All I've got is a sunny afternoon Ft Enoch



InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 7:06

Ça fait quelques jours que j'ai quitté la sécurité de la maison de mon père adoptif en laissant Aube sous sa protection pour essayer de m'éloigner suffisamment des aires d'affluence de survivants pour trouver des choses intéressantes. J'ai planté mon camp dans un sous-bois assez dense en explosant les petites branches à grand coups de khukuri. Mon nouvel équipement ainsi mis à profit, j'ai pu installé la tente flambant neuve ainsi que le sac de couchage thermique à l'intérieur.

Comme je compte rester ici plusieurs jours, j'ai pris le temps de suspendre des morceaux de corde avec des conserves suspendues sur les arbres pour détecter une présence éventuelle. Une biche que j'ai trouvé blessée et pas mordue donc mangeable gît dans un coin et j'ai déjà découpé une cuisse avec le couteau planté dans son abdomen pour la faire cuire sur le petit feu lancé grâce à ma pierre de survie en tentant de frictionner mes muscles comme je peux en alternant avec le chauffage des mains au dessus de la viande qui cuit.

- Foutu hiver.

Quand est-ce que cette stupidité va finir ? Je déteste l'hiver ! La neige, le froid, heureusement, j'ai les fesses au sec sur le sol en bâche de la tente mais mes pieds sont au froid eux et le font savoir. Mais j'y prête guère attention, trop ravie d'avoir de la viande à profusion. Surtout qu'en laissant la carcasse dans la neige par ces températures, je pourrai la garder plusieurs jours. L'endroit est calme, seulement quelques maisons isolées aux alentours et depuis que je suis arrivée, je n'ai pas entendu un bruit qui ne soit pas animal et sauvage. Je préfère les bruits des animaux à ceux des morts ou des honnêtes citoyens de death-city dira-t-on.

- À nous deux.

Hmm, je croque avidement dans le morceau de viande cuite à point et savoure le goût du gibier. Je n'aurais jamais pu l'attraper si elle avait été en pleine forme mais blessée comme ça, il a suffit d'un couteau de lancer pour qu'elle ne se relève pas, un coup de nagi pour qu'elle ne se relève pas. Maintenant que je suis en solo, je dois faire attention à la nourriture alors je ne compte pas bouger d'ici avant d'avoir rongé cette prise jusqu'à l'os.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 130
Points : 417
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hound of the Ring
Enoch Lincoln
Matricule n°001
Hound of the Ring
Ven 30 Juin - 22:41

27 février 2016. - Putain. Il ne put s’empêcher de lâcher tout en grommelant. Il y avait vraiment des jours où il se passerait de ce monde plus merdique qu’apocalyptique. Au fil du temps, il avait su se montrer plus las qu’effrayé face aux rodeurs et c’était sans aucune pitié qu’il assena celui qu’il venait tout juste de croiser un coup de son pied de biche dans le crâne. Il laissa un long soupire lui échapper des lèvres alors que son regard ne se détacha pas du corps sans vie durant plusieurs secondes. Quelques instants plus tard, Enoch relevait le visage vers la route qui se faisait encore visite de là où il était, ses yeux rencontrant la carrosserie de sa Jeep qu’il avait laissé là-bas. C’aurait été trop risqué pour lui, dans ce petit bois, de se balader à son volant. Il espérait en tout cas que personne ne vienne à lui piquer sa caisse. De ces jours, avoir un véhicule sous la main rendait les choses plus faciles.

Se détournant, il porta une main à la lanière de son sac et enjamba le cadavre pour poursuivre sa route. Il ne savait pas trop ce qu’il allait trouver, en se promenant par ici. Il espérait tomber sur des animaux, ou au pire des cas sur quelques rodeurs. Encore une fois il en venait à ne pas souhaiter croiser une personne, un vivant. Les seuls qu’il lui arrivait encore de croiser étaient les membres de Fort Hope et il devait bien avouer que ça lui allait très bien comme ça. Il avait assez vécu dehors avant de rejoindre la communauté, en compagnie de sa Cora, sa douce Cora qui maintenant n’était plus. Il savait très bien à quel point ce nouveau monde avait changé les gens, et que de véritables fils de catins pouvaient se balader là, dehors, ou peut-être tout près de lui.

C’était sûrement pour ça qu’il demeurait sur ses gardes. Sa main demeurait accrochée à la lanière tandis que la seconde tenait fermement son arme de prédilection. Ses yeux scrutaient devant lui, et chacun de ses côtés. Il gardait les oreilles ouvertes pour repérer le moindre bruit susceptible d’attirer son attention ou bien de le mettre en danger. Il se tenait même prêt à se retourner si besoin, pour celui qui aurait eu l’audace de l’attaquer derrière le dos. Les gens étaient désormais de véritables pourritures, et beaucoup en seraient capables. Il valait donc mieux rester méfiant. Apercevant ce qui avait l’air de ressembler à un petit campement plus loin, il ralentit. Inconsciemment, il en vint à plier légèrement les genoux et avançait le plus discrètement possible. Y avait-il encore des gens ? Était-ce un ancien campement ?

Il n’en savait rien, mais il pouvait très certainement y avoir quelques trucs là-bas qui pourraient être bonnes à ramener au camp. Et il n’allait pas rater cette occasion. C’était assez rare qu’il trouve des choses assez intéressantes et c’était ainsi qu’il se rapprochait encore, retenant même son souffle. Il passa derrière la tente, restant aux aguets, espérant surtout que l’un de ces monstres n’en surgisse pas. Cependant, en la contournant, il fit la rencontre d’une silhouette féminine qui lui était inconnue. Merde. Croisant ses yeux un instant, il sentit son corps se raidir sous la pression et l’emprise qu’il détenait sur son pied de biche se fit plus intense. Il se tenait prêt au cas où elle en viendrait à l’attaquer.

_________________



when the fires have surrounded you, with the hounds of hell coming after you. when the fires are consuming you and your sacred stars won't be guiding you. i've got blood on my name. ⊹ barton.

leïa ☣️ callie ☣️ diana
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 22:04

Je continue de dévorer ma source de protéines à pleines dents alors qu'un homme s'approche en rampant de mon campement jusqu'à se retrouver nez-à-nez avec moi. J'hausse un sourcil, un type qui s'approche avec autant de prudence d'un camp ne doit pas être accompagné, tant mieux. J'ai pas encore eu le temps d'installer des pièges et je ne l'aurai probablement jamais. J'avale le morceau de viande avant de baisser mes mains, reposant les coudes contre les genoux en tenant le steak de ma main gauche ensanglantée.

- Un souci ?

J'hausse un sourcil avec mon air pas commode et fait un signe de main en direction du second tronc d'arbre pour lui faire signe de s'asseoir dessus, ou par terre en prenant le tronc comme dossier comme moi. C'est vrai que je ne suis pas aimable mais au moins, son arrivée a le mérite de m'amuser. Je suis bien installée, toute seule dans mon bois avec la tente derrière moi contenant mes affaires et la moto couchée sous des branches un peu plus loin. La vie est belle aujourd'hui et c'est décontractée que je sors mon couteau de combat planté dans le sol gelé pour découper un morceau de viande et le tendre au nouveau venu en me penchant en avant.

- Tu fais quoi ici ?

Pourquoi ne pas proposer une trêve ? Nous sommes bien trop proches de mon campement pour qu'il ne puisse pas le retrouver plus tard et si jamais je l'agresser et arrive à le faire fuir, rien ne me garanti qu'il ne reviendra pas avec des copains dans deux heures pour me faire regretter mes actes. Ça pourrait même être encore plus rapide et je n'aurai même pas le temps de plier bagages. Je ne doute pas de ma capacité à planter mon couteau dans sa gorge mais sait-on jamais, il a un vieux pieds de biche à la main et sait peut-être s'en servir. J'ai jamais aimé les armes contondantes, t'es trop moche quand on te retrouve après que tu te sois faite explosée avec ce genre de trucs et j'ai pas envie qu'Aube tombe sur moi comme ça en se promenant un beau jour.

- Moi c'est Skywalker et je crois que c'est assez évident que t'es sur mon campement là...

Si l'évidence est trop faible, autant le buter tout de suite, soit c'est un menteur, soit c'est un idiot et je n'ai pas de temps à perdre avec un Forest Gump en puissance.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 130
Points : 417
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hound of the Ring
Enoch Lincoln
Matricule n°001
Hound of the Ring
Mer 5 Juil - 20:32

Il restait silencieux, et même bouche bée face à la demoiselle qui se présentait devant lui. Ça oui, il était grillé, alors qu’il avait voulu se faire discret. Il n’avait pas su si ce camp appartenait encore à quelqu’un, ou si celui à qui il avait appartenu s’était fait bouffer, ou s’était fait éclater la cervelle tout seul… En fait, Enoch avait imaginé mille et un scénarios, mais sûrement pas celui-là. N’osant prendre la parole en premier et craignant clairement la réaction de la jeune femme quant à cette effraction, il occupa plutôt ses yeux à la détailler de long en large, de haut en bas, ses vêtements, son visage. Puis son regard dévia de ses yeux pour se poser rapidement sur ses affaires, celles qu’elle avait autour d’elle, afin de déterminer ses armes, ses possessions tout simplement. Son regard se releva de nouveau vers le sien, et elle fut la première à briser le silence. « Un souci ? » L’homme fronça les sourcils. N’allait-elle pas dégainer sa lance, la lui mettre sous la gorge avant de la lui trancher ? Allait-elle réellement rester là, sans bouger plus, l’air décontracté à le toiser ?

Drôle de personnage, n’est-ce pas ? Enoch s’était plus attendu à ce qu’elle l’attaque plutôt qu’elle ne commence à lui taper la causette, tranquillement. Était-elle inconsciente au point d’oublier le monde dans lequel ils vivaient désormais ? Il ne semblait pas, vu comment elle était équipée. Mais Enoch pouvait pourtant être n’importe qui. Un ancien criminel, un violeur, un homme qui finirait par la voler. Bien que ça n’en soit pas ses intentions. Lui était plutôt dans l’idée de se trouver des vivres, ou des choses intéressantes à ramener à Fort Hope. Mais certainement pas à voler. Il n’était pas fou au point de risquer sa vie de la sorte, et l’arme de la demoiselle lui donnait encore moins envie de l’embêter. Mais pour sa part, au lieu de se méfier de lui, elle lui avait plutôt tendu un morceau de viande, dont la partie qu’elle lui offrait venait d’être découpée de celle qu’elle grignotait déjà.

Toujours aussi incertain mais aussi sur ses gardes, il attrapa la viande entre ses doigts et la regarda. Il lui aurait bien demandé si elle était empoisonnée, mais le corps de la bête plus loin qui semblait encore frais et le fait qu’elle en mangeait quelques secondes avant qu’il ne l’interrompt dans son repas le poussa à ne pas le faire. Au lieu de ça, il mordit dedans d’une faim qu’il ne pensait pas ressentir quelques instants plus tôt. Il fallait dire qu’il ne faisait pas vraiment attention à ça, sauf quand son ventre criait vraiment famine au point qu’il en serait capable de s’évanouir. Et avec l’angoisse de se retrouver face à un monstre avide de chair lui passait non seulement toute envie de manger mais aussi la faim qu’il pourrait ressentir. Mais il devait bien avouer que ce morceau de chair lui donnait tellement envie qu’il avait réveillé ses instincts et, après avoir pris place à l’endroit qu’elle lui indiquait, il n’avait qu’une envie, c’était de dévorer ce qu’il avait entre les doigts.

« Tu fais quoi ici ? » La voix de la jeune femme lui revenait aux oreilles et, pendant une seconde, il semblait avoir comme oublié sa présence. Il releva la tête vers elle, essayant sa bouche d’un revers de manche. « Je cherchais quelque chose. N’importe quoi. Quelque chose d’intéressant, que je pourrais ramener à mon camp. » Il était honnête, il ne lui voulait non plus pas de mal et il ne comptait pas prendre plus que ce qu’elle ne lui avait donné. Voler, ce n’était pas son genre. En fait, toute sa vie, il avait vécu uniquement par les généreuses sommes qu’il avait gagnées en remportant ses matchs. Par conséquent, bien qu’il fût riche à un moment donné, il n’avait jamais volé. Ni même durant son enfance. Il n’avait jamais osé arracher un bien à son propriétaire, s’étant plutôt occupé à prendre des petits boulots allant même jusqu’à se prostituer pour pouvoir vivre. Peut-être qu’au fond il était bien trop honnête et peut-être que sa vie se serait mieux passée s’il avait su aller au-delà des lois au moins une fois dans sa vie. Si on écartait les nuits passées au poste car il avait bien trop bu.

« Moi c'est Skywalker et je crois que c'est assez évident que t'es sur mon campement là... » Il hocha le visage, après avoir arraché un morceau de la chair et la mâchait avidement. Après avoir avalé, il s’arrêta et la regarda. « J’ai remarqué. J’ai vu ton campement de loin. » Puis il haussa les épaules. De toute évidence, il n’était pas prêt à l’attaquer non plus, tout comme la demoiselle ne semblait pas bouger non plus. Une étrange rencontre, alors que petit à petit, Enoch reprenait son assurance. « Je pensais pas que t’étais là. En fait, j’espérais même qu’il soit abandonné. Y’a toujours des bons trucs à récupérer sur des camps abandonnés. » Il reprit une bouchée de sa viande, qu’il avait presque terminée. « Skywalker, hein ? Original. C’est ton vrai nom ? » Lui demanda-t-il en haussant un sourcil. Des Skywalker, il n’en avait jamais rencontré, sauf dans La Guerre des Étoiles. Et si ce n’était qu’un surnom, alors il l’étonnait plutôt. Mais bon, qui était-il pour juger les autres ? « Moi c’est Enoch. Tu viens d’où ? Qu’est-ce que tu fais toute seule ici ? » Il eut un semblant de sourire en coin. « A moins que tu ne sois pas réellement toute seule et que tes copains se cachent quelque part ? »

_________________



when the fires have surrounded you, with the hounds of hell coming after you. when the fires are consuming you and your sacred stars won't be guiding you. i've got blood on my name. ⊹ barton.

leïa ☣️ callie ☣️ diana
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 17:41

Tandis qu'un air de compréhension s'affiche sur mon visage, j'hoche la tête lorsqu'il m'explique pourquoi il s'est approché de mon camp. C'est satisfaisant, j'aurais fait pareil. Il a l'air de se détendre maintenant et je l'observe toujours pour essayer de lire dans ses yeux mais je ne sais pas, il n'a pas l'air de ce monde pour moi. Sa question sur mon nom m'arrache un ricanement.

- La bonne recette pour une Skywalker : un père fan de Star Wars, pas de pénis et un frère jumeau.

Je sors mon permis de conduire de la poche intérieure de mon blouson et lui tend la carte avec des informations vitales sur ma vie avant la fin. On y voit bien sûr mon nom complet, ma photo et les indications d'usage, ville de délivrance : Detroit, ma date de naissance et quelques trucs.

- Je m'appelle Leïa, mon frère s'appelait Luke. J'ai changé de nom quand je suis revenue...

L'homme a beaucoup de questions mais finalement, je me laisse aller à répondre sans me poser plus de question que ça.

- Enoch ? Prénom royal... En fait je ne sais pas trop quoi te répondre. Je suis née et ai grandi ici. Il y a trois ans, je partais au Canada pour un road-trip avec mon frère et j'ai vu la fin du monde depuis Montréal. Donc on pourrait dire que ma nouvelle vie a commencé là-bas. D'un autre côté, mon frère est mort dans un bois à pas plus de dix kilomètres dans cette direction. Je crois quand même que la bonne réponse sera Detroit.

Lorsqu'il me dit qu'il est inquiet par mes éventuels acolytes, un rictus franchit mes lèvres en un sourire somme toute inquiétant et je lève ma lance en la tendant devant moi, arrêtant la pointe juste avant de toucher sa poitrine.

- Ne t'en fais pas. - je repose la lance - Je suis seule. J'ai eu une famille, des amis, des connaissances, des followers, par centaines, mais maintenant, je voyage seule.

Surtout parce que mon amant m'a laissé quelques jours et que ni Alair, ni Aube n'étaient enclins à venir faire du camping alors qu'ils ont accès à une maison.

- Maintenant, il reste quelques personnes mais... Ceux d'avant sont morts.

J'ai rencontré des gens qui avaient réussi à sauver leur famille, j'ai même rencontré le vrai père de ma fille adoptive mais moi non... ils sont tous morts ou considérés morts.

- Et toi Enoch ? Tu as des amis dans le coin ?

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 130
Points : 417
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hound of the Ring
Enoch Lincoln
Matricule n°001
Hound of the Ring
Dim 30 Juil - 19:09

Bien sûr que ce n’était pas son vrai nom. C’était bien trop prévisible, mais ne savait-on jamais. Les gens le surprenaient de jour en jour. « La bonne recette pour une Skywalker : un père fan de Star Wars, pas de pénis et un frère jumeau. » Enoch ne put réprimer un sourire en coin. Il aurait probablement adoré avoir un père comme ça. Dommage qu’il ne soit mort alors qu’il n’était que bien trop jeune pour se souvenir parfaitement de lui, gardant quelques flous en guise de souvenir. « Je m'appelle Leïa, mon frère s'appelait Luke. J'ai changé de nom quand je suis revenue... »

Et puis il s’était présenté, et lui avait posé plusieurs questions. Peut-être qu’il pouvait paraître un peu trop curieux aux yeux de la brune, pourtant elle n’en dit rien et se contenta de répondre. Au moins, ça passait le temps. Et il n’était pas en si mauvaise compagnie qu’il ne le pensait. « Enoch ? Prénom royal... Il haussa un sourcil. En fait je ne sais pas trop quoi te répondre. Je suis née et ai grandi ici. Il y a trois ans, je partais au Canada pour un road-trip avec mon frère et j'ai vu la fin du monde depuis Montréal. Donc on pourrait dire que ma nouvelle vie a commencé là-bas. D'un autre côté, mon frère est mort dans un bois à pas plus de dix kilomètres dans cette direction. Je crois quand même que la bonne réponse sera Detroit. »

Finalement, Enoch lui avait fait part de ses doutes quant au fait qu’elle soit réellement seule. Une question qui lui avait semblé nécessaire d’être posée, bien qu’il sache déjà la réponse. Au moins, elle lui confirmait qu’elle était toute seule. « Ne t'en fais pas. Je suis seule. J'ai eu une famille, des amis, des connaissances, des followers, par centaines, mais maintenant, je voyage seule. Maintenant, il reste quelques personnes mais... Ceux d'avant sont morts. » Il l’écoutait parler, avalant ses paroles autant que le dernier morceau de viande qu’il lui restait entre les doigts. Une fois qu’elle eut finit, il releva son visage vers elle, alors qu’elle lui retournait la question. « Et toi Enoch ? Tu as des amis dans le coin ? »

Il haussa les épaules. Des amis, il n’en savait rien. Des coéquipiers, des collègues, oui. Enfin, il y avait Callie, Logan, mais la plupart des gens de Fort Hope n’était que des personnes avec lesquelles il se contentait de survivre. Il y en avait pas mal qu’il ne connaissait pas très bien personnellement et il fallait plutôt avouer que Enoch était du genre à faire cavalier seul. Disons que peu de personnes arrivaient à transpercer sa carapace et à voir qui se cachait derrière. « Je fais partie d’une communauté. Mais ça fait longtemps que je n’ai plus de vrais amis… » Commença-t-il. Il baissa les yeux.

« Ma dernière amie, j’ai dû l’achever. Et encore, je ne suis pas sûr d’y être arrivé. Elle était blessée, et elle voulait éviter de se faire dévorer par les rôdeurs, alors elle m’a demandé de lui tirer directement dans le crâne. Si ça se trouve, je l’ai loupée et… » Et effectivement, Enoch craignait que ses derniers instants aient été encore plus douloureux. Mais il ne s’attarda pas sur ce sujet. Le fantôme de Cora, ou du moins ce que son imagination hantée par les démons de son passé lui montrait, lui faisait déjà bien assez de reproches. Et une raison qui poussait Enoch à partir de Fort Hope, en reconnaissance ou autre, c’était bien pour lui échapper. Alors il préféra de changer de sujet et de le reporter sur Leïa. « Tes quelques personnes. Elles sont où ? Pourquoi vous ne restez pas tous ensemble ? J’pense qu’une règle importante de la survie c’est de ne pas être toute seule justement. »

_________________



when the fires have surrounded you, with the hounds of hell coming after you. when the fires are consuming you and your sacred stars won't be guiding you. i've got blood on my name. ⊹ barton.

leïa ☣️ callie ☣️ diana
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Aoû - 1:10

Il m'arracherait presque un rictus quand il parle de son amie morte. On a tous achevé quelqu'un, j'ai abrégé les souffrances des deux hommes de ma famille et je n'hésiterai pas si un jour je tombe sur la carcasse animée de ma génitrice. Il le faut mais louper son coup n'est jamais agréable.

- Tu as fais du mieux que tu le pouvais ? Elle serait morte de toute manière. Dis-toi que ce n'est pas le genre des morts de garder de la rancune. Le pardon le plus difficile vient des vivants.

Le pauvre Enoch se voit balancer des évidences pourtant pas si évidentes que ça si on ne met pas le doigt dessus et je lui fais un clin d'oeil peut-être malvenu mais avec une lourde signification : c'est à lui de se pardonner maintenant, son amie est morte, elle s'en fout. Pour répondre à sa question, je me dois de prendre un instant pour réfléchir à la vérité et la lui donner de manière aussi simple que possible.

- J'ai une fille qui habite à Grosse Pointe avec l'homme qui m'a ramené à la vie et leur garde du corps mais je ne supportais pas de rester à préparer des défenses. J'ai besoin de bouger. Pour les autres, il y a celui qui m'a trouvée quand j'étais quasiment morte et qui est devenu mon régulier, maintenant il est avec une militaire et ils coulent des jours heureux en attendant la prochaine escarmouche. Sinon, ce sont surtout des gens avec qui j'ai troqué, il y a un viking avec qui je suis allée à la chasse au loups - j'agite devant lui la fourrure qui me recouvre - et une ancienne actrice qui a un look d'enfer.

C'est globalement les personnes qui comptent pour moi. Je n'ai pas revu Iris depuis longtemps à mon grand désarroi et je commence à penser qu'elle est définitivement morte. Je souris cependant à Enoch en espérant qu'il comprenne pourquoi je suis seule maintenant.

- La plupart font partie de communautés comme toi. Ils ne vont pas quitter un endroit sûr et sécurisé pour mes beaux yeux tu vois? Et je ne veux pas me retrouver avec un type qui pense que je lui appartiens.

Ce serait le pire pour moi, je me considère comme libre et je savoure cette sensation autant que possible, me galvanisant de mes capacités à survivre seule. Au final, je suis peut-être la seule à ne dépendre vraiment de personne...

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 130
Points : 417
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hound of the Ring
Enoch Lincoln
Matricule n°001
Hound of the Ring
Ven 11 Aoû - 14:05

« Tu as fait du mieux que tu le pouvais ? Elle serait morte de toute manière. Dis-toi que ce n'est pas le genre des morts de garder de la rancune. Le pardon le plus difficile vient des vivants. » Leïa n’avait que trop raison et Enoch le savait parfaitement. Il n’était pas sûr que Cora là-haut, du moins s’il y en avait un de là-haut, lui en veuille pour les fautes qu’il avait commises. Après tout, ses démons n’étaient que dans sa tête et effectivement, il avait besoin de se pardonner pour pouvoir avancer. Vous me direz, c’est carrément plus facile à dire qu’à faire. N’est-ce pas ? C’était d’ailleurs actuellement ce que l’homme pensait en entendant la demoiselle lui révéler ceci. Dans tous les cas, il avait besoin de temps. Il savait seulement qu’il voulait que ça cesse. Alors ce n’était plus qu’une question de jours, de semaines, de mois. Il n’en savait rien, mais ce n’était qu’une question de temps quoi.

Puis il lui avait demandé où étaient actuellement les « quelques personnes » qu’elle avait évoquées plus tôt. Peut-être qu’il était un peu trop curieux, et bavard, des choses qui l’étonnaient. Mais il ne pouvait s’empêcher de demander. Au fond, elle lui paraissait plus sympathique qu’autre chose. Et étrangement, sa méfiance avait largement baissée. Mais ce n’était pas un détail auquel il prêta réellement d’attention. « J'ai une fille qui habite à Grosse Pointe avec l'homme qui m'a ramené à la vie et leur garde du corps mais je ne supportais pas de rester à préparer des défenses. J'ai besoin de bouger. Pour les autres, il y a celui qui m'a trouvée quand j'étais quasiment morte et qui est devenu mon régulier, maintenant il est avec une militaire et ils coulent des jours heureux en attendant la prochaine escarmouche. Sinon, ce sont surtout des gens avec qui j'ai troqué, il y a un viking avec qui je suis allée à la chasse aux loups et une ancienne actrice qui a un look d'enfer. »

Lorsqu’elle évoqua le viking, il ne put retenir un sourire en coin. Lui aussi il en connaissait un, ou du moins de loin. Peut-être qu’ils parlaient du même. Sûrement même. Vous en avez beaucoup vus vous, des types à tête de viking, à Grosse Pointe ? Je ne crois pas non. « La plupart font partie de communautés comme toi. Ils ne vont pas quitter un endroit sûr et sécurisé pour mes beaux yeux tu vois ? Et je ne veux pas me retrouver avec un type qui pense que je lui appartiens. » Ouais, au fond il pouvait comprendre. Il avait un peu atterrit à Fort Hope au hasard, et il y était resté depuis uniquement pour essayer de se reconstruire après l’Apocalypse, après Cora. Il était resté des mois sans réelle attache, puis il était devenu ami avec Logan, avec d’autres. Et il avait rencontré Callie. Et là, finalement, il s’était attaché à la communauté. Peut-être qu’il n’aurait pas dû, peut-être que si. Peut-être qu’il aurait dû partir avant. De toute façon, le mal – ou le bien ? – était fait. Il ne pouvait plus faire marche arrière.

« Ouais je vois. Et j’en déduis qu’effectivement, les communautés, c’est pas ton truc. » C’était même trop facile de le deviner. Il laisse un sourire en coin lui échapper, et il sembla regarder ailleurs. « Merde alors. Je pensais pas que le futur, ça allait être ça. » Nostalgie ? « Je me revois encore sur le ring. L’excitation qui montait, les gens qui m’acclamaient. Mon adversaire qui arrivait, qui me faisait face. Ces tonnerres d’applaudissements, lorsque je le mettais KO. Je m’en souviens encore parfaitement, comme si ces souvenirs m’appartenaient. C’est le cas, mais… Ils semblent tellement lointains. J’ai l’impression qu’ils appartiennent à une autre vie. » Il inspira profondément, relâchant tout l’air par les narines. « Et toi ? Tu ne regrettes pas l’époque où ces… Je ne saurais comment les appeler, ne rôdaient pas ? »

_________________



when the fires have surrounded you, with the hounds of hell coming after you. when the fires are consuming you and your sacred stars won't be guiding you. i've got blood on my name. ⊹ barton.

leïa ☣️ callie ☣️ diana
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 608
Points : 749
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Aoû - 22:14

Un soupir s'échappe de mes lèvres, pas que je déteste les gens, juste qu'il faut que j'ais le feeling et depuis la librairie, je crois que je suis devenue plus parano que la plupart vis-à-vis des groupes.

- On va dire que j'ai du mal avec l'autorité. Soit c'est d'égal à égal, soit je me suis tirée avant l'aube en général. Mais le respect, ça se gagne.

Pourquoi je lui raconte tout ça? Probablement que Dawn m'a donné l'habitude de trop parler et que la solitude me pèse? D'un autre côté, Enoch me fait plus penser à un fantôme du passé qu'à un réel survivant, pas qu'il soit apprêté avec une manucure de new-yorkais mais dans ses propos. Tandis que j'ai laissé derrière moi mon passé au point de changer de nom de famille, lui semble regretté jusqu'à son travail.
Je n'ai jamais trop suivi la boxe, j'ai vu des matchs, mais mon truc c'était le hockey. Et puis... comment on peut regretter le temps où on se faisait casser la gueule?

- T'en fais pas, les k.o ça me connait. J'ai passé quelques jours à me faire tabasser dans une cabane. Personne ne m'a vu sans couteau depuis...

Un sourire peut-être un peu trop carnassier s'allume sur mon visage tandis que je me remémore les surprises que j'ai déjà eu l'occasion de donner à ceux qui pensaient que je gardais qu'une ou deux armes sur moi.

- Tu devrais oublier le passer. Il ne reviendra pas et oui : c'était une autre vie. J'étais étudiante en marketing avant. Je pouvais débattre sur l'intérêt et la sémiotique des couleurs ou te montrer les défauts d'une publicité d'un coup d'oeil. À quoi ça sert maintenant?

Je sors mon harmonica et lui tend comme si c'était une babiole.

- C'est mon père qui me l'a donnée quand je suis partie à l'université. C'est le dernier souvenir qu'il me reste de lui avec une cicatrice quand il m'a envoyé à travers une baie-vitrée quand je l'ai retrouvé mort. Ma mère a tout simplement disparu des radars et mon frère a été égorgé par les mêmes qui m'ont torturé. Ta vie, elle est ce que tu en fais.

J'ai eu envie de balancer cette harmonica plus d'une fois à travers la forêt pour oublier complètement mon ancienne famille. Mais cet instrument de musique métallique un peu cabossé, c'est mon ancre pour ne pas oublier qui j'étais et ne pas perdre ma dernière once d'humanité.

- C'est pas une question de regrets Enoch. C'est une question de dealer avec. Tout le monde est mort, il faut relativiser ça maintenant et te satisfaire d'être toujours en vie. C'est le plus important, tuer, s'il faut le faire, fais-le. Les morts ne sont qu'un changement de contexte. D'un autre côté, on t'offre aussi une seconde vie et je n'aurais jamais imaginé avoir un don pour le lancer de couteau avant que les morts ne reviennent.

Il faut que je me calme. J'ai haussé le ton sans le vouloir, énervée par le rappel du passé. Heureusement pour Enoch, j'ai fais la paix avec l'âme de mon frère en massacrant Johan et son groupe puis en enterrant ce qu'il restait de Luke. Depuis, je suis capable d'en parler sans me mettre en rage ce qui n'était pas le cas avant, il fallait au moins un militaire comme Barry pour me maîtriser.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» VICTORIA ▬ sunny afternoon
» lazin' on a sunny afternoon [PV Rebecca]
» ... It's just another rainy sunday afternoon. [PV Akathès]
» Sunny invita Aurélien au ciné (pv Aurélien)
» Remake d'Afternoon Delight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum