Need a doctor... [Joy]



InformationsContact
avatar
Messages : 82
Points : 317
Date d'inscription : 25/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Kenneth Lynch
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Jeu 31 Aoû - 19:41

Quatre jours. Quatre jours que la pluie ne cesse de tomber et que je marche malgré le froid qui me transperce jusqu'aux os. Je l'avoue, je ne fais pas vraiment le fier ces derniers temps. La fatigue commence à s'accumuler. Je n'ai pas vu d'être humains vivants depuis un temps qui me semble extrêmement long et être humide tout le temps n'est pas une vie. Bien sûr, vous me direz, pourquoi donc ne suis je pas allez me réfugier dans un coin tranquille afin d'attendre que le temps passe ? Que le soleil revienne ? Parce que je ne peux pas. Ou je ne veux pas qui sais. Je ne veux pas cesser d'avancer, je ne veux pas me retrouver coincé en un lieu ou je ne suis pas sûr d'être à l'aise, ou je risque d'être pris au piège et surtout, je n'ai que peu de vivres avec moi. Il faudrait que je prenne le temps de me ravitailler, mais depuis le temps, la majorité des magasins sont pillé, on ne trouve plus rien et entrer dans les appartements et maison et toujours risqué. Pourtant, il faudra bien que je me force à cela, sans quoi je vais finir par mourir de faim !
Mais pas maintenant. Je préfère avancer dans les rues à demi désertés de la grande ville qu'était Détroit. J'avance lentement, avec prudence et pour être franc je suis dans la périphérie. Je n'ose pas trop avancer de peur de tomber sur une horde que je ne saurai, bien entendu, ne pas gérer seul.
La pluie s'intensifie, je grelotte, je claque des dents. Le froid m'enserre de plus en plus et je ne peux plus continuer ainsi. Il faut que je bouge, que je m'active.
Il me faut un peu de temps pour trouver le lieu idéal, mais je finis par le trouver. Une maison de banlieue à ce que je n'en vois, pas très grande mais coquette. J'en fais le tour pour vérifier la présence de rôdeurs et en tue un par l'arrière d'un bon coup de machette dans le crâne. Je n'aime pas vraiment faire cela, mais c'est pour ma sécurité. J'espère que la personne qu'il était me pardonnera. Et puis avec précaution, je m'apprête à entrer.
Quelques coups sur une vitre. De la patience pour voir si un ou une rôdeuse viennent à ma rencontre, mais rien. Alors je brise une vitre et nettoie comme je le peux en me protégeant d'un vêtement avant de me hisser à l'intérieur. La maison est dans un désordre relatif. À croire que les occupants de cette maison sont partis un matin pour ne jamais rentrer. J'explore doucement les lieux. Des choses avariés, une odeur de renfermé, des photos d'un couple assez jeune. J'espère qu'ils s'en sont sorti et ne déambulent pas dans les rues à la recherche de chair fraîche. Et puis... Le moment vient de faire l'étage. J'y vais avec prudence, lenteur. J'aurai tout le temps de me détendre après. Deux chambres vides. Une fenêtre ouverte qui a laissé passer les intempéries et les caprices du temps par celle-ci lui donnant un air passé, vieillis avant l'heure. La seconde semble être une chambre d'amie. Je finis mon tour. Rien. Tant mieux me direz vous et c'est ce que je me dis aussi. Je retourne au rez-de-chaussée, fermant les volets de la fenêtre que j'ai cassé. Ca peut sembler idiot, mais c'est une chose que j'ai regardée avant d'entrer. La possibilité de garder une certaine sécurité. Et puis, cela fait. Je me détends. Je fais le tour des lieux, j'explore. Je trouve une ou deux conserves dans les placards. Des choses qui pourraient m'être utiles. Je fais le tour de la chambre du couple. L'homme avait bon goût au niveau vestimentaire. Ses vêtements sont un peu grands sur moi, mais ils sont secs et j'en profite. Je mets les miens à sécher dans la chambre d'ami qui sera mon fief. Elle donne vue sur la rue et sur un appentis du toit qui pourrait me permettre de fuir en cas de besoin. Je referme bien sur la porte de la chambre, les morts ne savent pas tourner une poignée et je me détends. Enfin !
Je sors Boubou avec qui je parle du temps, de la maison, des occupants. Puis on se dispute pour savoir quelle conserve manger ! Je le mets au coin, car il est méchant et puis après mon repas frugal, je vais le rechercher, car il est gentil dans le fond et c'est mon seul ami. Mais voilà, j'ai toujours froid. La tête me tourne quelque peu. J'ai dû prendre un rhume avec ce temps. Solution ? Le sommeil. Je fouille la commode pour trouver des draps. Je change le lit qui doit être crasseux et poussiéreux depuis le temps et met les draps propres avant de m'y glisser tout habiller, mes chaussures prêtes pour que je me jette dedans, mon sac prêt également. Je n'ai que boubou dans les bras. Et je m'endors. Je rêve, je cauchemarde. Je tremble de plus en plus. Comme si cela ne suffisait pas dans ce monde de merde de vivre entourés de morts et de risquer de se faire bouffer son petit cul chaque jour, il fallait que je tombe malade... Bordel... Comment je vais me sortir de là... ?
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1541
Points : 1940
Date d'inscription : 14/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ We have ashes, fire and hope
Joy Cameron
Matricule n°001
@ We have ashes, fire and hope
Sam 7 Oct - 16:55

Il pleuvait à boire debout, encore. Elle en avait totalement marre. Elle venait de se rétamer avec sa moto, le bitume était glissant, elle n’arrivait pas à contrôler sa machine avec brio, elle venait de commencer, elle n’allait pas devenir une pro de la moto en quelques semaines. Elle savait comment avancer, c’était déjà ça de gagné. Sauf que dès qu’elle se devait d’accélérer, elle se rétamait en beauté la plupart du temps et là, accélérer avait été nécessaire. Tout le monde avait donné le mérite à Logan d’avoir tué le grand méchant punisher, mais pendant ce temps, il y avait encore de la racaille en ville. Le genre de mec qu’elle préférait ne pas croiser. C’était sa principale raison d’accélérer, les éviter, heureusement que sa moto était plus silencieuse que la moyenne… elle devrait remercier Logan pour ça. Pas Isha, parce que lui devait lui faire la gueule de l’avoir voler en fait… oui bon, peut-être pas de remerciement en fait.

Elle avait donc rangé sa moto dans le premier garage qu’elle croisa. Elle avait refermé la grosse porte, s’assurant qu’elle n’avait rien de cassé. Elle avait un nouveau trou sur un jeans, à hauteur de cuisse, son manteau de cuir rouge était un peu plus élimé et sa joue était à vif, mais elle survivait. Elle était en vie et c’était ce qui comptait. Elle était trempée, elle avait froid, mais elle put explorer la maison pour en tuer les deux morts qui s’y étaient enfermés. Elle prit un temps considérable pour extirper sa lame du premier cadavre, qu’elle avait échappé, ne la tenant pas assez fermement. Elle finirait par y arriver un jour, mais ce n’était pas encore tout à fait ça. Elle finirait par prendre le tour de main, mais heureusement qu’elle avait son Tantō pour survivre. Elle essuya donc les deux lames avec soin, observant sagement par les fenêtres pour voir la pluie tomber de plus belle. Le seul côté positif de la chose, c’était que tout était propre avec autant de pluie. Le sang sur le bitume était nettoyé, les traces des vivants aussi. Tout le monde recommençait à neuf. . Elle c’était tressées les cheveux le matin, réalisant que maintenant, qu’une fois défaite, sa crinière doublerait de volume. Son fer plat et son fer à friser lui manquait terriblement. Le naturel, ça ne rendait pas si bien que cela. Elle avait quand même prit le temps de les défaire, s’observant dans la glace de la grande chambre. Elle se sentait plus libre tout d’un coup, se laissant aller à l’observation des lieux, pourtant, son cœur manqua un battement en voyant du mouvement de l’autre côté de la vitre. En fait, c’était un mouvement dans la maison d’à côté, un garçon à en voir au travers du flou de la vitre. Elle se cacha sur le côté, craignant qu’il ne la voie, mais il était tellement concentré ailleurs. Il mangeait, parlait à elle ne savait pas qui. Il n’avait pas l’air bien méchant et il avait l’air occupé. Tellement occupé, qu’il en vint à se coucher. Sérieusement ? Il dormirait là, comme ça ? C’était inconsidéré, mais elle aurait surement fait pareil à une époque. Il avait peut-être prit ses dispositions, il avait peut-être piégé ou quelques choses.

Elle se décida à s’éloigner de la fenêtre, le regarder dormir ne servait à rien. Elle alla plutôt visiter le reste de l’étage, voir ce qu’elle pourrait trouver. Mais rien ne l’intéressait vraiment. Elle était très peu concentrée, encore plus quand elle mit les pieds dans une chambre pour enfant. Une chambre de petite fille, avec des jouets intouchés. Pendant un instant, elle repensa à Octavia, elle aurait sûrement apprécié l’un de ses jouets. Elle soupira, cherchant à retrouver son calme et la vie la gifla en plein visage quand son regard s’attarda à la fenêtre. Elle crut un instant que c’était le mec de la fenêtre, mais non. C’était les deux connards qui commençaient à fouiller les maisons environnantes. Oh merde… ils l’avaient donc suivit assez ? Elle voulut se rendre à sa moto, se barrer, mais elle se rappela monsieur belle au bois dormant de l’autre côté. Eh merde… merde, merde, merde. Elle allait faire quoi ?

Elle se précipita donc à l’extérieur, passant la clôture d’un geste habile, elle planta son Tantō dans la tête d’une voisin avant de l’essuyer vaguement, le rangeant pour déjà se précipiter vers la rambarde, sauter et s’agripper à la gouttière, elle la sentie céder légèrement, mais elle eut le temps de se remonter à l’aide du toit. Son cœur battait, la chamade, mais elle entra dans la maison en silence. Elle avait encore un peu de temps. Elle se repéra rapidement, cherchant des yeux la chambre de monsieur. Elle le trouva rapidement endormi, contournant le lit, s’assurant qu’il était désarmé, sans savoir si elle faisait la bonne chose. Elle tenta de le réveiller doucement, déposant un doigt sur ses propres lèvres pour qu’il se taise. Minimiser les contacts, c’était le plan, mais déjà elle entendait la porte du bas être forcé. Pitié, il fallait qu’il entende le bruit et qu’il ne crie pas, pitié, ne crie pas…



_________________




like a phoenix She will rise from the ashes of despair And soar
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Need a doctor... [Joy]Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT] Witch Doctor give us the magic words ▬ pv Lilinn & Warren
» paco&zélie ☇ i need a doctor.
» La lumière ne sera jamais faite sur cette affaire.
» doctor ork
» angel l. lily-rose ∆ « Écris l'histoire dans ma mémoire mais n'écris jamais la fin »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum