Ravitaillement ft. Malorie Erikson, Darren Wells & l'Écossais



InformationsContact
avatar
Messages : 104
Points : 396
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Robert Clemson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 18 Aoû - 12:16


Ravitaillement

28 avril 2016, Grosse Pointe Park

"(...) Détroit était envahie, la ville n'était plus qu'un immense cimetière. Les morts avaient étendu leur emprise dans chaque recoin de la cité et les vivants luttaient pour ne pas se noyer dans cet océan de chair en décomposition. Cela faisait deux jours que Robert avait rejoint Fort Hope, et quelques semaines qu'il errait en ville. Son arrivée, son errance lui avait rappelé les douloureux moments passés l'année précédente dans la capitale. Il avait exploré la banlieue de la ville à la recherche de sa femme, sans jamais faiblir. Mais les jours s'étaient transformés en longs mois et il avait commencé, par moment, à oublier son visage, le son de sa voix, l'odeur si particulière de ses cheveux. Il avait commencé à perdre espoir. Car les chances de survie d'une femme enceinte dans un monde pareil étaient très faibles, quant aux chances de survie de son enfant. Il préférait ne pas y penser. Des fois, il fouillait dans son portefeuille pour se souvenir. Cette vieille photo, il essayait de la sortir le moins possible. L'espoir ne l'avait pas totalement quitté, une étincelle était préservée quelque part, au fin fond de son âme et de son cœur. Mais il était conscient de l'état de la situation, il n'était pas fou, ne rêvait pas. C'était quelqu'un de lucide, de réaliste.

Pour l'instant, sa réalité c'était l'avenue qui s'étendait à l'horizon, face à eux. Robert et les deux personnes qui avaient accepté de l'accompagner. Deux jours seulement que Robert avait retrouvé le confort d'un vrai lit, la sécurité de quatre murs, le luxe d'un toit et l'agréable sensation de la chaleur humaine. Une habitante de Fort Hope avait accepté de le prendre comme colocataire, elle s'appelait Lana. Et bien que des maisons étaient vacantes, il avait préféré se joindre à un foyer déjà existant. Trop de temps passé sur la route ces derniers mois. Il y avait avec lui Malou, une gamine chétive -du moins en apparence- mais qui ne devait pas manquer de ressources. Après tout, elle avait survécu jusque-là. Son second compagnon était Darren, l'exact opposé de Malou. Elle était maigre, il était musclé ; c'était une poupée, lui un colosse. Ils n'avaient pas beaucoup parlé, mais cela avait suffit à Robert pour dresser un premier portrait de ces deux personnes. Darren avait assurément une grande gamelle, Malou semblait avoir elle aussi du caractère mais le montrait moins. Ensemble, au milieu de cet avenue, ils formaient une équipe qui se complétait. Robert était à mi-chemin entre Malou et Darren, mais la taille et la musculature n'était pas un critère idéal pour juger la capacité à survivre d'un individu. Il continuerait à surveiller lui-même ses arrières tant que les autres ne lui auraient pas prouvé leur valeur.

Méfiant, son pied-de-biche en main, prêt à tout malgré le silence et l'absence de charognes, il remontait cette avenue depuis Fort Hope. Son objectif à lui était de trouver de la nourriture, son objectif à elle était de trouver un pare-chocs. Quant à Darren, il n'avait pas encore précisé la raison de sa venue mais Malorie avait semblé lui faire confiance. Le groupe passa devant une station-service Mobil et des immeubles en brique décrépits. Robert observa quelques maisons plus loin, le silence régnait toujours, l'endroit semblait calme.

- "On devrait fouiller ces maisons." dit Robert

Il jeta un regard à Malou, lui faisant comprendre le fond de sa pensée. Il y avait peut-être un véhicule, et donc un pare-chocs. De plus, Robert ne s'attendait pas à trouver de la nourriture dans les bureaux du coin. Il continua d'observer les environs, attentif à la réaction de Malou et surtout à celle de Darren, il n'avait pas beaucoup confiance en eux, il ne les connaissait que depuis à peine une heure. Il ne savait pas pourquoi mais il se méfiait plus de Darren, était-ce en raison de son physique imposant ? De sa personnalité ? Peut-être que Malou et sa silhouette d'adolescente le rassurait.

Restes concentré.

Il avait découvert Fort Hope et souhaitait y retourner en un seul morceau. Après cette sortie qui lui permettrait de manger sans piocher dans les réserves de la communauté, il s'investirait dans son nouveau boulot à la maintenance, mais pour le moment, l'essentiel était de rester en vie."


HRP: Un détail qui vous gêne ? Des incohérences ? Dîtes-moi s'il y a quoi que ce soit.

_________________
1 - Rashka/Lïnko/Kazan()
2 - Aube/Adrian() - Lana/Charlie()


Dernière édition par Robert Clemson le Sam 19 Aoû - 23:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 149
Points : 746
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Aoû - 13:01

Une fois de plus, Colin c’était enfoncé dans une des parties de Detroit qu’il n’avait pas encore exploré. Aujourd’hui, Grosse Pointe Park. Comme toujours, l’expédition n’avait rien donné et son fils restait seul dans un monde où la mort régnait en maître incontesté. Pooka marchait à quelques pas devant lui, relevant le museau régulièrement pour humer l’air et sonder les environs. Elle pouvait repérés des zombies, ou des humains, d’assez loin, ce qui était un avantage incroyable en milieu urbain. Elle n’avait, jusqu’ici, pas signaler de réel danger.

Le border Collie s’immobilisa d’un seul coup, dans une posture défensive. Probablement des humains, pensa son dresseur à la vue de la posture du chien. Elle était toujours plus offensive en présence de morts vivants. Un peu méfiant, il se glissa le plus discrètement possible jusqu’à les apercevoir. Quand ils furent dans son champ de vision, il sortit sa paire de jumelle pour mieux les observer.

Il connaissait l’un d’entre eux, Robert, arrivé il y a quelques jours à Fort Hope. Ils n’avaient pas passé beaucoup de temps ensemble, mais l’écossais avait une bonne mémoire pour les visages. Pensant qu’un coup de main pourrait leur être utile, il s’avança vers eux en levant les mains au ciel. L’autre habitant de Fort Hope l’avait surement reconnu, Colin avait une silhouette facile à retenir. Pas trop fort, pour ne pas attirer les zombies, il demanda :

« Vous voulez de l’aide ? »

Même s’ils n’en avaient pas besoin, Colin était plus rassuré à l’idée de ne pas devoir rentrer seul à Grand Marais. Il avait vécu seul longtemps, mais ce nouveau confort l’avait rendu plus fragile, et avait surtout rendu l’extérieur des murailles plus effrayant qu’avant. D’ailleurs, il avait proposé son aide son vraiment savoir pourquoi il s’engageait. Il avait supposé qu’ils étaient ici pour du ravitaillement, mais ils auraient très bien pu être en mission pour massacrer un groupe de bandit habitant dans les environs. Croisant les doigts pour qu’il s’agisse d’une mission de ravitaillement, il se tient silencieux sans bouger.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 103
Points : 474
Date d'inscription : 27/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Darren I. Wells
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Ven 18 Aoû - 21:28

Bien évidemment. Il fallait que ça arrive, qu'il rencontre d'autres survivants. Alors c'est vrai, il avait brisé sa promesse quelques fois déjà, celle de ne pas repartir avec un membre de son groupe en expédition mais il l'avait fallut, pour le bien de tous et parce que généralement, on ne lui avait pas laissé le choix mais quand il pouvait se tirer sans qu'on lui impose une présence humaine, il le faisait. En plus, cette fois, il avait décidé d'emmener Teddy, son rottweiler. La femelle avait été heureuse de ce choix car depuis quelques temps, son maître évitait au mieux de l'entraîner dans les missions risquées et elle ne le vivait pas bien. A croire qu'elle se faisait abandonner par Darren alors qu'il cherchait à la protéger. Mais il avait bien fallut céder et finalement, il ne regrettait pas puisqu'ils n'avaient pas perdu leur habitude. Le chien d'attaque était dressé pour détecter les présences animales, humaines et non-vivantes. C'était d'ailleurs elle qui avait repérer Robert et Malorie. Les trois survivants avaient coopéré et s'étaient mis d'accord pour faire équipe, chacun ayant ses priorités. Le brun avait juste fait mention qu'il cherchait des vivres, tout bêtement. En soit, ce n'était pas faux mais en même temps, il n'irait carrément pas dévoiler son appartenance. Enfin...

Robert proposa de fouiller les quelques maisons et comme son comparse, le regard du dresseur tomba sur la petite femme qui les accompagnait. La blonde n'était pas bien costaude, pas bien effrayante mais son air déterminé ne laissait place à aucun doute quant à ses compétences niveau débrouillardise. Elle cherchait une pièce particulière, ils se trouvaient en Amérique alors ils finiraient bien par tomber dessus mais pour ça... "Il va falloir qu'on pense à une façon de pro..." commença l'éducateur canin avant de s'arrêter alors que sa compagne à quatre pattes se mit à grogner. La main de l'homme se resserra sur le manche de sa hanche se mit à fixer son animal. Non loin d'eux, une nouvelle voix se fit entendre, masculine, proposant son aide. Darren, méfiant comme jamais, se tourna et leva son arme prêt à parer ou à se battre sur besoin était. Surprise, cependant ! Le nouveau venu possédait également un compagnon canin qui se fit accueillir d'un grondement par Teddy alors que le maître détaillait l'autre propriétaire, plus étonné que jamais. Un nain... Enfin, c'e n'était pas politiquement correct... Un homme de petite taille, donc, se tenait à leur côté. Les yeux noisettes du survivant se posèrent sur les deux visages alliés. "Et... Tu es ?" fit-il de but en blanc.

La délicatesse n'était pas son fort, bien trop grande gueule au goût de beaucoup mais il osait le franc parlé, d'avis qu'il n'était plus temps de faire des chichis quand il s'agissait de survie. Pourtant, malgré toute sa suspicion, il décida d'abaisser sa hache, sifflant Teddy pour qu'elle cesse d'importuner son camarade à quatre pattes. Lentement, la femelle Rottweiler vint se coller à la jambe gauche de son maître, tendue comme jamais jusqu'à ce qu'il lui dise qu'elle pouvait souffler. Les rencontres en dehors de l'enceinte du labo, elle n'aimait pas trop, surtout qu'en dehors de Darren, elle ne connaissait personne. Cette journée... Il la trouverait déjà très longue.

_________________

A good place to end things. Just don't say another word. Let him remember you like this.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 104
Points : 396
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Robert Clemson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 18 Aoû - 23:14

Message supprimé

HRP : Réponse à Malorie demain (19/08) pour reprendre l'ordre de post défini, je ferais un lancé de dés de type "zombies" et un autre de type "fouille". J'imagine qu'on accueille Colin dans notre escapade et qu'on commence à fouiller les maisons, en tout cas c'est comme ça que je vais procéder. Si ça pose problème, envoyez-moi un message privé.

_________________
1 - Rashka/Lïnko/Kazan()
2 - Aube/Adrian() - Lana/Charlie()


Dernière édition par Robert Clemson le Sam 19 Aoû - 1:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 707
Points : 1553
Date d'inscription : 17/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Malorie Erikson
Matricule n°001
I walk a lonely road
Sam 19 Aoû - 0:09

Je m'appelle Malou !
Avait-elle donné comme première information aux deux hommes qu'elle avait accepté d'accompagner, ce qui était loin d'être une habitude mais elle n'avait pas trop le choix.
Cela faisait un moment qu'il lui trottait dans la tête de posséder un pare-buffle afin de butter les mangeurs d'hommes sans abîmer son ambulance mais ce genre d'objet ne courait pas les rues et puis... Il faudrait le démonter d'un 4x4 abandonné pour le remonter sur son véhicule, chose qu'elle serait incapable de réaliser.

Tandis qu'ils marchaient silencieusement dans la grande avenue elle eut tout le loisir d'observer ses compagnons de route. Robert d'abord.
En fait, elle le trouvait beau... Rien à voir avec Nounours naturellement, elle ne ressentait même pas une émotion particulière en le regardant, c'était un fait, un simple constat; il était beau et ressemblait à un Sage tel qu'elle se les imaginait.
Pas comme l'autre !
Darren représentait très exactement tout ce qu'elle détestait; le genre à rouler des mécaniques, à provoquer du danger là où il n'y en a pas et à ramener sa fraise pour un oui ou pour un non.
Naturellement elle n'avait rien montré car elle tenait à sa quête mais n'en pensait pas moins et rongeait son frein.
Quant au clebs, il n'aurait pas intérêt d'approcher trop prêt.

Le Sage avait proposé de fouiller le groupe de maison et Malou n'y voyait aucun inconvénient d'autant qu'elles possédaient des garages. Leur regard se croisèrent et elle fit un signe d'assentiment.
C'est alors que l'éducateur canin lança à la volée une phrase du style: « c'est moi qui vous dit comment on doit penser ».
La jeune fille s'apprêtait à rétorquer vertement quand le chien se mit à grogner.
Vivement elle attrapa son rouleau à pâtisserie qui dépassait du sac à dos et se retourna prête à combattre quand elle vit un homme encore plus petit qu'elle lever les mains au ciel tout en avançant.
C'était un nain en fait, ce qui en soi n'était pas un problème, c'était peut-être même plutôt un avantage face à certaines situations; le blême était que lui aussi possédait un chien.
Tout en remettant l'arme de fortune dans son sac Malou leva les yeux aux ciel; décidément c'était pas de bol... Instinctivement elle se rangea aux côtés de Robert, il semblait être le seul capable d'apaiser un tant soit peu son caractère explosif.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 104
Points : 396
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Robert Clemson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 19 Aoû - 22:43


(... suite)

"- "Il va falloir qu'on pense à une façon de pro..." s'exclama Darren

Malou et Darren avaient fait comprendre à Robert qu'ils étaient d'accord pour fouiller les maisons, et la manière de faire de Darren semblait ne pas avoir plu à la jeune femme. Il est vrai qu'il essayait un peu de s'imposer, cela ne le dérangeait pas tant qu'il gardait la tête froide et restait objectif. Quant à Malou, Robert essayait de ne pas la voir comme une gamine, mais la tâche était ardue. Elle avait l'air de savoir se débrouiller en combat et d'avoir une bonne dose de caractère, et un visage atypique. Elle semblait se démarquer des autres filles de son âge mais pas seulement pour son aspect physique, sans vraiment savoir pourquoi, Robert avait l'impression qu'il lui devait quelque chose. Il essaya de ne pas se faire attendrir par son allure fébrile. Cette jeune femme était certainement capable de le tuer à mains nues en moins d'une minute. Le monde avait changé, et les gens aussi. Il fallait maintenant se méfier, autant des types musclés comme Darren que des gamines, ou plutôt des jeunes femmes comme Malou. Il se concentra de nouveau sur son objectif. La chienne de Darren s'était mise à grogner. Il tint sa hache plus fermement, prêt à s'en servir dans la seconde. Robert fronça les sourcils et suivit le regard de la chienne, imitant ce dernier en resserrant son emprise sur le pied-de-biche qui lui servait d'arme. Malou elle, dégaina un rouleau à pâtisserie. Robert dût y revenir à deux fois avant d'en être certain. Malou avait dégainé un rouleau à pâtisserie... Quelque chose n'allait pas avec cette affirmation, considérant qu'ils se trouvaient dans un monde rempli de cannibales.

- "Vous voulez de l'aide ?" s'était exclamé l'inconnu

Un homme avait jaillit de l'obscurité. Robert aurait pu le prendre pour un enfant tant il était petit, et il portait une espèce de petite arbalète, semblable à un jouet. Mais c'était bel et bien un homme adulte, sa voix écartant toute autre hypothèse. De plus, il avait lui aussi un animal, un chien. Robert se souvint alors du sien, mais il préféra ne pas s'éterniser sur ce genre de souvenir. Trop pénible. Darren, méfiant lui avait répondu :

- "Et... Tu es ?"

Robert avait attendu que l'inconnu se présente. Il s'était avancé en levant les mains en l'air. Malou avait rangé son arme et s'était tourné vers Robert. Il s'était d'ailleurs demandé pourquoi. Il imita Darren, avec un peu plus de stoïcisme, son visage ne laissait s'échapper aucun signe de stress ou d'anxiété. Il était méfiant, mais pas surpris. C'était comme s'il s'était attendu à ça. Robert était toujours prêt à toute éventualité. Il regarda Malou pour tenter de lui montrer qu'il n'y avait pas de danger. Darren en revanche, Robert le surveilla. Il savait qu'il était sûrement stupide de se méfier de Darren plus que de Malou, mais pour une fois il décida de suivre son instinct.

- "Robert." dit-il simplement en lui serrant du nouveau

Après les présentations de chacun, il avait rejoint l'expédition. Il s'appelait Colin et semblait plutôt sympathique. Tous ensemble, ils décidèrent de fouiller une première maison. Après avoir observé les alentours un instant, Robert s'exclama, regardant une nouvelle fois Malorie comme pour lui témoigner une certaine confiance.

- "Malou et moi allons passer par derrière."
Et il ajouta à Darren et Colin :
- "Vous prenez devant ?"

Le plan mis en place et après s'être assuré de la participation de chacun. Les deux équipes se séparèrent. Arrivé devant la porte arrière, Robert s'aperçut qu'elle était verrouillée. Faire le tour aurait prit trop de temps et il ne voulait pas laisser les autres pénétrer seuls à l'intérieur, aussi mit-il toute sa force dans son pied-de-biche afin de faire levier et de forcer la porte. Celle-ci céda. Et c'est un groupe entier de zombies qui se retournèrent sur Robert et Malou.

Merde.

Il tendit son bras vers l'arrière pour dire à Malou de dégager et se retourna rapidement, sans paniquer. Certains des rôdeurs ne l'avaient pas repérés, il faisait très sombre, les autres se lançaient à sa poursuite. Il n'avait aucun moyen de prévenir Darren et Colin, peut-être étaient-ils déjà entrés. L'un des rôdeurs s'approcha de Robert, il était suffisamment éloigné des autres pour que Robert puisse prendre le risque de l'attaquer. Il leva son pied-de-biche et frappa au sommet du crâne. Puis il se retira rapidement. Il se cambra et fit comprendre à Malou qu'il recherchait à les semer. Il lui indiqua des buissons qui leur permettraient de sortir de la vue des rôdeurs. Robert pensa à Darren et Colin, mais il ne pouvait rien faire pour les aider. Avec un peu de chance, les rôdeurs sortiraient par l'arrière, attirés par le mouvement et lorsqu'ils entreraient dans la maison, ils trouveraient un moyen de faire diversion pour diviser le groupe de rôdeurs. Évidemment, une quinzaine de rôdeurs séparés en deux groupes restaient trop nombreux pour être tués facilement."


HRP1 : Bon ben j'ai fait un lancé de dès moyen (1 à 15) pour le nombre de zombies et avec ma chance habituelle nous sommes tombés sur le pire résultat possible. Désolé les amis !

HRP2 : Le lancé de dès "Fouille" a donné le résultat Trousse de toilette, il y a donc cet objet dans la maison. En plus de ça, 15 zombies moins celui que j'ai tué ; donc 14 rôdeurs.

_________________
1 - Rashka/Lïnko/Kazan()
2 - Aube/Adrian() - Lana/Charlie()
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 103
Points : 474
Date d'inscription : 27/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Darren I. Wells
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 3 Sep - 18:06

Colin, le petit homme se présenta et Darren se contenta d'hocher la tête, signe de salut mais aussi pour dire qu'il approuvait sa venue. Un peu d'aide ne faisait jamais de mal et puis... Ils n'étaient pas trop de quatre pour faire le tour des habitations. Alors que Robert proposait de passer à l'arrière d'une première maison avec la seule représentante féminine du groupe, le dresseur haussa les épaules, se contentant d'un simple "Si vous voulez." après avoir posé son regard sur le nouvel arrivant. Il laissa le duo s'éloigner avant de prendre la direction de l'entrée principale en compagnie de son binôme et des chiens, sourire moqueur aux lèvre. "Je crois que ces deux là ne m'apprécient pas trop." fit-il en jouant tranquillement avec le manche de sa hache, la faisant ainsi tourner entre ses doigts. Au grognement de Teddy, l'éducateur se crispa, grimaçant légèrement. Son animal était remonté et ça trahissait un grand nombre de goules dans l'endroit... Bah c'était bien leur veine ça...

"J'te propose un truc mon pote. Je tape à la pote pour les attirer, tu ouvres et on essaye de s'en débarrasser au maximum. Sauf si t'as une autre idée, je suis preneur." annonçait le grand brun au petit blond. Bien vite, les deux hommes se mirent d'accord sur la marche à suivre et sagement, le sudiste s'y plia volontiers. La porte s'ouvrit de leur côté et quelques morts affluèrent dans leur direction. Son chien se tendit immédiatement, comprenant que le danger s'approchait et elle se retenait de foncer dans les jambes du premier mort qui arrivait vers eux, n'ayant pas reçu l'ordre. Elle savait qu'ils avaient une façon de fonctionner et là... Les damnés étaient trop nombreux pour se permettre d'envoyer le canidé à l'attaque. "Teddy, recule !" ordonna l'éleveur tandis qu'une monstruosité s'approchait déjà de son amie à quatre pattes. "Touche pas à ma chienne, toi !" grogna-t-il en venant abattre sa hache dans le coup du mort-vivant, l'emportant au sol alors que son arme restait bloquée dans la chair putréfiée. Pour se dégager, le survivant planta sa botte dans le visage mal foutu, tirant sur le manche en bois afin de libérer sa lame, laissant entendre un bruit de succion immonde, finissant par exploser le crâne de son talon, haletant sous l'effort.

En se tournant pour voir où en était Colin, Darren ne vit pas le pestilentiel ennemi s'approcher de lui. Heureusement que son garde du corps canin veillait sur lui, déstabilisant la chose en lui fonçant dans les jambes avant de s'éloigner comme ordonné par le maître qui vint fendre le visage décharné d'une femme d'une attaque bien placée. "Colin, tu t'en sors ?!" demanda prestement le grand gaillard au petit sur lequel il ne parvenait pas à avoir un œil tant le nombre de mordeurs augmentait. Combien ils étaient dans ce satané truc ? Y avait eu quoi dedans, au moment de leur mort ? Un club de lecture ?!


HRP: J'en élimine deux sur les quinze. Il nous en reste donc douze à zigouiller. On peut le faire ! :p

_________________

A good place to end things. Just don't say another word. Let him remember you like this.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 707
Points : 1553
Date d'inscription : 17/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Malorie Erikson
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 4 Sep - 0:13

Une fois les présentations faites, elle regarda à nouveau Colin; il avait l'air gentil ce qui la mit un peu plus en confiance pour emboiter le pas des trois hommes jusqu'à la maison qu'ils avaient décidé de fouiller. Quant à Darren, peut-être l'avait-elle un peu sous estimé car sous son aspect m'as-tu-vu, il semblait sociable, qualité bien utile qui était complètement étrangère à la jeune fille.

Ils arrivèrent aux pieds de la bâtisse.
C'est alors que Robert fit une proposition que Malou jugea saugrenue et surtout dangereuse.
De surprise elle écarquilla les yeux mais ne put rien rétorquer car à peine avait-il exposé son plan qu'il fut exécuté:
elle, uniquement armée d'un rouleau à pâtisserie allait passer à l'arrière avec celui qui semblait le moins aguerri aux combats, tenant dans sa main un simple pied de biche !
Le partage était loin, très loin d'être équitable d'autant que les deux autres avaient des chiens dressés pour alerter en cas de présence de mangeurs d'hommes.

Malou baissa la tête; ce n'était pas raisonnable mais elle comprenait; le Sage devait évoluer mentalement dans des sphères si hautes qu'il avait peut-être du mal avec l'abrupt matérialisme de ce monde chaotique aussi le suivit-elle sans broncher avec l'idée que ce serait à elle de protéger cet homme plutôt que l'inverse.

C'est alors que les choses se précipitèrent. La porte arrière étant verrouillé Robert usa de son outil pour l'ouvrir et se fut la catastrophe.
Combien y en avait-il ? L'adolescente ne prit pas le temps de les compter et puis il faisait sombre; la seule chose qu'elle savait était qu'il y en avait suffisamment pour être dans la merde jusqu'au coup.

Sans prendre en compte un instant l'ordre du Sage qui lui indiquait de se reculer, elle sortit son arme afin de parer au plus pressé, c'est-à-dire l'immondice qui s'avançait vers elle.
Comme il n'était pas bien vaillant, elle n'eut aucune difficulté à lui briser les tibias et tandis qu'il chutait en avant elle lui emmancha un coup de rouleau à pâtisserie sur le crâne mais cela n'avait pas suffit, elle dû s'y reprendre à trois fois; ce mangeur d'homme avait la tête la dure.

Son cerveau cogitait à cent à l'heure tandis que Robert lui indiquait des buissons où se cacher.
Elle haussa les épaules. Se cacher ne servait à rien, les morts vivants ne les voyaient pas, ils les sentaient. L'odeur corporelle, le bruit, la chaleur vitale étaient autant d'indicateurs qu'un vulgaire bosquet ne pouvait effacer mais elle n'avait pas le temps de lui expliquer tout cela car il en sortait de plus en plus.
ils ne s'en tireraient pas et les deux autres par-devant devaient certainement être dans la même panade sinon ils seraient venus prêter main forte.

Au moment où un rôdeur avança une main griffue vers elle, une idée jaillit dans son cerveau et elle détala au pas de course.
Robert pouvait aisément imaginer que Malou le lâchait pour s'enfuir le plus loin possible de cette maison maudite mais il n'en était rien.
Elle avait beaucoup de défauts couronnés par un caractère exécrable mais elle était réglo; c'était peut-être son unique qualité.

Tout en pestant intérieurement contre la très mauvaise idée d'être allés dans cette avenue à pieds, elle se dirigeait vers son ambulance type van qu'elle avait garé un peu plus loin.
Cette camionnette était son arme véritable contre les morts-vivants, sans ce véhicule, elle serait morte depuis longtemps.
Enfin arrivée à sa hauteur, elle ouvrit la portière, s'installa, tourna la clé de contact et démarra en trombe.

La maison était en vue mais pour aller derrière elle n'eut pas d'autre choix que rouler à moitié sur le trottoir ce qui serait inconfortable pour d'éventuelles manoeuvres mais qu'importe, cela valait la peine d'essayer.
Phares allumés, elle klaxonna un grand coup pour inciter Robert à se pousser dare dare et fonça dans le tas de barbaques puantes en faisant hurler les pneus sur le bitume.
Elle réussit à en percuter deux d'un coup, fit marche arrière afin de reprendre de l'élan et viser les suivants, repassa en première puis en deuxième pour en éjecter un de plus qui s'étala sur le pare-brise.

La jeune fille freina un coup sec, elle n'y voyait plus rien. La loque tomba au sol mais le sang et les miasmes avaient taché le carreau.
Rageusement elle actionna les essuies-glaces, refit le même genre de manoeuvre, en faucha encore un et ne put rien faire d'autre car le reste de la horde se dirigeait vers un endroit inaccessible pour le véhicule. Il n'y avait plus qu'à espérer que Robert ait l'idée de les ramener vers elle afin qu'elle les bute tous.
Ouvrant la vitre du véhicule, elle le héla:

Robert ! débrouille toi pour attirer les mangeurs d'hommes vers moi, c'est notre seule chance, dépêche toi !

HRP: Malou en élimine 1 avec son rouleau à pâtisserie et 4 avec son ambulance. Il en reste 7.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 104
Points : 396
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Robert Clemson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 5 Sep - 21:00


(... suite)


Malou avait sauté sur le premier zombi qu'elle avait aperçu, impatiente et avait fait fi du signe que Robert lui avait fait de la main. Il était resté planté là, à moitié baissé, à regarder cette jeune femme exploser le crâne du zombi. Incrédule. Il ne comprenait pas qu'on puisse aller droit vers le danger de cette manière, sans aucune forme de préparation. En ouvrant la porte, Robert avait surpris le groupe de charognes, il avait eut l'avantage de l'imprévu, mais Malou s'était jeté sur ce rôdeur alors que toute la bande s'avançait vers le passage ainsi créé. Quand il lui indiqua les buissons, elle sembla se moquer de lui. Tout cela commençait à l'énerver mais ce n'était pas le moment de se disputer, la gamine devait avoir ses raisons. Quoi qu'il en soit il ne s'était pas attendu à ce qu'elle soit aussi impatiente et immature qu'elle en avait l'air. Comment avait-elle survécu en étant aussi impulsive ? Cela demeurait un mystère. D'autant plus qu'elle décida soudain de fuir. Robert leva son pied-de-biche vers un rôdeur qui s'était écarté du groupe et l'abattit brutalement, avec précision sur son crâne dégarni et dégoulinant de... quelque chose. Puis il s'éloigna en trottinant, toujours prudemment, avant de décider d'aller devant la maison.

Qu'est-ce qu'elle fout ?

Robert crut entendre la voix de Darren, il y avait vraisemblablement de l'agitation. Il vit Colin, puis Darren qui se débattait avec un rôdeur. Robert s'approcha pour lui filer un coup de main.

- "Ils arrivent par les côtés." dit Robert pour les avertir

Soudain, la gamine déboula à bord d'une espèce de camionnette, frottant contre le trottoir avant de klaxonner. Robert pris la lumière des phares en plein visage et dégagea au plus vite pour ne pas se faire percuter. La gamine fonça dans le tas de zombis qui approchait, en expédiant quelques uns ad patres. Puis elle recommença. Encore aveuglé par la lumière des phares, Robert fut surpris par un rôdeur, il lui asséna un violent coup de pied pour le repousser avant de le frapper, il manqua son crâne et le bout tranchant du pied-de-biche vint lui arracher un morceau du visage, ce qui fit chuter Robert, emmené par son élan. Une fois au sol il s'éloigna rapidement de la créature, puis il leva de nouveau son arme, revenant vers elle et insista à mesure que les coups manquaient leur cible. Il détruisit finalement le cerveau de la créature, couvert de son sang et de quelques morceaux de matière cérébrale. En chutant, Robert s'était écorché la main sur du verre brisé. La douleur était vive mais il ne la ressentit que bien après avoir tué sa cible. Il saignait, tenta de faire abstraction de la vive sensation de brûlure, heureux de voir que ce n'était pas une morsure mais bien des coupures.

- "Robert ! Débrouille toi pour attirer les mangeurs d'hommes vers moi, c'est notre seule chance, dépêche toi !"

Il se redressa pour faire un état des lieux, Malou était toujours dans la camionnette dont l'avant était désormais couvert de sang et de tripes. La blessure et l'irritation de se voir donner des ordres par une jeune femme impulsive le firent hésiter un instant. Darren et Colin n'étaient pas protégés par une carrosserie et un moteur, il devait les aider et décida de suivre le conseil de Malou, ce n'était pas le moment de cogiter. Il se dit qu'un mauvais plan était toujours mieux qu'une impro' totale. Plusieurs marcheurs se dirigeaient vers Colin et Darren à l'entrée pendant que d'autres étaient attirés par le van et le repas qui les attendaient à l'intérieur. Robert s'avança vers les rôdeurs qui approchaient de ses deux compagnons et tenta de les attirer vers le van.

- "HEY !! VENEZ PAR ICI !! ATTRAPEZ-MOI !!! ALLEZ !"

Il avait hurlé comme un fou, très énervé, le bras endolori et dégoulinant de sang. Il agita ses mains et recommença à hurler sur les charognes afin d'attirer leur attention. Robert sentait le sang perler le long de son bras et de ses doigts et commença à se dire que c'était une très mauvaise journée. En pensant à tout cela, il eut un déclic. Le van. Le klaxon, les hurlements... Foncer dans le tas avec la camionnette, tout feux ouverts en klaxonnant n'était pas une riche idée, mais hurler comme il l'avait fait juste après aggravait cet état de fait. Alors que les rôdeurs commençait à s'intéresser à lui. Robert ne gesticulait plus, il observa la rue et commença à voir des silhouettes errer un peu partout, sortant des maisons, des rôdeurs, seuls ou par petits groupes de deux ou trois se dirigeaient vers l'origine des bruits. Il pensa à ceux qui restaient, et après un bref calcul réalisa qu'ils allaient avoir un sérieux problème à s'occuper de tout ces rôdeurs.


HRP : Nouveau lancé de dès "Z medium", résultat : 14 rôdeurs. À croire que je suis maudit.

HRP2: 2 rôdeurs tués sur les 7, donc 19 rôdeurs restants avec ceux qui arrivent.

_________________
1 - Rashka/Lïnko/Kazan()
2 - Aube/Adrian() - Lana/Charlie()
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 149
Points : 746
Date d'inscription : 28/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Sep - 19:15

Colin ne se sentait pas très rassuré en écoutant le plan de Darren, mais il approuva d’un hochement de tête. De toute façon, il n’avait pas de meilleure idée en tête. Il chargea son arbalète avant d’ouvrir la porte, et recula immédiatement pour pouvoir utiliser son arme. Pooka était sur les nerfs, et calquait son comportement sur celui de l’autre chienne. Des morts-vivants déferlèrent hors de la maison, comme un torrent infernal. Prenant quelques secondes pour viser, Colin planta un carreau dans la tête du premier zombie de la file.

Pooka en fit plonger un autre sur le sol, et Colin rechargea au plus vite pour lui percer le crâne. Il ne restait alors que peu d’adversaire, et Darren cria pour couvrir le bruit de l’affrontement :

« Colin, tu t'en sors ?! »

En restant le plus concentré possible, l’écossais cria en retour, d’un ton enthousiaste :

« Aye ! »

Il n’eut pas le temps de faire autre chose, un vacarme provenant de l’autre côté de la maison couvrit celui des combats. Celui d’un véhicule, qui passerait plusieurs fois sur une horde. En tant que possesseur d’une petite camionnette, l’écossais connaissait bien ce son. Il profita du désordre semer chez les quelques zombies qui restait au combat pour recharger son arbalète.

"HEY !! VENEZ PAR ICI !! ATTRAPEZ-MOI !!! ALLEZ !" 

Une silhouette venait de surgir du coin de la maison, avec le ton très reconnaissable de Robert. Colin jeta un regard à son partenaire, et commença à traverser la distance qui le séparait de l’autre habitant de Fort Hope. S’il voulait que les zombies le suivent, ils ne devaient pas avoir de raison de rester ici. Il sentit rapidement Pooka le dépasser. Ses jambes courtaudes tricotaient au plus vite, suffisamment pour se mettre à distance des zombies qu’il avait affronté. Il tira un nouveau carreau vers eux, qui manqua de peu sa cible. Il jura silencieusement, et allait recharger avant de voir la rue.

Tous les rodeurs du coin avaient non seulement entendu le bruit du van défonçant leurs semblables, mais aussi celui de Robert. La région entière allait probablement débarquer sous peu afin de les transformer en viande froide. L’adrénaline couru dans ses veines, et il attrapa un nouveau carreau.


HRP : j’en ai tué 2, il en reste donc 17 avec les nouveaux arrivants.
HRP2 : désolé d’avoir mis aussi longtemps à répondre.




_________________

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 103
Points : 474
Date d'inscription : 27/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Darren I. Wells
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 8 Oct - 0:08

Alors ça, c'était pas malin. Clairement. Le bruit de klaxon, le moteur et tout ce qui s'en suivait de l'autre côté de la maison le fit grincer des dents au maximum. Sérieusement ? Lequel des deux avaient eu l'idée complètement débile de faire autant de bruit ? Ils affrontaient déjà une marrée de cadavres, pourquoi en rajouter en alertant tout Détroit ? C'était insensé. A croire qu'ils n'avaient aucune notion de survie. S'il appréciait l'adrénaline, Darren comprenait aussi l'intérêt de ne pas faire l'idiot et là... Là, une furieuse envie de se tirer, de les abandonner à leur sort en ayant comme seul argument "Bah fallait pas faire les cons." mais bon... Sa fierté et sa conscience l'empêchaient d'agir ainsi. Grommelant, le dresseur se dirigea vers le rassemblement des putrides, dépassant son petit partenaire blond pour rejoindre Robert. Remarque, c'était vrai, en même temps. Pourquoi se mettre en danger pour des gens qui se fichaient pas mal de savoir s'ils faisaient une connerie ou non et de mettre tout le monde en danger ? Quitte a faire les imbéciles, pourquoi ne pas, tout simplement, en venir à tous entrer dans la caisse, klaxonner à mort pour attirer les mordeurs du quartier et ouvrir les portières pour se laisser croquer un bout ou deux, ce serait tout aussi efficace.

Teddy dépassa son maître pour foncer entre les jambes d'un macchabée s'approchant un peu trop de celui qui servait d'appât. Encore une fois, l'envie de les lâcher et de laisser Robert servir de steak tatare. A la place, l'éducateur vint se positionner près de ce collègue de galère, abattant sa hache sur les cervicales ennemies avant de grogner de mécontentement à l'attention de l'autre « Et c'est quoi le plan au juste ?! Nous faire tuer tous ?! » tout en venant enfoncer une nouvelle fois sa lame lourde dans un corps putride puis une mâchoire, histoire de repousser les assauts de part et d'autre. Une seconde avait suffit pour que Darren se fasse attraper par le bras pendant que des dents se rapprochait dangereusement de sa chaire. Dans la composition actuelle, impossible d'utiliser son arme principale, l'obligeant à l'abandonner momentanément pour venir mettre au clair l'acier de son couteau de chasse. Le brun vint l'enfoncer dans la boîte crânienne du damné alors que son propre souffle se coupait, craignant pour sa vie. Une seconde de plus et plus jamais il n'aurait revu ses quelques amis au camp, plus revu sa chienne et plus encore, plus revu la blonde qui partageait sa vie. Heureusement qu'il avait su réagir vite. « Ted, viens ici ! » ordonna le maître canin en repoussant un nouvel adversaire. Bordel, bordel, bordel ! La chienne manqua de peu de se faire attraper par la queue mais parvint à se rapprocher de son humain en deux slalom expert. Soulagé, Darren vint fracasser un crâne d'un revers de hache bien placé. Les assauts se poursuivaient et l'homme serra les dents en retenant ses insultes, que ce soit à l'encontre des morts comme des vivants, agacé par la situation.

Combien ils étaient ? Douze ? Vingt ? Quarante ? Le dresseur l'ignorait mais il ne cessait de faire reculer les monstruosités, s'échinant à ne pas céder un centimètre de territoire à ces satanés trucs sans âmes. L'homme se jurait presque de faire la peau aux vivants s'ils parvenaient à s'en sortir, ce dont il doutait sérieusement dans l'état actuel des choses....



HRP : Navré du temps de réponse, avec la reprise des cours et tout ce que j'ai eu à faire, je n'ai pas eu le temps avant maintenant de vous répondre.
HRP2: Darren tue deux zombies, ce qui fait qu'il en reste 15.

_________________

A good place to end things. Just don't say another word. Let him remember you like this.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 707
Points : 1553
Date d'inscription : 17/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Malorie Erikson
Matricule n°001
I walk a lonely road
Mar 10 Oct - 20:14

Robert semblait s'être blessé en tombant et irrité par ce que Malou lui avait demandé. Pourquoi ? Ne venait-elle pas d'en éliminer quatre avec sa camionnette alors qu'il avait peiné à en tuer deux avec son pied de biche ?
Elle haussa les épaules, remonta sa vitre et se concentra à nouveau voyant que finalement le Sage accédait à sa demande.
Elle allait reculer quand elle vit une seconde horde débouler d'elle ne savait trop où;
ce devait être à cause du coup de klaxon...
« Merde ! » murmura t-elle avant de se ressaisir. De toutes façons elle n'avait pas eu le choix: c'était ça ou écraser le quarantenaire.

Elle ne se bilait pas; elle savait que dans son ambulance elle était protégée et pourrait venir à bout de la petite vingtaine de mangeurs d'hommes à elle toute seule; elle en avait vu d'autre et du bien pire mais au moment d'avancer vers le petit groupe que Robert avait réussi à rassembler, elle aperçut Darren qui la fusillait du regard comme s'il voulait la tuer tout en grommelant un truc qu'elle n'entendit pas; c'était quoi ce délire ?
Indécise, pensant qu'il avait un plan imparable elle ralentit et observa quelques secondes la scène pour conclure que non, il n'avait pas d'autre intention que fendre les crânes avec sa hache.
Mais alors c'était quoi cet oeil noir ?

Le sang commençait à lui chauffer les oreilles. Elle poussa un gros soupir d'énervement et était à deux doigts d'abandonner ces branquignols à leur sort quand elle vit débouler l'Ecossais au pas de course. Derrière lui, un autre groupe de mordeurs le talonnait.
Visiblement il était le seul des trois à ne pas lui tenir rancune d'aucune sorte; il avait juste l'air du type qui cherche à assumer la situation sans juger les éventuels erreurs de ses partenaires et cela la rassura un peu.
Grâce ou à cause de sa taille, il émanait de Colin quelque chose d'enfantin, de naïf qui plaisait à l'adolescente. A ses yeux, il ne ressemblait pas aux adultes à l'esprit étriqué et cela lui redonna l'envie de combattre juste pour l'aider.
Pour le reste, la rage qu'elle entretenait envers les deux orgueilleux décupla son taux d'adrénaline et elle entra en action.

Braquant au maximum, elle manoeuvra et fonça dans le premier tas venu.
Même scénario d'apocalypse: des corps, des membres décharnés, pourris jusqu'à la moelle volèrent tantôt au-dessus de la camionnette, tantôt sur le pare-brise dont les essuie-glace effaçaient les miasmes à cadence régulière. Des crânes, des os craquèrent sous les pneus chauffés à blanc et trois d'entre eux furent rayés de la liste.

Elle aurait pu en écraser plus si elle n'avait pas été obligée de freiner pour éviter ses partenaires ou peut-être même le clebs du M'as-Tu-Vu qui avait l'air complètement à l'ouest et qui avait failli se faire bouffer la queue.
De colère elle frappa violemment sur son volant, recula à nouveau, fonça à nouveau pour en dégommer deux... Non, un seul. L'autre gisait au sol sans jambes mais agitait encore ses bras, il ne resterait plus qu'à le finir.

Face à cette attaque en règle, les mangeurs d'hommes s'étaient dispersés autour des trois autres et il devenait impossible pour la jeune fille de continuer ce stratagème sans risquer la vie de ses comparses.
Furieuse comme elle l'était, aplatir le Sage ou Darren comme une limande lui aurait fait plaisir mais peut-être restait-il un fond d'humanité dans son coeur sec ?
à moins que ce fut la vision du Nain qui se battait comme un beau diable qui lui fit changer d'avis ?
Il fallait passer au plan B.
Le plan C aurait été plus rapide et plus expéditif malheureusement elle n'avait pas de briquet ni même la moindre boite d'allumette pour le mettre à exécution.
« Il faudrait que je me trouve du feu et du papier journal un de ces jours, tout de même » se dit-elle mentalement comme qui dresserait sa liste de courses à faire dans le supermarché du coin.

Malou la squelettique avait beau ressembler à une môme d'à peine 15 ans elle ne manquait pas moins de ressources et était aguerrie aux leçons de survie.
Elle avait été à la rue dès les débuts de l'apocalypse, avait dormi dans des bennes à ordures et avait traversé les Etats-Unis d'ouest en est après avoir perdu l'Homme de sa Vie; cela forgeait un caractère.
Les rôdeurs, elle avait appris à les connaître par coeur, ils n'avaient plus de secrets pour elle alors, au risque de se faire encore incendier par ses collègues d'infortune, elle alluma les pleins phares, descendit son carreau et sortit son bras au dehors.
Les immondices comme les papillons de nuit étaient irrésistiblement attirés par la lumière mais quand en plus on leur agitait sous le nez un membre - aussi maigre soit-il - à croquer, ils devenaient fous de convoitise !

A présent l'ambulance reculait lentement dans la rue.
Malou agitait son bras et sa main puis sortant à demi la tête, elle héla les cadavres ambulants qui avançaient comme hypnotisés vers le véhicule.
Alerté par le son de la voix quelques-autres tournèrent la tête en grognant et se dirigèrent droit vers l'ambulance.
Malou se mit alors à entrer en conversation avec le chef de file. Ces connards puants étaient comme les moutons, il suffisait que l'un d'entre eux avance comme un chef pour que le reste du troupeau suive.

Allez viens Pèpère, approche, ne fais pas le timide !
Regarde le beau bras que je vais te donner à croquer, hum !!!
Quoi ? Tu trouve qu'il n'est pas assez gras ?
Il te remplirait pourtant bien un petit coin d'estomac, approche, tu verras il est tout tendre !


Poursuivant son manège, Malou continuait de reculer, réglant sa vitesse sur celle des mangeurs d'homme afin de toujours garder une certaine distance puis enchaîna:

Regarde, j'ai aussi une tête ! Et j'ai beau être une fille je t'assure qu'il y a une cervelle dedans; un véritable repas de roi petit veinard, appelle tes potes !!!

quatre, cinq puis dix morts-vivants couraient à présent en claudiquant sans vraiment savoir si c'était la lumière ou le bras qui les attiraient le plus.
Malou quant à elle poursuivait son monologue, quitte à dire n'importe quoi pourvu qu'elle ne perde pas leur attention.

Approche chéri, ici la chair est fraîche et le premier qui l'attrape aura gagné le pompon alors ne te fais pas prier !

L'adolescente ne comptait plus les innommables qui frôlaient parfois le camion dans leur impatience.
Elle était au bout de la rue à présent et peinait à apercevoir encore les trois hommes qui semblaient ne plus être entourés que de deux ou trois mordeurs égarés.
Elle roula encore quelques centaines de mètres ainsi puis décida de s'arrêter enfin sur un parking; elle était suffisamment loin à présent et ses partenaires étaient hors de danger.
Rentrant subitement son bras et refermant la vitre, elle éteignit les phares.
Les mangeurs d'hommes piétinèrent quelques minutes dans le noir en titubant, flairaient dans l'air l'odeur du bras disparu puis un bruit au loin dans l'avenue voisine leur fit lever la tête.
Un nouveau chef de file improvisé décida de se diriger vers la nouveauté, bientôt suivi par tous les autres laissant l'adolescente seule.

Elle jubilait intérieurement.
Non seulement son plan avait marché comme sur des roulettes mais en plus Darren et Robert devaient faire une sacré tête !
Sa joie cependant fut de courte durée. Elle poussa un long soupir et coupa le moteur; deux choses la contrariait.
La première était d'avoir massacré aussi peu de mangeurs d'hommes et d'avoir laissé filer le reste. Elle aurait pu se lancer à leurs trousses mais elle devait économiser son gas-oil.
La deuxième concernait la mission avec les trois autres. Elle n'était pas certaine d'être la bienvenue malgré sa prouesse et hésitait à y retourner.
Après tout un pare-buffle n'était pas un objet rare aux USA; presque tous les propriétaires de 4x4 en avait; elle en trouverait bien un ailleurs...
Indécise, elle s'octroya quelques instants de réflexion avant de prendre sa décision.

HRP: Malou en a éliminé 4. 1 est au sol sans jambes mais encore « vivant », les autres ont suivi l'ambulance avant de se disperser ailleurs. Il en reste 3.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 104
Points : 396
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Robert Clemson
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Ven 27 Oct - 16:02


(en cours de rédaction)

Dès le retour de ma connexion, je posterais.
Désolé, coupure d'Internet.
2 plus ;-)

_________________
1 - Rashka/Lïnko/Kazan()
2 - Aube/Adrian() - Lana/Charlie()
Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Ravitaillement [FINI]
» James Wells
» Présentation Olivia Wells [Gryffondor]
» Un malheureux évènement [PV Darren]
» Carnet d'Andy Wells

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum