[Violence verbale] Speed ​​limitation by the dead feat: Leïa Callum



InformationsContact
avatar
Messages : 109
Points : 308
Date d'inscription : 12/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Dig's Halls
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 13 Juin - 2:58


Speed ​​limitation by the dead


Dig's  & Leïa







D
es vibrations qui agitent l’âme. Le battement du V-Twin et le vrombissement de l’échappement suffisent parfaitement pour traduire les pulsions et les sensations qu’offre une Harley-Davidson une fois qu’on est installé au guidon et qu’on met en marche le moteur. Bien plus qu’une simple moto, ce pur-sang américain représente une liberté qui n’a jamais résonné aussi fort. « Enfourcher une Harley-Davidson, c’est ouvrir votre cœur vers l’essentiel. Une sensation qui se révèle inépuisable », dit-on. Dans ce rugissement mélodieux. Avec la combinaison de beauté et de puissance coulées dans un métal, la bécane affiche tous les atouts d’un dragster préparé pour un usage urbain, avec des performances des plus remarquables. Lignes pures, moteur V-Twin Revolution à refroidissement liquide et châssis conçu pour apporter des sensations hors normes.

C'est ainsi que la sensation de liberté se fait ressentir. Quand les roues tourne sur le sol, qu'avec élégance le bolide esquive les embûche. Le risque en ville était là, la moto fait un bruit ronronnant. Attirant ces morts prêt à vous croquer un morceau de jambe. Mais ce n'était surement pas le plus à craindre. Les survivants pouvait se montrer encore plus dangereux. Ils peuvent être partout, se préparer à une embuscade. Pour Dig's... Il s'en contre fiche, de toute manière. Ce sont des informations qu'il cherche. Il prend le temps de bien tout regarder. Il n'était venu que deux trois fois à Détroit et cette ville était surtout un mystère pour lui. Si seulement, il pourrait être sur Atlanta.

Uun petit moment de pause devant une boutique de pharmacie. A en voir la vitrine brisé, la porte à moitié ouverte. Une chose est sure ce petit magasin est vide. Mais sait on jamais parfois rien qu'un paquet de médicament peut servir aussi bien pour le troque que pour une éventuelle petite maladie qui survient. Le moteur de la bécane se stop et la béquille est mise. Dig's descend et se fait craquer la nuque avant de sortir de la poche de son jean's une poing américain doigté d'une tête de mort en flamme forgé et une fois en place à son bout. Une petite lame courbé et bien affûté. Rien qu'un seul coup peu découpé un crâne en deux. Il prend à l'arrière de la moto son sac à dos noir et se met en route pour les entrailles d'une boutique pharmaceutique.

Il ne savait pas pourquoi, ils faisaient ça. Avec toute cette apocalypse, chaque chose devenait un réflexe. Trouver de quoi manger demain, trouver un lieu calme pour passer la nuit ou même un petit objet rare qui peut servir pour la vie de tout les jours. On ne parle même plus de la prudence qui s'enclenche avec tout un éveil des sens. Chaque bruit, chaque objet qui nous entoure. C'est fou comment peut devenir un Homme quand il sait que la mort est partout autour de lui. Dig's avance, faisant claquer ses rangers sur le sol, il pousse la porte dans une petite mélodie de carillon. L'intérieur était en ruine, tout était retourner et les étales n'avais même plus une seul boite dessus. Le biker voit au sol proche d'un petit rayon arrondie contenant quelques lunettes de vue, une boite carré. Il se baisse et ramasse la boite en soufflant dessus pour y ôter la poussière. Du savon...

C'est plein de petit fantasme qui fait des petites bulles dans la tête de Dig's. Qui n'aimerai pas dans cette fin du monde connaitre le bien être d'un bain ou d'une douche chaude. Il ouvre son sac à dos et y met la petite boite dedans, sait on jamais en cas d'un coin avec de l'eau chauffé. Ou peut être que ça fera un bon troque avec un groupe ou bien un solitaire comme Dig's. La fouille continua mais sans vraiment tomber sur de bonne chose hormis une brosse à dent et une compresse. C'était courut d'avance, mais l'espoir fait partit du quotidien de la survie. Il prépare sa sortit mais se stop en tendant l'oreille.

Un bruit, non un ronronnement de moteur. Mais... Non pas une américaine mais une asiatique de type tout terrain a en entendre les claquements de moteur. Dig's crache sur le sol rien qu'a entendre ce bruit. Puis merde fini les dégoûts sur les bécanes. C'est un survivant et il fallait que Dig's le choppe. De un, il pourra donner des informations sur la ville, les groupes en présence, les dangers. Mais il pourra surtout peut être troquer un peu. Y'a surement des choses que cette personne possède que Dig's pourrait vouloir. Il n'était pas un pillard et n'avait jamais tuer pour prendre quoi que ce soit. Lorsqu’il a fait ce fut souvent pour le contraire. Il n'avait aucun remord et aucun scrupule à le dire si besoin. Oui il avait tué, mais c'était pour sa survie sans empêcher celle des autres.

Le biker sort de la boutique son sac sur le dos et se rapproche de sa moto. Ses sens auditifs s'activent et il essai de parvenir à repéré l'origine du bruit de moteur. Proche, de plus en plus proche... D'ici peut de temps la bécane asiatique allait sortir d'une rue pour arriver dans celle de Dig's. Il ne fallut que quelques seconde, lorsque la moto tout terrain déboule dans la rue. Le biker regarde la personne a son bord, si il en croit la chevelure et les formes c'est surement une femme. Ou alors il se trompe vu la vitesse où elle passe. Il enfourche aussitôt son Harley et démarre le moteur pour se mettre à la poursuite de ce ou cette survivante. Il prend le temps de lancer un coup de klaxon dans l'espoir d'être entendu. Mais a en croire au bruit, sa bécane en fait bien plus pour être audible. Démarre alors une course poursuite entre lui et cette inconnue en Kawasaki.

_________________



Dernière édition par Dig's Halls le Ven 16 Juin - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 770
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 15:28

Je prends toujours plus de vitesse, j'ai entendu un bruit plus loin en ville et ça fait bien longtemps, au moins une bonne semaine, que les bikers ne font plus partie du paysage urbain. J'ai été donc surprise de reconnaître un moteur américain ce matin en sortant de la librairie. Forcément quand j'ai entendu du bruit, j'ai eu envie de voir ce que c'était et j'ai immédiatement sauté sur ma moto. Maintenant, je traverse les rues à toute vitesse sans faire attention au bruit, sachant pertinemment qu'il faudrait un tireur vraiment expérimenté pour m’abattre à cette vitesse, ce qui est rarement le cas des bikers. Dopler fait son effet et les morts attirés par la déformation du son tournent la tête à mon passage dans les rues.
*VoooooooOOOOoooooong*

À moitié couchée sur mon guidon, je me redresser en arrivant devant un bâtiment et une moto garée devant. Un gros choper comme je les déteste. Je jure sous mon casque avant de bifurquer sur la gauche, faisant glisser la roue arrière sur le bitume jusqu'à ce que j'ai à nouveau suffisamment d'adhérence pour accélérer à nouveau. Dans mon rétro, je vois un type assez grand, manteau long et bonnet, sortir du bâtiment avant d'enfourcher sa moto.

- Ahah, il est fou lui !

Qui pourrait bien avoir envie de me suivre dans les rues de Detroit ? Non seulement je vais à une vitesse que peu de gens atteignent en ville, mais en plus, je connais les rues comme ma poche alors me poursuivre... S'il croit qu'il va me dépouiller, il se fourre le doigt dans l'oeil. Je passe la dernière vitesse, bien déterminée à le semer, et tourne sur Woodward pour avoir une belle route bien droite. La Kawa fait tellement de bruit que je n'entends même pas l'engin du type derrière moi mais je le vois dans mon rétroviseur. La route est assez claire, pas beaucoup de zombies, le plus difficile est de slalomer entre les carcasses de voitures mais ma moto est faite pour ça.

Après cinq bonnes minutes à bouffer une grosse partie de l'essence de mon réservoir, je bifurque et contourne une station service avant de rouler directement à l'intérieur d'un restaurant en passant par les baies vitrées explosées depuis un bail. Il bouffe probablement moins d'essence que moi mais contrairement à lui, j'ai une tout-terrain. Je traverse le restaurant quand lui aura à le contourner et passe dans une ruelle de l'autre côté de la rue. De vieilles bennes et des poubelles sont entassées sur les côtés et j'accélère à nouveau autant que je peux. La ruelle débouche sur une avenue et une horde de morts nous attend sur la gauche, en voyant ça, je tourne immédiatement à droite, mon poursuivant aura au moins à dealer avec un ou deux morts eheh.

On va bientôt arriver en périphérie de Detroit mais j'ai mon plan. Je ne le sèmerai jamais sur des routes de campagne même si j'ai plus de pêche, par contre j'ai hâte de voir son énorme engin labourer les champs de maïs ! On verra si le redneck américain est toujours autant dans son élément. Ouais c'est décidé, si je peux pas le laisse en plan là, je l'emmène patauger un coup dans la boue !

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 109
Points : 308
Date d'inscription : 12/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Dig's Halls
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mer 14 Juin - 0:00

Une course poursuite semblait se préparer. La moto en face de Dig's passa une nouvelle vitesse pour accélérer dans les rues. Tout prenait l'avantage pour le biker. Il avait put obtenir de brève information sur le véhicule devant lui. Une moto de type tout terrain au moteur asiatique. Si on compare cette bécane à celle de Dig's. La vitesse sera l'avantage du poursuivant tout comme la maîtrise qu'il pourra avoir à la fois dans les virages que dans les lieux où il pourra rouler. Mais le biker avait souvent fait ça par le passé. Traquer un véhicule à moteur plus rapide. S'orienté à l'aveugle mais surement. Le terrain de Détroit n'était pas en l'avantage du biker. Toutefois là l’avantage était le vacarme que faisait le bolide en face. Pour arranger le tout, c'est le réservoir qui va faire la différence. Si la personne en face est assez folle. Il va mettre plus de gaz dans sa bécane et donc consommer plus. En comparaison, lorsque le réservoir du tout terrain sera vide. La Harley de Dig's elle pourra encore faire le double de route voir le triple.

Il y'a également l'avantage post-apocalypse qui entre en compte dans cette poursuite. La ville de Détroit appartient au mort qui eut son encore plus silencieux qu'une foule de personnes et de voiture comme à l'époque. Le silence, les échos de la ville déserte. Alors qu'il roulait pour essayer de tenir une distance. Dig's sourit tout en se disant: Mais quel idiot. Lorsque le biker avait assez de vitesse, il coupait son moteur et écoutait. Il ne prenait pas forcément la même route que sa proie. Mais il la traque entièrement par le son. Il enchaînait les virages, les coupures de moteur jusqu'à arriver à une interception où au loin le tout terrain est visible. Celui-ci entre dans un bâtiment ce que Dig's ne pourra pas faire.

C'était comme si il avait fait ça toute sa vie. Il entame alors le tour du bâtiment. Son opposant allait gagner de la distance. Mais il n'améliorait pas son bruit et l'effet sur ce qui l'entoure. Les immeubles autour ne font que répercuter le bruit des moteurs. L’ethos bestial de la mélodie des moteur en puissance, frappe sur le silence du lieu. Il finit par le rattraper non pas en distance, mais en visuel. Là au loin la bécane était loin. La proie semblait décider de jouer encore plus à son avantage cette fois. Utiliser les champs de maïs était une très bonne manière de prendre du terrain et de s'éloigner assez en perdant le désavantage du bruit. Sans parler que dans un tel champ, le visuel sera inexistant et ce sera une course poursuite à l'aveugle. Si son opposant coupait son moteur en plein milieu du champ... Il pourra dire: "Aurevoir".

Mais loin de là l'intention de commencer à s'embourber. Même si la Harley peut tenir sur la terre et conserver une bonne vitesse. Il ne peut s'engager dans une situation où il allait perdre son avantage. Il avança alors jusqu'au champ où était entré le motard devant lui. Il coupe alors son moteur et fait craquer son cou. Sa main glisse jusqu'à son jean's sortant une tige de nicotine qui vient se glisser entre les lèvres du biker. Suivit ensuite du briquet qui vient allumer la cigarette et l’amas de fumée qui se dégage de sa bouche.

Les maïs n'avait pas été récolter depuis plus d'un ans. Et a cette saison de l'année malgré le froid et l'humidité. Le champ était plus que pourrit offrant un produit sec et mort étendu sur le sol. Mais surtout assez étendu au sol pour cacher un petit rôdeur carnivore retranché dessous. Alors que le bruit du tout terrain était encore audible et visible au loin. Dig's descend de sa moto et pose ses fesses sur la selle en croisant les bras et regardant au loin.

Maintenant, il faut attendre. Ecouter, admirer le spectacle. En plus de ça, qui dit champ... Dit petite route qui l'entoure. Plus qu'à être sure d'où ça sera fait. Écoutons, patientons et sans le bruit d'un moteur d'Harley. Dig's reste assis sur sa moto et fume sa cigarette tout en gardant une écoute total sur la localisation de la bécane qu'il poursuit. Elle sortira, il le savait. La chasse est un sport de patience. La course poursuite aussi. Maintenant peut être même que l'opposant à moteur fera peut être demi-tour. Attendons.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 770
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 9:04

Enfin, je sors de la ville et tout de suite, le paysage devient plus campagnard, plus fermier. Ma moto avale la boue et j'avance encore et encore, perdant de vue mon poursuivant. Le paysage est assez agréable mais je vais être obligée de revenir sur Detroit à un moment ou à un autre. Autant attendre quelques minutes histoire qu'il reparte avant de sortir.
Je contourne une vieille grange avant de m'arrêter derrière pour en descendre et tirer des sangles l'épée à manche long qui me sert de lance, sait-on jamais. D'un violent coup de pied, je fait sauter le bois pourri qui maintien la serrure de la porte de la grange à cette dernière pour pouvoir débouler à l'intérieur. Au final, il y a seulement un gros mort-vivant qui me fonce dessus avant de se retrouver avec la lame de mon épée nagi dans l'oeil.

Il y a plusieurs cadavres à l'intérieur dont beaucoup ont été réduits à l'état de tas d'ossements. Mais je remarque la forme et distingue des silhouettes de chevaux. Les pauvres se sont retrouvés enfermés avec leur maître mort et nous y voici. J'hésite et je racle plusieurs fois la terre du bout de ma lance en faisant des aller-retours dans la grange pour réfléchir à la meilleure manière de m'en sortir. La Kawa est quasiment dans la réserve et j'ai pas assez d'essence pour contourner la ville et revenir par un autre côté. Je n'ai pas non plus les ressources nécessaires pour entreprendre de lui foncer dessus en espérant le prendre suffisamment pas surprise pour le semer dans l'autre direction. Comme dirait Doc, foutu yankee.

Une autre idée comme cependant à émerger dans ma tête et je ressors de la grange pour regarder ce qu'il y a autour de moi. L'homme est hors de vue et il attend probablement que je refasse surface, fils de pute, il a du voir que j'étais une femme et il veut sa part du gâteau. Je ne me laisserai pas avoir comme ça. Il y a une autre ferme à un bon cinq-cent mètres de marche mais avec la petite route encadrée par des buissons qui y mènent, je ne prendrai pas beaucoup de risques. Je me rends à la nouvelle ferme qui n'est en fait qu'une maison sans étable ou grange. C'est pas grave, il y a quand même deux morts à l'intérieur qui attendent qu'on leur offre la miséricorde et ils finissent très vite l'un sur l'autre dans le salon. Il reste quelques cochonneries d'avant épidémie et je balance quelques morceaux de meuble sur les deux cadavres avant de sortir mon zippo pour mettre le feu à leur habits.

Rapidement, le premier corps commence à brûler et lorsque j'atteins à nouveau la grange, la maison commence à fumer. Je remonte à moto et observe la maison en feu. Si ça ce n'est pas de la diversion. Ça donne une idée un peu vague de ma position mais j'attends d'entendre un bruit de moteur s'approcher de l'autre direction avant de démarrer le miens. La japonaise hurle un bon coup lorsque je tourne un bon coup la poignée d'accélération, relâchant l'embrayage par la même occasion. J'espère que ça me donnera un coup d'avance et je m'élance à travers les champs dans l'autre direction. Le temps qu'il contourne à nouveau les champs, je devrais déjà être dans la ville. Cette fois-ci, je ne ferai pas la même erreur et je ne compte pas faire crier mon moteur plus longtemps que nécessaire. La prochaine fois, je me cacherai mieux, j'ai vraiment mal joué mon coup mais je m'en suis rendue compte quand il a cessé de faire tourner sa moto. De toute façon, j'étais niquée dès cet instant, dès qu'il a abandonné la course poursuite pour se mettre "en chasse". Je n'aime pas être chassée, en fait, je déteste ça.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 109
Points : 308
Date d'inscription : 12/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Dig's Halls
Matricule n°001
I walk a lonely road
Jeu 15 Juin - 13:20

La patience, c'est une bonne chose surtout quand le petit lapin court vite. Assis sur sa bécane, le biker attend tranquillement. Plus aucun bruit de moteur... Le calme. Soit c'est la panne sèche, soit c'est le jeu du cache cache qui commence. Bref, patience, patience. L'erreur est toujours ce qui trahis. Il finit sa cigarette doucement, prenant un plaisir à sentir la fumée s'engouffrer dans ses poumons. C'était rare que Dig's prenne le temps de fumé en général, il se retenait un moment. Ça devenait tellement rare ces petites tiges de nicotine.

Bon, où en était le petit lapin. Il fallait patienter, prendre son temps. Dig's n'avait pas fait ça depuis un moment et ça lui rappelait de bon souvenir. Le jour où on l'a chargé de traquer un mexicain. Ca avait débuté par une course poursuite quand il n'a pas sut se faire assez discret. S'en ai suivit trois jours de traque... Jusqu'à ce qu'au final le Mexicain à finit par faire une erreur. Dig's le sait, l'erreur est toujours là. Et l'avantage dans cette histoire c'est d'être le chasseur et pas la proie.

La proie, se sait traqué. Chaque silence, chaque absence de son chasseur est une peur. Une frayeur qui ne fait que monter, les questions... Le rythme cardiaque qui s'emballe. En plus de ça chaque mouvement ou chaque chose devient une réflexion, un choix et un risque à prendre. Le risque, le petit lapin semblait le prendre... Car une petite fumée noir commence à se dégager au loin à quoi. A en voir la distance, un kilomètre. Une belle distance qui pourrait permettre d’arriver sur les lieux. Mais Dig's ne sait pas combien, il y a dans le réservoir de sa proie. Puis ne soyons pas con, dans ce monde y'a peu de personne encore en vie et les morts ne savent pas jouer avec le feu.

Donc le petit lapin veut surement attirer Dig's dans un piège car c'est idiot de sa part de montrer sa position. Là, il semble être malin car la traque devient un jeu. Plusieurs option, soit le petit lapin veut en finir avec Dig's... Soit il veut le laisser arriver sur les lieux et le semer encore une fois. "Malin, il ou elle a des couilles..." Il fallait maintenant prendre des dispositions, dans tout les cas... La personne finira par bouger car une fumée attire du monde et elle finira par s'en rendre compte...

Dig's sourit et fait demi tour en faisant avancer sa moto tout en silence sans allumer le moteur. Il arrive à une petite maison et élimine rapidement le mort cannibale. Un bon poing armée du poing américain dans la face. Dig's garre sa moto prêt de la porte et retourne sur le cadavre pour prendre du sang sur le bout de ses doigts.

Il prend soin d'écrire sur le petit panneau "A vendre" un mot. || VIENS MON PETIT LAPIN, ON VA DEVOIR PARTAGER L'ESSENCE. ENTRE DONC || Le message était bon et le biker allait maintenant attendre calmement. Au pire, la baraque fera une bonne planque. Mais ce qu'espère Dig's, c'est que sa proie finisse par rebrousser chemin. Qu'elle passe devant la maison et fasse une petite halte. Là elle rentrera et ils parleront tranquillement.

Après avoir fait le tour de la maison, Dig's se pose sur le canapé et ouvre une petite boite de conserve pour commencer à la déguster... Maintenant soyons patient... Y'a toujours de quoi s'occuper en campagne.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 770
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 23:36

Je file à travers champs et les formes des buildings devant moi commencent à me surplomber tandis que j'approche des frontières de la ville. Une masse noire semble cependant se mouvoir et j'approche encore un peu avant de m'arrêter en ouvrant de gros yeux. Il y a une bonne centaine de mort-vivants qui approchent, ils ont suivi le bruit de la moto et je peux m'estimer heureuse que les blocks les aient déjà en partie dispersés, mais pas assez pour me permettre de passer.
Un pied dans la boue, je réfléchis rapidement à mes possibilités. D'un côté, j'ai une horde prête à me bouffer et de l'autre, un punisher qui n'attend qu'un bruit dans sa direction pour me tomber dessus. Et si je lui tombais dessus en première ?

C'est décidé ! Je vais foncer et je fais demi-tour dans la boue avant de repartir en direction des quelques maisons inhabitées. Je n'ai qu'à suivre les énormes traces dans la boue pour retrouver sa piste et une fois la route rejointe, je la suis jusqu'à une maison à vendre. Ce connard a écrit un truc sur le panneau et m'attends à l'intérieur, quelle enflure. Je vais lui montrer ce qu'il se passe quand on poursuit "un petit lapin". Il a probablement entendu le bruit du moteur mais j'en ai rien à cirer, je descends de la moto, ma lance à la main et sans me préoccuper de la grosse cylindrée garée devant la porte, je met en grand coup de pied dans la porte pour l'ouvrir. Le type est tranquille en train de fumer une clope dans un fauteuil mais ses yeux s'arrondissent lorsque je brandis l'épée nagi au dessus de ma tête avant de l'envoyer voler à travers la pièce.

L'arme se fiche dans le fauteuil à l'endroit où se trouvait son sourire il y a quelques instants et je dégaine mon sabre en lui lançant un regard noir.

- Les seuls punishers que j'apprécie sont les morts.

Depuis la chute du Fossoyeur, les bikers sont beaucoup plus discrets et je compte bien faire regrette à celui-ci de s'être montré si entreprenant. Après une rotation du sabre dans ma main, j'affirme ma prise et lui fonce dessus en levant mon arme. Le khukuri s'abat sur une lampe viking posée sur le buffet derrière lui et l'objet en question explose sous la force de mon coup.

Je réussirai bien à lui planter un truc dans le bide et tout en faisant un pas en arrière, je change de main pour avoir la droite libre et glisse un doigt sous ma manche pour le passer dans l'anneau de mon couteau de lancer. Je le tire de son étuis et le lance en un éclair. L'arme blanche se plante dans son épaule et je souris à mon tour. Ça n'a pas vraiment d'impact puisque la lame est à peine assez longue pour se planter convenablement. Mais ça le gênera forcément à défaut de se planter dans sa gorge comme c'était mon but au départ s'il avait cessé de bouger comme quelqu'un de normal.

Suite à cette agression plutôt directe, je m'attends à une riposte mais mon khukuri est revenu dans ma main droite et ma main gauche à nouveau disponible glisse à ma ceinture pour en retirer le "couteau Rambo" comme je l'appelle, histoire d'être sûre que la prochaine fois, il ne bougera plus.

[HRP] Alors, le couteau de lancer est pas super profond t'en fais pas Wink Mais comme t'as pas la compétence esquive, je me suis dit que c'était le plus réaliste Wink Libre à toi de lui envoyer un ou deux coups de poing Razz Si tu veux continuer le combat, on peut s'en souci Wink sinon tu peux réagir au fait que Dig's ne soit pas un punisher (pas sûr que tu sois au courant de cette partie du background vu qu'elle est en court d'écriture dans les event) et stopper le combat. Même si Leïa a été frappée pendant le combat, je réagirai aux coups dans mon prochain poste t'en fais pas Wink En tous cas pour le couteau, un peu de désinfectant et un strap pis ce sera bon[/HRP]

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 109
Points : 308
Date d'inscription : 12/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Dig's Halls
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 16 Juin - 10:10

Le temps pouvait se trouver être long quand on attent quelque chose. Au final peut être que le petit lapin n'osera pas revenir sur ces pas et qu'il est maintenant bien loin. D'un coté, c'est peut être une bonne chose, ça laisse une journée de plus peinard et un endroit correct pour la nuit. Bon, il doit surement y avoir mieux comme maison. Mais l'avantage c'est qu'elle ne semblait pas avoir été fouillée. Dig's finit alors sa boite de conserve et repose sa tête contre le dossier.

Il prend le temps de sortir une cigarette du paquet et les comptes... Il était neuf celui-ci mais à ce rythme, il va vite le finir... Il regarde la tige de nicotine et la tappe sur son briquet. Il ne semble pas y avoir de choix... Elle est là et ne demande qu'une chose être tranquillement consommé. Le biker reste paisiblement assis sur le fauteuil et allume la cigarette. Satané dépendance, mais qu'est ce que c'est bon.

Alors que la cigarette arrive à sa moitié un bruit de moteur dehors fait sourire le biker. Le petit lapin à finit par revenir sur ces pas... Maintenant attendons de voir. Pas vraiment le temps de comprendre, le petit lapin montre les crocs avec rage. Bon une chose est sure c'est bien une femme! Mais une putain de suicidaire à l'arme blance... Si Dig's aurait été mal intentionné et aurait une arme à feu... Elle aura déjà rejoins les morts à l’extérieur. Mais elle semble bien déterminé.

Dig's esquive juste à temps le coup de lance en bougeant du fauteuil. Toujours avec acharnement elle hurle une phrase que Dig's ne comprend pas sur le coup. La femme sort ainsi son sabre. Les Punisher... Mais de quoi parle t'elle? Pas le temps de réfléchir, il esquive un autre coup qui vient s'abbatre sur une lampe norvégienne. Mais la détermination de la femme, la fait sortir un couteau de lancer qui vient se planter dans l'épaule du Biker.

Il se roule au sol et attrape une chaise pour venir percuter la femme avec afin de la mettre à terre... Elle était armée d'arme blanche. Il n'avait pas le choix et si il la stoppait pas. Il finira vite trouer de tout les cotés. Dig's regarde la jeune femme au sol qui semble toujours vouloir en découdre... Il se recule et commence à s'énerver.

"Mais bordel de merde! Tu fais partis de ces fils de pute qui on perdu toute humanité en ce monde de merde?"

Le biker fixe la jeune femme dans les yeux, elle avait des peintures de guerre. Comme si soudainement, son esprit avait rejoins l'activité bestial de l'être humain et plus l'activité humaine basique. Il ne sait pas quoi faire pour le coup et tourne un peu en rond ce qui laisserai du temps à la femme de se relever... Soit elle serait assez folle pour désirer vraiment tuer Dig's soit elle finirait par parler. Mais le biker se souvient soudainement comment elle venait de l’appeler.

"Je sais pas qui sont tes putains de Punisher... Donc si tu veux ma peau... Soit sure mon petit lapin qu'un de nous deux va creuver ici dans cette putain de baraque... Et même si c'est moi, je te promet que même si j'aime pas frapper une femme... Que ta putain de gueule va finir aussi identique que ceux de dehors qu'ils te croiront comme l'un d'entre eux... Tu as le choix! Pose ton putain de cul et on parle! Ou alors dis moi si tu veux que je commence à t'éclater ta sale gueule de grognasse."

Dig's retire la lame dans son épaule et grimace avant de la jeter aux pieds de la jeune femme. Il sort de son jean's son poing américain et se l'enfile à la main droite... Les cartes étaient posés maintenant tout était entre les mains de la jeune femme.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 770
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Juin - 23:02

J'envoie voler la chaise sur le côté avant de me relever en pointant la pointe de mon sabre contre lui. Comment ça pas un punisher ? De toute manière, ça ne change rien à sa notre course-poursuite et je me retiens de l'achever une bonne fois pour toute d'un coup de khukuri pour laisser quelques mots passer la frontière de mes lèvres.

- Ne m'appelle plus jamais "petit lapin". Pourquoi tu me traquais ?

Parce que ce n'était pas une filature mais bien une traque et le fait qu'il m'appelle son "petit lapin" me met encore plus hors de moi. Quand il enfile son poing américain, mon regard devient encore plus méchant si c'est possible et je crache les mots suivants un à un.

- Au moindre geste brusque, je te promets que ta tête roulera sur le sol avant que tu n'ais eu la chance de m'approcher.

En effet je suis toujours armée de mon épée et du couteau assez long pour rivaliser avec certaines machettes et je ne compte pas me faire défoncer la tronche à coups de poing. Malgré qu'il soit plus grand que moi, mon allonge est supérieure et il ne pourra pas éviter indéfiniment mes coups.

- Donne-moi une bonne raison de ne pas te tuer et je range mes armes.

Heureusement pour lui qu'il est rapide, sinon mon problème aurait été terminé au premier coup de lance. En toute honnêteté, je n'aime pas particulièrement tuer les vivants mais si je dois lui trancher la gorge pour profiter d'un peu de tranquillité, ses minutes sont comptées.

Je tremble de rage et n'ai qu'une envie, régler son compte au type à bonnet dont la cigarette fini lentement de se consumer en laisser une traînée noire de brûlé sur le vieux parquet au pied du fauteuil éventré. En quelques instants, c'est vrai que j'ai retourné la pièce telle un tsunami ravageant les côtes.

J'attends sa réponse sans bouger à par ma jambe gauche dont le talon claque contre le sol au rythme de mon coeur tandis que je suis prête à lui lancer mon khukuri en sachant très bien que poing américain ou pas, mon arme fera des dégâts suffisamment importants pour le terminer au couteau. Mon sang continue de bouillir jusque dans mon visage pendant que l'arme prolonge mon bras d'un demi-mètre.

(Je ne savais pas vraiment où aller jusqu'à ta prochaine réponse mais j'espère que ça te plaira Smile )

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 109
Points : 308
Date d'inscription : 12/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Dig's Halls
Matricule n°001
I walk a lonely road
Dim 18 Juin - 9:19

E
lle n'était pas net cette femme. Elle devait avoir un gros problème pour réagir ainsi. Fallait dire qu'il avait peut être été un peu fort en se mettant en chasse de cette personne. Il fallait jouer un peu non?

D
ig's n'écoutait quasiment pas la jeune femme qui le menaçait de son arme. Elle avait l'avantage. Mais le Biker avait l'art de faire peur dans ses manières d'agir. Il savait perdument qu'un homme qui semble s'en foutre totalement ne ferait qu'augmenter le doute et la peur de la personne en face. Prouver qu'il a confiance en lui et ses méthodes. Quand on menace quelqu'un de mort, ce n'est pas l'acte le plus dur. L'esprit est perturbé, on se pose de multiples questions... Là maintenant les questions vont fuser dans l'esprit de la jeune femme... C'est partis pour une session de culpabilité, d'intimidation sans violence mais en parole.

L
e biker regarde la lame qui fait face à lui et lâche un petit sourire. Il passa son doigt sur la lame pour s'ouvrir le pouce... Il met son doigt à la bouche pour goutter son propre sang mais aussi pour arrêter la petite hémorragie.

"Hum... Au moins ça serais du rapide."

L
e biker sourit à la jeune femme et l'évite doucement pour marcher. L’ignorance qui montre face à la mort et la jeune femme... Oui, elle allait s'énerver mais ça. Il s'en moquait. Il laisse la jeune femme avec ses armes en main et ramasse la cigarette qui se consume sur le sol. Il tir dessus pour la finir et l'écrase contre un meuble.

"Je ne te traquais pas petite tigresse... Enfin au début! Après c'est devenu une traque dès que tu as commencer à vouloir lancer une course poursuite. Si je ne t'ai pas sauté à la gorge c'est que j'ai un code d'honneur à respecter. Je fracasse pas la gueule des femmes, je ne tue pas les femmes... Puis merde, c'est assez la merde dehors que j'ai besoin de réponse."

D
ig's s'installe sur le fauteuil... Il semblait en avoir rien à faire de la jeune femme et la menace des armes. Il posa ses pieds sur la table et prenait le contrôle total de l'esprit de la jeune femme... De la persuasion des plus remarquable.

"Tu penses vraiment que si je te voulait le moindre mal, je n'aurais pas agit différament qu'en t'attendant ici? Et putain tu es la plus psychopathe, des nana que j'ai vu! Je ne parle pas de ta façon de te battre ou tes maquillages de guerre... Mais putain ton entrée avec un coup de pied dans la porte... Tu courais droit dans un piège et tu était morte... Tu connaissait même pas le nombre de personne dedans!"

L
e biker se mit à rire. Fallait dire que là. Il ne se trompait pas, tout ce que la jeune femme venait de faire était du suicide pure... Elle semblait avoir confiance en elle, mais un jour tout ça lui tomberait dessus.

"Dig's... C'est mon prénom... Et toi?"

I
l n'avait pas le visuel sur la jeune femme... Il espérait qu'elle entre en toute sympathie et qu'elle range ses armes. Peut importe depuis le début, le biker ne lui voulait aucun mal... Juste parlé, échanger... Survivre. Bref, maintenant le sort est lancé et entre les mains de cette jeune femme.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 770
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Juin - 0:24

Hmm, il était bien trop sûr de lui pour faire partie de l’ancienne bande de Bruce. Maintenant, les bikers se cachent comme des rats en évitant de recroiser les survivants avides de vengeance. Non ça parait logique ce qu’il dit. Mais j’aime pas son raisonnement et son air à ce grand con. Je fais des moulinets avec mon épée en me plaçant face à lui avec assez d’espace de chaque côté de moi pour pouvoir me défendre en cas de besoin. Si jamais il m’attaque, il me suffira de trancher dans le vif tout ce qui approchera.
Son histoire de piège potentiel en revanche me fait bien rire. Comme si quelqu’un allait se donner toute cette peine juste pour attraper une nana qu’il n’a jamais vu.

- Tu vas aussi me dire que tu as caché tes copains dans le réservoir de ta bécane ?

Non mais sans déconner. Il m’énerve tellement ! Ou bien je devrais peut-être me calmer, c’est rare que je me fasse traiter de psychopathe mais il n’a pas tout à fait tort. C’est vrai que je l’ai agressé en première, d’un autre côté, il peut s’estimer heureux que je ne l’ai pas juste flingué à travers une fenêtre mais je voulais mon effet de surprise.

- Je mourrai avant de laisser un autre biker me capturer.

Le “autre” m’a échappé mais il m’embrouille avec toutes ses histoires. Par contre, je finis par me calmer et je l’écoute avant de répondre honnêtement à sa dernière remarque.

- En général, je suis plus efficace quand il s’agit de tuer des gens que pour le repérage.

C’est vrai, faire le tour du bâtiment et vérifier toutes les foutues entrées et sorties, c’est loin, mais alors très loin d’être mon genre. Mon délire c’est l’entrée fracassante s’il y a des survivants, leur courir après pour les terminer est très excitant comme activité. Il me lance son prénom, ou bien son surnom ? Dig’s ? C’est le premier que je rencontre mais au moins il a l’air de savoir ce qu’il veut, ça se voit dans son regard.
Sous son influence, je finis par ranger mon arme dans son fourreau avant de me baisser pour récupérer d’un mouvement fluide mais extrêmement rapide le couteau de lancer tombé au sol. Je me sens mieux maintenant que je suis équipée et finalement, je lâche mon surnom tandis qu’il me tourne encore le dos.

- Skywalker.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 109
Points : 308
Date d'inscription : 12/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Dig's Halls
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 20 Juin - 9:31

C'est que la lionne pouvait avoir de l'humour dit donc... Dig's ne put s'empêcher de sourire à la remarque de la jeune femme qui semblait petit à petit à bout de nerf. Au moins elle savait peut être s'amuser autrement qu'avec des armes et des menaces. Le Biker profita de tout ça pour détendre l'atmosphère.

"Et bien! C'est qu'elle peut faire de l'humour! Non le réservoir était trop petit pour eux... Je préfère les laisser dans ma tête."

La langue de la jeune femme semble enfin un peu se délier. Petit à petit, elle se lâche et permet à Dig's de mieux comprendre toute ses réactions. Elle semblait avoir un traumatisme avec les bikers et vu le style de Dig's, sa moto ainsi que la petite course poursuite. Il pouvait mieux comprendre pourquoi elle avait essayer de le tuer.

"Je comprend mieux, y'a un fils de pute de biker qui t'a capturé... Bah écoute, je suis pas ce genre de biker... Enfin, je pourrais te capturer si mon club me le demande mais en général c'est pour assurer ta protection. Chez moi, on touche pas les femmes et on leur fait encore moins du mal."

Le biker se pose donc dans le fauteuil entaillé de la lance. En prenant soin d'y retirer l'arme et la redonner à la jeune femme. Cela prouverai alors toute sa bonne foi de ne pas lui faire du mal. Il ne comptais aucunement lui en faire et ça depuis le début. Mais il pouvait comprendre que dans ce monde actuel... La confiance est une chose qui se gagne, le biker était pareil. Bien qu'un peu suicidaire parfois dans ses manières de faire. Il n'était pas à sa première entaille ou balle reçu. Il sourit alors quand elle lui dit, qu'elle était meilleur pour tuer que pour faire du repérage.

"Chacun à le droit à ses défauts... Moi soit rassuré, tu ne crains rien ici. Donc ton repérage aura été inutile vu que tu m'aurais vu installer dans mon fauteuil. Comme quand tu as fait une entrée à la police en pleine perquisition."

La jeune femme finit par lui donner son surnom ou alors son nom... Il essaya de ne pas rire... Mais ce ne fut pas possible. Cela lui faisait tellement rappeler l'ancien monde! Le temps où tout vivait par les médias, par le cinéma et les diverses culture. Ce "nom" avait une connotation purement geek, mais elle faisait tellement référence à diverses choses.

"Comme Luke? Annakin? Leïa? Que la force soit avec toi ma petite! Heureusement que tu n'avais pas un sabre laser en entrant."

Il n'y avait rien de méchant dans la remarque de Dig's bien au contraire... Il fallait bien un peu d'humour dans ce monde macabre et en pleine désolation. Il prit son paquet de cigarette de son jean's et l'ouvrit vers "Skywalker".

"Tu fumes? Si oui sers toi... Installe toi mais avant... Il vaudrait mieux fermer cette porte que tu as ouverte et peut être y mettre un meuble devant. Ou nous allons avoir des invités surprises assez affamées."

Dig's avait cette manière de calmer le jeu rapidement... Faire en sorte que la personne ai confiance en lui... Il sait jouer sur les sentiments et les nerfs des gens. Il connait parfaitement les techniques pour permettre aux gens de prendre le temps de réfléchir. Parfois même, il était arrivé à les persuader de faire des choses qu'ils n'aurait jamais put faire. Sa méthode est connus, on la nomme: La méthode de Benjamin Franklin.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 770
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 7:32

Bah oui je fais de l’humour, tu crois quoi connard ? J’ai vingt-cinq ans, pas quinze et j’ai un don pour envoyer des remarques cinglantes, c’est probablement ce que j’ai le plus fait avant l’apocalypse. Je réponds à sa deuxième remarque, d’un autre côté, il tend le bâton pour se faire battre.

- C’est sûr qu’il doit y avoir plus de place dans ton énorme ego petit prince.

Et biiiim ! Leïa tire, et marque ! Je ne sais pas s’il voit où je voulais en venir tellement je ne suis même pas sûre de ma référence mais qu’importe ? De toute manière je m’amuse et je retiens un commentaire sur son bonnet. Et youhouuu il touche pas les femmes. De toute façon, il peut toujours essayé, surtout après m’avoir rendu ma lance. Par contre, je penche la tête sur la droite en affichant l’air de “T’as bien raison” quand il se fout de ma gueule avec mon surnom.

- T’es pas si loin de la vérité.

Hors de question de lui avouer que mon vrai prénom est Leïa après ça mais au moins, il a un indice auquel il pourra réfléchir plus tard. Avec un mouvement de la tête, je refuse sa proposition de cigarette, je préfère garder mes poumons en bonne santé avec le cardio qu’il faut faire maintenant.

- Désolé, je ne fume que de l’herbe. Le tabac c’est trop mauvais pour les poumons. Malheureusement, il n'y a plus de weed depuis des lustres.

Eh oui ! Je ne fume que du cannabis et je doute fortement qu’il en ait malgré son air de voyou. J’ai pas vu de pocheton depuis un an quand un type nous a sorti une espèce de beuh planté dans des zombies qui nous a arrachés mon frère et moi. Faut reconnaître que la beuh était absolument dégueulasse, mais on a marché de travers pendant deux jours après ça. Pas sûr que ça ait été si bon à la santé finalement…
Pour rassurer la princesse, je ferme la porte d’un coup de pied histoire de ne pas avoir d’invité surprise. C’est vrai que ce serait préférable de rester seulement deux, j’ai assez d’un biker à gérer et celui-ci est une vraie anguille.

[HRP]Désolé pour la longueur du poste ! Je n'osais pas aller trop loin et je voulais te laisser la possibilité de proposer un joint de la paix Razz Sait-on jamais Ange Dans tous les cas ma prochaine réponse sera plus longue promis ![/HRP]

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Red Dead Redemption
» Speed-Dating Lou ♣
» Need for speed world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum