We are family Ft. Aube



InformationsContact
avatar
Messages : 588
Points : 658
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Aoû - 0:46

Un mois depuis qu'Aube a disparu et toujours aucune nouvelle. Selon ma propre règle, si je ne trouve pas la disparue dans les deux semaines, c'est qu'elle ne veut pas être retrouvée, si je ne la trouve pas dans le mois, elle est probablement morte. Ça me brise le coeur mais en ce jour, je n'ai pas la tête à penser à autre chose tandis que je m'assied sur un trottoir pour verser quelques larmes. De toute manière, personne ne me verra dans cette ville fantôme et le parc où j'ai rencontré celle qui allait devenir ma fille adoptive avant de disparaître est toujours aussi désert si on fait exception du rôdeur sans jambes qui se colle aux barrières pour tenter vainement de m'attraper à vingt mètres de distance.

J'ai envie de hurler tout mon malheur et je ne pensais vraiment pas refaire un deuil aussi vite. Pourquoi elle ne m'a pas retrouvé? Est-ce qu'elle est morte rapidement ? Est-ce qu'elle me cherche ? Tant de questions sans réponses et j'en suis même venue à soupçonner Declan, son véritable père, de l'avoir enlevé mais je n'ose pas m'approcher du camp de Fort Hope. Non seulement je n'ai aucune garantie qu'il soit responsable de la situation, mais si je me trompe, il me tuera pour avoir perdu sa fille, je n'en doute pas.

Me voilà donc avec des larmes qui font couler mes peintures de guerre comme si je n'étais qu'une gamine avec de la boue sur le visage jusqu'au moment où un mort en état de me bouffer s'approche. Sauf que je sais maintenant que même s'il arrivait à me mordre, je ne crèverais même pas de ça. Yinsheï s'en est assuré et je ne crains plus aucune morsure de déterré. Je le regrette maintenant, je préférerais mourir que de faire le deuil de Dawn.

Je me lève donc, les yeux rouges et humides mais mon épée en main. Ce merdeux va me servir de punching ball et quand il arrive à portée, j'abat ma nagui dans un cri furieux, séparant net le bras gauche de son corps. Un second cri et son autre bras tombe au sol agité des derniers soubresauts des nerfs et tendons. Le pauvre monstre stupide se débat toujours et je l'envoie voler au sol d'un coup de pied au sternum. Incapable de se relever, il tombe au sol et c'est à ce moment que ma rage se libère. Lorsque j'en ai fini avec lui, il ressemble plus à un saucisson prêt à manger qu'à un bipède, un coup de nagi aussi violent que possible à chaque double-décimètre transforme le mort en une série de tranche dont les dernières laissent le cerveau bien visible mais je n'en n'ai cure. Je balance ma lame un peu plus loin et me rassieds pour pleurer. Le plus dur est de ne pas avoir de corps à enterrer.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 704
Points : 244
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Sam 12 Aoû - 15:03

The park....
Les liens du sang
Je silionne les rues de Detroit, à la recherche vainement de ma Mère, aujourd’hui, c’est le dernier jour, où je la cherche encore...soit elle est morte, soit elle ne veut plus de moi...je préfère la première option...que de penser qu’elle m’ai abandonné à mon sort, le Soleil commençait déjà à se coucher, ma fatigue se mêlait à de l’appréhension, j’ai décidé de repasser par le parc où j’ai rencontré celle que je considérais comme ma Mère, sans elle j’aurais sûrement rejoint les rangs des morts à l’heure qu’il est…
Dante cette petite boule de poil trotinnait à mes côtés, je l’ai retrouvé aujourd’hui par je ne sais qu’elle miracle, il était acculé à un mur, face à une meute de chien, ils ont tous rencontrer le tranchant de ma lame, ça faisait déjà un mois, que j’avais quitté la maison de Grand-Père, pour ce qui devait être une simple promenade à la base, mais depuis l’épisode des cannibales, Haley, le Labo…
Je n’étais pas sûr qu’il me reconnaisse au début, après tout je l’avais laissé livré à lui-même, pensant le récupérer à la fin de la journée, il a encore grandis, maintenant c’est pratiquement un adulte, sa fourrure est douce et dense, c’est déjà ça, j’ai dû perdre beaucoup de temps à le caresser
Maintenant, il m’écoute au pied et à la lettre, grâce à certaines personnes qui m’ont bien aider avec lui
Mes protections de cuir, commençaient à me gratter, j’ai très chaud aussi, de la buée se forme sur la visière de mon casque anti- émeute, customisé

Je vois au loin, assise sur une des banc, une femme recroquevillée, qui pleure à chaude larmes , je me rapproche doucement d’elle, sortant mon épée courte de son fourreau
J’avais appris durement à me méfier des inconnues, quand soudain elle se relève, dégainant une sorte d’épée, que j’ai l’impression d’avoir déjà vu
Par peur, je me jette derrière un buisson
Je la vois s’attaquer avec rage sur charcuteur, son style de combat, me rappelle ma Mère…
Et puis que fait quelqu’un soit dans ce trou paumé, c’est bizarre, je n’arrive pas à bien distinguer, son visage caché par ses longs cheveux bruns, comme Maman encore une fois
Je me décide à sortir du buisson, Dante sur mes pas, tout excité à la vu de la dame…
-Vous allez bien ?
Je me rapproche sur le qui-vive, prête à en découdre si elle était dangereuse, à quelques mètres, je la reconnais...c’est.....bien…ma...Mère

-Maman ? Dis-je en baissant mon épée, d’une voix étranglé
© Mister Hyde

_________________




Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 588
Points : 658
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Aoû - 3:20

Mes yeux clignent bien quatre ou cinq fois avant que je ne redresse la tête pour observer l'origine de la voix que j'attribue bien évidemment à ma fille. Tout est flou à travers les larmes et je passe un coup la manche de mon blouson en cuir renforcé sur mon visage pour éclaircir ma vision. Il y a bel et bien une jeune fille devant moi, elle ressemble beaucoup à Aube et je remonte les yeux vers son visage quand mes larmes redoublent d'intensité, mais pour une autre raison.

- Auuuuuuuube!!!

Il n'y a plus rien d'autre qui compte et je me lève comme un ressort dans le claquement métallique que font mes lames s'entrechoquant contre les protections d'acier de mon blouson. En trois pas dignes d'un élan pour du saut en longueur, je suis sur ma fille et me jette à genoux devant elle, glissant sur le bitume et déchirant mon jeans aux genoux pour la serrer dans mes bras.

- Je t'aime de tout mon coeur! Ne me refais plus jamais ça s'il te plaît!

Si j'avais besoin d'une preuve que mon amour maternel est bien présent malgré l'assèchement de mon coeur, je l'ai et même si c'est impossible au possible, je me jure intérieurement de ne plus jamais lâcher du regard ma fille adoptive.
Sans rien dire, je la serre encore plus contre moi, l'étouffant sans doute un peu mais comme toutes les mamans le font et respire une grande bouffée d'air parfumée par l'odeur douce de ses cheveux. Plusieurs dizaines de secondes passent avant que je la libère pour déposer un baiser sur son front et la regarder de manière un peu plus générale. Mon regard se pose alors sur sa main gauche, enfin... son moignon et mes yeux s'agrandissent de stupeur.

- Qu'est-ce qu'il t'est arrivé mon ange?

Je commence à comprendre pourquoi elle ne revenait pas et mon cerveau engourdi par le bonheur commence à analyser la situation. Elle a eu un gros problème, mais elle sent bon et est en tenue de combat ce qui signifie que quelqu'un s'est occupé d'elle, mais qui? Par le groupe de Logan ou je l'aurais su et pas son père ou elle ne serait pas revenue. Une vérité me frappe alors. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir dire à Traeger pour justifier que sa fille, sa fille unique et biologique a perdu une main sous ma protection? Je vais probablement vraiment mourir dans pas longtemps... Mais Dawn est sauve, c'est l'essentiel.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 704
Points : 244
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Lun 14 Aoû - 13:51

The park....
Les liens du sang
Je vois Mère redresser sa tête, et pleurer de plus belle en me voyant, elle se redresse très rapidement, et en quelque bonds elle me rejoins, je suis pétrifié, un mélange de soulagement et d’amour, couplé à la de la culpabilité, me parcours, après tout, c’est moi qui l’a laisser sans nouvelle pendant un mois et demis, lui brisant sûrement le cœur par la même occasion, elle me prends dans ses bras, je me laisse faire, puis passe mes bras autour de son cou à mon tour, enfuissant ma tête au creux de son épaule
Bon sang que cela m’avait manqué, sentir ses bras autour de moi quand elle me réconfortait
Je pleure à chaude larmes, et dire que j’avais cru qu’elle était morte, où qu’elle m’avait abandonné
-Oui, oui je veux plus te perdre…. Moi aussi, je t’aime…
C’était vrai, je ne voulais plus perdre de nouveau ma Mère, c’était trop douloureux…
Elle m’inspecte de la tête, je ne cache pas mon moignon,je m’étais habitué, à qu’il soit là, aussi douloureux cela est-t-il, de le voir, ou de sentir que je n’ai plus de mal, je m’habitue petit à petit à ça
-C’est une très longue histoire maman…. Dis-je d’un ton lasse
Je me dirige vers un banc, et m’assois dessus, me mettant à l’aise, ça allait être long à expliquer, je le sens …
Depuis que c’est arrivé, je me repasse le film sans arrêt, dans mes cauchemars, les monstres sont les cannibales, chaque petit objet, m’amène brutalement dans un passé, que je voudrais oublier
-J’étais partie pour une promenade, comme les autres...tu sais que j’aime bien faire ça...j’ai laissé Dante aller chasser, croyant que je le reverrais rapidement. D’ailleurs, il doit n’être pas loin…
Je vois des buissons bouger pas loin de nous, et mon magnifique husky sortir, fière un oiseau dans sa mâchoire, il se place à côté de nous et commence à déchiqueter son repas, la vue du sang, ne me fait plus vomir, pour mon plus grand bonheur, même si je suis pris de vertige à la vu d’un cadavre inerte, je précise et non pas les charcuteur, qui sont plus que des câfards pour moi
-Bref, j’ai rencontré ma cousine, du côté maternelle, elle s'appelle Charlie et elle a les cheveux roux…
C’était des détails sans importance, mais je me devais de lui expliquer
-Elle a connu celle qui m'a mit au monde…
Je ne l’appelait plus par son titre, et puis je ne l’ai jamais connu, elle ne me manque pas, mais il y a comme un creux dans mon cœur, compensé par ma Mère, certaines fois, je lui en veux presque
d’être parti si vite…
-J’étais sur son vélo, on se dirigeait vers Detroit, pour récupérer quelques affaires si possible, quand des cannibales nous sont tombé , mais beaucoup plus effrayant, que ceux qui on failli nous tuer toutes les deux...J’ai été frappé dans tous les sens, malmené, car j’avais ouvert ma grande gueule au mauvais moment...Ils nous ont mis, dans un camion « Burger King », comme si nous n’étions que de la viande, ce que quand, on y pense est le cas en soit, ils nous on conduit dans un cave, où j’ai retrouvé ma meilleure amie depuis mes 7 ans
Je met sous silence, le fait qu’elle m’a embrasser, et un mois après , nous nous sommes embrassé langoureusement…
-Bref, on m’a coupé la main, comme la tête pensante de ces salauds, l’avait dit au début, j’ai vraiment cru que j’allais mourir, quand ma cousine à réagis, et avec l’aide d’un garçon du groupe les a tuer tous, puis a abattue le garçon, d’après ce qu’elle a bien voulue me dire, ensuite elle m’a conduit à son groupe, qui est dans une sorte de gros labo, avec plein de matériel médical, c’est eux qui m’on soigner, je suis resté dans un lit d’hôpital pendant un mois, c’était affreusement long...mais il y a deux semaines, Haley ma meilleure amie, et venu me passer le Bonjour, et de fil en aiguille, nous avons sauté d’une voiture en marche, pour semer un gars du Lab’ et être de nouveau libre, on a erré pendant une bonne semaine, jusqu’à rencontrer un vieux sage, qui se promène avec un bâton, et qui n’a pas peur des charcuteur, et je le suis depuis une semaine je crois...Voilà tout ce met arriver...J’aurais sincèrement préféré, vivre quelque chose de moins dangereux et palpitant, mais voilà, c'est notre quotidien à tous....
Je pose ma tête sur son épaule
© Mister Hyde

_________________




Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 588
Points : 658
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Aoû - 18:19

Dawn me lance information sur information et sans le vouloir, je cligne plusieurs fois des yeux en mode error 404 tellement c'est surprenant et compliqué. Sa cousine : Charlie, sa meilleure amie ? Haley ? Ça fait trop de noms pour tant d'émotions et si mon sang ne fait qu'un tour en apprenant que des cannibales avaient l'intention de manger ma fille, je ne peux m'empêcher de lever les yeux au ciel, reconnaissante de l'avoir retrouvé. Elle continue de parler mais je la colle contre ma poitrine en souriant et pleurant jusqu'au moment où elle termine de raconter son histoire. Elle reste encore contre moi un petit moment avant que je ne prenne sa tête entre mes mains pour déposer un nouveau baiser sur son front, puis un autre comme si j'avais peur de ne plus jamais en avoir l'occasion.

- Tu t'es incroyablement bien débrouillée, je suis fière de toi!

Que dire de plus à cette fillette qui malgré tout ce qui a pu lui arriver, a su me retrouver? Je me rends compte à cet instant que l'engagement que j'ai pris en devenant sa mère est plus qu'un simple serment. La petite représente maintenant l'avenir des Callum et je me félicite intérieurement de ne pas avoir à traîner une grossesse là au milieu pour avoir la chance d'être mère.

- Tu as rencontré Yinsheï ??!!

Un sourire éclaire mon visage en pensant au vieil homme qui m'a sauvé la vie et sans réfléchir plus longtemps, j'ouvre la fermeture éclaire de mon blouson avant de soulever un peu mon T-shirt pour montrer à Dawn la morsure qui marque mon flanc droit.

- Il m'a trouvé il y a quelques temps dans un appartement délabré d'un bled dont je ne me souviens même plus du nom. À ce moment, je regrettais juste de ne pas t'avoir retrouvé avant de mourir...

C'est difficile de réprimer ses larmes mais je souris malgré tout et poursuis.

- Il m'a montré qu'il y avait une autre issue. La morsure ne m'a pas tué! Mais la douleur était atroce, pire que ce dont je suis capable de me souvenir.

Dans un sens, on a toutes les deux bravé la mort dans le dernier mois, je m'en tire mieux mais la petite a fait preuve d'une détermination à toute épreuve et je ne peux m'empêcher d'éprouver une immense fierté en la voyant ainsi vêtue avec sa lame.

- Je suis tellement contente de te revoir!! Plus rien ne t'arrivera!

La petite finit à nouveau étranglée dans mes bras tandis que Dante qui m'a finalement reconnu vient sur le banc, pose ses deux pattes sur mon épaule pour me lécher le visage. Tout vient de s'éclaircir comme un putain de compte à la Sherlock Holmes et je m'en veux un peu d'avoir accusé Declan. Et en parlant de ça...

- Dawn? J'ai quelque chose d'important à te dire... Il te reste un parent en vie.

Non il ne s'agit pas de la dénommée Charlie, qu'elle ait connu sa génitrice ne m'intéresse pas d'ailleurs, je suis probablement dix fois meilleure avec le peu que j'arrive à faire pour ma fille. Il ne s'agit pas de moi non plus, je pense qu'elle est au courant. Il s'agit de Traeger.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 704
Points : 244
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Jeu 17 Aoû - 11:47

The park....
Les liens du sang
Je rougis encore
-Tu sais il n’y a rien d’héroïque à rester inconsciente dans les bras de quelqu’un, puis dans un lit d’hôpital...Dis-je en regardant mes chaussures, gênées par son compliment
Malgré tout mes efforts, je n’arrivais jamais à ne pas rougir, dès que quelqu’un parlait de moi...je ne me considérais pas comme une guerrière ou une pale copie en tout cas
J’espère devenir un jour aussi forte que ma Mère, mais à part de fébrile mouvement d’épée, et des protections qui me font suer même en hiver quand je cours, j’étais très mal partie
Peut-être, bien que je dramatisais tout ça, mais bon, j’ai dû abandonner ma lance puisque je n’avais plus qu’une main, pour me contenter d’une épée courte, et ça fait bizarre au début…
Moi qui étais habitué à embrocher les charcuteur de loin à l’abri des morsures, maintenant, je dois rentrer dans la mêlée, au cœur de l’action, et dieu merci j’ai mon armure de cuir, mais j’évite de rester longtemps dans cette mêlasse de cadavres, il pourrait déchirer mes protections, et à partir de ça, j’étais cuite.
J’acquiese quand elle me demande si j’ai rencontré « Yinsheï », je suppose qu’on parle de la même personne,
Son nom sonne asiatique, et le vieux sage avait des habitudes bizarre…
Oui je ne connais rien à la culture de là-bas, à part peut-être qu’il mangeait avec des baguettes ces fous….une fourchette ce n’est pas plus facile à manier que des bouts de bois…
Mes son sourire m’arrache de mes pensées, elle ouvre son blouson, puis soulève légèrement son T-Shirt
Je me demande bien ce qu’elle veut me montrer...peut-être un tatouage qui sait...tout excitée je l’observe
Quand soudain je vois avec effroi, une morsure sur son flanc, apeuré je me colle à l’extrémité
-Mais...mais.….tu as une...une morsure...tu...tu devrais être morte….
Elle m’explique calmement, comment elle a pu survivre à ça, ce qui est techniquement impossible…
-Tu es sûr que tu hallucinais pas à ce moment-là… Dis-je suspicieuse
Peut-être qu'elle dit la vérité après tout, le sage n'avait pas peur des morsures alors...
Mais elle m’interrompt encore dans mes pensées, c’était une manie pour elle ?!
En m’écrasant contre elle, j’ai un peu de mal à respirer, mais sentir ses bras autour de moi, son souffle chaud sur mon visage était un pur bonheur…
Son visage s’assombrit quand elle parle de Père..
Je ne savais même pas qu’elle le connaissait, le monde est vraiment petit
-Tu parles de Papa, je ne l'ai pas revu depuis au moins 2 mois….mais tu le connais , ? Comment ?
© Mister Hyde

_________________




Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 588
Points : 658
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Aoû - 17:32

Est-ce que je m'en veux lorsque ma fille me dit qu'elle est restée inconsciente dans les bras de quelqu'un, sachant que ce quelqu'un n'était pas moi ? Je ne me suis jamais sentie aussi coupable. Sa remarque sur ma morsure me fait exploser de rire et les larmes continuent de couler, c'est plus fort que moi.

- Non non j'hallucinais pas ma chérie, c'est un vrai miracle mais j'ai survécu. Et bou-ouh je vais te manger!!

Trop heureuse de retrouver ma fille, je ne peux m'empêcher de faire une blague sur le fait que je devrais être une morte-vivante en l'attrapant contre moi pour poser mes dents contre sa joue sans mordre histoire de la faire rire un coup.

- T'en fais pas pour ton bras, on trouvera un moyen pour que tu ne perdes pas trop tes capacités. Tu as encore mal ? Ça se passe comment?

Je n'ai pas encore trop d'idée et je ne compte pas mettre un crochet à ma fille, mais un bout de harpon bien fixé pourrait lui être vraiment super utile. Elle a perdu une main, ce n'est pas la fin du monde selon moi et si Alair est encore capable d'opérer avec un seul oeil, je suppose que la prunelle de mes yeux n'a pas tué son dernier psychopathe.

- Je l'ai trouvé en te cherchant. Il était blessé et je me suis occupée de lui. J'ai eu du mal à le croire mais il était tellement convaincu... Tu aimerais le revoir?

Je m'en veux un peu de lui avoir piqué son alliance mais bon, c'est comme une garantie pour moi même si j'aurais probablement dû éviter de l'énerver encore plus. En parlant de Traeger, je me rends compte que je n'ai pas hâte du tout de le revoir, comme si je le faisais pour Aube mais qu'en même temps, je savais que j'allais la perdre en l'envoyant vers cet homme.

- Tu vas rester avec moi pas vrai?

Sa réponse est importante pour moi et je crains vraiment d'être laissée sur le carreaux par l'une des rares personnes qui se soit creusé une place dans mon coeur. S'il fallait l'apparition d'un père et la perte d'une main pour me transformer en maman poule avec Aube, c'est fait et le prochain qui l'approchera perdra bien plus que la tête.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 704
Points : 244
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Ven 18 Aoû - 8:04

HRP:
 

The park....
Les liens du sang
Je rigole à gorge déployé quand elle fait semblant de me mordre, ça m’avait aussi manque ça, bien trop...j’aime ma mère , c’est elle qui m’a nourrit, logé, réconforter, protéger alors oui c’est une pure maman poule mais une poule tueuse et rebelle
Sans elle je ne serais pas ici sur ce banc, à discuter avec elle
Je pose mon regard sur le bac à sable un peu plus loin c’est là que tout avait commencé
Franchement vu sa tête en me voyant à l’époque, j’ai cru qu’elle allait me tuer, nettement et proprement, de toute façon ça n’avais aucune importance à l’époque, je voulais en finir de toute façon...j’étais affamé...à bout par un long voyage qui m’avait mené dans une ville vide de vie une nouvelle fois
Je ne sais pas vraiment quand, je l’ai considéré comme ma Mère et moi sa fille
C’est peut-être venu tout seul avec le temps, et puis j’ai dû l’attendrir avec tout ses câlins, et voilà le résultat maintenant, la dure à cuire et devenu très câlin et protectrice
Je ne sais pas si je devrais être fier de cette transformation, après tout, elle était bien plus sympa en Mère aimante même d’adoption, qu’en Amazone qui passe ses journées à défoncer du charcuteur et en option des pillards et tout ce qui suit aussi
Je m’inquiète un peu pour mon Père quand elle me dit qu’il était blessé, mais je lui fais confiance pour l’avoir soigné convenablement au moins, et lui pour avoir survécu après
Maman n’a pas l’air de l’apprécier, c’est vrai qu’il n’est pas très sociable, c’est surtout parce qu'il n’arrive pas exprimer ses sentiments...mais je dois avoir faux, après tout qui suis-je pour savoir ce qu’il se passe dans sa tête
-Oui ça pourrait être sympa de le revoir
Je vois sa mine se déconfire, petit à petit que croit-elle ?!
Je m’attendris devant sa question, elle s’inquiète par notre suite commune
-Pour toujours ensemble, je ne resterais jamais loin de toi, je t’aime bien trop pour ça
Puis sans lui laisser de temps de répondre, j’enroule mes bras autour de son torse, et me colle contre elle lui murmurant à son oreille
-Je t’aime.
© Mister Hyde

_________________




Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 588
Points : 658
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Aoû - 16:00

Sympa de le revoir, pour toi ma fille mais on en reparlera. En attendant, je suis trop heureuse de l'entendre dire qu'elle veut rester avec moi pour me soucier de la réaction de son père.

- Moi aussi je t'aime Dawn.

Pour une fois que je suis naturelle avec elle et qu'aucune retenue n'est forcée, je profite de ce câlin pour la rassurer sur le fait qu'elle restera avec moi. Avec toute cette agitation, des morts commencent à approcher, traînants leurs loques et des chaussures aux semelles tellement usées que certains ont le bitume qui commence à leur déchirer les pieds. Un râle général attire mon attention et après avoir recoiffé une mèche folle sur le front de ma fille, j'essuie une dernière fois mes larmes et me lève pour aller ramasser ma lance nagi.

Deux coups plus tard, la tête du premier rôdeur roule sur le sol, sectionnée à la nuque. Je ne me baisse pas pour le fouiller, les autres lui collent au train et de toute manière, seuls les cadavres frais sont dignes d'intérêt, celui-ci aura au maximum un paquet de clopes complètement défoncées et un portefeuille vide de toute chose utile. Je ne suis pas comme ce grand géant de Robert à ramasser les id de mes victimes.

- Viens mon ange, on file.

Aube n'a plus de vélo et c'est loin de me déplaire. Au moins nous irons vite et je la fait grimper sur la moto devant moi pour la tenir entre mes bras avant de monter derrière elle. Elle est très mince et ce n'est pas difficile de l'encadrer avec mes bras en tenant le guidon du bolide qui fonce bientôt dans les rues de Detroit jusqu'à un endroit que j'ai décidé de lui montrer. La route est gravée dans mon esprit tellement je l'ai faite de nombreuses fois et la kawa ralentit bientôt devant une maison à l'aspect tout à fait typique face à ce qui fut jusqu'à il y a peu la bibliothèque de l'université. Et dire que le corps de Leroy repose sous tous ces décombres. Mais c'est bien la bâtisse qui m'intéresse et sans dire un mot, je fais avancer Aube devant moi en la tenant par les épaules.

Si la multitude de photos de famille et de diplômes en disent long sur les gens qui habitaient ici, je me sens un peu obligée de le dire à haute voix pour ma fille.

- Bienvenue chez moi. C'est ici que j'ai grandit.

Elle me regarde et je vois la surprise dans son regard. J'ai du mal à revenir ici même si je sais que Barry s'est occupé des restes de mon père. Je n'ai jamais cherché à comprendre ce qui était arrivé à mes parents et en aventurant mes pas dans le salon, je remarque la porte ouverte du bureau et par l'ouverture, la baie-vitrée brisée dans laquelle j'ai été projetée.

- Viens ma puce.

Deux ans d'inhabitation n'ont pas réussi à rendre la maison entretenue au possible insalubre et si une légère odeur de moisi y règne, les murs et tous les meubles tiennent bon si bien qu'on pourrait croire qu'elle s'est figée dans le temps lorsque j'en suis partie. Nous passons dans l'escalier devant une multitude de diplôme, à gauche les miens, à droite ceux de Luke. Notre père était quelqu'un de fier et chaque diplôme, chaque médaille, même les plus insignifiants, ont trouvé une place sur ces deux murs. Malgré moi, je m'arrête devant le prix qu'Instagram m'avait envoyé pour mes 50.000 abonnés et laisse échapper un sourire avant de pousser la porte de ce qui fut ma chambre.

Rien n'a bougé et je suis prise d'une émotion assez surprenante et innidentifiable, du regret? Je laisse la petite regarder la décoration asiatique que j'avais installée et le macbook encore intacte bien plié et branché sur le bureau. Pendant ce temps, je me tiens à la barre de traction fixée dans l'encadrement de ma porte comme toutes les portes de chambre de la maison.

- Je voulais que tu vois ça.

C'est clair que j'ai eu une enfance et une adolescence heureuses, je n'ai jamais manqué de rien et si mon père était un malade du sport et ma mère des études, j'ai toujours sû me retrouver dans cet univers.

Cette sensation bizarre me tord le ventre mais je ne regrette pas d'être ici. À mon avis, Aube avait besoin de voir d'où je viens, ça lui donne également une bonne idée de qui j'étais avant tout ça.

- Et ma plus grande fierté de l'époque.

D'un geste, j'ouvre le dressing plein à craquer de vêtements. Ça sent la poussière mais je ne peux m'empêcher de sourire en remarquant que j'avais plus de paires de chaussures que je n'ai d'armes maintenant. Je me demande ce que diraient mes parents s'ils me voyaient maintenant, armée jusqu'aux dents, une lance à la main, toute habillée en noire avec des protections, les cheveux tressés et des peintures de guerre sur le visage, et plus important que tout, avec ma fille. C'est sûr que nous dénotons avec l'environnement et à ce moment quelque chose me frappe : une évidence qui n'a mis que trop de temps à s'imposer à moi. Ce n'est plus ma vie du tout dorénavant et ça ne le sera plus jamais. C'est fini, j'ai tué bien trop de monde, pour me défendre et de sang froid, pour avoir la moindre chance de revenir en arrière.

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 704
Points : 244
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Sam 19 Aoû - 11:50

The park....
Les liens du sang
Les morts, se rapprochent déjà, au loin, j’entends les râles des affreux…
Maman se lève et s’avance froidement vers un charcuteur qui a la malchance de croiser son chemin, j’aimerais bien m’occuper de lui, pour lui montrer que je sais encore me défendre malgré mon handicap
Elle l’élimine rapidement et simplement, tel une tueuse à gages dans l’ancien
Je me lève à mon tour, pour me dégourdir les jambes, remettre mon casque posé à côté sur ma tête et vérifier mon équipement, du coin de l’œil, je la vois fouiller le cadavre, je me contente de détourner la tête, attendant patiemment qu’elle revienne
Elle me fait monter sur le moto, m’entourant avec ses bras, je pouvais le faire tout seul, mais ses petites attentions était loin de me déplaire
Elle roule avec assurance sur une route, le vent fouette mon casque et mes protections, je relève la visière de celui-ci, je suis heureuse, mais je sais que je ne pourrais revenir chez Grand-Père…
Soit ma Mère me suit, soit je devrais me séparer d’elle...à nouveau, mais ce n’est pas le moment d’en parler, elle a l’ait si heureuse elle aussi
Finalement, nous nous arrêtons, devant ce qui ressemblais à une bibliothèque ou un bâtiment du gouvernement un truc comme ça…
Des pans entiers des murs sont brûlés, les vitres sont brisée, une grosse partie du bâtiment s'est affaissée sur lui-même.
Je discerne un regard triste dans les yeux de ma Mère quand elle se trouve devant le bâtiment ruine
Je me demande bien pourquoi elle m’a amené ici, j’hésite à lui poser la question, mais la réponse me saute aux yeux, sur les meubles, il y avait ma Mère photographié en compagnie de parfait inconnu, ses parents sûrement, au mur, il y avait une quantité considérable, de diplômes et de médailles
Je me demande bien pourquoi elle m’a amené ici, j’hésite à lui poser la question, mais la réponse me saute aux yeux, sur les meubles, il y avait ma Mère photographié en compagnie de parfait inconnu, ses parents sûrement, au mur, il y avait une quantité considérable, de diplômes et de médailles
-Pourquoi toi et tes parents, vous encadriez des bout de papier et des médailles ?! C’est bizarre quand même comme occupation, tu ne trouves pas…

Elle me conduit jusqu’à une pièce, où il y a un lit, des meubles, un bureau et surtout une décoration qui fait penser aux samouraïs là...
Un ordinateur est posé sur le bureau, il n’a pas l’air d’avoir bougé depuis tout ça…
Je me rends compte peu à peu, que Maman à eu une enfance heureuse avec ses parents, elle devait être tout le comblé, peut-être pourrie gâté et comme ses cruches de filles, qui crie devant un insecte…
Mais quand je la vois, avec son air farouche, ses peintures, ses armes qui pourraient constituer tout un arsenal pour un petit groupe….je me dis qu’elle a changé en profondeur...et que je suis fière de l’avoir comme Mère…
Elle ouvre un placard, à l’intérieur, il y a toute sorte de vêtements, je regarde émerveiller tout ça…
Les vêtements n’ont pas souffert aussi, ce qui est décidément bizarre à force
-Wow tu en avais de la chance….
© Mister Hyde

_________________




Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 588
Points : 658
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 5:55

Sa question m'arrache un rire et je la prends pas l'épaule en regardant cette chambre du passé.

- Les bouts de papiers sont des diplômes, des récompenses pour avoir bien étudié et mon père les gardait toutes y compris les médailles. Pour lui, ton entraînement avait de la valeur à partir du moment où on t'offrait une récompense pour te féliciter.

Et mine de rien, il a bien réussi mon éducation puisque ce rapport de valeur est resté bien gravé dans ma mémoire et que j'ai toujours accordé beaucoup d'importance à mes diplômes.
Pour l'amuser, je sors deux robes de soirées et en place une devant elle pour regarder l'effet que ça donnerait avant d'en mettre une devant moi. C'est ridicule et très vite, j'arrête.

- Une chance de tous les diables. Je suis tombée dans la bonne famille. Allez viens ma belle.

Derrière nous, je referme la porte du sanctuaire de mon passé, ou du passé de Leïa Callum, fille aimée et soeur du tonnerre, c'est ce qui pourrait être écrit sur ma tombe si tous n'étaient pas déjà morts, et l'entraîne avec moi dans le couloir pour redescendre. Les autres portes mènent à la chambre du Luke et la chambre parentale et les deux m'étaient proscrites donc l'intérêt n'y est pas. En revanche, le salon et le bureau sont bien plus intéressants et bientôt, je passe la porte du garage pour admirer... le toit du garage qui s'est effondré sur le pick-up de mon père. Tant pis, il y aura au moins une partie de la maison qui n'aura pas supporté le passage du temps et finalement, nous remontons les traces de boues laissées par nos bottes jusqu'à l'entrée avant de jeter un dernier regard sur ce qui fut ma vie.

- C'était un autre temps. J'ai du mal à croire que ça ne fait que deux ans mais... je voulais que tu vois d'où je viens. La dernière fois que j'ai passé cette porte, je n'avais jamais tué personne.

Aussi pour lui faire prendre conscience que le mental est le plus important pour survivre. Je n'avais pas de condition physique particulière, j'étais bonne en sport mais loin d'être la meilleure et je ne m'étais jamais battue de ma vie avant que les morts ne se relèvent. Il aura fallu que mon frère meurt et que je sois battue pour me relever plus forte. Sur le coup, avec la pression de devoir éduquer Aube et le besoin de survivre tandis que j'entends un mort gratter contre la porte, j'aimerais revoir mes parents juste un instant pour les serrer dans mes bras. Au bout du couloir, la porte de la cuisine entièrement vitrée donne sur le jardin et je remarque pour la première fois la croix en bois plantée dans le sol. Ainsi, Barry aura accordé une vraie sépulture aux restes de mon père.

Heureuse d'avoir réussi à trouver en lui et Alair des personnes qui ont bon fond, je me remémore mon réveil à l'infirmerie sous les yeux du chirurgien anglais et ma rencontre avec le paramilitaire. Je n'aurais jamais imaginé ce qui a suivi mais maintenant, je suis plus forte que jamais et c'est le sourire aux lèvres que je fais signe à Dawn de s'écarter de la porte pour que j'ouvre. Un coup de pied et le monstre qui se frottait à la maison de mes parents vole en bas de l'escalier. Il n'a pas le temps de se redresser sur ses membres pourris que mon sabre lui fait voler un pan entier de la tête et je ramène ma fille adoptive à la moto.

- Prête à rentrer ma chérie ? Je suis sûre que tu as encore un million de choses à me raconter ?

_________________

   I survived because
the fire inside me burned
brighter than the fire around

Les crédits de la signature sont pour Tumblr, ceux de l'avatar pour Bazzart
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

We are family Ft. AubePage 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bataille à l'aube...
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» [Juge]-Brigandage-Aube-(10/01/57) [Retraite]
» Demain, dès l'aube...
» L'aube écarlate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum