Now for the pirates' lair ! [Kazan]



InformationsContact
avatar
Messages : 4829
Points : 4472
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Aoû - 12:35



9 Avril 2016 – La journée allait être longue. Du moins était-ce que se disait Logan, perché sur le toit plat d'un petit garage à peine plus haut que lui, fumant une cigarette avec un certain dédain, alors qu'il observait la marée impressionnante de cadavres qui tendaient leurs bras décharnés vers lui. Un long soupir accompagna l'expulsion d'une nouvelle bouffée de fumée. Il aurait du, sans doute, regretter profondément d'être sorti de Fort Hope aujourd'hui pour prendre le risque de mourir de la manière la plus stupide qui soit, alors qu'il aurait pu être chez lui à mener sa vie de chef de groupe et de père au foyer célibataire comme il le faisait chaque jour depuis le départ de Joy. Mais il ne regrettait rien et s'occupait plutôt de se demander comment il allait passer au travers de ce ras-de-marée sans avoir besoin de jouer à Tarzan se déplaçant de toit en toit et mourant de trouille au passage à cause du vertige. Pouvoir respirer un peu, loin de toutes les histoires plus ridicules les unes que les autres qui se jouaient derrière les hautes palissades de bois du camp : il n'y avait rien de plus agréable au monde en ce moment, même si ça venait avec un danger certain. Au moins, pendant quelques heures, le géant n'aurait plus à voir Maddie se traîner d'un bout à l'autre du camp dans ses talons hauts, Adrian et Lyana se faire une scène de ménage ou Juliet lui lancer des petits sourires tristes quand il la croisait par hasard. Et puis, il était sorti pour servir un but louable, n'est-ce pas ?

D'un geste mou, le barbu jeta le mégot de sa cigarette au milieu de l'attroupement formé à ses pieds et se laissa reposer en arrière, prenant appui sur ses paumes qu'il posa contre la surface rugueuse du toit. Une fois de plus, il cherchait quelque chose. Il cherchait quelque chose depuis le premier jour de cette apocalypse et ça lui réussissait bien : il se pourvoyait ainsi de la motivation nécessaire à rester en vie et d'un but à atteindre qui lui donnait l'impression d'accomplir quelque chose. Sauf que dans ce monde, chercher une personne ou un objet revenait presque toujours à fouiller une botte de foin à la poursuite d'une aiguille. Il fallait savoir par où commencer, où regarder, redoubler d'imagination pour penser à des lieux qui ne nous seraient pas venus à l'esprit au départ... C'était un travail long, difficile, semé d'embûches et, dans le cas présent, parfaitement dérisoire. Même s'il atteignait son but, il y avait fort à parier que rien d'autre de positif n'en découlerait. Cette idée ne le détournait pourtant pas.

Il fallait qu'il sorte d'ici et qu'il se remette en route, qu'il atteigne Conner Creek avant la fin de la journée au moins et il en était encore loin. Silencieusement, le géant compta le nombre exact de ses adversaires, jusqu'à conclure qu'il se retrouvait seul face à vingt-sept exemplaires de ces choses. À moins de vouloir gâcher toutes ses munitions, sans avoir l'assurance de faire mouche et en prenant le risque d'en attirer plus, il ne pouvait décemment pas les tuer unes à unes. Aussi, après un nouveau soupir, il se décida à se remettre debout au bord du toit et à ramasser ses affaires posées près de lui. Dans son dos, un bâtiment un peu plus haut ne lui demanderait pas trop d'efforts pour être escaladé. Il s'en convainquit en remettant son sac sur ses épaules et en approchant, sautant pour attraper le rebord et se hisser dessus. Il évitait de regarder en bas, de regarder derrière lui, se concentrant sur la pensée qui l'aidait toujours à oublier son vertige, un souvenir lointain de sa vie à la caserne qui lui prouvait sans cesse qu'il n'y avait aucune raison de craindre la hauteur.

Cette idée en tête, Logan traversa son nouveau terrain de jeu jusqu'à atteindre le rebord opposé. La rue de l'autre côté semblait vide à première vue, du moins suffisamment pour qu'il n'ait rien à craindre de descendre par là. Ce serait quand même une descente de trois ou quatre mètres qui l'attendait. Il inspira profondément avant de se lancer, s'agrippant au rebord du toit, dos à la rue. Il chercha une fenêtre pour poser ses pieds, descendit de quelques centimètres et recommença en priant pour ne pas se louper. Et pendant une bonne partie de l’exercice, il s'en sortit plutôt bien. Mais à encore presque un mètre cinquante du sol, son pied se posa sur un morceau effrité qui se désintégra sous son poids, lui faisant perdre l'équilibre. Il n'eut pas le temps de réaliser ce qui se passait qu'il se sentit chuter en arrière, son dos frappant lourdement le sol. À en croire la grimace qui tordit son visage, ce devait être douloureux. Le géant roula sur le côté. Il n'avait pas de temps à perdre pour des conneries comme ça, du moment qu'il était en vie, il continuerait. Et puis, ça faisait mal, mais... pas au point de se mettre à chialer allongé par terre. Mais peut-être au point de le mettre bien dans la merde, pensa-t-il en se retrouvant sur le flanc et en avisant une paire de bottes approchant à grands pas vers lui.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 88
Points : 287
Date d'inscription : 04/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Kazan J. Jaggermeist
Matricule n°001
I walk a lonely road
Dim 6 Aoû - 15:10


Now for the pirates' lair !
Logan & Kazan


Les yeux plissés, le souffle court, le métisse fixait sa cible de ses pupilles clignotantes. Submergé par l'adrénaline, et la dangerosité de ses actes, le coeur encrassé du pirate cognait contre ses côtes comme s'il avait avalé trois boîtes de viagra triple dose. Bien sûr, ça n'était pas le cas aujourd'hui. Y'a belle lurette qu'il avait plus de viagra, et quand bien même, il avait tout un tas de plantes toxiques qui faisaient leur petit effet question raideur de tige. Bref. L'heure était grave. Pourquoi cela ? Parce que Kazan, dans son meilleur rôle de stalker, avait face à lui l'objet de sa fascination absolue.

Voilà bientôt un an, il avait innocemment croisé la route du grand brun aux cheveux mi-longs. Dès qu'il l'avait aperçu, le devin s'était jeté au sol, histoire d'épier le colosse sans être vu. Et depuis, il rêvait de lui toutes les nuits. Parfois si fort, que les draps eux-mêmes s'en souvenaient, et poussaient de longues plaintes, aussi lugubres que celles d'un chien qu'on castre à coups de petite cuillère. En plus d'être un resplendissant soleil dans l’obscure apocalypse, un gladiateur en slow motion dans cette foule de gremlins en filtre négatif, l'Élu était doté d'une force incommensurable. Une fois même, le Capitaine l'avait vu abattre le Kraken. A lui seul. Sans arme. A la simple volonté du regard. Maintenant qu'il y repensait, Kazan avouait avoir probablement rêvé, puisque l'homme n'était pas du style à se vêtir d'un simple string panthère des neiges. Ce qui était, au passage, bien regrettable.

Toujours est-il que depuis cette mémorable rencontre, n°74 avait suivi le survivant des jours entiers. Et pour être honnête, sa chambre comptait autant de dessins de son héro que de bouteilles vides. Jamais encore le pirate n'avait osé aller lui parler. Pourquoi l'aurait-il fait, lui, simple mortel ? Car, oui, l'orphelin en était venu à un fait aussi ridicule que concret : ce mec était Poséidon en personne. Sinon, pourquoi surplomberait-il ainsi une foule d'admirateurs macabres, sans s'inquiéter davantage de son sort ? Immobile, et servant de perchoir à une grive perlée, Kazan n'avait pas cligné des yeux depuis un bon quart d'heure maintenant. Quoi ? Mais ou va-t-il ?! Battant le record du 500 mètres course aérienne avec dreads au vent, Kazan changea de poste d'observation, et ne fût pas déçu du spectacle : La divinité s'appliquait à descendre un mur, avec la souplesse et l'élégance du géranium en pleine floraison.

Et là, ce fût le drame. Alors que l'élu chutait inévitablement sur l'impitoyable sol, Kazan passa en mort cérébrale, puis revint sur la terre ferme, potentiellement aussi vivant qu'à l'usuel. Une seule explication à cela. C'est à moi d'entrer en jeu, maintenant ! Gonflé par cette idée, le Jamaïcain s'apprêta à accourir vers le tombeur, mais marcha sur sa botte, atterrissant alors face contre terre. Qu'importe. Se relevant en s'arrachant une dread dans la précipitation, Jaggermeist arriva finalement à hauteur du colosse, qui roula sur le côté. Tremblant comme un marteau piqueur, le pirate commença par se tortiller sur lui même à s'en faire sauter les lombaires. « Tout va bien Monsieur, vous n'avez rien ? »

Préférant oublier la voix de pucelle qui l'avait possédé, les yeux du métisse doublèrent de volume quand Poséidon se redressa de toute sa grandeur. Ouvrant grand la bouche, Kazan voulu hurler à la manière d'une fangirl, mais aucun son ne sorti de sa bouche, aussi il se cacha le four d'une main basanée, avant d'ajouter « Je suis le Capitaine Jaggermeist, mais appelez moi Kazan, bien entendu ! Est-ce que... Je peux me rendre utile auprès de vous ? » Puis, pour lui même, il murmura, les sourcils froncés « Bon sang, je n'ai aucune idée de la manière dont on s'adresse à une divinité... Excusez-moi...? » demanda-t-il en levant un index, « Est-ce que... Euh... Faut que je m'agenouille et que je sacrifie un être vivant ? »
© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4829
Points : 4472
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Aoû - 11:59

Ignorant la douleur dans ses côtes, Logan se redressa en prenant appui sur son coude et il prit juste le temps d'une seconde pour aviser la personne qui arrivait dans sa direction. Le type face à lui était... en fait, il n'avait pas le moindre mot suffisamment fort et précis pour décrire cet homme qui lui demandait s'il allait bien d'un ton étrangement... sincère ? Soucieux ? Les yeux de Logan s'échappèrent de sa contemplation pour regarder autour de lui et jauger rapidement la situation, la présence de quelques goules isolées dans les environs, la distance entre sa main et le manche de son khukuri, l'absence de signes pouvant mener à sa perte dans les prochaines minutes. Il ne captait rien qui ne pose de véritable problème, rien qu'il ne saurait gérer en quelques secondes si la situation venait à mal tourner. « Ça va. » souffla-t-il tandis qu'il se redressait afin de venir surplomber son interlocuteur à la dégaine de fou à lier. Il lui rappelait quelqu'un, mais il n'aurait su dire qui... Un type à la télé, peut-être ?

Son visage déformé d'une grimace méfiante et peut-être un peu trop ostensiblement réprobatrice lui donnait cet air grognon qui lui valait souvent les taquineries de ses proches. Il croisait assez souvent des survivants pour le moins étonnants, des gens dangereux, dérangés, parfois seulement effrayés. Mais celui-là lui donnait plutôt l'impression d'être un croisement entre un pirate sans domicile fixe et un poisson, avec sa bouche ouverte à s'en décrocher la mâchoire et l'odeur lourde d'alcool dans son sillon. Il daigna tout de même se mettre à parler pour faire les présentations et proposer son aide, un discours fort solennel qui devenait de plus en plus décousu pour l'observateur à la barbe généreuse et ne faisait que creuser un peu plus les rides perplexes sur son front. Logan se demandait quand même sérieusement si cet homme pouvait faire quelque chose pour lui ou non. Répondre à quelques questions, peut-être, mais au-delà de ça ? Et vu comme il parlait sans vraiment paraître s'intéresser à la cohérence, même pas sûr que ce soit utile. Peut-être un endroit où se reposer un instant loin des rôdeurs, le temps que la douleur dans ses côtes ne disparaisse vraiment ? Le mieux à faire aux yeux de Logan restait quand même de...

« Pardon ?!!?!? » Le barbu releva des yeux ronds vers Jargermeist. S'agenouiller ? Un sacrifice humain ? C'était censé être lui, la divinité ? S'il s'agissait encore de cette histoire de Fantôme, Logan sentait qu'il allait rapidement perdre patience. « Euh... je... » Putain, il ne savait même pas quoi répondre, pas plus que comment réagir à ce genre de numéro. « Vous devez me confondre avec quelqu'un d'autre... » tenta-t-il tout de même. Le géant en vint finalement à la conclusion que ce type était peut-être tout bonnement en plein délire hallucinatoire. Il pariait sur la drogue, peut-être l’Absinthe. Ou une maladie mentale ? C'était les trois seules explications logiques à ce comportement hors-norme. « Je m'appelle Logan et on fait pas plus humain, j'vous assure. Aucun besoin de vous agenouiller devant moi ou de sacrifier quelqu'un. Pitié, ne sacrifiez personne pour moi. » Son ton exprimait sans détour le mélange de perplexité et de nervosité qui le gagnait peu à peu devant son interlocuteur. Il le prenait pour un fou et ça se voyait. Mais les goules qu'il avait repérées en se remettant de sa chute ne restaient pas inactives pendant leur petite conversation complètement irréelle et chaque inspiration lui arrachait une grimace douloureuse, faible mais bien réelle. « Vous n'auriez pas une planque sécurisée dans le coin, à tout hasard ? J'crois que j'me suis fait plus mal que prévu en tombant, j'serais pas contre une petite pause quelque part. » Un signe du menton pointant la direction dans le dos du capitaine précisait silencieusement que le vrai problème concernait les créatures assoiffées de chair humaine qui venaient vers eux sans se presser.

Et alors qu'il posait cette question, le regard plongé dans celui du pirate, Logan ne parvenait à retenir la petite voix de sa conscience lui hurlant qu'il venait de prendre une affreuse décision. Il venait de rencontre un putain de pirate tout droit sorti du 18eme siècle et il était prêt à le suivre on ne sait où. Il espérait juste que ce serait un super bateau bien classe plutôt qu'un asile psychiatrique.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 88
Points : 287
Date d'inscription : 04/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Kazan J. Jaggermeist
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mer 16 Aoû - 14:21


Now for the pirates' lair !
Logan & Kazan


Le métisse à la coiffure type serpillière était face à un désarroi grandissant. Maintenant qu'il avait rencontré l'amour de sa vie, il ne pouvait plus faire marche arrière... Même lui, Kazan, avait conscience que partir se cacher derrière un buisson pour fixer le dieu des mers, aurait paru extrêmement bizarre, et potentiellement dérangeant. Toutefois, le sentiment de malaise qui commençait à paralyser le pirate se dissipa en entendant toute la modestie des propos de Poséidon. Humain... Mais bien sûr ! Enfin, il fallait peut-être pas insister de suite, il avait pas tellement envie de se prendre un coup de trident dans l'cul. Quoique...

L'hypothèse d'un sacrifice ayant été écartée, le Capitaine se contentait de regarder amoureusement le barbu, plissant les yeux avec émotion quand ce dernier manifestait des signes évidents d'une souffrance telle, que seul un Dieu pouvait l'endurer. Résistant, il l'était, mais ce qu'il n'avait pas, en revanche, c'était le sens de l'orientation. Esquissant un petit jappement amusé, le dreadeux secoua la tête à s'en faire vriller les cervicales, ignorant la direction pointée du menton par le géant.  « Non, mon navire est par-ici, vous n'avez qu'à me suivre ! » Après s'être mordu la lèvre comme un gosse excité à l'idée d'ouvrir ses paquets de noël, il rajusta fièrement son tricorne, et ouvrit la marche.

Heureusement pour le blessé, le Pride n'était pas très loin d'ici, et Kazan connaissait bien les environs. Se retournant pour voir si Poséidon suivait, il ne pût s'empêcher de lancer : « C'est un grand honneur pour moi, vous savez ! Aussi, tout ce qui est à moi est à vous désormais ! Enfin... Quasiment. » se ravisa-t-il. Pivotant pour regarder ou il marchait, il se prit une branche de type conifère en pleine face, et après avoir recraché bruyamment quelques épines, leva un doigt pour poursuivre : « Nous y voilà, monsieur ! J'ai l'honneur de vous présenter... Le Kingston Pride ! » Les poings sur les hanches, il trottina jusqu'à la porte d'entrée du bateau-club, et l'ouvrit, pour s'incliner bien bas quand son convive de luxe entra.

Après avoir rangé ses clefs, il sautilla à la manière d'une donzelle ressentant une forte envie de pisser jusqu'au bar, ou il invita le Dieu à prendre place. « Je vous laisse euh... Patienter ici » commença-t-il d'un rire nerveux, « Je vais chercher de quoi éliminer votre douleur... » Piquant un sprint vers l'escalier menant au pont, le pirate soupira pour lui même. Qu'il lui coûtait de laisser ainsi, et pour quelques secondes seulement, le tout-puissant maritime... Prenant rapidement le nécessaire dans ses quartiers, il hurla un coup en re-découvrant la bonne trentaine de dessins qui représentaient Poséidon. Certains possédaient même des petits coeurs. Il l'avait échappée belle !!! Redescendant aussi vite qu'une érection exposée à la morsure du froid polaire, Kazan ne manqua pas de marcher sur ses pieds pour s'éclater sur le parquet, avant de finalement réussir à rejoindre le bar, un grand sourire figé sur la gueule.

Pendant qu'il posait une bouteille de gnôle artisanale censée rappeler le rhum, mais se rapprochant plus d'un liquide incarnant un brasier, il s'inquiéta de l'état de son nouveau meilleur ami. « Vous pensez avoir quelque chose de cassé...? Je suis une mouette en fractures, désolé de vous l'apprendre... » Disposant deux coupes à pied représentant un crâne fendu, il poussa la bouteille vers le géant pour s'atteler au roulage de deux cylindres d'une vingtaine de centimètres. « Après ça, ça devrait commencer à aller mieux... Logan ! » ajouta-il en esquissant un clin d'oeil appuyé, comme s'il était au courant de faire l'objet d'une caméra cachée.
© BLACK PUMPKIN

_________________

Bad guys says i'm a fuckin' fool. Others think my reality is just different. I say i'm a pirate.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4829
Points : 4472
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Aoû - 12:33

Une hésitation cloua le géant sur place alors que l'homme face à lui indiquait la direction de son navire. Il ressemblait à un homme dangereux, pas tant qu'il soit menaçant, bien au contraire, mais il semblait être le genre de personne avec qui une simple balade pouvait se transformer en aventure exceptionnelle. Le genre de truc qui demandait un esprit aventureux et une capacité hors du commun à lâcher prise : deux qualités dont Logan était parfaitement dépourvu. Heureusement, les goules restaient dans l'arrière-plan et elles gagnaient un peu plus de terrain à chaque seconde que le barbu passait à se poser des questions. Il aurait pu les affronter, très certainement, mais il se souvenait de la horde immense patientant de l'autre côté de la rue et il refusait de prendre le risque de les attirer ici.

Il emboîta donc le pas de son nouvel acolyte du jour, remontant la rue avec un certain manque d'enthousiasme qui ne fit que s'accentuer quand monsieur le pirate se tourna vers lui pour exprimer le grand honneur que c'était pour lui de... De quoi, au juste ? De ramener Logan chez lui ? Ils ne se connaissaient même pas deux minutes plus tôt ! Le barbu sentait venir la longue et très gênante conversation sur ses « faits d'arme » qu'il essayait pourtant toujours d'éviter. « Hum, merci, mais... » Sa piètre tentative d'exprimer une fois de plus une humilité légèrement feinte prit fin avant d'avoir vraiment commencée, alors que Jaggermeist cognait une branche. Par réflexe, le géant s'avança bras tendus pour essayer de le rattraper, mais il n'en eut pas besoin, le pire fut évité et Logan se fit seulement violence pour ne pas lever les yeux au ciel quand il retourna à sa place, un pas ou deux en arrière.

Le Kingston Pride était... loin de ressembler à ce que Logan s'imaginait. Il voyait bien un bateau, mais... eh bien, ça n'était pas vraiment un bateau, plus un genre de bar-restaurant à thème, bel et bien planté dans la terre ferme, particulièrement étrange au milieu de la ville. En fait, ça collait parfaitement avec le style du pirate et quelque part, le barbu préférait que ce soit ça plutôt qu'un vrai navire flottant sur la Detroit River. Il ne se fit pas prier pour suivre son hôte à l'intérieur, ses yeux se posant sur chaque recoin de la pièce avec un intérêt réel, pendant qu'il défaisait les boutons de son manteau. « Vous vivez vraiment ici ? » ne put-il s'empêcher de demander en arpentant la salle pour suivre le pirate. Il se hissa sur un tabouret près du bar et laissa son hôte filer, continuant son inspection des lieux depuis son perchoir. À vrai dire, cet endroit lui plaisait bien. Il aimait l'ambiance un peu sombre et les boiseries partout. Il aimait qu'un lieu comme ça existe et que ce type complètement dingue puisse vivre quelque part où il se sentait bien. Tout le monde aurait du avoir droit à ça : passer l'apocalypse dans un lieu rassurant, où on se sentait chez soi et qui parvenait à nous faire relativiser sur l'horreur de l'extérieur.

Un hurlement à l'étage tira une nouvelle grimace à Logan, mais il ne bougea pas d'un pouce et s'occupa plutôt de soulever son t-shirt pour passer ses doigts le long de ses côtes en inspirant profondément. C'était douloureux, mais il ne sentait aucune bosse ou aucun creux, pas de fracture donc, rien qu'une heure ou deux de repos ne parviendrait à faire disparaître. Le t-shirt retourna à sa place au moment où le pirate réapparaissait, non sans mal, devant les yeux de Logan. C'était vraiment difficile de garder un air neutre, mais l'invité s'y employait de toutes ses forces. Visiblement, ce type était une vraie catastrophe quand il s'agissait de rester debout, mais il avait le sens de l'hospitalité et c'eut été un vrai manque de respect et de politesse que de le mépriser sous son propre toit.

Son hospitalité allait quand même un peu loin, à en croire tout ce qu'il venait de poser sur le comptoir. « Rien de cassé, ça va, vous en faites pas. » assura Logan alors qu'il soulevait l'une des deux coupes pour l'observer plus précisément. Il secoua la tête en reposant le verre sur le bois et s'empara de la bouteille pour l'ouvrir, prenant une seconde pour renifler son contenu. Cela lui arracha une nouvelle grimace tant l'odeur était... prenante. Il n'osait pas imaginer ce que ça ferait une fois en bouche, mais il ne se priva pas de verser une petite dose dans chaque verre et d'en porter un à ses lèvres pour goûter. C'était exactement comme il l'imaginait, peut-être pire, ça brûlait la gorge et les papilles, épargnant au moins le goût. « Ouch ! C'est vous qui l'avez fait ? » demanda-t-il en reposant sa coupe, pour lever les yeux vers le pirate tout occupé à rouler. Alcool, drogue... Finalement, Logan n'était pas tombé très loin dans ses spéculations sur ce type. Mais c'était sympa de sa part de partager avec un inconnu et de le laisser rester ici, il se garda donc de faire le moindre commentaire déplacé. « Il était à vous, ce bar ? » demanda-t-il à la place, en embrassant la pièce du regard. « Vous devriez envisager de rouvrir, c'est le genre d'endroit qui manque dans cette vie... » Il ne savait même pas pourquoi il prenait la peine de faire la conversation d'une manière aussi... banale. Sans doute pour s'éviter un silence pesant.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Soirée Pirates à l'asso Griffon Rouge de Vitrolles le 29 mai
» Les Dandy's Pirates ! ( En attente de validation. )
» Pirates pô-vertes
» Jishin Kaizokudan(Earthquake Pirates)
» Recensement des quêtes pirates

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum