Meet the "good" doctor [Donovan]



InformationsContact
avatar
Messages : 5265
Points : 5548
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Juin - 11:38


27 Février 2016

Logan était sur le point de perdre le peu de patience et de tranquillité qu'il lui restait. Vivre à Fort Hope n'avait jamais été aussi... difficile et long. Il adorait cette communauté, ce qu'il avait réussi à en faire, la plupart des gens réunis autour de lui, mais jusqu'à maintenant, il passait plus de temps à l'extérieur qu'à l'intérieur des murs protecteurs de leur camp. Hélas depuis un mois, le bébé de six mois qui était entré si soudainement dans sa vie occupait tout son temps. Il se donnait du mal pour rester à l'intérieur, pour s'occuper un peu plus du camp et être là tous les jours, toute la journée pour prendre soin de sa fille, refusant l'idée même une seconde qu'elle perde son dernier parent encore en vie. Il ne doutait pas que les gens de Fort Hope, Joy la première, auraient pris grand soin d'Octavia s'il venait à disparaître, mais quelle aurait été sa vie sans ses parents ? Elle souffrait déjà de l'absence de sa mère, il le voyait parfois, quand elle faisait cette petite moue et qu'elle se mettait à pleurer tout à coup, sans que rien au monde ne puisse la calmer. Ou peut-être qu'il interprétait trop les réactions parfaitement naturelles d'un bébé.

Quoi qu'il en soit, monsieur Carter couvait sa fille comme il ne l'avait jamais fait de sa vie, découvrant les joies de la paternité comme il n'avait jamais pu le faire avec ses deux autres enfants ayant grandis sans lui. Le souvenir d'Eulalie et sa petite tombe surmontée d'une croix blanche au bord du lac le hantait chaque fois qu'il posait les yeux sur Octavia et qu'elle lui faisait un grand sourire adorateur. Il craignait toujours de perdre sa seconde fille comme il avait perdu la première et il redoublait d'efforts pour que jamais la petite ne puisse souffrir du manque de son père comme avait souffert sa défunte grande sœur. S'il devait arriver quelque chose à l'un ou à l'autre, au moins Octavia aurait su que son père l'aimait plus que tout, il y veillait très sérieusement.  

Et c'était encore ce à quoi il était occupé ce matin-là : prendre soin de son bébé tandis que Joy vaquait à ses occupations, Dieu sait où, sans doute encore avec Samara. Elles devenaient inséparables, ces deux-là et Logan appréciait l'idée que sa femme se soit faite une nouvelle amie, même si ça signifiait qu'elle passait moins de temps avec lui ou à la maison. Il se sentait rassuré du fait qu'elle ne soit plus seule, qu'elle ait quelqu'un d'autre que lui. Un peu moins de pression sur ses épaules. Hélas, il n'était pas particulièrement heureux en ce moment, c'était même tout le contraire. Octavia s'était réveillée aux aurores, pleurant comme pas possible. Il avait d'abord cru que c'était encore ses dents, elle souffrait le martyr à cause de ça en ce moment, mais... dès qu'il l'avait pris dans ses bras, il avait senti la chaleur improbable émaner du corps de la petite. Et plus la matinée s'étirait en longueur, plus le jeune père devait admettre la situation : sa fille avait de la fièvre, beaucoup de fièvre. Il n'y avait pas eu d'autres symptômes pour le moment, pas de toux ou de sang, mais la seule fièvre suffisait à inquiéter le père. Ça avait été comme ça pour Eulalie aussi. Juste de la fièvre au début.

La panique n'avait fait que s'accroître tout au long de la matinée, alors que Logan ne savait plus comment calmer sa fille ou lui-même. Et s'il la perdait elle aussi ? De la même manière que son autre fille, par cette grippe étrange ou Dieu savait ce qu'était cette maladie qui avait détruit pour de bon sa vie... aux alentours de dix heures, le géant était trop effrayé pour prendre plus de risques et il emmitoufla sa fille dans une couverture pour foncer jusqu'à l'infirmerie. Au moins, cette fois, il réagirait rapidement et sa fille pourrait sûrement s'en sortir. Ils avaient des médicaments et surtout, Katherine connaissait les signes, maintenant. Elle saurait comment réagir et Logan lui accordait toute sa confiance pour prendre soin de sa fille.

Malheureusement, lorsque le père et la fille arrivèrent dans l'enceinte de la nouvelle infirmerie qu'ils avaient déplacés après l'agrandissement du camp, il fut déçu de ne pas y trouver son amie. Il n'y avait que ce type, en fait, ce nouveau médecin arrivé depuis quelques jours à Fort Hope, avec une gosse enceinte jusqu'au cou dans les bras. Logan l'avait laissé entrer à cause de l'adolescente, qui devait encore être alitée dans une chambre à l'étage de cette maison, à se remettre de ses épreuves et aller au terme de sa grossesse sans trop de dégâts. Quand au médecin, Logan ne savait pas trop quoi en penser. Il était... étrange ? Le barbu n'aurait pas su décrire ce sentiment avec exactitude. Il lui faisait une drôle d'impression, mais il n'y avait rien de vraiment dérangeant dans sa façon d'être à première vue. Mais ce sourire sur son visage... ça lui rappelait Oliver et ça lui faisait froid dans le dos. « Katherine n'est pas là ? » demanda-t-il inutilement en observant tout autour de lui, alors qu'il venait d'entrer dans l'infirmerie affreusement silencieuse, jetant à peine un regard à Donovan. « Ma fille a de la fièvre, il faut qu'elle voit un médecin rapidement. » Il allait visiblement devoir faire avec lui, même si ça ne l'enchantait pas tellement. Mais pour le bien d'Octavia, il devait faire un effort, alors... « Vous pouvez l’ausculter ? Elle a sept mois. De la fièvre depuis quatre heures ce matin. Elle commence à faire ses dents, mais... Enfin, je préfère m'assurer qu'il n'y a rien d'autre. » expliqua-t-il en s'approchant du médecin, gardant la petite serrée contre lui. Il faudrait bien se résoudre à le laisser la toucher s'il voulait vraiment qu'il s'occupe d'elle, mais pour le moment, il n'était pas encore tout à fait prêt à ça.

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 269
Date d'inscription : 05/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Donovan MacAlistair
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 26 Juin - 19:12


Depuis son arrivée ici, dans cette communauté auto proclamé de Fort Hope... il se rendait compte que ses calculs furent un peu trop bon... la ville était bien trop grande pour prétendre retrouver son compagnon en un jour. Pire encore, elle était découpée en plusieurs clans de survivants qui tentaient de s'étendre... sans parler des cannibales... autant dire qu'il espérait sincèrement que son compagnon ne soit pas mort. Il le savait solide et débrouillard... Il ne remettait pas en doute ses compétences mais il connaissait son bon coeur. Son côté St Bernard... (Non pas le Saint, le chien qui cherche les gens dans les avalanges et vous bourre la gueule à l'alcool pour vous réchauffer.) Il allait donc falloir qu'il prend son mal en patience.

Logé et nourris, il n'avait pas à se plaindre et il s'était même arrangé avec la Chirurgienne des lieux, Khaterine pour bosser à l'infirmerie. Travailler lui faisait du bien et de toute manière, il n'y avait rien de mieux que le bouche à oreilles pour prendre la température sur le groupe. Un médecin est toujours bien placé pour savoir ce qui se passe dans une communauté. Ce qui l'avantageait énormément, pour son objectif, Ô combien louable : Retrouver son époux ! Aujourd'hui, il remplaçait la Chirurgienne, qui faisait un gros coup de fatigue visiblement et se croyait suffisamment hors de porté de toute maladie, pour refuser qu'il l'examine pour être sûr qu'elle ne couvait pas une vilaine maladie, genre grippe. Un virus commun, mais qui pouvait facilement tuer une personne à l'organisme épuisé. Tant pis pour elle, si elle désirait tant que cela passé de vie à trépas, c'était ses oignons, pas les siens.

Bref, ce matin, il était là, assis dans la salle principale de l'infirmerie... Tranquille pépère... Un cahier devant lui, où il écrivait des notes sur une étude qu'il avait entreprit durant son voyage sans avoir la possibilité de la coucher sur papier. Oh c'était de la pure théologie basée sur des résultats scientifiques sur la nature même des vrais fonctions du cerveau. Quand Logan déboula, il releva les yeux et arbora un fin sourire. Ce fameux sourire froid. Denoué de toute émotion rassurante. Ses yeux glissèrent vers le petit paquet qu'il serrait si fort dans ses bras. Un bébé... et il semblait mal en point à ses pleures. Il se leva donc de sa place, enfila des gants, sans pifer le moindre mots pour l'instant... il prit un petit batonnet en bois et vient ouvrir la bouche de la petite, sans la faire quitter les bras de son papa poule.

- Hum... Oui...

Il se retira sans dire quoi que cela soit de plus, jeta le batonnet et fila prendre une baignoire pour bébé, la remplie d'eau, vérifia avec un thermomètre la température... et se dit pour lui-même un "Oui, c'est bon".

- Déshabillez votre fille... et allongea là dans l'eau tiède... cela va faire tomber sa température... après qu'elle sera dans l'eau, vous lui tiendrez la tête le temps que je lui met un petit anesthésie locale sur ses genvives. Elles sont violettes et enflées à l'état anormal. Ses dents ne percent pas bien la gencive... et cela tourne mal. J'ai eu plusieurs cas de méningites à cause de cela...

Donovan se détourna pour aller prendre un flacon dans une armoire vitrée, pris une seringue, l'enfonça dedans pour resortir un ml de produit. Puis avec un petit coton, il en posa dessus...

- Vous auriez du venir plus tôt... Enfin bon... Après que sa gencive sera endormie... je vais lui faire une piqûre d'antibiotique. Ensuite, il va falloir que vous lui tenez la tête et que je lui fasse une entaille sur le dessus de la gencive pour que ses dents sortent rapidement. Sinon, elle risque la méningite.

C'était pour lui un cas comme un autre. Rien de spécial. Et comme à son habitude il se montrait très professionnel. Son patient avant tout le reste. Ah et est oui... il n'était pas pédiatre... ne vous attendez pas à ce qu'il fasse des câlins au môme ! Ou des grimaces... Non c'est pas son truc...
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5265
Points : 5548
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Juin - 9:09

D'un seul sourire, Donovan parvenait à donner froid dans le dos à Logan, qui commençait à regretter sérieusement d'être venu ici plutôt que d'aller frapper directement chez Katherine. Il mourrait d'envie de faire demi-tour, mais le petit corps brûlant d'Octavia dans ses bras le retenait de bouger. Il ne voulait prendre aucun risque. Ce type pouvait bien être étrange, du moment qu'il faisait son boulot, il n'y avait aucune raison de le craindre. De toutes manières, il n'y avait pas vraiment d'autres possibilités s'offrant aux Carter actuellement.

Pourtant, quand le médecin s'approcha pour fourrer un bâtonnet dans la bouche de sa fille, Logan se crispa malgré lui, allant jusqu'à avoir un léger mouvement de recul. Il fallait qu'il prenne sur lui, pour le bien d'Octavia. Il inspira profondément et se força donc à rester bien en place, maintenant Octavia tant bien que mal pendant que Donovan l'auscultait brièvement. Il était tellement silencieux, tellement calme... Il devait bien y avoir une raison à tant de maîtrise de soi, non ? Peut-être que l'habitude vous poussait à l’indifférence, mais à ce point ? Logan se sentait mal à l'aise, il ne pouvait rien y faire. Il gardait son regard inquisiteur, sourcils froncés, posé sur Donovan en suivant chacun de ses gestes avec attention.

Il eut un petit moment d'hésitation lorsque le médecin revint avec sa bassine remplie d'eau en demandant à ce que le père déshabille sa fille. D'accord, il n'était pas médecin, mais tout ça lui paraissait suspect. Ou peut-être qu'il cherchait seulement quelque chose de dérangeant chez cet homme, c'était assez possible aussi. Et si c'était bien le cas, il fallait qu'il arrête maintenant. « D'accord. » Le charabia médical arrivait au moins à le convaincre d'obtempérer et il souleva Octavia pour lui retirer ses vêtements avec précautions avant de la plonger dans l'eau, la soutenant toujours en regardant Donovan se déplacer du coin de l’œil. Par contre, pour la piqûre, il avait de gros doutes... D'accord, sans, Octavia allait souffrir un bon coup, mais il n'avait pas assez de connaissances dans le domaine pour jurer que ce serait un produit sans aucun risque pour elle. Merde, où était Katherine quand on avait besoin d'elle ?!

« Vous êtes sûr que c'est vraiment nécessaire ? » demanda-t-il, sans parvenir à cacher ses doutes. Il se mordit l'intérieur des joues pour se retenir d'ajouter quoi que ce soit et essaya plutôt d'ouvrir la bouche d'Octavia en lui murmurant des paroles réconfortantes à l'oreille. Il ne pouvait pas sérieusement envisager de laisser sa fille souffrir juste parce qu'il ne faisait pas assez confiance au nouveau médecin. C'était le moment idéal, au contraire, pour essayer de mieux cerner cet inconnu et voir s'il méritait réellement ou non la confiance de leur groupe. « Vous êtes originaire de D.C., c'est bien ça ? » demanda-t-il en maintenant Octavia du mieux possible alors que le médecin s'approchait avec sa seringue. Comme chaque nouvel arrivait, Donovan avait eu à répondre à quelques questions posées par Alex et comme toujours, la jeune femme lui avait fait un bref résumé de ce qu'il y avait à savoir sur cet homme. La jeune femme n'avait rien suggéré d'étrange au chef de sa communauté, il n'avait donc rien sur quoi s'appuyer... « Pourquoi est-ce que vous êtes venu à Détroit ? Il n'y avait pas de survivants, par chez vous ? »

De toutes ses forces, Logan tentait de rester poli, d'afficher une curiosité polie, comme s'il ne posait toutes ces questions que pour faire la conversation et ne pas laisser un blanc s'installer. Ce qu'aurait fait une personne tout à fait normale, en somme. Mais ses sourcils froncés n'arrangeaient pas vraiment son regard naturellement austère et il suffirait d'un peu d'observation à Donovan pour comprendre que le géant ne l'appréciait pas beaucoup. Pour ne pas dire pas du tout... Quoi qu'il espérait quand même que le médecin parviendrait à le convaincre qu'il n'y avait aucune raison à ça d'ici la fin de cette consultation.

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 269
Date d'inscription : 05/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Donovan MacAlistair
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 28 Juin - 23:56



Le Chirurgien n'avait pas besoin que l'on lui fasse un dessin pour comprendre que Carter ne lui faisait pas du tout confiance. Il se méfiait de lui, comme de la peste, et pire encore, il avait le sentiment qu'il se faisait un beau film d'horreur sur lui. Dans le fond, une partie de son film d'horreur ne serait pas faux. Mais bon... le loup doit conserver son habit d'agneau pour rester au milieu du troupeau tranquillement, et profiter en même temps de la grange. Dans tout les cas, lui faisait son travail, il pouvait bien penser ce qu'il désirait de lui, il s'en branlait impérialement.

Donovan leva un oeil vers Logan alors qu'il lui demanda si c'était vraiment nécessaire de faire tout cela pour sa fille... Il soupira intérieurement... décidément le monde des profanes était d'un saoulant... c'était risible. Quand un médecin soigne pas assez ou mal, ils se plaignaient. Quand un médecin soigne bien et respect les protocoles nécessaires pour que tout se passe bien : "c'est vraiment nécessaire ?".

"Bande d'emmerdeur", pensa-t-il, sans qu'un seul instant cela se voit sur les traits de son visage qui restèrent figés sur ce fin sourire froid qui était le sien.

-- Oui, c'est vraiment nécessaire. C'est le protocole si on veut que le soin donné soit efficace. Quand on doit faire une entaille... si le patient est conscient de la douleur que cela occasionne, l'écoulement de sang est beaucoup plus abondant. Qui plus est... dans le cas présent, la gencive subit une infection... qui dit infection dit inflammation. Donc épaississement de la gencive. Donc au lieu d'avoir un ou deux millimètres de chair à trancher pour que les dents puissent sortir... je vais me retrouver avec minimum trois ou quatre millimètres... suivant le niveau d'inflammation de la muqueuse.

Oui, il se lança dans une belle explication qui en largue toujours plus d'un dans le domaine mais bon, il continua quand même pour bien mettre les points sur les i.

-- Et comme elle fait une infection, il y a nécessité, à son jeune âge, de mettre une dose modérée d'antibiotique pour que son organisme qui commence seulement à apprendre à se défendre puisse réagir correctement à l'infection qu'il subit.

Tout en parlant, sans même plus regarder Logan soit dit en passant, il s'occupa de mettre l'anesthésie sur une boule de coton, pris une petite pince et tamponna délicatement la gencive de la petite. La massant un peu avec... et au bout de quelques minutes, il se retira en voyant le bébé beaucoup moins pleurer. Puis il prit une nouvelle boule de coton, puis remettre dessus de l'anesthésiant et en posa en haut de son bras, là où c'était le plus potelé. Il se détourna ensuite pour prendre une seringue à insuline à l'aiguille fine et petite. Le genre que l'on sent à peine la piqûre. MacAlistair la remplie de 0,50 ml d'antibiotique et vient nettoyer la place qu'il avait anesthésié avec une lingette alcoolisée, et lui fit l'injection sans même qu'elle pousse un cri.

-- Voilà. Passons à la suite. Cependant un conseil... les bébés ont le même souci que les chiots... Attention, je ne parle pas qu'un bébé c'est un chien... Ne déformons pas mes propos. Quand on est Chirurgien spécialisé en Neurologie, on doit en même temps apprendre toutes les maladies qui touchent le cerveau de près ou de loin. Généralement les chiots ont bien souvent des soucis de poussent dentaires. Soit le maître donne des os à mâcher à son chiot, soit il s'attaque à tout ce qui est dur... Meuble... et compagnie. Il s'abime ainsi la gencive et ses dents percent et sortent sans trop de mal. Dans d'autres cas... ce souci se superpose à la pousse de travers des dents. La dent perce sur le côté de la gencive. Ce qui cause des infections plus ou moins grave auxquelles le chiot résiste bien. Chez le bébé, le problème, c'est que si les parents ne leur donnent pas de jouets à mâcher... ben... voilà ce qui arrive.

Le médecin faisait son cours de médecine au papa poule tout en prenant son scalpel et choisissait la bonne forme de lame pour l'intervention à venir. Et daigna enfin regarder un peu plus Carter qui finit par enfin lui poser une question plus personnelle... Avec les sourcils tellement froncés que cela en était amusant. Amusement qu'il ne cacha même pas en étirant un peu plus les lèvres dans un rictus rieur alors que ses yeux renvoyèrent un brin de malice.

-- Vous savez, Monsieur Carter, vous feriez un très mauvais joueur de poker...

Il alla se laver les mains et se retourna sans plus un regard pour son interlocuteur.

-- Je suis de Washington. Je vivais là-bas.

Et avant d'enfiler ses gants, il leva sa main gauche pour montrer l'Alliance qui y brillait, avant de la faire disparaître sous le latex, de prendre son scalpel, de mettre une lampe frontale et de commencer à faire sa petite opération. Entaillant millimètre par millimètre la gencive de la petite qui ne disait mot à ce qui se produisait dans sa bouche.

-- Je suis gay et marié... Mon époux s'appelle Darius... Quand toute cette merde nous ait tombé sur la tête... lui travaillait dans la police des polices... et moi je bossais à l'hôpital centrale de Washington. On s'est retrouvé au front tous les deux. Et on a été séparé... Lui a été réquisitionné pour faire face à l'affût de gens zombifiés... et moi, pour faire face à l'affût de blessés aux urgences. Le chef de service était un inconscient qui mettait la vie de tout le monde en danger... j'ai pris la tête des urgences et j'ai tué plus de 200 infectés. Neurotoxines... un coup de hache de pompier à la tête... affaire classée...

Tapant la causette sur sa vie privée et son passé de "guerre", il retira la lame de la bouche de la petite, tamponna avec un coton, et repris son travail.

-- Avec mon statut médico professionnel, je n'avais pas pu m'empêché d'analyser les images qui passaient à la TV... et de faire un diagnostique de base dessus. Il fallait être con pour ne pas comprendre ce qui animait ces gens là. Les gens oublient bien souvent que le cerveau humain à deux fonctions... Enfin bref... on s'en branle. Darius à de la famille ici... A Détroit. Et quand j'ai pu rentrer chez moi, j'ai trouvé une lettre, où il me disait qu'il devait aller aider sa famille qui vivait ici à Détroit. Alors j'ai pris la route pour venir. A pieds. Quand nous nous sommes mariés... je me souviendrai toujours de la promesse que je lui ai faite... Jamais je ne le lâcherai... jamais... je tiens ma promesse... et tout ce que je désire, c'est que mon époux soit en vie quelque part dans cette ville.

Quand il eut enfin fini, il se retira, ôta la lame usagée du scalpel qu'il jeta avec précaution dans une poubelle après l'avoir enveloppée dans les gants qu'il venait de retirer. La lampe frontale reprise sa place sur son étagère également. Puis il sortit de sa poche arrière de jean, une photographie qui colla sous le nez de Logan. C'était la photo de mariage à l'église. Son amoureux, un beau brun aux yeux bleus intense, vêtu d'un magnifique costume bleu pétrole, d'un nœud papillon rose pâle et d'une chemise blanche qui portait dans ses bras un superbe bouquet de roses bleues, blanches et rouge avec des immortelles et des lys dit de la madone. Et Donovan, le serrant contre lui, un bras autour de sa taille, vêtu tout en noir avec une chemise blanche. On voyait que c'était du taillé sur mesure... aucun doute sur la question.

-- C'est lui et moi, le jour de notre mariage... on était si heureux... dire qu'il a fallut que cette merde arrive. Enfin... pas que cela me dérange vraiment. Je m'en fou même un peu... car la seule personne qui compte dans ma vie, c'est Darius... tout ce chemin je l'ai fait pour lui et rien que lui. Même si sur ma route, j'ai soigné beaucoup de monde, a en sauvé d'autres, comme la jeune femme en haut dans la chambre. Je n'ai pas la prétention de vouloir sauver le monde. Nous ne sommes pas des super héros. Seulement des hommes de chairs et de sang. Tout comme vous... d'ailleurs. Vous avez votre fille... et ce qui compte est la protéger pour qu'elle grandisse heureuse. Quoi qu'il arrive. Moi, c'est mon époux.

Il ne regardait encore plus du tout Carter, ses yeux ne fixaient plus que cette photographie abimée... l'image d'un bonheur qu'il ne voulait que retrouver. Ses yeux reflétaient une détermination sans faille quand à l'objectif qu'il s'était fixé.


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5265
Points : 5548
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Juin - 12:24

Octavia était incroyablement calme, bien plus que Logan à vrai dire. Il essayait vraiment, mais ça le mettait beaucoup trop mal à l'aise. Peut-être était-ce tout simplement le fait que ce soit son bébé qui soit malade et qui se fasse soigner par un médecin qu'il ne connaissait pas. C'était sa chair, son sang, il voulait le meilleur pour elle et à ses yeux, le meilleur c'était Katherine. Son amie, quelqu'un qu'il connaissait, avec qui il avait combattu, vécu pendant des mois. Pas cet étranger qu'il ne parvenait pas du tout à cerner. Mais la petite allait bien, même si ça ne lui plaisait pas, elle allait très bien, elle remuait tout juste, elle ne pleurait pas. Il était dans l'obligation d'admettre que Donovan faisait son boulot correctement. Et quelque part, ça l'agaçait. Un peu. Beaucoup.

Ce qui l'agaça encore plus, ce fut la remarque qu'il se prit après avoir posé ses questions. Il retint un grognement en serrant les dents, lançant un sale regard au médecin. Il n'avait jamais eu l'intention d'être un bon joueur de poker, ni même de cacher son but dans ce petit interrogatoire. « Je me fiche bien de ne pas être assez subtile pour vous, MacAlistair. Vous voulez faire partie de cette communauté, alors jouez mon jeu, tout simplement. » grinça-t-il, sans chercher à cacher ses émotions, là non plus. Peut-être bien que monsieur le médecin n'en avait rien à faire, mais il était sur le territoire de Logan, là. Il était soumis aux mêmes règles que tout le monde et il devrait gagner le respect ou au moins l'approbation du chef s'il voulait faire son temps ici. Et il était vraiment mal parti pour l'instant, même si prendre soin d'Octavia l'aidait un peu à remonter dans l'estime de Logan.

Qu'il accepte ou non de jouer vraiment son jeu, Donovan consentit quand même à raconter son histoire, dont Logan ne perdit pas une miette. Et plus il en apprenait sur cet homme, plus sa perplexité augmentait. C'était... juste le contraire de ce qu'il aurait imaginé. Donovan lui semblait être un solitaire, un loup aux longues dents acérées, mais pas un gentil agneau pouvant trouver sa place dans le monde. Pour Logan, tout ça ressemblait surtout à un beau tissus de mensonge. Mais quand il se retrouva avec une photo du couple sous le nez, il fut bien obligé de réviser son jugement. Mentir, tout le monde le faisait, mais au point de se trimbaler avec un photomontage sur soi ? Quand même pas... Le regard de Logan passa de la photo au visage souriant de Donovan plusieurs fois, comme s'il cherchait un tout petit détail pour prouver que ça ne collait pas, mais il n'y avait rien allant dans ce sens. Rien du tout. D'un signe de la tête, Logan désigna la photo, sans lâcher le médecin du regard.

« Qu'est-ce que vous ferez, si vous le retrouvez ? » demanda-t-il. « On ne fonctionne pas comme ça, ici. C'est pas chacun pour soi et Dieu pour tous. Si vous comptez squatter le temps de mettre en place votre mission romantico-suicide, pourquoi pas. Mais si vous voulez revenir une fois que vous aurez abandonné ou que vous aurez retrouvé votre mec, va falloir faire un effort d'intégration. » C'était le principe même de communauté, non ? Et MacAlistair avait sûrement choisi la pire communauté où n'être qu'une ombre. C'était plus fort que Logan, il était hawaïen, élevé par les principes et les croyances de l'île. « Les gens qui vivent ici, ce sont ma famille. Et ceux qui restent le deviennent, c'est comme ça qu'on fonctionne, pas d'exceptions. Alors, Donovan... Vous comptez faire partie de cette famille, oui ou non ? » Son regard était dur, il ne cillait pas. Cette question n'était pas une invitation et il faisait tout son possible pour que ce soit clair et limpide pour le médecin. S'il lui en donnait la moindre occasion, Logan n'hésiterait pas une seule seconde avant de le mettre à la porte. Mais il voulait bien que le doc tente sa chance, s'il acceptait de faire ses preuves et de jouer selon ses règles. Il ne s'imaginait pas une seule seconde prêt à donner sa vie pour cet homme, mais qui sait ? Les choses pouvaient changer. Elles changeaient même trop souvent.

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 269
Date d'inscription : 05/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Donovan MacAlistair
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 4 Juil - 17:37

Donovan observa Logan parler tout en penchant la tête sur le côté. Son regard vert et froid suspendu à ses lèvres. Donnant parfois l’impression qu’il n’avait pas besoin du son et que les fins gestes de ses deux muscles charnus suffisaient pour qu’il comprenne ses propos. Connaissait-il ce que l’on appelait communément « le langage des lèvres » ? Peut-être bien. Mais, ça, il n’était pas prêt de le dire ou de l’avouer à qui que cela soit. Dans tous les cas, à la fin, il se mit à rire.

Décidément même son rire n’avait rien de chaleureux. Existait-il en lui, quelque chose de rassurant ? Sans aucun doute, oui. Puisqu’il était marié et que son époux, Darius en était fou. C’est qu’il y avait bien un truc chez lui, qui soit encore bon. Néanmoins, il fallait apprendre à le connaitre, pour savoir où se trouvait le meilleur chez cet homme tellement froid et distant aux allures de grand méchant loup, bon à abattre.

-- Puis que vous m’avez appelé Donovan, je vais donc vous appeler par votre prénom Logan. Je pense que vous ne me connaissez pas. Et que nous n’avez rien compris du tout. Vous venez de me poser une question qui n’existe même pas à mes yeux.

Il fit un grand geste des bras pour montrer où ils se trouvaient tous les trois. L’infirmerie…

-- Où sommes nous Logan ? À l’infirmerie… qu’est-ce que je fais ici ? Je veille… je veille à soigner ceux qui dans la communauté aura besoin de moi et mes connaissances en médecines. Vous êtes venus… j’ai soigné votre fille, sans faire attention à vos réticences. Qui sont pourtant bien nombreuses à mon égard. Car quand on est en communauté, ce genre de chose n’a pas court sur le devoir que l’on a, à s’occuper des autres.

Il reprit un seul gant, l’enfila, pris une petite lampe stylo, ouvrit la bouche de la petite, et regarda l’incision. Le sang ne coulait quasiment plus. C’était parfait. Il murmure un « C’est bon » avant de se redresser et de reprendre la conversation.

-- Si j’ai demandé de bosser ici, à votre amie… Katherine… qui a refusé soit dit en passant que je l’examine… car elle est malade… c’est que je me considère comme faisant partie de la communauté. Sinon, dans le cas contraire, je serai sans doute en cet instant dans la petite maison que vous m’avez allouée, et je serai dans mon lit, à me reposer.

Le Médecin Chirurgien se détourna pour prendre un thermomètre électronique et le mis dans l’oreille de la petite… la température avait bien baissée.

-- Je ne suis pas un homme qui aime la lumière. Ni qui cherche à jouer les leaders. Je suis dans l’ombre. Et si un jour on a besoin de moi, je sais être présent. Pour ma part, même si vous ne m’aimez pas. Si un jour vous êtes absent… et que votre fille est en danger… la première chose que je ferai c’est la sauver… elle et le bébé qui va bientôt arriver.

Donovan se retira encore. Tranquillement. Arrangeant tout, car il en avait terminé avec la fille de Logan. Il n’y avait rien d’autre à faire pour le moment de toute manière.

-- Si vous voulez me jeter dehors… Que puis-je y faire ? En tout cas, cela ne sera pas parce que j’ai refusé de faire partie de votre communauté. Quoi qu’il en soit revenons pour l’instant au cas de votre fille. Sa fièvre a bien tombé. Sa gencive ne saigne quasiment plus. Néanmoins, il faut que vous sachiez que maintenant, et cela pendant 8 jours, elle doit manger et boire que froid. Pas de chaud. Vous allez… par la même… dès que ses dents percent et se montrent, prendre une brosse à dent douce. Et sans aucun produit, lui brosser après chaque repas.

Il le regardait très sérieusement en lui expliquant les modalités de l’après opération qu’il venait de faire subir au bébé.

-- Il faut que vous compreniez Logan, que cette intervention, aussi anodine puisse-t-elle paraître à des conséquences sur l’émail des dents de l’endroit où la muqueuse a été ouverte. Elle se retrouve griffée. Et donc affaiblie. Il faudra donc une très bonne hygiène bucco dentaire si vous désirez qu’elle conserve au maximum ses dents de lait.

Dans une armoire, il prit une ampoule de vitamine D 3, et lui donna.

-- A mettre dans son biberon, 1 quart, par jour. Cela l’aidera. Il faudra sans aucun doute que je sorte pour aller chercher, pour votre fille des jouets à mâcher. Cela lui fera du bien…
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5265
Points : 5548
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Juil - 16:13

Le regard glacial de Logan n'arrivait plus à s'adoucir. Ce type lui donnait des envies de meurtre. Peut-être bien qu'il essayait de prouver sa bonne foi en soignant Octavia et en supportant les interrogations de Logan, mais ça ne changeait rien. Dès que le chirurgien ouvrait la bouche, de ce ton tellement guindé et tellement hautain... L'hawaïen avait envie de lui en décoller une. En partie parce qu'il avait un talent naturel pour être agaçant, en partie parce que Logan ne trouvait rien de très intelligent à répondre. Il n'avait pas fait de longues études, il n'était pas un cerveau, un bavard. Il agissait, il suivait son instinct et assumait ou improvisait les conséquences que cela pouvait entraîner. Et en ce moment, son instinct lui hurlait que ce type ne trouverait jamais sa place ici. Que l'inviter à entrer avait été une mauvaise idée qu'ils finiraient tous par payer très cher. Il ne savait pas encore quand, ni comment, mais viendrait le jour où Logan repenserait à ce petit entretien et où il se flagellerait de ne pas avoir écouter la voix de sa conscience.

Malheureusement pour l'instant, le géant n'avait rien pour corroborer ce pressentiment. Aucune preuve tangible pour clouer le bec de ce type. Il disait vrai : il travaillait ici et il faisait son job correctement. Il n'emmerdait personne et acceptait docilement tout ce qu'on lui imposait depuis son installation parmi eux. Logan pouvait se tromper, une petite part de lui le croyait en tout cas. Et surtout, il ne voulait pas qu'Octavia paye le prix de son impolitesse. Alors même s'il gardait ses yeux noirs fixés sur le médecin, sans parvenir à cacher la pointe de méfiance et de haine qui les colorait, il garda le silence à la fin du petit laïus du médecin. Un jour ou l'autre, il s'en faisait la promesse, il arriverait à le coincer. Pour l'heure, il se sentait stupide et il n'aimait pas ça, mais à part retenir sa nausée, il ne pouvait rien faire d'autre.

De nouveau, une longue tirade pleine de conseils médicaux traversa les lèvres du médecin et Logan se força à se concentrer sur les mots plutôt que sur le sentiment que dégageait le docteur. Ce calme, cette froideur... C'était difficile de les ignorer, mais il essayait, répétant chaque information importante dans sa tête pour être sûr qu'il n'oublierait rien, qu'il écoutait vraiment. La vie de sa fille en dépendait. Peut-être pas totalement, mais c'était ainsi que le père réagissait maintenant. Depuis la mort d'Eulalie, ses instincts paternels avaient redoublé considérablement pour s'assurer qu'aucun nouveau drame ne frapperait sa progéniture.

« J'irais chercher ce dont ma fille a besoin moi-même, merci bien. Vous pouvez rester ici à veiller sur notre petite communauté. » lâcha-t-il finalement, cinglant, quand le médecin s'arrêta de parler. Orgueil ou simple témoignage de haine, il n'en savait rien, mais les mots lui avaient échappé. Il refusait que ce type le fasse passer pour un père incapable. Il n'avait jamais eu l'occasion de voir un bébé faire ses dents avant aujourd'hui, il manquait un peu d'expérience sur les nouveaux-nés, mais il était encore capable de trouver de simples jouets pour le bien de son enfant et d'en prendre soin convenablement. La preuve, il avait laissé ce type poser ses mains sur elle malgré tout. Il le fusilla du regard une fois de plus avant de se détourner pour attraper une serviette sur une étagère dans son dos et venir envelopper Octavia dedans. Son comportement avec le bébé contrastait totalement avec la manière dont il se montrait face à l'adulte. Ses gestes étaient doux et soignés alors qu'il séchait doucement la fillette en lui murmurant des paroles à voix basse. Son visage s'était détendu presque automatiquement, son ton empli de tendresse. Il ne lui avait fallu qu'une seconde pour redevenir un père et un père aimant et soucieux, qui ne prêtait plus la moindre attention au médecin alors qu'il rhabillait son bébé et la prenait dans ses bras.

Finalement, quand Octavia fut prête, Logan hésita à simplement se tirer de là sans rien ajouter pour retourner chez lui et profiter du calme revenu pour qu'ils se reposent tous les deux. Mais il se ravisa en approchant de la porte et se retourna pour faire face au médecin. « Je ne sais pas ce qui cloche chez vous, mais il y a quelque chose et je finirais par le trouver. Alors profitez bien de votre petite comédie tant que vous le pouvez encore. » La menace était claire, même si Logan entendait déjà le rire moqueur du docteur pour toute réponse. Peu importait pour lui, il ne doutait pas une seule seconde d'être sur la bonne voie.

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 269
Date d'inscription : 05/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Donovan MacAlistair
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 6 Juil - 18:54



Donovan l’observa vouloir le « remettre à sa place » pour conserver son « monopole de papa poule ». Il était vraiment trop mignon le pauvre mais bon… cela le laissait de marbre et il s’en tapait comme de l’an 40 ou de sa première dent de lait. Un peu des deux d’ailleurs. Mais bon… la seule chose qu’il fit ? Lui répondre « Oui. Bien Logan. » avec un grand sourire toujours aussi froid qu’un iceberg. Le médecin se détourna totalement insensible au spectacle qui se déroulait devant lui. Un père affectueux s’occupant de sa fille. Beurk… il s’en branlait puissance 1000. Il reprit place à son bureau pour reprendre l’écriture de son étude sur le cerveau humain.

Son écriture belle et lisible couvrait lentement les pages blanches de son cahier : « Ce que l’on appelle l’âme a été étudié par bien des scientifiques les plus sérieux. La neurologie s’y est collée également. Mais dans la finalité, personne ne trouve de réponses satisfaisantes pour que l’étude arrive enfin à sa fin. Personnellement, en tant que Neuro-chirurgien, je sais que le cerveau humain et le cerveau de chaque être vivant en général produit du courant électrique de basse intensité. Ce que l’on appelle l’âme pourrait être un résidu énergétique non quantifiable. L’activité intense ou pas du réseau neuronal pourrait offrir un support de quantification de ce que nous sommes de notre vivant. Ainsi en mourant, il y aurait de forte possibilité pour que cette « énergie résiduelle » non quantifiable s’échappe pour laisser une « empreinte » dans son espace naturelle pour y laisser sa trace. »

Il allait continuer a développer sa constatation médicale quand Logan, que Donovan ignorait toujours autant, se mit à le menacer ouvertement. Il arbora un grand sourire en se calant mieux contre le dossier de son siège.

-- Ah la la la… Logan… vous êtes un homme bien compliqué je trouve… mais soit… Je vais vous offrir une devinette… Cependant attention… pour comprendre ce qu’elle représente réellement vous devez ne pas vous arrêter au sous entendu premier.

Donovan marqua une pause pour que son interlocuteur se rentre bien cela dans la tête et commença son explication :

-- Mon Darius et moi, nous avons un rituel… une manière de nous dire « bonjour » ou « bonsoir »… il vient auprès de moi, enlace ses bras autour de mon cou et me demande « - Est-ce que tu joueras au Poker ce soir ? », je lui réponds en caressant mes lèvres des siennes : « Oui bien sûr… et j’aurai même un Joker. » et lui se mordille la lèvre inférieure en me répondant : « Oh… et ta belle Harley… tu ne vas pas l’abandonner quand même. » Moi je lui tape sur les fesses en riant pour lui renvoyer la balle : « Non, j’aime faire ronronner ma Harley… » sur ce… il rétorque « Mais elle ronronne déjà ta Harley… » et moi de finir par : « C’est vrai… mais elle aime que je la fasse hurler en poussant sur l’accélérateur ».

A la fin, il éclata de rire… un rire d’une froideur à vous faire hérisser les cheveux sur la tête. Logan ignorait comme tout le monde que lui avait surnommé Darius Harley Quinn et que son chéri l’appelait le Joker…


Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» "Never be the same, if we ever meet again."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum