Who's your daddy ? [Joshua]



InformationsContact
avatar
Messages : 4829
Points : 4472
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Aoû - 20:03



19 Avril 2016 - « Isha ? » Le grésillement du talkie et la voix plus que tendue du gosse avaient eu raison du sommeil pourtant bien mérité de Logan, qui passait une nuit en tête à tête avec lui-même alors que son fils devait supposément garder Octavia dans la maison voisine. Le géant était encore un peu trop endormi sans doute, car plusieurs détails le perturbaient grandement et c'était la raison pour laquelle il prenait ce ton interrogateur pour répondre à l'appel. Car après tout, il n'y avait pas plus de quelques mètres à faire pour aller de la porte de la maison du gamin à celle de son père, donc l'utilisation d'un talkie pour l'appeler n'avait pas de sens pour un Logan tiré de force de son sommeil. Le fait qu'il l'appelle Carter, ça aussi, c'était plutôt étrange. Quelle mouche l'avait piqué ce soir ? Tandis que la réponse était crachoté sur l'appareil, Logan sortit du lit et attrapa ses vêtements, dans des gestes plutôt automatiques, peinant réellement à faire la part des choses entre la situation incongrue, la fatigue et la panique qui montait lentement alors qu'il en venait à la seule conclusion logique pour justifier tout cela : quelque chose était arrivé à sa fille.

« Ava et toi ? » Le barbu s'arrêta subitement dans les escaliers qu'il descendait à toute vitesse. « Qu'est-ce que tu racontes ? Où est Octavia ? » Et puis, coincés à cause d'une panne ? Depuis quand Isha était devenu une loque quand il s'agissait de réparer un moteur ou même juste de se démerder tout seul en cas de problème ? Et qu'est-ce qui lui avait pris de partir en pleine nuit alors qu'il s'était proposé pour garder le bébé sans qu'on ne lui demande rien... Il savait pourtant que Logan refusait catégoriquement que sa fille passe les limites du camp et ça lui semblait bien improbable qu'ils soient partis en balade tous les trois. Quelque chose n'allait pas et l'absence de réponse du jeune homme à la question toute légitime que le père posait sur sa fille n'arrangeait rien. Il reprit sa course en sens inverse, remontant pour aller ouvrir assez brusquement la porte de la chambre de sa colocataire. « Alex ! Réveille-toi ! Isha a un problème, j'dois aller le chercher. » lança-t-il à toute vitesse, alors que la jeune femme émergeait difficilement et semblait se préparer déjà à l'envoyer se faire foutre poliment. « Faut que t’aille voir chez lui si Octavia y est, il se passe un truc pas net. » Il n'attendit pas la réponse de sa meilleure amie avant de faire demi-tour et de disparaître, quittant la maison en prenant tout juste le temps d'attraper son sac dans le salon au passage.

Tout le long du trajet, Logan essaya plusieurs fois d'entrer en contact avec Isha, mais le gosse refusait de lui répondre et sa nervosité s'intensifiait un peu plus à chaque miles parcouru. Il avait presque arraché le volant quand il gara enfin la voiture au croisement que le gamin lui avait indiqué. L'endroit était désert, tellement, en fait, qu'il n'y avait aucun couple attendant gentiment que Papa ne vienne les chercher... Il repéra tout de même la seule voiture laissée en plan dans le coin, qu'il ne connaissait même pas et n'appartenait clairement à personne de Fort Hope, parole du mécano en chef, et en vint à la conclusion qu'il fallait quand même aller voir, juste dans le doute. Sauf que là encore, il n'y avait rien de bien important à voir dans cette caisse. Elle était fonctionnelle, ce qui était quand même étrange, mais à part ça... Heureusement, Logan était du genre consciencieux, surtout en ce moment où tout lui semblait particulièrement anormal. Même si rien ne laissait croire que cette voiture avait un intérêt quelconque, il continua de la fouiller et alla jusqu'à ouvrir le coffre, où il trouva sa belle-fille mal en point et ligotée. Il n'avait pas besoin de ça pour être sûr que quelque chose s'était passé, mais en la voyant dans cet état, il fut convaincu que ça risquait de très mal finir. Ava était trop mal pour qu'il espère obtenir des informations de sa part, le barbu se contenta donc de l'emmener sur le siège passager de sa voiture et de rentrer à Fort Hope, où il la laissa aux soins du médecin du groupe. Par chance, Alex avait retrouvé Octavia dans un placard dans la chambre d'Isha et bien cela ne rassurait pas du tout Logan, il repoussa à plus tard le moment de s'énerver à ce sujet pour s'occuper plutôt de tourner en rond comme un lion en cage en essayant de deviner, en vain, où pouvait avoir disparu le gosse.

Pendant un long, trop long moment, Logan ne fit rien de plus que de hurler dans le talkie en arpentant son salon de long en large sans jamais obtenir la moindre réponse. Mais quand cela arriva enfin... Son sang se glaça dès les premiers mots. En toute honnêteté, il ne reconnut pas la voix qui s'adressa à lui, mais il n'en avait pas besoin, les mots qu'il entendait suffirent à lui donner l'identité de son interlocuteur. Logan écouta jusqu'à la dernière syllabe, sentant la rage monter crescendo, mais il ne chercha pas à interrompre une seule seconde l'homme à l'autre bout de la ligne. Et lorsque, enfin, le père d'Isha accepta de la fermer, la réponse du barbu fut toute simple : « J'arrive. »

Le mauvais moment à venir se sentait à plein nez, mais il était inévitable. Ne pouvant emmener Alex avec lui pour le couvrir, Logan passa donc rapidement en revue tous les habitants de Fort Hope dans sa tête et son choix s'arrêta sur le dernier arrivant : Alpha, le colosse qui l'égalait en taille -à un centimètre près- mais qui le dépassait largement en musculature. Le leader n'avait pas encore eu l'occasion de tisser des liens approfondis avec cet homme, mais s'il voulait prouver sa loyauté au groupe, le moment était venu. Et avec leurs carrures à tous les deux, peu de chance que le père Cornwell ne survive à un faux pas.

En quelques minutes, Logan avait tiré du lit son nouvel acolyte, l'avait convaincu sans aucune peine de se joindre à lui et ils avaient sauté tous les deux dans la voiture pour aller jusqu'au lieu du rendez-vous. En route, le barbu fit un rapide topo de la situation à Neo, se contentant de lui expliquer aussi clairement que possible qui était l'homme qu'ils chassaient puisqu'il ne savait rien de plus concernant ce qui poussait ce connard fini à revenir dans leurs vies aujourd'hui. Il arrêta la voiture plusieurs mètres avant d'arriver sur place, demandant à Neo de rester caché et de ne pas intervenir à moins que la situation ne tourne mal et se rendit à pieds jusqu'à l'endroit précis, le colosse caché dans l'ombre sur ses talons. Son visage s'était paré de haine lorsqu'il arriva devant Cornwell, il se tenait droit, loin d'être impressionné ou inquiété par l'homme et les plans pervers qu'il devait préparer. Il était prêt, quoi qu'il ait à affronter désormais, il le ferait.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 59
Points : 143
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Joshua Cornwell
Matricule n°001
I walk a lonely road
Ven 11 Aoû - 10:41


Le Renard attendait patiemment son ennemi. Il avait mis le blouson de cuir de son môme et mis en évidence l’arme de la défunte route appuyé sur son siège. Le talkie-walkie était caché dans sa poche. Il avait tellement rêvé de cette encontre où c’était Carter qui allait devoir comprendre qu’il n’était pas aussi intouchable et puissant qu’il se vanter. On verrait bien qui se gausserait à la fin de cette journée et qui allait relaver ses leçons de vie hypocrites. Après autant d’années de patience, il n’était plus à quelques heures près. Il s’amusait à faire dès suite avec son jeu de carte sur une des tables étonnement propres de cet ancien petit restaurant Italien. Cet établissement, dans une autre vie, était connu pour être le lieu privilégié de rencontres entre tous ceux dont les activités étaient décriées par la loi. Joshua connaissait bien cet endroit et ses discrètes issues de secours pour avoir régulièrement vendu ses services ici. Il sifflotait joyeusement comme s’il n’allait pas avoir un face à face avec un terrible prédateur dont la puissance pourrait vite mettre un terme à son existence.  Il garda son comportement nonchalant même quand l’imposante silhouette se dessina dans la pièce. Joshua lui adressa le plus affable des sourires et l’accueilli comme s’ils étaient de vieux amis. Il était hors de question de lui montrer autre chose qu’une confiance parfaite. Même si Carter avait un regard peu avenant et la capacité à lui arracher la tête d’une pichenette, le Renard savait que le vrai pouvoir était de ne pas afficher ses faiblesses. Vue la colère haineuse qui se lisait sur le visage de Carter, on ne devait pas lui avoir expliquer ce petit détail. Car pour le moment, même face au Loup, c’était encore le Renard qui était en position de force. « Carter ! Enfin, j’avais peur que tu te sois perdu en route, ou que tu aies mieux à faire. Je t’en prie, prends place… je crois que nous avons beaucoup de choses à nous dire tous les deux et que malheureusement, nous avons un temps limité à notre disposition. » Joshua ne prit pas la peine de se lever, il était trop occupé à mélanger les cartes de son jeu avec la dextérité d’un croupier.   « En fait je suis presque surpris que tu sois venu, vu le nombre de cartons d’invitation que tu as snobés pour venir me rendre une petite visite à Jéricho. A la fin je ne savais plus quoi inventer pour torturer le môme afin de te faire rappliquer, j’ai fini par me faire une raison que tu n’en avais pas grand-chose à foutre de sa tronche, malgré tes discours pédants de tuteur bienveillant. Enfin, si on regarde bien ce qui se passe à CarterCity, tu n’auras pas le prix du père de l’année... Bon, avant de commencer, on va poser les règles, enfin, on va plutôt jouer cartes sur tables. » Mieux valait peut-être que ce butor sache rapidement ce qui pourrait lui en couter de lever la main sur lui. Il sorti du paquet de cartes, dans un simili hasard, trois cartes qu’il posa face à Carter. La dame de carreau, la dame de cœur et le valet de trèfles. « Je te présente mes Jokers, mais attends, tu les connais déjà non ? Je suis sûr qu’en faisant un petit effort tu pourras mettre un nom sur ces têtes. Pour le moment elles sont dans mon jeu, comme tu le vois. Si jamais tu t’avises de faire quoique ce soit d’autre que de discuter tranquillement avec moi, le jeu s’arrête et tu ne reverras aucune des personnes qui se cachent sous ces cartes. » Joshua scruta le visage du prétentieux à barbe pour voir s’il comprenait bien les enjeux.  C’est vrai qu'en même temps qu’il n’avait pas, en face de lui, un prix Nobel d’intelligence. « Est-ce que cela te parait clair ou dois-je te faire un dessin que même un type comme toi pourrait comprendre ? Au fait, j’adore le nouveau look de ta voiture, ha, pardon de Rooney. Mais dis moi, pour un type qui se vante de gagner sa vie en réparant des bagnoles, ça ne fait pas quand même un peu abandonné non ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4829
Points : 4472
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Aoû - 23:18

Le lieu du rendez-vous paraissait relativement mal choisi pour quelqu'un comme Logan dont les connaissances de Détroit s'arrêtaient aux endroits qu'il visitait parfois avec sa fille, aux bars où il allait passer ses soirées après avoir déposé la petite chez sa mère et aux chambres d'hôtel où il s'oubliait dans les bras d'une inconnue pour se donner l'impression que sa vie n'était pas si merdique que ça. Un resto italien perdu au milieu du ghetto, ça ne lui évoquait rien et son regard avait beau se poser partout autour de lui alors qu'il faisait ses premiers pas à l'intérieur, il ne captait rien de particulièrement gênant. Enfin, sauf l'homme tranquillement assis à une table, dépourvu de bonnes manières au point de ne rien faire de plus qu'adresser un grand sourire au nouvel arrivant. Sourire auquel Logan ne répondit que par un rictus hargneux qui donnait le ton sur son humeur. Il n'avait pas la moindre idée de ce que lui voulait cet homme, mais il savait déjà qu'il ne se laisserait pas faire. Il venait de survivre à Bruce et à son armée de chiens galeux, un seul homme ne l'effrayait pas.

Cornwell avait pourtant des arguments. Son calme olympien et son petit air heureux rendaient Logan méfiant. Il ne comprenait probablement pas tout ce qui se jouait dans cette pièce en ce moment, car l'invitation à s'asseoir le prit par surprise. Ils étaient là pour régler quelque chose, pas vrai ? Logan n'était pas connu pour sa subtilité ou sa patience : il aimait aller droit au but et qu'on lui donne clairement les enjeux dès le départ. Il resta une seconde à jauger son ennemi sans faire un geste, hésitant à imposer son style à cette rencontre. Il pouvait parfaitement avancer jusqu'à Cornwell, l'attraper par le col et le secouer jusqu'à ce qu'il lui dise exactement ce qu'il voulait. Il faisait le poids et si ça n'était pas le cas, il restait toujours Neo tapit dans l'ombre à l'extérieur, prêt à s'interposer au premier problème. Mais Isha manquait toujours à l'appel et Logan ne saurait sans doute jamais comment le retrouver s'il ne se montrait pas un minimum coopératif... Il se força donc à garder son calme, serrant les poings alors qu'il obtempérait et allait s'asseoir face à son adversaire.

Cela ne lui convenait pas du tout. À vrai dire, il avait beau essayer de toutes ses forces de se calmer, il n'y parvenait pas et loupait sans doute beaucoup de choses, car il ne comprenait pas un seul mot de ce que lui balançait l'homme face à lui. Des cartons d'invitation ? Ses ongles s'enfonçaient dans la paume de sa main jusqu'à lui faire mal et sa mâchoire était tellement crispée qu'il aurait pu se briser une dent. Mais son regard noir ne suffisait pas à faire taire l'autre et il commençait à comprendre douloureusement qu'un poing dans la gueule ne suffirait pas à régler le problème.

Ses yeux se posèrent sur les cartes que Cornwell venait d'étaler devant lui. Le valet devait représenter Isha, probablement. Mais les deux autres ? La dame de cœur, la dame de carreau. Il n'était pas un prix Nobel, certes, mais... Il n'aurait pas pu... Son regard fusa aussitôt vers le visage de Cornwell. Le but du jeu était visiblement de l'emmerder profondément et de le torturer. Il savait Octavia en sécurité chez eux, il ne restait donc plus que deux personnes sur cette Terre que Logan aurait pu vouloir sauver au péril de sa vie, deux personnes pour qui il se serait plié sans rien dire aux exigences du premier connard venu. Joy ou Juliet. Les deux, visiblement. Il ne releva même pas la remarque sur la voiture, ça lui importait vraiment peu comparé à ce qui se passait ici et maintenant. « Qu'est-ce que tu veux ? » demanda-t-il froidement. « Épargne-moi tes conneries et viens-en au but. C'est quoi le plan ? Qu'est-ce que je dois faire pour les récupérer tous les trois en vie ? » Ça le rendait malade, presque au point de lui filer la nausée, de devoir fermer sa gueule et obéir sagement. Mais s'il avait raison sur ce petit délire de carte, il ne pouvait pas se permettre de risquer la vie d'un seul des trois pour une question de fierté.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 59
Points : 143
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Joshua Cornwell
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 14 Aoû - 16:12

Joshua siffla entre ses dents. Son chiard avait décidément passé trop de temps avec Carter. Cela l’agaçait prodigieusement que celui qu’il estimait être son ennemi lui rappelle autant la réaction du gosse quelques heures plus tôt. Aussi impatients et incapables de savourer leur défaite l’un que l’autre. « Déjà prendre le temps de discuter pourrait être un bon début. Ca fait combien de temps déjà Carter ? Hein ? Tu t’en souviens au moins du jour où non seulement tu m’as volé mon fils, mais en plus tu t’es cru le droit de m’expliquer que toi, tu étais un père parfait alors que moi, je n’étais qu’une grosse merde indigne du connard que tu récupérais ? ». C’était dit avec le sourire et un visage amicale, pourtant, il y avait un accent froid dans sa phrase qui pouvait laisser entendre que le Renard avait extrêmement mal pris qu’une personne ose le voler, lui dire non puis lui faire la morale. « Quand on voit le résultat, j’estime qu’il y a matière à ce que l’on prenne au moins quelques minutes à discuter, entre pères, de la suite que le brave mécanicien friqué et ouvrant bien sa gueule sur ses pseudo bonnes intentions a fait. Un bilan de ce qu’est un bon père selon le seigneur Carter.» Joshua imitait à bon escient les intonations moralisatrices qu’avaient employées, pourtant bien des années plus tôt, Carter à son encontre. Sa formidable mémoire, qui aurait pu lui permettre une multitude d’autres voies que celle du crime, lui rendait la rancune tenace. Là ou d’autres finissaient par oublier, le père Cornwell ne lâchait rien et finissait toujours par se faire rappeler aux bons souvenirs de ceux qui lui avaient fait du tort. Malheureusement pour eux et leurs proches, Logan et Isha étaient en tête de liste. « Récapitulons, sous tes bons soins, il s’est fait violer à répétition, il a failli mourir un nombre incalculable de fois, il s’est même trouvé un autre papa, une sale habitude chez ce gosse de toujours vouloir mieux j’imagine, il a organisé des pillages à grande échelle dans Detroit, tuer beaucoup de gens, il est retombé dans la drogue, il a fait une tentative de suicide, il a été kidnappé, enfermé, tabassé, si je ne me trompe pour un de ses ex papounet. Ensuite, tu l’as laissé se faire ferrer par une petite pute manipulatrice qui lui fait avaler toutes les salades du monde pour se faire entretenir sans desserrer les cuisses. Celle-là elle est très forte, mais aucun self contrôle, j’étais déçu. En même temps, on n’y peut rien si Isha est un peu con d’aller croire qu’elle s’est faite violer et toutes les autres conneries qu’elle lui a servies. Ça aurait été à son père du moment de l’aider à y voir plus clair et de l’empêcher de s’enliser encore plus. Mais ne t’en fais pas je pense m’en être occupé. Quoi encore ? Ah oui, je n’ai rien à dire sur le fait qu’il se soit trouvé un vide couille, l’adultère c’est sain non ?  Et puis ça me rassure de savoir que tu ne lui as pas complétement coupé la bite, par contre qu’il aille massacrer des gens en ton nom… c’est pas joli joli non ? Alors, Carter un petit commentaire avant que je sois enclin à négocier avec toi ? Parce que, soyons honnête, j’au bien envie de me marrer. Tu me la refais comme il y a sept ans ? Tu me regardes dans les yeux, et que tu me redis à quel point tu vas être un tuteurs formidable et bienveillant pour mon chiard. » Joshua restait à le regarder avec un sourire mauvais. Il comptait bien prendre un peu de temps pour avancer ses pièces. Il n’y avait pas que sa vengeance en jeu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4829
Points : 4472
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Aoû - 16:58

Putain, mais c'était quoi ce délire ? Logan gardait les yeux fixés sur le visage de cet homme qu'il connaissait à peine, n'avait vu qu'une fois ou deux dans sa vie et il se demandait sérieusement ce qui était en train de se passer. Ça faisait sept putain d'années, merde. Sept ans qu'il avait eu cette idée à la con d'accueillir un gosse dans le besoin rencontré par hasard. Le monde s'était écroulé depuis, tout avait changé et ce type... Il se tenait aujourd'hui devant lui, après tout ce temps, pour ça ? Le barbu clignait des yeux en écoutant le long, long, long monologue de toutes les erreurs commises en tant que tuteur d'Isha, dont il ne connaissait d'ailleurs pas la moitié. En fait, de ce qu'en comprenait Logan, la plupart de ce que lui reprochait Cornwell datait même d'après l'apocalypse. Mais... Mais qu'est-ce que ça pouvait lui faire, sérieusement ?

« Non, mais tu te fous de moi ou quoi ? » finit-il pare demander, incapable de retenir son incrédulité plus longtemps. « T'en as jamais rien eu à foutre de ce gosse et tu viens me donner des leçons ? Tu l'as laissé crevé au point que les services sociaux sont venus te le prendre, j'ai rien à voir là-dedans, moi. J'me suis contenté de lui offrir un truc que t'as jamais été capable de lui donner. C'était pas si compliqué, tu sais, suffisait de faire un tout petit effort. Et sérieusement, t'as rien de mieux à faire ? T'as pas remarqué ce qui se passe dehors ? Personne n'en a plus rien à carrer de tes délires de père de l'année. » C'est vrai, quoi. Il fallait que monsieur se sente bien seul pour n'avoir rien de mieux à faire de ses journées que de ressasser ses erreurs du passé. Logan n'avait pas vraiment eu l'occasion de penser au père Cornwell depuis des années et certainement pas depuis qu'il s'efforçait de se battre pour sa vie. Il ne pensait pas être le meilleur père au monde, bien loin de là, mais il n'allait certainement pas rester assis là à écouter un mec encore pire que lui qui n'avait même pas l'excuse de la fin du monde pour justifier ses erreurs. Et puis merde, il n'en avait rien à faire de tout ça ! Ce qui l'intéressait maintenant, c'était de savoir où était sa famille et surtout ce qu'il aurait à faire pour les retrouver.

« Tu veux quoi ? Que j'te dise que t'es le meilleur père du monde et que j'suis qu'une merde à côté ? Si y a que ça pour te faire plaisir, j'suis prêt à te raconter toutes les conneries qui peuvent te faire plaisir, mais dis-moi où est mon fils avant que je perde patience et que je trouve un autre moyen de te faire parler. » Il avait bien quelques idées pour ça, même s'il n'était pas encore convaincu que ce serait suffisant. Ce type lui semblait complètement barré, pas le genre à se laisser facilement convaincre par de la violence physique. Malheureusement, ça restait le seul terrain sur lequel Logan avait la capacité de l'écraser sans aucun doute.

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 59
Points : 143
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Joshua Cornwell
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 15 Aoû - 16:28


Joshua contracta son visage, victime d’une montée de colère dangereuse. Carter gâchait tout, son plaisir, sa vengeance... C’était un nouvel affront que lui infligeait son ennemi. Même s’il savait très bien que montrer ses sentiments ou se laisser aller à ses émotions était montrer une faille, il avait du mal a cacher sa rage. Ce gros lourdaud impatient qui ne captait rien de rien le poussait à bout. Il allait lui faire regretter cette petite victoire, il allait lui faire payer de se moquer de lui ainsi. Car on ne se moquait pas du Renard impunément ! « Tu veux parler de MON gosse, j’imagine ? » . C’était dit avec lenteur mais sans aucune intention d’avoir l’air amical cette fois. Il aurait eu les moyens de bondir sur le Loup en face de lui, le Renard l’aurait déjà fait pour lui ouvrir la gorge et lui arracher les yeux. Il avait du mal à se reprendre, même en se promettant de faire payer tout ce qu’il ne pourrait pas facturer à Carter au sale chiard qui lui avait imposé cette situation. Il essaya, sur ces bonnes pensées, de retrouver un peu de la bonne humeur qui l’habitait il y avait encore quelques heures. C’est donc avec un petit sourire complice et sur le ton des confidences que l’on sait douloureuses qu’il enchaina. « En fait tu ne sais rien n’est ce pas ? Tu ne sais pas ce qu’il a fait avec Bruce ? Tu ignore que tu as pris sous ton aile le bras droit des Punishers, le bourreau et le fils du Fossoyeur. Ne vas pas me faire croire que tu n’as pas entendu parler du gentil petit Robin qui allait demander aux gens de payer pour éviter qu’il ne leur arrive des bricoles et qui se chargeait des exemples? Tu crois vraiment qu’un crétin de militaire aurait pensé tout seul à mettre en place des façons de faire de gangs ? Il a bien appris chez les Outlaws le fils prodigue, tu sais, sans toi ni moi… » .

Joshua, tout en parlant, retourna les trois cartes et les mélangeas face cachée de la même façon qu’il aurait organisé un petit jeu de rue pour retrouver une carte quelconque et s’en mettre plein les poches. « Tu ne connais pas celui que tu appelles ton fils Carter. Moi je sais qui il est, j’en ai eu cinq comme lui. Il a la violence dans le sang. Bruce lui a tout donné, et tu as vu comment il l’a remercié ? Et tu penses qu’il ne va pas faire la même chose avec toi ? A-t-on avis pourquoi te ramène t’il, à ton insu, une petite armée d’ex Punishers dans ton camp ? » . Finalement une joie mauvaise revenait. Le Renard était doué pour insuffler le doute, pour rependre le poison dans les cœurs et pour mettre une pointe de trouble dans la vérité. Même si l’idiot en face se la jouait monomaniaque à la tigre et dragon avec une variante de "rends moi mon peigne." Tôt, ou tard, son cerveau cogiterait, il se poserait des questions il creuserait et ce qu’il trouverait comme élément de réponse ne lui permettrait jamais d’avoir le cœur net. Isha était trop idiot pour faire les choses proprement et Carter était trop rigide pour comprendre ce qu’était un Cornwell. Si tout se passait bien, au terme de cet échange, il y avait peu de chance que le mécano se lance à leur poursuite. « Il continue de se comporter en boucher sous ton nez, Declan l’avait certainement mieux compris que toi. Tu sais qu’il a été cramé le visage a une pauvre fille dernièrement. Tu aurais vu le résultat… » Joshua fit une grimace de dégout. « Son œil ressemblait à un œuf dur. Même moi j’ai failli vomir. Sans parler de ceux qu’il a massacrés, papa Bruce aurait été fier. Et puis, ce qui est le plus mignon dans l’histoire, c’est que maintenant, c’est plus mini Fossoyeur, c’est mini Fantôme. Mon gamin n’a vraiment aucune personnalité. Mais je sens bien que tu t’en fiche royalement, si à un moment tu te trouves un peu de temps autre qu’à chialer sur ton nombril d’égocentrique dépressif, tu devrais faire le tour de ses petites camarades qui ont été témoin de ses horreurs. Je pense que ça t’ouvrirait suffisamment les yeux pour que tu me remercies de venir te délivrer de ce problème. » . Joshua plaça les trois cartes, toujours face cachée, devant Carter. « Revenons à notre jeu puisque tu es si pressé de perdre, en même temps, c’est fort possible que trois personnes soient en position délicate et comptent sur toi pour être à la hauteur. Et crois moi, si tu t'avises de me tuer ou même de tenter de me bousculer, ils passeront pas la journée.» Joshua montra le Talkie qu'il avait dans sa poche et dont le bouton d’écoute était bloqué. Carter ne pouvait savoir qu'il n'y avait pas e complice à l'autre bout, juste un gosse qui planait peut être trop pour bien comprendre ce qui se passait. « Alors dis-moi, à ton avis, quels sont les noms de mes trois jokers. Et surtout détends toi, ce n’est pas si leur vie était en jeu. » Il partit d’un ricanement mauvais car il savait maintenant que, quoiqu’il arrive, il avait gagné. La rousse était morte, Carter finirait par creuser et haïr le môme, quant à son ex, en admettant qu’il arrive à la sauver à temps, il y avait peu de chances qu’elle se remette de la perte de sa copine.

HRP:
 





_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 4829
Points : 4472
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Aoû - 22:39

La vapeur était-elle en train de s'inverser ? Logan était encore loin de la victoire et il le savait : il ne connaissait pas les intentions exactes de Cornwell, par plus qu'il ne pouvait prouver avec certitude l'identité des trois personnes censées être représentées par ses cartes. Sans parler qu'il fallait encore les retrouver et leur venir en aide et il y avait fort à parier que ce ne serait pas aussi simple. Mais la colère commençait à gagner son adversaire et ça avait un petit côté satisfaisant pour le barbu, trop fier peut-être pour réaliser qu'il risquait considérablement la vie de ses proches en se lançant dans un match d'ego avec le mauvais type.

N'en restait pas moins qu'il avait fait mouche et que, pendant une toute petite seconde, il se sentit satisfait. Et puis, Cornwell retrouva son calme froid et repartit dans un monologue digne d'un Bruce au meilleur de sa forme. Pourquoi fallait-il toujours que Logan se fasse des ennemis à ce point bavard ? Il rêvait de devoir affronter un jour un mec qui ne dirait rien et se contenterait de lui mettre des coups comme un type civilisé. Mais au lieu de ça, il se tapait tous les sociopathes en manque de reconnaissance du coin et ça devenait épuisant au point que s'il ne craignait pas de perdre trois personnes trop importantes pour lui ce soir, Logan ne se serait même pas donné la peine d'écouter avant d'égorger son nouvel ennemi.

Mais Cornwell avait raison sur un point très important : Logan ne savait rien de tout ce dont il lui parlait. Il savait que les choses avaient été sacrément moches avec Bruce, mais Isha refusait de lui dire à quel point et il n'avait pas voulu insister, trop effrayé de ce qu'il entendrait. Quelle importance, après tout ? Qu'importe ce qu'avait fait Isha, le barbu parvenait sans mal à s'imaginer qu'il l'avait fait pour survivre. C'était peut-être une excuse minable qu'il se donnait pour ne pas affronter la vérité en face. Peut-être pas. Il connaissait Isha et il savait ce qu'un homme aurait pu faire pour instiller le doute dans l'esprit de son ennemi. C'était exactement la raison pour laquelle il étira un sourire à son adversaire. « C'est drôle... » expliqua-t-il comme si Cornwell venait de lui poser une question sur l'air amusé qu'il affichait. « Que tu penses connaître mon gosse ou les relations qu'on entretient lui et moi. T'as du nous observer un sacré bout de temps pour savoir tout ça, non ? Tu dois te sentir vraiment puissant en ce moment, tu sais tout, tu comprends tout le monde... » Son sourire restait bien en place, mais son ton trahissait malheureusement la rage qu'il ne parvenait à faire taire.

De nouveau, Cornwell revint à la charge avec ses cartes et bien malgré lui, Logan sentit son regard être attiré par ce petit jeu qui ne promettait rien de bon. Il voulait connaître l'opinion du géant sur les personnes qu'elles représentaient et tout à coup, Logan craignait ce qui pourrait arriver s'il se plantait. Il n'avait pas été là de la journée, il n'avait pas eu le temps de regarder le registre en rentrant, il ne savait pas le moins du monde qui se trouvait à Fort Hope en ce moment, en dehors des personnes qu'il avait vues ce soir. Il regarda les cartes un moment sans rien dire, les mâchoires contractées, mais ça ne changeait rien : les trois mêmes noms ressortaient toujours à la fin. Si Cornwell les avait réellement observés si longtemps et s'il en savait tellement sur eux, alors il ne pouvait pas y avoir d'autres personnes à qui s'attaquer pour le faire chier et pour le mettre dans la pire des situations qui soit. « Isha. » proposa-t-il en se forçant à relever les yeux vers son interlocuteur. « ...Joy et Juliet ? » Il doutait de plus en plus à regarder Joshua, mais il ne connaissait rien à ces conneries, pour lui les choses étaient simples, claires. Il avait peur, pourtant, de ce qui lui tomberait dessus maintenant. « C'est bon, maintenant ? On a parlé, on a joué, tu vas enfin me dire ce que tu me veux ou tu préfères qu'on passe directement à la partie où je t'éclate la gueule ? »

_________________
The Ghost
Logan Carter
Now I know what a ghost is

Alack, there lies more peril in thine eye
Than twenty of their swords. Look thou but sweet,
And I am proof against their enmity.






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 59
Points : 143
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Joshua Cornwell
Matricule n°001
I walk a lonely road
Jeu 17 Aoû - 14:47

Joshua regardait avec intérêt le visage de Carter. Il scrutait les moindres signes de tensions, de colère, de doute et le peu qu’il arrivait à déceler sur le faciès du faiseur de merdes en face de lui, le réjouissait au delà de toutes espérances. « Je te déconseille la partie ou tu m’éclates la gueule Carter, enfin, je le déconseille surtout à ceux qui tu as vraiment envie de sauver. Même si je suis sûr que de me savoir mort te serait d’un grand réconfort lors de leurs obsèques. C’est vrai que le cimetière de Fort Carter est encore un peu vide. Heureusement que tu veille à le remplir… voyons voir les résultats. » Il passa sa main sur les trois cartes avec autant de suspenses que s’il allait révéler la finaliste du Bachelor. « Donc tu as dit, que dans les trois on allait trouver un psychopathe suicidaire ingrat et toxicomane…. Et… » Le valet de trèfle apparu tout à gauche. « Bingo ! Bravo Carter, une belle victoire ! ». Il continua sur la carte la plus à droite. « Tu penses a une artiste plate qui se la joue intellectuelle froide en quête de prince charmant… et …. » La dame de cœur apparu. « Joliiiiiii ! Deux sur trois mais je sens que tu t’attendais plus à la dame de carreau pour ce nom. Du coup, qui se cache sous la dernière carte ? ». Joshua posa sa main sur la carte du milieu avec un petit sourire en coin. « Tu penses à une rouquine nymphomane plus jeune que celui que tu appelles ton fils qui a quitté ton camp pour s’envoyer en l’air avec un archer ? ». Il retourna la carte et un joker apparu. Joshua pris un air faussement embêté qu’il assorti d’une grimace compatissante. Il ne fit aucun effort pour masquer le coté moqueur de cette parodie de bons sentiments en sifflant un « biiiiip » d’erreur avec un « ooooh » façon mauvais enregistrement de publique de soap opéra. « Bonne couleur de cheveux mais mauvais prénom. ». Le renard fit mine d’appuyer sur un bouton dans sa poche où se trouvait le talkie. Cela pouvait laisser à penser qu’il avait un complice ou qu’il avait su mettre au point un mécanisme sournois de mise à mort à distance, enfin, pour peu que son interlocuteur soit en état de penser et de cogiter. C’était affreux comme les gens, en face de ce genre de situation, restaient toujours dans une sorte d’expectative incrédule. Carter n’étant pas une flèche de nature, Joshua n’attendait pas de réelle surprise de sa part. « Je t’avouerais que j’ai hésité pour choper ton autre ex, mais quand je l’ai vue dans les bras de ton remplaçant, après avoir failli dégueuler de l’apercevoir tout nu, j’ai eu un cas de conscience à l’idée de débarrasser le monde de cet adorable Declan. ». Le renard lui laissa un peu de temps pour assimiler cette vérité déformée. Il aimait taper là où ça pouvait faire mal et tel un amant découvrant le corps d’une nouvelle conquête, il tâtonnait Logan sur toutes les zones présumées érogènes. Il n’était pas du genre à attendre la troisième rencontre pour commencer à pilonner.

Joshua se mit à imiter, avec brio, un animateur de jeu télévisé connu. « Je suis rousse, je parle tout le temps, je me mêle de tout, j’ai des seins à pas tomber enceinte et quand je ne suis pas en train de me lancer dans les 12 travaux d’Astérix Carter City, c’est que j’écris des trucs douteux sur des ours qui ressemblent quand même à un hymne à la zoophilie… je suis … ? je suis… ? Maddie Purple !!! ». La carte de la dame de carreau apparut entre ses doigts mais lorsqu’il la posa sur la table, l’as de pique l’avait remplacé. « Enfin j’étais Maddie Purple mais maintenant je ne dois plus qu’être un patchwork sanguinolant. La pauvre, elle qui espérait vraiment s’en sortir, espérant qu’elle aura été mangée rapidement. Bien ils nous restent plus donc deux jokers en lice ! Bravo Carter et attention, un geste qui ne me plait pas et j’enlève une carte de plus a celles qui restent. Suis-je clair ? »  Le Renard resta a contempler son ennemis, prêt a se repaitre de chaque petit signe trahissant une éventuelle douleur ou de la colère. La mort de Maddie n’était peut être pas aussi poignante que l’aurait pu être celle de la gamine qui lui avait servi de vide couilles mais elle avait deux avantages. Déjà, même s’il arrivait au coffre pour sauver Juliet, elle serait de toute façon déjà brisée, ensuite, la rousse avait bien des défauts, mais elle était surtout beaucoup trop utile pour la laisser rester dans le jeu de Carter. Sans leur spécialiste des travaux en tout genre ça allait certainement se gâter chez les bisounours. Une fois de plus Joshua s’assurait une victoire perfide. Et si en prime Carter pensait qu’il était responsable de cette mort, il avait touché le gros lot. « Il reste deux cartes et nous sommes deux, devines-tu où cela va nous conduire Carter ? Deux personnes dont les minutes sont comptées et qui attendent du secours. La question à laquelle tu vas devoir répondre maintenant est : laquelle tu vas sauver et laquelle vas-tu laisser à mes bons soins ? Je te laisse choisir ta carte. »



_________________
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Jeffrey Joshua Marshall est arrivé. Décollage immédiat !
» Daddy, le prédateur?
» Daddy V de retour au sommet...
» Big Daddy V en interview... Part II
» Glace à la citrouille et au chocolat [PV Joshua]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum