Ink on the skin, feels in the flesh || Juliet



InformationsContact
avatar
Messages : 711
Points : 700
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 17:12


Ink on the skin, feels in the flesh
Juliet & Lïnko


Paisiblement occupé à ouvrir un maigre lapin, l'islandais frottait la lame de son couteau contre les os blanchis de sa prise, gambadant autrefois innocemment dans la nature, avant de se faire bêtement étrangler par un collet bien posté. Assis en bord de table afin de pas foutre du sang partout, la barbu se pencha pour faire basculer les entrailles du lagomorphe dans un seau métallique, qu'il viderait gardait comme appât pour une opération ultérieure. Ça lui rappelait étrangement les jours de chasse au loup qu'il avait passé avec Leïa, il y a de ça bientôt deux semaines, maintenant.  Enfin bref. Saisissant le jumeau du premier lapin, les yeux froids du barbare fixaient les pattes duveteuses de l'animal, avant d'abattre sa hache afin de les sectionner. Aux deux coups secs, Nanna secoua tête, et recula prudemment. Bien qu'il ait les mains sanglantes, il esquissa un sourire amusé avant de gratouiller ses oreilles. Peu intéressée, la biquette sauta de la table (oui, elle avait quelques privilèges...) pour s'étaler au coin du feu qui crépitait fébrilement.

Plusieurs minutes de dépeçage plus tard, alors qu'il rassemblait les morceaux de viande pour les déposer à l'endroit le plus frais de la pièce, c'est à dire sur le rebord de la fenêtre, Ice sembla apercevoir une silhouette haute et fine. Merde ! Elle est déjà là !? En quelque sorte gagné par la panique, le blond fit volte face, avisant le tiers de table souillé d'un liquide rouge et de morceaux de fourrures peu engageants. Juste à gauche de la scène de crime, sa hache était fidèlement planté dans le bois, et non loin restait son couteau en acier trempé. Fais chier. D'ailleurs, fallait qu'il pense à arrêter de planter sa hache n'importe ou. Cette table, en bois moderne, était clairement pas faite pour être assaillie de la sorte. Des coups légers furent donnés à la porte, aussi Lïnko sursauta légèrement avant d'esquisser une rapide moue. Trop tard pour faire un peu de ménage. Tant pis...

Ouvrant la porte, il afficha un grand sourire en rencontrant le regard de Juliet. C'était toujours un immense plaisir de la voir. Vraiment. Les deux s'étaient retrouvés il n'y a pas si longtemps que ça, après une douloureuse péridoe de silence... Depuis, tout semblait revenir à la normale, voir limite mieux qu'avant. Peut être s'étaient-il éloignés pour mieux se retrouver ?
Au moment ou le survivant allait machinalement poser la main sur l'épaule de la brunette pour lui faire la bise, il se rendit compte que ses mains étaient pleines de sang. Les regardant un instant, il haussa les épaules et adressa un sourire mi-désolé mi-amusée à la jeune femme. « Sympa l'accueil, pas vrai ? » se penchant pour déposer un innocent baiser de bienvenue sur le front, en prenant garde de ne pas la tâcher, il s'écarta de l'entrée pour l'inviter à entrer. « Excuses, j'ai pas trop fait gaffe à l'heure. Ça va depuis la dernière fois ? »

© BLACK PUMPKIN

HRP : Hâte Love
Ahem. Du coup, j'hésitais pour les fameux tatouages en question °° Voilà les images qui restent dans ma petite tête.

Du coup je nécessite ton avis Cute j'aime bien le premier, mais ça fait un peu "beaucoup" peut être, donc je garderais qu'un côté (le droit) et cinq runes sur les côtes (genre photo n°3)
J'aime beaucoup les ailes corbeau / os aussi, mais ça ferait peut être un peu bizarre... think (et je garderais les runes aussi Lala )
Qu'en penses-tu ♥ ?


Spoiler:
 

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 638
Points : 1511
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 13 Juin - 21:49

Tout comme les jours précédents, Juliet avait attendu que Maddie quitte leur maison pour aller prendre son poste à l’armurerie, pour quitter sa chambre. La brune avait beau essayer de tout faire pour pardonner sa meilleure amie, elle n’arrivait pas à oublier, à aller de l’avant. Et passer tous les jours devant la chambre désormais vide d’Eulalie ne permettait en rien à la brune de pouvoir calmer sa colère. Elle n’en revenait toujours pas que la rouquine ai pris la décision de vider la chambre de sa fille de ses affaires, sans même prendre la peine d’en parler avec Jules. Pire, elle avait manigancé dans son dos, et Juliet s’était faite avoir comme une bleue. Depuis, inutile de dire que les relations entre les deux jeunes femmes s’étaient dégradées, au point qu’elles n’arrivaient presque plus à se parler. Du moins, c’était la brune qui éprouvait des difficultés à parler à Maddie, il fallait bien l’avouer. De toutes façons, Jules faisait ce qu’elle pouvait pour éviter au maximum son amie de toujours, se cloîtrant dans sa chambre, ou bien quittant carrément la maison, préférant ne pas tomber sur son amie au risque de dire des choses pas sympas qu’elle risquait fortement de regretter par la suite.

Juliet avait largement profité de l’invitation lancée par Lïnko, qui lui avait dit qu’elle pouvait venir chez lui quand elle le voulait, et elle ne s’était pas fait prier, le prenant au mot, trouvant refuge dans sa maison aussi souvent qu’elle en ressentait le besoin. Et c’était plaisant. Passer du temps avec l’islandais se révélait étonnement ressourçant et apaisant, tout ce dont la brune avait besoin ces derniers temps. Voilà pourquoi lorsque le jeune homme lui avait proposé de passer chez elle, un peu plus tard dans la journée, Juliet avait accepté en un clin d’œil, sans même y réfléchir deux secondes. Elle avait enfilé des vêtements chauds, puis avait enroulé une grosse écharpe autour de son cou avant de quitter la maison où elle vivait avec Maddie, qui ne devait pas tarder à rentrer. Jules marcha d’un pas rapide dans Fort Hope, jusqu’à rejoindre la maison de son ami, sur la porte de laquelle elle frappa quelques brefs coups pour annoncer son arrivée.

La brune n’eut pas à attendre longtemps que la porte s’ouvrit sur le visage de Lïnko, qui lui offrait un large sourire, auquel Juliet répondit presque immédiatement d’un fin sourire. « -Salut ! »Elle était vraiment contente de voir le blond, et n’avait donc pas à se forcer pour lui témoigner le fait qu’elle était contente d’être là. La jeune femme ne tarda pas à aviser les mains couvertes de sang de l’islandais, qui s’amusait de la situation, et elle esquissa une moue amusée à sa petite remarque. Un nouveau petit sourire étira la bouche de Juliet lorsqu’elle sentit les lèvres de Lïnko se poser sur son front, dans un geste qu’il n’avait jamais eu pour elle jusque-là, mais qui n’était pourtant en rien désagréable. Le jeune homme finit par se décaler de l’embrasure de la porte pour laisser Juliet entrer dans son chez lui, ce qu’elle ne tarda pas à faire, tandis qu’il s’excusait en disant qu’il n’avait pas vu l’heure tourner. D’un coup d’œil, la brune embrassa la pièce, y découvrant ce que son ami était en train d’y faire avant sa venue, et qui expliquait l’état de ses mains. Elle y découvrit sur la table des traces de sang qui devait appartenir à un lapin, si elle se fiait aux restes qui traînaient. Elle s’imagina parfaitement sa mère, la défenseuse des bonnes manières, s’offusquer de voir la hache de Lïnko plantée dans la table du salon, qui avait dû coûter une petite fortune. « -Je vais bien…tout va bien. » Ce n’était sans doute pas l’exacte vérité, mais c’était le parti que Juliet avait décidé d’adopter. S’apitoyer sur son sort ne servait à rien. Elle ne tarda pas à retourner au jeune islandais sa question, lui demandant à son tour si tout allait bien. « -Tu sais, si c’est pas le moment, je peux repasser un peu plus tard… » Elle ne voulait pas tomber au plus mauvais moment, ou arriver comme un cheveu sur la soupe, et elle pouvait très bien revenir à un autre moment de la journée si cela arrangeait son ami. Après tout, ce n’était pas comme si son agenda était surbooké.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 711
Points : 700
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 23:37


Ink on the skin, feels in the flesh
Juliet & Lïnko


Même s'il aurait préféré l'accueillir dans de meilleures conditions, Lïnko était content de recevoir Juliet. Elle s'était montrée souriante dès son arrivée, et ça lui faisait vraiment plaisir... Au vu de la période difficile qu'elle traversait, suite au départ prématuré de sa fille unique, c'était en quelque sorte un miracle de cerner de la sincérité sur son visage détendu. Pendant qu'elle entrait, le barbu s'éloigna un instant pour se rincer les mains, quand même un peu embêté de se présenter les mains en sang. Le contact de l'eau de neige fondue était agréable, et rafraîchissant. Un peu comme la présence de la jeune femme. Cette dernière avait répondu positivement, quand il lui avait demandé comment elle allait. Bien sûr, il savait que ce n'était qu'une formule d'usage, et non la vérité, mais il savait également qu'il n'était ni utile, ni judicieux de creuser sur le sujet.

De retour auprès de son invitée, il haussa les sourcils en rigolant doucement.
« Tu rigoles j'espère ? Tu crois vraiment qu'un type comme moi est débordé de visite ? Nan, bien sûr que non, tu me déranges pas. » D'autant plus qu'ils s'étaient retrouvés il n'y a pas si longtemps que ça, et que l'islandais appréciait sincèrement la présence de Juliet. C'est vrai qu'il s'était senti un peu incertain, en lui proposant de venir chez lui un peu plus tôt dans la journée. Mais maintenant qu'elle était là, il pensait qu'elle était tout aussi contente que lui, alors c'était parfait. Désignant le carnage d'un signe de tête, il ajouta « Ils ne risquent plus de se sauver, maintenant. Et puis, j'ai prévu pour deux, donc en fait, t'as pas vraiment le choix de rester ou non... » Il plaisantait, bien sûr. Pour rien au monde, il n'aurait forcé la jeune femme à rester.

Le souvenir du pourquoi de l'invitation revint subitement à la mémoire du Nordien. Il y a quelques jours, il avait surprit Juliet en plein dessin. Vraiment étonné de son talent, bien qu'il ait connaissance de son passé d'artiste, il lui avait part d'un projet un peu étrange : repasser les zones estompées de ses tatouages. Si la dessinatrice ne s'était pas montrée réticente à cette idée, le barbare voulait quand même s'assurer qu'elle soit toujours d'accord... Après tout, elle avait peut-être simplement plus ou moins répondu oui par gentillesse, par peur de le froisser. « Dis... Tu te souviens du service que je t'avais demandé, après t'avoir vu faire des croquis...? » Les yeux brillants comme ceux d'un gosse, il poursuivit avec un sourire non dissimulé. « Je t'ai trouvé de quoi me torturer un peu. Pas du matériel de pro non plus, mais ça devrait faire l'affaire... »

Ne pouvant s'en empêcher, le guerrier s'empressa d'ouvrir l'un des tiroirs d'une commode faite du même bois que la table, pour en sortir une petite pochette plastique contenant une aiguille, et un pot d'encre de chine. S'approchant de Juliet, il saisit doucement l'une de ses mains pour y déposer les trouvailles qu'il avait faite il y a quelques jours. Une aubaine, en soi, surtout pour l'encre. Attendant la réaction de son amie avec impatience, il plissa les yeux, se gratta nerveusement la barbe, pour finalement demander « T'en penses quoi...? »

© BLACK PUMPKIN

Spoiler:
 

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 638
Points : 1511
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 16 Juin - 14:59

Juliet avait fini par faire une nouvelle fois face à Lïnko, tandis que ce dernier se rapprochait d’elle pour lui confirmer qu’elle ne le dérangeait pas, et qu’il n’avait visiblement pas souvent l’occasion d’avoir des visites à domicile. Elle esquissa un petit sourire amusé « -Tant mieux alors, parce que j’avais pas trop envie de repartir ! » Elle n’avait pas envie de rentrer chez elle, et de tomber sur Maddie. Ne pas la voir du tout était plus simple, ça lui permettait d’éviter toute prise de bec inutile. Jules suivit le regard azur du jeune homme qui se posa sur la table, tandis qu’il lui laissait entendre qu’il avait prévu à manger pour deux, et qu’elle ne semblait pas avoir d’autre option que de rester pour partager son repas avec lui. «-Bon…et bah, si j’ai pas le choix, je vais faire avec… » Elle haussa une épaule, et essaya de prendre un air dépité et résigné, en vain, puisqu’un petit sourire en coin étira ses lèvres sans son consentement. Il se donnait vraiment beaucoup de mal pour être sûr que Juliet mange un peu, et c’était plutôt touchant.

Jules plissa doucement les yeux en entendant l’excitation dans la voix de Lïnko, tandis qu’il lui parlait de la conversation qu’ils avaient eu lors de la dernière visite de la jeune femme. La brune était venue avec son carnet à dessins et ses crayons, étonnée de se rendre compte que depuis son anniversaire, et la Téquila qu’elle avait bu sans compter, elle était capable de gribouiller de nouveau quelques petits trucs. Ses dessins étaient plutôt loin de ce qu’elle avait su faire au plus haut de son art, mais pour quelqu’un qui n’avait plus touché un crayon de papier depuis des mois, Juliet avait trouvé que ce n’était pas si mal. L’islandais, lui, avait eu l’air plutôt impressionné par le talent de la jeune artiste, au point qu’il avait fini par lui demander de lui rendre un service qu’elle n’avait pas vu venir. Il avait semblé hésiter quelques instants, avant de finalement vendre la mèche, et de lui demander si elle acceptait de retoucher ses tatouages. Sur le coup, elle avait accepté sans même y réfléchir vraiment, sans doute par peur de froisser le blond.

Mais à présent, elle ne pouvait qu’écouter Lïnko lui dire qu’il avait trouvé le matériel dont ils allaient avoir besoin pour l’opération, et le regarder aller farfouiller dans sa commode. Il avait l’air surexcité comme un gosse, ce qui était plutôt mignon, Juliet ne l’ayant jamais vu comme ça. Elle se laissa faire, tandis qu’il lui attrapait la main, pour y déposer doucement ses trouvailles. D’un coup d’œil, la brune observa un petit pot, de l’encre probablement, ainsi qu’une aiguille qui paraissait gigantesque. Jules releva son regard vers lui quand il lui demanda ce qu’elle en pensait, pas vraiment certaine de ce qu’elle devait lui répondre, ou de ce qu’il voulait entendre. « -Lïnko… » La jeune femme n’était pas certaine de comment continuer sa phrase. Elle sortit de ses doigts fins l’aiguille du petit sachet en plastique, avant de la tenir devant ses yeux pendant quelques secondes. Puis Juliet capta le regard de l’islandais : « -Tu sais que j’ai jamais fait ça, hein ? » Elle l’interrogeait du regard, comme pour lui demander s’il n’avait pas peur qu’elle fasse n’importe quoi avec lui, au risque de gâcher ses tatouages. Elle reporta une nouvelle fois sur ladite aiguille, avant de pencher légèrement la tête : « -Si je te fais mal, on sera toujours amis, pas vrai ? » Elle essaya de sourire, comme si elle essayait de faire un peu d’humour, mais elle ne réussit qu’à faire une espèce de grimace pas très jolie.

Juliet redéposa finalement le petit sachet dans lequel elle avait remis l’aiguille sur la commode dans laquelle Lïnko venait de récupérer le matériel, avant de se tourner vers lui. « -Je vais t’aider à nettoyer, et je torturerai après. Ça te va ? » Elle avait repris intentionnellement ce mot qu’il avait employé un peu plus tôt, et qui semblait convenir parfaitement à la situation.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 711
Points : 700
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Juin - 14:29


Ink on the skin, feels in the flesh
Juliet & Lïnko


Sa préparation du repas du soir avait trouvé utilité, finalement. De ce qu'il en avait perçu, Juliet était pas vraiment contre l'idée d'y goûter... Tant mieux. Certes, le barbu se doutait bien qu'elle allait pas engloutir des livres de viande, mais c'était toujours mieux que rien, et si jamais son ventre gargouillait, il s'autoriserait peut être même à la forcer. Vu la maigreur qu'elle affichait, y'avait de quoi s'inquiéter, et ça, même si la jeune femme était solide. Cependant, le nordien se doutait qu'il n'était le seul à s'en soucier, alors bon, mieux valait ne pas trop se montrer insistant non plus... Pour l'instant, du moins. Actuellement, il s'inquiétant davantage des outils qu'il avait fourré dans les mains fines de son amie. Une aiguille, et de l'encre. Est-ce que ça ferait l'affaire pour qu'elle rattrape ses tatouages ...? Franchement, il l'espérait, et quand bien même ça donnait pas un truc de ouf, il était plus que prêt à tenter.

Aussi, quand les yeux gris rencontrèrent les siens, et que la brunette énonça son prénom de naissance, l'islandais fronça les sourcils. Il l'observa sortir l'aiguille, et esquissa un rire quand elle lui rappela qu'elle n'avait jamais fait ça. « C'est justement, ça fait l'occasion ! Et puis, si tu me foires, je promet de pas m'énerver. Au pire, j'arracherais la peau. » Au vu de la mine de Juliet, c'était peut être pas le moment de faire de l'humour. Ravalant son envie de rire à l'air déconfit qu'elle affichait, il sourit à sa timide demande. « T'en fais pas, je vais pas me mettre à chialer pour des piqûres du style. Et puis y'a pas de plaisir sans douleur, et inversement. Alors ouais, y'a des chances qu'on reste amis. Pas de chance. » Ajouta-t-il en haussant les épaules.

Après avoir rangé l'aiguille, et posé le tout sur une commode, l'artiste en herbe se proposa de participer au rangement. Bon, l'islandais était pas trop pour, mais si y'avait que ça pour lui faire plaisir et la rassurer au passage, il allait clairement pas faire le difficile. Opinant de la tête, il lança sur un ton enjoué « Ça marche. Je préfère que tu passes un coup d'eau sur la table... Si je te charge de nettoyer ma hache, y'a des chances que tu te coupes une main, et après ça, ça va être compliqué de me torturer... » Se dirigeant donc avec Juliet vers la table de découpe ensanglanté, il retira sa lame du bois tailladé, et amena un seau de neige fondu qu'il posa sur le banc. Imbibant un tissu autrefois blanc du précieux liquide, il frotta énergiquement l'acier trempé de sa fidèle arme. Observant la brune du coin de l'oeil, il ne put s'empêcher de lancer « On dirait un vieux couple d'ermites. », avant de se gratter nerveusement la barbe du rebord de sa hache. Ouais, pas ouf comme remarque, pas vrai...?

© BLACK PUMPKIN

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 638
Points : 1511
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Hier à 15:10

La brune exagéra un soupir de soulagement lorsque Lïnko lui confirma que leur amitié ne souffrirait pas de la maladresse de la jeune femme, si elle n’avait pas les mains aussi sûres qu’elle l’aurait dû. Au fond, ça la rassurait vraiment, mais c’était toujours plus simple de jouer la carte de l’humour, ça rendait bien des situations moins pénibles. Juliet avait proposé son aide spontanément, parce qu’elle ne se voyait pas rester sagement assise à attendre, tandis qu’elle laissait tout le boulot au jeune homme. La brune plissa les yeux un instant, se demandant si sa proposition mettait Lïnko mal à l’aise, ou le dérangeait, mais lorsqu’il lui répondit finalement d’un air enjoué, elle douta de ses propres intuitions : « -Bah voyons ! T’es sûr que tu veux taquiner la personne qui va te charcuter dans pas longtemps ? » Elle plissa les yeux d’un air amusé, avant de se rapprocher de la table à son tour, et d’y découvrir les différentes marques d’entailles dans le bois. Le jeune islandais ne tarda pas à apporter un seau d’eau, tandis que Juliet y plongeait un linge, pour commencer à nettoyer la table de toute trace de sang.

Elle était toute occupée à sa tâche, nettoyant, rinçant son chiffon, pour recommencer une nouvelle fois, encore et encore, jusqu’à ce que la table commence à retrouver son aspect naturel. Jules était une nouvelle fois occupée à rincer le morceau de tissu, l’eau devenue rouge, quand une remarque de Lïnko lui fit froncer doucement les sourcils, avant qu’elle se retourne en esquissant un petit sourire en coin : « -Sérieux, c’est ça ta vision du couple ? Faire le ménage à deux ? C’est pas très folichon ! » Elle s’amusa de sa remarque, et le fixa avec un sourire malicieux pendant quelques secondes. Au fond, elle-même n’était pas vraiment une experte en la matière, sa plus longue relation avait duré cinq années, et dès lors, Juliet s’était contentée de brèves histoires de quelques semaines tout au plus, où elle évitait soigneusement de trop s’investir, pour préserver son petit cœur.

Quoiqu’il en soit, elle poursuivit son nettoyage avec application, et il ne fallut à la brune que quelques instants de plus avant de pouvoir dire qu’elle avait terminé. Elle déposa le chiffon dans le seau de neige fondue, puis profita que Lïnko soit encore occupé à nettoyer la lame de sa hache pour aller embêter Nanna, qui somnolait devant le feu, indifférente à la petite cession de ménage qui venait de s’improviser. Juliet resta occupée quelques instants à gratouiller entre les oreilles de la biquette, avant de se retourner en entendant l’islandais s’agiter dans son dos, alors qu’il reposait sa hache désormais propre. Le regard de la brune se posa un instant sur l’aiguille et l’encre, avant qu’elle se tourne vers son ami, à quelques pas de là. « -Tu me les montre ? Tes tatouages, je veux dire. » Elle fit un signe de tête encourageant, se disant que de toute façon, il allait bien falloir qu’elle sache à quoi elle aurait à faire, à un moment ou à un autre.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 711
Points : 700
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 16:26


Ink on the skin, feels in the flesh
Juliet & Lïnko


Levant les mains en signe de paix à la mention d'une boucherie à venir s'il continuait de la taquiner, Ice s'affaira paisiblement au nettoyage de sa hache. Il se sentait un peu con, en vérité, à laisser Juliet frotter la table pleine de sang de feux lapins inoffensifs. Non pas qu'elle devait en être choquée, mais, en fait, le barbu avait tout simplement pas l'habitude de voir quelqu'un -rien que ça, déjà...- faire un brin de ménage dans sa demeure. La remarque qu'il avait malhabilement lancée en témoignait d'ailleurs plutôt bien... Au moins, ça avait eu le mérite d'amuser la jeune femme ! Du coin de l'oeil, il la vit lui adresser un petit sourire, avec lequel elle renchérit sur sa plaisanterie. « J'en sais rien moi ! C'est mieux que si je pensais encore que les femmes géraient tout à la maison pendant que les hommes virils partaient chasser le mammouth, nan ? » Et puis, fallait dire que, de toute manière, il avait pas vraiment l'expérience de tout ça. C'est vrai, en fin de compte, ça faisait quoi, les couples ? Baiser, faire des gosses et répéter tout les jours la même chanson, en incorporant des mon lapin et des mamours ? Bonne question.

Enfin, ça c'était clairement pas un truc à demander à Juliet. Jamais l'islandais n'était resté avec la même fille. Non, son palmarès comptait plusieurs filles, -certainement pas des mecs !!- pour qui il avait de l'attirance, mais pas plus. Ça empêchait pas de se revoir, et de passer des moments cools, mais s'établir avec une nana, autre que sa biquette, Lïnko voyait pas vraiment l'intérêt. Alors, en temps d'apocalypse, valait mieux pas y penser... Toujours est-il que la jeune artiste avait elle terminé ses tâches ménagères, si on peut le décrire ainsi, et s'octroyait une séance câlin avec la mini-chèvre bicolore. Chanceuse. Jugeant sa hache suffisamment brillante, l'ex-détenu la déposa sagement sur une partie sèche de la table nettoyée. A la demande de Juliet, le barbare resta immobile un instant, avant de baisser les yeux pour finalement sourire. « Putain, si quelqu'un passe, ça va encore être compliqué à justifier tout ça. » Bon, après, c'est pas comme s'il allait se foutre totalement à poil, mais y'avait une petite pression, l'air de rien !

La brunette l'avait déjà vu, un peu désapé, la première nuit ou presque même. Mais en ce temps là, ils ne se connaissaient pas, et il faisait quasi-noir. Enfin bref. Le nordien était loin d'être quelqu'un de pudique de toute façon, et finit par se débarrasser de son haut de protection, puis, de sa chemise bleue tissée main. Esquissant un léger rire quand Nanna vint profiter de la scène pour piquer la chemise, il se tourna pour montrer les signes à son amie. « Aile de corbeau, plutôt grande, faite en taule. Et des runes, faites par mon Oncle, juste là. Y'a ceux sur les côtés de la tête, aussi. » Après avoir désigné les dites runes, il se retourna pour voir l'air affiché par la jeune femme, il tiqua, un peu tard. C'était pas impossible qu'il ai préféré caché la case prison à la brune, quoi que, c'était pas sûr en fait... Toujours est-il que, écartant les bras, il ne pu s'empêcher de plaisanter. « Alors ? Beau gosse torturable ou pas ? Ahah ! »
© BLACK PUMPKIN

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 638
Points : 1511
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Hier à 18:50

Juliet avait fini par s’adosser contre la commode derrière elle, fixant Lïnko alors qu’elle venait de lui demander de lui montrer les tatouages qu’elle devait retoucher. Son geste d’arrêt ne lui échappa pas, mais il ne fut que passager, alors que le jeune islandais finissait par reprendre la parole, mots auxquels la brune répondit tout d’abord par un sourire, avant de hausser une épaule : « -Ça sera toujours moins compliqué qu’expliquer ce que je faisais dans ta chambre à la caserne au beau milieu de la nuit ! » Non pas qu’elle ai vraiment du se justifier à ce propos, mais si tel avait dû être le cas, Jules n’était pas certaine qu’on l’aurait cru sur parole si elle avait simplement dit qu’elle s’était trompée de chambre, la fatigue aidant. Et puis de toutes façons, ils étaient adultes, et tant que leurs actions n’allaient pas à l’encontre des règles de leur communauté, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient, sans avoir à en justifier auprès de qui que ce soit.

Quoi qu’il en soit, Lïnko finit par retirer ses vêtements, dévoilant enfin ses tatouages à la jeune femme, qui quitta son appui contre la commode pour se rapprocher à la vue des dessins sur la peau de l’islandais. Elle écouta les explications de son ami, en fronçant doucement les sourcils en l’entendant parler de taule, ce qu’il n’avait jamais évoqué jusque-là. Après tout, ils avaient tous leurs petits secrets, qu’ils préféraient garder pour eux. Et puis, ce n’était pas comme si elle allait prendre peur à la mention du passé de son ami, lui qui avait toujours été plus que correct envers elle, et en qui elle avait confiance. Juliet admira les formes dans le dos de Lïnko, se disant que le tatouage n’était pas juste grand, mais énorme. Elle s’imagina pendant quelques instants les conditions dans lesquelles il avait été fait, et elle ne put que grimacer. Dans un salon de tatouage classique, un tel motif aurait probablement pris une éternité, mais elle n’osait penser à ce qu’il avait dû en être en prison, ainsi que des conditions dans lesquelles ça avait été fait. Ses yeux azurs glissèrent ensuite sur les runes qu’il lui avait désigné, et qu’elle trouvait particulièrement jolies. Elle aurait voulu lui demander leur signification, mais il reprenait déjà la parole, et elle se dit que ce n’était que partie remise.

Elle n’était qu’à quelques pas de lui lorsqu’il lui fit face de nouveau, en écartant les bras. Elle plissa les yeux à sa nouvelle boutade, peinant à retenir un petit sourire en coin. A vrai dire, Juliet ignorait si elle le trouvait beau gosse, pour la simple raison qu’elle n’avait jamais eu à se poser la question avant ce jour. Il était un survivant comme un autre jusqu’à ce qu’ils finissent par faire connaissance et deviennent amis. A l’époque, la brune fréquentait encore Kelly, et il fallait croire qu’elle n’avait d’yeux que pour elle. Quoiqu’il en soit, elle entra dans le jeu du blond, et laissa glisser son regard sur sa silhouette musclée, avant de hausser une épaule, comme si elle était indécise : « -Mouais, bon…ça devrait le faire ! » tout en le gratifiant d’un clin d’œil. Elle peinait à se rendre compte à quel point passer du temps avec lui était plus…léger. Ici, entre ces murs, il ne semblait plus y avoir de place pour la colère qui rongeait la jeune femme ces derniers-temps, sans qu’elle ne sache vraiment comment Lïnko parvenait à ce miracle. C’était peut-être son côté taquin envers elle qui aidait, au fond, Jules n’en était pas vraiment certaine, mais c’était appréciable.

La table n’était pas encore tout à fait sèche, il ne manquait sans doute pas grand-chose, et Juliet ignorait comment il voulait procéder pour cette séance tatouage improvisée. Allait-il s’asseoir sur le banc ? S’étendre sur la table ? Rester debout ? Elle n’en avait pas la moindre idée, pas plus qu’elle ne savait comment procéder pour que tout se passe au mieux, et éviter quelques désagréments, comme une infection, par exemple. Peut-être devraient-ils trouver un moyen de stériliser l’aiguille, en la passant au-dessus d’une flamme, ou quelque chose comme ça. Elle espérait vraiment que l’islandais en sache plus sur le sujet qu’elle. « -Tu veux commencer par quoi ? Je pourrais probablement pas tout faire aujourd’hui… » Rajouta-t-elle bien vite, en tournant la tête pour aviser une nouvelle fois l’aile de corbeau qui noircissait le dos de son ami. Elle n’avait jamais fait ça, et pourtant, elle était quasiment certaine que l’opération prendrait pas mal de temps. Non pas que ça la dérangeait, elle était plus embêtée pour Lïnko, qui allait douiller pendant de longues heures.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Ma fiche est terminée !
» peindre simplement visage avec tallarn flesh
» [Achat]Skin de chat
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Flesh Wash - Quand y'en a pu.... comment qu'on fait ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum