Because we're one big family || Neo



InformationsContact
avatar
Messages : 252
Points : 517
Date d'inscription : 18/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Joey Desrosiers
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 8 Aoû - 19:25

Il fait un temps de chien aujourd’hui, un temps à rester enfermer bien sagement à la maison, à ne pas quitter la chambre, caché sous sa couette, à regarder des films toute la journée. Ouais, c’est le genre de programmes qu’inspirait sans doute des journées pluvieuses comme celle d’aujourd’hui avant la fin du monde, le genre de journée qui m’aurait paru particulièrement longue et ennuyeuse. Me connaissant, j’aurai quand même enfilé mes baskets et mon jogging, et je serai sortie braver les éléments. C’est sans doute pour ça qu’aujourd’hui, je me suis quand même habillée comme pour aller en expédition, et que j’attends nerveusement dans le hall que la pluie, de plus en plus faible, se transforme enfin en crachin.

Quand j’ai l’impression que ça y est, la météo commence à devenir plus clémente et qu’il ne tombe rien d’autre qu’une espèce de bruine, j’enfile ma veste, celle qui ne me quitte jamais et qui appartient à un passé malheureusement désormais révolu, la remonte très haut sur ma nuque, puis je quitte la protection du laboratoire pour rejoindre l’extérieur. Il y fait un peu plus froid que ce que je m’étais imaginée, mais ça ne me fait pas changer d’avis pour autant, et je continue ma route comme si de rien était. J’emprunte cette route que j’ai déjà l’impression de connaître par cœur, les sens aux aguets, prête à réagir au moindre truc qui pourrait aller de travers. Et la liste est plutôt longue, en fait. Je sais bien que je m’étais dit qu’il faudrait que j’y aille un peu plus doucement sur les sorties en solo depuis ma mauvaise rencontre avec ces imbéciles sur la péniche, mais c’est plus fort que moi. C’est comme si aller dehors était un espèce de besoin vital, ou une connerie comme ça.

Ça doit faire une petite heure que je marche, peut-être plus, peut-être moins, je n’en sais trop rien, mais jusqu’à maintenant, tout s’est bien passé. J’entends, avant que je ne les voie, les rôdeurs qui se trouvent dans le coin, et que je vois débarquer à l’angle d’un bâtiment. Ils ne sont pas nombreux, rien d’insurmontable à mon avis. Je pourrais sans doute les contourner, c’est sans doute ce que je devrais faire, mais au lieu de ça, je raffermis ma prise sur ma hache, un autre vestige de mon passé, et en plante le pic dans le crâne du macchabée le plus proche. Les deux autres subissent le même sort, avec plus ou moins de similitude, et je me retrouve très vite aussi seule que je l’étais avant que ces trois-là pointent le bout de leur nez décharné. Je prends quelques secondes de plus pour nettoyer ma hanche sur la chemise en lambeaux de l’un des morts, puis je reprends ma route, m’attarder plus longtemps.

_________________
Heart sees what's invisible to the eye
She doesn't say "I love you" like a normal person. Instead, she'll laugh, shake her head, give you a little smile, and say, "you're an idiot." If she tells you you're an idiot, you're a lucky man. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 61
Points : 101
Date d'inscription : 04/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Neo Wolf
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 9 Aoû - 2:51

Le temps n'est pas des meilleurs, mais ça fait déjà plusieurs jours que je repousse cette expédition en solitaire. Entres les sorties en groupes ou en duo, les tâches à effectuer au camp je n'ai pas de temps pour moi. C'est pourquoi aujourd'hui c'est décidé, je vais reprendre ma quête là où je l'avais laissée.
Comme à mon habitude, j'ai toujours ma tenue de pompier sur moi. En temps normal, elle me relaxe, m'aide à me rappeler de la vie que je menais autrefois...  mais ces derniers mois passés à écumer les casernes vides, trouvant peu ou pas de matériel, les rayant une par une de la carte, l'ont rendue plus lourde de sens que toutes les autres choses de ce monde.
Je suis peut être vraiment le dernier finalement...

Non... je n'ai pas envie de penser à ça, pas envie de perdre espoir même si c'est vrai que ma détermination commence à en prendre un sérieux coup. Peut être que cette énième caserne m'apportera du nouveau. Je ne demande qu'un signe de vie d'un membre de notre grande famille que sont les pompiers. Peut être ... que si j'y trouve un peu de matériel ça me remontera le moral. Mais je n'ai pas envie de me faire d'illusions.Avant de partir, je consulte une dernière fois le plan de la ville m'assurant de retenir le chemin que je dois prendre pour ne pas perdre de temps à revérifier une fois dehors. Je prend ma hache et m'approche des portes de Fort Hope tranquillement. Nul besoin de me justifier, tout le monde sait que je suis autorisé à sortir tranquillement en solo pour mes expéditions "caserne".

Une fois à l'extérieur de la barricade, je prend le temps d'inspirer un grand coup. Je me remet seulement de ma blessure au bras, je vais devoir faire attention. Je suis d'humeur sombre aujourd'hui, ce n'est pas dans mes habitudes et je n'aime pas ça. Mais d'un côté, je tomberais sans doutes sur des rôdeurs. D'ailleurs il y en a un à même pas vingts mètres de la porte, celui ci n'a pas encore été tué par les gardiens de mon groupe. Je vais me faire plaisir de le faire à leur place !
Comme à mon habitude j'effectue mon gimmick, celui qui m'avait valu un début de relation fusionnelle avec Lïnko, un viking particulièrement bourrin à qui il arrivait de faire le même genre de chose farfelue. D'un grand coup de hache, je décapite le rôdeur imprudent et envoit sa tête quelques mètre plus loin, avant de m'en approcher et de planter le pic de ma hache dans son oeil. Ca y est, j'ai mon trophée de la journée, je peux y aller.

Je suis pensif, peut être trop, mais je prend finalement la route de mon objectif du jour, prenant le temps d'éviter d'être trop repérable... par un sniper par exemple.

_________________
☣ ME ☣:
 

Fire and gunpowder do not sleep together.

Alpha
♥ My Teams ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 252
Points : 517
Date d'inscription : 18/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Joey Desrosiers
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû - 23:41

Je n’accorde qu’un regard de plus aux trois rôdeurs fraîchement refroidis pour de bon, et je reprends ma route comme si de rien était. S’il avait fallu faire une prière à chaque macchabée tué, on en aurait jamais fini. Je reprends la route, alors que le crachin s’intensifie un peu, me faisant pester à voix basse. Vivement le retour des beaux jours. Quoiqu’il en soit, je continue de marcher, sans même savoir quel but je recherche exactement, à part celui de m’éloigner momentanément du labo, cela va sans dire. On verra bien où mes pas me conduisent. Et puis, ce ne serait pas la première nuit que je passe en dehors de l’enceinte protectrice de mon nouveau lieu de vie.

Pendant quelques instants, je dois lutter pour ne pas me diriger vers cette boutique de robe de mariées, où Isha et moi avons passé la nuit quelques jours plus tôt, juste après avoir échappé à ces tarés de cannibales. Je n’y trouverais sans doute rien de ce que j’aimerai, et ce n’est pas vraiment la porte à côté, alors autant éviter d’aller jusque là-bas pour rien. Toute occupée à ne pas penser à ce bâtiment aux briques rouges, je me rends compte un peu sur le tard que mes pieds me conduisent d’eux-mêmes vers une destination connue : la maison que Naya m’a léguée, celle dans laquelle j’ai vécu ces dix dernières années, et dans laquelle je n’ai jamais remis les pieds depuis le début de l’apocalypse. Je ne suis pas certaine d’avoir envie d’y retourner. Ou plutôt, d’être prête à le faire.

Trop de souvenirs sont rattachés à cet endroit, mais je n’ai pas vraiment envie d’y faire face. Peut-être qu’un jour j’y retournerai, je crois même qu’inconsciemment, ça a toujours fait partie de mes projets, mais je n’ai juste pas prévu de date pour l’instant. Je crois que ce jour-là, j’en profiterai aussi pour aller faire un tour dans mon ancienne caserne, qui ne se trouvait pas très loin de là où on habitait avec ma grand-mère. J’imagine que je me suis toujours dit que j’avais peur de ce sur quoi je pouvais risquer de tomber si je remettais les pieds là-bas, alors j’ai évité d’y aller pour cette raison. Il me faut moins de volonté que ce que je pensais pour changer de direction, à croire que toutes les fibres de mon corps étaient contre l’idée que je revois aujourd’hui ces deux endroits dans lequel j’ai passé des tas d’heures.

Je force donc mes pensées à se détourner du 1041, Lawndale Street, et je bifurque pour m’éloigner et me diriger vers une autre partie de Détroit, quand je me fige soudainement. Au détour d’une rue, je distingue une silhouette qui se détache de l’environnement, et semble se rapprocher peu à peu. Merde. Mon instinct reprend le dessus, je n’ai aucune idée de s’il m’a vu, ou non, mais je me plaque contre le premier véhicule qui se trouve sur mon chemin. Ce n’était pas prévu ça…Je me recroqueville autant que possible, et au bout de quelques secondes, je relève légèrement la tête pour observer l’avancée de l’inconnu à travers les vitres sales de la voiture. Il est sacrément massif, et pendant quelques instants, je me demande si je ne ferai pas mieux de me barrer en courant, tout simplement. Pourtant, un détail retient mon attention, sans que j’arrive à mettre mon doigt dessus, et m’empêche de bouger tout de suite, alors qu’il continue d’avancer vers moi. C’est ce moment que choisit un rôdeur pour faire son apparition, tandis qu’il se dirige droit dans ma direction, à grand renfort de râles et de grognements. Merde, il ne manquait plus que ça, il va tout faire foirer, et révéler ma position s’il continue d’avancer. Ce qu’il fait, bien sûr, sans doute alléché à la perspective de me croquer un bout. Le macchabée n’est plus qu’à quelques mètres, et je finis par me relever vivement, par armer mon bras, et lui planter ma hanche en plein crâne. Tant pis pour la discrétion, ça vaut toujours mieux que de se faire bouffer toute crue.

_________________
Heart sees what's invisible to the eye
She doesn't say "I love you" like a normal person. Instead, she'll laugh, shake her head, give you a little smile, and say, "you're an idiot." If she tells you you're an idiot, you're a lucky man. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 61
Points : 101
Date d'inscription : 04/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Neo Wolf
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 14 Aoû - 18:14

Gauche, droite, tout droit, gauche, droite, gauche, tout droit, ...
Le chemin est clair dans ma tête et je n'ai plus qu'à regarder autour de moi, vérifiant parfois les noms des rues que je traverse pour être sûr de ne pas se tromper dans la direction. Non, tout est bon et tout se déroule comme prévu. Au détour d'une rue je reconnais l'endroit, celui de l'université à laquelle je suis allé. Pendant l'espace d'une seconde j'ai envie d'aller y faire un tour... mais ça ne ferait que me faire perdre du temps. Alors à quoi bon ?

Je continue mon chemin, pensant à mon passé. Dieu, que c'était la belle vie... je gérais des hommes merveilleux, prêts à tout pour les autres et pour leurs camarades. Posant la main sur mon Tshirt je me rappelle pourquoi je le porte encore malgré tout ce temps, je veux y croire. La pluie et le vent froid qui l'accompagne ne sont pas vraiment plaisante mais il faut continuer. Le seul problème c'est que si elle s'intensifie je n'y verrais plus rien et là ça commencera à être dangereux pour moi. Passant proche d'un magasin j'y entre le temps que cette pluie diminue un peu et pourquoi pas voir si elle a déjà été fouillée. Peut être que je pourrais y trouver quelque chose d'utile. Après plusieurs minutes je n'ai bien évidemment rien trouvé. La pluie s'est calmé, je peux reprendre ma route tranquillement.

Je continue mon chemin sans trop me poser de questions, oubliant que quelques jours à peine auparavant je venais de me faire tirer dessus. Il faudrait que je sois plus prudent... mais maintenant c'est à ma mère que je pense. Qu'est ce qu'il me prend pourquoi tout me revient si soudainement et surtout maintenant que j'ai besoin de toute ma concentration ?

C'est en voyant un zombie, qui d'ailleurs agit bien étrangement, un peu plus loin que ma concentration me revient immédiatement. Je ne dois pas oublier tous les dangers qu'il y autour de moi. Je pourrais l'éviter mais... j'en ai pas franchement envie. Un bon coup de hache ça devrait réussir à me calmer l'esprit et à continuer calmement. Je m'avance, et au détour d'une voiture dont il approchait, je vois une ombre sortir, plantant une hache similaire à la mienne dans son crâne putride. Bordel d'où il sort... d'où ELLE sort... Pas très grande, brune, assez mignonne et je dirais de beaux yeux mais déjà je suis encore trop loin pour bien les voir et en plus ce n'est certainement pas le moment de penser à ça. Je me prépare à lui foncer dessus pour la désarmer avant de savoir si elle est armée ou pas mais lorsque elle se retourne vers moi je me stoppe net, le regard bloqué sur son blouson, incapable de bouger.

Lentement je sens mes doigts s'écarter et ma hache glisser de ma main. Ca y est, je suis à sa merci, immobile, conscient mais immobile. Je suis tétanisé par ce que je vois. J'avais faux... depuis le début j'vais faux.... et puis non peut être qu'elle a volé ce blouson. Je ne réfléchis plus, la parano me remonte à la tête et cette simple idée suffit à me redonner ma combativité. Je ramasse ma hache et me dirige vers elle manquant légèrement d'assurance et espérant ne pas me tromper. Je tente d'entamer le dialogue mais la surprise fait paraître mes mots bien plus violents que je ne le souhaitais
"Pourquoi tu te cachais !? Et où t'as eu cette veste !?"

_________________
☣ ME ☣:
 

Fire and gunpowder do not sleep together.

Alpha
♥ My Teams ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 252
Points : 517
Date d'inscription : 18/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Joey Desrosiers
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 15 Aoû - 21:54

Et merde. Au diable la discrétion, mieux vaut se dévoiler que d’attendre que ce cadavre pourri finisse par me tomber dessus. Je me relève vivement, et lui plante ma hache dans le crâne, avant de la retirer, tandis que le corps mou tombe au sol, immobile. Un problème de moins…mais il reste toujours celui du type que j’ai aperçu tout à l’heure, et qui ne doit plus se trouver très loin. Je me retourne, et il est là, à quelques pas, et je me demande s’il n’était pas sur le point de me sauter dessus, ou quelque chose d’aussi bête.

Par réflexe, je fais quelques pas en arrière pour rétablir une espèce de distance de sécurité entre nous, alors qu’il me fixe d’un drôle d’air, comme s’il voyait un fantôme, ou une connerie comme ça. Sa hache, jumelle de la mienne, vient s’écraser au sol, tandis qu’il ne me quitte pas des yeux, au point que ça me fasse légèrement flippé. Quoi, il n’a pas vu de survivant depuis une éternité, il s’imaginait qu’il était le dernier homme sur terre, et je viens de le rassurer ? Je quitte ses yeux un instant, mon regard découvre sa tenue, et je sens mon cœur manquer un battement dans ma poitrine. Un pompier. Ou au moins, une tenue de pompier sur un type qui ne me lâche pas des yeux. Mes yeux noisette remontent vers les siens, alors que je ne peux cacher mon air incrédule. Il faut dire que je ne m’attendais pas vraiment à faire ce genre de rencontre en quittant le labo.

D’un œil méfiant, je l’observe ramasser sa hache, et s’avancer vers moi, alors que je recule une nouvelle fois. Non pas que je n’ai pas confiance en un total inconnu armé d’une hache, mais je ne suis pas totalement téméraire pour autant. Il prend finalement la parole, et mes sourcils se froncent brusquement face au ton employé, alors qu’il me demande pourquoi j’étais cachée. « -J’en sais rien, peut-être que c’est parce que t’es deux fois plus volumineux que moi. » Je lui réponds d’un ton égal au sien, un peu sarcastique, en le toisant d’un regard presque blasé. Comme entrée en matière, j’imagine qu’on a déjà fait mieux. « -Et pour ma veste…qu’est-ce que ça peut te faire, exactement ? Elle est pas à ta taille de toutes façons. » Ouais, j’imagine que s’il avait commencé par un « salut, ça va ? » cette amorce de conversation aurait pu prendre une tournure différente. Je me doute bien de l’effet que je dois lui faire en ce moment, celui d’une petite conne hautaine qui ne cherche même pas à cacher l’exaspération qu’elle ressent à cet instant précis.

Je vois ses yeux fixer une nouvelle fois ma veste, et je me rends bien compte que ma réponse ne lui a pas vraiment plu, ou qu’elle ne semble pas répondre aux questions qu’il a l’air de se poser. Je le fixe quelques longues secondes de plus, avant de pousser un long soupir. « -Je l’ai pas volé sur un cadavre, si c’est ce que tu te demandes. Caserne 33, Détroit. » Je lui balance ça comme ça, avant d’hausser une épaule d’un air nonchalant. Si c’est effectivement un pompier, ce serait peut-être con de se mettre à dos le dernier mec du coin qui faisait le même boulot que moi.

_________________
Heart sees what's invisible to the eye
She doesn't say "I love you" like a normal person. Instead, she'll laugh, shake her head, give you a little smile, and say, "you're an idiot." If she tells you you're an idiot, you're a lucky man. ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Family First : II
» You're bringing new life to your family tree now ◮ Alistair & Andy
» Montage débile : Family Sim Bower
» Family is all. {Mael - Liora}
» (#15) in time of test, family is best. (cora)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum