Bring me to Life



InformationsContact
avatar
Messages : 371
Points : 762
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Jeu 10 Aoû - 22:54

Tout ce qui s’était passé était comme voilé par un épais brouillard dense, il n’y avait que quelques images, sans réelles logiques, et de la douleur. Quand elle avait compris qui elle avait en face d’elle, c’était déjà trop tard pour lui échapper. Il avait voulu la briser avec des mots, mais le vent peut hurler, la montagne ne ploie pas. Le caractère de Maddie ne donna aucune prise visible à cet homme pervers. Elle était certaine de l’amitié de Juliet et de Logan, même si elle se savait agaçante, on ne traversait pas autant d’années ensemble pour douter aux premiers mots d’un fou. Quand il avait compris qu’il ne saurait l’atteindre de cette façon, il avait meurtri son corps de la pire façon qui soit. Mais elle s’était quand même accrochée, quoiqu’on lui fasse subir, elle allait survivre.

Dès que le fou était parti, elle avait, désespérément et sans certitude d’être entendue, envoyé des Sos frénétiques en morse à Rajesh via le Talkie qu’elle avait réussi a cacher. Elle essayait de lui indiquer l’endroit où elle était comme elle pouvait.

L’horreur continua quand le fou revint avec Juliet, et pour la première fois depuis le début du cauchemar, il eut une vraie emprise sur la rouquine. De peur que Rajesh ne lui parle et trahisse leur seules chances de s'échapper, elle garda le doigt sur le bouton pendant toute l’altercation.

Elle ne pouvait que prier, qu’à chaque minute, des gens débarquent pour les secourent, mais rien ne se passa comme dans les séries télévisées. Personne ne vint arrêter le fou quand il attacha Juliet dans sa voiture et ordonna a Maddie de courir. Etait-elle seulement en état de réussir à aller chercher de l’aide ? La rouquine eut du mal à accepter de laisser Juliet seule aux mains de ce bourreau.

Mais les menaces de faire du mal à son amie et la découverte du talkie la raisonnèrent. Elle ne pouvait rien faire seule, il fallait aller chercher Logan. Lui saurait mettre ce sale type hors d’état de nuire et sauverait Juliet. Elle partit, presque nue et malgré ses blessures, en courant dans la végétation, aussi vite qu'elle le pouvait.

Elle y avait vraiment crut, elle avait vraiment imaginer être suffisamment loin pour pouvoir planifier un sauvetage rapidement avec les gens de Fort Hope. Pourtant, dès la première détonation, elle comprit qu’elle avait été naïve, une fois de plus, de croire en cet homme. La deuxième s’accompagna d’une abominable douleur dans le dos et elle se senti tomber au sol, ventre contre terre. Elle sentait le sang se rependre dans son dos. La souffrance la paraissait de toute part. Cette fois, ce n'était pas juste une petite éraflure, elle ne se relèverait pas, et intuitivement elle le savait, à défaut de l'accepter. Non elle ne pouvait pas partir comme ça, elle ne pouvait pas abandonner Juliet aux mains de ce fou! Pourtant la perte de sang lui voila les yeux et la fit sombrer dans les ténèbres.  

Peut-être réussit-elle a ramper pour se mettre à couvert sous un tronc, peut être entendait elle un mort grogner de ne pas savoir l’attraper dans sa cachette, peut-être y resta t’elle une minute ou des heures, voir des jours… ou peut-être était-elle juste restée là où elle était tombée. Elle ne saurait le dire. Ses seuls brides de pensées cohérentes allaient vers Juliet et cela ne lui permettait pas d’accepter avec sérénité d’aller rejoindre Eulalie et sa fille.

Dans ses délires fiévreux, elle crut voir son Rajesh, elle l’entendait lui parler, la toucher… elle essayait de lui dire pour Juliet. Parfois il était là avec elle souriant sur une de ces plages de rêve, d’autre fois ils étaient dans un vieux canapé moelleux à regarder un film de super héros, blottis l’un contre l’autre sur un épais plaid, et puis d’autre fois, il n’était plus là… elle était alors paniquée en ayant le sentiment qu’on la touchait, elle essayait de se défendre avant de retrouver cette odeur rassurante et cette voix tant aimée qui l’apaisait. Dans ses rares moments de lucidités, elle se souvenait, elle mourrait d’inquiétude pour Juliet et essayait de se lever pour la sauver avant de replonger dans les brumes de l’inconscience.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 106
Points : 565
Date d'inscription : 02/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Rajesh Manjrekar
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 13 Aoû - 22:35

Le pire était d'attendre. Rajesh était pourtant doté d'une patience impressionnante, la plupart de ses recherches demandaient parfois des semaines à attendre gentiment qu'un résultat ne se présente. Mais c'était différent, en ce moment. Même s'il était assis dans son labo et qu'il regardait désespérément une culture de ce qu'il appelait désormais un méningocoque Z, le résultat lui importait vraiment peu.

Ce qui inquiétait le chercheur se trouvait dans son dos, couché sur son petit lit de camp. Il faisait de son mieux pour ignorer le corps remuant faiblement dans les draps, mais c'était difficile. Tellement difficile qu'à peine quelques minutes après avoir pris place devant sa paillasse, convaincu que travailler un peu lui ferait le plus grand bien, Rajesh n'avait pu se retenir de bouger de nouveau. Il se releva assez précipitamment, trop peut-être, et attrapa la chaise qu'il venait de quitter pour la soulever et la poser près du lit. Il se réinstalla et posa une main sur le front fiévreux du patient, dégageant son front perlé de sueur de quelques mèches rousses qui collaient à sa peau. La fièvre semblait baisser peu à peu, mais la victime ne reprenait pas encore conscience. C'était frustrant et inquiétant et Rajesh regrettait de ne pas avoir suivi des études de médecine, des vraies. Parce qu'il ne pouvait rien faire, pas vraiment. Il pouvait suivre les signes d'une infection ou remarquer un truc qui pourrait clocher, mais de là à pouvoir changer vraiment quelque chose ? Il fallait seulement attendre. C'était ce que Diana avait dit. Elle était drôle, celle-là. Ça se voyait que ce n'était pas elle qui devait attendre en se rongeant les sangs.

Poussant un soupir désespéré, le scientifique se pencha un peu plus au-dessus de la jeune femme et observa son visage avec une attention particulière. Il n'arrivait pas à croire que cette femme là soit couchée dans son lit. Il peinait déjà à croire qu'elle s'intéresse à lui... Timidement, il prit la main de la jolie rousse dans la sienne et la pressa doucement. « Maddie ? Tu m'entends ? » Pas de réponse... Elle ne remuait même pas un peu. Il n'arriverait jamais à rester calme jusqu'à ce qu'elle se réveille... Il ne savait même pas quoi faire pour la ramener. Il avait besoin de se calmer lui-même, déjà, il fallait qu'il fasse quelque chose, qu'il... « Ça fait drôle quand tu ne parles pas, tu sais ? En plus, ça me laisse toutes les occasions que je veux pour raconter mes bêtises, tu ne devrais pas prendre ce risque... Qui sait, je pourrais me mettre à te parler de... de... De Batman, tiens. Tu détesterais ça, pas vrai ? »

Il posa son regard sur la jeune femme, mais aucune grimace nauséeuse ne déforma ses traits creusés de douleur. « Bon eh bien, si tu ne dis rien, je vais prendre ça pour une invitation. Alors... Tiens, tu savais qu'il existe une unité de mesure appelée le batman ? La plus vieille mention qu'on a trouvé de cette unité de mesure, c'était en 1599 dans des archives trouvées à Babylon. Ça équivaut à 7,484 kilogrammes... Maintenant, ça n'existe plus vraiment, mais c'est drôle, tu ne trouves pas ? » Elle ne semblait pas amusée du tout et il devenait de plus en plus désespéré. « Réveille-toi, Maddie, s'il te plaît... Si tu meurs, je... Enfin, j'imagine que je l'aurais bien mérité après tout le mal que j'ai fait, mais je ne m'en remettrais jamais. »

_________________
Trust me, I'm a doctor !
To the scientist there is the joy in pursuing truth which nearly counteracts the depressing revelations of truth. ▬ H. P. Lovecraft
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 371
Points : 762
Date d'inscription : 21/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Maddie Purple
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 18 Aoû - 9:03

Maddie avait du mal à émerger du brouillard fiévreux dans lequel la douleur et le traumatisme l’avaient plongée. Il s’agissait peut-être aussi d’un refuge, une sorte de bulle où elle n’avait pas a affronter la réalité. Elle se serait certainement laissée couler loin de la souffrance sans le sentiment que son amie était en danger et la voix apaisante de Rajesh. Elle aimait l’écouter parler de tout et de rien, de ces sujets qui auraient pu avoir l’air si anodins mais qui, finalement, prenaient des allures de vestiges d’un savoir rare et précieux quand il les abordait avec cette minutie et cette précision qui n’appartenait qu’à lui.

Qui encore dans ce bas monde pouvait se souvenir de ces petits morceaux de cultures qui auraient été perdus sans lui ? Rajesh était miraculeux à déterrer ces fragments de mémoire que Maddie pouvait écouter pendant des heures, bercée par les douces paroles de son scientifique. Il était son refuge. Mais elle sentait aussi la tension et l’inquiétude qui le mêlait à sa voix douce et patiente. Ce n’était pas comme dans le talkie, il y avait quelque chose de plus triste et de plus tendue dans son ton qu’elle n’aimait pas. Intuitivement elle savait, mais une partie d’elle refusait de comprendre.

Pouratnt il fallait qu’elle revienne, elle ne savait, elle ne pouvait pas les abandonner, quoiqu’il lui en coute. Elle essaya de se concentrer sur ses mots. Batman… oui ca c’était quelque chose qu’elle comprenait. Elle avait assez arpenté les allées de la comic con avec juste des petites feuilles collées sur le corps pour bien maitrisé le sujet du super héros sans réel autre pouvoir que sa détermination, et la fortune parentale. Elle ne savait pas que c’était une unité de mesure. Y avait il un lien ? Non certainement pas, l’un évoquait des chauvesouris alors qu’elle doutait que chauvesouris se prononce comme en anglais chez les babyloniens. Oui elle trouvait ça amusant.

Elle l’entendit lui demander de ne pas mourir. Au lieu de paniquer en se disant qu’elle devait aller sacrement mal ou s’interroger sur le mal dont parlait Rajesh, elle ne retint que le fait qu’il s’inquiétait pour elle. Maddie ne changerait jamais, quoique Joshua pensait avoir brisé en elle, elle était forte et resterait fidèle a elle-même, quelques soient ses blessures.

Elle serra la main de Rajesh et essya d’ouvrir les yeux pour voir son beau visage. Il était là, il avait l’air pale et inquiet. Elle n’aimait pas ça. Elle essaya de lui sourire pour le rassurer, mais elle avait du mal tellement elle se sentait faible. Elle ne savait pas où elle était, mais elle s’en fichait.

« Tu es vraiment là ? Tu… tu es venue me sauver ? »


Elle avait la gorge affreusement sèche. Mais elle n’en avait rien à faire. Elle se contentait de le regardait avec adoration et imaginait bien son Batman de laboratoire avoir voler à son secours. Finalement, il avait entendu son message, et il était venu.  

« Juliet ? »

Elle essaya faiblement de se redresser sur l’étrange couche ou elle était en se tenant à lui comme si sa vie en dépendait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Bring me to LifePage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum