"never forget" logan



InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 294
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Elias Kaneki
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Dim 2 Juil - 23:15

Vivre ici m'apportait un confort étrange, car bien trop semblable à celui de l'hôpital. J'avais peur de m'y habituer, de voir le monde s'écrouler à nouveau. Je n'avais pas la main sur tous, mais je ne pouvais pas ignorer ce qui m'avait forgé jusqu'ici. J'étais un soldat. On disait qu'avec les années, qu'avec le temps, les images finissaient par disparaitre, que l'habitude naissait et qu'on n'était plus aussi touché. J'aurais aimé que ce soit vrai, que les images ne soit plus que de vague souvenir. Mais cette nuit encore, je me réveil en sueur, les cauchemars d'une nuit d'horreur comme seule compagnie. Je revivais sans cesse le fait de n'avoir rien pu faire. D'avoir survécu, simplement survécu. Cette gamine que j'avais voulu protéger ne méritait pas ça, elle ne méritait pas de se retrouver ainsi. Poussé vers la mort alors qu'elle aurait pu survivre.  Elle aurait pu s'en sortir si seulement la balle s'était brisé sur moi. Si j'étais mort. Mais la chance avait tourné en ma faveur et la gamine avait été raflé par la mort. Restant là, assis pendant de longues minutes sur mon lit, je cherchais à retrouver mon calme, mon souffle. Je faisais de plus en plus de cauchemar, comme si ce que je refusais de voir en journée finissait par revenir la nuit. Les démons ne nous laissent jamais réellement tranquille, ils continuent à vivre tant qu'ils sont nourrit. Je préférais perdre le sommeil que de revoir ma vie se jouer en plein jour. J'avais peur de perdre plus d'homme, de ne pas savoir sauver tout le monde. Si ma meilleure amie avaient été là, elle aurait rit avant de me taper à l'épaule. Elle me manquait, tout ce qui étaient derrière moi me manquaient. Le jours n'allait de toute évidence pas tarder à ce lever lorsque je m'habillais correctement. Descendant au rez-de-chaussée je sortais mon téléphone de mon sac, trente et un pourcentage de batterie… Je le chargeais rarement, car j'évitais le plus possible de regarder derrière moi, pourtant j'en avais besoin. Cela devait faire un bon bout de temps que je m'étais plongé dans les vidéos de diverses soirées, car lorsque l'on tapa à la porte je fis un bond. Mon sourire fana presque aussitôt. Saisissant mon arme par la crosse, je n'avais jamais confiance lorsque l'on venait me voir, mais un rapide coup d'oeil par la fenêtre me rassura sur mon visiteur. Glissant l'arme en bandoulière, j'ouvris la porte sur Logan Carter. Le salut presque aussitôt de façon formel, je commençais, « Monsieur. », reculant d'un pas pour le laisser rentrer, je finis par réaliser qu'il faisait bien trop sombre chez moi. Je m'y étais habitué à force, le nuit ne pouvait plus me tromper en sois. « Mes affectations ont changé ? », ajoutais-je un peu nerveux, non pas à l'idée de devoir veiller à la sécurité de tous un peu plus tôt, mais bien à l'idée ne m'être fait surprendre sur mon emploi du temps. Depuis janvier, j'étais bien trop docile, bien trop abattu pour lutter contre qui que ce soit. Je n'avais plus la force de proposition qui m'habitait il y a peu encore. J'avais perdu beaucoup trop en une nuit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5262
Points : 5536
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 10:57


We're just two lost souls Swimming in a fish bowl, Year after year, Running over the same old ground.

3 Mars 2016 — Déjà habillé et en pleine forme alors que le soleil pointait tout juste le bout de son nez dans le ciel, Logan descendait les escaliers pour rejoindre le rez-de-chaussé de sa maison, bien décidé à se faire une nouvelle tasse de café. Il avait été réveillé bien avant ce qu'on aurait pu définir d'heure décente, par les pleurs d'Octavia encore en pleine souffrance à cause de ses dents, mais c'était comme ça si souvent qu'il ne s'en formalisait plus tellement. Il débarqua dans la cuisine pour tomber sur un spectacle qu'il aurait autrefois trouvé attendrissant et qui l'aurait rendu heureux : Joy tenant Octavia dans ses bras et lui chuchotant les paroles d'une chanson pour l'aider à s'endormir. Aujourd'hui, ça n'avait aucun effet apaisant sur le géant. Tout était devenu tellement... normal. Routinier. La vie de famille, le boulot derrière un bureau presque toute la journée, les heures de garde bien définie... Logan ne mettait presque plus les pieds en dehors de l'enceinte de Fort Hope. Ça lui laissait aussi beaucoup trop de temps libre pour ressasser ses démons et ses fantômes.

Il fallait qu'il sorte de là. Qu'il sorte de cette maison, de ce camp. De cette vie. Juste une journée, tout se passerait bien. Il ne savait pas encore pour aller ou pour faire quoi, mais son besoin de fuir était si fort qu'il eut un mal de chien à ne pas juste courir jusqu'à la porte sans rien dire. Il se fit violence pour avancer calmement jusqu'à sa famille, pour embrasser sa femme et sa fille en leur offrant un sourire plein de tendresse et expliquer posément qu'il devait sortir, qu'on l'attendait pour une petite expédition et qu'il reviendrait vite. Personne ne l'attendait vraiment, mais peu importe, pas vrai ?

Il faisait encore froid dehors, mais ça lui faisait du bien. Ses idées s'ordonnaient plus facilement alors qu'il remontait Grand Marais Street d'un pas rapide, le regard vrillé au sol au cas où il croiserait un lève-tôt pris d'une envie soudaine de lui adresser la parole. Il n'y eut personne et dans le fond, ça ne l'arrangeait pas trop. Il avait horreur de mentir, encore plus à Joy qu'aux autres d'ailleurs et il était vraiment prêt à embarquer avec lui le premier qu'il croiserait juste pour se donner l'impression que son mensonge n'en était pas vraiment un. C'est comme ça qu'il se retrouva à frapper à la porte de la maison qu'occupait le lieutenant Kaneki. C'était la dernière maison habitée par quelqu'un qu'il supportait un tant soit peu avant de quitter pour de bon l'enceinte de Fort Hope.

La porte s'ouvrit assez rapidement. Il  se força une seconde à sourire avant d'abandonner cette idée stupide. Ce type se fichait totalement que le leader de son groupe soit un mec heureux et souriant. Ce genre de connerie n'intéressait que les gens qu'il voulait fuir à tout prix. Mais le froncement de sourcils au salut de Kaneki, ça, Logan n'essaya pas de le retenir. Monsieur ? Vraiment ? « Appelez-moi Logan. » grimaça-t-il pour toute salutation. « Ou au moins Carter. » Ce type était tellement... un soldat. C'était perturbant et Logan n'arriverait sans doute jamais à s'y faire. Il secoua la tête rapidement pour remettre ses idées en place. « Je voulais seulement vous proposer de venir avec moi. Je vais juste... sortir chercher quelques trucs pour le groupe. Il y a un quartier commercial à un ou deux kilomètres vers le nord. » Il allait devoir se trouver un vrai plan très rapidement, mais pour le moment, il s'en sortait encore avec le vague et l'incertitude. « Vous accueillez toujours vous visiteurs avec un si gros calibre ? » demanda-t-il en désignant l'arme que le lieutenant portait à l'épaule d'un signe du menton. « Personne ne vous veut de mal, ici, vous savez ? »

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 294
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Elias Kaneki
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 4 Juil - 0:03

J'avoue avoir été suffisamment surprit par sa demande pour répondre instinctivement, « Oui Monsieur. », avant de froncer les sourcils. Il m'avait demandé de l'appeler par son prénom ou son nom, ce n'était pas compliqué en soit. « Carter, je voulais dire Carter. »,repris-je bien assez vite en cherchant à ne pas avoir l'air stupide devant l'homme qui nous était venu en aide. Lui demandant rapidement ce qu'il en était de sa présence ici, il m'informa qu'il sortait chercher quelques "trucs" pour le groupe au niveau du quartier commercial à quelques kilomètres d'ici et qu'il souhaitait y aller avec moi. J'avais l'impression que quelque chose sonnait faux dans ses mots, mais je ne dis rien. Il avait ses raisons, je n'avais pas à aller à l'encontre. La seule chose qui m'inquiétait à présent étant la présence d'élément agressif dans les parages, des zones de vivre étaient malheureusement peuplé de sans âmes. Sans doute étais-ce la la raison de ma présence ici. « Je prends mon sac et je suis prêt. », déclarais-je alors. Il était évident que tout été déjà prêt dans l'hypothèse d'une attaque surprise demandant une fuite rapide. J'allais d'ailleurs reculer pour prendre ce dernier lorsqu'il me demanda si j'accueillais toujours mes visiteurs avec un gros calibre, ajoutant alors que personne ne nous voulait du mal ici. Un voile passa dans mon regard sans que j'eusse pu le retenir. Je n'avais guère confiance, je n'avais plus la même facilité qu'avant.

« C'est ce que je pensais à l'hôpital alors que j'étais moi-même en charge de protéger tout le monde. », déclarais-je en reculant pour prendre mon sac, la mâchoire un peu plus serré qu'elle ne le devait. J'avais échoué à protéger des gens alors que c'était mon métier. Je devais tuer des personnes simplement car une épidémie les avaient touchés. Je ne savais pas vivre avec toutes ces morts. Ni même aller de l'avant. « Sauf votre respect, et sans remettre en doute quoi que ce soit, ni même le fait que vous soyez venu à notre secours, mais l'armée a échoué à protéger un hôpital, un groupe de personne au niveau inégale en terme d'auto défense, défense et assaut, ne m'aide pas davantage à dormir. ». Posant mon arme canon à terre, je mettais mon sac avant de replacer l'arme sur mon épaule et de reprendre. « C'est pas de cette communauté que je me méfie, mais de ceux qui pourraient un jour chercher à la faire tomber. », car on était venu me chercher une fois dans mon lit pour abattre tout le monde, rien ne pourrait m'ôter ces craintes de l'esprit à présent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5262
Points : 5536
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Juil - 17:47

D'un nouveau froncement de sourcils, Logan signifia à Kaneki que le Monsieur ne passait toujours pas, mais il se garda de faire un autre commentaire. Les soldats... Belle réussite du système, ces gens-là. Oh, Logan ne se plaignait certainement pas d'avoir un homme comme celui-ci dans ses rangs, loin de là. Mais il avait toujours eu une petite... réserve quant à ce genre de vie. L'autorité, le respect poussé à l'extrême, les règles strictes. Ça n'était pas pour lui qui supportait mal de s'entendre dire ce qu'il avait à faire par quiconque ne mesurait pas au moins 15 centimètres de plus que lui. Et il n'avait encore rencontré qu'une seule personne qui puisse plus ou moins convenir à la description de toute sa vie.

Enfin bon, il n'avait aucune envie de penser à Robert ou à la tristesse que devait être une vie faite de règles et de conditionnement et il expliqua plutôt la raison de sa présence à l'homme face à lui. Son plan sonnait complètement foireux à ses propres oreilles, sans doute parce qu'il n'y avait pas vraiment de plan et qu'il improvisait tout en même temps qu'il l'expliquait au soldat. Ça devait se voir, mais il avait un talent incroyable pour rester de marbre et toujours garder ce petit air renfrogné collé sur le visage, alors la plupart des gens acquiesçaient sans faire d'histoire. Et c'était plus ou moins ce qu'était en train de faire l'homme face à lui en ce moment. Tant mieux. Ce type lui plaisait de plus en plus. Il ne se faisait pas remarquer, il obéissait aux ordres, faisait son boulot et n'emmerdait personne. Le voisin idéal, un vrai soldat. Peut-être qu'il n'arrivait pas à se voir comme tel, mais il aimait en avoir un dans sa vie, ça changeait des gens ayant toujours un truc à redire, trop souvent pour le seul plaisir de contredire un peu le mec au-dessus d'eux dans la chaîne alimentaire. Kaneki ne semblait pas non plus très bavard, une autre qualité profondément plaisante aux yeux du leader. Ce type était en train de devenir son meilleur pote, là.

Le seul petit détail qui coinçait encore et empêchait Logan d'inviter Kaneki à boire une bière au lieu d'aller affronter la mort, c'était cette insupportable impression qu'il donnait d'être sur le qui-vive. Son sac déjà prêt, son arme presque aussi grande qu'Alex à l'épaule... Il ne semblait pas se sentir en sécurité dans son nouveau foyer. C'était plus que compréhensible, à vrai dire. Comme le lui expliquait évasivement le soldat, après ce qu'il avait traversé à l'hôpital, difficile d'agir autrement. En fait, ça l'énervait parce que sa femme était exactement pareille, depuis le jour même de leur rencontre et qu'elle n'avait aucune excuse à ça. Sans compter qu'il avait toujours eu l'impression qu'elle s'apprêtait à le quitter à la première occasion. Alors depuis presque un an qu'il s'arrachait les cheveux à convaincre Joy de défaire ses bagages, il avait développé cet automatisme d'associer le sac bouclé et l'inquiétude constante dans sa « demeure » à quelque chose de négatif.

Mais il n'avait rien à redire aux explications du soldat. Quelque part, les doutes et les craintes qu'il évoquait parlaient à Logan, faisait écho à certaines des pensées qui ne le quittaient malheureusement plus vraiment. Pour toute réponse, Logan approuva d'un signe de tête avant de se détourner pour se diriger vers la sortie du camp. C'était un peu loin, alors il s'arrêta derrière les portes fermant l'entrée du camp pour se coincer derrière le volant de la voiture de Joy qu'il gardait garé là en toute occasion. Une solution de replis au cas où il aurait à fuir rapidement. Il resta silencieux un petit moment, sans même prendre la peine de jeter un regard sur le passager installé à côté de lui. Il n'avait jamais été très bavard et en ce moment, c'était vraiment pire. Mais même s'il ne disait rien, Logan réfléchissait à ce que lui avait dit le soldat sur la sécurité du camp. Ce problème le travaillait pas mal, même si la plupart des habitants de Fort Hope avaient réussi à survivre jusque là, parfois seuls, il n'aurait pas parié que ce serait possible sur le long terme. « Vous pourriez leur apprendre ? » demanda-t-il assez soudainement, après quelques mètres de route à se murer dans le silence. « Ceux qui ne sont pas vraiment fait pour ça à Fort Hope, vous pourriez leur apprendre à se servir d'une arme ou... juste à pouvoir réagir correctement en cas d'attaque ? »

Son regard se posa brièvement sur son passager. Après tout, ce type était lieutenant, non ? Il devait avoir un minimum de capacité à... diriger des gens ou quelque chose comme ça. Et il devait bien savoir se servir de l'énorme fusil qu'il gardait sur lui tout le temps. « Je donnais quelques leçons de tir, avant... A ma femme et à notre chirurgienne, mais je suis pas vraiment bon pour ça moi non plus. Mais vous... On vous a appris tout ça à l'armée, pas vrai ? Le combat, le tir, les tactiques... Je m'attends pas à ce que vous transformiez tout le quartier en bataillon, mais seulement qu'on puisse avoir nos chances. »

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 294
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Elias Kaneki
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 6 Juil - 14:41

Le silence savait se faire de plomb. J'avais su me rebeller il fut un temps, mais j'avais fini par m'éteindre, devenir un brave soldat sans mérite. Je l'avais suivi après avoir fermé chez moi et positionner ce qui pourrait laisser entendre que l'on ait pu y pénétrer. Bien que l'homme que je suive à présent soit un gage de respect de part ses actions, je ne trouvais aucune cohérence à ses actions en cet instant et rien ne pourrait m'ôter de la tête qu'il ne savait guère ce qu'il faisait. Lui faire remarquer ? Certainement pas. Il n'était pas de mon ressort de pointer du doigt tout les illogisme de la communauté. Rejoignant la voiture, j'y pénétrais en silence, n'ayant guère d'intérêt à parler sans y avoir été invité dans le fond. Il avait semble-t-il accepter la critique, qui en plus d'être fondé avait été justifié. Cette communauté ne tiendrait pas le coup, elle ne saurait pas faire face si le chaos se généralisait. Je ne savais pas si c'était une preuve de sagesse que d'avoir ainsi accepter le constat ou un fêlure dans l'égo, mais quoi qu'il en soit, il n'avait rien dit, ni fait allant à l'encontre de mon jugement. Finalement, son silence se solda par une question pouvant justifier son mutisme. Il réfléchissait. Apprendre à des civils à devenir des soldats, des machines à tuer ? Sans doute pas. J'avais encore moi-même bien trop de mal à éliminer ce qui reprenait vie après la mort pour apprendre à quiconque un tel sang froid. Apprendre à se servir d'une arme, à réagir correctement en cas d'attaque était bien plus dans mes cordes, si la colonie acceptait de me voir comme un instructeur. Hypothèse qui pourrait bien remettre en cause toute une organisation.

Il avoua dès lors avoir donné quelques cours, mais n'étant pas plus doué que cela. Moi en revanche, j'avais servi pour l'armée, j'avais été formé à ça. Il voulait avoir des chances de tenir tout le monde en vie. C'était louable. « Je ne pourrais pas en faire des soldats. », déclarais-je dans un premier temps en regardant toujours devant moi. C'était une évidence, une certitude. « Et je ne pourrais rien faire non plus pour ceux n'acceptant pas la discipline. Je n'ai pas vocation à justifier mes actes auprès de personne ne voulant pas être aidé. ». Je ne me battrais contre personne, je n'avais aucun intérêt à le faire. « Mais je peux leur apprendre à penser à plusieurs niveau, avec des portes de sortie, à se sécuriser et ce même bien avant de savoir tirer. Moins ils seront bruyant, moins ils joueront leurs vies. Mort comme vivant le silence restera le meilleur allié. ». J'étais pessimiste, car je savais ce que cela faisait de se reposer sur les autres. J'avais vu bien trop de personne s'engager, étant sur que le retrait ne leur couterait rien. Un pas en arrière, une balle dans la tête. Je ne ferais aucun miracle si j'étais le seul à le vouloir. Je n'avais rien à apprendre avec une arme, eux si. « Après seulement j'en ferais des tireurs. », cela pouvait ne pas plaire, je le savais, mais il y avait une chose simple, « On apprends pas à tuer si on n'est pas prêt à survivre sans arme. », car désarmer, sans munitions, tous le monde le serait un jour. Je n'avais pas décrocher mon regard de la route, j'avais même la mâchoire serrait. On apprends pas à tuer sans se tuer un peu à chaque fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5262
Points : 5536
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Juil - 22:27

Logan devait se forcer un peu pour garder les yeux fixés au-delà du par-brise plutôt que de les poser sur l'homme près de lui. Il écoutait très patiemment la réponse que lui offrait le militaire, en essayant d'imaginer cette discussion théorique appliquée sur les personnes vivant à Fort Hope. Ça pouvait marcher. Tout le monde, même lui, avait besoin d'en apprendre plus, toujours plus, pour s'en sortir dehors. Et même comme ça, rien ne leur assurait qu'ils survivraient. « J'vous demande rien de plus que ça, je ne veux pas de soldats, seulement des gens en vie. » lâcha-t-il en lançant un coup d’œil à l'homme. Il n'avait certainement pas les épaules pour se retrouver à la tête d'une petite armée et jouer les commandants sur tous les fronts. Quoi qu'en ce moment, il aurait plutôt eu tendance à dire qu'il n'avait pas plus les épaules à se retrouver à la tête d'une communauté quelle qu'elle soit. Mais il ne partagea pas cet aveu de faiblesse avec son passager. Quelle importance ?

« On a quelques personnes qui offrent déjà des genre de cours, à Fort Hope. » informa-t-il. « Chacun s'organise comme il veut pour... le contenu, la manière de faire. Je sais que c'est pas très... carré, comme manière de s'organiser, mais chacun est libre de faire ce qu'il veut du moment que ça ne met pas le groupe en danger. » Il ne savait pas trop pourquoi, mais ça lui semblait important de préciser tout ça. Que ce pauvre homme ne vienne pas s'imaginer qu'il devrait fournir des plans bien établis avant d'offrir ses services, qu'il profiterait de la même organisation millimétrée qu'on pouvait avoir dans un corps de l'armée. Logan aimait qu'on lui fiche la paix et si la sécurité était très réglementée, pour tout le reste, il laissait peut-être un peu trop les choses à l'abandon. « On fera exactement comme vous le voulez, tout ce qui vous mettra à l'aise. »

La voiture avançait tranquillement, sans embûche, du moins, jusqu'à ce qu'ils arrivent enfin dans le quartier que le barbu comptait visiter. La très grande rue bordée de magasins et de restaurants en tout genre rassemblait déjà les foules par le passé et ce petit détail n'avait pas changé quand le monde s'était écroulé. Il y avait plus de rôdeurs que Logan ne l'aurait imaginé. Plus qu'il ne l'aurait voulu. Le bruit du moteur quand il tourna à l'angle de la rue attira inévitablement l'attention de la horde qui squattait ici. Une petite vingtaine, à vue d’œil, mais difficile à dire vraiment. Son regard glissa de nouveau sur l'homme installé sur le siège passager. Ça allait devenir un tout petit peu plus compliqué de prétendre qu'il ne l'avait pas invité à vivre une aventure totalement improvisée. « J'imagine que vous le saviez déjà, mais... cette sortie n'a pas vraiment été préparée. » murmura-t-il en détournant le regard pour observer les cadavres s'approcher. Il ralentit considérablement. Foncer dans le tas avec la voiture, il avait déjà donné et il connaissait le résultat. Les morceaux de cadavres coincés dans le moteur, les vitres qui se brisaient sous l'impact, rien de très intelligent si on espérait rentrer rapidement et avec son véhicule. Mais, fallait quand même avouer que ça restait un truc assez drôle, à faire au moins une fois dans sa vie. Ce fut d'ailleurs cette pensée qui donna une idée à Logan et c'est ainsi qu'il s'entendit ajouter, un petit sourire au coin des lèvres : « Et si vous me montriez un peu ce que vous savez faire avec ce truc ? »

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 294
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Elias Kaneki
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 22 Juil - 20:17

Seulement des gens en vie ? Si seulement la chose était évidente, voir possible aujourd'hui, j'aurais sans doute plus d'une fois sauvé des vies, mais aujourd'hui, rien ne semblait suffisant. Il expliqua alors qu'il y avait déjà quelques personnes qui donnaient des cours à Fort Hope, et que chacun était en droit d'y inclure ce qu'il voulait, mais même si cela semblait flou et instable, il y avait au moins quelque chose de fait. Je ne pouvais pour ma part pas les transformer en tueur si ils n'étaient pas prêt à faire des sacrifices. J'avais besoin de cadrer les gens que je formais, je ne pouvais pas le faire à moitié. Ce qui ne semblait pas le déranger dans le fond. « Alors on fera comme ça. », déclarais-je simplement en le voyant tourner dans une rue qui nous réserva quelques surprises. Une vingtaines, du moins déjà sortie. Pour les autres, nous aurions sans doute de la compagnie un peu plus tard. Le mort devant faire suffisamment de bruit pour réveiller un mort justement. Il déclara alors une évidence. Oui, il avançait sans but, mais je n'étais pas habilité à lui faire remarquer. Il avait le droit d'aller ou il voulait dans le fond. « Elle le sont rarement après tout. » déclarais-je simplement. On ne pouvait rien faire contre de toute façon. La vie était ainsi faite. Les imprévu étaient nombreux. mais il était certain qu'aujourd'hui, il en cumulait un paquet. À raison en soit. Il était évident qu'il avait besoin de sortir, de penser à quelque chose d'autre que tout ça.

Je savais déjà que si il voulait avancer nous ne pourrions pas le faire sans devoir dégager la route, mais il sembla amusé à l'idée de voir les monstres mit à mort. Portant mes yeux à sa ceinture, je savais déjà ce qu'il avait sur lui. Le meilleur moyen de vivre était de ne pas se laisser surprendre. « Je vais avoir besoin de ça. », ajoutais-je en désignant le couteau attaché à sa ceinture. Attendant un accord silencieux, je le pris avant d'ouvrir la portière et descendre. Il roulait presque au pas. Avançant sur le premier rôdeur, il accusa un coup de cross dans le visage, profitant de déséquilibre pour enfoncer la lame dans le crâne du mort. Montant alors sur la voiture, je passais du capot au toit sans glisser. La voiture était petite et la vitesse pas assez grande pour faire quoi que ce soit de risqué. Sortant de mon sac la visé de l'arme, je la fixais avant de mettre cette dernière en joue et de commencer à tirer. Balle par balle, mon doigt glissé sur la gâchette pour ne pas gâcher mes balles. Je regrettais l'époque ou j'avais un silencieux dans les mains, le pari étant bien trop risqué en soit, mais nécéssaire pour avancer. Je n'avais pas manqué une cible lorsque le paysage se dégagea de tout danger. Une balle dans la tête de chacun. Aucun doute que dans d'autre circonstance, j'en aurais manqué certain, mais ils étaient lents, j'étais en hauteur. Il n'y avait aucun mérite. Tapant sur le toit de la voiture, je glissais sur le capot en invitant l'homme à l'intérieur à s'arrêter. Avec les tires, j'avais besoin de savoir ou se trouvait les menaces imminentes. « Quelle est la destination ? Vu le nombre de cadavre sur la gauche, je préfère éviter d'avoir à y vider mes chargeurs. » , avais-je dit en ouvrant la portière. On avait déjà du en réveiller certain, je ne voulais pas prendre le risque d'en réveiller d'autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5262
Points : 5536
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Juil - 13:57

Visiblement, le militaire ne partageait pas tellement l'amusement de Logan. Non pas que de tirer dans les crânes d'une bande de cadavres sur pattes était un jeu particulièrement drôle, mais... c'était un bon moyen de décompresser sans faire de mal à personne, non ? Le géant préférait voir les choses ainsi que de se pourrir la vie et la conscience à se dire qu'il faisait quelque chose de mal en tuant ceux qui avaient été des Hommes un jour. Il comptait déjà bien assez de victimes encore humaines à son actif pour ne pas se rajouter de la culpabilité sur le dos. Ça l'avait dérangé au début, mais aujourd'hui, il avait tendance à voir cela plus comme un bien nécessaire et pas seulement pour les vivants qu'il aidait en tuant des rôdeurs, mais aussi pour les créatures elles-mêmes. Quel genre de personne voulait vraiment passer le reste de sa vie à errer dans un corps en décomposition sans la moindre trace d'humanité ? Lui, il ne voulait jamais finir comme ça, en tout cas.

« Faites donc. » lâcha-t-il en retirant le couteau à sa ceinture pour le donner au militaire. Il avait encore largement de quoi se défendre en cas de problème, et pour le moment, il se contentait de faire avancer la voiture très lentement et ça lui convenait très bien. Il fronça les sourcils en voyant le soldat se débarrasser d'un rôdeur avec une facilité étonnante, mais admirable, avant de grimper sur le toit de la voiture. Les coups de feu s’enchaînaient et semblaient atteindre leur cible à chaque fois, libérant un passage tout relatif au véhicule. Sérieusement, il ne trouvait pas ça un tout petit peu excitant ? Ça ne faisait aucun mal et c'était plutôt classe, comme technique. Ce type disposait d'un véritable don pour viser juste, Logan trouvait vraiment dommage qu'il n'en profite pas un peu plus. Tout comme il trouvait dommage que son compagnon de la journée ne soit pas un peu plus disposé à se dérider. Le barbu avait un besoin vital de se changer les idées aujourd'hui et même s'il appréciait pleinement le calme et la simplicité dont faisait preuve le militaire, il n'aurait pas été contre rendre cette sortie un peu moins formelle. Juste un sourire, une mauvaise blague pour détendre l'atmosphère, ça n'allait quand même pas le tuer, pas vrai ?

Le soldat réapparut sur le capot de la voiture et Logan écrasa doucement la pédale de frein pour s'arrêter au milieu du carnage. La question qu'il reçut était parfaitement légitime, mais il n'avait aucune réponse sincère à donner. Il prit un petit instant pour regarder autour de lui et juger la situation à son tour. Il y avait l'embarras du choix ici pour faire un arrêt qui serait utile au groupe, avec tous les magasins qui bordaient la route, alors s'il fallait éviter de prendre à gauche, ça ne poserait aucun problème. « On va prendre à droite et tenter notre chance dans le 7-Eleven juste derrière. » proposa Logan en pointant l'enseigne de l'épicerie qui s'élevait un peu au-dessus des toits des autres bâtiments. « Vous restez là-haut à faire le guet ? » demanda-t-il, sans parvenir à retenir un autre sourire. Il essayait, vraiment, mais il trouvait ça super et il n'arrivait pas à le cacher.

Logan attendit la confirmation du soldat pour reprendre la route, effleurant à peine l’accélérateur pour reprendre leur petit rythme de croisière. Quelques rôdeurs apparaissaient sur le trottoir à mesure qu'ils avançaient, probablement attirés par les coups de feu et le moteur, mais Logan ne montrait pas le moindre signe d'inquiétude avec sa tourelle de précision coincée sur le toit et il s'arrêta assez rapidement sur le petit parking devant l'épicerie. Il sortit à son tour de la voiture, faisant virevolter les clés entre ses doigts alors qu'il faisait quelques pas pour se tourner vers Kaneki. « Prêt ? On prend tout ce qui peut encore se manger ou s'utiliser d'une façon ou d'une autre et on évite juste de se faire tuer. » C'était son plan, tout simple. Il semblait y avoir de l'animation derrière la porte automatique du magasin, mais rien qui ne soit insurmontable pour un soldat et un Logan sauvage, pas vrai ? Le géant s'empara du khukuri coincé dans l'intérieur de son manteau et c'est d'un pas plutôt léger qu'il entreprit d'entrer dans l'épicerie.

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 294
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Elias Kaneki
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 3 Aoû - 17:47

Prendre à droite me semblait être la meilleure chose à faire, d'autant qu'il y avait en effet de quoi faire dans cette rue. Me demandant si je restais la-haut, je hochais la tête avant de remonter, laissant la voiture avancer dans les décombres. Des morts arrivaient lentement, pas assez pour que je tire de suite, ils étaient mal positionné et pour la plus part, il serait possible de les tuer à l'arme blanche. S'arrêtant sur le parking, il sortie de sa voiture alors que je restais la-haut. Il y avait du monde derrière la porte, et lui aussi l'avait vu. Tirant un coup dans les airs, je m'assurais d'avoir l'attention de tout les morts coincé avant de viser vers la porte. Un premier tire, trois morts au sol, ils étaient entassés, vraiment entassés je n'aurais pas besoin de tirer beaucoup pour nous en libérer. Tirant une deuxième fois, j'en alignais deux, en tout je n'eus qu'à tirer cinq fois pour tuer la dizaine de rôdeur présent derrière la porte. Me retournant alors, je nettoyais ce qui nous avait suivi avant de descendre et d'arriver derrière l'homme. J'avais fragilisé les portes, si bien qu'un coup de pied dedans fini par avoir raison du verre. Je préférais éliminer le danger avant qu'il ne rentre, si lui tombait, personne ne pourrait réellement tenir le Fort. « Je sécurise les allées. », ajoutais-je en basculant l'arme dans mon dos avant d'avancer baissé sur moi-même prêt à bondir à chaque mouvement. Il y en avait quelques un au sol, encore vivant, rapidement soulagé d'un coup de couteau dans le crâne avant de passer à la suite. Le but étant de vider ici et de ne plus jamais revenir. À première vue tout semblait calme, mais l'on ne pouvait pas rester sur nos acquis, la supérette était bien trop ravagé pour être pleinement sur. « Il semble qu'il reste pas mal de lait en poudre, le rayon a pas été trop touché. », soufflais-je non loin de lui avant de retourner des petits pots pour lire la date de péremption. « Des petits pots aussi et on a encore six mois pour ceux là et… presque un an pour ceux-ci. », je savais qu'il était père qu'il avait un enfant en charge. « Je propose qu'on prenne tout ce qu'il y a pour les bas âges en premier, c'est ce qui se fait le plus rare, ensuite on prend le reste. », les plus faibles à sécuriser en premier, prenant un panier qui trainé là, je remplis ce dernier en prenant attention à l'état. Certaines boites étaient trop endommagé, et donc inutilisable. Et une fois le panier plein, je reculais non sans faire attention vers la voiture. Posant ce dernier devant la voiture on aurait tout le temps de ranger après on sortait ce qu'il y avait à sortir.

« Restes pas mal de bouteille de vodka aussi, loin de moi l'idée de s'en boire une, je pense plutôt au côté désinfectant. », ajoutais-je toujours aussi sérieux. Pas mal de personnes avait visiblement voulu se noyer dans l'alcool, en vain, l'alcool ne sauvait pas. Sauf si on l'utilisait comme ça. De loin il y avait encore un peu de bouteille d'eau, quelques conserves, bref, rien d'impossible à prendre. On aurait de quoi faire en soit. Je pense. Le voyage ne serait pas inutile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5262
Points : 5536
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Aoû - 16:56

La balle fusa dans l'air sans être annoncée, secouant les épaules de Logan d'un léger soubresaut de surprise, et mit à terre une ligne de trois rôdeurs juste comme ça. Non, mais, sérieusement... Ce mec puait la classe à des kilomètres à la ronde, le géant en tombait presque amoureux. En fait, son cœur s'enflamma pour de bon pour le militaire lorsque d'autres tirs mirent la totalité des rôdeurs à terre d'un seul coup. C'était précis, chirurgical, pas de chichis, pas de perte de temps ni de ressources. Sainte mère de Dieu. Est-ce qu'il pourrait apprendre à faire ça, lui aussi ? Sa technique très personnelle pour dessouder du rôdeur avait un certain charme aussi, si l'on aimait que ce soit brutal, mais elle ne lui permettrait jamais d'en avoir plusieurs d'un seul coup et il risquait toujours un peu sa vie.

Enfin, qu'importe. Le géant restait d'une inutilité sans bornes alors que son compagnon sniper s'occupait de nettoyer l'extérieur avec rapidité et précision et il en profita donc pour assouvir pleinement ses fantasmes de groupie en le regardant faire gentiment. Ils gagnèrent rapidement le magasin et, bien que cela ne soit encore jamais arrivé avant, Logan poussa même sa confiance jusqu'à laisser le militaire passer devant lui et faire le repérage tout seul. Il aimait ça aussi, à vrai dire. De ne pas être la tête des opérations, pour une fois, de ne pas être celui sur qui tout reposait. Être le chef, c'était bien, une place qu'on convoitait et où l'on jouissait quand même de quelques avantages, mais c'était aussi beaucoup de pression et ça faisait du bien d'être le suiveur une fois de temps en temps.

Dans la boutique, Logan laissa donc Elias faire ce qu'il avait à faire et rangea son arme pour prendre son sac à dos dans une main. Il resta près de l'entrée, s'occupant de fouiller les étagères derrière la caisse, ravi de trouver quelques paquets de clopes oubliés là. Bon, c'était des mentholées, mais il n'allait pas faire la fine bouche et fourra tout ça dans son sac sans chercher plus loin. Il fit subir le même sort aux sachets de bonbons devant la caisse, récupérant absolument tout ce qui se trouvait être encore comestible ou tout simplement utile. Des pillards étaient déjà passés avant eux, ça ne faisait aucun doute, mais ça ne devait pas être arrivé depuis un bon moment et à en croire le sac de sport sur lequel le géant butta en s'autorisant finalement à traverser quelques allées alors que Kaneki lui annonçait de bonnes nouvelles, certains des précédents visiteurs n'étaient même jamais ressortis de cet endroit.

Logan ramassa le sac oublié en continuant sa route et retrouva le soldat un peu plus loin. « Génial, c'est ma fille qui va être contente. » lâcha-t-il d'un ton neutre. Il aida le militaire à faire le tri de ce qui était encore utilisable ou non, fourrant tout ce qu'il trouvait de correct dans son sac. Ça se présentait quand même plutôt bien, une expédition bien plus rentable que ce qu'il s'était imaginé trouver en filant au petit matin sans n'avoir rien préparé. Ils déposèrent leurs trouvailles près de la voiture, faisant des allers-retours réguliers pour vider le plus possible de ce magasin. Mais après l'effort, Kaneki proposa sans le savoir ce qui serait sans doute leur réconfort.

Logan fronça un sourcil en l'entendant préciser qu'il ne comptait pas boire la vodka, mais s'en servir comme désinfectant. Il haussa les épaules, demandant simplement : « Pourquoi on n'en boirait pas un peu ? Faut savoir se détendre de temps en temps, soldat. On mérite bien une petite récompense ... » Se faisant, le géant récupérait le sac trouvé plus tôt sur un cadavre et l'ouvrit alors qu'il marchait pour retrouver Elias. À l'intérieur, un beau pactole qui ne ferait pas de mal à Fort Hope donna un peu plus de bonne humeur au survivant, qui plongea sa main dans le sac pour farfouiller entre les objets. « AÏE !! » grinça-t-il alors que quelque chose venait de le piquer. Il lâcha précipitamment le sac qui tomba dans un bruit sourd sur le sol et leva devant ses yeux sa main gauche, dont l'annulaire était perlé d'une goutte de sang. Il porta son doigt à ses lèvres pour faire disparaître le liquide rouge, les sourcils froncés et retourna à ses fouilles, plus précautionneusement cette fois, jusqu'à en sortir l'arme du crime : un petit couteau bien affûté qu'il montra à son comparse. « Ça vous tente ? Pour que j'puisse récupérer le mien... » proposa-t-il. « On se boit un coup et on rentre ? »

HRP:
 

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 294
Date d'inscription : 01/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Elias Kaneki
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 30 Aoû - 18:36

Pouvoir manger des choses adapté à son âge devenait un luxe que les génération futur ne connaîtraient sans doute jamais. Autant lui en faire profiter alors. Prenant ce qui avait à prendre, je finis par trouver des bouteilles d'alcool, de la Vodka, assez fort pour nettoyer quoi que ce soit. Il demanda alors bien rapidement pourquoi l'on n'en boirait pas un peu. Histoire de se détendre. Une récompense pourrait en effet être envisageable si seulement j'avais des doutes sur notre survie. « Je préférais au camps, je ne suis pas sur d'être aussi précis avec de l'alcool dans le sang. », en réalité je le serais parfaitement. Ma précision ne changeait pas avec l'alcool, seul mon temps de réaction était touché. Et vu ce que je venais de tirer, j'étais pas à l'abri de quelque chose de conséquent que ce que je venais d'abattre. Il exprima alors une douleur qui fit glisser mon doigt sur ma gâchette presque aussitôt avant de réaliser qu'il s'était blessé tout seul. Fronçant légèrement les sourcils, je le regardais lâcher le sac pour contempler sa blessure avant de chercher ce qui l'avait ainsi blessé. Un couteau. Il me le proposa alors de le prendre, ce que je fis en lui rendant le sien. « Merci, mais je comptais pas garder le votre. ». Il proposa alors de boire à nouveau. Il y tenait, peut-être en avait-il besoin dans le fond. Et je me faisais très mauvais compagnon en refusant. Finissant donc par hausser les épaules, je finis par répondre. « Tant qu'on finit pas la bouteille. » saisissant une bouteille, je l'ouvrais avant de lui tendre. Il avait l'honneur de la première gorgée en quelque sorte vu qu'il s'agissait là de son idée. Et puis je n'étais en soit pas un très grand fan d'alcool, j'en avais bu étant plus jeune, mais je m'étais clairement calmé depuis le temps, je ne pouvais pas mentir. Et noyer mes émotions dans l'alcool à l'heure d'aujourd'hui ? Certainement pas. Je voulais continuer à faire ce que j'avais choisi, protéger les autres, même si j'aurais du m'occuper de moi uniquement.

Il y avait un égoïsme dont je ne pouvais pas faire preuve, c'était ainsi. Et Logan non plus sans doute. Malgré ce qu'il pouvait dégager, il restait tournée vers les autres et tout le monde le savait, ou du moins le deviner. Si il avait voulu faire de Fort Hope un enfer, il aurait pu. La survie passant à présent avant la dignité et la liberté, mais ce n'était pas le cas. « Vous vouliez fuir quoi au juste ? », je ne voulais pas le dénigrer, l'intonation de ma voix suffisant à le faire comprendre. Je voulais simplement savoir, quoi que, il aurait pu ne rien me répondre que je n'en aurais pas fait tout une histoire en soit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5262
Points : 5536
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Sep - 0:19

Le militaire pouvait bien manquer d'un peu de fun, Logan ne se laissait pas abattre. D'autant plus que maintenant que l'épicerie était aussi vide que possible, il se retrouvait face à une évidence qui ne lui plaisait pas du tout : il aurait mieux valu rentrer à Fort Hope. Prendre des risques supplémentaires ne servait absolument à rien, il était bien obligé de l'admettre alors que les vivres s'empilaient près de la voiture et qu'elle serait probablement pleine après le chargement. Sauf que c'était encore trop tôt pour que Logan veuille retourner là-bas. Peut-être était-ce mal de la part du leader de fuir à ce point ses responsabilités, mais ça n'était pas tellement une question au centre de ses préoccupations actuellement. Être dehors... ça avait quelque chose de tellement agréable après tout le temps qu'il venait de passer coincé derrière les palissades. Encore une petite heure, il pouvait bien se le permettre, pas vrai ?

Alors, peut-être Logan insistait-il trop pour prendre un verre avant de rentrer. C'était l'impression que lui donnait Elias en ayant tant de mal à accepter son offre, en tout cas. Logan eut un mal fou à retenir un petit rire à force de devoir lui forcer la main. Il se sentait presque dans la peau du mec lourd qui oblige sa conquête du soir à boire pour que ce soit plus facile. Et il ne se serait certainement pas attendu à ce qu'un soldat soit si difficile à charmer avec une bouteille, honnêtement. Mais bon, ça collait avec le personnage de se faire désirer pour sortir des sentiers battus, après tout.

Par miracle, monsieur Kaneki finit par lâcher l'affaire et s'offrir à son nouveau chef, s'emparant de l'une des bouteilles pour la tendre au barbu. Lui ne se fit pas prier pour la prendre et avaler une bonne rasade d'alcool. Qu'il manqua de recracher rapidement quand une question perça le silence pourtant confortable – du moins aux yeux du géant – qui menaçait de s'installer. Peut-être que le Lieutenant n'était pas très amusant, mais il avait au moins le mérite d'être perspicace... Logan lui tendit la bouteille en lui lançant un regard relativement perçant, les sourcils froncés alors qu'il hésitait à la réponse à donner à cette question. Son instinct lui criait assez fortement de jouer l'idiot et de prétendre qu'il n'y avait rien, que Kaneki se faisait des idées. Pourquoi irait-il se confier à un total inconnu, après tout ? Mais il se ravisa finalement. « Ma femme. » Après tout, c'était un inconnu et en ce moment, rien ne plaisait plus à Logan que quelqu'un qui ne le connaissait pas du tout ou trop peu. « C'est... enfin c'était, j'suppose, la cousine du Fossoyeur. » expliqua-t-il en prenant un air aussi détaché que possible. Il n'avait pas la moindre idée des rumeurs qui pouvaient circuler dans le camp à propos de toute cette histoire, il ne savait même pas si Elias aurait eu envie d'écouter ces rumeurs, il n'en avait pas le genre. « Disons que l'ambiance est assez tendue à la maison depuis que j'l'ai tué. » Il étira un sourire, histoire de dédramatiser la situation et se laissa finalement glisser sur le sol, posant son dos contre le mur avant de relever les yeux vers son interlocuteur. S'ils commençaient à parler en se passant la bouteille, autant que ce soit confortable. « Et vous, pourquoi est-ce que vous êtes toujours aussi... Mesuré ? » demanda-t-il sans le quitter des yeux.

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

"never forget" loganPage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Présentation de Logan Echolls
» Alice Logan [validée]
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Logan Wright

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum