Unlucky luke



InformationsContact
avatar
Messages : 323
Points : 357
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 18 Juil - 0:42



Maddie était et restait ce qu’elle avait toujours été : une femme à part. Que ça soit avant ou après l’apocalypse, il n’y en avait pas deux comme elle. Heureusement ou malheureusement, cela restait un débat ouvert. Néanmoins la rouquine au rire si singulier et aux blagues à faire rougir un routier habitué au péripatéticiennes bon marchés avait fini par trouver sa place à fort Hope. Sous ses airs de gentille potiche un peu concierge, il y avait une passionnée qui avait toujours excellé dans tout ce qu’elle avait entrepris, si on oubliait ses mariages, bien sur.

Depuis qu’elle était au conseil, elle était partout, difficile d’esquiver la rouquine qui trottait sur des talons comme avec des baskets, dans tout Fort Hope pour accueillir les nouveaux, pour gérer les travaux, tant en réparation qu’en projets, pour écouter et réconforter ceux qui en avaient besoins… le pire était qu’elle arrivait à faire tout cela tout en restant impeccablement coiffée, habillée et souriante. Elle devait bien être la seule a Fort Hope à encore repasser ses vêtements à prendre soins de ses ongles.

Son amourette naissante avec Rajesh n’avait rien arranger à sa bonne humeur inebranlable. Qui dans Fort Hope n’avait pas encore entendu parler du merveilleux scientifique qui lui avait vraiment fait tourner la tête. Si Maddie se sentait idiote à côté de son impressionnant petit ami, elle était pourtant loin d’avoir deux pieds dans le même sabot et son Wikipédia personnel était une source prolifique d’inspiration. C’est d’ailleurs après une looooooonguuuuue conversation que seuls eux savaient apprécier, elle avait eu une illumination pour régler le problème de l’eau courante de Fort Hope. Certes, elle n’était pas plombier, mais elle avait tellement travaillé avec tous les corps de métiers et elle s’était, Dieu merci, montrée curieuse, au point d’avoir les capacités d’improviser avec autant de sérieux qu’un véritable spécialiste.  

Mais là, c’était juste l’effervescence dans la tête de Maddie. Ce qui la travaillait depuis des nuits, entre trois chapitres sulfureux de son prochain livre qui ne serait jamais édité, avaient enfin une solution. Elle avait réussi a finir le puzzle mentale de la prochaine installation d’eau courante et potable pour Fort Hope grâce au plus formidable de tous les hommes, gros nounours mis a part.

Parler de Versailles puis de parcs aquatiques dans la foulée avait été le déclic. Mais voilà, forcement, Logan était parti en retraite spirituel, et les autres membres du conseil étaient introuvables ou pas très intéressés. Sans parler des récolteurs habituels déjà en vadrouille.

Elle avait fini par débusquer Isha, toujours le vilain petit canard de la communauté et elle ne lui avait pas laisser plus de choix que d’habitude. Mais hors de question de le laisser aller seul dans cette mission. Seulement voilà, dans les gens compétents qui étaient disponibles il ne restait que l’autre archer, Declan. Après tout, ils pourraient parler tir à l’arc en route, il avait tellement en commun que ça ne pouvait que bien se passer ? Et puis, elle avait entendu Declan parler, il avait l’air d’être vraiment formidable et capable pour la survie, du moins quand on l’écoutait. Il pourrait, donc, veiller sur le fils de Logan sans aucun souci.

Oui, Maddie était douée dans beaucoup de domaines, mais pas forcément en psychologie avec les hommes. D’où ses trois divorces peut être….  Ou le fait qu’elle soit en adoration devant un des types qui avait provoqué l’apocalypse.
Toujours était il que c’était d’un bon pas qu’elle allait vers le lieu d’entrainement où Declan trainait souvent. C’est avec un grand sourire qu’elle l’aborda.

« Declan ! Bonjour ! J’ai besoin d’un petit service... Dieu, je ne t’avais jamais vu d’aussi près mais que tu es sexy ! Je comprends mieux pourquoi toutes les filles de Fort Hope soupirent après toi et veulent faire du tir à l’arc !! Je t’avouerais que je serais célibataire je pense que je prendrais aussi des cours pour tenter ma chance.»

On ne changera jamais Maddie, qui était naturelle et franche au point de parfois mettre les gens un tantinet mal à l’aise. Mais au moins les choses étaient dites. Et elle devait se reprendre rapidement car elle n’était pas là pour apprécier un beau spécimen de mâle mais pour organiser une mission plus qu’importante. La rouquine enchaina sans vraiment laisser le temps a l’archer de répondre.

« Tu me ferais presque oublier pourquoi je suis venue… Declan, j’ai besoin de toi pour une mission prioritaire, j’ai trouvé un moyen pour que nous ayons de l’eau courante, mais il me faut une pompe spéciale »

Maddie déroula une carte et des croquis devant Declan avec un sérieux qui contrastait avec son entrée en scène. C’était le plan de Red Oak Water Park, un parc d’attraction aquatique de Detroit. Le seul doté d’une pompe hydraulique assez légère pour être emportée et assez puissante pour faire des merveilles. Elle avait fait un croquis assez précis de ce qu’elle cherchait.

« Il faut absolument cette pièce, c’est presque vital en fait si on continue de s’agrandir aussi vite, le filtre s’est bien, mais sans possibilité de pomper l’eau ça va vite limiter nos ressources et je ne sais pas si le niveau du lac ne risque pas de baisser en cas de fortes chaleurs. En plus c’est maintenant que les morts sont lents avec le froid qu’il faut agir. »

Maddie le regarda avec intensité.

« Declan, je pense que tu es la meilleure personne pour cette mission, mais si tu as peur ou que tu ne le sens pas, je comprendrais. C'est dangereux, ca implique de bons réflexes, une parfaite condition physique et de ne pas avoir froid aux yeux. Il n'y a pas beaucoup de personnes a Fort Hope qui ont toutes ces qualités. Qui plus est, il faut absolument être deux pour dégonder la pompe. J’ai déjà trouvé le véhicule et fait une notice, il manque juste un partenaire pour aller la récupérer au plus vite? »

Maddie avait cette foi toute Américaine dans la voix. Elle espérait que ce viril archer ne la décevrait pas. Elle voulait qu’il soit son héro aujourd’hui ! Certes, elle oubliait de préciser qu’avec un conseil restreint, en l’absence de Logan, elle était, pour son plus grand drame, assignée à résidence. Elle ne pouvait donc pas aller avec lui chercher la pompe. Du coup, l’autre binôme était en train de poireauté dans la voiture révisée par Harvey.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 116
Points : 8
Date d'inscription : 20/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Juil - 18:24



ft. Isha && Declan

« J’suis l’meilleur, j’suis l’meilleur, j’suis l’meilleur ! » me répétais-je alors que j’étais accroché d’un bras à une branche, en train de faire des tractions pour essayer de gonfler ma masse musculaire. Je devais toujours me perfectionner. Je parvenais non sans mal à faire ma série avec une main. Je passais à l’autre. L’air frais fouettait mon torse. J’avais laissé mon t-shirt au sol, tant j’avais chaud. Mais je regrettais déjà. Cette sensation de brûlure en contraste avec le vent encore glacial des prémices du printemps ne m’offrait pas une atmosphère idéale pour ce genre d’exercice. Mon prénom fut cité en contre-bas. Je jette un regard et voit une jolie frimousse rouquine. Pour une femme, on arrêterait tout, même les entraînements, non ? Eh bien pas moi. Tandis que je continuais ma série, je répondis entre mes dents « Bonjour ! » avant de la laisser finir son discours élogieux, se mutant en une tâche à accomplir. Besoin de moi. Mission prioritaire. Eau courante. Pompe spéciale. C’est noté. Son discours avait servi de rythme pour mes efforts. J’en avais finis avec cette étape. Je relâche sa branche, me laissant tomber pour atterrir au sol accroupis. Je me redresse en saisissant mon t-shirt, le gardant à la main. « Et en quoi puis-je aider ? » demandais-je, alors que la femme déployait déjà une carte des environs. Sérieux ? ça existe encore ? Je pensais que les GPS suffisaient avant que tout ça commence… J’enfile mon t-shirt et me penche sur la carte en écoutant son plan.

Elle me parlait d’une pompe hydraulique. Et pourquoi ferai-je ça ? Elle me donne la réponse avant que je formule cette question. Avoir peur ? Moi ? Impossible. Je suis même contrarié qu’elle pense une telle chose. Je baisse les yeux de nouveau sur la carte, prenant ça comme un défi. Je la regarde avec une certaine détermination, posant mes mains sur mes hanches, sentant mon corps se refroidir de l’effort musculaire passé. « Dis à mon partenaire que je l’attends dans une heure près du portail. Et donne lui rendez-vous dans une heure près du portail. Je suis ton homme pour cette mission. Tu peux me faire confiance là-dessus. Au fait, tu es Maddie, c’est ça ? Peu importe. Rappelle-toi. Dans une heure près du portail. » Je lui fis un clin d’œil en me reculant pour finalement me retourner et partir en footing jusqu’à la maison que l’on m’avait assigné. J’ôte mes vêtements d’entraînement pour enfiler la tenue en cuir que je mettais habituellement pour mes sorties. Je pose mon carquois sur mes épaules et glisse mon arc en travers de mon buste, retenu par le crin. Je place la capuche sur mon visage et me regarde dans le reflet d’une vitre. « T’es le meilleur. » insistais-je de nouveau. J’attrape mon pot de peinture de guerre artisanal et de trois doigts, je fais un bandeau sur mes yeux. C’était ma signature. Mon visage de survivant. Le seul connu des rôdeurs. J’enfile mes gants en cuirs et sort de la maison, direction le portail. J’ôte mon arc en voyant une voiture, avec un type dedans, en train de poireauté.

Je le reconnais peu à peu. C’est le nouveau mec d’Ava. Merde. Manquait plus que ça. « C’est toi qui est en charge d’aller rechercher la pompe hydraulique ? » J’avise son arme dans la voiture. Un autre archer. Je me sentais vraiment en situation de rivalité. Je n’attends pas sa réponse, remarquant qu’il a un genre de feuille de route posée sur le tableau de bord, expliquant comment et où trouver une pompe hydraulique. Je contourne le véhicule et monte à côté de lui, plaçant mon arc entre mes jambes. « Allons-y. Je n’ai pas que ça à faire. »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 2130
Points : 1715
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Juil - 20:37

« Attends, là, putain, dis-moi que tu déconnes… que c’est une juste une blague de merde ! »

Je reste, incrédule, à regarder Maddie qui prend un air aussi triste que choquée. Non sans rire. Comment elle peut me faire ça à moi putain. Y’a des limites à notre accord.

« N’importe qui autres que ce gros débile qui passes son temps à jouer les Monsieur Muscles.
-Arrêtes de le critiquer Isha, tu ne le connais pas, crois-moi je lui ai parlé, il est plus que charmant, je suis sûre que quand vous reviendrez, ce soir, vous serez les meilleurs amis du monde. »


Je vois rouge et j’ai bien du mal à pas lâcher la bordée de jurons que j’ai sur le bout de la langue. En fait, avant, j’avais pas de mère à proprement parler. J’entendais bien d’autre glandus se plaindre des mères manipulatrices, castratrices ou fouteuses de merde. Et moi, gros couillon, je pensais que ca me manquait, qu’ils en rajoutaient. Et puis, je suis arrivé à Fort Hope et là, j’ai l’impression d’en avoir deux au cul entre elle et Juliet. Bon y’en a une qui est moins chiante que l’autre quand elle ne fait pas ses crises de caca nerveux. Mais bordel de merde là je vais exploser.

« Bon Isha, je vais être honnête avec toi, j’ai pas de récolteur sous la mains qui sachent dévisser un écrous à part toi/ Et ne le prends pas mal mais j’ai beau essayer de dire du bien de toi, c’est pas impossible que certain soient encore… réticents, dirons-nous à l’idée de sortir avec toi en mission… Alors tu ne vas pas faire ton difficile puisqu’en fait, il n’y a que Declan qui a dit oui.»

J’avais beau faire profil bas, fermer ma gueule, éviter les embrouilles alors que certains méritaient vraiment mon poings dans leur tronche, on en était toujours là. Je lève les yeux aux ciels d’exaspération. Maddie était capable de faire plus que des diarrhées orales. En fait cette nana a clairement une gastro de mots. Je ne voyais que ça. Et généralement ça ne s’arrête que lorsqu’on a céder à ses demandes. Elle enchaina donc avec un ton peiné qui m’alerta.

« Logan n’est pas là, moi je suis coincée ici, donc après, si tu préfères je peux aller demander à Avalohn… certainement qu’elle serait partante même si ca reste une mission périlleuse comme je te l’expliquais , ça va grouiller de zombies et quand tu dévisseras la pompe la personne qui surveillera tes arrières devra faire face seule à ses dangers quitte à se sacrifier pour la communauté… et pour toi….
- Woooo woooo tout doux là, on se calme, on ne va rien demander a Avalohn. Y’a personne qui va se sacrifier pour personne et elle encore moins que les autres !»


Non pas que je n’avais pas confiance en ma future femme, mais juste que je refusais de la mettre en danger à la place de l’autre couillon. Le sourire de Maddie m’indiqua clairement qu’elle venait de m’emmener où elle le voulait.

« Bien, l’affaire est donc entendue. Voilà les clés du pick up, Harvey l’a remis à neuf et a tout vérifié, les amortisseurs ont été renforcé, le plein a été fait…. Même l’autoradio fonctionne.»

Je reste a la regarder avec horreur. Quand Harvey a fait ça ? Sans Logan, il est souvent seul au garage sans personne pour le superviser… Putain, elle ne sait pas qu’il est plus étourdi qu’un moineau, qu’il oublie systématiquement un truc. Fait chier, ma camionnette est out à cause d’un connard qui a foutu du sucre dans le réservoir, si je le trouve celui-là, le temps que je la répare on sera la saint Nicolas. Mais on n’a rien d’autre pour prendre un machin aussi lourd et aussi gros.

J’essaye de lui expliquer mais avec quelques « taratata » bien placés, je me fais juste remettre en place comme quoi je suis pire que mon père et que je vire parano et blablabla. Elle, sans déconner, elle a forcément un lien de famille avec Bruce. Elle clôture le tout avec une petite phrase comme si j’avais déjà dit oui.

« Et puis on va rester en contact avec les talkies, comme ça, au moindre problème je vous envois quelqu’un et si devant la pompe tu hésites, je saurais te guider les yeux fermés. »

Ben voyons, et la marmotte elle fourre le chocolat dans le cul de la vache ! Mais pourquoi ça tombe toujours sur moi ce genre de merde ? Elle me tend le fameux talkie et, vengeance divine peux être, ou ses échasses, je ne sais pas, elle manque de se vautrer. Au lieu de la laisser s’étaler, mauvais réflexe, je la rattrape. Son sac est en l’air le mien aussi, le temps que chacun retrouve ses petits je suis déjà convaincu que son plan est foireux et que ça va être comme la vieille croute qu’elle m’a envoyé chercher en février en disant « ça va être facile ».

C’est donc passablement énervé que je vais à la rencontre de mon super futur meilleur ami. Youpi. Au moins le pick up a l’air d’aller, y’a de l’essence et Harvey a l’air sur de lui. On a plus qu’à serrer le cul qu’une fois parti il ne retrouve pas une pièce en se demandant ou elle aurait dû aller. J’ai pas le temps de démonter toute la bagnole de toute façon.

Declan, le mec qui fait baver presque toutes les nanas est là et il a l’air super ravi de me voir. En fait je ne comprends pas ce que les filles lui trouvent, sans détonner, ok, il a une belle gueule, mais bordel, il s’écoute parler, c’est un "moi je", il est détestable et pourtant les filles s’accrochent. Je ne capte pas ce qu’elle trouve de chouette à se faire rembarrer tout le temps. Heureusement que mon Ava n’est pas comme ces connes, au moins, ma Louve sait reconnaitre un petit bourgeois narcissique d’un vrai mec. Jamais ne elle irait essayer de s’afficher avec ce genre de type.

« C’est toi qui est en charge d’aller rechercher la pompe hydraulique ? »


On s’est croisé 400 fois, putain, et j’ai l’impression qu’il découvre ma gueule. S’il veut me rabaisser on va pas être copain longtemps. Je ne prends même pas la peine de lui confirmer. Non c’est pas moi, je suis juste le chauffeur pauvre truffe.

Bon ok, Maddie m’a bien échauffé mais Declan n’aide pas être charmant non plus. Il grimpe à côté de moi comme si j'étais vraiment juste le chauffeur. Le fils à papa doit avoir l’habitude de se faire conduire vu comment il me demande d’y aller avec toute la politesse d'un p’tit con. Il faut que respire un coup, c’est pas de sa faute s’il est pédant et suffisant, et puis autant faire en sorte que ça se finisse vite.  

J’ai pas le temps d’allumer le moteur que ça toque au carreau de Declan. Je vois la tête de Maddie qui me fait signe de baisser la vitre. Quand je l’entends parler au passager, je regrette d’avoir obtempéré.

« Declan, je compte sur toi pour veiller sur Isha, c’est un peu toi le grand frère de l’équipe… J’ai confiance en toi pour me le ramener en un seul morceau. Isha sois prudent cette fois et écoutes Declan. Vous avez le talkie en cas de soucis. Bon courage les garçons, pas de bêtises. Et je me suis occupée du registre, tout va bien. »

Mais non quoi, d’où qu’elle me tape l’affiche là ? Non, mais non ! On dirait maman poule qui laisse son poussin sortir du poulailler pour la première fois. Et puis, c’est moi ou elle s’est carrément penchée pour qu’il matte son décolleté??? Elle vient pas de lui faire un clin d’œil ? Non mais putain!! J’hallucine.

Je démarre de moteur bien pressé de me barrer avant qu’elle ne revienne glousser à sa fenêtre. Dès qu’on est sorti de Fort Hope j’essaye de reprendre le contrôle de mon humeur et de briser la glace, c’est pas loin à vol d’oiseau son truc, sauf qu’avec une bagnole, se prendre les ponts, c’est plus qu’un sport, c'est du suicide. Va falloir se cogner un beau détour. Au moins, c’est moi au volant, même si sans moto, ça craint, je connais Detroit comme ma poche.

« Bon Declan, ca te va si on prend Fort Avenue et qu’on fait un détour par le sud ou t’as d’autres suggestions ? »

Je pose la question comme ça en fait, histoire d’engager la conversation, mais je suis plus que sur de mon itinéraire et je ne vois pas ce qu'il y aurait a redire à ca.

_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 116
Points : 8
Date d'inscription : 20/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 14:35

J’étais à peine installé dans le véhicule que l’on frappe au carreau. J’ouvre la fenêtre et la jolie Maddie exhibe son décolleté assez généreux. Je ne peux empêcher un sourire en coin avant de me recentrer sur ses propos. Alors comme ça je dois veiller sur Isha ? Le pauvre petit chou. Il sera entre de bonnes mains. Elle sait préparer les missions en tout cas cette femme. Un caractère comme je les aime. Elle sait ce qu’elle veut. Ça me plaît. La vue aussi me plaît. « T’en fais pas Maddie, je vais te le ramener en un seul morceau. Ça serait dommage de défigurer un si joli minois. Oh et pour le débrief, n’hésite pas à passer chez moi après la mission. Je t’expliquerai comment ça s’est passé. » Je me tourne vers Isha attendant qu’il démarre. Lui par contre, il avait l’air d’être long à la détente. Le moteur lancé, nous étions encore en place. Qu’attendait-il ? IL me parle de l’itinéraire à prendre. Je lève les yeux au ciel, exaspéré et attrape la carte. Je n’y connaissais rien en orientation. Je faisais à vu de nez. Et je ne connaissais pas assez les coins pour dire quelle route prendre. « Au prochain croissement, faut prendre à droite, c’est tout ce que je peux te dire. C’est un peu le bordel, Detroit… Tu connais cette ville ? Moi pas du tout. New-York est beaucoup plus simple. »

Enfin la voiture s’anime. Ça n’était pas trop tôt. Isha nous conduis à l’extérieur de Fort Hope. C’est sans doute la première fois que je fais cette route autrement qu’à pied. Enfin d’ordinaire, je préférais escalader les bâtiments, et vaquer de toits en toits. « Alors Isha… Archer aussi, d’après ce que m’a dit Maddie ? Tu en fais depuis combien de temps ? » La véritable question était « es-tu suffisamment doué pour te prétendre bon archer ? » mais je suppose que je le verrais bien assez tôt, lorsque nous serions confrontés à nos premiers rôdeurs. Pour ma part, je n’avais plus de doute sur mes compétences en archeries. Je n’avais strictement rien à prouver. D’ailleurs, ça n’est pas pour rien que l’on venait prendre des cours auprès de moi, même si officiellement j’enseignais le corps à corps. Les arcs ne courraient pas les rues de nos jours… Et pourtant, ce type d’arme n’a plus rien à prouver. On peut recycler les missions plusieurs fois, voire les fabriquer. C’était silencieux, et l’arc offrait une arme puissante, maniable et suffisamment costaud pour casser des machoîres.

Tandis que l’on roule vers l’objectifs, je donne des indications à Isha. Je ne suis sûr de rien concernant la sûreté de l’itinéraire. Je ne voyais pas les environs de la sorte. Cette carte m’a l’air erronée. « Normalement on devrait tomber sur une station-service dans 200 mètres. Tu prendras à gauche… » Au lieu de ça, 200 mètres plus loin, c’était une animalerie. « Bordel mais… Elle est à jour cette carte ? Qui l’a trouvé ?! C’est bien celle de Detroit et environs au moins ! » dis-je en la retournant pour voir qu’il s’agissait bien de Detroit.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 2130
Points : 1715
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 17:12

J’évite de vomir en ayant le sentiment que Maddie et Declan flirtent. Elle lui a dit qu’elle avait un mec j’espère. Et puis, à ce qu’elle en a parlé, son copain c’est pas un rigolo, du genre serial lover matcho indou qui te déboite la mâchoire d’une pichenette. A la place de Declan je ferais profil bas.

Je lève les yeux au ciel quand il me dit qu’il ne connait pas Detroit. Putain un New-yorkais… y’a quoi de pire qu’un New-yorkais ? Un New-yorkais loin de chez lui. Et pas de bol il est dans ma bagnole.

Bon au moins il essaye d’être cool et engage la conversation sur le fait que je fasse du tir à l’arc. Je suis motivé pour faire un effort. Après tout, Maddie à raison, je ne suis pas vraiment hyper apprécié sur Fort Hope, alors, si ça se trouve, je vais découvrir qu’il est cool et on fera p’être un super binôme de récolteur lui et moi. Je me risque un coup d’œil. En fait non, ça le fera jamais. Je suis hyper dépité rien que d’être a côté de lui. J’ai l’impression d’être une allumette naine anorexique à côté de ce type. Ok je sais qu’il fait de la gonflette cinquante fois par jours, je suis sûr que si moi aussi j’avais le temps je serais aussi "imposant" que Monsieur Muscles. Bon pour la taille par contre…

« Bah depuis que je suis tout petit je crois, c’est mes frangins qui étaient à fonds dans un trip "on est des amérindiens" et puis, quand on se faisait coincé par les keufs, autant pour les flingues on aurait pu avoir des emmerdes, autant avec des arcs on s’en sortait pas trop mal… »

Du moins quand on arrivait encore à faire avaler qu’on était de gentils mômes qui allaient à un court de sports. Mais combien de cannettes ont gouté à nos flèches. Quelques parts, heureusement, car je ne suis pas sûr que sans savoir tirer à l'arc j’aurais tenu aussi longtemps, tout seul, dans Detroit. C’est la première fois depuis des années que je pense vraiment à mes frangins. Je n’arrive toujours pas a dire si j’ai envie de les croiser vivants ou si je préfère ne jamais savoir où il sont morts. En tout cas j’évite de dire à Declan que je sais peut être faire de belles brochettes de têtes de moisies mais que j’arrive pas à chopper un lapin avec mon arc. De toute façon, tout ce qui se passe dans la nature, moi, j’aime pas.

En même temps Declan a pris l’itinéraire en main. Il a choppé la carte et fait le co pilote de facon efficace. Sur de lui, il n’hésite pas. C'est chouette de pas etre seul au volant en fait. Il ne nous fait pas passer du tout par là où je pensais aller, mais je lui fais confiance. Cela fait des mois que je me balade sans carte. Autant dire qu’il doit avoir une meilleure visibilité que moi de notre itinéraire. Même si je m’inquiète un peu de sortir de Detroit. Il va certainement nous faire contourner la ville pour qu’on revienne vers l’est.

Je lance un « Et toi ? » pour ne pas laisser mourir la conversation. Mais je présage qu’il va me raconter qu’il a eu les meilleurs professeurs de New York, qu’il a eu des médailles ou des conneries du genre.

J’ai quand même un moment de solitude lorsque l’on croise une animalerie, perdue dans un coin paumé, au lieu de trouver la station annoncée par Declan.

« Bordel mais… Elle est à jour cette carte ? Qui l’a trouvé ?! C’est bien celle de Detroit et environs au moins ! »

Une carte mise à jour ? Mais il me fait quoi lui ? C’est pas un GPS. Je freine violemment la bagnole alors qu’on arrive dans un truc un peu trop campagne à mon gout pour me tourner vers mon co pilote qui se débat avec sa carte. Je percute de suite le problème.

« Putain mais c’est une blague là ! Tu vois pas que ta carte elle est a l’envers !!!! »

Je lui arrache presque des mains en essayant désespérément de retrouver ou nous pourrions être. Ma mauvaise fois m’oblige à ne pas envisager que penser à mes frangins m’aurait fait perdre le fils, je préfère me dire qu’il m’a guidé n’importe comment. Même en refaisant a peut prés notre route dans le bon sens, impossible de savoir où nous sommes.

De rage je sors de la voiture. Je suis toujours a cran et mon coté Punishers n’est jamais loin. Ca aurait été chez Bruce la batte serait sortie. Sauf que là je ne suis plus Robin et je préfère sortir loin de la tentation de lui en foutre une.

« Mais putain !! Tu ne pouvais pas le dire avant que tu ne sais pas lire une carte !!?? Ou demander je sais pas moi… maintenant on l’a dans le cul avec tes conneries ! je ne sais même pas où on est ! »

Pourquoi les sorties proposées par Maddie sont toujours aussi merdiques ? Je suis presque a partir sur un rire nerveux. C’est lui qui doit faire le grand frère ? Franchement !?

_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 116
Points : 8
Date d'inscription : 20/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Juil - 19:01

J’en apprends plus sur Isha. Bien trop même. Je me fiche complétement de la moitié de ce qu’il raconte, les yeux rivés sur la carte, essayant de piger où l’on se trouve. Lorsqu’il me retourne la question, je mets un moment à sortir de mes pensées. « Hum ? Oh eh bien en fait je fais du tir à l’arc depuis que je suis môme. J’ai toujours adoré ça. J’avais appris à en faire en camp de vacances et je n’ai pas voulu perdre cette compétence. Je me suis entraîné chez moi au début. Mon père n’a pas été d’accord. Il faut dire que ça faisait désordre lorsque j’essayais de tirer dans une pomme perchée sur le crâne de ma sœur… Puis j’ai continué de prendre des cours pour me perfectionner. Mon rêve était de devenir champion olympique de tir à l’arc. Mais j’ai finalement changé de voie lorsque je suis allé vivre à New-York pour les études. Et j’avais bien moins de temps à y consacrer avec ma copine de l’époque qui me bouffait mon temps libre… D’ailleurs elle a atterri à Fort Hope. J’étais étonné de la voir l’autre jour. J’étais même content ! Enfin… Au début tout au plus… Elle a un sale caractère. » C’est à ce moment précis que je décide de m’interrompre pour hurler après la carte, ce qui ne manque pas d’interpeler Isha qui commence à me hurler dessus. « Tu vas te calmer oui ? Comment je pouvais savoir qu’elle était à l’envers ! On n’a pas une seule boussole dans cette caisse pourrie… J’y peux rien si on a que la moitié de l’équipement qui nous est nécessaire… Va te plaindre à Maddie si t’as envie de hurler. »

Le voir sortir de la voiture en furie et continuer d’hurler, c’en est trop. Je sors moi aussi et me prépare mentalement à lui en faire voir de mon sale caractère. « Tu as un problème, Cornwell ? Je sais lire une carte, mais je ne connais même pas Detroit que tu me parle des avenues à la con de cette ville… Je ne savais juste pas dans quelle direction nous roulions au début, voilà tout… Et puis merde, pourquoi on m’a racolé un marmot dans les pattes ?! J’aurai très bien pu m’en sortir avec quelqu’un de plus compétente à mes côtés et qui plus est… » Je n’ai pas le temps de finir que la voiture passe entre nous deux. A une allure déjà assez vive. Je lance un regard d’incompréhension à Isha avant de me lancer à la poursuite de notre véhicule. Pourquoi étions-nous en pleine pente ? Il avait fallu que cette caisse continue sa course en plein dans un champ pour aller s’encastrer dans un arbre. Je me tiens la tête. Maddie va nous tuer pour sûr. Je m’approche du véhicule et regarde l’intérieur. Je me tourne vers Isha d’un air plutôt mauvais. « Mais bordel c’est pas possible d’être aussi débile ! Un frein à main, ça se tire, Cornwell ! T’aurai pu au moins faire cet effort !!! »
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 2130
Points : 1715
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 0:12

En fait ce type, quand il parle, je me demande si j’ai vraiment réussi à lâcher la drogue ou si je ne suis pas en train de planer au point de rien biter de ce qu’il raconte. Parce que, sincèrement, outre le fait qu’il a la fâcheuse à blablater comme Bruce, ce qu’il raconte me fait penser à du foutage de gueule. Sans déconner qui ira jouer à Guillaume des Bois en foutant une pomme sur la tronche de sa sœur ? C’est bien Guillaume des Bois le nom du type avec la pomme ? J’ai un doute… Bref, on s’en fout. A moins que ça ne soit avec des fléchettes ventouses… ouai ça doit être ça… je ne vois pas d’autres explications.

Ceci dit en passant …. Quand je pense à ma famille je me dis que c’est pas si déconnant en fait. Ouai mais non, il a pas trop la gueule d’un paumé des bas quartiers.

Je tique un peu quand il parle que son ex est à Fort Hope. Oh Putain !!! Comment je n’ai pas pu percuter avant. Une nana avec un mauvais caractère… maintenant je comprends mieux tellement de chose et je me trouve con de ne pas avoir deviné dès que Maddie m’a dit qu’il était charmant. Bordel… ils ont couché ensemble, en fait non, je ne veux pas savoir c’est trop deg et puis je suis assez retourné comme ça. Mais avec leur façon de parler trois plombes heureusement qu’ils n’ont pas fait de gosses.

Mais bon là c’est pas trop le moment, je suis juste en train de péter ma durite parce que grâce à Monsieur Maddie Purple, on est dans la merde jusqu’au bout. Il sort me retrouver dehors seulement au lieu de me faire des excuses, ce boulet m’agresse directe. Il voit pas que je suis chaud là et que c’est pas le moment se la jouer idole de ses dames loin de son fan club ?

« Ouai j’ai un problème mec ! Je vais te dire le problème !!! SI TU CONNAISSAIS PAS LA ROUTE POURQUOI TU M’AS FILE DES DIRECTIONS GENRE TU SAIS OU TU VAS ? Mais mais.. t’en sortir, putain, comment tu veux t’en sortir si tu sais même pas lire une putain de pauvre carte !! Genre t’as besoin d’une boussole pour lire une carte mais je suis sur que tu sais même pas quelle gueule ça a une boussole !!!!»

J’ai pas le temps de continuer à vider mon sac que notre voiture passe entre nous. Je reste une seconde a la regarder, puis a regarder Declan… puis a regarder la voiture, puis Declan... Mon cerveau, tout a coup, m’informe que si Declan est dehors, que moi aussi je ne suis pas dedans et que la voiture bouge c’est qu’un pourrait y avoir une couille dans le potage.

OH PUTAIN !! LE FREIN A MAIN!!!!! Elle dévale la pente en prenant de la vitesse. Je suis sorti tellement en mode furax que j’ai pas serré le frein à main. Je ne réfléchis plus et court derrière comme un chien voulant mordre le cul du facteur (les aboiements en moins). Je la vois se rapprocher dangereusement du seul platane au milieu d’un champs en contre bas.

« Nonononononon !!! »

Visiblement je n’ai aucune autorité sur la voiture qui va gentiment s’encastrer sous mes yeux dans ce connard d’arbre qui aurait pu avoir la gentillesse d’être planté n’importe où ailleurs. Pendant un laps de temps malheureusement trop courts, j’ai bon espoir de pouvoir la redémarrer, mais un bruit annonciateur de mauvaise chose, suivi d’un nuage de fumé noire sonne le deuil de notre véhicule.

Je me prends la tête entre les mains, impuissant devant ce drame. On est paumé et sans bagnole maintenant…

Declan arrive à son rythme et va regarder dans la voiture qui risque quand même de prendre feu. Une fois de plus le seul truc de constructif qu’il trouve à me dire c’est des reproches. Ok j’ai merdé mais putain, avec son sens de l’orientation il ferait mieux de se la fermer.

« Si tu nous avais pas paumé ça serait pas arrivé ! »

Ok ca fait un peu dispute de cours d’école pour le peu que je m’en souvienne de l’école. Mais pour le coup, je suis tellement désespéré que je suis beaucoup moins en colère. Je me dis que ça peut difficilement être pire quand la voiture a un nouveau hoquet d’agonie en laissant s’échapper une fumée de plus en plus épaisse. Le bruit attire quelques moisis. Merde… fais chier.

Je fonce vers la voiture qui donne tous les signes qu’elle va bientôt cramer pour attraper mon arc, mon sac, mon carquois et les documents que nous a filés Maddie. Je ne sais pas pourquoi je les prends quand même vue que la mission me semble vraiment sacrement compromise.

Je m’éloigne rapidement prêt à massacrer les quelques moisies qui boitent vers nous quand un bruit strident retenti. L’alarme de la voiture vient de se mettre en route et je réalise qu’en fait ça pouvait être pire quand j’entends des cœurs de grognements s’élever. Une à une des têtes fleurissent dans les hautes herbes du champ. Bordel, y’en a combien là !!! Je me rapproche de l’autre donneur de leçon.

« Declan ! »

Je lui indique ce qui risque de nous prendre de dos. Une horde, une belle du genre qu’on a pas envie de compter. On règlera nos problèmes de bite plus tard. Là c’est même plus le moment de se défouler sur les morts.

Je réfléchi vite. On a pris sud, je ne connais pas bien cette zone mais entre les terrains agricoles y’a des forets et des petits hameaux. Ok, faut qu’on trouve un bled avec des voitures.

« Par là ! »

Je lui montre le bosquet où on a le plus de chance de réussir à semer la horde. De toute façon, maintenant, c’est hors de question de le laisser choisir la direction à prendre. Et étrangement, même si j’ai du mal à saquer le type que je me traine, je n’envisage même pas de me barrer sans lui.

_________________

     
Entre une louve et un archer, difficile de savoir qui a chassé qui. Ils ont été forgés dans les flammes du même enfer et sont unis corps et âmes jusqu'au bout de cette fin du monde
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Unlucky lukePage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» unlucky day--'
» Luke Adam L UFA 22 875000 0 D- C C D C- C- D C- C- C D C C- C- C
» We go bad ► Luke Pasqualino
» Trevor C. Montgomery ► Luke Worrall
» Lyle S. Abrams | Luke Grimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum