Today is the Day



InformationsContact
avatar
Messages : 1891
Points : 1551
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 23:47



14 février 2016


J’avais re-feuilleté le manuel plusieurs fois pour arriver à la conclusion qu’Octavia était bel et bien en train de faire ses dents. Mais il y a un truc que je ne capte dans la logique des choses, bon ok les joues rouge et l’humeur de chat mouillé, pour les otites, pourquoi pas même si, déjà, c’est tarabiscoté ce truc. Par le conte le coté diarrhée quand dans dents poussent… bordel !!! mais c’est quoi le lien entre des quenottes et des sphincters ? Sans déconner ?!

Heureusement que j’ai été plutôt consciencieux quand je pensais être papa, parce que là, faut pas hésiter dans le changement de couches, sinon c’est juste une attaque sanitaire. Je crois que Logan a été assez étonné de me voir autant assurer avec sa fille. Oui, la saint valentin avec ma sœur à garder, c’est pas vraiment comme ça que je voyais les choses, mais Logan et Joy avaient certainement besoin de cette pause et c’était une sacré marque de confiance de me la confier.

J’avais réussi à me bricoler une écharpe de portage qui semblait plaire à la petite demoiselle. Avec ce kit main libre, l’avais fait au mieux pour un repas de fête. Des pâtes à la bolognaise avec de la viande hachée et de la purée de tomates. Ok tout venait de conserves, mais j’avais failli crever pour les trouver et question gout, c’était un luxe incroyable depuis l’apocalypse.

J’avais mis la table au mieux, essayer de trouver une bouteille de vin français, et prévu le verre avec la bague dedans. Bref, j’étais à peine nerveux. Le lit parapluie était prêt, Octavia avant mangé et s’amusait bien d’être promenée pendant que je courais partout pour mettre la table, préparer la moto d’Avalohn et faire un effort coté fringues. Les filles m'ont aidé à choisir. Pour les cheveux j’avais tout essayé mais j’avais fini par laissé tomber. Je ne pouvais rien y faire pour essayer de les mettre en place comme un mec civilisé.

La table est prête, a défaut de fleurs, c’est un bouquet de plante dessus, j’ai l’impression d’être un pingouin dans mes fringues et que ma vie dépend de cette soirée. Ce qui est peut être pas si loin de la réalité.

Quand la sonnette retentit, je suis déjà au bout de ma vie. C’était elle…

Je me précipite vers la porte pour la plus grande joie d’Octavia qui aime visiblement être bercée de la sorte. Je respire un grand coup avant d’ouvrir et d'essayer de baragouiner mes trois mots de français répétés depuis des jours avec Maddie:

« Bonneusoireu et bienveunous aieu toa… »

_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 547
Points : 306
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Juin - 19:05

Avalohn était penchée sur la lavabo, son visage d’ange endiablé tendu vers son propre reflet. Le miroir reflétait une image qu’elle aimait énormément. C’était elle. Si la Mère Inverness avait fait quelque chose pour la Bronxarde, s’était de ne jamais douter de sa beauté. De ses formes pulpeuses, de ses jambes interminables, de sa crinière fougueuse, de ses yeux bien trop bleu pour être vrai.

Elle s’appliquait consciencieusement son rouge à lèvre favori qu’elle avait gardé sur elle bien avant cet Apocalypse. Et elle était plus magnifique et téméraire que jamais. Cette idée de « Saint-Valentin » l’avait presque amusé. Isha et Avalohn s’était revu quelques fois, simplement pour discuter, de loin. Elle s’assurait qu’il allait bien, que Logan le traitait comme il devait traiter un fils, qu’il survivait, qu’il était encore vivant. Des échanges un peu banals, à presque s’en casser la tête, comme une caresse qui se terminait trop vite. Pas assez douce, ni assez vive.

Elle avait découvert un petit mot glissé sous sa porte un soir où elle rentrait après une recherche de lait en poudre pour la petite chienne qu’elle avait gardé. Le chiot avait été enfin sevré après un mois de fatigue et d’acharnement. Elle avait fait tété le bout de son auriculaire pendant des heures pour nourrir cette petite chose pleine de vie. Lobos l’avait accueilli avec une étrange émotion paternelle. Il la surveillait sans cesse, lui ramenait ses jouets et ses os, lui faisait sa toilette au moins six fois par jour… Ces moments d’affection rendait Avalohn sensible et Harvey la retrouvait les yeux rouges, le nez qui coulait, entrain de serrer entre ses bras ces deux boules de poils.

Les plaies de la New-Yorkaise avaient cicatrisées lentement, elle passait des nuits à juste dormir, sans cauchemars, ni rêves. Son visage avait retrouvé une couleur uniforme, son dos la tirait encore parfois et son bras se réveillait de douleur pendant de grands mouvements. Mais elle survivait, plutôt bien.

Et ce soir, elle avait enfilé une robe noire qu’elle avait piqué dans un magasin de Détroit. Elle remit son bustier correctement devant son reflet tatoué et avantageux. Elle avait aussi pris soin de piquer des hauts talons d’une valeur inestimable qu’elle n’aurait jamais pu s’offrir avec un salaire même adéquat.

Elle détacha ses longs cheveux. Elle était prête pour une Saint-Valentin un peu étrange, mais appréciable. Cela signifiait qu’il était enfin sevré, qu’ils allaient pouvoir se parler calmement. Et Avalohn était accro à la surprise, n’importe laquelle. Elle se souriait avec ses petites fossettes, avant de prendre son sac à dos, de le remplir de quelques fringues et autres objets divers pour passer une bonne soirée. Elle prit la petite chienne endormie dans sa main en lui enroulant un ruban noir autour de son petit cou tout petit. Elle embrassa la joue d’Harvey avant de s’aventurer dans Fort Hope, cherchant avec ardeur l’adresse noté sur le bout de papier. Elle sonna doucement, attendant avec impatience qu’on vienne lui ouvrir. Elle avait caché la petite chienne dans une couverture, la portant dans ses bras, cachée aux yeux de tous, comme un enfant. Elle pinça ses lèvres pour les repeupler un peu plus, entendant les verrous se débloquer juste devant elle. Elle souriait avant de découvrir un garçon propre, bien habillé et… Avec un bébé.

« Bonneusoireu et bienveunous aieu toa… »

Son regard se figea quelques secondes, les pupilles passant d’un enfant attaché contre lui, et ses grands yeux noirs de feu. Devait-elle rire parce qu’elle n’avait absolument pas compris ce qu’il venait de dire ou péter un plomb en encastrant un foetus dans un mur?

Elle ne bougea pas, pendant de longues secondes, son sourire se glaçant sur son visage. Ses grands yeux voulaient devenir fous, mais elle essayait de calmer ses ardeurs, avant d’avoir une explication. Elle avait fait un énorme travaille pendant ces derniers mois, pour essayer de ne plus péter une durite pour un grain de sable. Sauf que c’était difficile, après tout ce qu’il s’était passé, ce qu’ils avaient subi, et ce qu’il continuait de faire. Elle ne se voyait pas passer une Saint-Valentin entre un corps musclé et un môme qu’il faut changer toutes les heures parce qu’il se chiait dessus. Elle racla sa gorge, s’invitant seule à entrer, des yeux énormes s’affichant sur ses pommettes. Dans quoi c’était elle encore fourrée?

- Il s’en est passé des choses dans cette cave dis moi. À moins que t’as baisé une grognasse dans Fort Hope avant de me rencontrer. Si c’est le cas la petite n’aura plus de maman et ne compte pas sur moi pour t’aider avec ce chiare.

Elle déposa son sac, faisant attention à la petite chose qui vivait dans ses bras. Elle souffla fort plusieurs fois pour essayer de faire reculer un démon qui était son âme. Elle se battait à l’intérieur d’elle, ayant encore une fois fait des plans sur la comète pour une soirée un peu exceptionnelle. Elle serra les dents, se retournant vers lui.

- Je fais un effort pour pas tuer ton alien. Vraiment.

Elle baissa les yeux, découvrant le chiot pour qu’Isha puisse voir la petite boule de poil renifler l’air.

- Bon… Joyeuse Saint-Valentin. Elle est pour toi.

_________________
I give you my soul
Par toi je change l'or en fer, Et le paradis en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1891
Points : 1551
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 0:27

De voir Avalohn aussi belle me coupe le souffle et me laisse sans mot. Mais, pour une raison que je n’arrive pas à comprendre, je sens rapidement que la Louve est encore en colère après moi. Pas la colère style « ouragan Skye » mais plus « blizzard glacé », ce qui est aussi inhabituel qu’inquiétant. Je commence à soupçonner Maddie de m’avoir appris de mauvais mots français. Si ça se trouve je viens de l’insulter.
Je suis choqué quand elle menace Octavia et pose immédiatement une main protectrice sur la petite en espérant qu’elle ne comprenne pas ce que qu’est en train de dire sa peut être officiellement future belle-sœur.

J’étais nerveux, j’avais envisagé plusieurs scenarios catastrophes, mais a vrai dire je ne pensais pas me cracher avant le décollage comme ça sans trop capter ce que j’ai merdé.

Je ne sais pas trop comment réagir quand elle pose un sac où sort une petite boule de poils en me souhaitant une bonne Saint Valentin. Octavia à l’air très intéressée par la petite créature et je mets un certain temps à le prendre dans mes mains et à réaliser ce qui se passe. Elle… elle m’offre un chien ? Un vrai chien, a moi qui ai toujours rêvé d’en avoir un. Je le regarde, je la regarde, je le regarde, je retiens Octavia de lui attraper l’oreille.

Putain !! J’ai un chien !!!

Je me sens tout beat de bonheur en me demandant qu’elle genre de molosse il va donner. En fait non, elle a dit « elle » ? Je regarde entre ses pattes. A oui, c’est bien « elle ». J’ai donc hâte de voir qu’elle molosse elle va donner.

« Merci !! c’est juste formidable, je me sens trop minable avec mon cadeau à côté du tiens !! Elle s’appelle comment ? Elle est de la même race que Lobos ? Mais attends, je suis naze, entre je t’en pries, et désolé si j’ai pas dit les bons mots en Français… je voulais t’impressionner mais je sens que c’est carrément raté pour le coup…»


Je suis un peu déçu de l’amorce de la soirée mais son cadeau me donne un peu d’espoir pour la suite.

« Entre, je t’en prie. D’ailleurs, je voulais te présenter Octavia, ma petite sœur… »

Je suis un peu gêné d’aborder la suite surtout qu’Octavia regarde avec sérieux le chien et ma femme. Je ne sais pas ce qu’elle capte vraiment de la situation. En tout cas la boule de poils et la belle inconnue semblent l’intriguer au plus haut point, à croire qu’elle en aurait oublié ses quenottes.

« Elle a effectivement plus de maman déjà, les Punishers y ont veillé, mais heureusement Logan la sauvée. Et ne t’inquiètes pas, je ne pensais pas te solliciter pour m’aider le jour de la Saint Valentin… mais si tu pouvais juste patienté quelques minutes "à trois" le temps que je puisse la coucher, ça m’arrangerait a mort… d’ailleurs puisqu’on commence par les deux, suis-moi »

Je l’entraine vers le garage, en vérifiant au passage, rapidement, la cuisson de ma bolognaise et de l’hybride de gâteau que j’ai essayé de faire pour elle. Je ne peux m’empêcher de faire un « Tadaaaaaaa !! Bonne saint Valentin » en allumant les lumières sur une superbe Harley Davidson FLS Softail Slim S revu et retouché spécialement pour elle par mes soins. Je pose la chienne au sol qui sautille joyeusement entre nous et la moto. Je sens bien qu’elle doit être un Pitt bull bébé ou un American staff.

« Les leçons de pilotages sont incluses ! »


_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 547
Points : 306
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 10:44

Isha restait hébété devant la petite bête qui gigotait pour sentir les odeurs autour de lui. Le marmot essaya de lui choper l’oreille, Avalohn allait protester vivement mais l’homme fut plus rapide, en lui coupant la parole.

« Merci !! c’est juste formidable, je me sens trop minable avec mon cadeau à côté du tiens !! Elle s’appelle comment ? Elle est de la même race que Lobos ? Mais attends, je suis naze, entre je t’en pries, et désolé si j’ai pas dit les bons mots en Français… je voulais t’impressionner mais je sens que c’est carrément raté pour le coup…»

La Bronxarde se racla la gorge en cachant un sourire timide, regardant la boule de poil s’étirer.

« Entre, je t’en prie. D’ailleurs, je voulais te présenter Octavia, ma petite sœur…  Elle a effectivement plus de maman déjà, les Punishers y ont veillé, mais heureusement Logan la sauvée. Et ne t’inquiètes pas, je ne pensais pas te solliciter pour m’aider le jour de la Saint Valentin… mais si tu pouvais juste patienté quelques minutes "à trois" le temps que je puisse la coucher, ça m’arrangerait a mort… d’ailleurs puisqu’on commence par les deux, suis-moi »

Elle regardait le bambin tendre les mains vers le chiot pour l’attraper. Cette petite ne savait pas se tenir et cela avait le don d’énerver Avalohn. Le petite chienne était fragile, et il ne fallait pas la brusquer après son sevrage un peu brutal sans sa mère. Au final, elles étaient un peu pareil… Quelle idée d’appeler sa fille Octavia d’ailleurs. La jeune femme déposa son sac en regardant la maison et la table mise au milieu de la pièce. Elle aurait pu éclater de rire, mais elle trouvait ça mignon au final.

- J’ai pas vraiment le choix sur le fait que tu dois aller coucher ta boite à vomi de toute manière alors b… Tadaaaaaaa !! Bonne saint Valentin Les leçons de pilotages sont incluses !

Skye resta une minute sans rien dire. Une moto? Elle pensait à une blague et ne savait pas vraiment comment réagir. Elle fit une moue étrange en s’approchant, touchant le cuir du bout de ses ongles. Elle ressemblait comme deux gouttes d’eau à celle…

- Ethan. Ethan en avait une exactement pareil. Merci, Isha. Ça me touche beaucoup. Mais tu vas réellement me laisser conduire un engin pareil? Tu flippes à chaque fois que j’pose un orteil dehors… Alors sur une moto je n’imagine même pas.

Elle se mordait sa lèvre inférieur, remontant sa robe déjà assez courte sur ses jambes tatouées, enjambant la bécane en se cambrant vers l’avant. Avalohn la trouvait vraiment confortable, et des milliers de souvenirs lui revenait dans sa mémoire. Ethan et elle avaient passé un temps fou à discuter, s’embrasser, s’engueuler, partager, vivre, voyager sur ce genre de moto. Elle souriait. Isha n’aurait pas pu lui offrir meilleur cadeau que ces souvenirs qui lui faisaient du bien. Elle lança un regard azur vers son compagnon, un demi-sourire en coin.

- Je suis désolée pour Octavia, mais tu me comprends, je ne suis pas très prêteuse. Donc tu excuseras mon caractère de merde. Et pour ta nouvelle compagne, je l’ai surnommé « Coquillette » mais tu peux le changer. Et… Ce n’est pas vraiment le même gabarit que Lobos. C’est un Welsh Corgi Pembroke. Dans l’ancien temps, c’était les chiens qui gardaient les troupeaux de vaches, de poney et d’oies. Puis ça garde bien la maison et ça tue les nuisibles. Cette race est connue pour mordiller les mollets. Et c’est… On va dire un « petit » chien?

Avalohn ne put se retenir d’éclater de rire en mettant sa main devant sa bouche. Elle n’y avait pas pensé : Isha aurait préféré un molosse. Quelque chose de dur qui lui correspond mieux. Elle s’arrêta en essuyant une larme sur le coin de l’oeil.

- Pardon. Désolée. Vraiment. Mais ça ne va pas être un chien de compétition, mais c’est très attachant.

Skye descendait de sa moto en remettant sa robe noire correctement, approchant dangereusement d’Isha, mettant son visage au niveau de la hauteur d’Octavia. Elle la regardait pendant de longues secondes, droit dans les yeux. La petite fut surprise et attrapa une longue mèche de ses cheveux en la tirant vivement vers elle.

- Salut. Moi c’est Skye. Si t’es sage et que tu me fais pas trop chier, dans quelques années je t’apprends à mettre quelqu’un à terre en moins de trois secondes, à rendre fou de toi un homme en moins de 45 minutes et à boire 13 shots sans tomber dans les pommes. Ok?

Octavia tira encore plus sur la longue mèche de cheveux de la Bronxarde, gazouillant comme un petit oiseau heureux.[/b][/color]

_________________
I give you my soul
Par toi je change l'or en fer, Et le paradis en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1891
Points : 1551
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 15:46

Oh Putain. Ethan. C’était bien la dernière personne dont j’ai envie d’entendre parler aujourd’hui. Je viens de lui offrir une moto qui va lui faire penser au mec de sa vie au lieu de moi. Mais bordel ! Si ce n’est pas la poisse ça.

J’ai envie de me foutre des baffes et j'essaye de sourire malgré ma déception. A part que ce mec était un queutard, c’était le prince charmant parfait. Il serait vivant et ici, je pense que c’est pas avec moi qu’elle serait en train de foirer la saint valentin. Ça me pince le cœur quand je repense à la bague qui est sur la chaine qu’elle m’a donnée. Le genre de bijoux que je n’aurais jamais su lui payer dans mon ancienne vie. Le comble de l’ironie c’est que c’est avec cette bague que j’ai été choisir celle que je voulais lui offrir ce soir. Je sens que c’est mal engagé et je commence a me dire que j’aurais peut être pas les couilles de lui faire ma demande ce soir.

Isha le lot de consolation. C’est la première fois de ma vie que je fais la saint valentin, mais je pense que je suis en train de faire le palmarès de tout ce qu'il faut faire pour bien merder la soirée.

« Je vais t’apprendre à piloter, tant que t’es pas prête, ne compte pas sur moi pour te laisser tenter des folies. Et puis…j’ai bien compris que je te faisais plus de mal que de bien à vouloir te protéger a tout pris alors que je devrais plutôt t’apprendre à le faire toute seule encore mieux que tu n’y arrive déjà… »

Au moins elle est contente, c’est déjà ça. Quand elle se bidonne pour « coquillette » j’ai du mal à bien capter encore le truc. En fait les seuls chiens que j’ai vus sont ceux qui étaient destinés à participer au règlement de compte ou à faire du combat, autant dire que son Corby… jamais entendu parler de ce machin là.

Un petit chien… ah oui… mais petit comment ? Je regarde dans les yeux la fameuse petite chienne. Bon on verra bien ce que ça donnera, de toute façon, on va forcément s’entendre, elle et moi. Par contre pour le nom, je ne peux pas lui laisser celui du plat préféré de choupette. Il faut lui en trouver un plus adéquate. Si j’ai bien compris je vais éviter les noms de molosses. Il va falloir trouver un truc plus fédérateur pour m’assurer qu’elle sera toujours aimée. Je pense avoir une petite idée sur la question qui me plait bien.

Je laisse Ava finir ses présentations officielles avec Octavia. Je trouve ça mignon, certainement pas très orthodoxe, ni Logan ’s approuve, mais j’aime bien ce spectacle. Je me penche sur la petite pour faire semblant de lui chuchoter un secret avec un air taquin destiné à ma Louve :

« En vrai elle s’appelle Avalohn mais chut, elle ne sait pas encore que tu vas la faire craquer. Quand a sa méthode pour rendre fou un homme, d’ici à ce que tu sois en âge de l’apprendre, compte sur moi pour faire en sorte que ta grande sœur l’ait oublié a force de ne pas en avoir besoin ! »


Je dégage gentiment les cheveux d’Ava des petites mains vigoureuses d’Octavia, ignorant les tentatives de protestation et des grognements de mécontentement.

« D’ailleurs ma petite demoiselle, je pense qu’il est grand temps de dire au revoir, déjà tu as dépassé l’heure du couvre-feu et j’ai pas envie d’encore me prendre la tête avec ta belle mère. »

Je sors Octavia de l’écharpe et avec une aisance qui m’étonne presque je la mets en douceur sur le canapé pour lui changer sa couche. J’ai bien pris le pli, même pour éviter le pipi d’aisance. C’est avec la même dextérité que je lui passe son body et son pyjama tout en lui racontant l’histoire de cendrillon qui voulait aller en boite pour avoir un rencart avec le DJ mais qui avait des invit que jusqu’à minuit. Ça me rend un peu triste de me dire que j’étais finalement prêt pour ce bébé qui n’a pas voulu venir. Au moins, il y en a une à qui sa profite et elle n’a pas l’air de se plaindre quand j’imite la voix du vilain videur qui veut teje cendrillon pour qu’elle retourne faire la technicienne de surface chez ses méchantes collocs.

Je la redresse devant Avalohn et coquillette pour lui faire faire au revoir de la main :

« Bonne nuit Avalohn, Bonne nuit Tequila… »

Et oui ma boule de poil vient d’être renommée.

Je fais signe a Avalohn que je reviens dans quelques minutes et je vais coucher la puce. Elle est épuisée et ne résiste même pas deux minutes aux bras de Morphée. Je redescends rapidement après avoir vérifié le baby-phone.

« Je suis tout à toi ! Je crois que je suis censé te dire que le repas est prêt mais habillée comme tu l’es j’ai du mal à garder les idées claires… tu as faim ? »

_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 547
Points : 306
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Juin - 22:13

« En vrai elle s’appelle Avalohn mais chut, elle ne sait pas encore que tu vas la faire craquer. Quand a sa méthode pour rendre fou un homme, d’ici à ce que tu sois en âge de l’apprendre, compte sur moi pour faire en sorte que ta grande sœur l’ait oublié a force de ne pas en avoir besoin ! »

Elle lança un regard un peu honteux à Isha, le seul sachant réellement la signification d’un prénom. Elle n’aimait pas qu’on l’utilise à tout bout de champ, même si c’était un bébé qui tenait ce secret entre ses doigts boudinés. Elle prit la mouche doucement et se releva doucement, laissant glisser sa longue mèche de cheveux pendant qu’Isha la décala délicatement. Elle souriait un peu.

« D’ailleurs ma petite demoiselle, je pense qu’il est grand temps de dire au revoir, déjà tu as dépassé l’heure du couvre-feu et j’ai pas envie d’encore me prendre la tête avec ta belle mère. »

Avalohn soupira par le nez en emboitant le pas à Isha, rentrant dans le grand salon ouvert où une odeur familière flottait doucement. Lorsque l’homme mit Octavia toute nue, la Bronxarde tourna la tête pour s’intéresser à la décoration dont elle n’avait rien à foutre. Elle poussa un petit rire mesquin et méchant, sa tête tournant à balle, se disant qu’elle n’aurait jamais pu gérer un marmot et encore moins torcher un cul rose. Elle avait tellement cru à ce bébé avec les attentes d’Isha… Un pincement au coeur la surprit, et elle passa machinalement ses paumes sur son bas ventre. Il n’y avait au final rien eut, et tous ces espoirs c’étaient envolés en seulement une goutte de sang. Elle était un terrain hostile, et elle se détestait pour ça.

Lorsque l’archer se redressa, il prit le petit bras du bébé pour faire un signe de la main.

« Bonne nuit Avalohn, Bonne nuit Tequila… »


Il tourna les talons, et c’est outré que, « Tequila », lança un regard de détresse à Skye. Du haut de ses petites pattes et de sa petite truffe, sa vie n’allait pas être simple. En fait, elle trouvait plutôt ça comique… Oui, la jeune femme se rappelait. Elle se rappelait bien…

« Papa avait bu ce soir là, beaucoup trop. Encore une fois, il y avait tellement de monde à l’appartement, de la fumée partout, et maman encore toute nue dans le lit d’à côté. Roméo et moi nous rentrions de l’école. Il me tenait la main très fort, ses lunettes cassés sur le bout de son nez. On ne voulait pas entrer encore une fois dans ce taudis puant la marijuana et la sueur. On ne voulait plus. Mais il le fallait. Nos géniteurs nous faisaient beaucoup trop peur. Alors c’est plein de peur et d’angoisse qu’on abaissait la poignée chaque soir. Et ce soir là, mon dieu ce soir là, je n’ai jamais eu autant honte de toute ma vie. C’était la première, et dernière fois qu’on m’humiliait de la sorte. Et que quelqu’un me touchait avec autant d’emprise. Nous avions déposé nos sac à dos près de la cuisinière où un monticule de vaisselle habitait. Les cafards y faisaient leurs vies, les mouches se collaient et se décollaient. Une canette de bière vola à travers la pièce, et gifla de plein fouet le visage de Roméo avant de tomber pile dans la poubelle. Il essuyait ses larmes de douleurs pendant que Papa me saisissait le bras en riant grassement, m’amenant devant ses nouveaux « amis ». Il saisissait mon visage entre son pouce et son index, montrant ce petit minois qui allait certainement lui rapporter gros. Il approcha sa langue de ma joue, la déposant près de ma tempe, me léchant de bas en haut. Et ces mots resteront gravés, pour toujours dans ma chaire et sa salive.

« Tu seras pas une putain comme ta mère. Toi t’as le truc qui rend fou, t’es comme une dose, une drogue, un putain de phénomène. À ton âge déjà formé, tu mérites pas le trottoir. Non, toi t’es une pute de luxe, un alcool qu’on déguste. T’es un bon Wisky. Ouais… Ouais, t’es Skye.
 »

Avalohn se perdait dans le regard noir de la petite chienne. Ce deuxième prénom était né de là. La tatouée l’avait gardé, pour montrer qu’on ne pouvait pas la détrôner. Que malgré les moqueries, l’humiliation, la déception, la dureté de la vie, ouais, elle était un putain d’alcool de décoffrage. Elle déchirait la gueule des gens, elle leurs laissaient une gueule de bois toute leur vie. Elle enivrait des vies pour les laisser avec un mal de vivre pour toujours. Ça explose, ça pète. Ca se casse. C’est simplement Skye.

Isha revint en un éclair, alors que la Bronxarde se retourna pour aller en direction de la salle à manger.

« Je suis tout à toi ! Je crois que je suis censé te dire que le repas est prêt mais habillée comme tu l’es j’ai du mal à garder les idées claires… tu as faim ? »

Elle lui lança un regard par dessus son épaule avec un sourire en coin. Elle roula des hanches avant d’aller minauder vers une commode où une enceinte traînait, poussiéreuse mais branchée.

- Je crois que… oui, j’ai faim. Mais je voudrais bien boire et danser avant.

Avalohn sortait son MP3 de son sac en quelques pas gracieux, essayant de brancher difficilement la petite boite à musique. Elle enclencha une musique qui la hantait depuis des nuits et des jours.


Elle passa ses doigts tatoués dans sa chevelure, commença à bouger son bassin, ses jambes, ses bras, ses clavicules, ses épaules. Elle avait besoin de ça ce soir. Et beaucoup d’alcool. Juste pour une nuit. Juste pour ce soir.

_________________
I give you my soul
Par toi je change l'or en fer, Et le paradis en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1891
Points : 1551
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Juin - 0:46

Avec ce roulement de hanches, moi aussi j’ai d’autres envies que de manger mon plat de fête. Cela fait si longtemps que nous n’avons pas couché ensemble. De repenser à Greg « qui s’est amusé avec elle », je calme tout de suite mes ardeurs. On prendra le temps qui lui faudra. Je saurais être patient pour elle.

J’évite de faire de l’humour en lui demandant à quel moment Logan doit débouler pour me kidnapper et où elle a réussi à planquer la seringue de drogue cette fois. En fait, c’est vraiment affreux, mais j’ai vraiment un coup de flippe.

Bon en même temps avec sa robe… ça serait vraiment compliqué de planquer quoique ce soit, même ses jolies formes sont à peine dissimulées. D’un côté je me dis que j’ai trop de chances, même en tant que lot de consolation, qu’elle daigne vouloir de moi, de l’autre je me souviens que j’ai la bague en poche et elle son ex en tête.

Bref c’est pas gagné.

Après c’est vrai que je n’ai pas dansé ou fait la fête depuis … bah depuis pas loin de deux ans. Pourtant j’ai toujours adoré sortir, même si c’était plus pour chasser qu’autre chose. Avec un petit sourire je mets un terme à mon hésitation et je vais la rejoindre sur la piste de danse improvisé. Au moins elle a fait attention au son pour Octavia. Je me laisse donc aller au grès de cette sublime tentatrice qui sait très bien y faire pour me mener là où elle veut. Je laisse sa play list défiler ne manquant pas de me rapprocher d’elle dès que la musique s’y prête. J’arrive même à la taquiner un peu, rapprochant mes lèvres des siennes pour finalement ne pas lui donner de baiser sans qu’elle ne vienne me le voler.

Au bout de quelques musiques je l’abandonne pour lui servir un verre de vin Français. Je n’y connais rien mais Maddie m’a aidé en disant que c’était top et en m’expliquant le fait qu’il fallait ouvrir la bouteille avant, ainsi que le cérémoniale pour remplir les verres afin de faire je ne sais plus quoi au gout de cette boisson. Je suis assez curieux de savoir si c’est si bon que ça ou si c’est juste encore un truc prétentieux de snobs.
Je lui tends son verre avec un sourire en coin. J’imagine qu’elle aurait espéré de l’alcool fort et pouvoir se vider l’esprit dans un excès, sauf que j’ai d’autres idées derrière la tête pour ce soir. Et puis, même si je ne lui dirais jamais, il est hors de question que l’on se mette minable alors qu’Octavia est sous ce toit et peut avoir besoin de nous a tout moment.

« J’espère que je ne vais pas te décevoir en ne te proposant que du vin ce soir. On fera la fête en picolant tous les autres soirs qui nous restent à vivre si cela te fait plaisir, mais pas aujourd’hui. J’ai d’autres projets qui impliquent que tu sois la parfaite maitresse de la situation. »

Je lui fais un léger clin d’œil.

« Si tu veux me suivre à table, histoire de voir si j’ai été à la hauteur pour satisfaire ton appétit… »

Je suis prêt à l’entrainer vers la table avec toutes les bonnes manières françaises que Maddie m’a expliquées, et lui servir mon plat du jour : des spaghettis bolognaises avec du gout et de la viande. Bon, d’accord, on est loin de top chef, mais avec les moyens du bord, ça restera un festin. Après je serais les fesses pour que mon cake au citron soit bonet surtout qu’elle ne m’envoie pas valser avec ma bague.

« Au passage, tu ne m’as pas dit, tu te plais ici ? je veux dire à Fort Hope ? »

_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 547
Points : 306
Date d'inscription : 15/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui à 0:41

« J’espère que je ne vais pas te décevoir en ne te proposant que du vin ce soir. On fera la fête en picolant tous les autres soirs qui nous restent à vivre si cela te fait plaisir, mais pas aujourd’hui. J’ai d’autres projets qui impliquent que tu sois la parfaite maitresse de la situation. Si tu veux me suivre à table, histoire de voir si j’ai été à la hauteur pour satisfaire ton appétit… »

Après son clin d’oeil et son dos tourné, Avalohn leva furtivement son bras avec son majeur levé, en direction du bébé qui devait certainement dormir à ce moment. Si il croyait réellement qu’elle lui donnerait le sein si elle crevait la dalle il pouvait aller se faire foutre. Cela faisait trop longtemps qu’elle n’avait pas bu pour oublier un peu ce monde horrible, et elle allait avoir droit à une seule bouteille de vin. La Saint-Valentin voulait dire « en amoureux », et elle en voulait à Isha de ce changement de plan. Elle méritait une soirée digne de ce nom pour leurs retrouvailles après cette période beaucoup trop difficile. Elle croisa ses bras sur sa poitrine en retenant sa colère, Skye commençait à bouillonner.

Elle fit quelques enjambées en descendant les pans de sa robe trop courte, marmonnant pour elle même et maudissant cette soirée qui allait virer en une mauvaise série télé. Si il croyait qu’elle allait s’adoucir pour les beaux yeux d’un marmot, s’affaler dans un canapé pour qu’elle lui masse les pieds avec un sourire figé, il se foutait le doigt dans l’orifice. Avalohn tira sa chaise, s’asseyant devant son assiette. La décoration était assez étrange, comme chez Romwell, quand il l’invitait pour Noël. Elle eut une pensée triste pour son « père » qui la rendait triste.

Elle n’en avait jamais vraiment parlé à Isha, de lui. De cet homme si courageux, si attentif… Elle savait qu’un jour ou l’autre, elle devait aller voir cette maison qui était son chez elle, un petit peu. Elle était lâchement parti, claquant une bise sur sa joue, se souciant simplement de son jumeau. Elle aurait du rester, Roméo était fort, il s’en était sorti, c’était sûre…

Elle planta son coude sur la table, son menton posé dans sa main, la mine boudeuse.

« Au passage, tu ne m’as pas dit, tu te plais ici ? je veux dire à Fort Hope ? »

Elle eut ce petit rictus que seule elle pouvait faire. Un demi-sourire où sa fossette apparaissait, comme amusée et provocatrice. Il lui servit un verre de vin rouge, le posant devant elle. Elle laissa planer les secondes sur cette odeur qui l’enivrait déjà. Elle voulait une cigarette. Plus que tout.

- Les gens sont trop… Heureux et gentils. Je ne suis pas comme eux. Je suis le loup dans la bergerie ici.

Avalohn avait ce sentiment d’être un prédateur, depuis toute petite. Montrer les dents, minauder, intimider, manipuler, charmer… C’était un quotidien trop bon et jouissif pour elle. Sauf qu’ici elle ne tenait pas les rênes, elle ne tyrannisait pas, elle devait se tenir à carreau. Elle savait très bien comment le Fantôme pouvait réagir.

Skye était une prisonnière dans une cage dorée. Un paradis perdu qu’elle voulait transformer en Enfer. Puis la godiche de la dernière fois avec ses cheveux rouges l’avait invité à venir prendre le thé plusieurs fois, avec sa voix fluette et insupportable. Elle l’avait ignoré. Devant elle, Avalohn était une princesse trash, une fille des rues avec des vêtements beaucoup trop courts et serrés.

Elle avait failli devenir quelqu’un comme elle, si Avalohn n’avait pas découvert qu’Ethan la trompait. Ils se seraient tout les deux mariés ici, à Détroit, une belle cérémonie dans une petite chapelle. Ils auraient eu un pavillon avec des enfants, un bon job, elle aurait pu monter son cabinet. Ethan serait devenu urgentistes, à sauver des vies. Roswell aurait été fou de joie d’avoir des petits enfants, de voir sa fille devenir une vraie femme. Il en aurait pleuré chaque soir…

Avalohn planta ses yeux sur Isha. Qu’aurait dit cet éducateur qui l’avait sorti de cet Enfer? Elle le savait. Très bien. « Es-tu heureuse, Avalohn? Si avec lui, tu trouves ton bonheur, alors je te soutiendrais. Mais si il te brise le coeur, je lui brise les dents. Personne ne touche à ma fille. »

La Bronxarde prit le verre de vin entre ses doigts tatoués, avant de sentir le liquide rouge qui l’appelait avec sensualité.

- Mais Harvey a l’air heureux. Il aime faire des balades, prendre soin de moi, sortir Lobos, travailler… J’l’adore ce petit con. Vraiment. Alors si il est heureux, je suis heureuse. Et si tu l’es, je le suis aussi.

Elle prit une gorgée féroce, avant de l’avaler, un sourire en coin.

- Tu m’aimes toujours, Isha Cornwell?

Elle planta ses yeux perçants sur le visage de cet homme qu’elle avait fait bavé.

_________________
I give you my soul
Par toi je change l'or en fer, Et le paradis en enfer.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Today is the DayPage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» What 's the date today ?
» GEMMARD ✖ i hurt myself today, to see if i still feel
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» President Clinton on Meet the Press today
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum