La Fin n'est que le Commencement [PV Denton]



InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 269
Date d'inscription : 05/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Donovan MacAlistair
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 15 Juil - 1:11

Quelle ironie du sort non ? Logan le croyait suicidaire alors qu'il n'avait que le sens de l'honneur. Il avait fait une promesse et devait la tenir. Rien de bien spécial dans le fond à ses yeux. Il était un chasseur froid dans l'âme et il avait un code de conduite auquel il se tenait. Contrairement à ce que le chef de Fort Hope pensait, il avait l'adresse exacte d'où vivait la famille de son époux… et comme il avait trouvé un plan… elle ne se trouvait pas loin. Lui qui aimait marcher… c'était pas grand-chose. Quoi ? 1Km… ou guère plus… Il se barra donc pour y aller… sans rien prendre sur lui que son scalpel dans son étui en cuir. Donovan avait ses poings et son intelligence. Il n'avait besoin de rien d'autre.

Ce fut ainsi, avec un petit blouson sur les épaules qu'il marcha tranquillement jusqu'au lieu qu'il s'était fixé de rejoindre. Autant dire que c'était… délabré. Et c'était tellement peu de le dire. Il poussa la porte en tendant l'oreille pour éviter de tomber sur des infectés planqués. Mais non. C'était vide. Enfin vide. Tout était aléatoire et dépendait de ce que l'on voulait dire par là. Trois cadavres en putréfaction reposaient sur le sol de la salle à manger. Il embrassa la pièce du regard… imaginant bien la scène. Ils avaient certainement voulu se barricader dans la pièce à vivre… et c'était devenu leur tombeau quand les remparts de fortune tombèrent sous le nombre des assaillants. Pris au piège comme des rats dans une souricière.

Le médecin chirurgien s'approcha des corps inanimés. Les scrutant à la façon d'un médecin légiste. D'un œil froid. Avec un calme glacial. Il s'accroupit observant les larves de mouches… cela faisait un moment qu'ils avaient passé de vie à trépas. Deux femmes et un homme… dont son époux. Il leva le regard sur les murs… un sacré merdier… un bon vieux ketchup noircit dans les règles ! Oui… au moins 2 mois si ce n'était plus… et la décomposition des corps le confirmait largement. Il se redressa et jeta un coup de pieds dans le flanc de Darius…

Pauvre crétin… avoir voulu jouer les héros… et voilà le résultat ! Tu es mort… Moi j'ai tenu ma promesse mais pas toi…

Il fit demi tour avec une froideur sans faille et une fois passé le pas de porte, il retira son alliance tout en repartant tranquille pépère. Il posa les yeux sur l'anneau une dernière fois… son éclat doré ne lui faisait ni chaud ni froid. Il haussa les épaules et la jeta sans état d'âme en l'air. Les héros bas de gamme ne finissaient jamais bien. La preuve. Enfin… lui était redevenu un bon célibataire. Et Darius était la preuve qu'il avait tiré le mauvais numéro de série niveau mariage. Plus d'engagement… il pouvait maintenant refaire sa vie. Sans se retourner sur le passé.

C'était l'apocalypse et alors ? Ce monde ne vous plaît pas ? Lui, il s'en fout… Le jour où un infecté le dérangera, n'est pas demain la veille.

Merde j'ai pas regardé s'il y avait de l'alcool…
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 15
Points : 222
Date d'inscription : 25/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Denton Mason
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 2 Sep - 14:16

Cela faisait un certain temps – à l'échelle du monde actuel – Denton avait été recueilli par la communauté de laboratoire. Il se sentait parfaitement à son aise dans cet environnement respirant la connaissance et le savoir. Bien qu'il ne pouvait être utile à la recherche d'un vaccin (et pas d'un antidote, comme des abrutis pouvaient le croire), sa formation d'historien se révélait fort intéressant. Il avait déjà commencé à coucher sur papier les histoires de différents survivants, sans pour autant avoir fait la sienne. Néanmoins, il éprouvait le besoin de sortir dehors, vadrouiller librement à travers les rues désertes de la banlieue de Détroit. Elles semblaient l'appeler lorsqu'il les regardait depuis l'enceinte lors de ses tours de gardes. Un jour, il finit par craquer. Il attrapa son fidèle pied-de-biche, qui lui avait sauvé la vie à de nombreuse reprise, prévint en coup de vent les gens qu'il sortait et le temps qu'on lui demande où il se rendait, il se trouvait déjà de l'autre côté.

Il se mit à marcher au hasard dans les rues désertes. La zone autour du complexe avait été approximativement nettoyée, mais il y avait toujours un risque de tomber sur des morts-vivants. Mais il était parvenu à survivre, alors il ne s'inquiétait pas outre mesure. Il avança à son rythme, prenant le temps d'admirer les vestiges décrépis de l'humanité. Quelques voitures étaient arrêtées en travers de la route ou à cheval sur le trottoir. Une Subaru noire avait fini sa course dans un lampadaire, non sans avoir laissé des traces noircies sur la route. Des traces de sangs couraient le long de l'aile, et une grosse tache brune semblait avoir coulé de la place conducteur. Le pare-brise était tellement étoilé qu'on ne voyait plus à travers. Plus loin, à un carrefour, un accident impliquant un Hummer, une Fiat et une autre voiture bloquait la route. Apparemment, l'italienne était rentré en collision avec un véhicule roulant en sens contraire, et s'étaient arrêtées en plein milieu de l'intersection. Alors qu'ils étaient encastrés l'un dans l'autre, un conducteur de tout-terrain arrivant de la rue perpendiculaire n'avait pas eu le temps de les éviter. Ce dernier semblait avoir donné un violent coup de volant pour éviter l'accident, mais n'a réussi qu'à se reverser. Il avait glissé avant de venir percuter la voiture inconnue. Il l'a réduite à l'état d'épave inidentifiable en s'écrasant dessus. Denton contourna le tas de ferraille pour continuer sa route.

Cela faisait une bonne heure qu'il se promenait dans la ville. Il n'avait rencontré aucun problème qui aurait pu le forcer à rentrer. Alors qu'il arrivait au détour d'une rue, il entendit des bruits de pas. D'instinct, il se plaqua contre le mur et attendit quelques secondes avant de risquer un œil. Il ne put apercevoir qu'une silhouette entrant dans un bâtiment. Il savait que ce n'était pas un mort, car Denton n'avait pas entendu leur grognement si reconnaissable. En examinant la rue, il vu qu'une Chrysler s'était arrêtée en travers de la route. Il choisit de se mettre à couvert derrière. La porte de la résidence était grande ouverte, si bien que des sons provenant de l'intérieur lui parvenait. Des craquements de parquet, des éclats de voix humaine, et un semblant de coup donné dans quelque chose.

Au moment où il allait se relever, il aperçut une silhouette dans l'encadrement de la porte. Il planqua vite fait derrière la carcasse d'acier et se redressa doucement pour pouvoir observer l'homme à travers les vitres cassées. C'était un homme assez grand, approchant du mètre quatre-vingt-dix avec une chevelure blonde. Il lui tournait le dos. Il poussa un soupire en retirant un anneau de son quatrième doigt. Il le regarda brièvement avant de le lancer par-dessus son épaule. Denton avait quitté sa cachette et se rapprochait à pas de loup, non sans avoir ramassé le bijou doré.

– Merde j'ai pas regardé s'il y avait de l'alcool…

Denton choisit de se révéler à ce moment.

– C'est un endroit assez étrange pour se promener, n'est-ce pas ? Êtes-vous venir voir quelqu'un que vous connaissiez ou êtes-vous juste un détrousseur qui fait les poches des macchabés ? Bien que je sois pragmatique, ça me chiffonnerais de savoir que vous n'êtes qu'un voleur.

L'intéressé se retourna et lui fit face. Ils se trouvaient à quatre mètres l'un de l'autre. L'historien sorti l'alliance de sa poche et l'examina. Il y était gravé "Darius & Donovan". Il le lui montra en le tenant entre le pouce et l'index.

– Vous êtes Darius ou Donovan ? Si j'ai bien compris, on était venu voir ce qui était advenu de son cher et tendre, je me trompe ?

Même s'il n'était pas quelqu'un de méchant à la base, il avait appris qu'il fallait se montrer dur lors d'une rencontre avec une nouvelle personne. Question de survie.

– Ne le prenez pas mal, mais je prends juste mes précautions. Histoire de rester en vie.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 37
Points : 269
Date d'inscription : 05/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Donovan MacAlistair
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 6 Sep - 16:41


Donovan se retourna lentement à la voix qui venait de se faire entendre dans son dos. Sans le moindre sursaut. Il détailla ce dernier de la tête aux pieds, de son regard froid. « Pas mal du tout », pensa-t-il tout simplement. Et visiblement l'inconnu, l'observait depuis quelques minutes vu qu'il avait ramassé son alliance.

– Donovan MacAlistair. Digne descendant d'une riche famille du Sud. Autrefois avant tout ce merdier Médecin Chirurgien spécialisé en Neurologie à l'Hôpital Central de Washington. Darius était mon époux et bossait dans la Police des Polices la bas aussi. Quand les Zombies nous ont tombé dessus à Whashington, nous avions tous les deux étaient réquisitionnés, moi pour l'afflût des blessés et lui pour essayé de stop les Zombies. Nous étions mariés depuis 6 mois environs et nous nous connaissions depuis 2 ans. Sauf que lui, au lieu de resté en ville, à décidé de filer ici pour rejoindre sa sœur… en m'abandonnant derrière lui.

Il marqua une pause et posa un regard sur la maison d'où il venait de sortir… et reporta son attention sur son interlocuteur.

– J'étais coincé à l'hôpital, a devoir protéger des collègues… Ils faisaient dans les sentiments… et cela les a tué… car quand je suis sortie pour leur ramener a manger… les crétins ont ouvert… Enfin bref… Dans tous les cas, j'avais promis a mon époux de ne jamais le laisser. Je suis venu… et le résultat est la. Il est mort. Et j'ai jeté l'alliance. J'ai tenu mon serment. Je ne suis plus lié a personne. Voilà l'histoire. Rien d'exceptionnel. Rien de romantique. Rien de quoi faire une autobiographie. Ah… vous pouvez la balancer a nouveau… elle ne sert plus à rien du tout. Merci.

Oui il venait de jeter a la tête de cet inconnu son histoire sans aucune pudeur. Il n'avait rien à cacher… et se détourna pour retourner dans la maison… et regarder après une bouteille d'alcool… Et il trouva son bonheur sur une bouteille de vin encore bouchée. Pas mal. C'était mieux que rien. Et il ressortit aussi rapidement. L'homme était toujours là et il l'observa a nouveau.

- Vous voulez boire un coup avec moi ? Je ne viole pas et je ne tue que les zombies et les cons qui cherchent la merde en voulant ma peau. Comme vous n'êtes pas un zombie et que vous n'avez pas le profil d'un con qui cherche les emmerdes… je vous invite…

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 15
Points : 222
Date d'inscription : 25/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Denton Mason
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 12 Sep - 9:58

L'homme se retourna lentement pour lui faire face. Il était âgé d'une quarantaine d'années, aux cheveux bleus et aux yeux verts. Denton ne s'étonna qu'à moitié en voyant l'air glacial qui trônait sur son visage. Il se présenta comme étant Donovan Macalistair, Neurochirurgien de son état, et précisa qu'il avait été réquisitionné lui et son mari pendant la grande panique. Ce dernier, policier, l'avait laissé en plan pour aller secourir sa sœur. Il ne manifestait pas une grande animosité envers son défunt conjoint, alors que d'autre auraient éclaté en sanglots. Pour lui, ça semblait être comme une clause d'un contrat non respectée : c'était regrettable, mais il n'y avait pas mort d'homme… Le fait qu'il jette son alliance signifiait qu'il avait tourné la page dès lors qu'il avait vu le cadavre en décomposition de son mari. Son compagnon était mort, et lui libre de faire ce qu'il voulait.

Avant qu'il n'ait le temps de lui répondre, il s'esquiva et retourna dans la maison. Denton resta dehors par précaution. Il aurait été stupide de s'engouffrer dans un lieu de mort inconnu sans y être préparé et obligé. Des bruits de fouilles s'échappaient faiblement de la porte. Le diplômé de médecine ressorti dans la maison au bout de quelques minutes. Il tenait dans sa main une bouteille de vin encore fermée. Il semblait content de sa trouvaille. Aussi incroyable que cela puisse paraitre par les temps qui courent, mais il lui demanda de venir la boire avec lui dans sa "maison", bien que cette notion soit floue maintenant. Il le regarda avec un air interloqué, ne parvenant pas à savoir si sa proposition était sérieuse, ou s'il s'agissait juste d'un trait d'humour. Ce qui n'avait pas l'air impossible quand on voyait le bonhomme. Denton, qui avait quitté son attitude guerrière, adopta une posture défense, et fit jouée son arme dans sa main droite. Reprenant ses esprits, il répondit à Donovan.

– Eh bien… Votre proposition me laisse perplexe… Ce ne sont plus le genre de questions que le l'on pose en ce moment, à part pour des gens naïf. Quand à votre défense, sachez que vous avez la carrure pour abuser des gens… Et je n'aime pas être floué.


Il regagna son assurance et examina les alentours. Il avait plus de temps qu'il ne l'aurait voulu à l'extérieur. Le soleil allait bientôt rejoindre les bras de Morphée et il n'avait aucune de fait le long et dangereux chemin retour en pleine nuit. De dépit, il souffla et fit face à Donovan.

– Ce n'est pas dans mes habitudes, et ça va même à l'encontre de toutes mes règles de survies, mais j'accepte. Mais attention, si vous essayé quoi que ce soit, vous risquerez de le regretter.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum