Help Me. You're My Only Hope - Hannah



InformationsContact
avatar
Messages : 151
Points : 687
Date d'inscription : 03/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 4:42



Help me. You're my only hope


Vivre en solitaire apportait son lot d'avantage, tout comme ses complications. Aujourd'hui était un jour de complications. Si Taylor parvenait à survivre sans aucun soucis en pleine nature avec le strict minimum il arrivait parfois que son corps ne supporte plus ce quotidien et se retourne contre lui.
Passer l'hiver dehors n'était certainement pas une bonne idée mais après avoir du abandonner sa dernière planque, il avait préféré reprendre la route, changeant d'endroit le plus régulièrement possible. Ses nuits étaient courtes, ses repas maigres à vrai  dire il en parvenait même à se dire qu'il ne passerait peut-être pas cet hiver qui semblait s'éterniser.
Le premier symptôme qui avait alerté son attention fut la violente fièvre qui l'avait réveillé en pleine nuit, le tirant de son sommeil par des sueurs froides remplacée rapidement par des bouffées de chaleur depuis, son état n'avait fait qu'empirer, passant par les maux de tête, les courbatures et la fatigue et une toux douloureuse. Tout lui portait à croire qu'il avait juste attraper une sale grippe, mais une sale grippe dans une tel situation pouvait être fatale bien plus rapidement qu'un rôdeur.

Tout ce qui l'importait désormais était de trouver des médicaments et un abris le temps de se remettre sur pieds, mais ses pas se faisaient de plus en plus lourd, comme si son corps entier était prêt à s'affaisser sous son propre poids. Taylor peinait à garder les yeux ouvert, et ne parvenait même plus à tenir son arme, il se contentait de déambuler entre les arbres comme l'un de ses monstres, prenant appuis sur les troncs pour se maintenir debout. Il ignorait depuis quand il se trouvait dans cet état ni même quand est-ce que ça avait autant dégénéré mais chaque mouvement devenait plus dur que le précédent, ne lui laissant que peu d'espoir d'atteindre son but.

La ville n'était pas si loin, il le savait mais la fièvre brouillait son esprit, rendant ses pensées confuses, il lui arrivait même d'avoir quelques hallucination, il se sentait poursuivit, comme traqué, pourtant il n'y avait rien, uniquement sa paranoïa.
Finalement la lisière de la forêt apparue enfin, lui donnant un peu plus d'espoir, mais en quittant les bois, il sentit un nouveau vertige s'emparer de lui, l'affaiblissant un peu plus. Le chasseur puisait dans ses dernières ressources pour mettre un pied devant l'autre, tentant d'oublier la douleur qui lui martelait le crâne et brouillait sa vision, le sifflement qui résonnait dans ses oreilles et les battements de son cœur qui étaient bien trop prononcés. Il titubait, sans savoir où aller jusqu'à apercevoir une silhouette non loin de lui.

Demander de l'aide n'était vraiment pas dans ses habitudes, tout comme aller la rencontre de quelqu'un, mais son instinct de survie en avait décidé autrement. Sans réfléchir d’avantage, il avait accélérer le pas, se précipitant vers cet inconnu sans mesurer le risque que ça pouvait représenter, il n'était même pas certain qu'il s'agissait d'un être humain, ça pouvait tout aussi bien être un rôdeur, mais l'heure n'était plus à la réfléxion, il devait survivre, un point c'est tout.

- Hé.... Hé !

Sa voix était rauque, bien plus que d'habitude, mais aussi faible et las, attaquée par la toux qui ne le lâchait plus depuis au moins 2 jours. Taylor avait ralentit ses pas, reprenant difficilement son souffle avant de relever légèrement les yeux vers la silhouette qui était encore à quelques mètres devant lui. Est-ce qu'elle l'avait vu ? Le regardait-elle ? Il n'arrivait pas vraiment à le savoir tant il battait des paupières pour rester éveiller.

- S'il vous plait ...

Taylor n'avait pas eu le temps d'en dire plus qu'il sentit son corps s'affaisser avant de plonger dans le noir total, sombrant dans une demi inconscience alors que son corps s'effondrait dans la neige. La dernière pensée qui lui vint à l'esprit était que cette phrase serait surement la dernière qu'il prononcerait. Après tout qui voudrait secourir un inconnu en cette période, surtout que le chasseur était loin d'attirer la sympathie avec son allure de redneck sortit de sa caverne, ses dernières prises accrochées à son sac, son arbalète dans son dos et le collier de dents attaché autour de son cou. Finalement il se sentit comme apaisé, plongeant dans un profond sommeil, comme ça n'avait plus était le cas depuis le début de toute cette merde.



_________________
I ain't no one's bitch.

Lily, you know there's still a place for people like us, the same blood runs in every hand, you see its not the wings that makes the angel, just have to move the bats out of your head, for every step in any walk, any town of any thought, I'll be your guide ♪


Dernière édition par Taylor Jones le Jeu 22 Juin - 1:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 456
Points : 264
Date d'inscription : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Juin - 4:57

Il y avait multitude de gens qui abandonnaient leurs bons côtés pour se concentrer sur les mauvais. Une apocalypse pareille changeait les gens c'était certain. Il y avait pourtant une chose que la blondinette ne comprenait pas. Que l'on puisse délaisser ceux qui étaient dans le besoin uniquement pour sa propre survie. Hannah était une bonne personne et parfois même un peu trop. Elle avait pour habitude de faire passer les besoins des autres avant les siens et en particulier avec les les membres du groupe de survivants auquel elle faisait partie. Elle comprenait que chacun était différent, or chacun avait se part d'inhumanité en lui. Et si l'on commençait à la renier, alors les humains encore vivants après ce calvaire ne valaient pas mieux que ces choses au-dehors qui traînaient jusqu'à trouver chaire fraîche.

Sa mâchoire se serra, ses sourcils de froncèrent. La paume de sa main était fermement enroulée autour du manche de son arme alors que ses yeux fixaient le monstre qui s'approchait dangereusement d'elle. Abattre des rôdeurs n'était pas chose qui l'effrayait, bien qu'elle n'ait pas habitude. Ce qui la torturait cependant, c'était qu'eux aussi étaient comme elle auparavant. Et les nombreux souvenirs qu'elle pouvait trouver au domicile de ces anciennes personnes lui tordaient affreusement l'estomac. Hantée par son propre passé, les choses qu'elle pouvait trouver au-dehors faisait partie des raisons pour lesquelles elle avait préférence à rester enfermée à l'infirmerie du laboratoire, entre ses pansements et le peu de médicaments qui avait été sauvés. Approche. Fut le seul mot que la demoiselle prononça à l'attention de l'infecté, comme si c'était un ordre. Il était évident que la créature n'avait pas besoin que la vivante ne lui dise de se rapprocher, puisqu'il le faisait déjà. Arrivant à plusieurs centimètres d'elle, la jeune femme ne lui laissa pas le temps de s'accrocher à elle, évitant aussi d'être griffée, et lui assainit un coup d'une force qu'elle ne s'imaginait pas dotée. Profitant de son étourdissement, elle le dit renverser de son pied et vint se positionner à califourchon sur lui, abattant son horrible visage à violents coups de massette.

Honnêtement ? Elle avait hâte de rentrer au laboratoire. Cette journée n'avait pas été très productive, et elle s'en voulait presque d'avoir mis les pieds dehors seulement pour rien du tout. Mais il fallait qu'elle voit le bon côté des choses : au moins elle était sortie, et ça lui avait occupé la journée autrement que de ranger sans cesse l'infirmerie. Cependant, se retrouver confrontée à ces choses lui rappelait qu'elle pouvait perdre la vie à tout moment. Se relevant, elle attrapa un sac à dos qu'elle rejeta contre ce dernier et attendit de reprendre son souffle avant de se hâter à la sortie d'une maison un brin plus abîmée que les autres. Craquant sa nuque endolorie, ce fut par précaution qu'elle vérifia que le rôdeur ne l'avait ni griffée, ni mordue. Bien qu'elle veillait à ce que ça n'arrive pas, dans' le feu de l'action, il pouvait malgré tout lui arriver n'importe quoi. Et dans'le cas où elle trouverait toute blessure douteuse, elle ne rentrerait pas. Elle accepterait son sort, et ne tenterait pas de contaminer tous les autres. Mais puisqu'elle préférait éviter à avoir à prendre ce genre de décision un jour, elle faisait attention. Sa devise ? Il valait mieux être plus prudente que pas assez.

Ses yeux se plissèrent face à la neige éparpillée ici et là. Même si le froid pouvait ralentir le corps des rôdeurs, il restait compliqué de distinguer quoique ce soit avec cette blanche étendue. Et, manque début chance, le raccourci qu'elle utilisait pour rejoindre le laboratoire lui était impossible d'accès. Un grognement s'échappa de sa gorge lorsqu'elle réalisa qu'elle devait effectivement contourner, mais surtout qu'elle allait devoir passer par la forêt. Tant pis, elle devait s'y coller. Ce n'était pas vraiment comme si elle avait le choix de toute façon, si elle voulait rentrer chez elle et retrouver son lit qui dans sa tête lui paraissait bien confortable après cette terrible journée. La fatigue lui tomba tel un voile sur les paupières et ses muscles qui lui faisaient mal. Elle ne devait pas cessé. Refermant ses yeux, elle secoua doucement le visage comme si elle tentait de se réveiller d'un sommeil soudain. Les rouvrant d'une lueur déterminée, elle était prête à accomplir cet effort. Sauf qu'on l'en

S'il vous plaît... La silhouette d'un homme s'effondra au loin. Alertée, Hannah abandonna bien vite son engagement avant de se précipiter vers celui qui lui avait appelé à l'aide. Claquant une et puis deux joues, il ne semblait pas prêt de se réveiller. Était-il mort ? Non, son pouls était faible mais encore bien présent. Dire que traverser la forêt par un temps de neige pareil allait être difficile, mais là c'était mission suicide en devant porter quelqu'un d'autre. Tant pis ! Hannah passa le bras de l'inconnu autour de son cou et de ses épaules, et elle peina à le traîner avec elle. Par chance, elle ne croisa qu'un seul rôdeur qui ne la remarqua pas. Le laboratoire n'était dans les normes plus très loin. Pris d'un dernier élan de courage, la jeune femme réussit à l'amener jusque dans le hall. Soufflant légèrement, elle l'attrape à nouveau et se décida à l'amener jusqu'à l'infirmerie, afin de déterminer exactement son état. État qui s'avéra grippal. Après avoir passé quelques temps au chaud et avoir complété une bonne nuit de sommeil, il allait sûrement se réveiller. Du moins, assise à ses côtés à patienter, elle l'espérait.

_________________
and i find it kinda funny, i find it kinda sad. the dreams in which i'm dying are the best i've ever had. i find it hard to tell you, i find it hard to take. when people run in circles it's a very mad world. ⊹ barton.

abelrajesharizonaavalohntaylorcale
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 151
Points : 687
Date d'inscription : 03/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 19:23



Help me. You're my only hope


Si la mort semblait parfois être l'echapatoir le plus doux, Taylor avait encore deux ou trois ressources bien enfoui au fond de lui, il n'était pas prêt à mourir, ce n'était pas son heure. Étrangement le sommeil dans lequel il avait sombré était le plus reposant qu'il n'avait eu depuis bien longtemps mais quelque chose le poussait à s'en extirper, comme ci son corps craignait qu'il n'en ressorte jamais.
Le calme régnait atours de lui, un calme qu'il n'avait plus ressentit depuis longtemps il semblait comme préservé du monde extérieur, le froid ne brûlait plus son corps, le sol dur ne s'enfonçait plus dans son dos, toutes ses choses auxquelles il s'était habitué plus par besoin que par envie avaient disparu laissant place à un simple sentiment d'apaisement.
Un grognement lui échappa sans même qu'il ne s'en aperçoive plus un reflex de son corps que quelque chose de sa propre volonté. Sortir de son sommeil s'avéra plus difficile qu'il ne l'aurait voulu, la fièvre affaiblissait toujours son organisme rendant sa perception des choses beaucoup plus difficile et son corps était alourdit comme ci  on essayait de le clouer au sol.
Le chasseur ignorait combien de temps il était inconscient, ce genre de choses lui étaient de toute façon bien égales pour le moment ce qui importait était d'ouvrir les yeux de reprendre ses esprits et de se tenir prêt juste au cas où.

Les paupières tremblantes il fallu à Taylor plusieurs essais avant qu'il ne parvienne à garder les yeux à demi ouverts, agressé par la luminosité de l'endroit où il se trouvait. Une chose cependant vint le troubler, il ne connaissait pas cet endroit et ses souvenirs étaient encore bien trop confus pour qu'il parvienne à recoller les morceaux.

La respiration de l'homme se fit un peu plus saccadée, tout un tas de scénarios se déroulaient dans son esprit, mais avant qu'il ne puisse en garder un plausible, il entendit du mouvement à ses côtés.
Comme un animal sauvage prêt à se défendre, Taylor s'était redressé d'un seul coup, attrapant la première chose qui lui était venue sous la main à savoir une petite croix en bois qui se trouvait sur la table à côté de son lit.
Se redresser aussi brusquement provoqua une nouvelle montée de fièvre, lui faisant tourner la tête et lui arrachant un énième grognement.
L'inconnue à ses côtés aurait pu en finir avec lui depuis bien longtemps et le chasseur se demandait pourquoi il était toujours en vie. Taylor n'était pas le genre de gars qu'on garderait en vie, il inspirait plus la méfiance que la sympathie et à l'heure actuelle il ressemblait à un psychopathe qui enferme et torture ses victimes dans une cave sombre et humide.

Le brun dévisagea une fois encore la jeune femme a ses côtés, son visage lui était inconnu, tout comme l'endroit dans lequel il se trouvait. Le poing toujours serré sur son "arme" il la lâcha rapidement en constatant qu'il s'agissait d'un signe religieux.

- T'es qui toi ?

La voix rauque du chasseur était pleine de méfiance, il restait sur ses gardes et analysait son environnement pour être prêt à n'importe quelle situation, et ce qui l'inquiétait en premier lieux était de trouver son arbalète.
Le survivant était prêt à bondir hors de son lit malgré son état physique, en tout cas il était hors de question que quelqu'un le touche.



_________________
I ain't no one's bitch.

Lily, you know there's still a place for people like us, the same blood runs in every hand, you see its not the wings that makes the angel, just have to move the bats out of your head, for every step in any walk, any town of any thought, I'll be your guide ♪


Dernière édition par Taylor Jones le Jeu 22 Juin - 1:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 456
Points : 264
Date d'inscription : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 23:51

Hannah espérait sincèrement que cet homme n’ait pas perdu la vie dans son sommeil. En l’amenant ici, aussi incertaine de son état, elle prenait de gros risques. C’était sûrement l’une des raisons pour lesquelles malgré les heures qui s’écoulaient, elle restait à l’affût, malgré la fatigue qui lui ramollissait les membres et lui criait de fermer les paupières pour quelques minutes de sommeil. S’il se réveillait pour une deuxième vie, elle voulait être sûr d’être présente pour lui exploser le crâne. S’il se réveillait toujours vivant, elle voulait aussi être là. Pour quoi exactement ? Elle n’en savait rien. Ce qui était sûr, c’est qu’elle n’allait pas laisser un inconnu se balader dans les couloirs du laboratoire. Elle ne le connaissait pas, mais il ne la connaissait pas non plus et elle doutait qu’il ait déjà atterrit ici auparavant. Dieu savait qu’elle réaction il allait avoir en se réveillant et elle devait être là pour l’aider et le conseiller si besoin.

Son accoutrement était spécial et ne donnait pas réellement envie de le connaître. Peut-être qu’elle aurait dû le laisser mourir dans les bois, finalement. Non, elle ne se le serait jamais pardonné. Son envie d’aider restait bien présente et c’était elle qui l’avait poussée à apporter cet inconnu jusqu’ici. Elle espérait seulement ne pas se faire taper sur les doigts. Mais de toute évidence, il n’aurait pas fait long feu à traîner dehors avec la fièvre qu’il avait. Soit la crève aurait eu raison de lui, soit ça aurait été un rôdeur. Dans tous les cas, il avait été destiné à la mort. Mais maintenant, il était en sécurité. Du moins, il semblait. Malgré le fait que le laboratoire soit protégé, Hannah craignait toujours les incidents et c’était une chose qui accompagnait les nombreux cauchemars qu’elle avait lorsqu’elle arrivait à fermer l’œil la nuit.

D’une manière étonnante, la jeune femme gardait un sang-froid qui l’impressionna elle-même. Alors que son patient rouvrait enfin les yeux, elle attrapa le premier objet qu’elle trouva et guetta sa réaction. Était-il réellement vivant, ou était-il l’un de ces infectés ? Aucun grognement ne lui parvint aux oreilles et c’est le regard crédule de l’homme sur elle qui la rassura. Reposant l’outil à ses côtés, elle se releva. Mais, pris de panique, l’inconnu se redressa et attrapa une croix en bois qui traînait par-là, mais qu’il relâcha bien vite. T'es qui toi ? Déglutissant une fois, elle haussa les sourcils. Ses bras se croisèrent sous sa poitrine. Hannah. Elle le regarda de haut en bas, le détailla plus précisément maintenant qu’il était debout et bien vivant. Ses sourcils se froncèrent légèrement. Et toi, comment tu t’appelles ? Lui retourna-t-elle la question. Elle inspira doucement, mais ne bougea pas. Elle ne souhaitait pas l’effrayer ou attiser encore plus sa méfiance.

Je suppose que tu dois te poser pleins de questions. Je t’ai trouvé abattu par la crève et écroulé dans la neige. Elle reposa son corps contre le mur avant de reprendre. Tu m’as appelé à l’aide. Et gentille comme je suis, je t’ai ramené ici. Tu es à l’infirmerie, à mon camp. L’un de ses sourcils se haussa. Et toi ? Tu viens d’où ? Hannah était inoffensive, et elle tentait de lui prouver. Un doux sourire s’était même glissé sur ses lèvres. Tes affaires sont là, si jamais tu te le demandais, au cas où tu voudrais partir… D’un signe de tête, elle montra une chaise, avant de reprendre. …Mais je te le déconseille fortement. Elle s’extirpa du mur et s’approcha de lui bien qu’elle garda une certaine distance. Tu as besoin de te reposer. Sauf si tu tiens tant que ça à mourir. Mais je ne pense pas, autrement tu ne m’aurais pas demandé de t’aider.

_________________
and i find it kinda funny, i find it kinda sad. the dreams in which i'm dying are the best i've ever had. i find it hard to tell you, i find it hard to take. when people run in circles it's a very mad world. ⊹ barton.

abelrajesharizonaavalohntaylorcale
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 151
Points : 687
Date d'inscription : 03/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Juin - 0:42



Help me. You're my only hope


Il n'était pas attaché, c'était déjà une bonne chose, libre de tout mouvement, Taylor pouvait au moins se défendre, malheureusement sa tête recommençait à tourner, le laissant dans la confusion avec un énorme mal de crâne qui ne cessait de tambouriner dans ses tempes, l'empêchant de se concentrer pleinement. Contrairement à son habitude il n'était pas dans une position de force, encore moins sous son meilleur jour, lui qui détestait se montrer faible avait fait un jackpot, appeler à l'aide et crever devant une inconnue.
Si il n'avait pas répondu à sa première question il gardait tout de même dans un coin de sa tête le prénom de cette inconnue. Comme un animal sauvage pris au piège, il se mit à avancer dans la pièce, analysant le moindre détail bien que son corps ne soit pas d'accord avec le fait qu'il se remette  aussi rapidement sur ses jambes.

- Du nord.

Il en avait parcouru du chemin depuis le début de cette merde, tout ce qu'il savait c'est qu'il n'avait jamais arrêté de marcher, cherchant à survivre par tout les moyens jour après jour.
Hannah avait parlé d'un camps et même d'une infirmerie ce qui n'avait fait qu’attiser les craintes du chasseur. Il était en terrain inconnu, voir même hostile, lui qui vivait déjà en dehors de la société avant l'épidémie devait avouer que l'idée de faire parti d'un camp ne l'enchantait pas, les hommes devenaient mauvais, bien plus que ce qui traîne dehors, pourquoi faire confiance à de parfait inconnu qui pouvait venir t'égorger dans ton sommeil ou partir avec tout ce que tu possèdes. La confiance était devenue un luxe que peut de personnes pouvaient partager de nos jours, et Taylor ne parvenait pas à comprendre comment ces petits camps pouvaient fonctionner, il n'y avait plus de lois, plus de règle, qui pouvait accepter d'obéir à un homme ou une femme dont ils ne savaient rien.

- Vous êtes combien.

Si ils parvenaient à garder ce camps sur pied et à l'entretenir ils devaient être plusieurs forcément, mais si leur nombre était trop grand, Taylor ferait mieux de se tirer avant qu'il ne soit trop tard. Il pouvait être utile il le savait, mais il représentait également une menace, c'était quitte ou double, autant ne pas prendre de risque.
Le survivant lança un regard vers ses affaires, constatant avec soulagement qu'il restait toujours son arbalète et son sac à dos mais alors que la blonde faisait un pas dans sa direction, il en fit un en arrière, la gardant toujours à l'oeil.

- Pourquoi tu fais ça.

C'était incompréhensible pour lui, la plupart des gens l'aurait laissé crevé, s'assurant même qu'il ne revienne pas sous la forme de l'un de ses trucs, mais elle l'avait traîné jusqu'ici bien qu'elle ignorait tout de lui.
Une nouvelle fois, son corps lui fit comprendre qu'il était temps de lâcher prise, et l'archer vint prendre appuis contre le mur pour éviter de s’effondrer, il mourrait de faim, sentait sa boucher et sa gorge s’assécher au plus il parlait mais il lui restait à peine de quoi survivre dans ses affaires, autant dire qu'il préférait garder ça en dernier recours mais hors de question qu'il quémande quoi que ce soit. Son estomac intervint pour lui, résonnant dans la pièce tandis qu'il dévisageait toujours la jeune femme. Contrairement à lui, elle semblait douce, sereine et son sourire était le premier qu'il voyait depuis bien longtemps.

- Il faut combien de temps ? T'as des médocs ?

Rester toujours en mouvement c'était l'une de ses règles principale mais il devait bien avouer qu'avoir un toit sur la tête et un lit à disposition faisait un bien fou. Ça  faisait une éternité qu'il n'avait pas pris de douche, qu'il n'avait pas été au chaud, ou que ses vêtements n'avait pas été propre, mais tout ça n'était pas le principal, c'était un luxe qu'il ne pouvait pas s'offrir, il faisait avec, il attendrait la fin de l'hiver pour tout ça, pour retrouver une eau correcte qui ne le ferait pas crever de froid en quelques minutes ou attraper la mort.



_________________
I ain't no one's bitch.

Lily, you know there's still a place for people like us, the same blood runs in every hand, you see its not the wings that makes the angel, just have to move the bats out of your head, for every step in any walk, any town of any thought, I'll be your guide ♪
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?
» 01. Only Hope • Dakota (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum