mains nues. Le mieux est encore de se faire petit, dans ce monde. Aucune arme n’est réellement silencieuse. Et quand une horde se profile à l’horizon, des bruits de luttent suffisent à l’attirer… Et toi ? C’est quoi ton style de combat ? » Je suis heureux d’être enfin dehors. J’aime l’air frais de l’hiver sur Détroit. Même si on se pelle les miches assez facilement, le réconfort d’un feu, ou d’une bonne couverture sont des plaisirs qui remontent le moral facilement.

« Je crois qu’on a fait le tour, pour de bon cette fois. Donc… Tu peux te trouver une occupation. D’ailleurs, si tu veux, on a diverses tâches à fournir un peu partout. Genre en cuisine, ou à l’entretient, ou ce que tu sais faire quoi… » Je me rend compte que les exemples que j’ai pris sont assez machos. Voir une femme à l’entretient ou à la cuisine. Non mais oh ! « Enfin, quand je dis ça, tu peux aussi voir pour autre chose hein ! Ne pense pas que parce que tu es une femme, je te vois uniquement dans ces domaines ! C’est… Deux exemples ! D’ailleurs, je suis à l’entretient moi aussi ! Pour dire ! Eh merde… J’m’enfonce, c’est ça ? J’suis pas un macho. » le froid du grand air ne suffit pas à éviter à mes joues de devenir écarlates tant je me sens gêné. Pourquoi ai-je encore trop ouvert ma tronche ?! Chié. « Si tu veux que je te laisse tranquille, dis le. Tu sais tout ce qu’il y a à savoir sur le coin, je crois… »


_________________


♥:
 

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» « Je fais ce que je veux, quand je veux ! » ∞ Nuage de Grisaille
» Je veux jouer, je veux jouer et je veux jouer !
» tu veux ou tu veux pas ;p
» Tibus [HOT] ♥ Fais ce que tu veux, comme tu veux, quand tu veux, mais ne fais rien de ce que tu veux au détriment d’un autre.
» (flashback) - tu veux boire quelque chose - suite - luka&daniel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum