Sept fois par terre, huit fois debout. || Juliet ♥



InformationsContact
avatar
Messages : 977
Points : 902
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Aoû - 15:58


Sept fois par terre, huit fois debout.
Juliet & Lïnko


Adossé contre le mur de la salle du conseil, l'islandais faisait pensivement plier les brins d'herbe les plus haut, passant sa main dans un sens, puis dans l'autre. Les genoux pliés, il se tenait la tête de son autre main, son coude posé sur l'une de ses rotules. Dans une attitude aussi détendue, difficile de reconnaître le barbare associable officiel de Fort Hope. Faut dire aussi que peu de gens traînaient par ici, et pourquoi l'auraient-ils fait...? Pourtant, histoire d'être bien sûr de pas être contraint de taper la causette à une passante de type Samara, Lïnko avait pris soin de se poster derrière la structure. Et puis, c'était plus propice à la raison du pourquoi il était présent. D'une minute à l'autre, Juliet, de sa démarche élégante et légère, allait  débarquer, et y'avait fort à parier que le nordien allait l'accueillir d'un grand sourire un peu niais...

Plus tôt dans la journée, à savoir peu avant midi, le barbu s'était obligé à réparer pour de bon l'un des filets qu'il jetait régulièrement dans la rivière, pas loin du campement. A défaut de prendre des poissons, les pièges aquatiques avaient pour l'instant le mérite de purifier la zone d'eau des rôdeurs qui croupissaient en son fond. Plus ou moins concentré sur sa tâche, qui était surtout répétitive au possible, l'islandais se repassait la nuit de la veille, qu'il avait passé avec la jeune artiste aux yeux clairs : Juliet. C'est alors que l'une de ses phrases lui était revenue brusquement en tête. En effet, la survivante avait formulé sans plus de conviction le souhait d'apprendre à se défendre par elle-même, en cas d'affrontement au corps à corps. Sur le coup, Lïnko n'avait pas réagi, mais maintenant... Avisant Nanna, qui admirait la fenêtre, perchée sur la grande table en bois, le barbu stoppa son activité pour se diriger vers la biquette, qui allait devenir la messagère à quatre pattes la plus laineuse du monde.

« Si tu veux tenter d'apprendre à me mettre une raclée, salle du conseil, aux alentours de 18 heures. Lïnko » Sobre, mais efficace, non ? C'est donc avec cette missive au cou que Nanna eut le droit d'aller se promener, sous l'oeil glacé de son propriétaire. Comme ce dernier s'y attendait, l'herbivore s'était instinctivement dirigée vers le jardin de Fort Hope, ou elle avait l'habitude d'emmerder son petit monde... Et surtout ou Juliet se rendait assez souvent. Maintenant, ça faisait un petit moment que l'ex-taulard patientait, mais faut dire aussi qu'il avait pas pu s'empêcher de se pointer hyper en avance. Plongé dans sa réflexion du comment aborder les choses, il n'avait même pas entendu la belle de ses nuits arriver. Quand il releva les yeux pour tomber sur la fine silhouette de Jules, il se redressa bien vite pour l'attirer vers lui et poser un baiser sur ses lèvres. « Commences pas à me distraire, tu veux ? Je suis là pour recevoir des coups, pas de l'affection. » Plainsanta-t-il en glissant une des mèches de la brune derrière son oreille.
© BLACK PUMPKIN

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.

IYF ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1067
Points : 2871
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 8 Aoû - 19:03

Les journées de Juliet étaient bien remplies en ce moment, ce qui n’était pas pour lui déplaire. Au contraire, ça lui faisait même beaucoup de bien d’avoir de quoi occuper les longues heures de sa vie de survivante. Elle prenait désormais plaisir à aller voir Alair presque quotidiennement pour qu’il lui apprenne quelques gestes utiles, en matière de soins, et leurs rendez-vous étaient toujours l’occasion pour la brune d’apprendre tout un tas de trucs. Elle n’avait même pas l’impression d’y aller à contre-cœur, et elle appréciait réellement de pouvoir apprendre toutes ces choses qui ne pourraient que lui être utile, preuve en était qu’elle lisait lors de ses heures perdues un livre d’anatomie, ainsi que celui que le docteur Wakeman lui avait remis, à la suite de leur rencontre.

Les animaux qu’Isha et elle avaient ramené de l’une de leur sortie lui prenait aussi pas mal de temps, mais c’était là une besogne qu’elle prenait plaisir à accomplir. Si certains considéraient d’ailleurs que c’était là un travail qu’elle effectuait envers la communauté, Juliet, elle, ne le voyait pas vraiment de cet œil-là. Elle avait toujours vécu une vie de citadine, bien lotie pendant des années dans la charmante demeure des Whitman, puis à la fac de Burlington, et finalement dans son appartement à Détroit. Mais malgré cela, et quelques incertitudes et tâtonnements de la part de la brune en ce qui concernait ce qu’elle devait faire à la ferme, c’était toujours avec la même volonté qu’elle s’y rendait.

Elle était en train de bouger du foin, quand elle repéra Nanna du coin de l’œil, avant de se rapprocher de la bestiole en fronçant les sourcils. Juliet n’avait pas rêvé, et la biquette semblait bien porter un message autour de son cou, un bout de papier que la brune n’eut aucun mal à lui ôter, avant de se redresser pour en lire le contenu. L’expéditeur du message ne laissait aucun doute à Jules, il n’y avait bien qu’un seul survivant qui serait susceptible d’utiliser la petite chèvre comme messagère. Les quelques mots griffonnés sur le bout de papier étonnèrent la jeune femme, dont les lèvres esquissèrent malgré tout dans un petit sourire en coin, puis elle plia soigneusement le bout de papier, et le glissa dans la poche arrière de son pantalon, en espérant que 18 heures arriverait vite.

Juliet s’étonnait que le jeune islandais se soit souvenu des mots qu’elle avait eu la veille, quand ils étaient ensemble chez lui. Elle avait lancé cette idée en l’air, même si elle voulait réellement apprendre à se débrouiller toute seule. La brune en avait assez qu’on la voit comme une pauvre petite chose faible, incapable de se défendre par ses propres moyens, et qui ne devait sans doute sa survie qu’au hasard, ou à la chance. A force, Juliet elle-même commençait à se voir comme ça, et ça l’agaçait. Lorsqu’il n’allait pas tarder d’être l’heure de rejoindre Lïnko, et qu’elle estimait qu’elle avait déjà bien travaillé, Juliet quitta la ferme, avant de passer chez elle, très rapidement.

Elle changea de vêtements, choisissant une tenue un peu plus large. Elle n’était pas certaine de savoir en quoi ça consistait exactement d’apprendre à mettre une raclée au blond, mais elle s’imaginait qu’elle aurait peut-être moins de mal à y arriver si elle portait autre chose qu’un jean serré. Après un petit coup d’eau sur le visage, et un coup d’œil dans le miroir, elle quitta sa maison, pour rejoindre la salle du conseil, un peu plus loin dans Fort Hope. Jules ignorait exactement l’heure qu’il était, mais quand son regard tomba enfin sur le visage de Lïnko, elle eut l’impression qu’il était en train de l’attendre là depuis une éternité. Un large sourire éclaira immédiatement le visage de la brune quand elle le vit se redresser, et s’avancer vers elle, tandis qu’elle en faisait de même. En quelques pas, ils furent l’un face à l’autre, et tandis que l’islandais l’attirait à lui pour lui offrir un baiser, la brune glissa une main dans son dos, en lâchant un petit rire : « -Ah oui, t’es sûr que c’est moi qui ai commencé ? » Elle le taquinait gentiment, puis s’éloigna de quelques pas, sans se départir de son sourire. Elle devait bien admettre qu’elle était étonnée qu’il l’ai prise au sérieux, et maintenant, Juliet ne pouvait nier que la curiosité l’emportait, et qu’elle avait hâte de savoir comment tout ça allait se goupiller, ou comment son professeur du jour allait s’y prendre avec elle. Elle attrapa ses mains dans son dos, et d’un air faussement, innocent, elle reprit à l’intention du survivant : « -Alors…il paraît que je vais apprendre à te botter le cul ! » Et malgré ses efforts, la brune afficha un large sourire, comme si la perspective de malmener un peu l’islandais la mettait de bonne humeur.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 977
Points : 902
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Aoû - 14:29


Sept fois par terre, huit fois debout.
Juliet & Lïnko


Dès que Juliet était apparue, l'islandais n'avait pu s'empêcher de l'attirer à lui après l'avoir saluée. Bah quoi, il avait le droit d'être content de la voir, non ? Après ce petit moment de retrouvailles, la brune avait adopté la posture de la parfaite petite élève, et se montrait plutôt enjouée à l'idée de mettre des raclées, surtout à lui en fait. « Vu comment ça à l'air de te faire plaisir, je suis déjà en train de regretter limite... » lui lança-t-il en affichant une mine peu rassurée. Ice resta un petit moment à regarder la jeune femme, un peu comme s'il avait du mal à réaliser sa présence, et en même temps, comme s'il était content comme un gosse. Dur mélange pour un scandinave au coeur de glace. « Ravi de constater que Nanna sert à autre chose que faire des projets de démolition de tout ce qu'elle voit... » ajouta-t-il nerveusement en se grattant la barbe.

Faisant craquer ses doigt en plissant les yeux, comme pour annoncer le commencement d'une session tout à fait sérieuse, le barbu se mit à chercher quelque chose dans l'une de ses poches intérieures, tout en avisant Juliet. « D'après ce que j'ai compris, tu voudrais augmenter ton skill en matière de défense, plutôt en cas d'affrontement au corps à corps, c'est bien ça ? » En attendant confirmation, il sortit l'objet qu'il cherchait, avant de montrer un étui noir à son interlocutrice. « C'est sûr que c'est toujours utile de savoir se défendre, mais j'ai trouvé ça l'autre jour, et ça me rassurerait pas mal que tu l'ai. » Tirant sur le manche du kunaï, ou dormait paisiblement un petit scorpion blanc, il le posa dans les mains fines de la jeune femme, avant de s'agenouiller vers elle.

« C'est un kunaï, il sert à pas mal de trucs, lancer, escalade, m'enfin, ça te servira surtout à planter un type un peu trop envahissant, mis à part moi, bien sûr. » ironisa-t-il avant de voler un baiser à la hanche de la brunette. Lui laissant le temps de prendre connaissance de l'arme, il positionna l'étui sur l'extérieur de sa cuisse, serrant la sangle juste comme il le fallait, afin qu'elle ne gêne pas trop non plus. S'écartant pour détailler la jeune artiste, il inclina la tête sur le côté, visiblement satisfait. « Redoutable allure, Madame Whitman... » remarqua-t-il en rigolant à ses propres mots. S'éclaircissant la gorge, l'islandais se ravisa, et croisa les bras sur son torse, avant de poursuivre. « Bon... Déjà, on va voir tes réflexes, et ta rapidité, par une petite mise en situation. T'es ok pour ça...? » L'idée de seulement simuler une petite attaque lui plaisait pas vraiment... Mais il avait besoin de savoir comment se comportait la jeune femme pour aviser par la suite.
©️ BLACK PUMPKIN

Spoiler:
 

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.

IYF ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1067
Points : 2871
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 12 Aoû - 23:38

Au large sourire de Juliet, Lïnko opposa une mine inquiète qui n’échappa pas à la brune. Elle tâcha de ne pas sourire davantage à ses paroles, mais lança quand même : « -Je te promets que je serai douce et délicate. » Elle ne voulait pas qu’il ai l’impression qu’elle prenait cela à la légère, ce n’était pas le cas, et elle appréciait vraiment que le jeune homme prenne un peu de temps pour lui apprendre ce qu’il savait. Elle ne le quitta pas des yeux tandis qu’il la regardait d’un air étrange sur lequel elle avait du mal à mettre des mots, avant de parler de Nanna, sa messagère du jour. Le voir se triturer la barbe interpella Jules, qui avait cru comprendre que c’était un tic nerveux que le blond avait sans doute involontairement. Et elle se demandait bien ce qui pouvait en être la cause.

A sa question, Juliet fronça subitement les sourcils, avant d’arborer une moue un peu mal à l’aise. « -En fait Lïnko…avant de l’augmenter, faudrait que j’ai déjà quelques bases… » Elle se mordilla la lèvre inférieure, redoutant un peu de voir l’expression sur le visage du blond suite à cet aveu. Le surnom que lui donnait Isha jusqu’à il n’y avait pas si longtemps lui revint brusquement en tête, et Jules ne put s’empêcher de se dire qu’à cet instant précis, c’était exactement ce à quoi elle devait ressembler, une vraie Godiche. Elle esquissa une petite grimace qui se voulait être un sourire, avant de remarquer ce que Lïnko tenait dans ses mains. Le regard azur de la brune quitta l’objet des yeux au moment où l’islandais reprenait la parole, tandis qu’il lui expliquait qu’il se verrait rassuré de la savoir avec le couteau qu’il tenait désormais entre ses doigts, et qu’il posait sur la main tendue de Juliet.

Elle le regarda d’un air intrigué s’agenouiller devant elle, tandis qu’il lui expliquait les spécificités de l’arme qu’elle avait désormais entre les mains. Jules esquissa un petit sourire à la remarque du blond, sourire qui s’étira un peu plus face à son geste affectueux. La brune le laissa bidouiller sur sa cuisse pour attacher l’étui du kunaï, tandis qu’elle observait l’arme, et la retournait entre ses doigts, apprenant à la découvrir. C’était un bel objet, et elle le saisit dans sa main, avant de remarquer que Lïnko avait terminé, et qu’il semblait désormais jauger de son travail. Un nouveau sourire vint éclairer le visage de Juliet aux paroles de son professeur, alors qu’elle se faisait la remarque que personne n’avait jamais dû s’imaginer qu’elle, Juliet Whitman, puisse être redoutable. Lorsqu’il lui proposa de tester ses réflexes et sa rapidité, le sourire de la jeune femme disparut bien vite, alors qu’elle hochait de la tête d’un air un peu raide. Bon, c’était maintenant que ça commençait vraiment. Elle rangea le kunaï dans son étui, avant de faire face au blond.

Il ne fallut pas plus de quelques secondes à la brune pour remarquer son air…nerveux ? C’était elle, ou la situation semblait le mettre mal à l’aise ? Elle n’aurait su le dire, mais elle se rapprocha un peu de lui malgré tout. « -C’est quoi qui te fait peur, exactement ? Que tu me fasses mal, ou que ce soit moi qui abîme ton joli visage ? » Elle lui adressa un petit sourire en coin, en tâchant de se montrer détendue dans ses propos, même si elle ne l’était pas forcément. Elle était là pour apprendre, et vu qu’elle n’avait aucune connaissance, elle ne doutait pas un seul instant que ce serait sans doute difficile, ou du moins qu’elle ne serait pas très à l’aise au départ. « -Je vais pas me casser en deux, c’est promis. Et puis si je tombe…je me relèverai, et c’est tout. » Jules haussa une épaule, comme pour lui dire qu’elle ne le blâmerait pas pour ce qui risquait d’arriver au cours de leur petite séance. Après tout, c’était elle qui avait demandé, non ? « -Je suis sûre que j’aurai pas pu rêver d’un meilleur prof. Alors vas-y, fais ton truc ! » Elle l’encouragea d’un nouveau sourire, alors qu’elle s’éloignait de quelques pas. Juliet ne savait pas exactement comment se positionner, ni même quoi faire de ses bras, c’était dire à quel point il lui manquait jusqu’aux bases, mais elle était volontaire et avait vraiment envie d’apprendre, ce qui la motivait énormément.

Spoiler:
 

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 977
Points : 902
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Aoû - 15:42


Sept fois par terre, huit fois debout.
Juliet & Lïnko


De ce qu'elle disait, la brune pensait n'avoir aucune aptitude à améliorer, dans le sens ou elle doutait d'avoir des bases. Haussant un sourcil pendant qu'il positionnait l'étui du kunaï avec application, le barbare se garda de répondre à cela. Depuis la fin du monde, tout le monde avait connu ne serait-ce qu'une altercation. De ce simple fait, on développait forcément des automatismes, non ? C'est du moins ce qu'il pensait. Des réflexes, des parades, peut-être pas, bien sûr. Fallait apprendre, c'est évident, mais on en tirait quand même une expérience, ce qui constituait d'ores et déjà un savoir. De nouveau face à Juliet, il acquiesça à ses propos. « Disons que ça me fais drôle de me préparer à t'attaquer. Je ne m'en prends jamais aux femmes, d'ordinaire, et de ce que j'ai pu voir, t'en es une. Plutôt jolie qui plus est...  » ajouta-t-il dans un petit sourire. Sûr qu'il en avait aucune envie. De lui faire le moindre mal. C'est même la seule et unique raison qui l'avait fait douter, au moment ou il avait laissé partir Nanna. Mais bon, au final, la tentation avait été plus forte, et surtout la conviction que la jeune femme pourrait probablement mieux s'en tirer, si par malheur, quelqu'un s'en prenait à elle.

Souriant à ses remarques, il l'observa se mettre dans une position plus adaptée. Aussi, et gentiment, il se rapprocha pour la conseiller : « Une jambe plus en arrière de l'autre. Plus stable. Celle du côté ou tu frappes, donc la droite si tu es droitière. » Maintenant que son amie, et plus, si on en croyait les nuits qu'ils avaient partagées, était mieux ancrée au sol, le barbu s'éloigna avant de reprendre la parole : « Tu te déprécies, Juliet. Avec toute cette merde, y'a quelque chose qui est obligé d'avoir évolué, c'est la manière dont tu gères la peur. C'est elle qui va te faire paniquer, perdre tes moyens, et t'empêcher de frapper. Mais c'est aussi elle, et l'instinct de survie, qui fera que tu te relèves, et que tu t'acharnes. » La peur, c'était la base même de tout chaos qui se respecte. Et donc, la chose à anéantir en tout premier lieu, bien que ce ne soit la plus aisée, surtout quand un type en veut clairement à votre peau.

Les Vikings en jouaient énormément, sur le champ de bataille. D'autant plus lors de leurs conquêtes en terres étrangères. Ils foutaient la trouille, et ça facilitaient grandement l'assaut. Quoi qu'il en soit, Lïnko poursuivit : « Je suis sûr que tu sais gérer ça. Et quand bien même ce ne serait pas le cas, tu dois tout faire pour ne pas le montrer. » Se mettant lui-même en position, plus pour indiquer qu'il allait tenter quelque chose que pour réellement prendre des appuis solides, l'islandais marqua un petit temps d'arrêt, avant de s'avancer pour lever sa main droite en direction de la gorge de son apprentie du jour. Pas comme un malade, s'était pas l’intérêt, et la mettre directement en échec serait loin de porter ses fruits. Aussi, il annonça du même temps : « Immobiliser de cette manière, c'est comme ça que la majorité des types s'y prennent. C'est efficace, passablement douloureux, et franchement oppressant, en plus de pouvoir déboucher sur une mort par suffocation. »

Sans lâcher sa prise, douce, évidement, le barbu saisit la main droite de Juliet, pour la poser contre son coude tendu. « S'il t'as déjà choppé, tu balance un coup de poing sévère dans le pli du coude pour te dégager au plus vite. Si tu réagis avant, tu peux te contenter de repousser son bras vers l'extérieur. » Relâchant son étreinte, et mimant le fait qu'elle l'ai repoussé, il continua « Là, je peux te chopper de mon bras gauche. A mon avis, le plus simple, c'est que tu te place carrément sur ma gauche en te baissant un peu pour me péter le genoux d'un bon coup de pied, ou tu me planter, ou... Le classique coup dans les couilles, sobre, mais efficace. » Attendant une quelconque réaction signifiant qu'elle avait compris, le barbare reprit sa position initiale, pour soudainement ré-itérer l'assaut, histoire de voir si elle allait d'ores et déjà tenter de mettre en application ses conseils.
© BLACK PUMPKIN

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.

IYF ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1067
Points : 2871
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 15 Aoû - 16:32

Avec des gestes incertains, et tandis qu’elle interrogeait Lïnko du regard pour savoir si elle s’en sortait pas trop mal, Juliet venait de se mettre en position, prête à passer aux travaux pratiques. Lorsque l’islandais se rapprocha pour corriger la façon dont elle s’était positionnée, la brune écouta attentivement ses conseils, ajustant sa position par la même occasion, mettant sa jambe droite en retrait. Elle s’ancra plus dans ses positions, tandis qu’elle suivait du regard le blond, qui revenait se mettre face à elle. Elle l’écouta sans l’interrompre tandis qu’il lui expliquait que la partie la plus difficile serait sans doute celle qui consistait à maîtriser sa peur, et elle était prête à le croire sur parole. La peur pouvait paralyser les gens, et les empêcher de réagir, les livrant par la même occasion à des ennemis prêts à tuer. Bien sûr qu’elle essayait de dompter sa peur depuis le début de ce cauchemar, elle le faisait à chaque fois qu’elle quittait l’enceinte de Fort Hope, mais ce n’était pas vraiment la même chose de devoir affronter un rôdeur, ou un humain doté d’un esprit et capable de réfléchir. Elle garda cependant les précieux conseils de son viking en tête, en espérant malgré tout qu’elle n’aurait jamais à s’en servir.

Sans bouger, Jules l’observa lever le bras, et la saisir à la gorge, dans un geste aussi doux qu’elle aurait pu s’y attendre. Il n’y avait désormais plus aucune trace de sourire sur le visage de la brune, seulement de la concentration, et une attention entièrement tournée vers les paroles du jeune homme. Il avait l’air de savoir de quoi il parlait, et il ne lui serait de toutes façons pas venu à l’idée de remettre en doute ses paroles, alors qu’il semblait prendre la sécurité de l’artiste au sérieux. Quand il lui saisit la main droite, Juliet se laissa faire, tandis qu’elle emmagasinait les informations transmises, et qu’elle hochait lentement de la tête pour dire qu’elle comprenait.

Docilement, elle ne réagit pas lorsque Lïnko appliqua les paroles qu’il venait fraîchement de prononcer, et qu’il s’éloignait d’elle, comme si elle venait réellement de lui taper dans le creux du coude pour se débarrasser de lui. Il poursuivit son apprentissage, lui expliquant comment réagir si elle parvenait jusqu’à l’étape qu’il venait de franchir, c’est-à-dire à se débarrasser de son agresseur. « -Le pli du coude, le genou, les couilles. » répéta-t-elle sans même s’en rendre compte, tandis qu’elle hochait lentement de la tête en même temps. Dit comme ça, ça semblait être une simplicité presque enfantine, mais Juliet savait bien que ce serait loin d’être le cas en situation. Lïnko l’avait souligné lui-même, sous le coup, il allait falloir qu’elle parvienne surtout à gérer sa peur si elle ne voulait pas risquer d’y laisser sa peau.

La jeune femme était encore en train de se répéter les conseils donnés par l’islandais, quand celui-ci leva subitement le bras en direction de la jeune femme, comme s’il avait l’intention de la reprendre par le cou, comme un peu plus tôt. Instinctivement, Juliet fronça les sourcils, faisant quelques pas en arrière pour échapper aux doigts inquisiteurs du blond, qui frôlèrent la peau de la jeune femme. Mince, ce n’était pas exactement ce que Lïnko venait de lui enseigner, et à vrai dire, elle n’avait même pas réfléchi avant d’agir. Elle secoua la tête de droite à gauche face à sa propre réaction : « -Vas-y, recommence ! » Elle se remit en position, affichant une mine déterminée, tandis qu’elle hochait de la tête pour lui dire qu’elle était prête.

Le bras de Lïnko s’élança une nouvelle fois, et cette fois Juliet se répéta les préceptes du jeune homme, en tâchant de les appliquer. Elle se laissa attraper par la gorge, avant d’armer son bras, et de taper dans le creux du coude, comme il venait de le lui enseigner. Elle n’y mit pas beaucoup de force, mais une bonne dose de conviction malgré tout, et sans doute pour lui montrer ce que ça aurait donné en situation réelle, l’islandais lâcha prise, et Juliet en profita pour reculer. Aussitôt, elle se remit en position, attendant que le blond réitère ses attaques, tandis qu’elle essayait de mettre en œuvre les différentes options qu’il lui avait présenté, enfin, pour la plupart d’entre elles. Par affection pour lui, elle éviterait de le planter avec son tout nouveau couteau, ou de taper dans son entrejambe. La brune ignorait depuis combien de temps ils étaient sur ce petit exercice, mais elle avait l’impression qu’à chaque nouvel essai, cela semblait un peu plus facile, qu’elle était un peu plus à l’aise que précédemment. Elle savait bien que les muscles avaient une mémoire, et que c’était en répétant, inlassablement, encore et encore, qu’elle apprendrait le mieux. Juliet savait bien que ce n’était qu’une des dizaines de situations inconfortables dans laquelle elle serait susceptible de se retrouver, et qu’elle avait encore beaucoup à apprendre, mais elle était motivée à bloc.

Spoiler:
 

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 977
Points : 902
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Aoû - 22:12


Sept fois par terre, huit fois debout.
Juliet & Lïnko


L'islandais ne fût pas surpris de trouver en Juliet une élève assidue, qui écoutait bien attentivement les conseils qu'il lui donnait. Maîtriser la "théorie" ça pouvait la tirer d'un mauvais pas, même si bien évidement, la majorité du temps, il fallait compter sur l'improvisation, puisqu'on ne pouvait aucunement prévoir les actions de l'ennemi qui tâcherait par tous les moyens de nous mettre à terre. M'enfin, pour éviter de rester statique comme une planche de bois, fallait déjà avoir un minimum de confiance en soi, et effectuer des mouvements déjà esquissés. Et, bon, il était loin d'être le meilleur professeur, et de posséder une patience infinie, mais de toute évidence, la brune sortirait de cette leçon plus avancée en matière de défense qu'elle n'en était venue.

De ce fait, et pour voir comment elle allait s'y prendre en cas d'attaque soudaine, le barbu essaya de la chopper au niveau de la gorge. La jeune femme, trop surprise pour réagir comme il le lui avait montré, se contenta de reculer. Retenant un petit sourire à sa mine légèrement déconfit, il acquiesça quand elle lui demanda de réitérer l'assaut. Cette fois, Juliet eut le temps de se préparer, et lui donna le signal. A cette nouvelle tentative, elle parvint à se dégager, en visant le pli du coude, comme il le lui avait montré. « C'est exactement ça, t'as compris le truc. » l'encouragea-t-il avant de reprendre sa position initiale. Ice répéta ses attaques, et à chaque fois, la brunette réagissait. Elle gagnait en rapidité, en précision, et quand elle eut l'air de maîtriser ses appuis convenablement, il n'hésita pas à mettre un peu plus de force, pour l'amener à taper plus fort.

Au bout de plusieurs essais, la demoiselle arrivait à le repousser avant même qu'il n'ai pu l'atteindre, et s'essaya même à se déplacer pour viser son genou, évitant visiblement ses parties intimes. Quand Lïnko jugea que c'était suffisant, il arrêta le poing de la jeune artiste avant qu'il n'atteigne son coude, avant de sourire. « Très bien. T'es plus stable, plus assurée, et plus rapide. Tu commences à prendre l'habitude. Hésites pas à t'entraîner chez toi surtout, et pourquoi pas en cas d'attaque du côté gauche, aussi. Si tu tombes sur un gaucher, comme moi, ça risque d'être plus compliqué. » C'est sûr qu'il allait pas l'embrouiller direct à se servir de son côté dominant, sinon, c'était pas la peine.

Ne laissant pas le temps de souffler à son apprentie du jour, il passa une main sur sa tête avant de lancer : « J'te montre autre chose. Une prise assez courante aussi. » Passant derrière elle, il l'entoura d'un bras, au niveau de la taille, coinçant ainsi ses avants bras. « Là je te le fais pas, ça serait un peu étrange... Mais imaginons que mon autre main se pose sur ta bouche, pour t'empêcher de crier par exemple. » Certes, c'était pas l'envie qui lui manquait, mais il voulait pas avoir l'air de profiter de la situation, et puis, dans ce genre de séances, il était quand même assez sérieux. « T'as plusieurs solutions pour ouvrir une faille. Ça dépend de l'ennemi, et s'il a un couteau sous ta gorge, ou non... Si sa tête est juste derrière la tienne, tu peux tenter de lui péter le nez. Super efficace. Tu peux coupler ça en lui écrasant le pied, et lui mordre bien fort les doigts s'il a la main sur ta bouche. » S'écartant de sa belle, Lïnko lui fit de nouveau face. Il avait d'autres choses à lui montrer, mais proposa tout de même : « Petite pause. Si t'as des situations qui te viennent en tête, hésites pas, on avisera ! »
©️ BLACK PUMPKIN

Spoiler:
 

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.

IYF ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1067
Points : 2871
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 21 Aoû - 19:37

Aussi appliquée que possible, Juliet mettait en action les enseignements de Lïnko, essayant de répéter les gestes tout juste appris. Et force était de constater qu’elle gagnait en efficacité, et faisait de plus en plus confiance à son corps pour réagir face aux attaques de l’islandais. La brune savait bien que face à tout ce qu’elle devrait apprendre d’autre, ce n’était rien, mais elle savait aussi qu’elle serait satisfaite en allant se coucher ce soir, comme si c’était une bonne chose qu’elle avait accompli là.

Elle venait de laisser Lïnko l’attraper une nouvelle fois, et alors qu’elle allait le frapper dans le creux du coude, comme il le lui avait montré, elle sentit les doigts du jeune homme se refermer sur son poing, et l’arrêter dans son geste. Elle réagit immédiatement à son sourire, lui en offrant un similaire, alors que les paroles du survivant lui faisaient plaisir à entendre, et elle était contente de savoir qu’elle avait fait quelques progrès, aussi infimes étaient-ils. Quand il lui suggéra de continuer à s’entraîner, Jules hocha vivement la tête, pour lui confirmer qu’elle ne comptait pas perdre les acquis qu’elle avait grâce à lui.

Elle resta docilement immobile tandis qu’il lui montrait une autre situation, et qu’elle sentait bientôt l’un des bras de Lïnko l’enserrer, et l’empêcher de bouger les bras. Juliet se débattit légèrement, avant de se figer une nouvelle fois. Elle savait bien que ce n’était que son amant derrière elle, et pourtant, elle ne pouvait nier qu’en d’autres circonstances, ne pas voir le visage de son agresseur pourrait avoir un petit côté stressant supplémentaire. Mais les mots du blond lui revinrent vite en mémoire, tandis qu’elle repensait à ce qu’il lui disait concernant l’importance de contrôler sa peur. Si bien que, immobile, elle écouta les instructions de l’islandais, tandis qu’elle se répétait les mots pour les graver dans sa mémoire.

Il finit par la lâcher, et lui faire face à nouveau, tandis qu’il proposait une pause, que la brune accepta d’un hochement de tête, alors qu’elle réfléchissait déjà à diverses autres situations, susceptibles de lui arriver, un jour par malheur. Juliet se rapprocha de Lïnko au bout de quelques secondes, en profitant pour s’étirer un peu, et tirer sur ses bras. Sans un mot, elle le fixa quelques instants de son regard azur, alors que ses yeux glissaient finalement sur le bandage qui ornait le cou du viking. « -Comment tu te sens ? » demanda-t-elle d’un ton réellement inquiet, avant de se rapprocher encore davantage. Elle n’en revenait toujours pas qu’il ai survécu à une morsure de rôdeur, et même si les jours s’étaient enchaînés depuis la blessure du blond, c’était comme si Jules s’attendait encore à ce qu’il puisse se transformer d’un moment à l’autre. C’était bien la première fois qu’elle entendait parler de quelqu’un qui survivait à une morsure, et qu’elle pouvait le constater de ses propres yeux. « -Je peux jeter un coup d’œil ? » C’était elle qui avait fourni les premiers soins à Lïnko, et ce malgré ses faibles compétences en la matière, et elle n’avait pas pu empêcher ses doigts de trembler tandis qu’elle désinfectait le cou d’un homme qu’elle s’apprêtait à perdre.

Lorsqu’elle eut l’accord du survivant, elle retira doucement une partie de la compresse, tandis que ses yeux se posaient sur la chair meurtrie dans le cou du guerrier. Le cœur de la jeune femme se serra un peu brusquement dans sa poitrine, mais elle ne pouvait que constater que la blessure était en train de guérir, et qu’il n’y aurait bientôt plus qu’une vilaine cicatrice à cet endroit-là. Elle repositionna le pansement, et profita du fait d’être aussi proche de son blond pour glisser ses yeux dans les siens. « -Je te serai reconnaissante de plus me faire ce genre de frayeur à l’avenir…d’accord ? » Elle tâcha de ponctuer ses paroles d’un petit sourire, même si elle était particulièrement sérieuse. Se dressant sur la pointe des pieds, Juliet fit glisser une main sur la hanche de l’islandais, avant de poser ses lèvres sur les siennes, lui offrant un baiser assez doux. Peut-être sa manière à elle de lui dire qu’elle avait eu peur comme jamais, et qu’elle était vraiment soulagée et heureuse qu’il soit toujours en vie, à ses côtés.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 977
Points : 902
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Aoû - 11:27


Sept fois par terre, huit fois debout.
Juliet & Lïnko


Ça faisait un petit moment maintenant qu'il donnait des conseils à Juliet, aussi, l'islandais proposa une petite pause, qui fût acceptée. Le barbu s'adossa alors contre le mur de la salle du conseil, pendant que la brunette étirait ses muscles. Elle avait bien raison, puisqu'elle les avait bien fait travailler. Cependant, quand elle l'avisa de ses yeux amandes, le barbu se doutait d'ores et déjà que les mots qu'elle allait formuler n'avait rien à voir avec leur petite séance d'entraînement. Dans le mile. Haussant vaguement une épaule, il se résigna tout de même à répondre avec sincérité quand la jeune femme se rapprocha davantage. Il la laissa aviser l'état de la plaie, qui avait une sale gueule, mais avait le mérite de cicatriser, c'était déjà ça. « Ça va. Ça tires. Mais bon, j'ai connu pire ! » ironisa-t-il avec un petit sourire en coin. En effet, il avait survécu à une morsure, ce qui était plutôt étonnant, mais n'appréciait pas vraiment qu'on s'attarde sur le sujet. A vrai dire, il aurait parfaitement ignoré la question si elle avait été posée par quelqu'un d'autre que Juliet. Pensant réellement que ses minutes étaient comptés, le nordien avait demandé à Alpha d'aller chercher la brune, et les instants qui avaient suivis restaient ancrés dans sa mémoire. Mais, maintenant qu'il était rétabli, le barbare en était presque gêné... Faut dire qu'il s'était pas mal livré question ressentis envers Juliet...

La lueur d'inquiétude mêlée de sérieux amusa le nordien, qui se contenta d'hocher la tête. « Ok, j'éviterais... » Un frisson parcouru le creux de son dos quand la survivante s'approcha davantage pour l'embrasser doucement. Passant l'une de ses mains derrière sa nuque, comme si la brune risquait de s'évaporer d'une minute à l'autre, il lui rendit son baiser en plissant les yeux. Quand ils s'écartèrent un peu, Lïnko admira comme il aimait le faire le doux visage de sa belle, dessinant du bout de ses doigts le contour de sa mâchoire, de ses lèvres... Haussant un sourcil, il lança « Tu sais, ça m'attriste cette histoire. Moi qui rêvait de me faire défoncer le crâne par une jolie brune, je suis franchement déçu... » S'attendant à se faire frapper, il contracta ses muscles un instant, avant de sourire pour finalement afficher une expression plus sérieuse. Approchant ses lèvres de son oreilles, il murmura « Désolé si je t'ai effrayée. » C'est sûr que la scène devait avoir été plus effrayante pour la brune que pour le barbu. Mais bon. Au fond de lui, Lïnko était persuadé que s'il était resté chez lui à attendre la fin, il serait parti pour de bon. Il avait suffisamment de croyances et d'attachement pour Juliet, qu'il pensait que c'était grâce à elle qu'il était toujours de ce monde. Il doutait même de survivre à une seconde morsure, mais ça, c'était peut être pas une chose à expliquer à la jeune femme.

Glissant une mèche de cheveux derrière l'oreille de sa douce, il détourna la conversation sur un sujet qui l’intéressait tout autant. « Comment ça va toi ? La journée à été dure ? » Il savait que la survivante avait repris des forces, depuis un petit temps. Et c'était clairement tant mieux, au vu des épreuves qu'elle avait traversé. Cependant, il ne pouvait s'empêcher de redouter que quelque chose ne s'abatte encore une fois sur elle. Ne dit-on pas que c'est lorsqu'on commence à reprendre goût aux choses simples de la vie qu'une merde nous tombe sur le coin du nez ? Bien évidement, c'était un peu fataliste comme façon de penser. Mais au moins, si quelque chose ou quelqu'un chagrinait sa belle, il valait mieux être au courant. A défaut d'être doué pour réconforter et encourager les -rares- personnes qu'il appréciait, le barbare était plutôt doué en menaces de mort et disparition de cadavre. Donc ça pouvait régler pas mal de soucis, de ce fait. Et puis... Il y avait cette discussion, avec ce... Comment déjà ? Jo. Qui lui trottait dans la tête depuis un temps. Bien qu'il n'ai pas encore osé en discuter avec Juliet.

©️ BLACK PUMPKIN

Spoiler:
 

_________________

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.

IYF ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1067
Points : 2871
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 29 Aoû - 10:51

Après quelques secondes, Juliet s’écarta doucement, bien qu’elle restât relativement proche de Lïnko. Elle ne bougea pas quand le regard de l’islandais détailla les traits de son visage, pas plus quand elle sentit ses doigts parcourir la peau de sa mâchoire, ou ses lèvres. Juliet adressa un petit sourire en coin au barbu, alors que sa main à elle était restée en bonne place sur la hanche du survivant. Son sourire s’agrandit un peu plus à la remarque du blond, alors qu’elle lâchait un léger rire, et lui répondait aussitôt : « -Tu devrais pas être aussi pressé de manger la poussière ! » Elle le taquinait, bien sûr, il n’existait aucune chance pour que la brune puisse battre Lïnko à quoi que ce soit, à moins qu’elle ne mise sur sa répugnance à taper les femmes, et elle en particulier.

Si la jeune femme fut surprise d’entendre les paroles que le survivant vint lui murmurer à l’oreille, elle tâcha de ne rien en laisser paraître, tandis qu’elle frissonnait de sentir son souffle chaud caresser son cou. Quand il se recula, elle glissa les yeux dans les siens, en hochant doucement la tête. Dire que Juliet avait été effrayée était sans doute un euphémisme, et à vrai dire, à ce moment-là, la brune était passée par un éventail de sentiments, sur lesquels elle n’avait pas forcément réussi à mettre de mots. La peur, la tristesse, le désespoir,…des sentiments qui s’étaient succédés toute la nuit, tandis que les deux survivants attendaient cette issue qu’ils pensaient fatale. Mais contre toute attente, Lïnko avait survécu, bien que Juliet ne sache pas vraiment l’expliquer. Peu importait au final, il allait bien, ou en tout cas mieux, et même si elle avait encore du mal à accepter ce qu’elle avait pourtant sous les yeux, rien n’aurait pu faire plus plaisir à la brune que de constater que Lïnko était encore de ce monde.

Elle finit par se détacher du jeune homme pour venir s’installer à côté de lui, contre le mur de la salle du conseil, tandis qu’il lui demandait comment elle allait, et comment avait été sa journée. La brune prit quelques secondes pour y réfléchir, même si la réponse lui semblait plutôt évidente. « -Je vais bien…même mieux que bien. » Rajouta-t-elle en gratifiant le blond d’un sourire sincère. Cela faisait quelques temps déjà qu’elle ne mentait plus quand elle disait qu’elle se sentait mieux, à croire que même elle avait fini par y croire vraiment. Certes, elle n’était plus la Juliet pleine de vie et bout en train qu’elle était avant l’apocalypse, et elle doutait de recroiser un jour cette jeune femme, mais Jules savait qu’elle allait mieux, et qu’elle commençait doucement à se remettre du décès d’Eulalie, et d’apprécier à nouveau la vie qui s’offrait à elle. Et dire que Lïnko était totalement innocent dans ce changement aurait été un mensonge. Juliet se rendait un peu plus compte chaque jour de l’effet positif que le survivant avait dans sa vie, et le bien que sa présence lui faisait.

Elle garda le silence quelques secondes, avant de tourner finalement le visage de profil vers son acolyte. « -Et le travail à la ferme se passe vraiment bien. Je pensais que la citadine que j’étais aurait du mal à s’y faire, mais j’aime beaucoup y passer du temps finalement. » Juliet se souvenait de ses premiers pas hésitants, de ses gestes peu sûrs, et de la confiance qu’elle prenait finalement, jour après jour. Là, au milieu des animaux, elle arrivait même parfois à oublier les morts qui marchaient au dehors des portes de Fort Hope. « -Il n’y a pas grand-chose que je puisse faire pour la communauté, alors, je suis contente de pouvoir me rendre utile, d’une façon ou d’une autre. » Elle haussa une épaule, tandis que son regard se portait au loin. Elle n’était pas une combattante hors pair, elle n’avait pas les compétences en ingénierie de Maddie, ni le savoir-faire de certains en matière d’armes à feu, et Jules doutait sincèrement de pouvoir aider qui que ce soit avec ses dessins. Oh, elle s’était bien lancée dans l’apprentissage de quelques soins grâces aux bons conseils d’Alair, mais ses connaissances étaient encore trop rudimentaires pour qu’elle soit déjà utile à qui que ce soit.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Gonflette / Bulk Up
» Il était une fois... Carrefour!
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)
» Murphy frappera trois fois... [PV Letha]
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum