Everybody was Kung Fu fighting ft. Bernie



InformationsContact
avatar
Messages : 328
Points : 636
Date d'inscription : 01/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ We have ashes, fire and hope
Maxwell Pinkman
Matricule n°001
@ We have ashes, fire and hope
Dim 28 Mai - 3:25



Everybody was Kung Fu fighting


Dès que Bernie et lui avait commencés à faire de grand projet, de type « se reproduire », Max avait commencé à faire du repérage pour trouver des lieux utiles à fouiller. Histoire de réunir un peu de matériel avec que Bernadette soit trop grosse pour bouger. Cette fois, son dévolu c’était jeté sur une ancienne salle de gym, au nord du repère de sa compagne, accessible à environ un quart d’heure à vélo selon ses estimations. Un truc typique de la banlieue, petit centre chic avec piscine, salle de musculation et même dojo. On pouvait espérer y trouver des médicaments, comme dans tout complexe sportif, ou des matières premières.

Le couple c’était mit en route vers midi, après avoir mangé chez Bernadette. Ils arrivèrent en vue du parking un peu moins de vingt minutes plus tard, après une route sans histoires. Il y avait bien quelques zombies ici et là, mais ils avaient à peine eut le temps de se retourner en commençant à proférer quelques gémissement démoniaque que les deux survivants avaient déjà filés loin.

Des dizaines de voitures étaient encore garées devant l’édifice, certaines contenant encore leurs anciens occupants. Ils passèrent à coté sans y prêter attention, et posèrent leurs vélos pendant que Maxwell essayait de repérer les points importants de l’édifice. C’était une grande bâtisse en briques rouges, avec des fenêtres disposées très régulièrement. Bien loin du gymnase où il allait lui même parfois, avec le centre de redressement. Lors de leur arrivée en vélo, il avait cru repéré une salle sertie de baie vitrées, probablement la piscine. Certaines des vitres avaient été brisées, rarement, et sur le sol devant elle on pouvait deviné des reste de sang. Ce gymnase avait dû être le lieu d’affrontement terrible au début de l’épidémie. Mis à par ça, le gymnase était en étonnamment bon état.

Après avoir longuement fixé le bâtiment, il se tourna vers Bernadette, et lui demanda avec un air qu’à moitié sérieux :

« Et maintenant, on va où ? »

Il lui faisait totalement confiance pour élaborer un meilleur plan d’action que lui, étant sûr qu’elle penserai aux détails là où il oublierait la moitié des paramètres essentiels.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 385
Points : 369
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 29 Mai - 3:18

J'en peux plus, j'en peux plus ! J'ai mal au dos, j'ai mal au cul.
C'est trop dur le vélo ! Pourquoi Max a voulu qu'on y aille avec ça ? Le bruit ? Et pourquoi il a pas l'air de souffrir autant ? Entre mes jambes plus habituées à presser l'accélérateur de mon auto qu'à pédaler et la selle en cuir dur qui me scille littéralement les fesses en deux. Ça doit faire cinq heures qu'on pédale, j'exagère mais c'était horrible. Après être descendue de mon vélo, je pose la main sur l'épaule de mon mec pour me soutenir pendant que j'essaie de faire entrer de l'air dans mes poumons de fumeuse.

- Quand je disais que je voulais être essoufflée... je ne pensais pas à ça.

Encore quelques halètements avides d'oxygène avant de vraiment lui répondre, reprenant un peu de constance malgré mon visage encore bien rouge de l'effort.

- Qu'est-ce qu'on peut trouver d'utile ici ? T'as besoin de lunettes de piscine ? Ahah. S'il y a une infirmerie ça peut-être sympa ! Sinon je sais pas trop... peut-être un kimono en pyjama.

Mais je refuse d'assassiner des petits zombies en kimono ! Le remake de Karate Kid version zombie, très peu pour moi il y a déjà pas mal de trucs perturbants, je suis tombée sur une strip-teaseuse entre Chicago et Denvers je vous jure qu'elle n'était pas belle à voir à marcher au bord de la route avec la mâchoire supérieure arrachée.

Finalement, je prends les devants, tenant en mains mon arc avec une flèche bandée au cas-où. Le couloir est vide, si on oublie tout le bordel environnant qui donne l'impression d'avoir atterri à Bagdad. Je pique un baiser au barbu et commence à chercher un plan des lieux dans le bureau de l'entrée. Il y a beaucoup de paperasse d'il y a plus d'un an et je ne m'embête pas trop pour tout balancer en l'air à mesure que mes fouilles progressent jusqu'à tomber sur un plan du bâtiment jauni scotché sur le bureau. Fière de ma découverte, je trépigne de joie en faisant signe à Max de me rejoindre et lui montre la dite-carte.

- Tu as le sens de l'orientation ?

Je suis incapable de me repérer dans ma propre rue et en plus, je vivais à Chicago et je n'avais même aucune foutue idée qu'il y avait un gymnase dans ce coin là.

- Repère le dojo quand même, je pourrai peut-être trouver un tapis de yoga.

Il a droit à une sorte de salut yogi, les paumes jointes et l'inclinaison de la tête, avant que je ne reprenne mon sourire pour le suivre dans les couloirs du bâtiment, toujours prudente, d'autant plus maintenant que je sais que ses espoirs reposent sur mes épaules, faut pas que je me fasse croquer !

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 328
Points : 636
Date d'inscription : 01/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ We have ashes, fire and hope
Maxwell Pinkman
Matricule n°001
@ We have ashes, fire and hope
Sam 10 Juin - 18:02

Bon, Maxwell avait peut être un peu exagéré. Il avait toujours été en bonne forme physique, même en prison ou pendant sa période junkie/dépressif, et avait du mal à prendre en compte le fait que Bernadette n’était pas tout à fait comme lui. Surtout maintenant qu’elle était peut être enceinte. Il s’excusa immédiatement :

« Merde ! Désolé, j’avais encore oublié… »

Elle commençait à le connaître, elle comprendrait.

« Promis, on fait le retour moins vite. »

Il posa un rapide baiser sur ses lèvres, et continua à développer une stratégie.

« Il doit y avoir une infirmerie, et des fois les dojo ont des armes. »

Information peu fiable, qu’il tenait d’un de ses camarade de taule. Un taré qui avait assassiné deux personnes avec un katana justement trouvé dans un dojo. Sa femme et l’amant, si Max avait bien compris. Il avait brièvement partagé une cellule pendant son séjour en sécurité maximale.

Il se mit juste derrière Bernie, couteau dans une main et pistolet accessible en cas de problème. L’endroit à du connaître une émeute, et plutôt violente vu le bordel environnant. Il se pencha dans une des décombres, et dégagea un distributeur automatique. Plus grand chose de viable dedans, mais une bouteille de Pepsi attira son attention. Il souleva sa découverte avec un air victorieux et l’amena à sa compagne.

« T’en veux ? »

De son coté elle avait réussi à trouver une carte des lieux. Le genre de papier d’évacuation en cas d’incendie. Il essaya de comprendre dans quel sens il était tourné, puis tenta désespérement de se repérer sur le plan.

« C’est déjà un miracle que je sache lire, alors les cartes… »

Après un peu de réflexion, il proposa.

« Je crois que le dojo est à l’étage, près de l’infirmerie. »

Il déboucha sa bouteille de soda, puis en avala une gorgée. Les bulles était un peu tombées, mais ça restait très bon. Un petit gout d’avant l’apocalypse. Cela dit, il n’avait pas eut beaucoup d’occasion de boire du Pepsi en prison, vu que la cannette était à 6 $.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 385
Points : 369
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Dim 11 Juin - 22:46

Arf, comment ça il sait à peine lire ? Heureusement que je suis dessinatrice et pas romancière. Mais il me fait trop rire à faire ce genre de remarque comme si c'était tout à fait normal. "J'ai fais de la taule", "je sais tout juste lire", "tu vas devoir fumer plus que de la beuh si tu comptes faire un gamin comme moi"... D'un autre côté, ma vie a été tellement facile que quand il me sort des trucs comme ça, j'ai juste envie de le prendre dans mes bras pour lui faire un gros câlin.

Au moment où je m'apprête à le prendre dans mes bras, il me tend une bouteille de pepsi et m'en propose. Oh mon dieu oh mon dieu ! De la caféine sucrée !!!

- Ah super ! Merci beaucoup Max !

Avec un grand sourire, je déguste deux gorgée du liquide pétillant et apprécie la sensation. Ah trop bon ! J'expire un grand coup et c'est avec les yeux rieurs que je pointe du doigt les escaliers.

- Ok, on va là alors.

Direction les escaliers. Beurk, j'ai à peine poussé la porte que tous mes sens sont agressés. Le toucher est monopolisé par la glissade que je fais sur une flaque d'eau signe qu'on a intérêt de faire quand même attention en montant à l'étage vu les fuites. Outre la glissade, ma vue est agressée par la couleur jaune trop moche des murs qui n'ont pas été repeints depuis au moins trente ans comme beaucoup trop de bâtiments publiques. Pis il y a aussi le cadavre de chevreuil étendu plus loin à côté d'une fenêtre brisée. Rien ne bouge dehors et la bête a l'air morte depuis au moins deux bonnes semaines.
Bon ça glisse, c'est moche et ça pue, pourvu que puisse rentabiliser la sortie quand même...

- La prochaine fois chéri, on va au spa ! Ahah.

Je dis ça en plaisantant et je suis loin de me plaindre de mon niveau de vie, il y en a beaucoup qui tueraient pour avoir ce que j'ai. Mais c'est vrai que ça me manque, une petite journée détente quelque part sans prendre aucun risque. C'est cette notion de risques qui nous sape le moral à tous. Prenant sur moi pour passer le couloir, je commence à monter les marches menant à l'étage en me tenant à la rambarde pour être sûre de ne pas tomber.

À l'étage, deux portes ouvertes nous laisse voir les vestiaires séparés et il reste trois portes devant nous donc une plus grosse que les autres.

- Ça doit être le dojo avec la porte anti-incendie non ?

Donc sur les deux restantes, on peut prier pour tomber sur l'infirmerie je suppose. C'est pas malin d'avoir mis le bureau de l'infirmier à l'étage mais il y avait peut-être plus de casse-cous chez les judokas que dans l'ensemble des autres enfants. Après tout, faut être bagarreur pour aimer ce genre de sport.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 328
Points : 636
Date d'inscription : 01/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ We have ashes, fire and hope
Maxwell Pinkman
Matricule n°001
@ We have ashes, fire and hope
Mar 13 Juin - 0:13

 L'odeur s'échappa de la pièce dès que Bernie entrouvrie la porte. Le sol était glissant à souhait, et Max rattrapa sa compagne pour l'empécher de glisser. Putains de fuites. Il est vrai qu'il aurait pu choisir un meilleur endroit pour ses recherches, et il maugréa quand Bernadette fit une remarque. Il ne se souvenait pas d'avoir mit un jour les pieds dans un SPA, mais il est presque sûr que c'est là bas qu'on se faisait masser.

« Je te ferai un massage si tu veux en rentrant. »

Pas qu'il soit très doué, mais c'était mieux que rien. Et un massage déboucherait sûrement sur une partie de jambes en l'air. Enthousiasmé, il continua de la suivre. À la vue du couloir, il essaya de réflechir.

« Ça doit être là. On essaye d'abord les deux autres portes ? »

La porte la plus proche du dojo avait l'air moins résistante, et un peu moisie. Il essaya d'abord de l'ouvrir, et la porte céda après quelques coups d'épaules. La lumière, et l'homme qui venait de défoncer la porte, firent fuir quelques rats qui se trouvaient là. La pièce était majoritairement remplie de tissus en décomposition à cause de l'humidité, mais on pouvais y voir un peu de matériel d’entraînement. Une sorte d'éclat attira le regard de Max.

C'était une sorte de hallebarde asiatique, de très bonne facture. Elle avait du appartenir au maître des lieux. Max sortit de la pièce afin de faire quelques moulinets avec. Elle n'était pas très légère, mais ce n'était pas un problème pour l'ancien taulard.

Il s'approcha de la deuxième porte, et commença le même travail. Un zombie, toujours en tenue d'infirmier, s'avança vers lui en laissant échapper un grognement démoniaque de ses lèvres. Max essaya d'envoyer un coup de Naginata dans le cadavre, mais son manque de pratique lui fit défaut. Il rectifia le problème d'un coup de pied en pleine poitrine. L'infirmier chancela, puis tomba dos contre terre. Max utilisa alors la lame pour l'enfoncer dans le crâne de sa victime. Avec un air désolé, il se retourna vers Bernie :

« C'est pas encore ça… Je demanderai de l'aide à Lïnko. »

Puis, avec un mouvement vers la porte :

« Mademoiselle est servie. »


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 385
Points : 369
Date d'inscription : 01/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Bernadette Mackenzie
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 13 Juin - 0:55

J'hausse un sourcil accompagné d'un sourire éclatant lorsqu'il me propose un massage. Il ne perd pas le nord, je le reconnais bien là, même si je ne suis pas sûre qu'il ait la moindre compétence en message, ce sera toujours agréable de me faire manipuler les épaules et le dos. Qui peut dire non à ça ? Surtout quand c'est proposé aussi gentiment.

- Ah oui ce serait parfait ! Avec un bon thé !?

J'abuse et on le sait tous les deux. Le thé c'est pas son truc et en général, il n'y a que moi qui en bois. Il a quand même l'air de bonne humeur aujourd'hui et avec un peu de chance il en boira quand même ce soir ! Je ne sais pas ce qui le rend si heureux ces derniers temps, j'ose espérer que ce sont mes efforts pour limiter la cigarette ou bien notre récente décision de concevoir un enfant qui lui donne une bonne mine. Faut reconnaître que faire un bébé implique un niveau d'implication qui, même si c'est fatiguant, reste quand même super agréable et ces derniers temps, quand je dors avec Max, il dort sur ses deux oreilles, complètement crevé pour se réveiller en pleine forme le lendemain matin.

Bon il est concentré sur les portes et même si je le regarde amoureusement, il en défonce une avant de ramasser une arme bizarre au sol. Je n'ai jamais vu ce genre de truc mais ça a l'air rudement efficace. Il ressort et fonce contre l'autre porte avant de libérer l'infirmier qui était probablement resté coincé à l'intérieur de son bureau ou qui s'est enfermé là en pensant survivre. Je reste en retrait et laisse Max s'en débarrasser d'un bon coup de lance. Il n'était pas super performant mais je n'aurais jamais fait mieux, je me contente donc de sourire d'un air contrit à sa remarque avant qu'il me fasse signe d'entrer. Je fais des yeux ronds et l'embrasse en entrant.

Comme je m'y attendais, l'infirmerie et dans une triste état et des médicaments sont répandus partout sur le sol, écrasés par les pas du mort depuis longtemps, ils sont totalement inutilisables.

- Il a du avaler tous les médocs qu'il trouvait en espérant que ça ferait quelque chose ?

Mais de toute évidence, ça lui a peut-être juste permis de faire une overdose et de mourir plus vite. Quelques capsules survivantes sur le sol explosent lorsque je marche dessus mais je suis concentrée sur la boîte à pharmacie. J'en tire des médicaments avec des noms vraiment bizarres, il y a pas mal de doses d'insuline aussi, et pleins de comprimés homéopathiques périmés depuis plusieurs mois. Je ramasse le carton et le ramène à la lumière du couloir pour pouvoir bien lire les étiquettes.

À genoux devant le carton, j'en retourne le contenu jusqu'à sentir une grosse sacoche au fond que je retire. Il s'agit d'une trousse de premiers soins flambant neuve que je tends à Max avec un air ravi. Je lui fais signe de la fourrer dans mon sac avant de poursuivre mes recherches. Il y a des tubes de comprimés avec des molécules que je connais, paracétamol c'est cool, c'est comme le dafalgan ! Je les mets tous dans un contenant et le met dans mon sac avec une boîte à moitié pleine d'antibiotiques.

- Avec ça, je suis parée pour presque une année ahahah ! Merci Maxou !

Je suppose qu'il voit où je veux en venir, je vais pas abuser des médocs mais il est protecteur. Même s'il essaie de ne pas le montrer pour me laisser mon indépendance, ça doit le rassurer que j'ai l'intention de prendre des antibios dès que j'aurai le nez qui coule. On n'est jamais trop sûrs.

_________________

  Beauty's in everything.

Les crédits vont aux membres de la belle et grande communauté de Tumblr qui
ne cesse de nous offrir du contenu de qualité.

© Joy
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 328
Points : 636
Date d'inscription : 01/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ We have ashes, fire and hope
Maxwell Pinkman
Matricule n°001
@ We have ashes, fire and hope
Hier à 2:07



Le thé revenait souvent sur la table, surtout depuis quelques temps. Maxwell avait toujours considéré cette boisson comme un luxe, que seuls les riches pouvaient se payer. Maintenant qu’il avait la possibilité d’en boire, il ne le faisait pratiquement jamais. Mais il ne voulait surtout pas vexer Bernadette, et se décida donc à accepter la revendication.

« Si tu veux… »

L’infirmerie n’était pas belle à voir. Le sol était recouvert de médicaments, qui craquaient sous les chaussures de Bernadette. Elle se dirigea vers l’armoire à pharmacie, et il se baissa pour atteindre les tiroirs. Il n’y aurait peut-être pas grand-chose, surtout avec les fuites d’eaux, mais c’était généralement là que les affaires de soin secondaires étaient cachées.

Il dégagea un amas de carton, à moitié grignoter par des rats. Le bruit des combats avait dû faire fuir les rongeurs. Derrière, bien cachés, des tests de grossesses étaient empilés. Il les dégagea discrètement, révélant une grande majorité inutilisable. Au final, un d’entre eux était encore dans son écrin de plastique, bien protégé des intempéries.

« Ça pourrait servir, tu penses pas ? »

C’était peut-être la première fois qu’il donnerait un test à une femme en espérant une réponse positive. Emily en avait passé quelques un, à l’époque où ils étaient ensemble, toujours négatifs. Vu l’état de santé de son ex-compagne, c’était tant mieux. Maintenant que lui et Bernadette avait pris une décision aussi importante, il espérait qu’ils y arriveraient. Il tendit le bâtonnet à sa compagne, puis s’excusa.

« J’ai pas la notice, mais tu sauras t’en servir ? »

Ce n’était pas dur normalement, même si Maxwell n’aurait pas su exactement comment faire. Il fallait pisser dessus, mais la suite du processus lui était totalement inconnu. Dans sa tête, les femmes avaient un truc spécial dans le cerveau pour ça et les tampons. Second grand mystère de la vie de Max. Il ne pouvait s’empêcher de penser que s’il avait vécu dans une famille normale, il en saurait un peu plus. .


Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» ✗ EVERYBODY WAS KUNG FU FIGHTING!
» Everybody was Kung-Fu Fighting ♪ [Mission : Des Kangourous Boxer?]
» Alice • I spent my life climbing, hiding, and fighting for what I want. (06/01)
» this war we're fighting is not just rotting - regulus black.
» Bill Clinton, G. W. Bush & the U.N. Fighting Corruption in Haiti - no joke!‏

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum