After all this time... || Aube



InformationsContact
avatar
Messages : 192
Points : 234
Date d'inscription : 10/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Juil - 21:47

After all this time...Charlie & AubePerturbée, ses phalanges se resserrent sur le guidon de son BMX dont les roues malmènent le vieux bitume craquelé de ce qui devait autrefois être une route nationale. Bien des choses se sont produites. Trop de choses, en peu de temps. De quoi donner du mal à tout assimiler. C'est le cas pour Charlie, toujours troublée par le tournent inattendu qu'à pris sa vie ce mois-ci. D'où cette escapade à vélo, seule, histoire de prendre l'air et se vider la tête.

Cela doit, aujourd'hui, bien faire une quinzaine de jours que la rouquine s'est réfugiée au sein de cette communauté postée au laboratoire. Elle ne s'attendait vraiment pas à y voir tout un groupe, ce jour-là. Pensant, à ce moment, que le bâtiment n'allait être rien de plus qu'une résidence abandonnée comme les trois-quarts des édifices de la région depuis que tout a basculé. Ce fut donc une sacrée surprise. Mais, une bonne surprise. Après tout, n'y a-t-elle pas fait quelques agréables rencontres faisant qu'elle s'y sent déjà plus ou moins comme chez elle ? Si. Et elle s'en sent presque coupable, au fond. Car, si la jeune femme se trouve intégrée à un campement sécurisé depuis près de quinze jours, il ne faut pas oublier qu'elle a erré quelques jours, livrée à elle-même, séparée de son fidèle compagnon de route, avant d'y arriver ! Ah... L'image de Donnie, son meilleur ami, hante à nouveau son esprit. Qu'est-il devenu ?.. Elle aurait dû se rendre et découvrir ce semblant de société avec lui, si tout s'était bien passé... Ils devaient s'y rendre ensemble. Dans leur optique de base, inconscients de la présence d'un groupe, ils auraient farfouillé et déniché quelques babioles plus ou moins utiles avant de poursuivre leur trajet. Ils auraient dû ressentir, ensemble, cette surprise de constater les lieux habités et, par conséquent, soit rebroussé chemin, soit demandé asile pour deux... Mais bon. Tout ça, c'est s'ils ne s'étaient pas perdus de vue.

*Maudit manque d'attention. Maudite horde. Maudite station service. Plus jamais je n'y remettrais les pieds...*

Et pourtant, oui, pourtant, c'est bien en direction de l'endroit où le destin les a éloignés que la renarde pédale sur son VTT. Ah... L'illogisme de la raison humaine, parfois ! Charlie est profondément tiraillée entre l'envie de rentrer, de ne plus s'approcher de ce lieu lié à un mauvais souvenir, et celle de vérifier, espérer trouver un quelconque indice sur Donovan. Peut-être est-il encore dans le coin ? Peut-être est-il toujours dans ce bâtiment, dans le camp des morts, cette fois ?... Cette possibilité ne l'enchante pas, mais, au moins, la Jacobs saurait si espérer est une chose toujours utile...

Un coup de frein brutal et le crissement des pneus sur le béton brisent le silence des environs.
Charlie est haletante, les yeux ronds. Elle vient de passer à deux doigts de faucher quelqu'un ?! Pour le coup, difficile à dire qui était en tort. Elle, parce qu'elle était perdue dans ses pensées ? Ou cette... Gamine ? Pré-ado ?... Enfin bref, cette jeune fille, qui est sortie de nulles parts sans crier garde ?
- Putain. Qui aurait cru que la sécurité routière aurait toujours son importance après le début de la fin ?.. Se demande-t-elle à elle-même. À haute voix, sans le remarquer.
Le cœur battant la chamade suite à ce pic d'adrénaline soudain, la rousse se masse la tempe, comme si cela allait l'aider à se remettre de ses émotions.
- Faut regarder avant de traverse, miss ! J'aurais pu te tuer ! C'est quand même idiot de finir sous un BMX dans un monde pareil... Enfin bref. Ça va ? Rien de cassé ? J'suis désolée ! T'es toute seule ? Rassure-moi, t'as pas un père baraqué, un frère ou même un copain qui pourraient me refaire le portrait parce que j'ai failli te renverser ? Ooooh , seigneur, je parle trop. C'est l'émotion ça ! Pardon !

Reprenant enfin son souffle, l'ex étudiante en psychologie prend le temps de détailler la demoiselle dont elle a frôlé l'aller simple pour l'au-delà. C'est là qu'une désagréable sensation lui parcoure la tête. Une impression de déjà vue inexplicable. Charlie déteste avoir le vague ressenti de connaître quelqu'un ou quelque chose sans pouvoir mettre le doigt sur un nom, une raison, une date...
- Eh, mais ?.. On se serait pas déjà croisé ?..
© Crimson Day


Dernière édition par Charlie Jacobs le Dim 16 Juil - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 391
Points : 58
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Dim 16 Juil - 10:22

HRP:
 

Braquage à l'ancienneAube et la CousineJ’entends les petites pattes de Dante taper le sol derrière moi, honnêtement, je ne sais même pas où je suis, j’avais une envie pressante de m’éloigner de ma famille entre l’Amazone, le buveur de thé et l’Archer, je pense que je suis comblé niveau étrangeté, en moins de deux mois j’ai fait plus de trucs dans ma vie que sur les bancs de l’école m’enfin là c’est normal entre les animaux qui me servait et les fonctionnaires qui n’attendait que de boire leur café et de prendre des congés payé dès la rentrée, c’est sure que ce n’est pas le cadre idéale pour enseigner, si on oublie les 7 milliards de cadavres qui n’attende que moi pour commencer leur barbecue, c’est presque une aubaine que la mort est décidé de prendre des vacances .
Le calme total aucun bruit à part le vent qui s’infiltre dans les buissons, on en vient presque à regretter, le voisin un peu trop bruyant qui faisait la fête du matin au soir.
Les chauffeurs de taxi à peine pressé, qui utilisait un peu trop le klaxon .
Bref, c’est un peu déprimant comme ça .
Si je trouve une épicerie ou un truc du genre mon excursion n’aura peut-être servi à rien .
Des oiseaux commencent à « chanter » je m’arrête pour les écouter, profitant de ces doux sons .
Quand soudain, j’entends un crissement de pneu à ma droite, instinctivement, je bondis devant moi, j’amortis le choc avec mon épaule, je me demande si un jour, je la retrouverais pas déboîter sans raison en me réveillant
Je lance ma lance sur le bas-côté, qu’elle mort de merde de se fair embrocher par sa propre arme
Je dégaine mon Glock 17
Ma seule connaissance sur les armes à feu se résume au Western.
Alors je donne peu cher de mes chances .
Une rousse assez grande, d’une grande beauté franchement et je ne pèse pas mes mots .
Ses traits me rappellent quelqu’un .
Je me creuse la tête à la recherche de ce souvenir.
-Personne ! Ce n'est pas comme si les cadavres allaient t’amener dans la case prison parce, tu prends un malin plaisir à écraser ses semblables !
La rousse prit de nouveau et à ce moment-là Aube fut submergé de questions .
-Et montre moi les feux où les passages piéton ! A mais que je suis bête il n’y a plus d’électricité ni de chauffard gonflé à la testostérone ! [dis-je en me tapant la main sur mon front et avec un ton sarcastique] Sinon je vais bien merci, c’est gentil de la part d’un femme qui pédale comme une folle dans le trou du cul du monde le regard ailleurs hein !
Je sens mon cœur battre la chamade, l’adrénaline m’accueillir progressivement dans ses bras
Mais quelque chose m’empêche de la mettre K.O où de la faire rejoindre les rangs de Zack ( rôdeur ) .
-Ouais si tu parles autant à chaque fois que tu butes contre une pierre, je donne peu cher de tes chances [je la fixe du regard] Nop je t'ai jamais vu en même temps j'étais par ici avant !
Je me tais aussitôt j'allais pas commencer  à raconter ma vie à elle
J’avoue, je suis un peu amer mais me faire écraser par un vélo !!! J’aurais dit quoi si le Paradis existe ?
« Salut moi c’est Aube, je suis morte en me faisant écraser par un vélo pendant l’ère des cadavres putrides, géniaaal »
Je vise le canon de l’arme sur sa poitrine, disons....euh...développé .
-Maintenant, la Black Widow [je prends le temps de peser mes mots, mais je ne sais pas quoi dire ] tu vas te mettre comme une larve par terre et laisser à ceux qui savent pédaler ton vélo .
J’enfourche le BMW, Dante sur mes genoux.
-On se retrouve en enfer !!!
Fier de mon petit numéro.
Je commence à pédaler de plus en plus vite .
Soudain, elle crie un truc qui me fait freiner brusquement .
Dante tombe à terre avec jappement digne de nos chers bébé .

_________________
Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 192
Points : 234
Date d'inscription : 10/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Juil - 18:27

After all this time...Charlie & AubeEh bien ! En plus d'avoir un visage lui étant grossièrement familier, cette gamine a du répondant. Du mordant, même. Charlie en est presque bouche-bée. Face à tant de tac-au-tac, voilà que la rouquine se croit face à plus âgée ! Pourtant... La petite brunette ne doit pas dépasser les douze ans... Du moins, elle semble nager entre dix et quinze.
Si autrefois l'étudiante aurait trouvé une jeune fille telle que celle-ci horriblement  nonchalante et irrespectueuse, en vue du contexte actuel, elle ne peut que comprendre. Pour ne pas dire qu'une once de peine lui pince le cœur. C'est vrai, quoi... Pauvres enfants. Grandir dans un tel monde ne doit pas une partie de plaisir. Si pour la renarde, pourtant majeure, cela s'avère une vraie torture aussi bien psychologique que physique, elle n'ose imaginer ce que peuvent ressentir tous ces mineurs luttant encore contre la mort. Perdre ses parents, ses amis, devoir être mature et indépendant trop tôt et trop vite pour espérer surmonter toutes ces épreuves... C'est horrible. Jamais ces jeunes ne connaîtront ce qu'est une enfance et adolescence normale, immature, naïve, innocente... L'apocalypse leur a coupé l'herbe sous le pied, comme ça, sans prévenir. Les jeunes d’aujourd’hui sont plus courageux, téméraires et effrontés que leurs aînés. D'une part, cela est avantageux pour eux, d'une autre, cela en deviendrait presque apeurant. Il ne faudrait pas que les petits prennent goût à la violence et au sang. Manquerait plus que la terre soit, en plus d'être infestée d'infectés, peuplée d'apprentis sociopathes. Enfin ! Charlie réfléchit bien trop. Cette gosse ne semble pas non plus sanguinaire. Elle a juste la tête sur les épaules et une maîtrise cinglante du sarcasme.

Le cliquetis lui fait changer d'avis. Cette môme vient de lever le cran de sécurité de son flingue ? Eh merde. Elle est peut-être dangereuse, tout compte fait.
*'Chier.*
Levant les mains lentement, sans geste brusque pouvant me coûter la vie, je descends de mon vélo et m'accroupis.
*Tu peux toujours le prendre. Un, il est trop grand pour toi, tu vas finir par t’emmêler les pinceaux avec les pédales. Deux, je te vise proprement l'arrière du crâne avec mon lance-pierre, t'es déséquilibrée et je te colle ma lame sous la gorge pour te calmer. J'aime pas en venir à la violence, mais, tu vas pas partir comme ça avec mon BMX, ma grande.*

Alors qu'elle s'en va fièrement sur mon destrier, je me redresse en silence, ramasse une pierre, me met à la viser et...
J'écarquille les yeux.
En voyant sa petite silhouette s'éloigner de dos, à vélo, Charlie cru voir sa tante, en plus jeune évidemment. Attendez... Allison... Sa fille, la cousine de la rousse... C'était quoi son nom déjà, à cette petite ?...
...
Mais oui bien sûr ! Pourquoi n'a-t-elle pas fait le rapprochement clairement, plus tôt ?!
- Aube !? Prononce-t-elle de vive voix, assez fort pour que l'autre l'entende sans pour autant hurler à en rameuter des dizaines de macchabées.
Le fait que la gamine se soit stoppé dans sa fuite trahie le fait que cela ne faisait aucun doute.
- Tu t'appelles Aube, c'est bien ça ? Un sourire idiot combinant surprise et ravissement étire les traits choqués de son visage. Tu te rappelles surement pas de moi, mais... J'm'appelle Charlie et... Je suis ta grande cousine.
Détendant l'élastique de son lance-pierre, la jeune femme se montre pacifique en baissant sa garde doucement.
- Tu veux bien ne pas te comporter comme une malpolie et me rendre ce qui m'appartient ? On se comporte pas comme ça avec la famille, miss.
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 391
Points : 58
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Lun 17 Juil - 9:57

Don de voyance ?Aube et la CousineJe l’entends prononcer mon prénom...oh non me dite pas que ça va recommencer !
Toute ma famille cachée ou que je n’ai pratiquement vu à décidé de s’installer à Detroit avant que tout ça commence
-Comment ! Tu connais....[je rougis, mon cœur bat aussi vite qu’un batteur pendant un concert de métalleux] comment, comment cooment COOMENT [ Dis-je en répétant ce mot avec hystérie]
Je balance le vélo sur le côté, ce n'est pas parce, je suis une fille que je n’ai aucune force !
-Ma cou...si...ne....,[je n’arrive pas a y croire, mais soit le destin à décidé de rassembler tout les Greer et les...euh...machin...où quoi?] Mais....mais ma Mère n’avait pas de sœur !

Je creuse dans ma tête tentant tant bien que mal tentany de me rappeler d’elle
-Je me souv....iens c’était à Noël, sûrement le meilleur Noël de toute ma vie
Je l’entends me sermonner et me demander de lui rendre son vélo
Je rougis encore plus embarrassé
-Je....euh...oui
Je reprends le vélo doucement, je grimace, quelques écaillures parsèment la peinture autrefois immaculée
Revenant avec vitesse vers elle, je nembarrassé’aperçois pas la goule cachée sous une voiture.
Elle agrippe ma jambe, je la tire en vitesse de sous la voiture et lui plante mon couteau dans la tempe .
Vu ses vêtements et sa petite taille, c’était une petite fille.
Je détourne le regard déjà le sentiment malsain revient à la charge avec sa réserve de vomis et tout, c’est truc
-Le voilà comme neuf ! Et je ne suis pas une malpolie ! [je me redresse prenant un air fier] mon Grand-Père m’a formé et puis comment tu veux que je reconnaisse ma famille que je n’ai jamais vu ! Je suis pas une sorte de voyante de l’Apocalyspe ! Dis-je sauf que je trépigne d’impatience de la connaître plus
Je me rapproche d’elle l’entourant de mes frêles bras et posant ma tête sous sa poitrine
Ça pourrait paraîtra être un truc de fillette apeuré, mais cette...euuh cousine présumé et peut être mon seul lien avec mon « ancienne » mère .

Je lui murmure à son oreille
-Tu connaissais Maman ?
Je l’écoute avec patience
Quand nous nous séparons, j’ai l’impression qu’une centaine d’années vient de se passer, ces câlins me manquent un peu aussi, j’ai avoir l’air de la dure à cuire du coin du genre à martyriser les petits à l’école avant ce qui n’était pas le cas mais les rôles étaient plutôt inversé, bref j’ai besoin de tendresse et ça fait 3 jours que je n’ai pas vu ma Mère et encore plus Papa
Je m’assois nonchalamment sur le capot de la voiture .
Le vent dans mes cheveux graisseux .
-Bon est-ce que force divine t’a commandé d’essayer de m’écraser pour que je découvre encore une partie de ma famille où tu as une réelle raison ? Et je n'ai pas trop envie de t’appeler la Rousse tout le temps alors tu t’appelles comment, malheureusement, je n’ai as hérité de tes dons en voyance ! Dis-je avec un sourire angélique

_________________
Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 192
Points : 234
Date d'inscription : 10/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Juil - 15:39

After all this time...Charlie & AubeLe choc est, évidemment, présent sur le faciès de la pré-adolescente. Il s'y trouve peut-être, sûrement même, deux fois plus que sur celui de sa cousine. Il faut dire que si ces retrouvailles étonnantes sont dures à croire pour la plus âgée, cela doit paraître une véritable blague ou un mirage aux yeux de la petite qui, elle, ne connait rien de la branche secondaire de sa famille. Aube était bien trop jeune à l'époque. La preuve étant qu'elle n'arrive, sur le coup, pas à se souvenir de sa propre tante. Charlie lui offre un sourire avenant et un gloussement lui échappe.
- Pourtant, bébé, tu étais très intriguée par les cheveux roux de "Tata Brittany". Je pensais que ça t'aurais marqué. Tu étais le centre du monde quand tu venais à la maison. Evelyn en était presque jalouse !
Un rire maussade lui racle la gorge. Elle n'avait que peu prononcé les noms de ses parents ou de ses sœurs, depuis tout ce temps. Se remémorer tous ces bons moments s'avère, alors, un mixte parfait entre l'agréable et le douloureux.
- Je me rends compte que je parle d'Evie etc, mais... Tu ne dois pas t'en souvenir non plus. Un soupir échappe à la rouquine. Que je veuille en parler ou non, j'ai bien des choses à te raconter sur ta famille !

Récupérant son véhicule, la Jacobs est amusée de voir l'air navré de sa cadette, à cause des écaillures sur le côté tombé au sol. Barf ! Voilà qui n'est pas bien grave. Ça donne à son BMX un petit côté survivant, à lui aussi ! Classe.
Un revenant sous une voiture les interrompit brièvement avant qu'Aube ne lui fasse souffler son dernier soupir. C'est horrible à dire, mais, Charlie finissait par ne même plus s'étonner d'être dérangée par l'une de ses choses. Elle finissait même par ne plus éprouver de peine en pensant à leur vie d'avant, leur vie de vivant... Charlie se modelait au monde.
- Ça va ? Demande-t-elle en voyant la jeune fille nauséeuse. Tuer des êtres en putréfaction... C'est vrai que ce n'est pas ce qu'il y a de plus ragoutant. En début d'épidémie, il faut avouer que la rousse avait plus d'une fois régurgité le peu que son estomac contenait en éclatant des crânes plus ou moins frais... Mais bon ! N'en parlons plus.

- Ton grand-père ? La réfugiée du Labo arque un sourcil. Il n'y a pas que moi qui a beaucoup de choses à raconter, on dirait.
C'est alors qu'une vague de chaleur lui parcourt le corps. Charlie ne s'attendait pas être enlacée. Un petit rire lui échappa sur le coup, et, elle se mit à caresser les cheveux de sa petite cousine. Un peu d'affection dans ce bas monde ? C'est loin de faire du mal.

- Oui, je la connaissais. C'était la meilleure tata du monde. Et je ne dis pas ça juste parce que je n'en avais qu'une ! Pour l'anecdote, c'est elle qui m'a appris à grimper sur un vélo. C'est fou ce que tu lui ressembles, maintenant que je regarde bien. Je m'étonnes moi-même de ne pas avoir compris à la seconde où je t'ai vu.

A sa dernière question, Charlie roule du regard. Ah. Elle en avait presque oublié la raison de sa promenade du jour.
- Juste un besoin pressant de me vider la tête... Et de m'assurer de quelque chose. Et toi ? Qu'est-ce que tu fais dehors ? Seule, en plus. Tu n'as pas de groupe ? Lui donnant une légère tape derrière le crâne, plus par taquinerie que par envie de blesser, la rousse ajoute d'un ton exaspéré. Si t'écoutais l'intégralité de ce que je te dis, tu saurais que je m'appelle Charlie. Mais bon... On va mettre ton inattention sur le compte de l'étonnement.
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 391
Points : 58
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Lun 17 Juil - 20:57

Don de voyance ?Aube et la CousineJe me dandine.
-Ouais Papa me l’a déjà dit ! Mais je suis moche contrairement à Maman, et à propos de mon grand-père qui raffole du thé on en parlera plus tard ok ?
Et puis comment lui annoncer que j’avais en quelque sorte tourné le dos à ma passée dans ma détresse ? J’allais me suicider, et une amazone m’a recueilli, depuis je l’appelle et elle me le rend bien, mais en fin de compte faudrait plutôt en parler tout de suite
-Tu sais maintenant j’ai une Maman !  . [je lui fais les yeux de biche, la technique approuvée depuis la nuit des temps pour attendrir les adultes] Je sais tu vas me dire comment tu as pu nous oublier et tout ça, mais je n’ai jamais vu ma Mère !. [ les larmes me monte au yeux] Difficile de se faire une image d’elle, j’étais seul au monde, j’allais me forcer à passer l’arme à gauche et elle est arriver tel un ange, tu’en fais pas c’est sûrement la mère la plus aimante sur Terre, genre câlin et papouille sous ses airs de dur à cuire tu vas l’adorer .
Elle me parle d’envie pressante, je fronce les sourcils, mais un début de sourire se dessine sur mon visage .
-Tu voulais aller aux toilettes  ??? C’est vrai que par ici personne ne te verra ! 
J’explose de rire, ne pouvant arrêter je me tords de rire
Quelques minutes j’arrive enfin à reprendre mon souffle
-Euh excuse moi...je....c’était..immature....
Je ressens encore les soubresauts des spasmes qui me parcours encore
-Enfin bref ! Pour te répondre je prends disons l’air ! C’est pas comme si une bande de pédophile allait me tomber dessus...  [mon esprit un peu trop tordu imagine des nécrophiles attirer par des cadavres d'enfin...bref,...vous m’avez compris quoi] rassure-moi je ressemble pas à un cadavre là 
Excepté mes peintures de guerres bleu azur sur mes pommettes et mes cheveux plus graisseux, je assez propre quand même
-Et puis t’est pas ma mère ni ma prof ! J’espère que tu n’aimes pas l’histoire et que ton deuxième prénom c’est Magie . Bon sang que je le détestais celle-là ! Nan mais c’est vrai quoi on aurait dit qu'elle avait tout connue, genre même la naissance du petit Jésus ! Mais le fait que la Mort se mette en grève je pense pas ! J'espère qu'elle a crevé comme une sombre merde, genre mordue alors qu'elle était au toilette
Moi violente ? Mais non c'est juste ce monde qui m'y force
-Bon...tu veux t'amusé parce que t'a l'air un peu coincé sur les bords !?
Quoi le respect ? Connait pas !

_________________
Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 192
Points : 234
Date d'inscription : 10/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Juil - 19:53

After all this time...Charlie & AubeCharlie roule une nouvelle fois du regard. En temps normal, la rousse aurait corrigé l'illogisme de la phrase de sa cousine en disant que, si l'on ressemble à quelqu'un, on ne peut pas vraiment être "moche contrairement à"... Puisqu'on lui ressemble. D'autant plus qu'Aube ne se souvient que très peu du visage de sa mère... Mais bon ! Le temps n'est plus normal depuis bien longtemps. De ce fait, tout le monde se passe plus que bien de ce genre de petits commentaires d'un ennui studieux.
La plus grande des deux cousines se contente, alors, d'acquiescer aux propos de l'autre. Elles ont, de toute manière, bien du temps devant elles pour bavarder. La Jacobs ne comptant pas rentrer tout de suite.

La petite brunette lui parle, ensuite, d'une figure maternelle. Pas étonnant, dans un sens. N'importe quel enfant a besoin d'une mère, qu'elle soit une famille de sang ou de cœur. Et encore, pas seulement les enfants ! Dans un sens, est-ce que ce bon vieux Jonasson, celui l'ayant accueilli au sein du laboratoire, n'est pas considérable comme un "père de survie" pour la rouquine ? Et ce, bien qu'elle soit majeure et indépendante ?
Il n'y a pas d'âge pour ressentir le besoin de compter sur quelqu'un comme l'on compterait sur un parent, un frère, une sœur...
- Je suis heureuse et rassurée pour toi, alors ! Cette maman à l'air d'être quelqu'un sur qui l'on peut compter et avoir confiance. T'es entre de bonnes mains. Cela dit... Elle soupire. Une bonne maman ne laisse pas sa fille toute seule ! Je vais devoir avoir une discussion avec ma tante d'apocalypse. Elle râle pour rire, évidemment. Quoi que ? Peut-être qu'une once de vérité se cache dans ses mots ? Qui sait. C'est du Charlie tout craché.

Face à la... Euh... Hmm... À l'humour ? De la petite, Charlie ne sait comment réagir. Un partage entre l'envie de pouffer (de rire ou de désespoir, faut voir) et celle de cacher l'entièreté de son faciès derrière la paume de sa main comme si cela allait laver son air affligé.
- Mais non, mais... Pas dans ce sens...
Finalement, la rousse choisit la seconde option et se palpe le visage comme si cela allait effacer son côté accablé par tant de... Gaminerie. Ah... Elle n'a absolument rien contre les enfants et adolescents... Mais, elle doit bien avouer que leur mentalité ou comportement ne seront jamais ses points forts. *C'est donc pour ça que je ne voulais pas d'enfants avant l'épidémie ? Je me souviens maintenant... Je serais une mère exécrable tant moi et plus jeunes ça fait -200... On va dire que je les aime à condition qu'ils soient loin, ou calme, ou mature...*
Elle se racle la gorge.
- Y'a des blagues drôles, celle-là était pas de mon genre... Mais on bide tous des fois, non ? Ricane-t-elle gentiment. Sinon, pour te répondre... Je pense que ta dégaine n'est pas plus sale que la mienne. On est un peu tous des déchetteries sur pattes.

Se passant une fois de plus d'un commentaire du style "en même temps la naissance de Jésus, c'est assez simple de la connaître" Charlie ne réagit pas à cet instant de rage envers une certaine Magie. Tiens, quand elle y pense, maintenant... Elle ne pense pas avoir souhaité une seule fois la mort de quelqu'un d'autre fois. Dans le fond, même les "mauvaises personnes" peuvent vivre. Si les gens sont toujours là, c'est qu'ils ont du mérite. Et puis... La notion de bon et mauvais est tellement vague. Le roi des cons aux yeux de la Jacobs peut s'avérer être le dieu de la sympathie pour quelqu'un d'autre.

- Heureusement pour toi, la coincée est relativement patiente et pacifiste sinon les gifles seraient déjà tombées... Passant une main dans sa chevelure poisseuse tout en levant le nez vers le ciel. J'ai quelque chose à faire, comme je te l'ai dit. Je doute que ce sois amusant, mais, si tu veux me suivre, tu peux. Le temps d'y aller, de faire ce que j'ai a y faire et repartir... Faudra surement que je rentre. J'ai programmé un retour approximatif avant la tombée de la nuit. Et j'avoue que j'ai du mal à savoir comment nous amuser... Une main posée sur le guidon du VTT, le visage de la rousse s'illumine. Sauf si t'aimes les piques d'adrénaline et que tu sais t'accrocher.
Pointant d'un mouvement de menton les repose-pieds de part et d'autre de la roue arrière, Charlie lui propose, en clair, un aller-retour express. Proposition étant loin d'être une idée responsable et sécurisée, mais... Est-on vraiment à ça prêt ?
*Que l'esprit d'Allison ne me trucide pas pour une idée aussi folle et dangereuse que celle-ci, avec sa fille.*
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 391
Points : 58
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Ven 21 Juil - 10:20

HRP:
 

Tuto Make UPAube et la CousineJe lui lance un regard noir feint d’un nonchalance à tout épreuve
-De toute façon avec toi on bide toujours tes pas drôle ! (je lui tire la langue tel une gamine) Oh merci ça me rassure ! Ça veut dire que je dois appeler les morts vivants des éboueurs ou des SDF, qui cherche à m’engraisser pour mieux manger mes appareils ménagers c’est ça ?
Je glousse, décidément je suis la seule à rigoler de mes blagues, ce qui quand on y pense est normal ?
-Ouh j’ai tellement peur de toi cousine , ah la la !
Je roule des yeux, et fait un sourire angélique
Je me moquais d’elle, mais enfaite je suis impatiente d’en savoir plus sur elle mais par dessous tout ça sur ma famille , mais je l'appréhende, c’est quand même eux qui m’on laisser au griffe de mon alcoolique de faux père et dire que j’ai pleuré sa mort....mais surtout j’ai été enfermer avec son cadavre pendant trois long jours , les pires jours de ma petite vie, c’est horrible tout simplement, tu n’essaye de ne plus y penser, mais l’odeur, les sirènes, les cris à l’extérieur te ramène avec dureté dans la réalité .
-Parce que tu prévois même tes plans ! Je lui lance un regard taquin mais moi aussi cela m’arrive de le faire .
Je la laisse continuer .
-Attends tu me laisse le choix entre un parcours de santé pour grand-mère et un truc plus intense, devine ce que je choisis !!
Je cours jusqu’à son vélo, monte derrière elle , et enroule mes bras autour de son corps .
Elle est chaude, son contact me rassure, j’ai l’air d’une teigneuse, n’ayant peur de rien, mais certaine fois j’ai peur comme à cette instant précis, qui sait ce qui pourrais nous arriver hein ?
Je fonce dans le danger , les bras grand ouvert pour finalement en ressortir, le regard dépité, et la queue entre les jambes si j’en avais une .
-Si tu pouvais éviter de percuter un charcuteur ça serait cool de ta part ! [j’essaye de dire ça avec assurance mais ma voix tremblote] euh,....on pourrait aller faire les courses dans un de  ces magasins où toute les reines des promos allait pour  se faire belle ! Parce le titre de déchetterie vivante me plaît pas trop....
Je veux aller dans ce magasin surtout pour me faire belle pour un garçon en particulier .
Insouciant comme réaction quand les mort te chasse pour leur dîner champêtre un peu....
-C’est pour quelqu’un, s’il te plaît, s’il te plaît on peut y aller ! [je lui fais les yeux de biche]
Parce c’est bien jolie les peintures [je montre avec mes doigts les deux pommettes parcourue de ligne bleu] mais c’est pas assez pour séduire...[je pose ma main gauche sur ma bouche , quelle quiche j’en avais dit trop] euh....bref c’est pas tes affaires !!
[/color]

_________________
Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 192
Points : 234
Date d'inscription : 10/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 16:38

After all this time...Charlie & AubeIntérieurement, Charlie se donne des baffes. *Bravo, championne ! Tu vas finir par la vexer, ta cousine !* Ah... Vraiment, elle gaffe et gaffera toujours avec les enfants. Pas de sa faute, aussi, si dans sa vie elle a vite mûrie à cause d'un père un peu trop demandeur et d'autres facteurs compliqués faisant qu'être mature est la meilleure des solutions ! Imaginez-vous, un peu, ne pas cacher le fait d'être "différente" à l'âge où les pré-adolescents sont encore extrêmement bêtes et méchants... Il faut savoir passer au-dessus des moqueries et avoir du répondant quand cela s'avère nécessaire. La Jacobs en a bouffé, des commentaires sur sa rousseur ou encore ses "choix de vie". Mais bon... Il est vrai qu'elle n'a pas d'excuses valables, dans le fond. Ce n'est pas parce qu'elle a du mal à se rabaisser aux niveaux de ses cadets qu'elle ne peut pas faire l'effort de tenter. *Je vais finir vieille avant l'heure, avec ma façon d'évoluer dans ce monde.* Pense-t-elle en roulant du regard pour elle-même.
Un faible sourire se dessine, toutefois, sur ses lèvres, suivit d'un gloussement sincère.
- T'es méchante pour les éboueurs et les SDF ! Appelons un mort, un mort et un SDF, un SDF, non mais ! Un claquement de langue lui échappe lorsqu'Aube se fiche, une fois de plus, de sa crédibilité. Tu vas arrêter d'être une sale gosse trente seconde, oui ? Tu me dois le respect ! J'peux toujours décider te rouler dessus, finalement !

Une main posée sur la hanche, Charlie soupire. La brunette doit, encore, rire de son côté trop carré et adulte.
- Oui, je m'organise. Mais, c'est parce que j'y suis un peu obligée. J'ai un règlement à respecter, tu vois ? Je ne suis pas seule. Si, parfois, la renarde se méfie et ne parle pas de sa communauté avant d’être sûre que les personnes en face d'elle sont de confiance, là, elle n'y voit aucuns soucis. Aube est sa cousine, non ? Et elle doute fortement qu'elle puisse faire quoi que ce soit de mal au Labo. En gros, j'ai prévenu que je reviendrais avant que le soir ne tombe. Tu te doutes bien que si je rentre plus tard, ça va être panique à bord et, au passant, ma fête quand je vais me pointer comme une innocente en mode "coucou, j'me baladais en fait !".

Charlie semble s'être plutôt bien rattrapée de ses précédents instants "t'es pas drôle". En effet, le regard de la petite s'est illuminé face à la proposition du "truc plus intense qu'une promenade de santé de grand-mère". D'ailleurs, elle n'a pas perdu une seconde pour grimper à l'arrière.
Un rire échappe à la plus âgée qui se met doucement à pédaler.
- T'inquiètes pas, je garde un œil sur la route. Et hésite pas à t'accrocher, tu peux serrer autour de ma taille, j'vais pas mourir !
Son air s'assombrit de réflexion.
- Un magasin de beauté ? Hum... Il va falloir tailler jusqu'à une ville pour ça. Parce que là, à part des stations services, y'a pas grand chose. C'est un peu risqué, mais, on peut trouver... Un grand sourire accompagné d'un sourcil arqué se dessine sur son visage criblé de tâches brunes. Oooow ? Eh bah, à ton âge j'étais plus intéressée par le sport que par l'amour. La rousse entendait l'autre râler dans son dos, lui arrachant de nouveaux gloussements. J'arrête de te taquiner la dessus. C'est ok, on va te trouver une boutique de beauté. Mais avant, faut vraiment que je fasse ce pourquoi je suis sortie aujourd'hui, ok ?

Et elle se mit à pédaler dans cette direction qui lui donne la nausée. Plus elle s'approche de la station où elle s'est vu contrainte d'abandonner Donnie, plus elle se sent mal. Comme si une boule se formait dans son ventre, que ses intestins se nouaient. Elle freine, assez violemment, une fois arrivée. S'empressant de s'excuser pour Aube qui a du être secouée.
D'ici, Charlie peut entendre les râles sanglants et gutturaux des revenants. Ils sont toujours là-dedans... *La question est, est-ce que tu es l'un deux, là-dedans, maintenant ?...* Se rapprochant prudemment des vitres poussiéreuses,  la Jacobs espère bêtement apercevoir la silhouette de son meilleur ami. Rien. C'est bon signe, n'est-ce pas ? Il est sorti indemne de tout ça, hein ?... La jeune femme ravale un sanglot, se débarrasse de quelques larmes perlant sur ses joues d'un revers de la manche, puis, sort le poignard pendant à sa ceinture et se met à gratter le bois de la porte.

Donnie. If you're alive and read this, go where we had planned it.
(Foxie)

Un message vague pour les autres, précis pour lui. Il saura, s'il le voit. Et les inconnus, eux, ne risqueront pas d'envahir le laboratoire.
Charlie se sent à la fois soulagée d'être revenue ici, et, complètement malade. Si Donovan ne revient jamais, s'il est mort... Ce sera sa faute. Ça le sera pour toujours.
Après avoir pris une profonde inspiration, la demoiselle se retourne en direction de sa cousine, cachant son mal-être derrière un sourire de façade.
- Bon ! On le trouve ton magasin ?
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Une bataille à l'aube...
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum