A New coming By Alair, Aube & Amanda



InformationsContact
avatar
Messages : 468
Points : 260
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 7:19

Notre aventure avec les cannibales m'a fait réfléchir à tel point que je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit. La petite était épuisée et je l'observe se réveiller doucement. Un regard à ma montre m'indique qu'il est une heure p.m, ça concorde avec une nuit correcte c'est très bien. Personnellement, je n'oserais même pas me regarder dans un miroir mais j'arrangerai ça en retournant chez moi, une bonne nuit de sommeil et mes cernes auront disparu. La petite mange un morceau avant de me regarder en attendant de savoir quoi faire.

- Quartier libre jusqu'à quatre heures, finis ton repas, réveille-toi. Aujourd'hui, je vais te présenter à quelqu'un.

Mais le thé est servi à dix-sept heures, je ne veux pas arriver trop tôt ou trop tard pour ne pas avoir la chance de savourer le thé de mon anglais préféré. Le temps passe jusqu'à ce que l'heure du départ arrive. Je vérifie que ma protégée a récupéré toutes ses affaires avant de la conduire à l'extérieur, passant devant la rangée de cadavres que j'ai aligné devant le refuge en avertissement pour ceux qui voudraient y entrer, ou nous retrouver.
J'enfourche ma moto et elle monte ensuite, mon casque sur la tête.
Nous ne sommes pas si loin et il nous suffit d'une petite demi-heure pour rejoindre la nouvelle habitation du docteur. Nous arrivons finalement devant la porte du refuge dont la décoration à l'opposée de accueillante a été disposée par Amanda. Mais avant de frapper, je m'arrête à quelques mètres de la porte pour dire quelques mots à ma protégée avant de faire les présentations.

- C'est mon père. Tu verras, il est très sympathique, tu poseras ta lance dans l'entrée et... tiens-toi droite.

Je lui lance un sourire et la recoiffe un coup avant de frapper trois fois à la porte. Comme je m'y attendais en attendant le claquement de la canne sur le parquet, c'est Alair qui ouvre et je lance un "Doc !" avant de me jeter dans ses bras. Le docteur est encore en convalescence et ça me fait mal de le voir avec le bandage noué autour du crâne pour cacher son oeil rendu invalide. Il garde la classe cependant, toujours fringant. Je le relâche pour me poster face à lui en l'observant, mon regard passant sans broncher sur la blessure qu'il a reçu en me sauvant la vie.

- Comment va votre œil ? Est-ce qu'Amanda est là ?

Je préférerais éviter de recroiser la tigresse même si notre dernière rencontre après la saisie de la péniche ne s'est pas si mal passée que ça...
En suivant son conseil d'entrer, j'attrape Aube par les épaules et la fait pivoter en lui intimant de déposer sa lance avant de la placer devant moi pour la mettre face-à-face avec le bon docteur.

- Je vous présente Dawn. Je l'ai rencontré il y a deux jours. Elle sait se défendre mais...

Comment lui expliquer que je ne peux pas décemment la ramener avec moi à la péniche. Je ne peux pas lui dire que je ne pense pas que la fillette soit capable de supporter la pression qu'on pourrait lui mettre, je lui en met déjà une grosse sur les épaules, principalement pour lui faire oublier son malheur en l'occupant, mais ce n'est pas la même mentalité que celle à laquelle j'ai adhéré en fondant pour mes deux guerriers.

- ... Je ne pense pas la ramener avec moi à la péniche. On n'a pas la place pour une quatrième personne et elle serait mieux avec vous.

Je n'y vais pas par quatre chemins mais au moins, je reste à disposition s'il souhaite ma présence pendant les présentations. Mes mains se crispent sur les épaules de la petite tandis que nous attendons toutes deux sa réponse. J'espère de toute mon coeur qu'il accepte, au moins pour un temps.

- Elle est jeune, mais elle apprend vite et si vous manquez de temps, je viendrai l'entraîner moi-même.

J'affiche un grand sourire, sachant très bien que nous seulement le docteur nous invitera probablement à boire le thé même s'il refuse ma demande. Et s'il refuse, je pourrai toujours contacter le fantôme, Fort Hope n'est pas très loin d'ici d'après les rumeurs et il y a de la fumée un peu plus loin sur la route. Et dans le pire des cas, si aucun des sauveurs de cette terre n'est disponible, je la ferai rencontre Ice et on verra ce qu'il adviendra d'elle mais ce sera probablement un nom viking imprononçable.

[HRP]Et voilà l'ouverture pour votre rp ! Je n'étais pas sûr donc vous pourrez me dire si vous voulez que je continue ce rp avec vous ou non. Amanda, je suis parti du fait que le rp dont je t'ai parlé par mp où Leïa serait arrivée blessée chez Doc est déjà arrivé d'où les relations avec Amanda probablement apaisées. Mais si tu veux que je change ça, c'est encore possible ! Very Happy À part ça, je suis dispo pour n'importe quelle conversation ou une démonstration des compétences au combat d'Aube pour les beaux yeux du docteur Razz (pourquoi pas un petit fight d'entraînement dans le jardin) ou je peux juste m'en aller après avoir bu mon thé. À ce sujet Doc ! Je prendrai un thé vert à la menthe, sans sucre :3:[/HRP]

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 642
Points : 399
Date d'inscription : 12/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Amanda Reyers
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 9 Juin - 1:42

La décoration de ce lieu est laissée à l’appréciation du bon docteur britannique pour ce qui est de l’intérieur. L’extérieur en revanche ressemble plus à un garde-manger d’une bande de fauve africain ou de plusieurs tigres. Des traces de griffe sur des pierres, ou les boiseries. Traces qui ont un double but Amanda le fait pour marquer la zone comme étant dangereuse de par sa présence mais aussi pour aiguiser les griffes de métal. Ce n’est pas aussi efficace qu’une pierre a aiguisée. En dehors des traces de griffures, des morceaux de chair et de corps de putréfié jonche les arbres ou les abhorres de l’édifice ou se trouve le docteur. La tigresse a laissé là un macabre théâtre. C’est plutôt dissuasif pour les vivants, enfin pour le moment.

Une moto arrive. Le bruit de moteur est caractéristique. Différent de la jeep du docteur. Et dans sa connaissance seule Leia a une moto. Bien que leur rapport se soit atténué depuis que la blonde avait quitté la bibliothèque, la féline avait tout de même des difficultés avec Leia. Le raison principale : Lyuba. Cette femme était dangereuse et transpirait la mort. Son comportement vis-à-vis d’Alair mettait Kali dans un état de dangerosité proche d’un fauve blessée défendant ses petits. Mais pour ce qui était de Leia la tension était palpable, mais la féline était plus dans une position d’intimidation et de rapport de force que d’agressivité.

La moto passe non loin de l’endroit où est Amanda. Elle chasse. Elle cherche sa proie pour fournir de quoi manger. Ce soir ce sera oiseau. En fait la moto et le bruit qu’elle fait lui serve. Lorsque Leia passe les oiseaux s’envolent Et la tigresse qui leur faisaient face tapie derrière un muret n’a plus qu’a bondir. Le premier qui prenait son envole passe tellement près delle qu’elle n’a qu’à s’en saisir. Il vient s’écraser contre elle et groggy prenant une nouvelle direction il est saisis entre les griffe de la tigresse qui lui brise le cou en croquant dedans. Les autres ont plus de chance et parvienne à lui échapper à son grand damne. Elle a tout de même trouvé une autre proie avec un corbeau un peu plus tôt qui était affairé à caver les orbites d’un mort. Le fouet avait claqué lacérant la chair de la bête avant qu’il ne se retrouve tuer par le couteau de la tigresse. La tête du corbeau elle l’avait gardée elle avait envie de la grader de même que ses plumes qu’elle trouvait belles.

Leia se tenait a l’entrée de l’édifice le docteur face a elle. Une autre personne se trouvait avec eux. Elle ne la voyait pas vraiment. Mais silencieusement, furtivement, tel un fauve s’approchant lentement de sa proie la féline se rapprochait. Elle fit signe au docteur de ne rien dire. Arborant un sourire espiègle pour le rassurer. Même si son inttention était plus agressive. Elle se retient. Et se redressa dans le dos de la brunette. Elle expira plus fort laissant son souffle atterrir dans la nuque de la fille du docteur. Kali était la seule qui prenait maintenant le dessus une fois que la blonde sortait a l’exterieur. Plus question de laisser Amanda. Elle échangeait leur place une fois de retour.

Non elle n’est pas là. Mais moi oui.

Kali laissa un moment a Leia pour se faire a l’idée de la prédatrice cannibale dans son dos. Puis la blonde passa devant elle souriant au docteur fier de son effort. Mais en entrant, alors qu’elle allait bousculer la brune, Elle remarqua la nouvelle inconnue. Et elle se retrouva avec une adolescente face a elle. Elle avait du sang sur les mains et autour de la bouche, puisqu’elle venait de tuer ses deux proies. Son regard de prédatrice s’effaça lentement. Mais que faisait une enfant ici ? Qui était-elle ? Que faisait-elle avec la brune aux fréquentations plus que néfaste ? Elle resta quoi un instant. Plusieurs interrogations lui vinrent. Mais ce fut Amanda qui revint à la réalité laissant Kali a l’extérieur. Elle alla déposer les prises sur la table. Amanda était plus calme vis-à-vis de Leia grâce aux multiples intervention du docteur pour faire accepter sa fille adoptive a la blonde. Mais Kali … elle s’était autre chose.


[HRP]Tu peux rester sans probleme pour moi [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 768
Points : 2037
Date d'inscription : 11/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 4:48


Leïa, Aube & Amanda


A New coming
La bouilloire chante son refrain et je me dépêche d’enlever le canard sur le réchaud. Une petite partie de l’eau chaude sera pour le thé, mais la grande partie sera utilisée pour ma salubrité corporelle. Les premières notes de la Sonate au clair de luneenchantent mon ouïe. Que le prêtre de ce lieu de culte avait bon gout en matière de musique et surtout d’appareil pour apprécier ces chefs-d’œuvre. Comme de raison, le vieux phonographe n’est pas de la dernière technologie, mais il fonctionne avec régularité et surtout sans électricité. Je ne peux m’empêcher de faire mon sourire pince-sans-rire que songer que les vieux artefacts de nos ancêtres soient encore utilisés par les nouvelles générations.

Je lève mes mains pour suivre le tempo de la douce mélodie. Un peu comme un chef d’orchestre qui agite sa baguette. D’un mouvement souple je prépare la table pour le thé. Je m’avance vers la porte de l’immeuble tout en prenant soin de claquer avec soin ma canne sur le plancher de pierre. Bientôt l’amazone blonde reviendra de sa chasse quotidienne. Je ne peux m’empêcher de soupirer. Elle me fait un effet et je crois que pour la première fois de ma longue existence, j’ai le béguin pour une dame. Habituellement c’est les dames qui me poursuivent et non l’inverse comme avec ma chère inconnue. Je suis peut-être un brin trop idéaliste, serviable même, mais voir une demoiselle qui a enduré pareils sévices me porte à essayer de l’aider. Ça doit être mon civisme et mes gènes de sujet loyal à Sa Majesté qui me pousse à revêtir mon armure étincelante de chevalier servant. Et dans le fait même d’être maintenant isolé avec ma chère Amanda pour lui tenir compagnie. Je sais que je dois regarder l’avenir avec un bon œil, j’ose espérer simplement que c’est avec celui que j’ai d’intact que je regarde.

Je m’auto-inflige une claque mentale retentissante pour me concentre sur le sujet de mon intervention. Je dois repousser le primate japonais qui cherche à prendre ma réserve de thé. Adam! Je vous prie de dégager. Le macaque japonais grogne un peu et descend enfin de la table. Je ne peux que dire que la jeune beauté blonde est pourvue d’un charisme animal certain. À titre d’exemple, elle a réussi à se faire un familier de ce cousin éloigné de l’homme et ganer l'amitié d’un vieux britannique. J’ai honte de le dire, mais je regarde avec mon regard d’acier bleuté pour prouver ma supériorité sur le macaque. Comme deux mâles dominants qui ne cherchent qui des deux va pouvoir féconder la femelle. Même si cette idée est des plus ridicules pour moi. Je ne pousserais jamais ma chère amie à faire quoi que ce soit contre son gré. Mais je ne suis qu’un homme et malheureusement je ne suis pas fait en bois. Passer à la silhouette d’Amanda me fait songer à ma jeunesse ou j’étais un fervent partisan de l’amour libre. Et surtout faite dans toutes les positions et individus consentants.

Bonté divine je dois me calmer! Je respire et j’expire pour me calmer. La musique me calme les nerfs et merveille le macaque boude dans un coin. Mon flegme légendaire et mon stoïque sont revenus au beau fixe et maintenant je redeviens un britannique pur et dur. On toque à la porte et comme si l’apocalypse n’était qu’un mythe, j’ouvre la porte après avoir vérifié par le Judas du battant. Mon sourire est au beau fixe et mon œil valide étincelle de joie. J’ouvre les bras pour accueillir ma fille d’adoption qui s’y niche avec un plaisir évident. Mon œil va très bien ma chère fille! L’autre se repose et je crois que je pourrais bientôt postuler pour un rôle de pirate dans une pièce de théâtre. Je ne suis que flegme et dignité. Mon ton est lent, chanter et des plus apaisant comme tout bon britannique qui se respecte. Je vois ma chère Amanda s’avancer avec un air espiègle et je décide de jouer la carte de l’innocence. Elle est à la chasse ma chère amie. Mais elle ne saura tarder car c’est l’heure du thé. C’est une de mes habitudes, mais à dix-sept heures c’est l’heure du thé et j’y tiens mordicus.

Elle me présente une adolescente et je tends une main pour lui serrer la pince avec les grands honneurs. C’est un plaisirs des plus consommés de vous rencontrer ma chère Dawn. Je me présente sur vous me le permettez. Alair Wakeman pour vous servir mademoiselle. Malgré mon stoïque et ma classe, mon bandage à l’œil et mes deux lames à ma ceinture, je suis un trésor de civisme et de sophistication. Même quand ma chère féline fait son entrée théâtrale, je sors un mouchoir de ma poche pour lui tendre et fais un petit sourire pince-sans-rire. Je crois que vous avez oublié un peu de sang sur le coin de votre bouche. Alors la chasse à été bonne ma chère? Je fais un grand geste pour inviter tous et chacun de s’avancer vers la salle du fond pour le thé. Vous êtes pile pour le thé. Je tends mon bras pour escorter la féline comme à mon habitude. Courtoisement je tire la chaise à chacune d'elle pour les assoir confortablement et ensuite je m'assoies avec noblesse. Je sers le thé et je soulève mes épaules. Je suis désolé pour les biscuits, il me reste que ceux au beurre. Mon détaillant local est en rupture de stock depuis l’arrivée de cette pandémie. À cet humour tout à fait délicieux de mon Angleterre natale. Je me penche alors vers ma fille adoptive et sa protégée avec un sourire engageant. En quoi puis-je me montrer utile mes chères? Je peux vous vous apprendre la philosophie, la médecine, parler le latin ou bien le maniement des armes. Mais comme nous sommes deux sous ce toit, l’opinion d’Amanda est des plus précieuses pour moi. Je vous écoute ma chère Dawn. Je porte ma main à ma barbe taillé avec soin. Aussi ma chère fille, comment va Barry? Je ne fais aucunement mention de l’être affreux et ayant autant d’attrait pour moi que les formes brunâtres que j’expulse à chaque matin dans les latrines qui sert d’amante à ma chère Leïa.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 251
Points : 427
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Sam 10 Juin - 17:22

Sur le palier de l’immense maison , où un vieil homme nous as ouvert
Je sentis une présence dominatrice derrière moi
Je sentis quelque chose passé à côté de  Leïa sans avoir quoi
Mais en moins de quelque secondes , je me retrouve avec une femme devant moi
Sa bouche est maculée de sang
ainsi que ses mains
Elle a un regard avide presque bestial
Le vieil homme toujours droit comme en I nous invitas à rentré
Tout en me serrant avec force la main
 Leïa à commencé à m’appeler Dawn ,je commence à m’habituer à ça
Mais que faisais-je là ?
En compagnie d’un ancien et d’une folle pratiquement animal ?
Franchement ?
Je n’en sais absolument rien
Il nous conduis jusqu’à un salon
Il y règne une douce odeur de....de euh le même truc que m’a donné Leia
Mais en plus fruitier
Au lieu d’être apaisante comme l’autre
Elle est si énergique et nerveuse
Il nous fis signe d’un ample mouvement de bras de nous asseoir sur les fauteuils
La maison est si calme, si propre
Comme je l’en viens à rêvasser sur pourquoi un vieux décide de prendre le thé en plein enfer
Mais la réalité repris le dessus
-En quoi puis-je me montrer utile mes chères ? Je peux vous vous apprendre la philosophie, la médecine, parler le latin ou bien le maniement des armes. Mais comme nous sommes deux sous ce toit, l’opinion d’Amanda est des plus précieuse pour moi. Je vous écoute ma chère Dawn.

Cette longue question me prit totalement de court.
Je ne sais pas quoi répondre.
Habituellement et surtout avant tout ça les gens me prenaient de haut .
Mais l’ancien me traitait d’égal à égal.
Par contre celle qui l’accompagne me fait froid dans le dos.
A nous scruter telle un prédateur savourant sa proie avant même de l’avoir attrapé .
Cet homme avait l’air d’être un homme de science.
Rien qu’à voir tous les bibelots disposés dans la pièce.
Prenant mon courage à deux mains.
Je lui réponds.
-Vous voulez vraiment savoir ce qu'en quoi vous pourriez m’être utile ? Dis-je en essayant de ne pas bégayer comme à mon habitude .
Il fait oui de la tête.
-Apprenez-moi tout ce que vous savez ! Vous votre âge, vous devez en savoir de ces choses.

_________________

Pensé
La vie, la mort quelle différence dans ce monde Crédit merci à la communauté de Tumblr


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 468
Points : 260
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 20:54

Raaaaah ! Je ne m'habituerai jamais à cette hyène qui sert de copine à Doc. Je me suis retenue de dégainer mon épée en sentant le souffle chaud dans ma nuque juste avant d'entendre la voix familière de la blonde. Je ferme un instant les yeux pour rester calme avant que nous n'entrions tous dans la demeure. La chasseuse est couverte de sang et franchement, je déteste cet air barbare. Mais je ne dirai rien, non seulement par respect mais aussi parce que c'est son droit de se promener avec du sang sur la tronche.

Nous sommes invités à nous joindre à eux et je retire le fourreau du khukuri de mon dos pour le poser sur un meuble avant de déposer l'épaisse fourrure de loup sur un fauteuil et de m'asseoir confortablement devant ma tasse. Je m'apprête à répondre aux questions de Doc quand Dawn prend les devants. C'est surprenant et c'est bien qu'elle prenne de l'autorité, mais pas trop non plus et quand j'entends le "vu votre âge", mes yeux s'extraient de leurs orbites et ma main vient frapper l'arrière de son crâne dans une tape de rappel à l'ordre. J'évite d'être trop violente mais je me sens obligée de la corriger, je n'oserais jamais parler comme ça à Doc.

- Sois respectueuse Dawn !

Avec un haussement de sourcil, j'indique à Doc que, concrètement, c'est quand même pour ça que nous sommes là même si la fillette l'a dit avec ses mots à elle. Elle me regarde d'un oeil tellement mauvais depuis la tape, d'un signe de tête, je lui montre qu'il faut qu'elle se détende. Cette fillette est trop pressée pour tout, Alair va avoir du mal à gérer cette tornade. Au moins moi, je pouvais pas sortir de mon lit quand il m'a récupéré, celle-ci bouge déjà plus.
Je porte la tasse de thé à mes lèvres et goutte le liquide toujours aussi agréable avant de répondre à la question sur Barry, laissant Alair interroger la petite, je lance un regard noir à Amanda en attendant la suite.

- Barry va bien. Je prends soin de lui.

Un clin d'oeil espiègle au docteur suffit à lui faire comprendre où je veux en venir. Probablement qu'il est déjà au courant de ce qu'il y a entre le para et moi. J'avais déjà pris l'habitude de ne sortir de sa chambre qu'au matin quand le docteur a quitté la bibliothèque... à cause d'Amanda.
Je prends un air un peu plus sérieux pour exposer la suite.

- Je vous assure que Dawn a des tripes. Elle est initiée.

Par là j'entends que je l'ai vu tuer un humain encore en vie et je ne sais pas vraiment comment va réagir le docteur, mais j'en suis personnellement très fière. En disant ça, je lance un sourire à la petite guerrière qui boit son thé et reprend à nouveau ma demande d'aide.

- Je lui ai donné une lance. Mais je veux qu'elle soit entraînée par quelqu'un... avec de la pédagogie ?

C'est ça le terme pour dire quelqu'un qui sera capable de lui apprendre quelque chose sans la fracasser quand elle se trompe ? Je suis peut-être encore trop brute, mais j'apprécie vraiment cette fillette et même quand je l'ai frappé tout à l'heure, c'était pour elle avant tout, j'espère qu'elle l'a compris.

- Elle apprendra mieux avec vous et si vous avez besoin de quoi que ce soit, qu'il s'agisse d'une arme ou d'équipement, je vous l'apporterai. Je veux aussi qu'elle se renforce physiquement.

En disant cela, je tourne mon regard vers Amanda. J'ai vu la silhouette de la jeune femme pendant que Lyuba me dévorait sous les douches et il faut reconnaître qu'en plus d'être bien foutue, elle est particulièrement musclée et même si je ne l'aime pas, elle serait capable d'apprendre beaucoup de choses à mon apprentie également si elle arrête de mordre des pigeons cinq minutes. Nos regards se croisent et la tension est si électrique que mes poils se dressent tandis que je passe à deux doigts de lui sauter à la gorge. Elle me fait à la fois peur et elle m'énerve. Mais bon... Alair lui fait confiance donc je suppose que je peux aussi. À ce moment, je me rend compte que je ne me suis pas super bien exprimée et je reprends avant que la blonde ne s'imagine que je lui demande de violer mon apprentie.

- Musculation, escalade, tout ce qui peut l'aider sera utile.

Et je sais que même si elle ne suit pas d'entraînement particulier, son mode de vie lui permet de développer un corps rôdé aux événements aléatoires pour être honnête, si elle n'avait pas embarqué mon père adoptif avec elle, je lui aurais probablement sauté dessus tellement elle était canon sous la douche. Mais passons, je crois avoir compris que c'est ce genre d'idée qui l'avait poussé à nous quitter donc je vais éviter de lui lancer des regards rubriques. Je reporte mon attention sur le docteur et Aube qui discutent entre eux.

- Vous acceptez ?

Cette fois-ci, il sait exactement ce que j'attend d'eux deux, il a eu l'occasion de discuter avec la petite et commence à se faire une idée du genre de personne qu'elle est. Je regarde le docteur et sa compagne à tour de rôle en posant ma main sur l'épaule de ma petite guerrière de manière très protectrice, beaucoup trop diraient Barry et Lyuba.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 642
Points : 399
Date d'inscription : 12/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Amanda Reyers
Matricule n°001
I walk a lonely road
Dim 11 Juin - 1:40

Le docteur Alair les fait rentrer a sa suite dans la demeure. Les prise sur la table Amanda sorti son couteau de chasse. Couteau qu’elle dépose a côté d’elle puis elle entreprend de plumer ses deux prises qui sont visiblement un pigeon et un corbeau. Le plumage est différent fonction de la bête. Autant le pigeon a les plume rapidement arracher laissant une peau grisée couverte de griffure et peu agréable a la vue. Malgré que la prise soit relativement correcte pour un oiseau en cette période. Alors que le corbeau la tigresse s’y prend plus lentement plus minutieusement comme pour préserver les plumes qu’elle dépose à côté. De belles plumes noires aux reflets doucement bleuté. Des plumes au taille différente le corbeau étant une race d’oiseau plus grande que le pigeon. Il faut plus de temps pour le plumer entièrement.

La féline laisse ainsi Alair servir son thé à sa « fille » et a la nouvelle venue. Un grondement sourd et agressif s’échappe de la gorge d’Amanda dont la tête se baisse doucement entre ses épaule les griffe de combat fixée a ses gants, toujours sur elle glisse dans un bruit métallique et strident sur le carrelage casse de la table ou elle officie. Son regard animal est posé sur Aube qui vient tout bonnement de parler sans le moindre respect au docteur. Mais alors que la blonde vient tout juste de se retourner la jeune fille est reprise de volée par Leia. La tête d’Amanda bascule sur le côté le regard interrogateur. Puis elle retourne aussi naturellement que ça a sa besogne. Retirant ses griffe de combat qu’elle pose sur la table à côté du couteau, elle retire les gants d’escalade sur lesquelles était fixer les griffe. Puis prenant le couteau elle sectionne la tête du volatile possédant encore la sienne. Elle a alors une singulière activité. Elle porte la volaille au dessus de son visage permettant ainsi de se repaitre du sang de celle-ci. Le précieux liquide vitale est ainsi bu avec avidité. C’est une pratique que la tigresse a maintenant mis en place depuis son départ de la bibliothèque. Et même avant. Les seule fois ou elle s’en est prise a un humain vivant, Kali s’est abreuvé du sang de celui-ci, avant de se repaitre de son foie et de son cœur.

Les deux volatiles sont ensuite vidés d’un trait. La main de la féline s’insérant dans le volatile mort pour s’emparer des abat et les retirer. Les deux foies, les reins, et les cœurs sont alors séparé. Elle s’approche du docteur et des deux autres convives. Elle pose les précieux abats sur dans une tasse qui se trouve sur la table et s’empare d’un des cœurs qu’elle gobe aussitôt. Elle offre ainsi aux trois autre le droit de partager sa pitance rituelle. A eux d’accepter ou non.

Amanda a de nouveau se coté barbare, guerrière animal aztèque, ou hindou d’avant la colonisation par le Common Wels, se repaissant des tripes de leur adversaire vaincu. Et elle a entendu toute la conversation. Son attitude ne semble pas déranger le docteur qui s’y est habitué même si parfois il émet des réserve comme en ce moment elle serait prête à parier qu’il n’apprécie pas trop son attitude démonstrative pour annoncer qu’elles sont chez elle. La demande de Leia sonne étrangement a son oreille. Pourquoi leur confier cette gamine connaissant les talents de combattant de Barry et de la slave. Même si Amanda ne les supportait ni l’un ni l’autre et avait une particulière aversion pour la tatouée. Ils dégageaient une odeur de poudre a canon de mort et leur attitude laissaient présager de rude adversaire. Il serait surement plus apte que le docteur et elle. Enfin plus qu’elle en tout cas. Car La féline comme se plaisait a la décrire le britannique, n’avait mais alors pas du tout la patience ni les capacités d’apprendre ce que Leia souhaitait qu’elle lui apprenne surtout que comme elle l’avait dit lorsqu’elle était rentrée. Kali était la seule maitresse de son corps une fois à l’extérieur. Et Kali … apprendre, protéger, aider quelqu’un d’autre qu’elle s’était pas possible déjà qu’Amanda devait se battre avec elle pour qu’elle aide le docteur quand ils étaient a l’extérieur. Apprendre a cette jeune fille les rudiment de l'escalade et de lagrimpe ou de la natation de la course ou de la survie elle ne savait pas du tout comment elle allait faire et si cela fonctionnerai. Elle avait toujours fait ça depuis qu'elle était jeune et avait été SDF par réflexe mettant sa propre vie en danger systématiquement cherchant la mort mais aussi une façon de la braver et de lui faire un doigt d'honneur mérite face a cette vie qui avait ete la sienne. Étrangement, Amanda avait, grâce à Kali, trouver une façon de vivre et de survivre qui lui était propre et particulière mais lui plaisait et la faisait se sentir vivante et active contrairement a avant.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 768
Points : 2037
Date d'inscription : 11/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 16:39


Leïa, Aube & Amanda


A New coming
Après mon questionnement somme toute légitime, j’ai le plaisir d’entendre parler la jeune adolescente. Je ne peux m’empêcher de sourire franchement devant la remarque qui a pour trait à mon âge. Une petite dame toute dégourdit à qui les bonnes manières n’ont pas été enseigné. Je ne m’en offusque aucunement, étant un gentleman dans un pays remplis de Yankee qui croit que fait la cour à une dame se résume à payer un bon restaurant avant de grimper maladroitement dans sa culotte pour un gros deux minutes de fornication avant le sommeil du juste. Bonté divine que je m’ennuie de ces doux moment à ne serrer qu’une femme dans mes bras, lui parler avec le langage d’Aphrodite et de faire de long préliminaire doux et savoureux. Je m’efforce comme de raison de ne pas glorifier mon surnom en présence de ces dames. Pour plus de sécurité j’appuie mon dos sur ma chaise rembourré. Sans me départir de mon flegme et de mon stoïque digne des plus fidèles serviteurs de Sa Majesté, je croise mes jambes. J’arrive pour porter ma tasse à les lèvres camoufler par ma barbe taillé avec soin quand la main ouverte de ma chère Leïa percute l’arrière-tête de la dénommée Aube. Je reste de marbre et ma féline s’avance vers nous pendant que ma fille adoptive expose son point. Quand Amanda nous expose les abats de choix des deux prises de sa journée, je regarde nos invités avec un sourire apaisant. Vous savez que dans plusieurs pays, c’est un délice que ma chère Amanda nous présente? Et c’est notre devoir d’honorer la digne chasseresse qu’elle est en acceptant avec enthousiasme le fruit de son labeur. Prenant un petit foie avec ma cuillère à thé, je l’englobe pour montrer l’exemple. C’est aussi savoureux qu’un tartare d’un grand restaurant ma chère amie. Vous voulez prendre place avec nous pour le thé? Avec ma galanterie habituelle, je me lève pour lui tirer la chaise. La blonde amazone semble toujours aussi gêner quand je lui démontre le respect qu’elle a droit.

Je m’asseye alors de nouveau et je plonge mon regard bleuté d’acier dans celui noisette de l’adolescente. Nous restons quelques instants et je remarque la lueur d’une grande intelligence et une soif de savoir si caractéristique pour son âge. Ainsi qu’une fougue qui fait plaisir à voir. Je regarde alors sur ma fille adoptive et lui dis avec un sourire paternel. Vous savez ma chère Leïa, je n’approuve pas les châtiments corporels. À une certaines époques de mon existence peut-être, mais maintenant je crois qu’une discussion franche et sympathique est l’essence de la vie. C’est une petite allusion à mon passé de libertin que la brunette a déjà entendu lors de nos discussions autour d’une tasse de thé. De nouveau je porte mon regard apaisant, noble et sincère à la jeune femme en manque de savoir. Même si je n’ai qu’un œil, je sais ajuster la dose de sentiments pour compenser le manque. Si vous me parler un peu de vous ma chère Dawn. Car si je dois vous apprendre tout ce que je sais, de la philosophie aux bonnes manières juste à une intervention chirurgicale.Je bois une petite gorgée. Un petit sourire pince-sans-rire transperce mon masque de flegme Anglais. Car comme vous le dites si bien, je suis âger et j'ai bien quelques connaissances. Je lui fais un petit sourire encourageant. Car une jeune demoiselle qui a survécu à ces temps trouble à des ressources cachés et surtout une volonté de fer. Je porte mon regard sur ma féline et je lui fais don d’un sourire charmant et sincère. Comme je vous l’ai dit, nous sommes deux qui partageons ce lieu. L’opinion d’Amanda à autant de poids que la mienne.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 251
Points : 427
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Dim 11 Juin - 23:09




HRP:
 

Pont #2 HRP HYPER IMPORTANT:
 
Pensé sur soi-même


Tout de suite après
ma replique.
Je sens
une vive douleur au-dessus de ma nuque.
Je me retourne vivement et vois la main de Leia se relever .
Elle m’adressa un regard sévère tout en lançant.
-Sois respectueuse Dawn !
Je réplique en lui lançant un regard noir et glacial à faire palir euh....Fredy !
Pourquoi me demande-t-elle d’avoir plus de respect alors que jusque-là elle
avait toujours était un peu en mode « je ne respecte personne sauf moi-même ».
J’entends soudain un bruit strident derrière moi.
Comme un bout de métal contre traînerait sur le sol.
Je me retourne une nouvelle fois.
Et vois la prédatrice serrer les dents tout en me scrutant.
Utilisant des griffes collées à des sortes de gant servant à l’escalade.
Leia et l’ancêtre commencèrent à parler d’un certain Barry.
Puis ils en vinrent à moi-même.
Ma mentor veut qu’ils m’apprennent l’escalade ainsi que le combat, et du « renforcement » musculaire comme elle dit.
Mais sérieusement comment un homme ayant le même âge qu’un sénateur corrompue par l’argent en compagnie d’une femme se prenant pour une sorte de trigresse pouvait m’apprendre quoi que ce soit ?
J’entends la présumer tigresse se lever.
Elle se place tenant dans ses deux mains deux pauvres oiseaux.
L’ancêtre lance :
-Et c’est notre devoir d’honorer la digne chasseresse qu’elle est en acceptant avec enthousiasme le fruit de son labeur.
Il prit avec sa si petite fourchette
Instinctivement, je détourne le regard .
Ce merveilleux et si connue sentiment de malaise arrivant à la charge.
J’essaye de le repousser de toutes mes forces.
Cela ne me permit que d’avoir un hoquet et un filet de bave coulant sur mon menton.
M’essuyant d’un revers de manche .
Me sentant un peu mieux.
Je tends une oreille distraite à la conversation que tenait l’ancien avec Leia.
-Vous savez ma chère Leïa, je n’approuve pas les châtiments corporels. À une certaine époque de mon existence peut-être, mais maintenant, je crois qu’une discussion franche et sympathique est l’essence de la vie.
Mais de quoi voulait-il parler ?
Que la claque que m'a adresser Leia n’était pas necessaire selon lui ?
Mais qu’en même temps, il utilisait cette méthode quand il était plus jeune ?
Je n’en sais rien et je ne vais pas me tenter à lui demander de peur de reprendre une claque .
Il se retourne et me lança un regard calme avant de me demander :
-Si vous me parlez un peu de vous, ma chère Dawn. Car si je dois vous apprendre tout ce que je sais, de la philosophie aux bonnes manière juste à une intervention chirurgicale.
Il prit une pause pour boire son précieux thé puis enchaina .
-Car comme vous le dites si bien, je suis âger et j'ai bien quelques connaissances
Il me sourit gentiment et dit :
-Car une jeune demoiselle qui a survécu à ces temps trouble à des ressources cachées et surtout une volonté de fer.
Que répondre ?
Mon esprit commença à imaginer de multiples réponses pouvant l’impressionner
Peut-être que la meilleure solution
et d’être franche .
-Je....euh j’ai euh...12 ans !
Cela met difficile de parler de moi
Même petite, je me considérais comme une personne lambda ressemblant aux 7 milliards d’humains peuplant la terre dans ces temps-là.
Mon esprit confus cherchant à savoir qui il est vraiment.
Mais je ne m’étais jamais remis en question.
Jamais posée, la question de qui j’étais.
Je me rappelle que quand j’étais petite, j’adorais aller au musée.
-Euh, depuis que je suis petite, j’adore aller au musée, mais bon, je pense qu’en ce moment, on peut faire une croix dessus.
Souriant à mon humour un peu foireux.
Je continue un peu plus inspiré.
-Mon père était un grand amateur d’alcool ! Dis-je en m’appliquant à bien formulé mes pensées ce que j’ai bien dû mal à faire espérant honorer sa mémoire .
Il hoche la tête m’invitant à continuer.
-Donc je fus obligé de devenir la plus indépendante vis-à-vis de lui et du reste,
je suppose que c’est grâce à ça que je peux vous parlez maintenant.
J’inspire longuement, cette partie de l’histoire n’était pas franchement la plus joyeuse.
-Je...je pendant plus d’un ans je crois j’ai bouger de maison en maison essayant au maximum d’éviter les cadavres comme les vivants ce que je supposse j’ai réussi avec brio.
Il y a quelque jours, j’étais sur le point d’en finir dans un sordide parc quand deux rôdeurs le tombèrent dessus refusant de mourir de cette façon, je les combattis, mais mon couteau était resté dans la tête du premier quand le deuxième allait me manger tout cru Leia passant par là le tua .

Je lui adresse un regard reconnaissait pour tout ce qu’elle avait fait pour moi.
-Euh que dire de plus ?

_________________

Pensé
La vie, la mort quelle différence dans ce monde Crédit merci à la communauté de Tumblr


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 468
Points : 260
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Juin - 7:11

Je baisse la tête lorsqu'Alair me reproche la gifle. Hmm, c'est pour ça que j'ai besoin de lui, Dawn pourra apprendre ce qu'elle voudra de moi, que ce soit à tuer des vivants ou juste des morts, mais ce ne sera pas par la voix douce. Elle l'a déjà remarqué, je passe directement à la pratique, je ne veux pas d'une apprentie incapable de se défendre et la première chose à développer, ce sont ses tripes. Elle a toujours le hoquet et je la vois ravaler son vomi en laissant échapper un filet de bave. Elle s'essuie avec sa manche et je décide de communiquer comme le conseille le docteur. Je ramasse une serviette sur la table et lui essuie ce qu'il reste de bave au bas du visage délicatement, tenant sa tête de mon autre main. Je repose ensuite la serviette en lui souriant.

Faudrait pas non plus qu'elle se mette à me détester. C'est tout blanc ou tout noir avec moi, soit elle reçoit une claque, aussi superficielle soit-elle, soit je la soigne comme si c'était ma propre fille, le juste milieu, je n'y arrive pas mais le docteur me connait et il le sait pertinemment.

Après un regard accompagné d'un sourire timide à la blonde, j'attrape un morceau d'oiseau entre deux doigts et le fourre dans ma bouche avant de mastiquer pour finalement l'avaler. Elle devrait prendre exemple sur moi, j'ai fais ça sans m'en mettre partout moi !

La petite commence à raconter son histoire et au fur et à mesure qu'elle parle du passé, le visage de Luke me revient. Penser à mon jumeau mort me brise le coeur et je deviens rapidement livide, ne disant plus un mot, comme transformée en statut de pierre à l'expression impénétrable. Je tente de garder mon sang froid et de ne pas tout faire voler dans la pièce, j'ai été obligée de transpercer la tête de mon frère il y a moins d'un mois et ça me hante encore lorsque quelqu'un évoque le passé.

Posant une main guère assurée sur la table, je repousse la chaise en me levant et me lève en chancelant légèrement, ça ne devrait pas se voir, enfin j'espère.

- Je reviens dans cinq minutes.

Histoire de ne pas inquiéter le docteur en errant sans raison dans sa maison, je passe la porte d'entrée et m'assieds contre le mur, laissant reposer le côté droit de ma tête contre le mur froid. Il n'y a pas âme qui vive dans la rue et ça m'aide à m'apaiser. Après plusieurs exercices de respiration, je commence à retrouver l'usage de ma cervelle qui cesse d'être paralysée par des souvenirs trop forts et l'amour que je portais pour mon frère qui est bien trop puissant pour que je puisse l'oublier comme ça.

Il faut être honnête avec soi-même, je prie intérieurement pour ne jamais m'attacher à quelqu'un comme je me suis attachée à Luke, je ne survivrais pas à une seconde perte du genre.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 642
Points : 399
Date d'inscription : 12/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Amanda Reyers
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 13 Juin - 12:22

Le docteur prends un des foie proposer et le mange. La tigresse sourit. Mais elle remarque aussi la marque de soumission de la brune a la remarque du britannique quand a la gifle sur la nuque de l’a jeune fille. La aussi Amanda se tend. Mais pas pour les même raison. Un souvenir de du passé, une attitude qu’elle prenait face au gens qui l’on finalement conduite a son dernier séjour en prison avant l’apocalypse.

La gamine finit par répondre au docteur après avoir eut un haut le cœur. Spasme relativement important au vu du filet de bave qu’elle n’a tout de même pas réussis à réprimer. Elle tente maladroitement de l’essuyer. Finalement c’est la brune qui s’en charge. La féline a un mouvement de tête interrogateur. La jeune fille aurait-elle des sueurs a la vue du sang ? Il est vrai que les mordeur ne saigne plus c’est plus les liquide corporel de décomposition qui s’échappe lorsqu’on les met en morceaux. Mais finalement pour une raison qui échappe a la blonde Leia sort. Elle ne semble pas à l’aise. Un sentiment étrange s’empare d’Amanda. Partagée entre comprendre ce qui arrive à la brunette et la laisser tranquille.

Elle remarque l’air ennuyé du docteur. Et dans un petit soupire elle quitte celui-ci et sors a son tour. Leia n’est pas loin, assise contre un des mur. La tigresse s’en approche. Elle n’a pas le regard froid et assassin de Kali mais bien un autre regard. Le même que Leia a pu croiser a la bibliothèque lorsqu’elle ne l’avait pas remarqué et qu’elle discutait avec le docteur. La tigresse s’approche doucement de Leia. Puis lorsque celle-ci la remarque elle la prend dans ses bras et la serre contre elle. Un geste de tendresse de réconfort. Que jamais on aurait pu imaginer de la part de la féline vis-à-vis de la fille adoptive du docteur Alair. Quelque chose minait La brune et celle-ci étant importante pour le docteur, elle se devait de la réconforter même si dans une autre situation elle ne l’aurait pas fait. La gardant dans ses bras elle desserre un peu son emprise sur elle et finit par lui parler

Ca ne va pas ? je sais que on ne s’apprécie pas toi et moi. Enfin Je ne t’apprécie pas. Pourtant les explications du docteur et sa volonté me demande de te laisser une chance. Par contre Ne baisse plus jamais les yeux devant quelqu’un. Je sais de quoi je parle. Je ne l’ai que trop fait avant ses dernier mois.

La tigresse finit par la lâcher et commence a marcher non loin, grimpant aisément sur les obstacle devant le demeure avec une aisance particulièrement déconcertante. Et presque naturelle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 768
Points : 2037
Date d'inscription : 11/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 15:59


Leïa, Aube & Amanda


A New coming
Je vois que l’adolescente est légèrement sensible aux abats de choix que ma chère Féline nous offre. Un mince filet de bave coula par inadvertance alors qu’elle ravale la soudaine montée de bile que le contenu de la tasse de porcelaine. J’arrive pour prendre ma serviette de table, vestige d’une époque d’où je suis un dinosaure survivant dont le civisme et la galanterie avait encore une quelque signification, pour essuyer le menton de Dawn. Mais quel ne fut pas ma surprise de constater que ma fille adoptive prend les devants agis comme une grande sœur. Un sourire sincère et gratifiant s’incruste sur mon masque de stoïque et de flegme digne d’un fidèle serviteur de sa majesté. Prenant une grande respiration, j’écoute avec attention la jeune femme sur son parcours de vie. C’est seulement les grandes lignes, mais c’est assez pour que je puisse brosser un portrait assez fidèle de l’expérience de la jeune femme. Plus que le récit passe, je vois l’ivoire de l’angoisse s’attaquer aux joues et ensuite au visage de ma chère Leïa. Ma main à couper que la pauvre revit l’existence de son jumeau et la fin sordide de ce pauvre homme. À ce jour, à part la perte de mon œil, je me considère béni. Sérieusement je suis né avec une cuillère d’argent à la bouche. Une enfance stricte mais heureuse, une éducation privilégiée, une profession de rêve et des conquêtes trop nombreuses dont je ne pourrais dénombrer de par les années. À bien y penser, je n’ai pas toujours eu une cuillère à la bouche, mais en voyant ma chère Leïa se lever en s’excusant pour rejoindre l’extérieur, je repousse ces images libertines qui aurait fait rougir même Sir Winston Churchill.

Je voulais me lever et rejoindre ma fille adoptive, mais ma féline me fait un petit sourire et je vois dans son regard d’émeraude cette lueur d'humanité que seul moi semble connaître. Je lui fais un petit signe de tête en guise de remerciement et je reprends ma tasse brulante de thé. Mon œil d’acier bleuté repose sur l’adolescente et je ne suis que douceur et compréhension. Votre thé est trop amer ma chère Dawn? Si vous désirez je pourrais sucrer votre breuvage. J’ouvre un petit sucrier et avec une pincette je prends un petit cube. Je lui fais un sourire encourageant. Je ne pousserais jamais à accepter contre voter gré. Ce sera une entorse grave envers la galanterie la plus sommaire qui soit. Vous avez raison, je suis vieux. Un peu plus j’aurai chassé le dinosaure sûrement. Je lui fais don d’un sourire pince-sans-rire. L’humour Britannique est si gracieux et raffiné. Puis-je vous suggérer une technique orientale de prendre le thé que j’ai appris lors d’un de mes voyages au Japon? Je lève mon breuvage chaud et je bois en inspirant l’air. Je ferme ma paupière valide pour en savourer la pleine saveur de mon thé. Je dépose ensuite ma tasse sur sa soucoupe et je lui fais un sourire apaisant et affectueux. Inspirer en buvant procure une explosion de saveur dans votre bouche. L’air augmente l’arôme et vous pensez goûter presque une part du paradis. Mon œil s’ouvre avec lenteur pendant que je reprends la parole. Si j’ai bien compris ma chère, vous étiez une amatrice de musée? J’aimerais vous faire visiter, si le cœur vous en dit, ma salle d’étude et de relaxation. J’attends qu’elle accepte et je me lève souplement, démontrant que j’ai gardé une excellente forme physique pour un homme de mon âge.

Je la guide vers la porte de transition tout en me gardant à ses côtés. De cette manière je lui prouve sans l’ombre d’un doute que je la considère comme une égale malgré son jeune âge. Vous considérez Leïa comme une combattante capable? Ma question semble être à brule-point, tout à fait hors contexte. Mais je cherche à savoir d’un autre point de vue les progrès de ma pupille dans l’art de l’escrime. J’écoute sa réponse et je lui fais un sourire enjouer et presque espiègle. Ma canne frappe avec la cadence d’un métronome le parquet de son bout ferreux qui accompagne ma démarche droite et débordant de classe. Je vais vous mettre dans la confidence ma chère Dawn. J’abaisse le ton pour lui partager ce petit secret. Il y a quelques mois à peine, ma fille adoptive n’aurait certainement pas pu tenir sa lame d’une manière adéquate et même par le tranchant sait-on jamais. Je tape ma rapière et ma main-gauche de style colonial espagnol avec une fierté frappante. J’ai été son professeur d’escrime. Si vous voulez apprendre le maniement des armes blanches, je suis votre gentilhomme. Sinon je peux parfaire vos connaissances dans plusieurs domaines. Et le civisme Britannique si vous y tenez. J’ouvre la porte et je lui fais un signe de bienvenue de la main tel un majordome anglais. Il y a une bonne bibliothèque ayant des grands classiques de la littérature, de l’histoire et sur d’autres sujets varier. Des souvenirs de mon ancien refuge. Aux murs quelques toiles de maîtres et des sculptures. Des œuvres d’arts récupérer dans des maisons des environs et des collections privées par trop toucher par des rustres. J’essaie de peine et de misère de récupérer un peu de patrimoine pour les générations futures. Vous voulez explorer ma chère? Je vous en prie vous pouvez lire un peu ou me poser des questions qui vous passent par l’esprit. Voilà je lui ai démontré les domaines que je peux l’aider. À elle le dernier mot. Quant à moi je garde toujours bon pied bon œil sans mauvais jeu de mot.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 251
Points : 427
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Ven 16 Juin - 21:38

L’amateur de thé se lève
Et me fait signe de le suivre
Bizarrement sur le chemin, il se tient à ma hauteur
Pour je ne sais qu’elle raison
Juste devant le pas de la porte
Il commence à m’adresser la parole
-Vous considérez Leïa comme une combattante capable ?
Que répondre ?
Sûrement que Leia est selon moi une « ninja » ou une samouraïs
-Euh je....pense qu’elle se bat aussi bien qu’un samourais ou un chevalier
Un rictus se dessine sur son visage
Il enchaîne :
-Il y a quelques mois à peine, ma fille adoptive n’aurait certainement pas pu tenir sa lame d’une manière adéquate, et même par le tranchant sait-on jamais.
Quoi ?
Leia pas capable de se servir d’une épée impossible !
Il frappe de sa cane d’une façon peu commune.
Puis dit :
-J’ai été son professeur d’escrime. Si vous voulez apprendre le maniement des armes blanches, je suis votre gentilhomme. Sinon je peux parfaire vos connaissances dans plusieurs domaines. Et le civisme Britannique si vous y tenez,
Je hoche la tête
Tout ce qui pourrait me permettre de ne pas finir en désert pour les charcuteurs est le bienvenu.
Il ouvre la fameuse porte.
Je rentre dans la pièce.
Une odeur de renfermé mais agréable est omniprésente dans la pièce
Sur tous les murs des livres, des peintures magnifiques.
Bref.
Le paradis du savoir quoi.
Je me retourne vers lui.
Cet homme est si gentil qu’il a attendue que je m’éverleille devant tout ça pour enchainer :
-J’essaie de peine et de misère de récupérer un peu de patrimoines pour les générations futures. Vous voulez explorer ma chère ? Je vous en prie, vous pouvez lire un peu ou me poser des questions qui vous passent par l’esprit.
Bien sûr que je vais explorer tout ça.
Mais une question me brûle les lèvres.
Je me décide à lui demander.
-Euh...comment tu ? Je me mets les mains sur la bouche
Quelle quiche !!
Il a l’air d’adorer le respect et toute ces ******
-Vous, plutôt, avec fait pour avoir tant de livres en bon état surtout en ces temps ?
Attendant sa réponse, je parcours ses livres mes doigts caressants lesdits livre.
Elles entrent en contact avec un surface dure mais en même temps douce.
Je m’arrête et lis l’auteur .
« Machiavel »
C’est qui celui-là ?
Le livre est recouvert de cuir .
Des lanières le parcourent.
Curieuse car je n'ai  jamais vu un livre comme ça.
Il y n’y pas de résumé sur la quatrième de couverture.
Il doit être vraiment très ancien !
-Je....je peux le prendre ou le lire ?

_________________

Pensé
La vie, la mort quelle différence dans ce monde Crédit merci à la communauté de Tumblr


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 468
Points : 260
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Juin - 7:39

Je suis toujours assise lorsqu'une présence franchit la porte. J'ai peur de ce qui s'annonce car je ne vois pas de raison qui aurait pu pousser Dawn à me désobéir ou Doc à laisser la petite avec Amanda. Ça doit donc être cette dernière qui se trouve derrière moi et lorsqu'elle m'adresse la parole, mes muscles se raidissent et je tends l'oreille pour écouter attentivement avant d'hocher la tête pour acquiescer. Mais même si elle n’apprécie pas, si Alair me fait une critique, il reste ce qui se rapproche le plus d’un père pour moi et je ne risque pas de le défier du regard. Ce serait de la provocation et il est attaché aux manières, quoique je pense, il vaut mieux que je ne la ramène pas quand il a quelque chose à me redire. Elle part alors et je l’observe disparaître entre les carcasses avant de revenir à l’intérieur.

Il n’y a personne dans la cuisine et je bois une gorgée dans ma tasse de thé avant de me diriger vers le couloir pour vérifier les autres pièces de la maison. Finalement, je les trouve en pleine conversation sur le patrimoine puis la littérature et les observe en souriant. Aube me surprend en se saisissant d’un livre pourtant loin d’être destiné à un public de son âge et tend le Prince de Machiavel à Alair en lui demandant si elle peut l’emprunter. Elle est adorable et j’apprécie grandement qu’elle fasse des efforts de politesse avec le docteur. Ce n’est pas encore tout à fait ça mais le fait qu’elle se reprenne retire toute mauvaise interprétation et elle me fait rire quand elle met les mains devant la bouche comme si elle avait spoilé la fin de Game of Thrones.

- Machiavel ? Tu progresseras vite si tu arrives à suivre des lectures comme celle-ci.

Je pénètre dans le bureau et m’approche d’eux avant de poser une main sur l’épaule de Dawn, vraiment contente de son choix. Je souris au docteur d’un air de dire “t’as vu la petite comme elle me ressemble ?” mais je préfère me taire. Il me connaît assez bien pour reconnaître ce rictus de fierté mal-placée. La littérature et la lance, cette petite deviendra quelqu’un de bien.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 768
Points : 2037
Date d'inscription : 11/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 0:37


Leïa, Aube & Amanda


A New coming
Bonté divine! Cette jeune adolescente veut commencer en grand dans le fabuleux monde du savoir avec un des plus grands classiques de la littérature. Je ne peux m’empêcher de sourire de la voir si enthousiasme et avide de connaissance. J’allais répondre alors que ma fille adoptive fit son entrée. À voir son grand sourire, elle est fière de sa jeune protégée et je ne peux que lui faire un signe de tête pour abonder dans ce sens. Je crois que vous allez me réserver des surprise ma jeune amie. Si vous voulez lire, je vous conseille ce fauteuil à haut dossier. Il est confortable et si j’active mon vieux gramophone avec quelques symphonie de Beethoven, je crois que vous allez vous plongez dans ce monde de pensées. Je lui prends alors le bouquin des mains et je l’invite à prendre place. Mon œil d’acier bleuté reluit de ce petit air espiègle que j’affectionne depuis quelque temps avec les gens que je me permets de côtoyer. Je crois que j’ai déjà vécu pareil engouement il y a peu venant de votre part ma chère Leïa. Vous vous ressemblez beaucoup sur l’avidité intellectuelle. Je tends de manière respectueuse le livre ancien à la jeune femme et lui explique la bonne façon pour ouvrir la tranche d’un bouquin et de parcourir les pages. Vous savez ma chère que ce livre est plus ancien que moi? Je prends un air offusqué aucunement crédible pour faire sourire les deux jeunes femmes. Je tiens à vous signalez qu’il y a bien encore quelques objets qui sont plus vieux que moi dans ce bas monde! Je fais un petit sourire pince-sans-rire. Mais une franche hilarité provoque un tremblement de mes épaules malgré moi. Je me ressaisis et je reprends le masque stoïque et débordant de flegme que tout bon serviteur de Sa Majesté doit posséder dans son attirail du parfait gentleman. Pour votre réponse à votre interrogation ma chère Dawn, nous séjournions dans la Bibliothèque Municipale de Détroit. Quand j’ai déménagé pour habiter ici, j’ai sauvegardé plusieurs livres et recueils.

Faire mention de ce lieu de savoir qui est devenu maintenant un tas de gravats me fait porter ma main droite à mon bandeau. Triste souvenir de ce jour bien triste. Mais comme le vieux Bulldog Anglais que je suis, je reste de marbre et je regarde l’avenir d’un bon œil. Ma chère amie, ce livre devra rester avec moi. Mais je crois que j’ai le même, en format de poche, pour satisfaire votre engouement. Mais naturellement si vous voulez séjournez quelques temps, ma salle de repos sera vôtre avec un plaisir des plus consommé. Ainsi que les livres pour étancher votre soif de connaissance. Un porte s’ouvre et se referme. Un pas pesant qui fait presque trembler les œuvres d’art qui reposent sur leur pied distal. Le gaillard, l’homme musculeux et surtout immense comme une montagne en mouvement, fais une timide entré avec son berger allemand. Voyant les deux femmes, il semble essayer de se cacher comme lors de notre rencontre. Je le salut dignement et lui propose d’aller se nettoyer un peu avant le thé. J’y pense ma chère Leïa, je ne vous ai pas parlé des autres personnes qui séjournent avec moi? Mais l’ami poilu de mon nouveau garde-du-corps vient me fêter dignement avant que j’ai pu continuer sur ma lancée. Oui Rocky je suis heureux de vous voir moi aussi! Brave chien. Salut les invités mon brave! L’une après l’autre, le chien donna la patte en se laissant flatter avec une joie immense.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 251
Points : 427
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Mer 21 Juin - 6:58

- Machiavel ? Tu progresseras vite si tu arrives à suivre des lectures comme celle-ci.
Je sens sa main se poser sur mon épaule.
Alair fait un signe de tête à Leia, je ne comprends pas bien pourquoi m’enfin.
-Je crois que vous allez me réserver des surprises ma jeune amie. Si vous voulez lire, je vous conseille ce fauteuil à haut dossier. Il est confortable et si j’active mon vieux gramophone avec quelques symphonies de Beethoven, je crois que vous allez vous plonger dans ce monde de pensées.
Il me fait signe de la main de s’asseoir sur un canapé hirsute qui à l’air moelleux en même temps.
Je m’assois lourdement dedans profitant de chaque recoin de celui-ci !
-Je crois que j’ai déjà vécu pareil engouement il y a peu venant de votre part ma chère Leïa. Vous vous ressemblez beaucoup sur l’avidité intellectuelle.
Cette remarque me fait particulièrement chaud au cœur.
Leia doit être fier de moi, j'espère.
Il montre avec patience comment ouvrir un livre et tourner les pages ect.
Mais je sais déjà faire ça !
De peur de le vexer, je me tais et j’attends qu’il ait fini .
-Vous savez ma chère que ce livre est plus ancien que moi ? Je prends un air offusqué aucunement crédible pour faire sourire les deux jeunes femmes. Je tiens à vous signaler qu’il y a bien encore quelques objets qui sont plus vieux que moi dans ce bas monde.
J’en doutais beaucoup.
Il a l’air en bonne santé, mais pas de la dernière pluie.
J’envisage avec sérieux le fait que la plupart des objets et livres son beaucoup plus jeunes que lui.
Il part d’un fou rire puis comme par magie revient dans son rôle d’ancêtre savant tout sur tout.
-Pour votre réponse à votre interrogation, ma chère Dawn, nous séjournions dans la Bibliothèque Municipale de Detroit. Quand j’ai déménagé pour habiter ici, j’ai sauvegardé plusieurs livres et recueils.
C’était peut-être là qu'habitent Barry et les autres dont Leia à parler ?
J’en sais rien.
Et pourquoi il aurait déménagé d’un temple du savoir alors qu’il porte une attention toute particulière à ça .
Je le vois porter sa main au bandeau qui recouvre une partie de son visage.
Comment c’était-il fait ça !?
Je n’ose pas lui demander enfin pour l’instant.
-Ma chère amie, ce livre devra rester avec moi. Mais je crois que j’ai le même, en format de poche, pour satisfaire votre engouement. Mais naturellement si vous voulez séjournez quelques temps, ma salle de repos sera vôtre avec un plaisir des plus consommé. Ainsi que les livres pour étancher votre soif de connaissance
Je préfère trouver un endroit plus tranquille, sauvage que cette pièce qui au final .st de plus en plus étouffante.
Un grondement se fait entendre .
Je me relève avec vivacité un tremblement de terre dans le Michigan !
Mais où va le monde ? A part le fait que 7 milliards de cadavres se promènent dehors bien sûr.
Un géant entre dans la pièce.
Il a des épaules si larges.
Des mains si grandes !
Je me demande même si c’est un humain .
-J’y pense ma chère Leïa, je ne vous ai pas parlé des autres personnes qui séjournent avec moi?
C’était donc un humain, mais qu’à ou comment a-t-il fait pour être aussi immense !?
Un fier berger allemand s’approche de nous avide de caresse.
J’entends Alair s’exclamer .
-Oui Rocky je suis heureux de vous voir moi aussi! Brave chien. Salut les invités mon brave!
Le chien se tient devant moi attendant que je le caresse.
Je me baisse à sa hauteur tout en me mettant à le gratter sous le menton comme quand je le fais avec Dante, mais avec beaucoup moins d’enthousiasme .
Je me relève .
-Euh....je peux prendre le format de poche ?
J’applique tous les mots de mon vocabulaire.
Pour ne commettre aucune bourde dont j’avais le secret.
-Car je préfère trouver une pièce plus calme .
Sitôt après je m’avance doucement vers la montagne de muscle .
Qui est-il et surtout pourquoi il à l’air si timide !

HRP:
 

_________________

Pensé
La vie, la mort quelle différence dans ce monde Crédit merci à la communauté de Tumblr


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 468
Points : 260
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 22:33

La petite est sur le point de partir s’isoler pour commencer sa lecture quand un immense géant pénètre dans la pièce qui semble avoir perdu la moitié de sa superficie en une minute. Je porte la main à mon épée, que j’ai déposé en entrant… merde ! Je sors mon couteau de combat et me place en position de défense face à l’homme qui a l’air terrorisé par notre présence, ou en tous cas vraiment intimidé. C’est surtout le chien qui m’a fait peur mais je le vois faire la fête à Doc et comme le monstre a l’air de se tenir tranquille, je remet ma lame dans son étuis à ma ceinture. La petite aussi a l’air perturbée par ce qui vient d’arriver et je lui fait signe de la main que c’est ok.

- C’est bon Dawn. Je te retrouve dans le salon d’ici cinq minutes. Ne saute pas la préface, c’est important.

Ça lui donnera toujours le temps de commencer à lire et cerner le type de contexte dans lequel parle Machiavel. C’est un peu inquiétant qu’elle commence par le Prince du secret et du mensonge, mais je ne m’inquiète pas sur sa loyauté, c’est une fillette honnête et je crois qu’elle m’a en admiration, ce qui est appréciable je le reconnais. Le docteur nous présente rapidement son nouvel ami, une sorte de croisement entre Casimodo et Frankenstein mais je commence à m’habituer à sa sale tronche. Je m’avance finalement vers lui en jettant un regard à mon père adoptif et tend ma main droite devant lui.

- Leïa Callum.

Que dire de plus, le chien attend à mes pieds mais je n’aime pas vraiment ce genre d’animal. La fourrure de loup posée sur ma chaise dans la cuisine peut en témoigner. Je pense que c’est une bonne idée de commencer par me présenter cependant. Et en m’approchant, ça me permet aussi de distinguer les traits de l’homme difforme. Ouais parce que même en voulant être sympa, je ne pourrais pas lui dire en face qu’il est beau. Rien que la taille de sa mâchoire me laisse penser qu’il pourrait m’arracher la main d’un coup de canines.
Une fois les présentations faites je me tourne un instant vers le docteur.

- Je vais rejoindre Aube. À plus tard je suppose ?

Après avoir quitté la forteresse de solitude d’Alair, je traverse le couloir pour retrouver Aube plongée dans le livre de Machiavel et m’assieds près d’elle en souriant avant de lui tendre un marque page en carton piqué sur le bureau du docteur. Il ne m’en voudra pas pour ça, il en a des millions et celui-ci porte une citation d’Aristote qui devrait lui plaire.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Une bataille à l'aube...
» Obama;Change is coming to america
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» [Juge]-Brigandage-Aube-(10/01/57) [Retraite]
» Enfin une star chez les pécores, moi ! [New/Amanda Lear]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum