Definitely Maybe - Nora



InformationsContact
avatar
Messages : 162
Points : 117
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 11:58

Elle n’était même pas arrivée à Chicago depuis si longtemps que tout lui tombait déjà sur le coin de la figure. Emballant soigneusement les bijoux qu’elle avait dérobé, elle les fourra dans le fond de son sac, juste en dessous de sa trousse à maquillage, avant de fourrer tout un tas de vêtement en désordre par-dessus le reste. Elle se hâtait, elle n’avait pas le choix. Le temps jouait contre elle, et elle avait eu vent que quelque chose de gros allait lui tombait sur le coin de la figure. Le cœur serré, comme si quelqu’un avait noué une corde autour, elle ne parvint pas à soulager cette pression contre sa poitrine à l’idée de devoir partir de sa ville.

Chicago. Elle avait mis des années avant de pouvoir rentrer, tout ça pour ça… Pestant contre elle-même, elle lâcha une injure frustrée, avant d’envoyer un coup de pied dans le bas de son lit d’appoint. Du bruit derrière elle la sortit de sa torpeur, alors qu’elle posait ses yeux bleus sur Nora. Merde. Merde, elle était rentrée. Liv avait cru qu’elle pourrait éviter d’avoir à s’expliquer devant sa sœur. D’avoir à lui dire qu’elle partait. Mais le choix s’imposait à elle, comme un peu tout dernièrement. Liv ne gérait plus rien du tout, c’était une horreur.

« Désolée Nora, je dois partir. » Lui lança-t-elle froidement, avant de se retourner vers son sac et d’emballer ses derniers vêtements.

Elle lâchait ça comme une bombe, un peu comme on retirait brutalement un pansement pour que ça soit fini. Olivia ne voyait pas comment faire autrement, à dire vrai. Ça faisait un moment qu’elle n’avait pas vu sa sœur, en chair et en os. Un moment, et ça lui avait manqué. Mais ces retrouvailles devaient être de courtes durées, c’était écrit, et Liv ne pouvait pas aller contre. Elle sentit son nez la piquer, mais se défia de pleurer. Il n’était pas question de céder : elle avait passer des années à s’endurcir, à ne pas laisser ses sentiments parler. Ça n’était pas pour craquer devant sa sœur à la première occasion.

« Je sais pas où j’ai merdé, mais j’ai merdé et… » Elle se stoppa soudainement. Que pouvait-elle dire de plus ? J’suis nulle Nora, je sais pas pourquoi tu tiens encore à m’avoir dans ta vie. J’ferais que t’apporter des problèmes, alors fous moi à la porte tant que tu le peux encore ? Non, sa fierté le lui interdisait. « On… » Elle se figea. Hésita. Tritura nerveusement la poignée de sa valise, avant de fermer nerveusement cette dernière d’un geste vif. « On se reverra pas avant un bon moment, j’pense… »

Ça aussi, c’était dit. Comme un second coup de tonnerre.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 67
Points : 364
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 13:09


En soit, la journée d'aujourd'hui ne présageait rien de meilleur ou de pire que les autres jours. C'était la routine pure et dure, mais une routine que j'appréciais fortement. Et puis, j'avais la chance d'enfin pouvoir revoir ma petite soeur. S'appeler, s'envoyer des messages et recevoir de temps à autres une carte postale ça fait plaisir c'est sûr, mais ce n'est absolument pas à la hauteur du fait de se revoir enfin en chair et en os. Ce serait mentir que de dire que ma cadette ne m'avait pas manqué. Après tout depuis sa naissance, j'aimais Olivia plus que tout au monde. Et rien n'avait jamais réussi à changer cela. Sur le chemin du retour de l'université, ayant fini mes cours pour la journée, j'étais passée acheter des cafés pour nous deux. Si ses goûts n'avaient pas changé, j'avais même réussi à lui prendre son préféré. Les petites attentions sont parfois les meilleures comme on dit. Rentrant donc chez moi, je montais les marches deux à deux, assez pressée de voir ma petite soeur. Rapidement, j'ouvrais la porte sans pour autant faire de bruit, un sourire aux lèvres, mais lorsque du bruit montrant l'aspect pressant de ce qui était fait me parvint aux oreilles depuis la chambre, mon sourire se fana lentement. Mes sourcils se froncèrent légèrement et j'avançais vers la source du bruit pour finalement découvrir quelque chose auquel je ne m'attendais pas du tout. Pourquoi... Pourquoi ma soeur était-elle en train d'emballer ses affaires?.. Lorsque son regard se posa sur moi, mon coeur se serra. Je savais qu'elle n'allait rien annoncer de bon. Je savais déjà ce qu'elle allait dire, mais je ne voulais pas l'entendre de sa bouche. Malgré mes prières silencieuses, elle m'annonça froidement qu'elle devait partir et qu'elle était désolée. A ce moment précis, j'ai eu l'impression que le sol se dérobait sous moi. Ma main qui tenait le carton contenant nos deux cafés ne put tout simplement plus résister au poids minime des deux boissons et ces dernières s'écrasèrent au sol. Les gobelets se vidèrent sur le sol mais peu m'importait. « Quoi..? Non... » Bien vite, ma voix s'étrangla comme s'il était devenu trop dur de parler d'un coup. Comment pouvait-elle encore se montrer si froide? Comment.... Pourquoi est-ce qu'elle jouait encore la carte de l'indifférence avec moi? A moins peut-être que ça ne soit plus un jeu à présent...

Au fur et à mesure que mes pensées évoluaient dans ce sens, mon coeur se serrait de plus en plus. J'avais un poids sur la poitrine qui m'empêchait presque de respirer. Je restais là, silencieuse, à voir ma cadette finir de rassembler ses affaires. Chacun de ses mots résonnait dans ma tête comme un coup de feu dans les airs. Et à chaque fois mon coeur se serrait davantage, comme si on me donnait des coups. Si elle avait merdé, je pouvais peut-être faire quelque chose pour l'aider, pour arranger les choses. Lorsqu'elle m'annonça qu'on risquait de ne plus se revoir avant un moment, j'ai senti mes yeux me piquer. Non Nora, ne pleure pas... Pas tout de suite... « Tu peux pas t'en aller comme ça sans rien dire! Et si... Si j'étais pas rentrée tu m'aurais laissée découvrir ça par hasard? Olivia parle moi, je suis sûre qu'on peut trouver une solution! » C'est peut-être égoïste, mais je refusais tout bonnement que ma petite soeur s'en aille. J'avais besoin d'elle... Mais peut-être qu'elle avait encore plus besoin de moi. Mais ça, personne n'aurait pu le deviner.


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 162
Points : 117
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 13:22

Ça aurait été tellement plus facile de ne pas avoir à s’expliquer en face de sa sœur. Soutenir le regard la brune était douloureux, presque trop pour être finalement supportable. Liv reporta son attention sur autre chose : les tasses de café venant tâcher son sol impeccable jusque là. Sa valide prête à être simplement embarqué. Liv n’avait pas les mots pour s’expliquer, et elle ne voyait pas comment dire à Nora que non, son monde n’était pas aussi facile, aussi simple, que le sien. Qu’elle flirtait trop souvent avec l’illégalité, qu’elle n’était pas parfaite comme elle, et si prompte à donner des leçons à ceux qui en demandaient.

Pourtant, Liv aurait aimé avoir la vie de sa sœur. Pouvoir voyager, avoir un boulot stable, ne dépendre de personne à part elle. C’était ce qu’elle avait cherché à construire, à sa manière, mais en tapant systématiquement à côté de la cible. Ses yeux bleus se posèrent à nouveau sur sa sœur, qui ne manqua pas de soulever la manière dont elle lui annonçait ça, avec froideur, désinvolture, indifférence. Comme si tout ça n’avait pas d’importance, comme si ça ne lui faisait pas du mal à elle aussi. Le truc, c’était que Liv était douée pour cacher ce qu’elle ressentait. Les sentiments, ça n’était clairement pas pour elle…

« Qu’est-ce que ça aurait changé ? » Murmura-t-elle plus pour elle-même. Il y avait-il une manière de dire, de partir, de laisser encore derrière elle ce qui comptait vraiment ? Elle pinça les lèvres, serrant entre ses doigts l’arête de son nez pour chasser la culpabilité arrivant à grand pas jusqu’à elle : « Franchement Nora, à quoi tu t’attendais ? » Rétorqua-t-elle sèchement à son aînée.

Elle n’était pas gentille, mais lorsqu’il fallait endosser le rôle de la garce, Liv ne faisait pas les choses à moitié. Elle se jura de mettre de côté ses doutes, ses peurs, ses angoisses. Il fallait partir, et au moins Nora ne verrait pas comment elle vivait, ce qu’il se passait vraiment dans sa vie. Elle garderait juste l’image de cette jeune femme libre, qui parvenait quand même à exister comme ça.

« J’aurais préféré partir sans te le dire, au moins ça nous aurait épargné cette discussion qui nous fait perdre du temps à toutes les deux. » Soupira la blonde en attrapant sa valise, qu’elle plaça sur son épaule avant de serrer autour de son coup un châle et d’attraper ses lunettes de soleil. « Oui, la solution, elle est toute trouvée : Je m’en vais. J’ai pas le choix, et tu le sais très bien. » Martela la blonde une dernière fois, en avisant sa sœur d’un coup d’œil de poursuivre cette discussion.

Pas besoin de se faire plus de mal…
Pas vrai ?

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 67
Points : 364
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 14:16


Comme de nombreuses fois au cours de mon existence, j'étais debout face à ma soeur, totalement impuissante par rapport à ses choix ou à sa vie. Comment est-ce que les choses avaient bien pu devenir ainsi? Qu'est-ce que j'avais pu faire pour qu'elle soit si fréquemment prompte à fuir sans regarder derrière elle? Peut-être tout simplement que son attachement à moi n'était pas aussi fort que celui que j'éprouvais à son égard. C'était tout à fait possible quand on y réfléchit. Douloureux, mais possible. Ne portant absolument aucune attention au café qui était en train d'imprégner le tapis blanc normalement immaculé qui se trouvait au sol, je regardais ma soeur comme si j'étais paralysée et incapable d'agir. En vérité je ne savais tout simplement pas quoi faire. Chacun des mots qu'elle prononçait semblait plus cinglant et douloureux que le précédent. Comme si elle le faisait exprès. Non pas pour me faire du mal par plaisir, mais pour me faire comprendre que quoi qu'il arrive je n'avais pas mon mot à dire là dessus. Pourtant je n'arrivais pas à me faire une raison, à accepter tout cela sans rien faire. A subir plutôt qu'à agir.

Me contentant de faire non de la tete, comme pour lui faire comprendre mon désaccord avec le fait qu'elle ait décidé de partir autant que pour me forcer à réagir et à prendre les choses en main, je n'arrivais pourtant pas à reprendre la parole. A quoi je m'attendais? Bonne question. J'espérais vainement que l'on puisse redevenir aussi proches que nous l'étions par le passé. Mais peut-être que l'âge nous avait séparées d'une manière que même la distance n'aurait pas su le faire. Selon Olivia, cette discussion ne menait à rien et nous faisait perdre du temps à toutes les deux. C'est faux. Je sais que c'est faux. Fronçant les sourcils en voyant ma soeur attraper sa valise ainsi que son châle et se lunettes de soleil, je me mettais dans l'encadrement de la porte pour lui bloquer la route, posant mes paumes contre le cadre en bois pour montrer que je n'étais pas décidée à bouger. « Tu veux t'en aller? Très bien, de toute façon je sais parfaitement que je trouverai jamais une raison qui te ferait rester. Et il est clair depuis un moment déjà que moi j'en suis pas une. Mais j'te laisserai pas partir sans que tu m'aies expliqué ce qui se passe bordel! » Rares sont les moments où la colère est capable de me gagner, mais cette fois ci en était un. J'étais en colère oui. Contre ma soeur qui voulait partir sans laisser de traces, contre moi qui continuais d'espérer qu'elle puisse un jour avoir envie de rester avec moi pas par obligation mais par envie, contre le monde entier même. A cet instant précis, j'aurais pu devenir dingue. J'en avais tout bonnement assez que les choses ne soient jamais positives quand il s'agissait de ma vie privée.


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 162
Points : 117
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 14:33

« Sérieusement ?! » S’offusqua la jeune femme quand sa sœur se posta entre elle et la porte, avec l’intention claire de l’empêcher de partir. Elle était en train de rendre les choses inutilement plus compliquées. Les yeux de Liv lancèrent déjà des éclairs : A quoi jouait-elle ? Pensait-elle qu’elles s’amusaient ?! ça n’était pas une partie de plaisir, déjà, alors pourquoi enfoncer le clou ? Pourquoi en faire davantage ? « Tu vas faire quoi ? Tu vas me séquestrer chez toi ?! » Ironisa Olivia sans pouvoir cacher la pointe acérée de sarcasme dans sa voix.

C’était du grand n’importe quoi. Elle ne put lâcher un soupir agacé. Elles n’étaient plus des enfants. Leur adolescence était loin, très loin d’elle. Un peu comme leur amitié d’antan. Liv ne comprenait pas pourquoi Nora persistait à s’attacher autant à elle. Le cœur avait ses raisons que la raison ignorait, disait l’adage. Entre sœur, ça se justifiait encore probablement… Mais elle ne savait pas si ça pouvait tenir entre elle. Si Nora méritait de souffrir, d’être triste, chagriner, en colère, pour quelqu’un comme elle…

« Si tu ne te pousses pas, si tu me laisses pas partir, c’est en prison que je vais finir Nora, alors bouge maintenant ! » Ordonna férocement la blonde, en foudroyant sa sœur du regard.

Pourquoi la forçait-elle à être odieuse ? Pourquoi la poussait-elle à être méchante avec elle, alors que c’était la dernière chose qu’elle voulait ? Pour le coup, Liv sentit sa rancœur monter, et les mots de son aînée la blessèrent. Elle ne comprenait rien à rien. Elle ne savait pas. Elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle faisait, ni de pourquoi elle le faisait. Ça n’avait rien à voir avec son amour. Ça n’était pas qu’elle ne voulait pas, mais qu’elle ne POUVAIT pas.

« Oh, s’il te plait… » Soupira la blonde avant de lever les yeux au ciel. « C’est pas comme si tu avais vraiment fait quelque chose pour moi quand ça comptait ! » Cracha-t-elle férocement, s’énervant à son tour alors qu’elle n’avait aucune raison de le faire. « Quand j’aurais dû compter sur toi, tu étais ou, dis moi ? C’est trop tard maintenant ! » Argua l’arnaqueuse sans diluer son venin. « C’est trop facile maintenant de te plaindre pour me faire rester, de me faire du chantage, alors que quand j’avais BESOIN de toi, de ma sœur, pour ne pas me casser la gueule, tu étais trop occupée ailleurs !… »

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 67
Points : 364
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 15:03


J'ai toujours détesté me mettre en colère. Non pas par principe ou par je ne sais quelle bien-pensance à la con. Simplement parce que je sais que quand je suis ainsi, je dis des choses que je ne pense pas forcément. J'essaie simplement de me défouler, de faire comprendre ce que je ressens à la personne qui est en face de moi. Mais là, je savais que j'avais fait l'erreur de le faire face à ma soeur. Parce que s'il y en avait bien une de nous deux qui était dangereuse quand elle se mettait en colère c'était elle. Tentant encore de la bloquer pour qu'elle me donne une explication, premier coup de tonnerre. Elle voulait fuir parce qu'elle risquait la prison. Quelle soeur serais-je si je l'empêchais de s'en aller? De protéger sa liberté? Premier coup de tonnerre, premier regret. Bien vite, ma colère redescendait après que je ne lui ai envoyé en pleine tronche le fait que j'imaginais que je n'étais pas une raison suffisante pour elle de rester. C'était de la méchanceté gratuite en soit. Parce que sinon elle ne serait jamais venue vivre chez moi en revenant à Chicago. Quelle idiote je fais...

Cependant je ne m'attendais absolument pas à ce qui allait suivre. Lancée par ce que j'avais pu lui dire auparavant, Olivia ne retenait plus ses mots. Pas un seul. Et cette fois, c'était moi qui allais en baver. Je ne pensais juste pas que ça allait être à ce point là. Elle visait pour faire mal et faisait mouche à chaque coup. Sans que je ne puisse m'en empêcher, des larmes vinrent perler au coin de mes yeux quand ma cadette m'annonça que je n'avais jamais vraiment fait quelque chose d'utile pour elle. Que je n'avais jamais été présente quand elle en avait besoin. Trop occupée ailleurs... Ses mots résonnaient à nouveau dans ma tête, tournant en boucle comme lorsqu'on crie dans un canyon et que l'écho nous renvoie nos mots continuellement. Déglutissant lentement, comme pour réussir à me préparer à abandonner, j'entrouvrais les lèvres pour prendre la parole. « Je... » Me coupant la parole sans vergogne, la sonnette de la porte résonna dans l'appartement, suivie rapidement de coups de poing contre le bois. Sans réfléchir, je posais ma main sur la bouche de ma soeur pour la faire reculer et l'envoyer se planquer sous le lit en lui chuchotant l'ordre. J'avais entendu quelque chose qui ne m'avait pas plu provenant de derrière la porte. « Police de Chicago, ouvrez la porte! » Essuyant rapidement mes yeux et inspirant un grand coup, je me dirigeais donc vers l'entrée après avoir refermé presque totalement la porte de la chambre dans laquelle j'avais laissé ma cadette se planquer. « Je peux vous aider? » La porte à peine ouverte, l'un des agents entra pour me faire me tourner sans aucune gêne, mettant mes bras derrière moi et emprisonnant mes poignets dans une paire de menottes. « Miss Castillo, vous êtes en état d'arrestation pour vol et escroquerie envers Monsieur Tucker. Nous vous emmenons au poste, vous avez le droit de garder le silence. Si vous y renoncez, tout ce que vous direz pourra être utilisé contre vous lors d'un procès. »

Ce n'était plus le moment de réfléchir. Olivia avait eu raison, je n'ai jamais été là pour elle quand il le fallait. C'était l'occasion ou jamais de rattraper ces torts. Tucker était le nom de son ex petit ami ou je ne sais trop ce qu'il représentait pour elle. Et on avait l'avantage de se connaître tous les deux. J'avais donc un mobile, une occasion, et ce type obtiendra l'argent qu'il veut. « Je renonce à ce droit parce que ça servirait à rien de dire le contraire. Je suis coupable. J'avais besoin d'argent et c'était le meilleur moyen d'en avoir. Y'a rien à dire de plus. »


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 162
Points : 117
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 15:56

Elle devait y aller, maintenant ! Liv n’avait plus le temps de se disputer avec sa sœur, de se fâcher, de la blesser juste pour lui faire renoncer à elle. Elle comprenait encore moins ce qu’il se passait : elle ne voulait pas partir sur ces entrefaits, mais elle n’avait pas le choix. Nora ne lui laissait pas le choix. Finalement, elle entendit le bruit d’une voiture, et quelques instants après qu’on tambourinait à la poste de la maison de sa sœur. Le souffle court, le cœur battant à tout rompre, Liv se savait faite : ils allaient l’arrêter, l’envoyer en prison, pour elle ne savait combien d’années !

« Voilà super ! T’es contente maintenant ! C’est ce que tu voulais, non ?! » Lui reprocha-t-elle vivement, avant de se retrouver avec la main de sa sœur contre la bouche.

L’ordre tonna, Liv fut presque traînée de force sous le lit de sa chambre. Elle y mit son sac aussi, histoire qu’on ne détecte pas sa présence. Si Nora gérait bien l’entrevue alors peut-être que… Peut-être qu’elle pourrait s’en sortir, et repartir sous peu. C’était qu’un sursis, une chance même maigre, que Liv entendait saisir. Sa sœur sortit, referma la porte, et la blonde se trouva plongée dans un silence profond et pesant. Elle retint son souffle, en essayant de prêter l’oreille sur ce qu’il se passait en dehors de la pièce. Des voix, des mots ça et là, qu’elle ne distingua pas. Finalement, la blonde entendit du bruit dehors, comme si les personnes se déplaçaient…

Est-ce que… Est-ce qu’ils embarquaient sa sœur ? Prise d’un doute fou, elle sortit de sa planque, se redressa, et avança doucement jusqu’à la fenêtre. Là, elle vit Nora parler avec un policier, qui l’avait menotté et l’installait sur le siège arrière de son véhicule. C’était… C’était une blague ?! ça n’était pas possible ! Elle ne pouvait pas se faire enfermer à sa place…

« Non, non, non ! » Glappit-elle dans l’urgence en attrapant ses affaires. Elle avala la distance jusqu’à la cuisine, et sortit par l’arrière.

Si elle tenait à sa sœur, à ce qu’elle ne soit pas enfermée pour rien, elle ne voulait pas non plus se faire prendre. Les policiers allaient se mettre à fouiller sa maison, pour trouver ce qu’elle avait volé. Ils ne trouveraient rien, mais Liv n’avait aucune idée de ce qu’il s’était dit entre eux. Elle passa par l’arrière, réussit à sortir, gagna a pied une autre rue, avant de saisir un taxi. Comment allait-elle faire ? Elle n’en avait aucune idée. Elle ne pouvait pas parler avec Nora, pas comme ça. C’était… Compliqué. Improbable… Impensable ! Impossible !

Non, la situation ne lui avait pas échappé à ce point ! Elle ne pouvait pas avoir merdé jusque-là, c’était… C’était… Non. Elle se refusait à l’admettre.
Pourtant, elle n’avait pas le choix.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 67
Points : 364
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 16:37


Lorsque l'on aime quelqu'un, on dit qu'il n'y a pas de sacrifice trop grand ou d'obstacle insurmontable. Depuis qu'elle était venue au monde, Olivia était devenue ce que j'avais de plus précieux. Rien ni personne ne pourrait jamais voler cette place qu'elle a de naissance dans mon coeur et à mes yeux. C'était ainsi, purement et simplement. Je n'ai pourtant jamais été à la hauteur. Elle l'avait dit elle-même. Il ne s'agissait donc pas d'une invention pseudo paranoïaque que j'aurais pu faire par crainte. Non, même si cela avait été dit sous le coup de la colère, j'avais pris conscience de quelque chose. Je ne suis pas à la hauteur. Mais aujourd'hui j'avais enfin l'occasion de me rattraper. De prouver à ma cadette que j'étais prête à tout pour elle. Que rien ne m'empêcherait de prendre soin d'elle, quoi qu'il arrive. J'espérais simplement que cela lui servirait, qu'elle réussirait à s'en sortir. L'homme m'avait donc menottée et ils m'avaient directement emmenée à leur voiture garée devant. Après mes avoeux rapides, ils me firent entrer dans le véhicule sans plus de ménagement. Un rapide regard au travers de la fenêtre, j'ai ensuite fermé les yeux en espérant qu'Olivia avait entendu ce qui s'était passé et qu'elle avait pu s'enfuir avant qu'ils ne retournent à l'intérieur. Il ne me restait plus qu'à attendre à présent.

Plusieurs jours passèrent sans que je n'aie de nouvelles de ma soeur. Allez savoir, pas de nouvelle bonne nouvelle comme on dit. Mon interrogatoire était passé et ils avaient pris ma déposition sans broncher, satisfaits que leur affaire se boucle aussi vite. Par chance, celui qui avait porté plainte goba également mon histoire. J'avais piqué ses bijoux parce que j'avais besoin d'argent pour rembourser des dettes, tout était déjà revendu au marché noir. Ils ne les retrouveraient jamais. Ainsi, je permettais à Olivia de s'en sortir bien si elle pensait un peu à ce que j'avais pu faire et dire. En attendant mon procès, j'avais été transférée à la prison pour femme du coin. Un endroit... fort sympathique... En tout ironie bien entendu. Disons que je ne m'étais jamais imaginée finissant dans un endroit pareil. Mais c'était pour la bonne cause...

Mon père, avocat assez influent dans le milieu, m'avait clairement dit qu'il ne me représenterait jamais, qu'il n'essaierait pas de me défendre. Mais par chance, une amie d'enfance que je connaissais depuis toute petite était devenue avocate et accepta de me représenter. Elle me connaissait, elle connaissait Olivia. Je lui avais très vite fait comprendre que je ne voulais pas me défendre, que j'avais déjà avoué mes crimes et que je voulais simplement que cette histoire se termine au plus vite. Elle avait fini par accepter.

D'ailleurs... La veille de mon procès, elle vint m'annoncer qu'elle avait négocié une visite exceptionnelle. Pas de micros, uniquement des caméras. C'était déjà ça. J'avais donc été amenée dans la dite salle, équipée comme promis, et étant donné qu'ils ne me considéraient pas comme dangereuse pour moi-même ou autrui ils m'avaient laissée sans menottes. Quelle gentillesse... Ne sachant pas du tout qui était censé me rendre visite, j'attendais donc en regardant lassivement autour de moi. Si c'était l'un de mes deux parents, ils pouvaient repartir comme ils étaient venus...

_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 162
Points : 117
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 12 Aoû 2017 - 17:32

Il avait fallu qu’elle vole un requin, évidemment. Il avait fallu qu’elle dérobe le gars qui avait de l’argent à claquer dans des conneries, et un égo gonflé à la testostérone, qui aimait se gargariser du regard admiratif des autres. Personne ne pouvait marcher sur sa dignité, et celui qui osait avait droit à un retour de bâton cruel, implacable. Nora avait endossé ses crimes, pour qu’elle n’aille pas en prison, qu’elle ne subisse pas cette vie là. Qu’elle reste libre. Mais depuis que la nouvelle était tombée, qu’elle avait appris toutes ces choses de l’avocate de sa sœur, Liv avait l’impression que son monde s’écroulait. Pourquoi faisait-elle ça ? Pourquoi ! L’amie de Nora n’avait pas de réponses à lui fournir, mais proposa d’organiser une visite pour que les explications se fassent entre elles.

La blonde accepta sans broncher. Il le fallait. Alors certes, peaufiner les détails prit du temps, mais le jour J, la blonde qui ne l’était plus pour l’occasion et qui avait troqué sa couleur naturelle contre un roux étonnant, était présente. Elle se présenta à la prison pour femme où se trouvait sa sœur, sortit ses papiers, prétexta être journaliste comme lui avait demandé faire l’avocate de Nora, et tout s’était bien passé. On lui avait fait retirer sa veste, ses boucles, tout ce qu’elle ne pouvait pas transmettre à son aînée durant cette entrevue. Le cœur serré, elle fut conduite jusque là-bas sans un mot à l’égard des gardiens.

La pièce où elle atterrit n’était pas très grande. Mais au milieu d’elle se trouvait celle qu’elle était venue voir. Différente, songea Liv comme si elle se prenait un coup en pleine poitrine. C’était de sa faute. Nora, dans cette tenue, sans ses produits, son parfum, ses livres. C’était de sa faute, elle était responsable de ce drame.

« Vous avez dix minutes… » Lui souffla l’homme à ses côtés, avant de refermer la porte.

Liv hocha la tête. La gorge nouée, elle releva les yeux vers Nora sans trouver quoi lui dire. Elle ne savait pas, elle n’y arrivait pas. Les mains plantées dans les poches, elle chercha les mots qu’il fallait pour entamer la conversation, au moins ça. Mais les larmes lui vinrent aux yeux. Liv ne craquerait pas : elle était forte. Non, elle était plus que ça. Elle était dure. Ça faisait des années qu’elle n’avait plus versé une larme, alors pourquoi maintenant ?...
C’était simple : parce que c’était Nora.

« Pourquoi tu as fait ça… » Murmura-t-elle à son aînée en secouant la tête. Sa voix était étranglée, faible, suppliante.

Le pire dans tout ça, c’était qu’elle ne pouvait plus rien faire pour se débattre. Pour changer les choses, pour sauver tout le monde. Son plan génial ne l’avait pas été. C’était fini. Elle avait perdu.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 67
Points : 364
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 13 Aoû 2017 - 10:51


Au début lorsque j'avais été emmenée par ces deux agents, je ne pouvais m'empêcher de me demander si je n'avais pas agit sur un coup de tête. Après tout, je venais clairement de me condamner moi-même à des années qui n'allaient pas forcément être simples. Mais plus j'y pensais, plus je me disais que j'avais fait le bon choix. En un sens, je n'avais jamais eu la force de caractère de ma cadette et alors que je me disais constamment que ce n'était pas une bonne chose, j'ai fini par accepter le fait que c'était peut-être un atout. Il faut parfois savoir la fermer et courber l'échine pour pouvoir aller loin. Prendre la place de ma soeur dans cette affaire sera certainement la seule chose que j'aurai finalement fait correctement pour elle. Et puis c'est le rôle des grandes soeurs de protéger la plus jeune de toute façon. Non? Pour moi en tout cas c'est ainsi que cela devrait toujours fonctionner.

Ce qui est sûr, c'est que le changement de rythme de vie est assez radical lorsqu'on vous jette en prison. L'intimité en prend un coup, l'hygiène de vie encore plus, et l'estime de soi tout autant. Bien souvent on a plus de nom ou de prénom et on est plutôt appelées par nos numéros ou simplement par le mot "détenue". Je dois avouer que ça m'avait fait un choc dans les premiers temps. Mais d'un autre côté, en un peu plus d'une semaine, on s'habitue assez vite. J'avais rapidement oublié l'effet que faisait le fait de passer devant un miroir en étant fière de ce que l'on voit dans le reflet. Maquillage, soins capillaires et autres étaient passés aux oubliettes. Par chance j'avais pu garder mes lunettes. Encore heureux, parce que sans elles je n'aurai pas pu aller bien loin... Au sens littéral. Je me serais vite mangé la mauvaise personne dans un couloir, étant donné que sans elles je vis dans un monde en coton, et ça serait parti en sucette. Mauvaise pioche.

Attendant toujours dans la petite salle où on m'avait amenée, je ne pouvais m'empêcher d'être relativement stressée. Après tout, personne ne m'avait dit qui j'allais rencontrer. Si jamais c'était encore un ou une journaliste à la mords-moi le noeud, je pense que je vais péter un câble. Et lorsqu'une silhouette se dessine proche des fenêtres, la seule chose que j'arrivais à distinguer était une chevelure rousse flamboyante. Un grognement sortit de ma gorge alors que je passais mes mains sur mon visage puis dans mes cheveux après avoir posé mes lunettes sur la table. Sérieusement... La porte s'ouvrit et le silence devint pesant. Soupirant en voulant mettre rapidement un terme à cette entrevue, je n'avais pas encore relevé les yeux ni mis mes lunettes. Mais quand la porte se referma, un petit courant d'air propulsa cette odeur si familière jusqu'à moi. Mon coeur fit un bond dans ma poitrine, et mes mains remirent mes lunettes sur mon nez avec empressement. En la voyant devant moi, mon coeur se serra, et sans que je ne puisse rien y faire, des larmes montèrent à mes yeux. Elle était là... Sa voix s'éleva à peine dans la pièce, me demandant pourquoi je faisais cela. Elle... pleurait..?

Ne cherchant pas à savoir quel prétexte elle avait trouvé pour venir me voir, je me levais précipitament de ma chaise pour venir la prendre dans mes bras, passant une main dans son dos et l'autre derrière sa tête. « Pleure pas mon petit chat... Tout ira bien... Il fallait bien que je fasse enfin quelque chose pour ma petite soeur tu crois pas..? » Profitant qu'elle ne me voit pas, je laissais mes larmes couler sur mes joues également. Au fond j'essayais de me rassurer aussi en disait que tout allait bien se passer. Malgré cela, un petit sourire éternellement rassurant et doux s'était dessiné sur mes lèvres lorsque je fus obligée de me séparer de ma cadette par un ordre donné par le gardien de l'autre côté de la vitre. N'ayant apparemment plus droit de la garder dans mes bras, je m'étais contentée de garder ses mains dans les miennes, les caressant pour essayer de réconforter Olivia. « Je suis désolée que tu aies à me voir comme ça... » Une petite moue désolée avait effacé mon sourire. Après tout, j'avais moi-même été choquée par ce que je voyais dans le miroir ou dans les reflets des vitres. Alors je n'imagine pas l'effet que cela a pu lui faire à elle. Et j'en étais sincèrement désolée.

_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 162
Points : 117
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 13 Aoû 2017 - 14:26

Liv retint avec peine un sanglot. Elle manqua de s’étouffer avec pour continuer à faire face avec ce qu’il lui restait de dignité à sa grande sœur. Elle n’avait pas envie de la voir comme ça, dans cet état, surtout par sa faute. Elle s’en voulait tellement d’avoir merdé, mais ne pouvait plus rien faire pour arranger les choses désormais. Ça ne mènerait à rien. Se débattre était inutile, vain. Le regret était en train de l’étreindre férocement, alors qu’elle pouvait ressentir tout le poids de la culpabilité. Quelle idiote elle faisait ! Liv essuya rapidement une larme sur sa joue, pour rester fière face à elle, mais ça aussi, c’était inutile.

Elle fondit juste dans le bras de la brune en faisant tout pour rester de glace. Impossible, ses yeux étaient déjà humides, elle fit en sorte de les cacher à son aînée. Le câlin ne dura pas bien longtemps, mais suffisamment pour remuer Liv jusque dans ses entrailles. Elle pinça les lèvres sans parvenir à soutenir les yeux de Nora. Elle était incroyablement faible désormais, mais se raccrochait à la main de l’enseignante de toutes ses forces. Poussant légèrement cette dernière pour la faire reculer, pour l’éloigner des oreilles indiscrètes du gardien, elle lui offrit un sourire triste.

Liv n’avait pas mieux en stock. Elle ne pouvait pas. Elle se sentait morte de l’intérieur d’avoir osé faire ça.

« Je voulais pas que ça se termine comme ça, Nora… J’suis désolée de ce que je t’ai dit, tu… » Elle se stoppa. Elle ne pouvait pas en dire plus, pour ne pas orienter les soupçons sur elle. Si elle ne voulait pas voir sa sœur ici, elle ne voulait pas non plus y aller. « C’est de ma faute… » Murmura amèrement Liv en baissant déjà le regard. « Je peux pas rester longtemps… Je… Je n’ai que dix minutes… »

Elle se sentait compressée par la honte. Comme si un poids gigantesque était en train de lui broyer la poitrine et l’empêchait de respirer. Soutenir le regard de Nora était tellement compliqué qu’elle s’abstint, de peur d’avoir l’air de la défier, ou de lui manquer de respect. Elle était probablement la pire des sœurs sur cette planète. Au moins en avait-elle conscience…

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 67
Points : 364
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 13 Aoû 2017 - 23:29


Cela ne faisait aucun doute, les prochains temps allaient être difficiles. Je m'étais toujours promis que je pourrai faire absolument tout tant que cela mettrait ma soeur en sécurité. Je venais à peine d'avoir l'occasion de le prouver réellement. Demain j'allais mentir devant un tribunal entier uniquement pour la protéger. Ce n'est pas pour me vanter, mais je pense que c'est une très grande preuve de mon implication ainsi que de l'amour que j'ai pour elle. Il allait falloir être convaincante, ne jamais douter de ce que j'allais raconter. Sinon, ils pourraient remonter jusqu'à Olivia et nous partirions toutes deux en taule. Elle pour le crime que je tentais d'endosser, moi pour avoir délibérément entravé une enquête et m'être parjurée. Et ça, c'était tout à fait hors de question. Je n'avais pas fait tout cela pour rien. Je crois que j'ai toujours vu ma petite soeur comme un bel oiseau sauvage. Indomptable, indépendant, et surtout tributaire de sa liberté. Se retrouver enfermée la rendrait folle, et elle ne mérite absolument pas cela.

Lorsque je l'avais vue entrer dans la pièce, que j'ai vu ses yeux dont elle tentait de cacher l'humidité, je me suis dit que j'avais peut-être réussi à rattraper la déception qu'elle avait l'air d'entretenir à mon égard. Mais sa tristesse m'affectait bien sûr énormément. Je n'ai jamais supportée de la voir ainsi. Après que le gardien ne nous ait ordonné de nous séparer, Olivia avait gardé ma main fermement dans les siennes. Elle ne voulait pas me lâcher apparemment, et c'était tout à fait réciproque. Une fois que nous avions légèrement reculé, histoire que le gardien ne risque pas de deviner ce que l'on pouvait se dire grâce à des bribes perçues, les mots prononcés par ma soeur me réchauffèrent le coeur au moins autant qu'ils me firent de la peine. Ma main libre vint doucement caresser la joue de ma soeur, tentant de lui faire relever le regard vers moi. « Ma puce, ce n'est pas de ta faute. Tu n'as rien demandé, et je suis assez grande pour assumer mes choix... Je veux juste que tu sois libre... de vivre ta vie sans encombres. » Je savais très bien qu'en parlant ainsi, elle comprendrait ce que je disais réellement. Mais je ne pouvais pas me permettre de dire ouvertement ici que j'avais endossé son crime sans sourciller. Mon petit sourire rassurant s'afficha à nouveau sur mes lèvres et je regardais ma soeur avec douceur. « Alors profite de ces minutes pour dire tout ce que tu as sur le coeur Liv... Comme tu l'avais dit... On risque de pas se revoir avant un moment... »


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 162
Points : 117
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Lun 14 Aoû 2017 - 11:08

Ces dix minutes allaient être à la fois effroyablement longues et incroyablement courtes. Longues, parce que sa culpabilité était en train de lui compresser la poitrine, et Liv manquait d’air au point de ne plus respirer. Son souffle était coupé, elle avait l’impression d’étouffer. Elle faisait de son mieux pour ne pas pleurer, mais aussi pour ne pas avoir à regarder son œuvre de trop près. Sa main pourtant ne pouvait lâcher celle de son aînée, ne pouvait se résoudre à la laisser tomber. C’était elle la pire des sœurs, dans le lot. Elle qui n’avait jamais rien fait pour Nora, et qui avait systématiquement tout gâcher à cause de ce qu’elle devait faire pour survivre sans vivre comme une esclave. Ses yeux s’embuèrent encore plus.

Comment Nora arrivait à bien le prendre ? Certes, elle ne vivait pas non plus sa nouvelle situation comme un accomplissement, mais elle présentait à Liv un visage doux, tendre, aimant, alors qu’elle aurait dû la détester de toutes ses forces. Comment parvenait-elle à l’adorer encore alors qu’elle n’était qu’une sale peste qui l’avait fait condamner à sa place ? C’était incompréhensible pour Olivia. Si c’était rassurant de savoir que Nora l’aimait toujours, c’était troublant de constater qu’elle ne parvenait pas à la détester. Et le poids de sa honte ne faisait qu’augmenter davantage.

« Je suis désolée de t’avoir dit ça, je le regrette et je ne le pensais pas… » Elle secoua la tête pour appuyer son propos. Nora devait impérativement la croire. « J’ai dit ça parce que j’étais énervée… Je devais partir, et tu me retenais mais… Je t’aime Nora… Je t’aime vraiment et je l’ai jamais pensé un seul instant… » Murmura-t-elle avec l’impression de tout donner. Sa voix s’étrangla, Liv avait l’impression de nécroser de l’intérieur, comme si ses organes se liquéfiait… « T’es une belle personne Nora, tu l’as toujours été, et… C’est moi. »

Instinctivement, sa main lâcha celle de son aînée. Elle ne voulait pas la corrompre plus que ça, lui faire du mal. Elle ne méritait pas de l’avoir à ses côtés, d’avoir son soutien ou son amour. En fait, Liv voulait que Nora la déteste, parce que peut-être qu’elle sortirait plus vite d’ici, et peut-être vivrait-elle mieux les choses.

« J’suis une sale égoïste, j’aurais jamais dû… » Souffla-t-elle en baissant les yeux vers ses genoux. « J’te mérite pas comme sœur, j’te mérite vraiment pas… »

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 67
Points : 364
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 15 Aoû 2017 - 15:19


Pour l'une des premières fois de ma vie, je savais que j'avais fait le bon choix. J'avais agit par instinct, n'écoutant que mon coeur et pas ma tête, et de toute évidence cela portait ses fruits. Et puis au fond, que sont quelques années dans la vie d'une femme..? Mieux vaut que j'en perde quelques unes plutôt que ma soeur. J'ai déjà fait pas mal de choses, visité de nombreux endroits du monde, exercé le métier qui me plait, je peux me permettre de perdre un peu de temps. Mais comme dit, dès lors que cela protège la liberté d'Olivia et que cela la met en sécurité de son côté, c'était évidemment la meilleure décision que j'aurais pu prendre. La cacher et espérer qu'on ne la retrouve pas? Trop compliqué, et elle aurait vécu dans le stress tout le temps. Non, cela n'aurait pas été possible. La faire fuir? Le même problème. Endosser ses crimes était l'option la plus simple. Pas la plus honnête, mais la plus efficace.

Voir ma petite Olivia devant moi, ici avant mon procès, me réchauffait le coeur et me donnait encore plus de conviction quant au mensonge que j'allais devoir raconter demain devant le tribunal. J'étais triste de la voir ainsi, de voir ses larmes perler au bord de ses si beaux yeux bleus. Pourtant, en même temps, je ne pouvais pas m'empêcher de sourire. Ce n'était pas pour me moquer ou pour dire que j'étais heureuse. Non, j'essayais simplement de la rassurer. De lui faire croire que tout allait bien se passer, que je n'avais pas peur de ce qui m'attendait. Et il allait falloir redoubler d'efforts étant donné que ma cadette me connait relativement bien. Mais elle sait aussi que je suis quelqu'un de buté. Presque autant qu'elle.  « Ma puce, t'en fais pas... Je t'en veux pas et je t'en voudrai jamais. Tu es ma petite soeur et le jour où tu es venue au monde j'ai promis que je veillerai toujours sur toi... Que je ne reculerai jamais devant rien pour te protéger. Maintenant c'est simplement le moment de le prouver. » Un regard doux était toujours posé sur elle, et lorsqu'elle lâcha ma main pour se dénigrer je vins immédiatement la lui reprendre avec délicatesse. « Olivia, tu n'es pas une mauvaise personne, et tu mérites sincèrement de m'avoir comme soeur pour reprendre tes mots. Tu es ce que j'ai de plus précieux au monde et je ne laisserai jamais rien t'arriver... Quoi qu'il m'en coûte. Alors... Si tu veux faire quelque chose pour moi en échange, va vivre ta vie. Sois heureuse et sois libre. Trouve ton bonheur, p'tite soeur... » Malgré ces mots, au fond de moi une pensée égoïste germa. J'avais d'un coup peur de quelque chose que je n'aurais pas imaginé avant. Ces années que j'allais passer derrière les barreaux... Et si elle ne me donnait pas de nouvelles ou qu'elle ne venait jamais me voir..? Non... Non elle ne ferait jamais ça... Arrête d'être stupide et parano, Nora. C'est ta petite soeur... Elle ne ferait jamais ça...


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 162
Points : 117
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 15 Aoû 2017 - 16:16

Nora ne devait pas se rendre compte du tort que ça lui causait. Elle ne devait pas savoir comment elle peinerait ensuite à retrouver sa vie d’avant en sortant d’ici. Que ces trois ans, enfermée par sa faute, allaient être les trois années les plus longues de sa vie, et qu’elle ne pourrait jamais plus les rattraper. Ce temps qu’elle n’aurait pas l’occasion de consacrer à ses passions, à ce qui la définissait. Priver de sa liberté, de ce qu’elle aurait pu être au dehors, et de ce qu’elle n’offrirait jamais au monde par sa faute. Décidément, Liv avait plus de torts que Nora ne voulait le laisser croire.

Mais la brune continuait à lui faire croire que tout ça n’était pas si grave. Elle avait du mal à y croire, mais ne pouvait pas l’afficher devant celle qui lui offrait une seconde chance. Comment ne pas la gâcher ? Liv savait qu’elle parviendrait encore à tout foutre en l’air. C’était inutile, elle était une cause perdue depuis trop longtemps pour qu’aujourd’hui les choses changent. Pourtant, l’occasion était bien trop belle pour abandonner le combat sans l’avoir commencé. Elle ne pouvait cependant pas faire autrement : c’était sûrement dans sa nature de s’autodétruire. De s’engager sur des chemins dangereux. De passer à côté de ce qui avait de l’importance.

Le soutien inconditionnel de sa sœur était la seule chose qu’elle avait pour se rattraper. Elle lui adressa un sourire reconnaissant. Du fond de son cœur, elle aurait aimé lui prouver qu’elle n’était pas une moins que rien, qu’elle ne la décevrait plus jamais. Elle savait pourtant que c’était de faux espoirs qu’elle viendrait entretenir. Liv avait trop honte pour se présenter davantage devant elle, pour soutenir ses yeux, malgré la demande qu’elle lui faisait ouvertement d’être heureuse. Viendrait un moment où elle réaliserait ce que ce mot voulait dire. Comme celui d’aimer une autre personne, aussi fort qu’elle aimait Nora.

Ce jour devrait attendre des temps plus sombres, le chaos et la mort. Elle attrapa doucement la main de Nora pour la serrer, quand une fois derrière elle la sortit de sa torpeur :

« C’est fini. » Tonna le gardien en lui demandant déjà de partir manu militari.

Ses yeux bleus se reposèrent sur son aînée, alors qu’elle lui souffla avec toute la conviction qu’elle avait :

« Je t’aime Nora, je t’aime, et l’oublie jamais. » Lui demanda-t-elle en attendant une confirmation de sa part.

D’ici peu, elle partirait, et ne reviendrait jamais fouler les couloirs de cette prison. Les prochaines années se feraient sans elle. Elle avait trop de tort à réparer.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 67
Points : 364
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 15 Aoû 2017 - 23:45


Je n'ai jamais aimé les adieux. Et bizarrement, je n'aime pas plus les au-revoirs. Après tout, même si l'un est définitif et pas l'autre, cela signifie tout de même que l'on ne va pas revoir quelqu'un avant un moment. Et quand cette personne est celle qui a le plus d'importance à vos yeux, c'est encore plus dur. Je crois que c'est ça qui me fait le plus peur par rapport à ma sentence... Je ne vais certainement pas voir ma soeur avant un long moment. Un trop long moment. Après tout, je n'ai aucune idée des fréquences auxquelles les visites seront autorisées et surtout si elle sera là pour en profiter... Je lui avais demandé de profiter de sa liberté, d'être heureuse. Ce n'était pas en venant voir sa soeur en prison qu'elle le serait... Et bien, il faut croire que je suis prête à accepter toutes les souffrances pour qu'elle n'ait pas à en supporter plus qu'elle ne l'a déjà fait. Même si de toute évidence cela lui faisait du mal de me voir ainsi. Il n'y a pas de meilleure solution de toute façon.

Je n'avais qu'une seule envie, c'était de reprendre ma soeur dans mes bras. Nous serrions toutes deux la main de l'autre, comme par peur que d'un seul coup l'une des deux disparaisse et que nous nous rendions compte qu'en réalité cela n'avait été qu'un rêve. Que nous n'avions pas pu nous revoir une dernière fois. Mais lorsque la porte s'ouvrit derrière Olivia et que le gardien vint mettre fin à notre moment sans aucune délicatesse, j'ai eu l'impression que le sol s'écroulait à nouveau sous mes pieds. Non... Cela ne pouvait pas déjà être terminé. Lorsque les yeux de ma cadette se posèrent sur moi et qu'elle me dit qu'elle m'aimait et que je ne devais jamais l'oublier, mes larmes se mirent à couler sur mes joues sans que je ne puisse rien y faire. Au diable les conséquences sur moi, je tirais sur la main de ma soeur pour venir la prendre dans mes bras, la serrant contre moi tout en respirant une dernière fois son parfum comme pour ne pas l'oublier non plus. « Je l'oublierai jamais ma puce... Moi aussi je t'aime, plus que tout le reste. Et quand je sortirai d'ici... Je ferai tout pour être à la hauteur, je te le promets. Je t'aime... » Comme je m'y attendais, le gardien attendit à peine que je termine ma phrase pour nous séparer, me faisant me retourner et me menottant. Comme si j'allais essayer de l'étrangler, quel con celui-là! Par réflexe, je m'étais légèrement débattue pour parvenir à tourner la tête et regarder ma petite soeur par dessus mon épaule alors qu'un second gardien venait pour l'emmener à l'extérieur de la pièce. A présent il allait falloir s'accrocher. Et j'allais le faire. Pour honorer ma promesse: être à la hauteur pour Olivia quand je sortirai d'ici.


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» Azénora
» [Présentation] Logane Nora Waldorf ~
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» Pique-nique improvisé [ PV Nora & Irving]
» Nora Weaver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum