Hide and seek ft. Leïa



InformationsContact
avatar
Messages : 17
Points : 148
Date d'inscription : 13/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Juin - 4:38

Il était une fois, une jeune princesse des plus malignes qui aimait s’aventurer dans des contrés lointaines. Elle n’avait que faire des dires de sa nourrice, elle en avait marre de rester en place. Elle avait donc décidé d’affronter la neige et le froid toute seule, comme une grande. Bon d’accord, la dite nourrice avait décidé de la suivre, mais ce n’était pas bien grave, la princesse avait de l’imagination à revendre et elle arrivait à oublier qu’elle était suivit à la trace.

Dans ce monde lointain peuplé de créatures mesquines assoiffées de sang se cachait plein de petites merveilles abandonnées. Il fallait simplement savoir chercher et notre petite princesse adorait cela. Du moins, jusqu’à ce qu’une créature émerge des ténèbres et la face reculer, reculer rapidement, courir même. Sauf qu’une fois qu’elle courrait, une autre la fit bifurquer et ensuite une autre et ensuite, le calme plat. Elle appréciait le calme, le calme, c’était la vie. Du moins, jusqu’à ce que la petite princesse se rende à l’évidence… elle avait perdu sa nourrice.


Oh oh…

Oui bon d’accord, j’aurais pu trouver mieux à dire que ça, mais sérieusement, elle était où Abby ? Parce que j’avais beau tourné sur moi-même, rien à faire, elle ne se montrait pas. Je n’avais pas couru si vite, non ? Elle était où ? Hésitante, j’avais décidé de rebrousser un peu chemin, mais une créature coincée dans la neige me fit sursauter. D’accord, c’était terminé l’aventure pour aujourd’hui, j’en avais assez eux, je voulais rentrer maintenant. C’était ça le plan : rentrer. Si j’étais séparée d’Abby, fallait que je retourne à notre dernière cache, mais vite comme ça, à nez levé… je ne savais même pas où j’étais. Ça irait, je trouverais. Je n’allais quand même pas demander mon chemin à un mort, il n’allait pas savoir me répondre ou s’il le faisait… je n’étais pas assez morte pour comprendre le mort. Donc… marcher et tenter d’être le plus discrète possible. C’était ça le truc avec les méchants, qu’ils ne vous voient pas, ne vous entendent pas et ne vous sentent pas. Ça irait, tout irait bien… oû pas. Il faisait froid en prime, je n’aimais pas le froid, la faim, la fin du monde… oui bon d’accord, c’est peut-être trop demandé de gérer la fin du monde pour moi.

Je tentais donc de rebrousser chemin, mais en prenant de nouveaux chemins. Parce que j’avais peut-être onze ans, mais je n’étais pas totalement stupide, je venais d’éviter des méchants, je n’allais pas retomber dessus, même si ça voulait dire ne pas croiser Abby toute suite. Au moins, je faisais l’effort de la chercher, tout en sachant qu’elle me cherchait. Elle me l’avait promis. Elle m’avait promis de me chercher si elle me perdait. J’avais quelqu’un sur qui compter. C’était ça l’important dans l’histoire.

Finalement, j’avais enfin trouvé Abby. Bon d’accord, pas exactement, mais j’avais entendu des bruits de pas rapides et ça, c’est pas les méchants, c’est Abby. Parce que les méchants, c’est lent. Sauf qu’une fois le coin de rue tournée, j’étais pétrifiée, stupéfaite, je ne bougeais plus. Parce que oui, c’était des pas de vivants, mais ce n’était pas Abby. C’était une dame, à l’allure… pas très sympa. Non sérieusement, elle avait des cheveux, des yeux, mais elle ressemblait un peu à un homme de Cro-Magnon, mais en femme et sans le pagne, parce que le pagne, c’est ventilé dans les extrémités et qu’il ferait froid pour la dame. Je sais pas comment l’expliquer. Elle était… clairement pas gentille, voilà. Bon, peut-être que si, mais ça ne paraissait pas. Alors, ouvrir la bouche, la refermer. Je n’arrivais plus à parler depuis belle lurette, mais au moins, ma mâchoire fonctionnait ! Fallait vérifier parfois. Je faisais quoi là ? Courir ? Marcher ? Peut-être que si je ne bougeais pas, elle allait partir d’elle-même… Faudrait espérer. Elle était où Abby hein ?
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 468
Points : 260
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Juin - 6:39

- Fichue gamine !

Je tourne sur moi-même en transformant la neige à mes pieds en boue. En plus, voilà que je me met à jurer comme une mère trentenaire qui se retient de balancer des insultes à cause de sa sale mioche. Le fait est qu'Aube n'en fait qu'à sa tête et que si je revois ce satané vélo qui lui permet de filer dès que j'ai le dos tourner. Elle a peut-être une lance mais elle sait à peine s'en servir et elle va finir par se faire tuer.

Bref, me voilà plantée au milieu d'une rue de Grosse Pointe que je ne connais même pas à appeler la mioche en espérant qu'elle accepte de se montrer. Il y a un mort qui approche mais il est encore bien trop loin et je préfère le laisser approcher plutôt que de gaspiller des forces à le rejoindre.

- DAAAAAWWWNNN !!!

C'est son surnom et j'espère bien qu'elle va répondre. En attendant, un mort vient percuter la fenêtre de la maison devant moi. Le bougre est coincé à l'intérieur mais en m'entendant, il se frotte contre la fenêtre comme s'il allait la dévorer.
D'un coup de pied rageur, j'envoie voler plus loin un vieux tupperware tombé ouvert dans la rue probablement pendant une exode ou un mouvement de panique. Le morceau de plastique qui aurait pourtant pu être utile vole et percute le mort qui avance toujours inlassablement.

- Qu'est-ce que tu veux à la fin ?

La gamine va vraiment finir par me rendre folle et je ne supporte pas d'attendre comme ça au milieu de la route. Si je pouvais, je quadrillerais la zone à moto en faisant le maximum de bruit pour qu'elle me retrouve facilement mais après ma course poursuite avec l'idiot à bonnet, je ne peux pas me permettre d'autres péripéties du genre.
Finalement, le mort arrive enfin à proximité et je le regarde mettre difficilement un pied devant l'autre. Je sais me montrer patiente mais il faut reconnaître que ce pauvre type est à plaindre. S'il n'était pas en mode déterré, il ne pourrait probablement pas marcher tellement sa jambe est défoncée. Mais il est mort donc il s'en fout et se nourrit d'humain et d'eau fraîche. Par contre, je ne compte pas le laisser me croquer et lorsqu'il arrive à portée, j'élance mon bras armé dans sa direction, la lame de mon épée nagi fend l'air avant de se planter dans sa gorge pour transpercer sa colonne vertébrale.
Coupée du cerveau, le corps s'effondre devant moi et seule la tête continue de bouger, enfin globalement elle more l'air. Je m'écarte de quelques mètres pour éviter de me faire mordre le gros-orteil, ce serait bon pour les Darwin Awards de l'apocalypse.

Après deux minutes d'attente, je refais un tour sur moi-même et m'arrête face à une fillette. Pas la mienne, une autre gamine perdue-là. Il y a combien de pseudo-mères incompétentes dans le coin au juste ? Il faudrait des laisses, même si je doute qu'Aube accepte d'en porter une, le fait est que ça serait bien pratique, ou un de ces colliers pour vache qui t'électrocutent si tu sors d'une zone ? De toute façon, elle ne va pas appeler enfance-maltraitée.
Je détaille du haut vers le bas puis dans l'autre sens la gamine plantée devant moi, elle a des habits de couleurs vives contrairement à mon apprentie qui est toute en noir, comme moi. Histoire de ne pas paraître trop agressive, je laisse pendre mon bras armé et la lame à une dizaine de centimètres du sol.

- Salut.

Je ne sais pas quoi faire et si je continue, dans trois semaines j'ai la tribu d'enfants du troisième Mad Max, ou une équipe de rugby féminine junior.

- Est-ce que tu as vu une fille d'à peu près ton âge habillée en noir avec une lance ?

Chill la description. T'as pas vu "moi" en taille douze ans, même couleur et armement un peu plus cintré ? Oui, j'ai un humour interne exceptionnel. Mon regard se fixe sur le visage de la gamine, attendant une réponse, de toute manière, je ne compte pas la tuer comme ça pour rien. Même en colère, je ne suis pas folle.

[HRP]Deux gamines, deux nounous, la boucle est bouclée Trinque [/HRP]

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 17
Points : 148
Date d'inscription : 13/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 1:16

L’autre m’avait salué et je la regardais, plus curieuse qu’autre chose. J’aimais bien détailler les gens du regard et celle-là encore plus. Elle était belle, mais elle avait un petit côté sauvage assez rigolo. Je lui offrit un semblant de sourire en réponse à son salut. Elle n’avait pas l’air sympa, elle n’avait pas l’air patiente, elle avait l’air décidé à survivre et c’était cool, mais son arme faisait peur. Bon, en même temps, toutes les armes faisaient un peu peur quand on ne connaissait pas la personne qui l’utilisait. Les gens étaient tellement méchants maintenant, qu’il n’y avait rien de simple. Mieux valait ne pas faire confiance aux gens. Donc, il fallait qu’elle trouve comment s’en sortir. Le mieux était surement de simplement partir. La femme me laisserait surement faire et elle n’appellerait surement pas la police pour enfant perdu, alors… aussi bien retrouvé Abby qui devait être en train de mourir de peur que je me sois fait manger. J’allais finir par la faire mourir, juste avec mes bêtises.

Si j’avais vu une autre fille se promener ? Une fille comme moi ? Une fille habillée tout en noir comme elle ? Une elle, mais version miniature donc ? Hm, non. Alors, j’avais simplement fait signe que non de la tête, assez rapidement pour que le signe soi sans équivoque. Je n’avais rien vu, personne, jamais. Pas même Abby, ce qui était mon problème majeur en ce moment. Donc, cette fille avait perdu sa sœur ? Une enfant du moins, c’était bizarre. Peut-être que l’autre avait rencontré Abby et qu’ils avaient la même conversation que nous, c’était possible. C’était même assez drôle de ce dire que oui. J’allais tenter de demander à Abby plus tard, Abby avait pris l’habitude de me faire écrire mes questions sur un petit carnet. Elle avait abandonné l’idée de me faire parler. Je n’avais pas envie de lui parler, j’avais envie de parler à personne. Quand je parlais, mon père me tapait. Quand je parlais, je m’attachais et les gens mourraient. Je ne comptais plus parler, plus avant très longtemps. Comme quand j’étais petite…

Bref, rien à signaler, sauf peut-être trois morts qui marchaient dans la neige derrière la femme, ils venaient de tourner lentement le coin, sans risquer de la manger encore, mais presque. Dans mon cas, j’aurais commencé à courir maintenant, mais puisqu’elle était là… aussi bien lui pointer les morts du doigt. Comme ça, elle ferait le sale boulot et ça serait trois morts en moins pour le monde. C’était une bonne idée ça ! J’aurais pu lui dire avec des mots, je connaissais les mots, mais rien ne voulait sortir de ma bouche. J’en étais incapable depuis tellement longtemps que je ne prenais même plus la peine de l’ouvrir. Pointer était la solution à tous mes problèmes. Abby ne s’en était jamais plainte elle. Bref, les morts, pointer et espérer que l’autre se bouge. Sinon, je pouvais toujours prendre mes jambes à mon cou sans trop de problème.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 468
Points : 260
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Juin - 6:31

La gamine face à moi fait non de la tête lorsque je lui demande pour Aube, je m’en doutais dans un sens. Il faut reconnaître que quand elle ne veut pas être vue, ma petite guerrière est douée. Par contre je suis surprise qu’elle n’ose pas me parler, ou bien elle est comme ça avec tout le monde ? Faut reconnaître qu’au moins, elle n’est pas malhonnête et pointe du doigt la source des râles que je viens d’entendre. Trois morts vivants approchent lentement mais surement de moi avec l’intention certaine de me bouffer sans cuisson ni épices, au moins, les cannibales ne te bouffent pas toute crue et te font cuire. Hmm, avec des idées comme ça, c’est surprenant que je trouve encore des trucs à raconter à la petite sans lui donner des cauchemars à chaque nuit.

Les monstres arrivent vraiment près et je lève ma nagi en faisant un pas en arrière pour me retourner, dos à la gamine. Je doute qu’elle puisse me faire bien du mal et elle est bien trop jeune pour avoir envie de me tuer comme ça sans raison. La menace principale n’émane pas d’elle. Ma lame vient frapper la tempe d’un des morts qui tombe au sol, le crâne bien attaqué par la décomposition fendu en deux. Il bouscule un second en tombant ce qui m’arrange bien et j’utilise alors ma lance comme outil de perforation, pliant les genoux pour pouvoir remonter jusqu’à son cerveau via la bouche. Je le laisse tomber en arrière, avec la nagi ressortant de chaque côté de la tête et dégaine mon khukuri pour achever celui qui rampe vers moi après être tombé, trop con et trop affamé pour même songer à se relever.

Je me retourne finalement vers la petite à qui je lançais des regards furtifs pour m’assurer qu’elle ne bougeait pas et essuie la lame de mon sabre avec un chiffon passé à ma ceinture avant de le rengainer. Il me faut un effort pour retirer la lance du crâne du déterré mort une bonne fois pour toute avant de la nettoyer de la même manière. Je range le chiffon devenu définitivement rouge, peu importe le temps qu’il passe à tremper dans la rivière, à ma ceinture.

Étant donné que la petite n’a pas l’air ultra loquace, que moi non plus et que Aube fait toujours un silence radio, je porte mon talkie à la bouche pour l’avertir une dernière fois sans être sûre qu’elle soit partie avec l’autre. C’est habituellement Alair qui l’a mais je lui ai dit de lui piquer quand elle sortait seule. J’appuie sur le bouton permettant d’émettre et l’objet lâche une craquement avant de grésiller.

- Dawn, je te promets l’engueulade de ta vie si t’es pas là dans dix minutes !

J’ai dis ça très calmement, mais mon ton froid en dit bien assez long sur la soufflante que je vais lui mettre. Bon, d’un autre côté c’est pas super super grave mais j’aurais largement préféré qu’elle s’en tienne aux entraînements. Moi je n’ai embêté personne à mon arrivée à la librairie. Bon ok ils m’ont retrouvée en train de ramper dans le couloir pour m’échapper en laissant une grosse traînée de sang derrière moi et ont finit par m’enfermer dans la chambre, mais à part ça, au moins je n’ai inquiété personne ! La petite n’a pas l’air rassurée par ce que je viens de dire dans le talkie retourné dans ma veste.

- T’en fais pas, chacune sa discipline hein ?! Tu fais quoi ici ? Il y a bien trop de morts dans ce coin pour une fillette.

Ce n’est pas faux et le temps que je mette Aube en garde via le talkie-walkie, deux autres rôdeurs sont déjà apparus dans la rue. Un regard aux alentours me permet de repérer une maison dont la porte d’entrée est ouverte. Parfait !

- Suis-moi et il ne t’arrivera rien.

Même si elle ne parle pas, je suppose qu’elle n’est pas complètement débile ? Sinon tant pis pour elle, je ne compte pas rester une minute de plus, ma scène et le bruit du tupperware qui a volé a attiré suffisamment de morts pour la journée.
Dans tous les cas, ce n'est pas mon genre de laisser une gamine de dix ans à tout casser dans la merde au milieu d'une rue pleine de morts.

_________________

   I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me
Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Hide & Seek {Kyle}
» no time to play hide and seek. (ft. fleur)
» hide and seek.
» IV,1 - hide and seek (gargaria)
» Japan Expo 16 du 2 au 5 juillet 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum