Bring me to Life



InformationsContact
avatar
Messages : 431
Points : 293
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 10 Aoû - 22:54

Tout ce qui s’était passé était comme voilé par un épais brouillard dense, il n’y avait que quelques images, sans réelles logiques, et de la douleur. Quand elle avait compris qui elle avait en face d’elle, c’était déjà trop tard pour lui échapper. Il avait voulu la briser avec des mots, mais le vent peut hurler, la montagne ne ploie pas. Le caractère de Maddie ne donna aucune prise visible à cet homme pervers. Elle était certaine de l’amitié de Juliet et de Logan, même si elle se savait agaçante, on ne traversait pas autant d’années ensemble pour douter aux premiers mots d’un fou. Quand il avait compris qu’il ne saurait l’atteindre de cette façon, il avait meurtri son corps de la pire façon qui soit. Mais elle s’était quand même accrochée, quoiqu’on lui fasse subir, elle allait survivre.

Dès que le fou était parti, elle avait, désespérément et sans certitude d’être entendue, envoyé des Sos frénétiques en morse à Rajesh via le Talkie qu’elle avait réussi a cacher. Elle essayait de lui indiquer l’endroit où elle était comme elle pouvait.

L’horreur continua quand le fou revint avec Juliet, et pour la première fois depuis le début du cauchemar, il eut une vraie emprise sur la rouquine. De peur que Rajesh ne lui parle et trahisse leur seules chances de s'échapper, elle garda le doigt sur le bouton pendant toute l’altercation.

Elle ne pouvait que prier, qu’à chaque minute, des gens débarquent pour les secourent, mais rien ne se passa comme dans les séries télévisées. Personne ne vint arrêter le fou quand il attacha Juliet dans sa voiture et ordonna a Maddie de courir. Etait-elle seulement en état de réussir à aller chercher de l’aide ? La rouquine eut du mal à accepter de laisser Juliet seule aux mains de ce bourreau.

Mais les menaces de faire du mal à son amie et la découverte du talkie la raisonnèrent. Elle ne pouvait rien faire seule, il fallait aller chercher Logan. Lui saurait mettre ce sale type hors d’état de nuire et sauverait Juliet. Elle partit, presque nue et malgré ses blessures, en courant dans la végétation, aussi vite qu'elle le pouvait.

Elle y avait vraiment crut, elle avait vraiment imaginer être suffisamment loin pour pouvoir planifier un sauvetage rapidement avec les gens de Fort Hope. Pourtant, dès la première détonation, elle comprit qu’elle avait été naïve, une fois de plus, de croire en cet homme. La deuxième s’accompagna d’une abominable douleur dans le dos et elle se senti tomber au sol, ventre contre terre. Elle sentait le sang se rependre dans son dos. La souffrance la paraissait de toute part. Cette fois, ce n'était pas juste une petite éraflure, elle ne se relèverait pas, et intuitivement elle le savait, à défaut de l'accepter. Non elle ne pouvait pas partir comme ça, elle ne pouvait pas abandonner Juliet aux mains de ce fou! Pourtant la perte de sang lui voila les yeux et la fit sombrer dans les ténèbres.  

Peut-être réussit-elle a ramper pour se mettre à couvert sous un tronc, peut être entendait elle un mort grogner de ne pas savoir l’attraper dans sa cachette, peut-être y resta t’elle une minute ou des heures, voir des jours… ou peut-être était-elle juste restée là où elle était tombée. Elle ne saurait le dire. Ses seuls brides de pensées cohérentes allaient vers Juliet et cela ne lui permettait pas d’accepter avec sérénité d’aller rejoindre Eulalie et sa fille.

Dans ses délires fiévreux, elle crut voir son Rajesh, elle l’entendait lui parler, la toucher… elle essayait de lui dire pour Juliet. Parfois il était là avec elle souriant sur une de ces plages de rêve, d’autre fois ils étaient dans un vieux canapé moelleux à regarder un film de super héros, blottis l’un contre l’autre sur un épais plaid, et puis d’autre fois, il n’était plus là… elle était alors paniquée en ayant le sentiment qu’on la touchait, elle essayait de se défendre avant de retrouver cette odeur rassurante et cette voix tant aimée qui l’apaisait. Dans ses rares moments de lucidités, elle se souvenait, elle mourrait d’inquiétude pour Juliet et essayait de se lever pour la sauver avant de replonger dans les brumes de l’inconscience.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 518
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 13 Aoû - 22:35

Le pire était d'attendre. Rajesh était pourtant doté d'une patience impressionnante, la plupart de ses recherches demandaient parfois des semaines à attendre gentiment qu'un résultat ne se présente. Mais c'était différent, en ce moment. Même s'il était assis dans son labo et qu'il regardait désespérément une culture de ce qu'il appelait désormais un méningocoque Z, le résultat lui importait vraiment peu.

Ce qui inquiétait le chercheur se trouvait dans son dos, couché sur son petit lit de camp. Il faisait de son mieux pour ignorer le corps remuant faiblement dans les draps, mais c'était difficile. Tellement difficile qu'à peine quelques minutes après avoir pris place devant sa paillasse, convaincu que travailler un peu lui ferait le plus grand bien, Rajesh n'avait pu se retenir de bouger de nouveau. Il se releva assez précipitamment, trop peut-être, et attrapa la chaise qu'il venait de quitter pour la soulever et la poser près du lit. Il se réinstalla et posa une main sur le front fiévreux du patient, dégageant son front perlé de sueur de quelques mèches rousses qui collaient à sa peau. La fièvre semblait baisser peu à peu, mais la victime ne reprenait pas encore conscience. C'était frustrant et inquiétant et Rajesh regrettait de ne pas avoir suivi des études de médecine, des vraies. Parce qu'il ne pouvait rien faire, pas vraiment. Il pouvait suivre les signes d'une infection ou remarquer un truc qui pourrait clocher, mais de là à pouvoir changer vraiment quelque chose ? Il fallait seulement attendre. C'était ce que Diana avait dit. Elle était drôle, celle-là. Ça se voyait que ce n'était pas elle qui devait attendre en se rongeant les sangs.

Poussant un soupir désespéré, le scientifique se pencha un peu plus au-dessus de la jeune femme et observa son visage avec une attention particulière. Il n'arrivait pas à croire que cette femme là soit couchée dans son lit. Il peinait déjà à croire qu'elle s'intéresse à lui... Timidement, il prit la main de la jolie rousse dans la sienne et la pressa doucement. « Maddie ? Tu m'entends ? » Pas de réponse... Elle ne remuait même pas un peu. Il n'arriverait jamais à rester calme jusqu'à ce qu'elle se réveille... Il ne savait même pas quoi faire pour la ramener. Il avait besoin de se calmer lui-même, déjà, il fallait qu'il fasse quelque chose, qu'il... « Ça fait drôle quand tu ne parles pas, tu sais ? En plus, ça me laisse toutes les occasions que je veux pour raconter mes bêtises, tu ne devrais pas prendre ce risque... Qui sait, je pourrais me mettre à te parler de... de... De Batman, tiens. Tu détesterais ça, pas vrai ? »

Il posa son regard sur la jeune femme, mais aucune grimace nauséeuse ne déforma ses traits creusés de douleur. « Bon eh bien, si tu ne dis rien, je vais prendre ça pour une invitation. Alors... Tiens, tu savais qu'il existe une unité de mesure appelée le batman ? La plus vieille mention qu'on a trouvé de cette unité de mesure, c'était en 1599 dans des archives trouvées à Babylon. Ça équivaut à 7,484 kilogrammes... Maintenant, ça n'existe plus vraiment, mais c'est drôle, tu ne trouves pas ? » Elle ne semblait pas amusée du tout et il devenait de plus en plus désespéré. « Réveille-toi, Maddie, s'il te plaît... Si tu meurs, je... Enfin, j'imagine que je l'aurais bien mérité après tout le mal que j'ai fait, mais je ne m'en remettrais jamais. »

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 431
Points : 293
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 18 Aoû - 9:03

Maddie avait du mal à émerger du brouillard fiévreux dans lequel la douleur et le traumatisme l’avaient plongée. Il s’agissait peut-être aussi d’un refuge, une sorte de bulle où elle n’avait pas a affronter la réalité. Elle se serait certainement laissée couler loin de la souffrance sans le sentiment que son amie était en danger et la voix apaisante de Rajesh. Elle aimait l’écouter parler de tout et de rien, de ces sujets qui auraient pu avoir l’air si anodins mais qui, finalement, prenaient des allures de vestiges d’un savoir rare et précieux quand il les abordait avec cette minutie et cette précision qui n’appartenait qu’à lui.

Qui encore dans ce bas monde pouvait se souvenir de ces petits morceaux de cultures qui auraient été perdus sans lui ? Rajesh était miraculeux à déterrer ces fragments de mémoire que Maddie pouvait écouter pendant des heures, bercée par les douces paroles de son scientifique. Il était son refuge. Mais elle sentait aussi la tension et l’inquiétude qui le mêlait à sa voix douce et patiente. Ce n’était pas comme dans le talkie, il y avait quelque chose de plus triste et de plus tendue dans son ton qu’elle n’aimait pas. Intuitivement elle savait, mais une partie d’elle refusait de comprendre.

Pouratnt il fallait qu’elle revienne, elle ne savait, elle ne pouvait pas les abandonner, quoiqu’il lui en coute. Elle essaya de se concentrer sur ses mots. Batman… oui ca c’était quelque chose qu’elle comprenait. Elle avait assez arpenté les allées de la comic con avec juste des petites feuilles collées sur le corps pour bien maitrisé le sujet du super héros sans réel autre pouvoir que sa détermination, et la fortune parentale. Elle ne savait pas que c’était une unité de mesure. Y avait il un lien ? Non certainement pas, l’un évoquait des chauvesouris alors qu’elle doutait que chauvesouris se prononce comme en anglais chez les babyloniens. Oui elle trouvait ça amusant.

Elle l’entendit lui demander de ne pas mourir. Au lieu de paniquer en se disant qu’elle devait aller sacrement mal ou s’interroger sur le mal dont parlait Rajesh, elle ne retint que le fait qu’il s’inquiétait pour elle. Maddie ne changerait jamais, quoique Joshua pensait avoir brisé en elle, elle était forte et resterait fidèle a elle-même, quelques soient ses blessures.

Elle serra la main de Rajesh et essya d’ouvrir les yeux pour voir son beau visage. Il était là, il avait l’air pale et inquiet. Elle n’aimait pas ça. Elle essaya de lui sourire pour le rassurer, mais elle avait du mal tellement elle se sentait faible. Elle ne savait pas où elle était, mais elle s’en fichait.

« Tu es vraiment là ? Tu… tu es venue me sauver ? »


Elle avait la gorge affreusement sèche. Mais elle n’en avait rien à faire. Elle se contentait de le regardait avec adoration et imaginait bien son Batman de laboratoire avoir voler à son secours. Finalement, il avait entendu son message, et il était venu.  

« Juliet ? »

Elle essaya faiblement de se redresser sur l’étrange couche ou elle était en se tenant à lui comme si sa vie en dépendait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 518
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mer 23 Aoû - 12:51

Doucement d'abord, le scientifique sentit la pression autour de ses doigts. Son visage penché dans un air contrit se releva soudainement pour se poser sur le visage de la rouquine qui commençait à s'activer faiblement. Son cœur commençait à battre à pleine vitesse face à cette petite lueur d'espoir et ce fut pire encore quand il parvint enfin à voir ses pupilles lorsque ses yeux s'ouvrir. Le chercheur se redressa si rapidement qu'on l'aurait cru traversé d'un choc électrique. « Maddie ! » Un grand sourire illumina son visage. Elle se réveillait, enfin ! Enfin ! Il se demanda fugacement comment il pouvait avoir tant de chance, comment son karma pouvait être aussi bon après tout le mal qu'il avait fait dans ce monde. Mais cette pensée ne résista pas aux premiers mots lancés timidement par la jeune femme.

Son sourire s'agrandit encore, si seulement c'était possible. « On ne peut pas vraiment dire que je t'ai sauvé. » avoua-t-il d'une voix douce. Il n'avait pas fait grand chose, si ce n'était accourir jusqu'à Cale pour le supplier de l'aider. Le chef du groupe avait accepté de l'accompagner sur les lieux, mais ils n'avaient trouvé que Maddie, seule et inconsciente sur le sol au pied d'un arbre. Pas vraiment une mission de sauvetage dangereuse. Et pour le reste, sans l'intervention de Diana, la jeune femme ne s'en serait probablement pas sortie. Lui n'avait rien fait, rien de plus que de capter un message radio et demandé de l'aide aux bonnes personnes. On ne pouvait pas appeler ça un sauvetage, ça n'avait rien d'héroïque non plus.

Il l'aida à se redresser tranquillement, l'enveloppant de ses bras pour la soutenir, mais son sourire se fana bien rapidement quand elle reprit la parole. Un simple mot. Un seul nom. Rajesh ne connaissait pas Juliet, pas personnellement, mais il savait qui elle était et l'importance qu'elle avait. Il baissa les yeux de nouveau, ne sachant pas vraiment quoi répondre à cela. Sa meilleure amie n'était pas ici et il n'avait pas la moindre idée d'où elle pouvait se trouver. « Elle...Tu étais seule quand on t'a trouvée. Je ne sais pas où est Juliet. » avoua-t-il à voix basse. Il sentait la pression enserrer son cœur, à cause de la peur. Il ne voulait pas lui faire de mal, loin de là, mais il ne pourrait pas l'aider là non plus. « Est-ce que tu peux me dire ce qu'il s'est passé ? » demanda-t-il doucement. Il avait capté quelques morceaux d'une conversation violente et surréaliste dans le talkie, mais beaucoup trop de détails lui échappaient encore. Il fallait qu'il sache. Pour se rassurer, principalement, mais peut-être aussi pour essayer de l'aider. S'il savait où chercher, peut-être qu'ils pourraient retrouver Juliet. S'il savait à quoi s'attendre, il pourrait demander de l'aide à Cale, une fois de plus.

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 431
Points : 293
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 25 Aoû - 9:41

Le visage de Rajesh, son sourire, ses bras, sa chaleur, sa voix, son odeur, toutes ces petites choses qui faisaient que c’était lui, qu’il était vraiment là, étaient comme un baume sur toutes les horreurs qu’avait vécues Maddie. Elle arriva à lui sourire quand il joua le héros humble. Batman aurait certainement dit la même chose après avoir sauvé tout Gotham City. Cet homme était vraiment le plus merveilleux qui soit. Sans lui elle serait certainement morte.

Hélas, la réalité revient très vite fracturer cette petite bulle cotonneuse et douçâtre de repos. Dès qu’il la toucha elle se raidit. Elle dût prendre sur elle pour se rassurer et se laisser aller contre lui. Elle savait qu’elle était forte, plus que cela, qu’elle saurait se dire qu’être vivante était le plus important. Mais dès qu’elle vu le sourire de l’homme qu’elle aimait disparaitre de son doux visage, elle devina que le cauchemar était loin d’être fini. En quelques mots Rajesh confirma ses pires craintes. Juliet avait été emmenée par ce fou et il n’avait pas pu la sauver. Des larmes vinrent immédiatement s’accumuler dans les yeux de Maddie, menaçant de perler, à tout moment, sur ces joues. Depuis combien de temps était-elle là ? Juliet était-elle … morte… agonisante dans un fossé… torturée en ce moment même par ce montre ? Par, le père d’Isha ? Elle eut un frisson rien que de penser aux atrocités sordides commises par cet homme sans qui avait l’air de trouver tout cela banal.

Un vent de panique menaça de souffler sur la solide rouquine. Elle avait soif, elle avait faim, elle rêvait d’une douche pour se laver, de pouvoir se reposer contre son sauveur et qu’il lui fasse oublier toutes les horreurs qu’elle avait vécues. Sauf que ce n’était pas possible. Quand Rajesh lui demanda doucement ce qui s’était passé, elle se contenta de le regarder avec douleur. Elle ne savait même pas s’il voudrait encore d’elle en sachant ce que cet homme lui avait fait subir. Elle attrapa sa main comme si elle risquait de tomber et la serra en espérant qu’il ne soit pas trop tard.

« Rajesh… il faut prévenir Logan, il y a un homme de notre groupe, Jo… Jo Cornwell a priori, il a enlevé Juliet pour tendre un piège a Logan. Il... il.. il... c'est un monstre, il m’a laissé pour morte mais elle était dans sa voiture quand il m’a tiré dessus… cela fait combien de temps ? Je.. je dois … »

Elle essaya de se relever mais la douleur l’en empêcha et elle ne put que se rattraper à son beau scientifique. Pour la première fois de sa vie, cette amoureuse des lettres regretta de ne pas avoir son GSM sur elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 518
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 27 Aoû - 14:13

Entre inquiétude et timidité naturelle, Rajesh n'avait pas l'impression de bien s'en sortir comme garde-malade. Maddie semblait à l'ouest et qui aurait pu le lui reprocher ? Mais en dehors de la veiller scrupuleusement pendant des jours, le chercheur n'avait pas fait grand chose et il ne s'était surtout pas penché sur ce qui était arrivé ce soir-là. Il n'avait donc aucune idée d'où était Juliet, à vrai dire il ne savait même pas que la jeune femme était sur place... Il n'avait aucune parole réconfortante à offrir à la rouquine, seulement des sourires piteux et une main compatissante pour serrer la sienne.

Il essaya bien d'en savoir plus, mais la réponse de Maddie était plutôt à côté de la plaque. Il réalisa en fait que la jeune femme ne savait même pas depuis combien de temps elle était couchée dans ce lit. Cette idée l'inquiéta d'autant plus, la pression de devoir tout lui annoncer le mettait mal à l'aise. Il ferma les yeux une seconde, le temps d'inspirer profondément et de se détendre un peu. Il fallait qu'il soit fort et calme pour aider Maddie, c'était son moment de panique à elle, pas le sien. « Maddie, calme-toi, tout va bien. Ça fait une semaine que tu es là. Cale a contacté Logan dès le lendemain de ton arrivée pour lui dire que tu étais ici, il est déjà au courant et j'imagine qu'ils doivent s'être reparlés depuis... Je ne me suis pas vraiment penché sur la question, excuse-moi. J'étais tellement inquiet pour toi, je... »

Gêné, le chercheur baissa les yeux une seconde, pressant distraitement la main de la jeune femme dans la sienne. Il se força cependant à l'affronter de nouveau assez rapidement. « Tu dois seulement te reposer, d'accord ? C'est le plus important. Et si tu veux, j'irais voir Cale tout à l'heure pour lui demander d'appeler Logan pour que tu puisses avoir des nouvelles de Juliet. Peut-être même qu'ils pourront te rendre visite ou venir te chercher si tu es en état de te déplacer. » Il tenta un sourire réconfortant, aussi joyeux que possible, pour bien lui faire comprendre que tout irait bien désormais. Il fallait seulement qu'elle soit patiente et sa vie reprendrait son cours. Enfin... « Mais tu ne m'as pas dit ce qu'il s'est passé. Pourquoi cet homme s'en est-il pris à vous ? Tu étais très amochée quand on t'a ramené... Ça a du être... » Il ne termina pas sa phrase, laissant mourir les trop nombreuses possibilités sur ce qui était arrivé et sur l'horreur que ça avait du être. Diana avait conservé beaucoup de secrets sur l'état de Maddie, jugeant que Rajesh n'avait besoin de connaître que l'important : elle s'en sortirait. L'imagination du scientifique remplissait donc les blancs tout seul.

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 431
Points : 293
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Dim 27 Aoû - 23:52

Maddie essayait de lire sur le visage de Rajesh au-delà des mots qu’il prononçait. Elle voyait ses hésitations, son inquiétude, son mal être. C’était à cause d’elle ? Elle le regardait et essayait de comprendre ce qui lui disait… une semaine… Dieu ! Elle avait dormi une semaine.  Elle manqua de suffoquer à cette information. Elle se cala contre Rajesh pour ne pas se laisser aller aux vertiges qui la menaçait. Elle se souvenait vaguement des rêves fiévreux qui l’avaient autant hantée que la douleur mais aussi comment avec juste sa présence son sauveur. Oui, il fallait avoir des nouvelles de la part de Logan. Il l’aurait dit s’il était arrivé quelque chose à Juliet non ?

Maddie essayait de se rassurer mais l’idée de quitter son Batman en blouse blanche la terrifiait. Elle serrait fort la main qui était dans la sienne, comme si cela pouvait chasser une bonne fois pour toute la peur qui la rongeait. Elle s’arrêta de respirer quand il lui redemanda ce qui s’était passé et pourquoi… Oui elle se souvenait que trop de s’être posée la question et d’essayé de repenser aux événements lui donnait la nausée.

Elle ouvrit la bouche et essaya de formuler une réponse, mais aucun mot ne vint. Elle lui fit un grand sourire qui était largement démenti par ses yeux rouges. Pourquoi tout lui était tombé dessus ? Son bourreau n’avait pas arrêté de parler mais elle n’avait pas voulu y prêter attention. Pourtant, maintenant, alors qu’elle n’avait plus à résister à ce monstre, elle avait du mal à oublier les horreurs prononcées et à les écarter de ses pensées.

« Rajesh… je … je crois qu’il y a eu un règlement de compte et que j’ai eu le rôle de la chèvre de Jurassic Park, voir le carotte pour attirer la chèvre, j’ai peur de ne même pas être cité au générique. »


Elle essayait de rire mais le cœur n’y était pas, elle y arriverait un jour, ou sinon, elle rangerait les réminiscences de ses moments difficiles dans cette fameuse petite boite noire dans sa tête avec les autres.

Rajesh méritait qu’elle s’ouvre à lui.  Malgré la soif qui asséchait le gorge la rouquine essaya de tout raconter sauf toutefois réussir à bien faire le tris dans les informations qui l’assaillait.

« Isha Cornwell… c’est… c’est le jeune a problèmes de chez nous dont je t’avais parlé, il était un de ceux qui suivaient les Punishers. Logan l’a pris sous son aile, mais je crois qu’ils n’ont pas été très honnêtes tous les deux. Je pense qu’ils n’ont pas tout dit sur leur passée ou ce qui s’est passé chez les Punishers, en fait je n’en sais rien. On avait un survivant dans le camps, Jo, dans la 50 aine je dirais, l’air gentil et un peu perdu… je crois que je te l’avais évoqué ? je ne me souviens plus. »

Maddie s’arrêta pour frissonner de dégout en pensant au nombre de fois où elle avait parlé avec Jo sans se douter de quoique ce soit.

« En fait, c’était le père d’Isha. Il n’a pas arrêté de me dire que c’était de sa faute à lui si tout ça arrivait, que lui et Logan l’avaient provoqué. Un matin il est venu me chercher, il m’a dit qu’il avait trouvé un nouveau filtre à eau et … il disait toujours avoir peur… alors pourquoi serait-il sorti seul faire des recherches. Mais… je n’ai pas réfléchi, pourtant si j’avais pris la peine de le faire, j’aurais … je serais… »

Maddie avait du mal à regarder Rajesh dans les yeux, il dût comprendre son trouble, car il lui laissa le temps qu’il fallait pour poursuivre. Son regard se posa sur un verre d’eau à proximité, après une interrogation silencieuse à son sauveur, elle le prit d’une main tremblante et le porta à ses lèvres desséchées et encore tuméfiée. Après quelques petites gorgées, elle finit par avaler tout le verre. Avec l’émotions, elle n’avait pas mesuré à quel point elle avait faim et soif. Elle remercia Rajesh de la tête avant de lui rendre le verre et d’essayer de poursuivre, sa main dans toujours agrippée à la sienne. Mais comme tout à l’heure, la si volubile rouquine se retrouvait muette. Elle resta un bonne minutes les yeux dans ceux de Rajesh a essayer de finir son histoire. Elle sentait des larmes couler le long de ses joues. Ce n’était que la fine pluie annonciatrice de la tempête qui se concrétisa par des sanglots. En fait, elle était désespérée.

« Rajesh… j’ai peur, si tu savais, je suis pétrifiée à l’idée que si je te raconte tout, tu ne voudras plus jamais de moi… »

Elle ne se souvenait pas d’avoir pleuré ainsi depuis la perte de son bébé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 518
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mar 29 Aoû - 12:26

Même dans un moment aussi difficile et douloureux, Maddie conservait cet humour qui réchaufferait le cœur de n'importe qui. Rajesh parvint pourtant à retenir un rire de traverser la barrière de ses lèvres. Le cœur n'y était pas aujourd'hui, derrière la plaisanterie de la jeune femme, il sentait bien l'horreur de ce qu'elle avait traversé et l'injustice surtout. Un règlement de compte au milieu duquel elle n'avait joué qu'un rôle seconde et encore... ça n'aurait pas du arriver. Le chercheur n'était pas le genre d'homme à se révolter pour un rien. Il n'était pas le genre à mener de grands combats et à jouer les justiciers. Mais quand il voyait Maddie, si fragile, si blessée... Il voulait faire quelque chose pour elle et il se sentait encore plus stupide et inutile de ne pas avoir pu la protéger. Il en voulait à Logan aussi. Tout le monde semblait respecter cet homme et le porter en héros, le grand Fantôme, le sauveur du peuple. Mais il n'avait pas réussi à sauver Maddie et ça, c'était un crime impardonnable aux yeux du scientifique.

Patiemment, Rajesh écoutait tout ce que lui racontait la jeune femme. Il reconnaissait presque tous les noms auxquels elle faisait référence, même celui du vieux Jo qui était donc l'agresseur. Mais il comprenait mal ce qui pouvait s'être passé pour que les choses tournent ainsi. Qu'avait donc fait ce Logan pour qu'un monstre se réveille tout à coup et manque de lui prendre sa... Qu'était-elle pour lui, au juste ? C'était un point qui aurait mérité d'être éclairé, mais pas aujourd'hui. « Je suis tellement navré de ce qui s'est passé, Maddie. J'aurais aimé pouvoir t'aider plus tôt. » murmura-t-il piteusement. Oh Dieu ce qu'il aurait voulu être là, avoir le courage d'affronter ce Jo et préserver Maddie de toutes les horreurs qu'elle devait avoir traversé.

Mais elle n'osait pas lui dire lesquelles exactement et cela faisait battre le cœur de Rajesh à une vitesse désagréable. Il avait de l'imagination et dans l'horreur plus encore depuis qu'il avait traversé ces longs mois d'enfermement et de folie. Il parvenait à remplir les blancs avec une facilité déconcertante. Le rouge lui montait aux joues, son visage commençait à le piquer désagréablement. Il avait peur, tellement peur de ce qu'elle pourrait lui dire. Pas parce qu'il ne parviendrait plus à la voir du même œil, mais parce qu'il s'en voudrait tellement de ne pas avoir tenté de l'aider plus tôt. Doucement, le jeune homme pressa la main de la rouquine, il arrivait à peine à faire mieux, et il plongea son regard dans le sien. Son ton était d'un sérieux effrayant quand il osa lui murmurer : « Tu peux tout me dire, Maddie, tout. Je ne vois pas par quel miracle je pourrais ne plus vouloir de toi. »

Et il était sincère, vraiment. Elle ne se rendait pas compte de ce que ça représentait pour lui de l'avoir dans sa vie. Sans savoir ce qu'ils étaient réellement l'un pour l'autre, ça n'avait pas tellement d'importance. Qu'ils soient amis ou plus, peu importait réellement. Elle lui apportait seulement un peu de bonheur dans un monde cruel et il n'en méritait pas tant. Au moins, il ressentait une profonde culpabilité que personne ne pourrait jamais apaiser. Mais ce qui était arrivé, il n'avait même pas besoin de le savoir pour ressentir un profond désir de la protéger, aussi incapable était-il de le faire. Et il se sentait révolté, mais sa voix restait douce quand il reprit la parole, il était même hésitant. « Tu n'es pas obligé de me le dire, si tu ne veux pas, d'accord ? Mais tu peux me faire confiance,je ne m'en irais pas. »

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 431
Points : 293
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 30 Aoû - 2:24

Maddie, malgré la peur, la fatigue et la douleur, resta pendue aux lèvres de son Rajesh. Elle s’en voulait de le voir si pale, si fatigué, si inquiet. Ses mots réussirent à calmer ses larmes et elle s’en voulu immédiatement de s’être laissée aller à pleurer autant devant lui. La rouquine avait, depuis longtemps, appris à prendre sur elle pour protéger les gens qu’elle aimait. Juliet n’avait jamais vraiment tout su pour la perte de son bébé, ni sur le drame de son 3e mariage. Elle se rendait compte que Rajesh avait, lui aussi, gagné sa place dans les gens qui comptaient plus que tout au monde au point de vouloir, a tout prix revoir ses petites fossettes qui se dessinaient sur son visage quand il riait.

Les paroles si douces et posés de son Batman lui faisaient du bien. Il arrivait à apaiser une partie de la tempête qui soufflait en elle et à l’ancrer dans cette réalité pas complètement sombre. Peut-être que tout n’était pas parfait, mais il était là, et n’était-il pas en train de lui dire qu’il comptait bien rester à ses côtés quelques soient ses révélations ? Comment avait-elle réussi à avoir la chance qu’un homme aussi merveilleux que lui s’intéresse à elle ?

Doucement elle passa sa main sur ce beau visage qu’elle adorait tant. Elle aurait aimé pouvoir effacer les traces de ces émotions négatives qu’elle était en train de lui faire subir. Ne devrait-il pas avoir juste envie de sourire en la regardant ? Allait elle laisser un homme affreux le priver de ça ? Elle sera un peu plus fort sa main en essayant de lui offrir un sourire, peut être hésitant et maigre, mais au moins était-il sincère.

« Raj… je te remercie d’être aussi merveilleux. Pardonne-moi d’avoir douté de toi, mais tu es devenu tellement important pour moi que je tremble sans arrêt que tu ne regardes que comme une amie ou une potiche idiote. Je sais que je peux avoir confiance en toi…»

Elle se redressa avec maladresse, Rajesh dut se relever pour la rattraper et lui éviter de tomber. Maddie leva timidement les yeux sur celui qui venait encore de la sauver. Elle avait un regard presque timide et les joues rouges de cette étreinte, certes accidentelle. Se sentir aussi intimidée était nouveau pour elle mais quelque chose en Rajesh, qui le rendait tellement diffèrent de tous les autres hommes qu’elle avait pu rencontrer, lui donnait ce pouvoir sur elle de la rendre aussi fébrile qu’une pucelle. S’en rendait il seulement compte ?

« Ca va devenir une habitude de me sauver on dirait. »

La rouquine ne fit aucun mouvement pour se dégager, bien au contraire, elle se blottit encore plus contre lui. Tout en lui était rassurant. C’est la tête dans le creux de son épaule qu’elle osa reprendre la parole.

« Rajesh… et si on se mentait quelques heures ? Si on faisait comme si de rien était ? Comme si tu m’avais juste invitée à passer quelques jours avec toi ici ?»

Elle reconnaissait à peine sa voix. On aurait dit une petite fille devant prendre la parole devant un auditoire tellement elle se trouva hésitante. Pour cette femme qui était connue pour être sûre d’elle-même à outrance, c’était une première.

« Je te raconterai tout, mais pas maintenant. Parce que tu m’as retrouvée, tu m’as sauvée, alors que j’avais tellement peur qu’on soit séparé à jamais. Je… je n’ai pas arrêté de penser à toi, pas seulement à cause du Talkie, mais surtout parce que j’ai cru que nous avions du temps, que l’on serait toujours là l’un pour l’autre. Sauf qu’il faut se rendre à l’évidence, que ça soit à cause des morts ou par des vivants, il n’y a plus rien de sur maintenant… »

Elle entremêla ses doigts aux siens. Elle n’était pas sûre d’être claire, mais dans son état, elle faisait de son mieux. Surtout que, malgré sa légendaire franchise, elle se retrouvait incapable de dire simplement ce qu’elle voulait.

« Il y a tellement de choses que je ne t’ai pas dites, à commencer par le fait que j’aime tes anecdotes, je ne crois pas que je me lasserais jamais de t’écouter m’en raconter. J’adore ton humour, ta capacité a rester mystérieux et humble alors que tu es si brillant… »


Elle se sentait vraiment gênée de la suite, la seule personne a qui elle en avait parlé était un zombie dans les toilettes d’un aquarium. En fait elle n’était pas sure d’y arriver. Surtout que ses jambes étaient en train de la trahir et qu’elle eut un vertige. Elle dû prendre une minute pour lutter avec ce moment de faiblesse pour reprendre la parole :

« Mon petit cœur… même si je meurs d’envie de rester dans tes bras, si je ne mange pas, je crois que je risque de tourner de l’œil… »


C’était dit avec humour, pourtant elle ressentait un certain degré d’urgence d’avaler quelque chose rapidement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 518
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Sam 2 Sep - 20:20

Rajesh se sentait à deux doigts de tourner de l’œil à son tour, mais il restait vaillant et fier et n'affichait presque rien de plus qu'un air crispé indiquant son malaise. Maddie était tellement... Improbable, il ne voyait pas d'autres mots. Il s'inquiétait pour elle et il aurait voulu être capable de l'aider, mais il ne l'était pas, certainement pas. Et elle... Elle ne voyait rien, elle le prenait pour un grand héros qu'il n'était pas, elle le voyait comme au travers de lunettes déformantes et il se sentait mal de ne pas se montrer à la hauteur de cette femme si courageuse. Mais il ne disait rien, il l'écoutait patiemment lui faire des compliments qu'il ne méritait pas et proposer d'ignorer ce qui l'avait amené ici en vacillant sur ses pieds. Il essayait de la soutenir, au moins physiquement, en lui offrant un sourire qu'il espérait réconfortant mais qui lui donnait plutôt l'air constipé.

Elle parlait tellement, elle parlait toujours beaucoup, mais cette fois le scientifique peinait beaucoup à suivre tout ce qui se disait. Où voulait-elle en venir comme ça ? Le chercheur sentait son cœur se mettre à battre la chamade dans sa poitrine et un genre de vertige le prendre au fur et à mesure que les mots de la rouquine devenaient plus sérieux. « Maddie... Tout ce que j'ai fait, c'est demander à Cale de venir te chercher, tu sais... » Il parlait tout bas, presque honteux. En fait, il l'était réellement et elle ne l'aidait pas. Être assis sur le siège passager et aider le leader du groupe à porter la jeune femme dans la voiture, ça n'était pas ce qu'il appelait un sauvetage digne de ce nom, tout juste avait-il été utile dans cette histoire. Elle le faisait rougir, elle le rendait fébrile et finalement, il manqua presque d'arrêter de respirer quand il réalisa que le petit discours de la jeune femme flirtait dangereusement avec une déclaration d'amour.

Oh, il l'aimait beaucoup, lui aussi. Mais une chose restait certaine : Rajesh n'était pas encore prêt à entendre ces mots et encore moins à les accepter et le retourner. Il y avait encore tellement de choses que la jeune femme ne savait pas à son sujet. Tellement de choses qui la ferait fuir aussitôt qu'elle les apprendrait. L'angoisse lui serrait la gorge et il se retrouva bien incapable de faire quoi que ce soit d'autre que de la regarder avec de grands yeux ronds en attendant la sentence, réfléchissant à toute vitesse pour trouver ce qu'il répondrait à tout ça et qui n'enverrait pas valser tout ce qui pouvait exister entre eux, quoi que ce soit.

Mais les mots qu'il craignait n'arrivèrent finalement jamais. Bien malgré lui, Rajesh lâcha un rire nerveux en entendant l'aveu final : elle avait besoin de manger. « D'accord. Assieds-toi, s'il te plaît et je vais filer aux cuisines te commander un repas de rêve. » Se faisant, le scientifique guidait la jeune femme jusqu'à la chaise de son bureau pour l'aider à s'y asseoir. Mais avant d'accourir à la cuisine, il prit tout de même la peine d'empiler ses notes et de les ranger dans le premier tiroir, le seul doté d'une petite clé argenté qu'il tourna pour le verrouiller et qu'il rangea précieusement dans la poche de sa blouse. Il n'était pas du genre secret, mais il n'était pas encore prêt à ce que Maddie découvre ses secrets pour le moment. Tranquillement, il repoussa les boites à pétris contre le mur, les alignant entre son petit Tardis et le talkie posé debout à l'autre bout. « Ne bouges pas, hein ? Et si ça ne va pas... Tu n'as qu'à hurler, quelqu'un t'entendra ! »

Un sourire plus loin, le chercheur disparaissait par la porte et s'absenta plusieurs longues minutes pour discuter avec Ruth aux cuisines et la convaincre de réchauffer un peu de potage pour la rouquine. Lorsqu'il revint, ce fut pour déposer un bol fumant devant la jeune femme et lui offrir un grand sourire. « Voilà, le repas est servi. » Et il resta planté à côté d'elle, de nouveau intimidé. « Maddie... Je ne veux pas insister et je respecte parfaitement que tu ne veuilles pas parler de ce qui est arrivé, mais... » Le rouge recommençait à lui monter aux joues. Il aurait voulu s'asseoir, mais il n'y avait plus de chaise libre et il se voyait mal être de dos pour lui dire ça. « Peut-être que tu devrais rester ici de manière plus... définitive ? Je suis sûr que Logan est un type bien, mais... Il n'a pas réussi à te garder en sécurité et... Enfin, il y a trop de problèmes avec lui. Cale sera d'accord, j'en suis sûr. »

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 431
Points : 293
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 5 Sep - 17:37

Maddie se laissa docilement conduire à la chaise. Elle se sentait faible comme jamais et sans Rajesh elle aurait eu du mal à tenir debout. La promesse d’un repas de rêve de Rajesh lui donna presque autant de frissons que s’il venait de lui proposer une douche chaude avec lui dedans pour lui frotter le dos voire plus si affinité. Malheureusement le sourire face à cette image mourut rapidement en repensant en père d’Isha.

Bien qu’un peu étourdie, elle fronça les sourcils en le voyant ranger ses dossiers dans un tiroir et le fermer à clé. Pourquoi faisait-il cela ? Maddie, avait un petit défaut, en plus des autres, elle était curieuse et Rajesh venait de piquer au vif son instinct de concierge. Une fois qu’il fut parti Maddie inspecta du regard la pièce qui devait être son laboratoire dont il lui avait tant parlé. Elle caressa du bout des doigts le Tardis, elle était fan de cette série et avait même fait un cosplay d’Amy Pond en fliquette. Mais cela n’expliquait en rien le geste etrange de son fantasme en blouse blanche.

Maddie s’appuya sur le bureau pour aller vers le fameux tiroir. Que pouvait il y avoir dedans qu’il ne voulait pas qu’elle voit ? Des photos de ses ex ? Son journal intime… pour le coup elle aurait donné cher pour le voir celui-là. Malheureusement, pour Maddie, l’aventure s’arrêtait à une petite serrure verrouillée qui recelait presque autant de mystères que son sauveur.

Une fois n’était pas coutume, elle n’insista pas et retourna, comme elle le pouvait, à sa place. Rajesh fini par revenir avec un bol de soupe. Elle le regarda comme s’il était un Dieu vivant de lui apporter de quoi manger. Elle ne se souvenait pas d’avoir eu si faim de sa vie. Elle commença à manger ce qui était certainement la meilleure soupe du monde quand Rajesh lui posa une question à laquelle elle ne s’attendait pas. Au point de rester un moment, figée, la cuillère à la main, à regarder cet homme si secret pour être sûr d’avoir bien entendu.  

Si elle avait été plus concentrée, elle aurait pu s’offusquer qu’il ose remettre en doute Logan. Surtout qu’elle savait très bien que son nounours n’avait pas failli à la protéger, il avait juste renoncé, car il était très difficile de garder la rouquine au camp et de l’obliger à être raisonnable. Surtout quand cette dite rouquine avait une vision du monde et de ses dangers tronqués. Par ailleurs, aussi injuste que cela pouvait paraitre, pour elle, la faute revenait surtout a Isha et sa vraie famille.

Mais voilà, elle qui avait eu si peur d’être friendzonée, et qui, surtout, entendait parfois les choses différemment des autres, s’illumina, avant de rosir aux paroles de Rajesh. Elle s’était tant plaint que tout allait trop lentement avec lui, et pour le coup cette accélération était presque trop rapide pour elle. Sans Juliet et l’épuisement, elle serait déjà dans ses bras en train de sautiller et de dire un ouuiiii suraiguë. C’est avec un peu de malice et en penchant légèrement sa tête qu’elle lui répondit.

« Méfie toi Rajesh, je pourrais dire oui. Maintenant, tu ne prends pas un risque de me proposer de vivre avec toi alors que tu ne sais pas ce que je vaux au lit ? Tu n’as pas peur d’être déçu ? »

Maddie avait beau être sure d’elle de manière générale, entre ce qui s’était passé avec le père d’Isha et le fait que Rajesh l’intimidait au plus haut point, la faisait douter. Elle avait peur de ne pas être à la hauteur de ce casanova. Aussi elle essayait de conjurer avec humour son trac.

« Et quoiqu’il arrive sache que je ne prendrais aucune décision avant de m’être lavée. »

C’était dit avec un clin d’œil et elle espérait qu’il comprenne l’invitation timide a rester avec elle sous la douche, en espérant qu’il avait une douche ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 518
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mer 13 Sep - 2:05

Le chercheur était sûr de lui lorsqu'il avait proposé, l'air de ne pas y toucher, que Maddie vienne vivre au labo. Ça impliquait probablement tout un tas de choses dont il n'avait absolument aucune conscience, plus particulièrement sur la relation qui les unissait, mais il ne le voyait pas et il était bien décidé à ne pas flancher et même à insister si elle refusait. Fort Hope pouvait être un endroit aussi génial qu'on le voulait et Rajesh comprenait parfaitement que Maddie puisse y avoir des amis très importants pour elle, il ne voyait pas cet endroit d'un très bon œil et l'espèce de géant à l'ego surdimensionné qui leur servait de chef encore moins. Quel genre d'homme se baladait dans les rues de la ville en habillant un alter-ego avec un surnom ridicule ? Monsieur pouvait bien se prendre pour Batman autant qu'il le voulait, l'indien préférait que ce genre de personnes restent dans les comics et pas qu'ils viennent empiéter sur la survie de ses proches. Et à l'heure actuellement, Maddie était plus ou moins la seule proche qu'il lui restait...

Mais la réponse de la jeune femme parvint à le prendre par surprise d'une manière totalement inattendue. Instantanément, le scientifique sentit le rouge lui monter aux joues pour incendier son visage et son regard se détourna sur le sol. Il arrivait pourtant souvent à Maddie de faire des petites remarques de ce genre et quoi de plus naturel pour une femme dans la trentaine ? À vrai dire, il avait honte de ne pas avoir autant d'expérience qu'elle, voilà pourquoi il s'évertuait à repousser ce moment depuis si longtemps. Elle se persuadait qu'elle parviendrait à le décevoir, mais il savait que ce serait l'inverse. « Je suis certain que ce ne sera pas un problème. » assura-t-il d'une voix nouée en se forçant à relever les yeux vers elle, l'espace d'une seconde. « Et puis, ta sécurité m'intéresse plus que le reste. Je n'aime pas du tout l'idée que personne ne fasse attention à toi là-bas. »

Il essayait de garder son sérieux et n'ayant aucun fun-fact à balancer au regard de cette situation, son stress s'évaporait difficilement. Malheureusement, il semblait avoir du mal à convaincre Maddie de se ranger à son argument. Elle lui donnait l'impression d'être ce genre de femme qui savait très exactement ce qu'elle voulait et ses pirouettes pour ne pas répondre dans la seconde le laissait perplexe. Faisait-il erreur ? Il restait tout de même persuadé que Cale n'y verrait aucun inconvénient, même s'il fallait accueillir aussi Juliet. C'était d'ailleurs exactement ce que comptait proposer le chercheur, mais il fut coupé dans son élan par une nouvelle requête de la rouquine. « S'il n'y a que ça, on peut s'arranger. Il y a une douche de décontamination dans le bunker à quelques pas d'ici. Tu veux y aller après manger ? » Autant dire que le sous-entendu lui était passé complètement au-dessus, mais au moins, il ne se mettait pas à rougir de nouveau.

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 431
Points : 293
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 16 Sep - 14:25

Maddie sentit des papillons dans son ventre tourniller. Ça y est… on y était ? Elle resta à dévisager Rajesh qui semblait quand même montrer des signes d’hésitation que la rouquine traduisit par du dégout. Il y avait de grandes chances qu’il sache tout, que ça l’écœure. Sa remarque sur le fait que ça n’était pas un problème sans pour autant la regarder dans les yeux avait plutôt tendance à suggérer le contraire. Il était juste trop adorable pour lui dire les choses en face, de peur de la blesser certainement.  

Elle pouvait comprendre… elle se sentait sale, elle aussi, et certainement qu’elle aurait été un mec, elle n’aurait pas voulu passer après le père d’Isha. Maddie reprit machinalement une cuillère de soupe quand elle l’entendit lui annoncer qu’il s’inquiétait que personne ne fasse attention à elle à Fort Hope. Elle aurait préféré qu’il lui annonce qu’il avait plutôt peur que trop de gens s’intéressent à elle. Enfin, autre qu’un violeur psychopathe, forcement.

Elle était resignée maintenant et le reste de son monde finissait de s’écrouler. C’est tristement qu’elle préféra garder le silence. Elle aurait tant aimé qu’il lui dise autre chose comme le fait qu’il voulait qu’elle reste avec lui pour apprendre à mieux la connaitre, pour passer du temps ensemble, voir pour pour que leur couple de passer à la vitesse supérieure. Sauf que dans les comics qu’elle avait lu, Maddie n’avait jamais entendu parler d’une Madame Batman. Ça aurait dû être un signe que Rajesh ne devait pas être du genre à s’attacher. Et visiblement elle avait été recalée sans même avoir le droit a être un plan cul à défaut de sa petite amie.  

Malgré son amertume, elle n’aurait pas été comparer l’épreuve qu’elle venait de subir avec le fait que cet homme venait de la friendzoner en deux phrases. Etait-ce a cause du viol qu’il réagissait ainsi ou est ce que ca avait toujours été le cas mais elle avait été trop aveugle pour sans rendre compte ? Maddie était en train de rassembler son courage à deux mains pour lui poser la question et essayer de comprendre où elle avait pu se planter quand son scientifique adoré retourna, une nouvelle fois la situation.

Elle resta a le regarder avec plein d’espoir ? Ne venait il pas de dire oui pour la douche ? Un énorme sourire se dessina alors sur les traits de la rouquine qui avait la sensation que l’on venait de lui injecter du café au Red bull dans les veines en intraveineuse rien que d’imaginer qu’elle allait voir cet homme exceptionnel nu avec elle sous une douche…. Qu’il allait lui faire oublier toutes les horreurs qu’elle venait de subir, qu’a la fin de la journée, ou de la nuit, elle n’avait aucune idée de l’heure actuelle, elle ne penserait qu’à lui, qu’à ses mains et certainement beaucoup d’autres parties de son corps fort appréciables.

Elle finit aussi vite qu’elle le pouvait sa soupe, qui finalement n’avait plus de gout à côté de ce qu’elle s’imaginait suivre.  Elle essaya de faire un rapide check mental de son état de pilosité et de  son état. Etait elle en état d’avoir un rapport dans son état de faiblesse et après les meurtrissures physiques et psychologique subies. Aux risques d’en étonner plus d’un, la réponse tomba rapidement : oui elle était prête, et tant pis si cela n’était pas aussi parfait qu’elle ne l’aurait voulu. Nombre de fois où elle avait été plus que prête mais où il ne s’était rien passé… elle n’allait certainement pas prendre le risque de repousser. Tout ce qui comptait c’était que Rajesh lui donne une chance d’être autre chose que sa BBF. Elle posa l’assiette vide avec enthousiasme.

« Et voila ! J’ai le droit à ma douche maintenant ? »

Elle tendit les bras avec un sourire malicieux sachant qu’elle n’était pas capable de rester debout sans aide.

« J’aurais le droit à un massage dans la douche tu penses ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 518
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 24 Sep - 13:06

La perspective d'une douche semblait bien plus excitante que Rajesh ne l'aurait imaginé, tant Maddie mangeait le reste de sa soupe à vitesse grand V. Il la regardait faire sans rien dire, ses yeux grands ouverts posés sur elle pour s'assurer qu'elle n'allait pas s'étouffer à force d'y aller à cette vitesse, mais aucun incident fâcheux n'eut lieu et la jeune femme reposa finalement sa cuiller en souriant de toutes ses dents pour lui annoncer fièrement qu'elle avait terminé. À son tour, le chercheur lui adressa un grand sourire, mais ce fut lui qui manqua de s'étouffer en entendant la question qui suivi. Il ne comprenait même pas d'où cela venait et il fut obligé de tousser quelques secondes pour retrouver son calme. Malheureusement, il ne savait vraiment pas quoi répondre à ça et il décida que le mieux à faire était encore de ne rien dire. Ce à quoi il s'employa en se détournant rapidement pour ouvrir le placard contenant autrefois du matériel qui reposait contre l'un des murs de sa chambre-labo. De l'intérieur, le scientifique sortit une serviette de toilette et des vêtements propres, sans vraiment savoir si Maddie voudrait les utiliser ou non et se força à aller vers elle pour l'aider à se relever.

« L'eau risque d'être assez froide, tiens-toi prête. »
murmura-t-il en la guidant jusqu'à la porte. Il n'y avait que quelques pas à faire pour traverser un bout de couloir qui donnait sur une autre porte, renforcée celle-ci, qui s'ouvrait sur des escaliers s'enfonçant dans le sous-sol. Ils mirent un peu de temps à les descendre dans la semi-obscurité qui régnait de ce côté là, mais dès qu'ils furent dans le bunker rempli de vivres, Rajesh poussa l'interrupteur pour allumer la lumière. « Surtout, ne touche à rien ou je vais avoir des ennuis. » supplia-t-il d'une petite voix. Il déposa les vêtements sur le bureau qu'il avait utilisé si longtemps comme le sien et continua de guider Maddie jusqu'à une petite cabine de douche dans le fond du bunker. « Voilà, c'est ici. Je vais te laisser un peu d'intimité. Appelle-moi si tu as besoin d'aide pour remonter les marches. »

Pourtant, il prit encore quelques secondes à la regarder avant de se décider à bouger. Cette fois, il ne pouvait pas prétendre ne pas avoir compris l'invitation et s'il avait pesé le pour et le contre tout au long de ce long périple jusqu'à la douche de décontamination, force était de reconnaître qu'à la fin, tous ses arguments avaient été balayés par l'évidence : il ne se sentait pas encore prêt. Pas comme ça, pas ici. N'importe qui aurait pu les surprendre, elle était blessée et mal en point et il ne savait pas comment s'en sortir dans tout ça. La peur et la lâcheté avaient pris la décision pour lui et ces quelques secondes d'hésitation s'envolèrent rapidement avant que Rajesh ne file précipitamment pour sortir du bunker. Il referma la porte derrière lui sans la bloquer et fonça s'asseoir sur son petit lit de camp où il posa les coudes sur ses genoux et pris son visage entre ses mains. Il n'était qu'un crétin, il le savait et se doutait même que c'était exactement la raison pour laquelle son expérience avec les femmes restait si limitée. Mais ça n'était pas le plus important, n'est-ce pas ?

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 431
Points : 293
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 28 Sep - 14:23

Maddie était rayonnante en voyant le trouble de Raj. Son silence plein de tensions sexuelles et de promesses torrides était une véritable pluie d’automne sur une fleur assoiffée pour la jeune femme. Il y avait eu un souci ? Une agression ?  Son cerveau avait déjà tout occulté pour se concentrer sur cet instant présent avec autant de ferveur qu’un pécheur patient qui remonte le poisson tant convoité, avec sa ligne, après une lutte acharnée de plusieurs heures. Enfin, plusieurs mois dans la situation de Maddie.

En fait aussi loin qu’elle y pensait, aucun homme ne l’avait fait autant attendre avant de passer par la case « bête a deux dos ». Elle avait même fini par douter, mais là, avançant, comme elle pouvait, cramponnée au corps chaud et plein de son héros, elle était juste aux anges.

Elle frissonna quand il lui dit que l’eau allait être froide. Une promesse pour lui tenir chaud en dessous ? Soudain le stress la repris. Et si elle n’était pas la hauteur. Visiblement Rajesh arrivait à garder un calme confiant alors qu’elle était aussi fébrile et muette qu’une ado avant sa première fois. Enfin, non, elle avait été moins nerveuse à sa première fois. Mais elle n’avait jamais autant désiré un homme, même gros nounours. Rajesh était tellement parfait, tellement intelligent, compréhensif, fort, élégant, mystérieux et sexy…

Elle gloussa presque quand il lui recommanda de ne toucher a rien. Etait-ce un jeu érotique ou un défi ? Parce qu’elle ne comptait pas garder ses mains dans le dos quand ils passeraient enfin à la vitesse supérieure.

Bon le lieu n’était pas des plus romantique mais si on aimait le coté isolé un peu glauque ça pouvait passer. Et puis, elle s’en foutait royalement du lieu en fait. Seul l’homme qui l’aidait à avancer comptait. Elle le regarda poser les vêtements attendant, tout sourire, qu’il la rejoigne. Elle n’était pas sûre de comprendre cette histoire d’intimité ni pourquoi il la regardait comme ça. Il n’avait pas vraiment la tête du mec qui aimait ce qu’il voyait.

Maddie resta incrédule et figée quand elle le vit… juste partir… il… il allait revenir non ? Il était juste partie fermer la porte… … … ou pas ? Elle mit un certain temps à réussir a comprendre que Rajesh venait juste de la laisser en plan. Une sacrée baffe pas forcement bienvenue au regard de son état. Les yeux rouges, elle finit par aller noyer la crasse, ses meurtrissures et ses larmes sous ce qui était une douche moins froide que celle qu’elle venait de se prendre.

Qu’est ce qui n’allait pas chez elle ? Bon ok, la liste était longue, mais elle préféra ne pas s’y attarder. La déception était aussi cruelle que mordante, même pour la dynamique rouquine. Pourtant elle n’était pas du genre à rester pleurer sur son nombril des heures sous la douche. Elle s’accorda bien une petite minute, voir un peu plus. Après tout ce qu’elle venait de vivre, elle en avait le droit non ? Juste lâcher prise parce qu’elle avait beau essayer de garder ses œillères, sa vie venait de prendre un virage violant et elle ne pouvait pas prétendre que c’était pour de faux. Ce n’était pas un jeu. Elle n’allait pas quitter un rôle plein d’amertume et de souffrance pour retourner a une vie plus joyeuse. Elle avait été battue, violée, rejetée mais elle savait qu’elle était plus forte que ça. La souffrance, elle vivait avec depuis qu’elle avait perdu son bébé alors elle n’allait pas s’écrouler pour une nouvelle épreuve !

Quand elle eut suffisamment repris le dessus et qu’elle s’estima décrassée, elle se sécha et enfila péniblement le pull et le pantalon laissés par Raj. Elle qui était habituée aux vêtements de créateur et aux matières nobles, elle ne fut pas déçue.  Mais cette fois ce fut une crise de fou rire nerveux qui l’a surpris face à cette petite cerise sur le gâteau.

C’est finalement avec l’air amusée qu’elle appela Raj pour l’aider à quitter cette pièce. Quand il arriva elle ouvrit les bras pour qu’il puisse la contempler dans son accoutrement. Les cheveux trempés, vaguement mis en place avec un peignage aux doigts, pour cette maniaque du « prenons soin de nous » c’était une première.  Mais c’est plutôt joyeusement qu’elle évacua les problèmes :

« Je pensais te demander si ton m’avais friendzonée dès le départ et que je m’étais fait des films ou si c’était à cause de mon état que je te dégoutais, mais je crois qu’avec ses fringues mon ego sera sauf. Parce que là, à part jouer le rôle de ton pote gay, je ne suis pas sûr de ressembler à une femme désirable. »


Elle tourna sur elle-même pour qu’il puisse voir l’arrière aussi. Dans un pantalon aussi mal taillé elle n’imaginait pas le rendu sur ses fesses. Un désastre à coup sûr. Mais bon, c’était le thème de la journée non ?

« En tout cas merci Raj pour les vêtements et désolée encore pour le… hum… je préfère que l’on dise malentendu plutôt que harcèlement si ca te va. Promis je serais sage à partir de maintenant et je vais tout faire pour arrêter de fantasmer sur toi ou être plus discrète si ça ne marche pas. Bon tu viens m’aider maintenant ? »

A moins qu’elle n’écrive des livres sur lui aussi ? Elle verrait bien comment gérer ça plus tard. Au moins, à sa façon, Rajesh avait été clair. A elle d’être au moins une amie. Elle avait bien réussi à le faire avec Logan, même si la situation n’avait rien de comparable. C’était à croire que les rares hommes qui lui plaisaient vraiment n’étaient jamais pour elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 120
Points : 518
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Jeu 12 Oct - 16:27

Pendant un moment qui lui parut une éternité, Rajesh resta bien en place, assis au bord de son lit, la tête entre les mains à se repasser en boucle le film de ce qui venait de se passer en se traitant de crétin. Il aurait pu faire ça toute la journée, si seulement Maddie ne l'en avait pas empêché en l'appelant depuis le bunker juste à côté. Il sursauta fortement en entendant le son de sa voix, étouffé considérablement par la lourde porte qui gardait l'entrée de son ancien refuge, mais consentit tout de même à se lever pour retourner auprès de la jeune femme. La route semblait bien trop courte tout à coup, alors que le chercheur refaisait le chemin inverse en priant silencieusement pour que la rouquine ne lui prépare pas un sale coup et qu'il la retrouve avec des vêtements sur le dos.

Dire qu'il fut soulagé en entrant dans la pièce pour la voir vêtue des quelques affaires qu'il avait pu lui prêter était un euphémisme, il eut même du mal à ne pas partager ce sentiment par le biais d'un soupir, se contentant difficilement d'un sourire timide. Elle ne semblait vouloir en faire autant et il n'aimait pas beaucoup cette mine triste qui paraissait vouloir s'installer pour de bon sur ses traits. Même s'il avait promis de lui laisser le soin de décider si elle voudrait en parler ou non, le scientifique ne parvenait pas à s'empêcher de se demander ce qui pouvait être arrivé avec cet homme, les horreurs qu'il devait avoir dites ou faites pour mettre la jeune femme d'un naturel si joyeux dans un tel état. Elle donnait toujours l'impression d'être le genre de femme à qui il en faudrait beaucoup pour se laisser abattre, même la fin du monde et le fléau des rôdeurs n'y parvenaient pas, mais cet homme avait réussi en l'espace d'une seule journée et c'était un sujet d'inquiétude important pour Rajesh.

Mais tenant scrupuleusement sa promesse, il se retint de poser une nouvelle question à ce sujet et se força plutôt à réaffirmer son sourire, dans l'espoir de le transmettre à la jeune femme. Il se disait bêtement qu'il finirait par trouver quelque chose pour la remettre de bonne humeur, mais avant ça, il faudrait déjà qu'ils remontent dans la chambre, car la température était relativement glaciale dans le sous-sol, seul endroit et il avança d'un pas en sa direction pour s'y employé, s'arrêtant immédiatement alors que Maddie prenait la parole.

Elle se lança dans un long discours de plus en plus angoissant pour le chercheur, dont le visage pâlissait et se décomposait à vue d’œil, mais chaque mot était prononcé sur un ton relativement joyeux, presque amusé, qui rendait le tout encore plus désagréable. Il venait visiblement de commettre une erreur monumentale dont il ne mesurait que très peu l'étendue, à vrai dire. Sa mâchoire se crispa, donnant un air de grimace douloureuse à son sourire, alors qu'il se demandait à lui-même quelle serait la meilleure réponse à offrir dans un tel contexte. C'était une discussion qu'il repoussait avec acharnement depuis leur premier rendez-vous, il se donnait du mal pour que ce sujet ne soit jamais vraiment mis sur le tapis, mais aujourd'hui, il faudrait certainement assumer et cela lui donnait presque des vertiges.

« Je te trouve toujours très belle. » s'entendit-il répondre seulement, d'une voix étranglée par le stress, avant d'avancer vers la jeune femme comme un automate pour prendre son bras. Il évita son regard aussi longtemps que possible, la guidant avec un peu moins d'assurance que précédemment vers sa chambre, où il l'aida à reprendre place sur le lit. Enfin, il s'assit à côté d'elle, conservant une distance de sécurité qu'il s'imaginait déjà qu'elle interpréterait comme une nouvelle preuve de rejet et, constatant ce fait, le chercheur se surprit à se demander s'il ne valait pas mieux sauter sur l'occasion pour mettre fin au semblant de relation qui semblait vouloir s'installer entre eux. Peut-être que ses sentiments pour la rouquine allaient au-delà de la simple amitié, mais les complications sociales ne lui réussissaient pas du tout et, à bien y réfléchir, il préférait sans doute qu'ils restent de simples amis plutôt que de s'angoisser sans arrêt de ne pas savoir s'y prendre avec elle.

Pourtant, lorsqu'il releva les yeux vers elle pour essayer de lui parler, il n'arrivait pas à trouver les mots qu'il voulait et il commença par un soupir. « Maddie, je te demande pardon... Je ne suis pas vraiment à la hauteur de ce que tu attends de moi, je sais bien... » lâcha-t-il finalement. Il pensait être sur la bonne voie, même sans avoir la moindre idée d'où il allait comme ça et se força donc à continuer, s'encourageant silencieusement. « C'est pas toi, c'est juste... que je ne suis pas très doué pour ça. Mon truc c'est plus d'être enfermé dans un labo toute la journée que d'entretenir des relations avec les gens et... ça fait longtemps que... Enfin, tu vois. »

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Bring me to LifePage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum