Social Club Ft. Colin



InformationsContact
avatar
Messages : 147
Points : 522
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Samara Gibson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 15 Juin - 19:56

C'est ma chanson préférée qui résonne dans mes écouteurs enroulés autour de mon cou. Depuis que Logan et Ice me sont tombés dessus dans une maison, j'évite de les mettre directement dans mes oreilles car si cette rencontre s'est avérée extrêmement positive, il vaut mieux éviter de reproduire ses propres erreurs. Je fais donc un minimum d'efforts pour ne pas faire de bruit en entrant dans cette maison perdue au milieux des bois.

À chaque fois que j'entre dans ce genre d'endroit, je me demande comment les gens d'ici faisaient pour capter internet au milieu de tous ces arbres, mais ce n'était probablement par leur problème le plus important. Je pousse la porte d'entrée et fais un pas à l'intérieur avant que mon odorat ne soit saisi d'une odeur particulièrement dégueulasse. En me pinçant le nez, je me tourne vers le divan du salon dans lequel sont assises deux personnes.

Rien ne bouge, pas même les mouches et je ne vois que deux crânes avec de la peau morte et explosée en partie au dessus. Beeeeuuuurk ! En combattant mon dégoût pour ce genre de truc, je contourne le salon pour me placer face aux deux corps, Aux pieds du plus gros, il y a une espèce de vieille carabine mais je ne m'y intéresse pas, j'ai déjà un fusil au top de la technologie à l'épaule et vu la tronche que tire l'arme, s'il est encore fonctionnel, ce ne sera plus le cas très longtemps. Pis la guerre est finie donc je vais pas m'encombrer avec ça.

D'un geste dont la rapidité a été encouragée par mon dégoût des deux cadavres en état de décomposition avancée, je saisi une feuille pliée en deux déposée sur la table basse et m'affale dans la rocking-chair face à eux pour lire les lignes finement écrites à la main. Ça se voit au style de la maison que les gens étaient vieux et finalement, tant mieux parce qu'une lettre imprimée avec une Cannon n'aurait peut-être pas tenu jusqu'ici. Il y a quand même des zones un peu floues mais le tout est compréhensible.

Code:
Désolée pour tout Angelica,

Tu resteras à jamais dans nos coeurs, mais Dieu nous a oublié. Puisse-t-il nous pardonner. Nous espérons que tu auras réussi à quitter Atlanta, la coupure de téléphone nous a réellement inquiété. Ici, les morts ont commencé à se relever depuis une semaine déjà et les choses empirent.

Nous avons assez vécu, nous voulons partir dignement et cette apocalypse n'est pas la notre, le nouveau monde qui suivra non-plus mais nous te souhaitons d'y participer. Tu vas reconstruire ce monde et ça sera merveilleux !

Nous sommes désolés de ne pas avoir attendu mais dans l'éventualité où ta mère ou moi serait mordue, nous ne voulions pas prendre le risque de nous transformer.

Nous t'aimerons où que nous soyons, ne perd jamais espoir.
Mama y papa.

Hmm, c'est rigolo cette tournure à la fin, des hispaniques ? J'essuie une petite larme avant de reposer tranquillement la lettre à sa place puis me réinstalle dans le fauteuil. L'envie de fouiller la maison m'a abandonné, ces gens se sont préparés et c'est toujours un choc attristant pour moi de réaliser que certaines personnes ne tiennent pas autant à la vie que moi. Mais au moins, ils ont l'air en paix.

- Je suis désolée mes cocos. Je peux pas vous enterrer, si jamais votre fille vient, elle mérite de savoir. - après une courte pause - Pffffffff.... Qu'est-ce que je suis sensée faire ? Angelica ne viendra probablement jamais. T'en penses quoi mama ?

La dite mama garde ses orbites crâniennes tournées vers le plafond et n'a pas l'air plus avancée que moi.

- Y tu papa ?

Le papa non plus n'a pas l'air bourré d'idée.

- Ça vous embête si je fais un petit tour ? Je veux pas déranger mais... enfin voilà quoi.

Je suis pas ici pour faire du social et je ne veux pas rentrer les mains vides. Du coup, je saisi le stylo bic posé sur la table et un bout de papier avant d'écrire une note.

" Je suis tombée sur vos parents. Voulais que vous puissiez dire au revoir. Je me suis permise de récupérer quelques trucs dans la maison, veuillez m'en excuser. "

La politesse est toujours de mise dans ce genre de situation et après avoir glissé ma note dans le pli de la lettre, je me relève pour grimper l'escalier grinçant jusqu'à l'étage où je trouve un couloir dont toutes les portes sont ouvertes, tout est impeccablement bien rangé, comme s'ils avaient préparé la maison pour les prochains occupants. C'est dommage que les fenêtres fermées aient gardé l'odeur mais je suppose qu'ils voulaient éviter les infiltrations d'eau et les insectes qui ont élu domicile dans les murs de beaucoup de maisons désormais. Ça n'a jamais été aussi facile de défoncer une porte.

En passant devant une fenêtre, je remarque un mouvement à l'extérieur mais rien d'inquiétant, probablement un animal vu la taille. Je reprends mon exploration et trouve dans les tiroirs tout un tas d'objets inutiles pour le camp. Mais un truc attire mon attention, un album photos posé en évidence sur la table de chevet de la chambre parentale. Je m'assieds sur le lit avant de prendre le livre entre mes mains pour tourner les pages tout en observant la famille s'agrandir et évoluer, les animaux de compagnie, les anniversaires, les vacances. Ils semblaient si heureux.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 148
Points : 709
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Juin - 20:03



Social Club


À chaque pas qu'il faisait dans cette forêt, Colin se félicitait d'avoir laisser sa camionnette à la lisière du bois. Elle n'aurait jamais passé les arbres, et le sols aurait sûrement eut raison des pneus. Il tricotait avec ses courtes jambes, essayant de ne pas traîner trop loin derrière ses deux compagnons, Nessie et Pooka.

Pooka était une Border Collie, qui avait appartenu à l'éducateur canin avant l'apocalypse. Elle n'avait que trois ans, mais était d'une intelligence remarquable, et bien dressée. Il avait cru la perdre quand les rôdeurs avait submergé sa ferme, mais elle avait survécu. Leurs retrouvailles avaient été chaleureuses, et Colin adorait ses deux compagnons.

Une maison se dessinait, loin devant lui. Avec un sourire, il pensa que tout ça se s'était peut-être pas fait pour rien. Une fois proche de l'habitation, il siffla ses chiens pour les ramener à lui. Une fois l'étrange équipe réunie, Colin commença à donner des ordres.

« Pooka, va voir. »

C'était un ordre plutôt simple, qu'il travaillait depuis la semaine dernière. La chienne devait s'approcher de l'endroit désigné, et revenir si quelque chose ou quelqu'un s'y trouvait. Elle aboyait sinon. Elle se mit en route prudemment, avec Nessie qui trottinait joyeusement pour la rejoindre. Colin tappa contre sa cuisse, et ordonna :

« Nessie, au pied. »

Avec sa mine dépitée, la petite créature retourna dans les jambes de son maître. Il avait beaucoup grandi depuis que Colin l'a trouvé, mais reste quand même un chiot, pour le moment. Selon les estimations de l'éducateur, il allait sur ses quatre mois, soit la période adolescente. Heureusement que Pooka serait là, il risque de refuser d'obéir pendant quelques temps. Colin se pencha vers le chiot pour le féliciter tout en couvant son autre Border Collie d'un regard inquiet.

Elle passa devant la maison, sembla en faire le tour, puis revint vers l'écossais. La maison n'était pas vide, il pouvait en être certain. Le plus discrètement possible, secondé par Pooka et talonné par Nessie, il s'approcha de la porte d'entrée avec son arbalète prête. À l'intérieur, une jeune femme lourdement armée et deux cadavres. Il tenta la diplomatie :

« Bonjour ! Vous pouvez poser votre arme s'il vous plaît ? »


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 147
Points : 522
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Samara Gibson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 23 Juin - 6:36

Un homme entre dans la pièce tandis après que je sois retournée dans le salon. Ne l'ayant pas vu entré, je sursaute lorsque j'entends sa voix et relève immédiatement la tête pour voir de qui il s'agit. C'est un monsieur-de-petite-taille ! Trop cool j'adore la diversité !! J'affiche un grand sourire et attrape le fusil qui reposait sur mes jambes en guise de table pour le déposer sur le sol à côté du fauteuil avant d'écarter les bras en signe de bienvenue.

- Salut !

Je remarque alors les deux chiens dont un jeune qui le suivent avec entrain, incroyable ! Il a une vraie petite troupe ! Je suis stupéfaite et ça doit se voir sur son visage. Mais j'ai toujours eu des chiens et je sais que certains peuvent être protecteurs avec leurs maîtres, et comme j'ai toujours été très démonstrative, je peux leur faire peur.

- Est-ce qu'il sont gentils ? Je peux les caresser ?

Tout en me relevant, je tends la main à l'homme en souriant avant de me présenter dans les formes comme je le fais toujours. La politesse et la bonne humeur, c'est ce qui fait que personne ne me tire dessus avant de m'avoir écouté.

- Je m'appelle Samara Gibson mais tu peux m'appeler Sam. ! Enchantée !

Les nouvelles rencontres c'est mon dada, ma raison d'être et sans cela, le monde serait si morne qu'il n'apparaîtrait à mes yeux qu'en nuances de gris, alors que le nouveau venu et sa meute de deux chiens sont tellement colorés qu'ils soivent lancés des arcs en ciels à l'extérieur... Mais je m'égare et après lui avoir serré la main avec vigueur, je pose un genou à terre pour grattouiller les deux animaux derrière les oreilles en grommelant comme on le fait aux bébés.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 148
Points : 709
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 2:27

Pour la première fois depuis des mois, Colin croisait quelqu’un qui partageait sa vision des choses. Il avait toujours été gentil envers ceux dont il avait croisé la route, ne récoltant généralement que des regards noirs. Lorsqu’elle lui demanda si elle pouvait caresser les chiens, Colin se tourna vers son Border :

« Pooka, gentil. »

La chienne laissa rapidement de côté son attitude méfiante pour se ranger près de son maître, dans le but non dissimuler de récupérer des caresses, voir pourquoi pas une friandise. Avec un air désolé, il s’adressa à la survivante :

« Je ne peux rien garantir pour Nessie, il n’est pas encore très bien dressé. Par contre, celle-là ne vous fera aucun mal. »

Il ne jugea pas utile de le rajouter, mais la suite allait d’elle-même : tant que vous ne tentez rien contre nous. Il saisit la main vigoureuse que lui tendait la jeune femme, et la serra en se présentait :

« Colin MacFarlane. »

L’écossais la laissa gratouiller derrière les oreilles de ses chiens, estimant qu’elle lui faisait assez bonne impression. Alors que les deux compagnons canins commençaient à se laisser faire, il lui demanda :

« Il y avait des choses utiles ici ? Je suppose que vous n’étiez pas là uniquement pour tenir compagnie aux macchabés. »

Les deux corps aux orbites vides mettaient le petit homme très mal à l’aise, d’autant plus qu’ils étaient plus haut que lui. Il était à peu près sûr que Sam n’avait rien à voir avec leur décès, mais ça restait deux cadavres pourrissants dans un salon vieillot.

« Vous ne voulez pas qu’on les enterre ? Ils seraient peut-être mieux dans une tombe, non ? »

Son poignet commençait à se remettre, et il se sentait assez en forme pour déplacer des corps dans des trous, et même creuser lesdits trous. La dignité humaine l’avait toujours fait se surpasser.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 147
Points : 522
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Samara Gibson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 26 Juin - 7:50

Aaaaaanh son chien s'appelle Pooka c'est trop mignon ! J'ai envie de prendre le petit chien et de me sauver en courant tellement j'aime les animaux mais il a l'air de savoir ce qu'il fait avec eux. Bien sûr que non je ne vais pas les attaquer, je n'ai pas vu de chien depuis un bail et même si la biquette de Ice mon voisin est vraiment cute, c'est pas comme deux chiens. On n'a que des animaux de ferme à Fort Hope.
Je continue de caresser les braves animaux en l'écoutant : le second chien s'appelle Nessie, et lui est Colin MacFarlane, ouch !

- Si tu n'es pas écossais, je ne suis pas américaine ahahahah !!

Avec un nom comme ça, c'est comme moi qui me traîne Gibson... des noms qui participent aux stéréotypes comme les russes avec leurs prénoms en -off ou les Smith. Il faut toujours qu'il y en ait un dans la classe et du coup pour rigoler, je me relève et pose une main sur la moitié de mon visage avant de lever l'autre en hurlant.

- FREEEEEEEEEDOOOOOOOM ! -
et après une pause - William Wallace t'as saisi ?! Je suis trop une fan de Braveheart !

J'ai envie d'ajouter que nous aussi on a résisté aux tuniques rouges mais d'un autre côté, la guerre de sécession était plus une guerre de libération pour le côté afro de ma famille donc on n'en parle pas, la révolution écossaise par contre je kiffe !

- J'ai pas particulièrement fouillé en fait mais c'est possible qu'il reste un ou deux trucs.

Genre des petits lu dans un placard ou un marteau s'il en a besoin. J'en sais trop rien en fait je ne me suis pas posé la question depuis que je suis tombée sur les deux personnes âgées décédées depuis deux. Il me demande quoi faire avec eux et a l'air déterminé à les enterrés avant que je lève la main en signe d’apaisement.

- Non laisse-lez comme ça, ils sont les deux et ils attendent leur fille.

Je lui souris tranquillement en disant ça et sait que ces deux personnes préféreraient probablement rester là au cas où leur fille rentre un jour plutôt que dans une tombe. Enfin je crois... Je reporte mon attention sur l'homme face à moi et commence à marcher vers la porte.

- Si tu veux venir avec moi, j'habite avec des gens plus loin dans Grosse Pointe, petit quartier sympa avec une barricade, des règles, un registre des sorties et des tours de garde. C'est assez cool dans le fond tu pourrais t'y plaire et tes chiens auraient un espace pour gambader sans risque... Pour ce qui est de la maison... Je préférerais que tu touches pas trop si ça te dérange pas, à moins que tu trouves un truc de vraiment intéressant, j'ose croire que leur fille est toujours sur la route pour venir.

C'est probablement complètement stupide de croire en ça mais bon qui sait ? De toute manière il y a pas mal de maisons et s'il accepte de me suivre, il trouvera mieux au bout du chemin. Je sors finalement de la bâtisse avant de m'arrêter.

- Zut mon fusil !

Je cours à l'intérieur et ramasse l'arme oubliée au pied du fauteuil avant de ressortir pour commencer à marcher en direction du camp.

[HRP] Je ne sais plus si tu voulais venir à FH mais dans ce cas, on peut continuer le rp jusqu'au camp, sinon on peut arrêter là c'est comme tu veux Smile[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 148
Points : 709
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 16:17

La bonne humeur de Samara renforçait celle de Colin. La jeune femme devait en exaspérer plus d'un, mais son caractère était étrangement compatible avec celui de l'écossais. Il s'imagina un instant ce que donnerai une rencontre entre Carter et Samara. Ils étaient aux antipodes, et même plus loin.

L'imitation de William Wallas le poussa à regarder par la fenêtre pour vérifier qu'aucun zombie n'avait été attiré. Cela ne semblait pas être le cas. Un souvenir lui revint, et il le partagea doucement, avec un sourire rêveur.

« Je suis allez le voir au cinéma quand il est sorti avec ma femme, et techniquement mon fils. Elle était enceinte à l'époque. »

Ils venaient tout juste de rentrer à Detroit, et travaillaient dur pour remettre en place la ferme des parents de Colin. Ils avaient décidé de prendre leur soirée pour aller voir Braveheart, malgré le ventre prohéminent d'Aileen.

Entre les deux survivants, l'ambiance redevint plus sérieuse dès qu'il fut question des deux cadavres et de la fouille de la maison. Le petit homme avait l'impression que c'était devenu une sorte d'instinct chez les survivants de l'apocalypse. Sa compagne d'infortune ne semblait pas vouloir enterrer les corps, et il dut donc s'y résigner.

« Si tu le dis. Je n'y arriverai pas tout seul, de toute façon. »

Il lui montra son poignet, encore bloqué dans une attelle. Il n'était pas sûr que ce soit très utile, mais il préférait ne pas prendre de risque.

Quand elle lui parla de rejoindre un groupe, il se sentit emballé. Les contacts humains lui manquait, et même s'il avait ses deux compagnons canins, une bonne discussion de temps en temps ne lui aurait pas fait de mal. Il y avait Connor, mais rien ne l’empêcherait de continuer à le chercher tout en étant dans un endroit fixe.

« J'en suis. »

Tant pis pour la fouille de la maison, il la suivi quand elle sortit, rappelant ses deux chiens. Le petit groupe se mit en route, une fois que Samara eut récupéré son fusil.

« J'ai quelques affaires et une camionnette garée à la sortie de la forêt, tu veux m'accompagner ? »



_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 147
Points : 522
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Samara Gibson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 3 Juil - 21:15

Une camionnette ? Avec pedobear à l'intérieur ?

- Tant que tu me donne pas de bonbons ça va le faire ! Ahahah

Bah oui je suis pas folle et faut reconnaître que le coup de la camionnette, ça faisait bien longtemps qu'on ne me l'avait pas fait. Mais vu qu'il a deux chiens avec lui, je suppose que c'est bien possible et commence à marcher à côté de lui pour discuter en caressant les chiens lorsqu'ils passent à ma portée.

- Tu faisais quoi avant tout ça ? Agriculteur ? Les deux chiens, la camionnette...

C'est plausible et j'adore essayer de deviner les vies antérieures des gens que je rencontre. M'sieur MacFarlane pourrait bien être un éleveur, beaucoup utilisaient encore des chiens par intérêt ou passion pour les troupeaux pas trop gros. Je le vois bien en digne écossais avec ses deux chiens et son bâton de berger en train de veiller sur ses moutons.

- Sur la route, ce serait cool que tu me dises d'où tu viens, comment tu t'es retrouvé en route pour Detroit et si tu as déjà tué des gens.

Je dis ça avec un grand sourire parce que personnellement, je ne tue personne d'encore vivant et c'est en général Ice ou Logan qui s'occupent de ce genre de tâches. Je récupère des trucs, participe à l'effort et eux tuent des gens pour nous défendre. Mais je ne peux pas ramener Colin comme ça au camp sans lui avoir posé les questions de forme même s'il est libre de me baratiner, je m'en fout de toute manière. J'ai déjà du faire le deuil de ma popularité quand l'univers qui me définit a cessé d'être le truc le plus hallucinant au monde et que tous mes fans se sont fait bouffés en courant dans la rue en lançant des licornes peluches. ENfin... j'espère que c'est ce qu'ils ont fait.
Mine de rien, plus personne ne me connait maintenant, c'est triste quand même.

- On va être amis Colin !
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 148
Points : 709
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 20:04

« Si j’avais trouvé des bonbons… »

Pas que Colin ai la dent particulièrement sucrée, mais il était nostalgique de son ancienne consommation de Fisherman, que certaines mauvaises langues auraient qualifiée d’addiction. L’écossais se demanda s’il en restait encore, et s’ils avaient une date de péremption. Il allait le demander, mais elle lui posa une nouvelle question sur sa vie d’avant. Il commença avec une voix enjouée.

« J’étais dresseur canin. Et je tenais une ferme pour chien militaires à la retraite aussi. J’ai tenu quelques mois là-bas, et un jour on a été submergés par les zombies. Du coup je suis partit pour Detroit, c’était pas loin. Et je cherche mon fils depuis. »

Le ton était devenu plus sombre à mesure qu’il parlait de sa ferme perdue. Mais il eut une petite note d’espoir en demandant :

« Je vous ai pas dit que j’avais un fils ? Connor MacFarlane. Il me ressemble un peu, enfin, en plus grand. Il a déménagé à Detroit… Je l’ai pas revu depuis. »

En essayant de se reprendre, il fixa ses deux compagnons de route. Il n’avait jamais remarqué à quel point Nessie avait l’ai sale. Peut-être qu’il aurait enfin une occasion de le laver, une fois installé avec eux dans la communauté de Samara.

« Et non, j’ai jamais tué personne. Pas vivant, et rarement morts-vivants. »

En fait, juste deux. Dont il se souvenait encore du visage. Il avait beau savoir qu’ils ne ressentaient rien d’autre que le besoin imminent de le transformer en burritos au nain, il ne pouvait s’empêcher de voir les humains qu’ils avaient été.

« Et toi ? »

Il ne restait pas beaucoup de chemin jusqu’à la camionnette, mais ce serai probablement suffisant pour qu’elle lui en dise un peu plus sur sa vie.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 147
Points : 522
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Samara Gibson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 10 Aoû - 22:58

Je souris de toutes mes dents quand Colin me raconte en partie sa vie d'après la fin du monde et un immense soulagement me prend quand il m'annonce n'avoir jamais tué personne.

- Je suis désolée pour ton fils, je suis de Detroit mais je le connais pas, tu sais où il habitait? Je pourrai t'y emmener si tu veux, j'ai pas besoin de gps en ville.

Tout en lui lançant un clin d'oeil, je réfléchis quand même à la description physique. Oui je sais que les nains ne font pas forcément des nains, donc son fils doit être de grande taille. Après, je suis physionomiste mais pas au point de me souvenir de tous les visages de Detroit... Et Macfarlane ne me dit rien.

- En tous cas c'est parfait si tu ne tues pas les gens! Mon chef cherche des combattants mais ça ne doit pas se faire au prix de notre humanité! Je demandais surtout pour voir tes yeux en fait, je sais quand les gens mentent et j'ai un peu peur des tueurs je t'avoue...

Il me retourne la question et la frustration me prend tandis que je repense à l'attaque sur les punishers.

- Pas jusqu'à il y a peu mais j'étais dans l'attaque d'un groupe qui... qui rançonnait les autres on va dire? Avec la violence qui va avec. J'ai tué un garde pour permettre à un type de poser une bombe sur leur portail et je m'en veux encore quand même.

C'est vrai que c'est difficile à vivre et malgré moi, j'ai un peu de mal à ne pas bouder Logan de m'avoir entraîné là-dedans... Heureusement que tout est plus calme maintenant!
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 148
Points : 709
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Aoû - 13:17

L'écossais cacha la déception qu'il éprouvait derrière un masque, pour ne pas que Samara se sente coupable.

"Il habitait juste à coté du campus, j'y suis déjà aller et c'était vide. Mais c'est pas grave... Je demande toujours au cas où."

Depuis le début de l'apocalypse, il l'avait demandé à tout ceux qu'il avait croisé, et la réponse n'avait jamais été positive. Il commençait à s'habituer. Avec un haussement des épaules, il continua d'écouter la jeune femme lui parler de son futur chef de groupe. L'attaque qu'elle évoquait lui semblait familière.

"C'était à l'usine de General Motors ?"

Sa détermination à rejoindre le groupe venait de descendre en flèche. Il n'avait pas envie de se retrouver impliquer dans une sorte de guerre de clan, où il serait obligé de massacré des gens à tour de bras. De toute façon, il n'en serait pas physiquement capable. D'un ton moins jovial que jusqu'alors, il expliqua :

"Je dormais avec Nessie dans ma camionnette quand c'est arrivé. J'ai passé la nuit à vous écouter, et j'ai foncé sur les lieux le lendemain matin, dès que les tirs on cessé."

Il allait entamé une description des lieux à la façon d'un conteur d'histoire d'horreur, mais l'expression de Samara l'en dissuada. Elle avait l'air de s'en vouloir d'avoir participé à l'attaque, et n'avait clairement pas besoin que quelqu'un vienne retourner le couteau dans la plaie. Toujours calme, il essaya de trouver quelque chose de plus rassurant à dire.

"C'est fini au moins maintenant. Les choses devraient être plus calmes."

Il ne savait pas si cela la ferait se sentir mieux, mais il choisit de se taire pour le reste du court trajet. Moins d'une minute plus tard son véhicule était en vue.

"C'est là, tu me guide jusque là bas ?"

_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 147
Points : 522
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Samara Gibson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 17 Aoû - 17:42

Plus calmes? Oui ça on peut le dire! Tous les combattants du camp ont l'air de s'ennuyer sec maintenant et même mon voisin super-viking a le temps de venir chercher sa biquette chez moi tellement il se fait chier. Bientôt, je vais organiser la fête du village pour Fort Hope si ça continue. Au moins, Colin a la gentillesse de changer de sujet et pour lui faire plaisir, je reprends mon sourire en m'arrêtant à côté de sa camionnette.

- Eh nous y voilà. Je te promets qu'il n'y a plus de guerre nul-part dans Detroit maintenant. Après si tu hésites à rejoindre un groupe comme le miens, je ne te forcerai pas, je n'aurais jamais dû participer aux combats. Au moins, accompagne-moi et on demandera aux gens pour ton fils. C'est un bon endroit pour tes recherches.

Après tout, Fort Hope représente tout de même la plus grosse concentration de survivants du coin et si quelqu'un a vu le fameux Colin, il sera probablement à Grand Marais. Il faut avouer que ses chiens sont trop adorables et on voit que je les adore puisqu'à peine descendue de l'auto, je mets un genou à terre pour gratter les bêtes derrières les oreilles et les papouiller tout en discutant avec leur maître.

- Qu'est-ce que t'en dis ? Un lit, une bonne douche, un repas chaud, tu poses tes questions et après une discussion avec notre chef, tu décides si tu restes ou non ? Perso, on m'a filé une maison quand je suis arrivée donc t'en auras une aussi! Et je suis sûre qu'un type capable de dresser des chiens sera bien accueilli.

Après tout, si on pouvait avoir des chiens de garde pour éviter toute surprise sur le camp, ce serait merveilleux non?
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Social Club Ft. ColinPage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M/FAMILY) COLIN MORGAN + brother, tell me what we're fighting for
» Club de medecine
» Nouveau contrat social
» Club de Shogi
» Achats groupés club?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum