Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Newsletter #22 : Décembre 2017
En ce moment Guardians, la fin de l'aventure (Lire)

Recherche de RP Noah Richardson cherche des RPs !
RP(s) libre(s) Pas en ce moment

Portez fièrement vos couleurs en combattant les autres joueurs dans la Coupe des groupes et prouvez à tous que votre équipe est la meilleure !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
Pas d'event en cours actuellement

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: N.I.H Virology Center of Detroit :: Etages

 I have to go.

Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 562
Points : 871
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: I have to go.   Mer 9 Aoû - 7:48


Ft. Jonasson family


Nous venions de finir manger, dans le plus grand des silences, Clarice et moi. Ce que j’avais à lui dire ne lui plairai sans doute pas, mais je devais le faire. L’avertir que nous allions devoir se séparer encore un peu. Je n’avais cessé mes expéditions depuis son arrivée au laboratoire. C’en était même devenu mon rôle principal. Motivé par deux choses : améliorer la qualité de vie au sein du laboratoire, et retrouve Ryan, mon frère. Ma némésis. Après un rapide nettoyage de nos couverts, je me dirige de nouveau vers Clarice et lui tends la main pour qu’elle se lève de sa place et m’accompagne jusque dans notre chambre. Je nous dirige vers le couloir. Toujours aussi silencieusement, nous le traversons. Je fixe droit devant nous, quoiqu’un regard furtif de ma part, se jette régulièrement sur son visage. J’aimerai qu’elle retrouve la voix encore une fois, pour me dire quelles sont ces pensées. Cette situation me rompt le cœur de nouveau. La dernière fois que c’est arrivé, j’ai cru qu’elle ne m’aimait pas. Maintenant, je sais ce que ça cache. Un traumatisme enfouis qu’elle n’arrive à extérioriser. Sa mère me l’a appris.

Pourtant, au début de cette épidémie, j’ai réussi à la faire parler. Ou était-ce la mort de sa mère qui l’y avait motivé ? On arrive devant la porte de ma chambre, et je l’ouvre, laissant entrer ma petite princesse pour la suivre. Je retire mon sweat pour me retrouver en t-shirt. Simba, qui jusqu’ici était dans la poche de ma veste, s’en était extirpé pour aller se percher sur le rebord de la fenêtre et s’y mettre en boule. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne s’endorme. Nous allions l’imiter, après une petite discussion… Ou plutôt un monologue pour essayer de lui faire comprendre que je dois de nouveau sortir. Mais pourquoi ? Etait-ce réellement pour la communauté ? Ou pour ma quête vengeresse ?

Je m’installe sur le lit que j’ai toujours eu depuis mon arrivée au labo. Enfin, en dehors du brancard qui me servait de lit d’hôpital. J’avais fait venir un autre lit une personne pour Clarice, mais à chaque fois que je l’installais dans ce dernier, je me retrouvais avec elle dans mes bras le lendemain matin. J’avais fini par accepter la situation. Elle avait besoin de moi. Tout autant que j’avais besoin d’elle. Elle avait donc pris l’habitude de me dormir directement avec moi.

Une fois qu’elle est à mes côtés, je la prends dans mes bras et dépose un baiser sur sa joue, avant de me reculer un peu pour l’observer. « J’ai un truc à te dire qui ne va sûrement pas te plaire, Clarice. Demain, je vais encore sortir. Je dois faire une mission de ravitaillement. » Je grimace en voyant sa mine déconfite. « J’aimerai tellement que tu puisse reparler un jour pour avoir ton avis… »

_________________




Black list:
 


†:
 

Administrateur
Clarice JonassonAdministrateur
avatar
Messages : 70
Points : 570
Date d'inscription : 13/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Sam 12 Aoû - 4:41
Manger c’était bien, tonton et moi on se plaisait bien à le faire en tête à tête sans trop se stresser et il ne cherchait pas non plus à forcer une discussion, je n’avais donc pas besoin de sortir mes petits papiers, pas de stylo, rien. Juste profiter de mon oncle et du silence complet. Il avait fait la vaisselle rapidement et j’avais tenté de l’aider avec le sourire, il était là, j’étais rassurée, j’étais heureuse même. C’était tout ce qui m’importait. Je l’avais suivit ensuite jusqu’à la chambre. En vrai, je le suivais presque toujours à la trace, sauf quand j’avais école, mais avec de la chance, l’école c’était relativement court ici, alors il ne pouvait pas se sauver bien loin et s’il le faisait, je me sauvais aussi. Oh, il n’aimait pas l’idée, mais je m’en fichais, il n’avait qu’à pas sortir sans moi ! On était une famille, on devait rester ensemble.

Je regardais mon oncle déranger Simba et je l’avais suivit du regard, m’approchant un peu pour le regarder. J’adorais la petite boule de poil, elle était mignonne, elle n’était pas dérangeante en prime. J’aurais bien voulu la cajoler, mais elle allait surement devoir dormir un jour, nous aussi il le faudrait bien quand on y pense. J’avais un lit aussi, il ne servait pas réellement, mais il était là, c’était mieux que rien. Je préférais de loin le lit d’Abel, c’était tellement moins risqué. Personne ne pouvait m’atteindre là, les monstres étaient obligés de rester très très loin. Je m’étais assise avec lui, l’observant dans le plus grand des silences, comme toujours. Ça faisait des moins que je l’avais retrouvé et j’étais toujours aussi silencieuse. Je savais parler, je le pouvais, mais je n’y arrivais pas. Il m’avait attiré contre lui et je ne pouvais que sourire. C’était bien comme ça, les bisous aussi c’était bien. J’adorais que notre petit monde se résume à ça, nous trois, moi, Abel et Simba.

J’avais penché la tête légèrement, l’écoutant me parler. Quelque chose qui n’allait pas me plaire ? J’avais directement froncé les sourcils à l’entendre, il avait donc surement raison. Mon expression c’était automatiquement mué en désapprobation totale quand il m’annonça avoir une mission de ravitaillement le lendemain. Hm, laissez-moi réfléchir… non. Non je veux pas, il sortait toujours, il pouvait bien rester un peu. Il voulait mon avis ? Pourquoi l’avoir avec des mots ? Mon visage lui disait bien, mon visage il lui criait que non, je ne voulais pas qu’il sorte. Mes yeux s’embuèrent rapidement, s’il lui fallait des mots pour rester, j’en connaissais plein hein ! Je n’arrivais pas à les dire, mais je les connaissais. Alors, j’avais pris mon courage à quatre mains, les deux miennes et les deux siennes et peut-être même un peu des pieds pour souffler un simple : « Non » totalement inaudible, mais c’était un mot ! C’était réellement un mot ! Oui oui, un vrai mot. Non, je ne voulais pas qu’il sorte et de ce fait, j’avais fini par me jeter à son cou pour le tenir très fort, être certaine qu’il ne se sauve pas.

Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 562
Points : 871
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Lun 14 Aoû - 15:44
Au vu de la tête de Clarice, elle n’avait pas l’air d’accord du tout avec cette mission. Je grimaçais, continuant d’exposer mon plan, et surtout mon envie de l’entendre de nouveau parler. Je compris que ce n’était pas encore pour aujourd’hui et détourne mon regard, la voyant chercher je ne sais quoi. Mais d’un souffle à peine audible, sa voix se fit entendre, clamant un nom. Mes yeux la fixent de nouveau, un air de surprise et de fierté sur le visage. J’aurai préféré qu’elle accepte la situation, je devais assumer mon rôle. Mais la joie était bel et bien là. Elle m’attrape par le cou. Je ne peux effacer mon expression. Me voici mué à sa place, l’entourant de mes bras. Je me rendais compte que je devais l’encourager dans cette voie. Je puise les mots au fond de mon âme. « Il le faudra tôt ou tard, Clarice. Je… Je peux repousser ma mission mais, je vais devoir assumer ma nouvelle fonction. Je veux que ce laboratoire nous protège encore un long moment… » Je me reculais pour la regarder droit dans les yeux, caressant sa joue de mon pouce.

Elle était tout ce qu’il me restait en ce monde. Elle et Samara. Mais Samara était assez grande pour concevoir qu’on ne fait pas toujours ce qu’il nous plaît. Clarice avait besoin d’être rassurée et réconfortée. « J’ai toutes les raisons du monde de revenir en un seul morceau. Et puis je sais me débrouiller dehors, tu sais ? Il ne m’arrivera rien, je te le promets ! » J’étais on ne peut plus sérieux. Comme si je prêtais un serment, m’assurant une mort instantanée si je le rompais.

Je me redresse sur le lit pour m’appuyer contre le mur à sa tête, et me retrouver assis. Je prends ce recul pour mieux l’admirer. « Où est passé ce nourrisson que je portais à la maternité quand tu es née ? Tu sais que ton accouchement n’a pas été une partie de plaisir hein ! Ta mère m’a écrasé la main quand les sages-femmes lui demandaient de pousser. Elle hurlait… Puis quand tu es sortie, j’ai été le premier à te tenir. Il fallait bien le faire. Ta mère était trop dans les vappes. Tu étais déjà une battante. Tu aurais dû voir la fougue que tu avais… Puis tu t’es mise à grandir si vite… En un rien de temps tu me courais après lorsque je partais de chez toi avec ma moto. J’étais obligé de te faire monter à l’avant, pour que tu sois calée entre le réservoir et moi. On roulait. Doucement bien sûr, mais on roulait. Tu n’avais pas peur, contrairement à la plupart des gamins. Tu riais en regardant ta mère, et en lui disant au revoir. » Je souris à repenser à ce souvenir. Peut-être qu’un rappel de ce qu’on a vécu va l’aider à recoller les morceaux. Tout n’était pas si sombre que ça, même avant.

_________________




Black list:
 


†:
 

Administrateur
Clarice JonassonAdministrateur
avatar
Messages : 70
Points : 570
Date d'inscription : 13/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Lun 4 Sep - 3:56
Je ne voulais pas qu’il parte, pas sans moi. S’il voulait sortir, qu’il m’amène et puis voilà. On resterait ensemble Si papa arrivait… revenait… nous hantait, on serait ensemble. Je ne voulais que ça et même ça, c’était trop demander. Je ne voulais pas qu’il parte seul, voilà. J’avais au moins réussi à susciter son attention, tout en me blottissant contre lui. Je n’avais pas entendu le son de ma propre voix depuis tellement longtemps que ça me semblait irréel. Aussi bien arrêter et l’écouter un peu. Remettre à plus tard ? J’avais hoché la tête dans son cou pour accepter d’emblée l’idée. Ça c’était mon genre de compromis, remettre à plus tard pour toujours. Sauf qu’il semblait sérieux quand il parlait de sa nouvelle fonction, j’aurais voulu lui dire de m’amener, de lui expliquer, mais aucun mot au monde n’était assez court pour arriver à lui expliquer dans mes mots. J’aurais besoin de lui écrire, mais j’étais trop occupé à me pendre à son cou, tout en le laissant en rajouter. Il promettait de revenir en un seul morceau, mais je n’avais pas assez confiance en la vie pour ça. Il savait se débrouiller, oui, mais la vie était plus méchante que ses talents. La preuve, mon paternel existait. Il savait se débrouiller et je voulais clore le débat, il ne partirait pas. Alors…

-Non.

Voilà, c’était dit. Il allait rester pour toujours et ne pas mourir encore. Je ne voulais pas qu’il meurt encore, je voulais qu’il reste avec moi. Il avait bougé, mais pas pour me décrocher ni même pour m’éloigner. Juste assez pour me regarder et je le regardais. Je soutenais son regard, les sourcils froncés, je ne le laisserais pas gagner. Il allait rester avec moi. Sauf qu’il continuait de parler et je n’aimais pas ce qu’il disait. J’étais grande maintenant, je n’étais plus un bébé, mais il me racontait quand je l’étais, il me racontait ma mère et je me souvenais de ses moments, le sourire de ma mère et la crainte dans ses yeux, parce que c’était dangereux la moto. Parce que je n’avais pas encore de casque à moi à l’époque et ni les sangles. Bebel avait fini par m’en acheter, parce que je voulais encore et toujours faire de la moto, j’avais envie d’aller vite, la moto donnait toujours l’impression de voler et j’adorais cela. Sauf qu’il me parlait de ma maman et elle me manquait, elle me manquait tellement et je ne pouvais rien faire pour la revoir, plus jamais. Alors, mes yeux se remplir de larmes, encore, toujours et j’avais commencé à pleurer, parce que ma maman me manquait, parce qu’il voulait me quitter, parce que les monstres finiraient par me retrouver ou pire. La vie n’était pas gentille, il y aurait encore des épreuves, toujours. Alors, j’étais retournée dans ses bras, plongeant mon nez dans son cou, mes yeux cacher dans son pull. Ma mère me manquait, il me manquait quand il partait, comment j’étais censée réagir à tout ça ?
Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 562
Points : 871
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Ven 22 Sep - 22:09
Elle parvint à exclamer son mécontentement d’un « non » clair, net et précis. Je me rappelais de tant de chose que l’on avait vécu ensemble. Je voulais lui prouver par A + B qu’il était nécessaire pour nous de prendre des risques, qu’elle aussi avait su en prendre alors que sa mère était dans le même état qu’elle. Au lieu de ça, je lui ai inspiré la tristesse, en la renvoyant à l’image de sa mère. Je le compris bien assez vite, en voyant son regard se gonfler de larmes. Mon cœur ne fit qu’un bond. Je la serre contre moi. « T’as gagné. Je reste là pour aujourd’hui. Mais il faudra vraiment que je finisse par sortir tôt ou tard. Je te promets de m’accompagner des bonnes personnes pour le faire. » Assez parlé pour ma part. J’avais peur de trop insister auprès d’elle. Elle était patiente, mais à quel point ? Je l’avais déjà faite pleurer. Je la serre un peu plus contre moi, déposant de nouveau un baiser sur son front.

Je ne sais combien de temps a duré ce moment père-fille, mais suffisamment pour que le soleil progresse dans le ciel, et vienne heurter mon visage de ses rayons. J’avais oublié ce que ça faisait de rester au lit jusqu’à une heure aussi avancée. D’ordinaire je le fuyais autant que faire se peut. « Par contre, à un moment ou à un autre il faudra bien qu’on finisse par décoller du lit, ma puce. D’une parce qu’il ne va plus rien nous rester pour le petit-déjeuner. Et de deux, Simba va vouloir grignoter un truc lui aussi. Et ce serait dommage qu’il s’attaque à nous pour le faire… » Je lui offre un sourire en coin, tentant de la réconforter comme je le puisse de par ses paroles.

Et l’intéressé, ayant entendu son prénom, fit savoir qu’il l’avait reconnu, bondissant de son perchoir jusque sur le lit pour venir se placer sur l’épaule de Clarice, en nous fixant tour à tour. Je ne peux que lâcher un rire tant il tirait une tête à la fois drôle et mignonne. « Tu vois ? Il a l’air de vouloir commencer par toi ! » dis-je en blaguant. Je me recule pour prendre Simba dans mes mains. « Redresse-toi, Clarice, je vais te montrer un truc. » Je m’assure d’avoir son attention puis dépose l’écureuil sur la couette. Je lui lance un faux regard de défi et me met à dire de façon subite et assez fort « Pan ! » L’écureuil se laisse tomber sur le flanc, faisant le mort. Je ris de nouveau tout en gardant un œil sur Clarice. J’essayais de susciter en elle son si joli petit rire qui m’avait tellement manqué. Ce rire apte à me sortir de n’importe qu’elle enfer pour me catapulter directement au paradis.

_________________




Black list:
 


†:
 

Administrateur
Clarice JonassonAdministrateur
avatar
Messages : 70
Points : 570
Date d'inscription : 13/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Sam 7 Oct - 15:28
Non, non, non et non, je n’étais absolument pas d’accord et j’allais lui dire rho. Je ne voulais pas qu’il parte, il ne reviendrait pas. Il finirait par ne pas revenir et je ne voulais pas ça, je ne le supporterais pas une seconde fois. Alors, c’était non, voilà. Je n’en avais pas démordu jusqu’à gagner. J’avais hoché la tête à la négative pour la forme, murmurant encore un tout petit : « non » pour l’informer que je ne changerais pas d’avis, même si je savais qu’il avait raison. Je n’avais pas confiance, pas en la vie et pas vraiment aux gens du labo. Une mission de ravitaillement pouvait tellement tourner mal rapidement. Comment je pouvais dire oui à ça ? Oui tonton, va mourir, ça va. Non, je ne pouvais pas.

J’avais décidé de ne pas bouger, j’étais dans ses bras et tant qu’on ne bougeait pas, il ne changeait pas d’avis. Sauf que le temps passait et que je sentais les fourmis dans mes membres qui manquaient de mouvement. Pourtant, je restais, encore et toujours. Jusqu’à ce qu’il me parle de nouveau. J’avais levé les yeux vers lui. Petit-déjeuner était une bonne idée, c’est vrai. Simba qui meurt de faim, ça je pouvais m’arranger avec ce problème. Sauf que je n’arrivais toujours pas à sourire, je n’avais pas envie. Il voulait qu’on se lève pour partir. Il souriait lui, bah pas moi. Même quand Simba c’était approché, je tenais un excellent moyen de pression, aussi bien le garder, du moins, j’avais tenté. Parce que Simba était marrant à faire le mort et que tonton tentait réellement fort. Je retins alors très très fort mon sourire, il ne gagnerait pas comme ça.

Je m’étais déplacée un peu sur les genoux de Bebel, juste assez pour fouiller dans ma poche et en sortir une cacahuète et là, j’étais la plus meilleure Clarice du monde et Simba m’aimait très très fort. Oui, j’ai acheté l’amour de cette écureuil avec de la nourriture, j’assume. J’en sorti deux de plus et Simba courrait presque dans tous les sens. Je fis un sourire à mon tonton tout en retournant me blottir dans ses bras. Voilà, la menace Simba qui dévore le monde entier était terminé, maintenant on pouvait rester ensemble. Je m’étais placée en mode koala, comme ça, s’il comptait réellement aller manger, je n’aurais pas à bouger. C’était une technique comme une autre non ? De quoi que j’étais trop grande pour ce genre de caprices ? Non, non, je faisais le nécessaire pour sa survie. À la limite, le suivre partout était aussi une technique efficace, mais il faisait souvent la tête quand je tentais de le suivre dehors. Je suis certaine qu’il avait aussi peur que moi qu’on retombe sur papa et que ça se passe de la même façon. Plutôt mourir, mais bon.


Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 562
Points : 871
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Ven 20 Oct - 10:29
Je tente de distraire Clarice, à l’aide de Simba, mais en vain. Je ne parviens pas à lui arracher un seul sourire. Elle garde sa tête boudeuse. Je finis par arrêter, me replaçant sur le bord du lit, lâchant un soupire discret, plus pour moi-même que pour elle. Elle soudoie mon écureuil sous le nez et finit par en rire. Je la regarde légèrement déçu qu’elle ait réussit à l’acheter si facilement alors qu’il m’a fallu des mois pour dresser le rongeur. Elle se blottit de nouveau dans mes bras, s’agrippant de façon à ce que je sois obligé de la porter. En faisant une enfant dépendante ? L’était-elle devenue ? Je voulais qu’elle gagne en autonomie, plutôt que de la gâter. Serait-elle capable de se débrouiller si demain elle se retrouvait seule ? Sans nul doute. Mais elle ne me le prouvait que très rarement, se rendant complétement assisté par mes soins en ma présence. Comment pouvais-je m’assurer qu’elle était capable ? Comment pouvais-je me dire « Elle est prête à faire une sortie avec moi ! »

Mais comme d’habitude, je cédais, lui laissant une nouvelle journée avant d’essayer de repousser ses limites. Je la serre contre moi et me lève en la tenant. « Viens là, gros bébé. Tu as tout de même de la chance d’avoir un père comme moi… » Père ? Sérieusement ? m’étais-je désigné comme son père ? Je rougissais légèrement. Après ce qu’elle a vécu, elle n’a peut-être plus tellement envie d’avoir un père. Comment allait-elle le prendre ? Et me voici encore à penser à son bien-être avant le mien… Mais étais-je vraiment prêt pour ça ? Pour être père ? Je ne m’en suis jamais réellement soucié. C’est quelque chose d’inné en moi. Elle est là, et où qu’elle soit, je serai son protecteur. Mon seul plaisir est de la voir heureuse. Et si pour ça, je dois mourir, alors soit. Elle est ma fille à mes yeux depuis si longtemps. Je ne comprends même pas que je garde encore cette distance oncle-nièce entre nous. Notre relation a évolué depuis si longtemps. Bien avant l’apocalypse déjà.

Lors de sa naissance, l’homme qui était avec sa mère, ce n’était pas Ryan, mais moi. Je l’ai porté à la place de mon frère. J’ai obligé ce dernier à prendre son rôle en main, et ça a été un échec. Je suis devenu son point de repère. J’étais son père, même si je n’étais pas son géniteur, elle n’en restait pas moins ma fille.

On arrive dans la cuisine et je la dépose sur le plan de travail, le temps de nous faire chauffer des boissons. Un restant de café pour moi, et ce qui ressemble à un genre de chocolat chaud pour elle. Je me tourne vers elle, et croise mes bras sur mon buste. « Clarice, j’aimerai qu’on parle d’une chose. On en a jamais réellement parlé. Il faut dire qu’avant nous ne pouvions réellement le faire aussi… Je… Voilà, j’ai été pendant longtemps amoureux de ta maman, secrètement et je t’ai vu grandir. Bien plus que Ryan lui-même. Voudrais-tu… Veux-tu être ma fille ? » J’étais vraiment naze pour aborder ce genre de sujet. Ça devait se sentir par tant de maladresse.

_________________




Black list:
 


†:
 

Administrateur
Clarice JonassonAdministrateur
avatar
Messages : 70
Points : 570
Date d'inscription : 13/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Sam 4 Nov - 4:09
Bien sûr que j’allais garder une tête boudeuse, si je souriais, c’est qu’il aurait le droit de partir et je ne voulais pas ça. En fait, on aurait pu partir à deux, ça ne m’aurait pas dérangé, pas du tout même, mais que lui parte sans moi, non, plus jamais. Je n’allais pas prendre le risque de ne pas savoir où il se trouvait. J’étais retourné dans ses bras, j’aimais ce genre de petit moment juste à nous. J’arrivais presqu’à oublier la fin du monde et je ne pus que rigoler quand il m’avait traité de gros bébé et la suite me mit des brillants dans les yeux. Impossible que mon sourire ne me quitte à partir de ce moment, parce qu’il venait de dire qu’il était mon père. C’était une des choses que j’avais toujours voulu, que ce soit lui mon père. Je ne voulais pas qu’il soit mon oncle, je voulais qu’il soit mon père et s’il acceptait l’idée… rien ne l’empêcherait non ? J’avais hoché la tête pour signifier que j’étais d’accord avec lui, que j’étais chanceuse et je lui avais fait un câlin de plus.

On c’était ensuite déplacé vers la cuisine. Je commençais à connaitre l’endroit par cœur et à force de m’en sauver, j’en connaissais tous les recoins. J’avais toujours un peu peur que Charlie finisse par m’en vouloir, mais je n’avais toujours pas trouvé Abby, je ne pouvais donc pas arrêter, c’était logique pour moi, pourtant, j’avais fait le tour de tous les coins que je connaissais. Il ne restait pas grand-chose à faire autre qu’attendre, mais je détestais attendre. Une fois sur le plan de travail, dans la cuisine, je le regarde. Je fais balancer mes jambes doucement à le regarder faire. J’avais simplement caché mes mains sous mes cuisses, le regardant chercher quoi nous servir.

Une fois le chocolat chaud en main, je relève le regard vers lui, sentant qu’il comptait me parler. Je ne savais pas ce qu’il comptait me dire, mais quand ça commençait par « Clarice, il faut qu’on parle » ça n’avait généralement rien de joyeux. Il avait l’air tellement… mal à l’aise ? Pas à sa place ? Je n’en savais trop rien. Je n’aimais pas quand il parlait de ma maman, je n’arrivais jamais à ne pas être triste. Il allait me dire quoi ? Je l’ai aimé, maintenant c’est fini, j’en aime une autre. Surement, c’était ça que les gens faisaient en général, non ? Il passait à autre chose tellement rapidement. Et là, encore pire, il se comparait à mon père. Pouvoir l’effacer du monde, je l’aurais fait, sincèrement. Juste que je ne pouvais pas, il existait, quoiqu’il arrive. Sauf qu’Abel terminait son petit discours par une question. Une question franche, mais tellement surprenante. Si je voulais être sa fille ? Genre, pouvoir l’appeler papa ? Pouvoir me présenter comme ça fille ? Un peu comme une adoption ? On allait arrêter de me parler de ma famille et juste s’imaginer que mon père avait pris soin de moi toute ma vie ? J’aimais cette idée. Vraiment. Alors, je lui offris un sourire, un sourire sincère avant d’hocher la tête à l’affirmative. Je voulais qu’il soit mon père, vraiment.

-Papa ? j’aime bien.

Je l’avais murmuré, mais c’était une phrase, c’était important. Je recommençais à parler, mais quand on était seul lui et moi. Pas les autres, je ne voulais pas les autres. Je ne voulais pas me lier, je ne voulais pas voir d’autre personne mourir, mais au moins, j’avais un père et un vrai, un gentil. L’autre, il ne prenait pas soin de moi, alors il ne méritait pas le titre. J’avais finalement tiré un papier de ma poche, un crayon aussi pour simplement écrire dessus : « où sont les papiers d’adoption ? » parce que ça me faisait rire et que j’avais le droit bon.
Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 562
Points : 871
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Ven 10 Nov - 20:34
Clarice semblait enjouée à l’idée que je sois son père et qu’elle soit ma fille, ce qui me fit plaisir. Je n’étais pas habitué à poser ce genre de questions. Ça me mettait extrêmement mal à l’aise. Et vu la tête qu’elle avait tirée, elle redoutait elle-même la chute de mes propos. Pourtant, lorsqu’elle tombe, elle sourit, ce qui m’enleva un poids du cœur. Je respirais enfin, me laissant même aller à un sourire. « Alors soit, je suis ton père. » J’avais une folle envie d’imiter Dark Vador, mais je ne savais pas si elle avait eu le temps de voir les films. Et puis elle s’affairée déjà à écrire. Je me contentais de la regarder fièrement. Elle avait ouvert la bouche pour parler. Et j’avais entendu le son de sa voix. Ce genre d’instants étaient si rares que je ne comptais qu’à moitié dessus. Et pourtant, elle me l’offrait. Mais très vite, l’ascenseur émotionnel se met en place. Aller du malaise au rire en passant par la fierté… Elle me demandait par écrit où étaient les papiers d’adoptions. « Justement… Je crois que ces choses ne sont plus faites pour nous. Seul l’instinct compte et tu as toujours été une fille à mes yeux. Non, attends… Tu es ma fille ! Donc… Vas ranger ta chambre ! » blaguais-je d’un air faussement sévère.

J’avale mon café en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, et très vite je m’approche de la fenêtre pour l’entrecouvrir. Je m’allume une cigarette, m’efforçant de recracher la fumée vers l’extérieur pour ne pas empester la cuisine. Je la regarde, buvant son chocolat chaud. « Bon… Puisque tu as voulu me retenir de force, qu’as-tu prévue pour nous aujourd’hui ? Ce n’est pas que ça me fasse, mais rester à rien faire…Tu veux faire quoi, Gaston ? » ça aussi était rare. Et pourtant ça m’arrivait de la surnommer Gaston, tant elle cumulait les gaffes. Mais j’aimais la voir en faire. Elle se mettait bouder, les larmes aux yeux. Sa tête était trop mignonne. Et ça me permettait de la réconforter.

Mais intérieurement, je me demandais comment allait réagir Samara à l’idée de devenir belle-mère. Et encore plus comment allait se comporter Clarice à cette idée. C’était tellement étrange comme situation. Lorsque le monde tournait droit et que le destin des Hommes était de se marier, d’avoir deux enfants et demi, un chien, une maison et un drapeau des Etats-Unis d’Amérique flottant au-dessus de leur perron, je fuyais tout ça. Maintenant que le destin des Hommes est de simplement survivre au jour le jour, se trouver de quoi tenir jusqu’au lendemain, je m’engageais, et devenais père de mon plein gré. Faisais-je tout à l’envers ? Je continue de la fixer attendant sa réponse mais décide d’ajouter une condition. « Et si tu veux que ça soit recevable, ma fille, il va falloir me le dire. Et assez fort pour que je l’entende d’ici. » Mon regard s’était teinté d’une note de défi. Je la pensais capable de le faire, mais voulais la pousser dans ses retranchements. Ne pas l’y obliger, mais qu’elle essaye encore et encore et ce, jusqu’à ce qu’elle y arrive. C’était purement psychique ce mutisme. Elle pourrait le combattre avec de la volonté. De mon côté, j’en avais à revendre. Pourquoi l’en priver ?

_________________




Black list:
 


†:
 

Administrateur
Clarice JonassonAdministrateur
avatar
Messages : 70
Points : 570
Date d'inscription : 13/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Ven 17 Nov - 2:44
Qui ne le serait pas ? Il me proposait la seule chose que j’avais réellement envie. J’avais besoin d’avoir des parents, ma mère me manquait trop, mon père était un monstre, le vrai du moins. Et sans qu’il le sache, à chaque fois qu’il m’appelait « sa nièce » j’avais l’impression d’être mise de côté. C’était mon titre réelle, mais je n’avais pas envie d’être ça, j’avais envie d’être plus. La vie avait été franchement injuste, ma mère avait fait de mauvais choix et c’est moi qui payais les pots cassés et je n’appréciais pas.

J’avais donc sourie de plus belle quand il accepta finalement pour de bon. Voilà, nous avions signé un traité silencieux, il était maintenant mon papa. Il n’aurait qu’à en aviser quelques membres du groupe pour qu’il ne fasse pas une drôle de tête les premières fois et ensuite ça irait. J’avais blagué un peu, parlant de papier. S’il y avait bien une chose que je connaissais du haut de mes 12 ans, c’était l’adoption. Parce que j’avais passé ma vie à espérer sortir de chez moi et je n’y étais jamais réellement arrivé. Pas avant que la mort ne débarque en ville. J’avais froncé les sourcils à sa remarque, parce que… griffonnons la réponse « C’est la tienne aussi ! » Parce qu’on partageait, donc je n’allais pas tout ranger, non mais oh.

Je continuais de boire mon chocolat chaud pendant que papa se tuait à petit feu. Papa. Papa ? Ça faisait encore un peu bizarre, mais c’était top comme raccourci à écrire ! Il se demandait donc ce qu’on comptait faire et… aucune idée. Non mais sérieusement, il n’y avait rien de palpitant à faire au labo. Je n’avais jamais osé lui dire que pour moi Gaston c’était le mec pas sympa dans la Belle et la Bête, l’autre… c’est un personnage préhistorique, mais bon. Son surnom me faisait sourire. J’avais remonté mon carnet pour y écrire des idées, mais il me devança, mentionnant que je devais les dires. Hein ? Mais… mais non? Je fronçais déjà les sourcils, ce n’était pas du jeu. J’avais laissé descendre ma main qui tenait le crayon, pas très contente. Pourquoi il me forçait à le faire hein ?

-Sortir ?

Voilà, tant pis pour lui. Je proposerais d’aller mourir à deux à l’extérieur. Bon, ce n’était pas aussi définitif que ça, mais presque ! Je l’avais dit dans une toute petite voix, presqu’un simple souffle, mais il m’entendait, c’était ce qui comptait. Ensuite, je ne lui avais jamais interdit de partir, juste de ne pas partir sans moi. Voilà tout.
Creepy uncle
Abel JonassonCreepy uncle
avatar
Messages : 562
Points : 871
Date d'inscription : 20/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I have to go.   Jeu 7 Déc - 10:37
Ainsi ma fille était aussi aventureuse que moi, désirant sortir. C’était en tout cas ses mots. Ce qui bien sûr me valu un rire. « Oh mais si tu crois tirer ton épingles du jeu ainsi, tu te mets le doigt dans l’œil ma petite chérie. Si je n’ai pas le droit de sortir seul aujourd’hui, ça n’est pas pour te traîner à l’extérieur avec moi ! On va plutôt s’atteler à améliorer ta chambre. Tôt ou tard, il faudra bien que tu te décides à y dormir. Et si c’est parce que tu as peur du noir que tu t’y refuse, je peux te prêter Simba. Il est courageux. Il te défendra ! » Elle n’avait ni besoin de le dire ni de l’écrire pour que je connaisse son avis. Elle s’y opposerait encore une fois. Mais il fallait que je la prépare pour la venue de Samara. Après tout, nous n’allions pas faire chambre à part. Et Clarice était bien capable de dormir seul lorsque je sortais deux jours d’affilés. Mais je préférais ne pas trop la brusquer une nouvelle à la fois.
 
Mais avant que l’on eut le temps de continuer sur cette conversation promettant d’être houleuse, des bruits sourds parvinrent jusqu’à nos oreilles, en provenance du hall. Je m’approche de la fenêtre et peut voir une petite horde de morts s’agglutiner en bas. Eh merde. Ils ne sont pas nombreux mais suffisant pour briser l’une des vitres qu’ils martèlent, si je ne fais rien. « Attends-moi là, on reprendra cette discussion après. J’en ai pour deux minutes. »
 
Je sors de la cuisine et rejoins ma chambre où je prends possession de mes armes et de ma veste. Je parviens jusqu’au hall. J’en ouvre la porte, repoussant le premier mort d’un coup de pied. Je bondis à l’extérieur, en prenant soin de fermer la porte derrière moi d’un coup sec. Je redirige le combat dans la petite cour afin de ne pas encombrer l’entrée. Je dénombre mes ennemis d’un regard. Ils sont quatre. Rien d’insurmontable. D’un coup de hachette, je refroidis le premier cadavre, et frappe le genou du second qui s’effondre. Je donne un coup d’épaule au troisième et l’achève d’un coup de talon dans le crâne. Ma hache frappe de nouveau la tête du quatrième. J’essuie le tranchant de mon arme avant de la ranger, m’avançant tranquillement vers le mort que j’ai mis au sol. Il tente de ramper vers moi. Je m’agenouille en tirant mon couteau et l’enfonce dans l’arrière de sa tête d’un coup sec et doux à la fois. J’en oublies parfois qu’ils ont été humains dans une vie antérieur. Je me redresse et constate que mes fringues ont bien été salis. Sans compter l’état de la cour. On dirait que le programme vient d’être perturbé. Ce sera ménage et lessive. J’espère que ma fille ne m’en voudra pas trop.
 


_________________




Black list:
 


†:
 

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I have to go.   
 
I have to go.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération