I will find my way back to your door [#SaveJuliet2k16]



InformationsContact
avatar
Messages : 5504
Points : 6284
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Aoû - 18:34

19 Avril 2016 - Jusqu'à ce que la silhouette de Cornwell ne disparaisse dans l'obscurité, Logan resta assis à sa place dans le restaurant, sans bouger, respirant simplement pour se calmer et remettre ses idées en place, alors qu'il serrait dans son poing le casse-tête que lui avait laissé le kidnappeur. L'esquisse d'un plan commençait à se dessiner, malgré les menaces proférées par le père d'Isha en sortant et dès que le barbu ne vit plus aucune trace de lui dans la rue, il se précipita dehors à son tour pour retrouver Neo. Son nouvel acolyte avait tenu son rôle jusqu'au bout en restant dans l'ombre sans intervenir. Désormais, il allait devoir prendre une part bien plus importante dans le cauchemar en train de se jouer.

À peine arrivé face au géant, Logan se détourna immédiatement pour poser le petit casse-tête sur le sol. « Il a Juliet et Isha. On va devoir se séparer rapidement. » informa-t-il simplement, avant d'écraser le jeu de son pied. L'objet vola en éclat, ne laissant plus que le morceau de papier intact au milieu des débris, sur lequel Logan se rua pour découvrir les mots inscrits dessus. Au fil de sa lecture, la rage déjà bien installée du barbu ne faisait qu'augmenter. Il plongea la main dans sa poche et en ressortit son trousseau de clé, qu'il colla avec le papier dans les mains d'Alpha. « Juliet est enfermée dans un coffre dans une banque. L'adresse est là-dessus. Prends la voiture, y a un talkie dans la boite à gants, il est déjà sur la bonne fréquence. T'as 50 min pour la sortir de là en vie. Appelle-moi quand t'es devant le coffre pour que je t'aide à trouver le code. Ok ? » Il respirait à peine, parlait vite, visiblement inquiet et sous pression. Ils venaient déjà de perdre Maddie, cette information peinait encore à s'imprimer dans son esprit, mais l'idée de rajouter Juliet ou Isha à la facture le mettait dans un état de nerf indescriptible. « J'vais suivre l'autre et m'occuper de retrouver Isha. Rentre à Fort Hope dès que tu as retrouvé Juliet et emmène-la à l'infirmerie, même si elle n'est pas d'accord, ok ? »

Il perdait trop de temps, aussi dès qu'il eut la confirmation que Neo avait tout bien saisi, Logan lui demanda simplement de quel côté était parti Cornwell et il se lança à sa suite, courant presque pour le retrouver. Il irait forcément retrouver Isha, il le fallait. Pour Juliet, il n'y avait qu'à espérer que l'ancien pompier ferait ce qu'il faut pour la ramener en vie à la maison.

_________________


No Keia La
No Keia Po, A Mau Loa






Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 61
Points : 107
Date d'inscription : 04/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Neo Wolf
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Lun 28 Aoû - 2:03

Caché dans l'ombre, attendant un signe de Logan, Neo se demandait comment toute cette histoire allait finir. Il était content que Logan ai assez confiance en lui pour lui demander de le soutenir dans cette mésaventure. Il fut coupé de ses pensées par une première silhouette s'en allant au loin.Ce n'était clairement pas Logan, ce dernier arriva quelques dizaines de secondes plus tard, se précipitant vers lui.

Le barbu avait à la main un bien étrange objet qu'il s'empressa de détruire tout en expliquant la situation à son acolyte. Neo avait envie de rire car c'était sans doute la dernière manière dont il était censé ouvrir cet objet mais la situation faisait qu'il se retint de le faire.

Ecoutant le briefing de son comparse, le polynésien ne se concentra mentalement que sur les mots importants, cherchant à retenir la totalité des informations pour ne rien louper une fois sur place. 50 minutes, Juliet, une banque, un coffre, une voiture, un talkie, contacter Logan pour trouver le code, la ramener à Fort Hope, la faire suivre à l'infirmerie. Bien compris !
Le plan était clair et précis, tout ce qu'il aimait. Un simple signe de tête fit comprendre à l'haïtien qu'il pouvait partir tranquille. Désignant du doigt une rue au loin, il lui indiquait l'endroit où avait bifurqué la cible. Neo ne connaissait que peu Logan mais à son visage il devina facilement que dès qu'il aurait Isha et que lui aurait sauvé Juliet, il irait faire gravement payer le père de son fils adoptif.
Avant de partir il lui lança simplement

"Bonne chance."

Ils avaient perdu trop de temps déjà, ainsi il n'attendit pas la réponse de Logan pour sauter littéralement dans la voiture et prendre la route de la banque. Par chance ils allaient gagner du temps sur le fait que c'était une banque que connaissait bien Neo. Testant au passage la liaison avec son binôme, la réponse ne tarda pas.

Arrivé devant la banque, il prit une grande inspiration. Il connaissait la banque du temps où elle était tenu, mais il n'avais jamais eu l'occasion de passer de l'autre côté. Il avait un très mauvais pressentiment mais continua le plan comme prévu. Il avait en tête la lourde responsabilité de la vie de Juliet qu'il tenait entre ses mains. Fronçant les sourcils, il se concentra et entra dans la banque d'un pas décidé.

_________________
☣ ME ☣:
 

Fire and gunpowder do not sleep together.

Alpha
♥ My Teams ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 87
Points : 583
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
I walk a lonely road
Joshua Cornwell
Matricule n°001
I walk a lonely road
Lun 28 Aoû - 17:44



La fameuse Comerica Bank de Detroit était l’une des plus anciennes institutions de cette ville. Si l’on devait considérer le capitalisme comme une religion, elle serait la pierre sur laquelle s’étaient construites moult églises sous forme de multinationales. Mais, même si Joshua aimait raconter les belles histoires illustrant toute la beauté du libéralisme américain avec les Banque et leurs scandales, il était fort probable que cela ait peu d’intérêts de nos jours.Ce vestige au style pompeux propre à l’architecte ayant un sacres stock de pierre à écouler, abritait encore quelques trésors, dont, dans son sous sol, un fameux coffre-fort digne d’un film d’époque. D’une hauteur, hors blindage, de 3,74 mètres pour une largeur de 5,24 mètres et une profondeur de 6,52 mètres, il avait fait rêver plus d’un épargnant craintif et trembler plus d’un voleur par son redoutable système de sécurité qui avait inspiré nombreux de ses successeurs.



Cette pièce, encore fonctionnelle, malgré sa retraite, avait été surnommée, dans un premier temps, la pucelle farouche avant d’avoir été renommée, la vierge mortelle. Peu de personne avait eu le doigté pour contraindre cette dame de fer à s’ouvrir contre son gré. Et après trois tentatives infructueuses, elle serrait les cuisses pour 24 heures avant que quiconque ne puisse retenter l’expérience. C’est d’ailleurs de là, et d’un autre détail, qu’est arrivé son second surnom. En effet, quelques employés maladroits et un voleur malchanceux avaient fait les frais d’une autre particularité du coffre. Il avait été créer pour que rien ni personne ne puisse en entrée ou en sortir sans le code. Il s’était avéré que l’air n’avait, visiblement, pas la combinaison. L’habitacle était hermétique et l’histoire comptait déconvenues lors d’ouverture matinale de la porte ronde devant des cadavres asphyxiés. Car il était impossible, à moins d’avoir du matériel de chantier et une connaissance pointue du mécanisme principal, d’ouvrir le coffre de l’intérieur.L'ex de Carter était, actuellement, enfermée depuis plusieurs heures dans cet habitacle connu surtout des banquiers, des historiens et des voleurs. Joshua, malgré son désir de voir Carter retrouver son ex pour lui faire mesurer que, parfois, les vivants pouvaient être plus brisés que des morts, avait, perfidement, fermée la porte du coffre principal du rez de chaussé, qui avait remplacé son ancêtre, avec le même code que l’autre. Celui-là était plus vaste et granit de quelques zombies, histoire de rendre une éventuelle visite un peu plus trépident. Pour parfaire le tout, le Renard avait laissé, à l’attention de son Ysengrin, une lettre, tacheté de sang sur la porte principale de la banque.

« J’espère que tu as les numéros Carter, ensuite, même un cerveau mou comme toi devrait comprend rendre, une fois à gauche, une fois à droite et ainsi de suite. Au 3e essai erroné, c’est comme avec une carte bancaire en admettant qu’une banque ait été assez inconsciente pour te donner des moyens de paiement, la carte est désactivée ! Vu que c’est toi qui me lit et que je sais que tu es un peu lent, je préfère préciser : 3 ratages = ton ex est morte. »



HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 61
Points : 107
Date d'inscription : 04/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Neo Wolf
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 5 Sep - 1:56

Approchant de la porte, il lu le message initialement destiné à Logan. Neo se remémora ce qu'il savait de la banque et de ses coffres grâce à ce mot. En effet, si il connaissait déjà la Comerica Bank, c'est que par le passé il avait dû en assurer la sécurité incendie à ses débuts en tant que pompier quand il accompagnait son ancien chef de caserne. Il se rappela que Logan lui avait donné un papier, il mit la main dans la poche de son treillis et en sorti le papier qu'il lu rapidement. Il y était mentionné l'adresse de la banque, le nombre de chiffres dont le code était composé, et le fait que Juliet elle même l'avait choisi. Il pria pour que son compagnon d'infortune connaisse bien la jeune femme, car sinon elle était perdue.  

Il appuya sur le bouton de la radio qu'il avait à son t shirt, accroché sur son épaule.

"Logan j'entre, je te conseille de commencer à chercher le code si c'est pas encore fait, tu n'as droit qu'à 3 essais. Terminé"

Il ne répondit qu'avec un simple OK, Alpha n'arrivait pas a savoir s'il était essoufflé ou si il serrait les dents... peut être les deux.

Quand il se décida à entrer, le vide lui fit ressentir une sensation étrange. Bien sûr il ne s'attendait pas à voir du monde au guichet, mais même si il s'était habitué à voir des bâtiments vides, rares étaient ceux qu'il avait déjà visité avant l'apocalypse. Il était surtout étrange de n'y voir aucun rôdeur, pourtant si ce fameux Joshua avait voulu ralentir Logan ça aurait été parfait. Enfin... il n'allait pas s'en plaindre.

Il se rappela qu'il y avait deux coffres, un antique qui avait pour réputation d'être inviolable un étage plus bas , et un plus récent au fond de la banque, sûrement plus facile à ouvrir depuis qu'il n'est plus vraiment sécurisé. La logique voulait donc qu'elle soit enfermée dans le premier. Il fallait faire vite, si il se souvenait bien des instructions du directeur de la banque à l'époque, l'air ne passait pas dans les coffres.

Se précipitant vers le premier coffre en sautant par dessus le moindre obstacle qui le gênait, il fonçait comme il avait eu l'habitude de le faire plus jeune sur les terrains de football. Arrivé au premier coffre il relança Logan pour avoir le code. Il lança brusquement une suite de nombre qui faisait penser à une date:

"24-05-2005"

Il le décomposa et essaya lentement le code pour être sûr de ne pas se tromper, 24 à gauche, 05 à droite, 20 à gauche et enfin 05 à droite. Il essaya d'ouvrir mais rien n'y faisait. Il pesta et recontacta Logan qui ne répondit pas immédiatement. Alpha suait, se demandant si il était occupé, si il était en danger, si il n'avait pas le code, si il s'énervait, si il allait finalement lui donner une réponse, si...

"20-01-20-00 ! VITE !"  

Il se tourna rapidement vers la molette du coffre. Il avait senti dans la voix du barbu qu'il était sûr et certain de la véracité de ce code.

Il entreprit de refaire les mêmes étapes que précédemment. Quand le coffre émit un cliquetis métallique synonyme d'actionnement du système d'ouverture, ce fut le soulagement pour le colosse qui tira la porte du coffre. Un soulagement qui ne fut que de courte durée car lorsqu'elle fut à peine entrouverte, il entendit le grognement significatif des rôdeurs. Il jura à haute voix et repoussa la lourde porte sur une main en décomposition qui sortait tout juste et fut broyée par la force du Polynésien mélangée au poids de la porte. Il referma le tout et s'adossa quelques secondes au métal froid essayant de remettre ses idées en place. Soit elle était là dedans, mais était maintenant transformée, soit c'était un piège et elle était enfermée en bas, soit il avait menti et elle n'avait jamais été ici,... il lui restait tellement d'autres possibilités et si peu de temps...

Tant pis ! Il fonça en direction des escaliers qui menaient à l'étage inférieur pour ouvrir le deuxième coffre en implorant pour que le code soit le même en bas. Pas le temps de prévenir Logan... et surtout pas envie. Il n'était encore sûr de rien sauf qu'il ne lui restait qu'une grosse quinzaine de minutes.

_________________
☣ ME ☣:
 

Fire and gunpowder do not sleep together.

Alpha
♥ My Teams ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1067
Points : 2873
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 12 Sep - 19:08

Voir et entendre Isha être en plein délire alors qu’elle ne pouvait rien faire pour lui n’avait pas été un moment très agréable à vivre, même s’il arrivait sans doute loin dans la liste des événements traumatisants de cette journée épouvantable. Juliet n’avait rien pu faire d’autre que de rester assise à côté du gamin, qui semblait en proie à des hallucinations et des voix qui échappaient tout simplement à la brune. De toutes façons, elle n’eut pas à assister longtemps aux délires du gamin que son cher père ne tarda pas à refaire son apparition, pour traîner sans aucune douceur son fils en dehors du coffre-fort, ne se privant pas pour lui filer quelques coups supplémentaires au passage, sans que Jules ne puisse faire quoi que ce soit.

Papa Cornwell ne tarda pas à lui demander une nouvelle combinaison de chiffres, alors que cela était complètement sorti de la tête de la brune, qui n’y avait plus pensé une seule seconde depuis qu’il les avait laissés là. Juliet n’eut pas vraiment le temps d’y réfléchir, et elle n’eut d’ailleurs pas beaucoup de temps à accorder à sa réflexion, avant de lancer une série de chiffres au père d’Isha, dont elle espérait que Logan se souviendrait, puisqu’ils étaient la clé pour que la jeune femme puisse sortir de ce foutu piège. Ils correspondaient à la date de leur premier baiser, c’était ce qui lui était venu instinctivement à l’esprit après la date de naissance de leur fille, que le taré semblait avoir déjà utilisé pour elle ne savait quoi.

Après un dernier sourire, sadique à souhait, le sociopathe qu’était Cornwell avait ramassé son bordel, puis refermé le coffre, plongeant une nouvelle fois Juliet dans l’obscurité, et dans une solitude dont elle se serait bien passée. La jeune femme ne chercha même pas à bouger de sa place, elle se contenta de ramener ses jambes contre elle, et d’attendre, une délivrance qui ne viendrait peut-être jamais. Le temps paraissait bien long à la brune, qui n’avait aucun moyen de savoir depuis combien de temps elle était enfermée là, ou combien de temps il lui restait avant qu’elle rende son dernier soupir.

Plus le temps passait, et plus la jeune femme avait l’impression que l’atmosphère devenait plus…oppressant ? Elle était désormais couchée à même le sol, et elle avait beau s’appliquer à prendre de profondes inspirations, elle avait l’impression de se sentir essoufflée, de ne pas réussir à respirer correctement, comme si un poids squattait sa frêle poitrine. La sueur perlait sur son front, alors qu’il faisait une chaleur étouffante dans la pièce. Sans doute n’en avait-elle plus pour très longtemps, et étrangement, cette simple idée ne l’effrayait pas vraiment, Juliet semblait même l’accepter avec un certain apaisement. C’était triste à dire, mais au moins, elle pourrait retrouver sa petite fille, et sa meilleure amie, ses parents aussi, ainsi que toutes les personnes que cette apocalypse avait emportées avec elle.

Le sol sous son dos était frais, contrastant avec la chaleur que Jules avait l’impression de ressentir, et ses vêtements qui semblaient trempés de sueur. Elle n’en était pas certaine, mais elle avait l’impression de se sentir partir par moment, comme si elle était prise d’hallucinations, ou de brèves pertes de connaissance. Les yeux mi-clos, la brune crut entendre des bruits, à l’extérieur du coffre-fort, mais sans savoir si ses oreilles étaient en train de lui jouer des tours, ou si quelqu’un se trouvait bien là, en dehors de cette boîte hermétique. « -A l’aide… » s’entendit-elle dire faiblement, pas vraiment certaine qu’on aurait pu l’entendre. Elle essaya de se remettre sur pieds, sans succès, et entreprit donc de se traîner avec plus ou moins d’élégance sur une faible distance, vers ce qu’elle croyait être la porte du coffre. Elle réitéra son appel au secours, avec aussi peu de conviction que la première fois, alors que cette fois, elle parvenait presque à se convaincre que quelqu’un était en train d’actionner des mécanismes sur la porte du coffre.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
 Sujets similaires
-
» Version 7 ▬ Someday I will find my way back to where your name is written in the sand
» i'll find my way back to you. (zk)
» (#2) FITZSIMMONS // we always find our way back to each other somehow.
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum