Storm is coming | ft. Olivia, RP event



InformationsContact
avatar
Messages : 82
Points : 660
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 2 Sep - 11:23


Dans notre monde actuel, il a été nécessaire pour tout le monde d'apprendre à se méfier des autres, à se débrouiller du mieux possible sans aucune aide. Nous sommes certainement tous passés par une période où nous devions survivre à l'extérieur, sans groupe. De ce fait, il est presque impensable que certains d'entre nous sont encore capables d'accepter de parler aux autres sans se méfier. Personnellement, j'en suis bien incapable. Pourtant, cela fait quelques temps déjà que je suis arrivée au laboratoire. J'ai beau être beaucoup plus ouverte normalement que ma petite soeur, j'ai l'impression qu'elle s'est fait une place dans cette communauté avec plus de facilité que moi. Peut-être que je suis devenue trop méfiante et que cela m'a radicalement changée sans même que je ne m'en rende compte. En soit, ce n'est pas impossible. Entre mes années de prison et ensuite la longue période de fuite et de survie pendant laquelle je n'ai jamais cessé de me méfier de tout ce qui nous entourait... Disons que je suis beaucoup plus sur la défensive dessus. Rien ne pourra jamais m'assurer que je ne risque pas de me ramollir si je ne me concentre plus sur la sécurité de ma cadette. Mais malgré tout ça, je ne peux pas m'empêcher de penser chaque instant qu'elle n'a certainement plus besoin de moi. Je n'ai peut-être simplement jamais compris qu'elle n'était plus une enfant. Non pas que je la vois encore ainsi au quotidien, mais simplement que c'est plus fort que moi. Ma petite soeur restera toujours quelqu'un que je dois protéger, à mes yeux... Alors si j'en suis tellement convaincue, pourquoi est-ce que j'ai l'impression que plus le temps passe plus je la perds? Ces derniers temps je dors encore moins que d'habitude, préférant me concentrer sur des recherches qui ne mèneront certainement jamais à rien plutôt que de replonger dans ces éternels cauchemars qui me font me réveiller en pleurs au milieu de la nuit.

Je ne saurais pas dire depuis quand je suis si distraite d'ailleurs. J'ai beau me pencher sur des livres plus complexes les uns que les autres, finalement je ne fais que fixer les pages sans pour autant réussir à en tirer quelque chsoe. Comme si je n'étais plus vraiment capable de faire quoi que ce soit. Malgré moi, je me dis que quelque chose va se passer. Que quelque chose va tout changer. Mais je ne saurais pas dire quoi. J'avais déjà eu ce sentiment avant qu'Olivia ne tente de s'enfuir pour éviter la prison. Voyez ça comme une intuition de grande soeur... Mais d'un coup, quelque chose vint me sortir de mes pensées d'une façon assez brusque. Un paquet de compresses encore intact venait de m'atterrir sur la tête, lancé certainement par la seule personne présente ici avec moi: ma soeur. Avec la tempête qui arrivait, nous nous étions proposées pour vérifier que l'infirmerie soit opérationnelle et prête à accueillir de potentiels blessés. Personne ne le souhaitait, mais on ne sait jamais ce que la nature peut nous réserver. Et généralement, elle ne nous demande pas notre avis. Me penchant pour ramasser le paquet qui se trouvait à présent sur le sol, je portais ensuite mon regard sur ma cadette, cherchant à comprendre la raison de son geste. « Pourquoi tu m'as lancé ça? » Oui, je crois que je ne me suis pas rendue compte du temps qui a passé depuis que je me suis plongée dans mes pensées, me contentant d'effleurer les objets posés sur la table devant moi plutôt que de travailler.


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 218
Points : 237
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 2 Sep - 12:42

La tempête, Olivia n’avait pas l’impression de la vivre seulement parce qu’elle arrivait droit sur Detroit. C’était dans sa tête, lui retournant les pensées les unes après les autres. Posant ses yeux sur sa sœur, elle détourna rapidement le regard en sachant qu’elle avait besoin de lui parler. A la fois, Liv ne savait pas comment aborder tous les sujets qu’elle devait soulever avec celle-ci dernièrement. Ça faisait bien trois mois qu’elle tentait de trouver un début pour entamer la chose, une manière de lui annoncer tout ce dont elle voulait vraiment parler avec elle. Trois sujets qui lui tenaient incroyablement à cœur, dont un qu’elle avait encore du mal à réaliser, et un autre qui lui faisait une peur bleue.

Tout s’enchaînait pour elle, dernièrement. Tout. Sa morsure se rappela à elle en même temps que les sentiments qu’elle éprouvait sincèrement pour Darren. Une relation qu’elle cachait sans trop savoir pourquoi. Sans doute parce qu’elle avait peur que ça change les choses entre eux si jamais les autres venaient à le savoir. Elle aurait pu continuer ainsi un long moment, sans se soucier de si ça pouvait affecter ses proches qu’elle fréquente cet homme en particulier. Comme elle le disait souvent à Nora : elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait de son corps, ça ne la regardait pas.

Sauf que quelque chose grandissait sous son nombril. Là, à l’abri de son pull qu’elle tirait méthodiquement vers le bas, par crainte que cette transformation ne se voit. Il n’y avait pourtant qu’elle à le savoir. Qu’elle pour avoir remarqué ce changement dans son existence. Liv prit une profonde inspiration et attrapa le premier paquet de compresse qui lui tomba sous la main avant de l’envoyer sur Nora. Il fallait le faire. Il fallait lui parler, maintenant.

« Pour attirer ton attention, tu as l’air ailleurs Nora… » Se justifia la blonde en venant s’accroupir à côté de son aînée.

Ordonnant toujours ce qui se présentait à elle, elle compta distraitement ce qui se passait sur son étagère avant de se tourner vers Nora plus franchement :

« Tu… Tu as deux minutes pour parler ? » Demanda-t-elle d’une hésitante. « Je sais que c’est pas le moment pour ça, mais j’ai des choses à te dire… Des choses importantes. » Appuya-t-elle fermement.

Sa sœur devait vraiment comprendre que ça ne pouvait plus attendre. Liv n’était pas capable de dater précisément ce qui se passait dans son corps, mais elle savait que c’était bien engagé. Suffisamment pour être irrémédiable. Et elle avait vraiment besoin de Nora pour le comprendre.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 82
Points : 660
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 2 Sep - 12:58


Ailleurs... Oui, c'est le mot. Mais cela fait tellement longtemps que je passe plus de temps perdue dans mes pensées que dans la réalité que je ne me rends même plus compte de ce qui peut bien se passer autour de moi. Au cours des derniers mois, j'avais vu ma soeur s'éloigner de moi d'une manière qui me rappelait bien trop de souvenirs. Des souvenirs plus douloureux les uns que les autres. Des souvenirs que je dis avoir digéré et accepté depuis longtemps mais qui me brisent encore davantage chaque fois qu'ils me reviennent à l'esprit. Elle n'a jamais vraiment eu besoin de moi. Pourquoi est-ce que cela changerait maintenant? J'ai toujours été un fardeau pour elle. J'essaie de me convaincre que c'est moi qui la protégeais mais en réalité je n'ai jamais rien fait de vraiment concret pour le prouver. Alors pourquoi m'acharner ainsi?

Après avoir ramassé le paquet de compresses que m'avait jeté ma soeur, je le rangeais avec les autres qui se trouvaient devant moi, m'étant contentée de hausser les épaules quand Olivia m'avait dit qu'elle voulait attirer mon attention parce que j'avais l'air ailleurs. Ne rien répondre et se contenter d'un mouvement pour répondre... Voilà exactement comment dire qu'elle avait raison. En même temps, dire le contraire aurait été mentir. J'étais cette fois à nouveau concentrée, mais sur le travail que je devais faire. Quittant la table devant laquelle j'étais, je me dirigeais vers une autre mais qui servait de table d'examen voire même d'opération si le besoin s'en faisait sentir. Je vérifiais que cela soit encore assez solide, pas trop sale et j'en passe. Puis la voix de ma soeur me sortit de mes pensées. Et chacun de ses mots me fit un peu plus froncer les sourcils, preuve de mon inquiétude grandissante. Au fur et à mesure que les secondes semblaient se rallonger pour devenir des heures, mon estomac se nouait et ma gorge se serrait. Je me sentais... comme dos à un mur invisible. Mais pourquoi? Aucune idée. Je craignais qu'elle ne m'avoue ce que je savais déjà depuis un long moment. Elle n'avait plus besoin de moi, plus envie que je sois sur son dos. « Euh... Oui, vas-y... Tu sais que t'as toujours pu tout me dire, même si c'était pas forcément facile à entendre... Mais je te jugerai jamais, tu le sais... » Je ne savais pas si elle avait compris où je voulais en venir. Mais si elle me demandait de disparaître de sa vie, peu importe ce que ça me coûterait, je ferais en sorte de l'accepter et de réaliser son souhait. Après tout, elle a toujours passé devant tout ce qui peut exister en ce monde. Et surtout devant moi. C'est le rôle d'une grande soeur non?

_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 218
Points : 237
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 2 Sep - 13:41

Elle pouvait lui parler, évidemment. Comme à chaque fois que quelque chose se passait dans sa vie, Nora avait toujours été là pour elle. Même présentement alors qu’elle semblait tracassée, elle était là à lui certifier qu’elle pouvait évidemment lui parler. Ça eut le mérite de la rassurer… partiellement. Parce que maintenant, elle n’avait plus le choix que de lui parler pour de bon. De lui dire la vérité, de sortir ce qu’elle retenait depuis des semaines. La distance qu’elle avait imposé avec Darren était déjà un coup dur à supporter, mais… Ne plus pouvoir seulement en parler, et être heureuse comme avant, c’était compliqué pour elle.

Parce que l’homme, malgré tous ses défauts, avait cette capacité de la rendre heureuse. Depuis qu’elle l’avait fait rentrer dans sa vie, elle se sentait complète. Il y avait Nora, Jordan, et lui. Elle avait une famille, faite de pièce rapportée, pas toujours rassemblée, mais elle tenait bon pour eux. Nora en était la pierre angulaire, celle qui maintenait le cap depuis des années. Celle qui avait le plus de place dans sa vie. Et pourtant, celle qu’elle hésitait à brusquer, pour ne pas la blesser. Elle se rendit compte qu’elle aurait dû lui en parler plus tôt. Elle n’avait cependant pas pensé ça nécessaire…

Elle avait conscience qu’apprendre ne serait-ce que pour sa morsure, Nora allait être effondré. Elle avait eu de la chance à ce sujet. Juste de la chance. Tout aurait pu être très différent…

« Ok… Bon… »Tenta-t-elle de se motiver en relevant le nez vers Nora.

Soutenir son regard n’avait rien d’aisé, surtout pas pour ce qu’elle s’apprêtait à faire. Elle cherchait ses mots, en se disant finalement qu’y allait franchement était peut-être la seule issue à cette impasse. Comme un pansement qu’on retire d’un seul coup… Il valait mieux le faire en une fois :

« Je suis immunisée contre le virus et je crois que je suis enceinte de Darren. » Lâcha-t-elle de but en blanc avant de retrouver soudainement son souffle.

Là, c’était comme si un poids quitté sa poitrine. Ça faisait un bien fou. Restait plus qu’à affronter l’opinion de Nora à propos de tout ça. Elle espérait qu’elle comprendrait, qu’elle saurait lui donner les bonnes réponses. Il n’y avait qu’elle et sa sagesse pour lui faire réaliser que ça n’était pas si grave, ou qu’il y avait des solutions à son problème. Il ne restait plus qu’à attendre…

« Il y aura assez de compresses pour éponger si le laboratoire est inondé, à mon avis. » Blagua-t-elle alors que ça n’était absolument pas le moment pour ça.

Tant pis. Elle pouvait passer pour une femme sans cœur pour le coup, celui qui penserait ça ne devait pas se douter de la tempête intérieure qu’elle subissait pour ne pas fondre tout simplement en larmes.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 82
Points : 660
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 3 Sep - 11:29


Alors là, j'ai l'impression d'être réellement dans un mauvais film. Déjà que notre quotidien pourrait relever d'une série de science-fiction tout droit sortie d'un esprit malade, mais là... Non, j'ai certainement dû rêver. Elle ne peut pas m'avoir annoncé tant de chose dans une si petite phrase qui veut tout dire et rien dire en même temps. Immunisée au virus? Comment ça? Pourquoi elle l'a découvert? Et pourquoi je ne suis au courant de rien?! Et cette histoire de grossesse... Non, c'est certainement une mauvaise blague... Ce n'est pas possible... J'ai envie de rire, rire d'une façon plus nerveuse que jamais. Mes mains se mettent à trembler, et je sens que je suis partagée entre une colère intense et une peur grandissante. J'ai peur de ce que cela signifie. J'ai peur de ce qui va se passer. De ce qu'il s'est déjà passé. Et j'ai peur de ce que je suis en train de ressentir. Je suis généralement quelqu'un de très calme et de très rationnel... Le seul problème, c'est que si je perds mon self control... Tout peut arriver... Et elle le sait.

Je regarde ma soeur, et lorsqu'elle se met à plaisanter sur le nombre de compresses que l'on a ammassé au fil du temps, mon regard s'assombrit et mon visage se ferme. Elle croit vraiment que c'est le moment de rire? Moi en tout cas, je n'en ai pas envie. Voilà le côté énervant de ma petite soeur qui refait surface. Sa capacité à balancer sans aucun tact ce qui la tracasse, sans pour autant se soucier de l'impact que cela pourra avoir sur la personne d'en face. Et généralement, elle semble s'en soucier encore moins lorsque cette personne face à elle n'est autre que moi. Mais je la connais aussi assez bien pour savoir que quand elle fait ça, c'est qu'elle préfère ne pas avoir à trop parler. Car elle ne vit pas la situation si bien que ça non plus. Pourtant, au lieu de faire comme d'habitude et d'être la grande soeur compréhensive et placide, aujourd'hui je laissais place à mes émotions sans parvenir à les contenir. Et là, c'était la colère qui parlait. « Olivia! Tu crois vraiment que c'est le moment de faire des blagues? Tu vas m'expliquer ce qu'il se passe, et tout de suite. Cette histoire d'immunité, t'as appris ça comment? Et pourquoi j'en ai jamais entendu parler?! Tu le sais depuis quand?! » Ma voix tremblait, mes yeux s'humidifiaient, mais c'était uniquement à cause de la colère. Et à cause de la panique également qui commençait à s'installer. Les liens se faisaient dans mon esprit, et ça me rendait malade. Elle était sortie, s'était faite mordre, et par je ne sais quel miracle elle s'en est sortie. Bordel de... Mes poings se serraient, je mordais mes lèvres de toutes mes forces pour tenter de me contenir. Pour essayer de lui donner une chance de se justifier. De me dire que ce n'est pas arrivé il y a longtemps. Que je suis la première au courant. Mais je sais au fond de moi que ce n'est pas vrai.

J'ai l'impression que tout autour de moi est en train de s'effondrer. Que le sol se dérobe lentement sous mes pieds, comme si mon poids était devenu impossible à soutenir. Mes yeux vascillent entre ceux de ma cadette et le ventre de celle-ci. Enceinte... Là aussi, si elle en est déjà certaine c'est qu'elle me cache des choses depuis bien longtemps. A croire que mes doutes se confirmaient... Ma petite soeur n'a plus besoin de moi. Déglutissant lentement, comme si c'était devenu la chose la plus difficile à faire à présent, je ne m'étais même pas rendue compte que des larmes s'étaient mises à ruisseler sur mes joues. Je ressentais comme un étau autour de ma cage thoracique, m'empêchant de respirer et compressant mon coeur comme s'il devait être réduit en cendre. Il ne me restait plus qu'une chose à faire. C'était certainement stupide... Mais à peine cette idée avait germé dans mon esprit, mon cerveau qui ne contrôlait plus vraiment la situation avait estimé qu'il s'agissait d'une bonne idée. Ce sera dangereux, et cela risque de blesser ma soeur. Allez savoir. Partir. Je vais partir d'ici. Sans en parler à personne. Un mot, juste un mot. Un indice. Si un jour elle estime vouloir me retrouver. Partir sans personne. Après tout, je ne risque pas d'être regrettée ou pleurée. Je dois le faire. Je vais le faire.


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 218
Points : 237
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 3 Sep - 13:41

La réaction de Nora ne se fit pas attendre. Liv avait l’impression d’être une enfant qu’on disputait, et elle ne pouvait le nier : elle le méritait totalement. Ça n’était clairement pas le moment de faire de l’humour, et en croisant le regard de sa grande sœur, elle comprit à quel point elle l’avait blessé. Peu douée pour les sentiments, la blonde baissa piteusement le regard en évitant la mine fâchée de sa grande sœur. Ça n’était pas le moment pour les blagues. Elle préféra se concentrer brièvement sur l’organisation de l’infirmerie, pour être sûre de ne pas manquer la moitié des choses. Un silence de plomb tomba entre les deux femmes, seulement rythmée par les bruits des objets qu’elle attrapait pour les mettre dans le bon rangement après les avoir soigneusement comptés.

Puis, il fut temps de parler. De l’intime, de ses secrets. De ce que Liv évitait de montrer de peur d’être blessée. Accroupie, elle posa ses mains sur ses genoux, tenant en équilibre ainsi. Et elle se tourna finalement vers la brune derrière dont le regard exprimait à la fois la colère et l’inquiétude. Inutile de préciser que les mots qui allaient suivre n’allaient pas lui plaire, et plus encore, que la blonde avait conscience qu’elle allait lui faire beaucoup de mal :

« Désolée Nora, je… Je voulais pas te blesser… » Commença-t-elle d’une voix hésitante avec de pincer les lèvres. Il y avait beaucoup de questions à traîter. « Il n’y a que Rajesh et Darren au courant… »

Deux personnes qui n’étaient pas Nora. L’une d’elle pourtant lui était proche, étant presque ce qu’on appelait avant un « collègue de travail », dans le genre. Les larmes de sa sœur lui arrachèrent le cœur, aussi se redressa-t-elle pour s’approcher, lui faire face et la soutenir :

« Rajesh, parce que je me suis tournée vers lui quand j’ai été mordu… Je ne te trouvais pas, tu étais sortie, et on a attendu ensemble que tu rentres. » Expliqua-t-elle doucement, pour laisser le temps à sa sœur de comprendre qu’il ne s’agissait pas d’un point de sa part. Elle aurait voulu la voir, lui dire, lui expliquer. Mais elles avaient manqué toutes les deux le rendez-vous, et ce dernier ne s’était pas représenté depuis. « Finalement, quand tu es revenue, j’aurais dû être morte. Il devait te transmettre mes dernières paroles mais… Il ne s’était rien passé du tout, alors… Je ne voulais pas t’inquiéter… »

Le prétexte était facile, mais il était honnête. Elle poursuivit :

« Darren, parce que c’est avec lui que ça s’est produit… » Elle passa sous silence le reste de l’histoire. C’était pour ça qu’elle avait été si bizarre depuis son retour de sortie. Cette morsure lui avait laissé une marque indélébile, mais aussi la certitude que la vie coulait encore en elle. Elle lui avait permis de décrocher des opportunités qu’elle n’envisageait pas de cette manière. « Ecoute… Je voulais te le dire dès que je l’ai su, je suis revenue au campement juste pour te voir toi… Mais finalement, quand rien ne s’est passé, je me disais que ça te ferait juste de la peine, que tu angoisserais ou que tu aurais peur qu’il m’arrive encore quelque chose ! »

Avait-elle tort ? Non, elle le savait. Elle connaissait assez bien sa sœur pour savoir qu’elle viendrait à la couver davantage en le savant, qu’elle s’en ferait cent fois plus encore. Si c’était arrivé une fois, ça pourrait advenir à nouveau. Elles n’étaient à l’abri de rien du tout.

« ça s’est passé, mais c’est fini maintenant, et je n’ai rien… » Promit-elle en venant poser ses mains sur les épaules de sa grande sœur pour la rassurer.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 82
Points : 660
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mer 6 Sep - 21:45


L'heure n'était plus du tout à la plaisanterie. A vrai dire, j'avais eu beaucoup de mal à apprécier le fait que ma petite soeur fasse preuve d'humour après m'avoir annoncé des choses aussi difficiles à entendre. Mais malgré cela, la colère dont j'ai pu faire preuve au moment où j'ai voulu mettre fin à la plaisanterie faisait déjà partie des choses que je regrettais. Elle n'avait certainement pas demandé tout ce qui lui tombait dessus. Mais en un sens, moi encore moins. Au fur et à mesure que les informations me parvenaient, étrangement cela n'en était pas plus simple à comprendre ou à accepter. Darren et Rajesh étaient au courant pour la morsure? Très bien... Je peux comprendre que sur le coup elle n'ait pas pu venir me voir parce que je n'étais pas là, mais bordel je suis rentrée! Alors elle aurait pu venir m'en parler, d'autant plus qu'elle avait survécu à quelque chose de létal en temps normal! "Il devait te transmettre mes derniers mots", non mais j'hallucine! Ma soeur aurait pu mourir pendant que j'étais je ne sais où! Bravo l'utilité Nora! Franchement! Et ce Rajesh qui était pas capable de m'en parler alors que j'ai passé je ne sais combien d'heures à bosser avec lui depuis ce jour là... Je pense que quand je le croiserai, il entendra ma façon de penser lui! Enfin... Si je le croise. Quoi qu'il en soit, mon visage ne s'était pas radouçit un seul instant depuis que ma soeur était passée aux aveux. Elle avait peur que je m'inquiète pour elle encore plus que d'habitude, en soit elle n'avait pas tort. Mais en un sens, ce qu'elle avait fait prouvait une chose et une seule: elle n'avait plus besoin de moi de toute évidence. Peut-être même que mon côté surprotecteur l'énervait ou bien l'embêtait plus qu'autre chose. En un sens, cela a toujours été plus fort que moi. La voir comme l'enfant qu'elle était à l'époque. Je peux comprendre également que cela soit énervant. Je ne sais pas vraiment quel effet cela me ferait si les rôles étaient inversés. Je ne m'étais jamais vraiment posé la question à vrai dire.

« Faut que je me mette en tête que t'es une grande fille... T'as plus besoin de moi pour te materner... » J'avais marmonné, mais pourtant je savais qu'elle avait compris chacun des mots que j'avais prononcé. Evitant le regard de ma soeur, je préférais ne pas aborder les autres sujets qui me taraudaient. Elle était enceinte. Mon dieu... Comment est-ce que les choses allaient se passer? Comment accoucher dans un environnement pareil? Comment élever un enfant et le protéger? Tant de question qui resteront certainement sans réponse malheureusement. Chaque seconde qui passait ancrait dans mon esprit la décision que j'avais prise tout à l'heure. Et plus j'y pensais, moins je me rendais compte des conséquences que cela pourrait avoir. Mais d'un autre côté, je n'étais plus vraiment utile ici. Ma soeur avait d'autres protecteurs, je n'ai jamais fait de découvertes pertinentes pendant mes heures interminables de recherche, et personne ne se rendrait compte de mon départ à mon avis. Peu m'importait de la tempête qui s'approchait de nous. Je trouverais bien un abri de fortune pour empêcher le ciel de me tomber sur la tête. J'avais déjà d'ailleurs une idée toute trouvée de l'endroit où j'allais me rendre. Mais pour l'heure, il fallait que je fasse comme si de rien n'était. Comme si tout allait bien. Comme je l'avais fait de si nombreuses fois au cours de ma vie. Quand j'ai fait croire à ma petite soeur que tout irait bien pour moi en prison. Quand je lui ai fait croire que son absence pendant toute la durée de ma peine ne m'avait pas profondément blessée. Ses mains étaient posées sur mes épaules et je me suis contentée de venir silencieusement l'attirer à moi pour embrasser son front. Suite à cela, je retournais à ce pour quoi nous étions là: vérifier que l'infirmerie était prête à accueillir des blessés si jamais cela arrivait. On ne sait jamais.

_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 218
Points : 237
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Ven 8 Sep - 11:30

Quelque chose s’était brisé entre elles. Liv ne pouvait pas apporter des preuves devant cette intuition qui lui rabâchait les oreilles, mais elle en était persuadée. Il n’y avait qu’à voir la réaction de Nora pour le comprendre, le regard fuyant qu’elle ne lui adressait pas, ou sa réplique qui laissait entendre qu’elle n’était pas à la bonne place pour s’en mêler. Pourtant, si la blonde était venue la voir, c’était justement pour avoir son soutien. Sa sœur était en train de lui refuser tout : que ça soit des réprimandes qui auraient été malgré tous les bienvenus, ou son affection à ce sujet. Et que pouvait-elle y faire pour aller contre ? Absolument rien. Liv se sentait coincée.

C’était tout ce qu’elle obtenait de la part de celle qui était sa meilleure amie et sa dernière famille en vie. Un baiser sur le front, et plus aucune remarque. Nora semblait bien plus préoccupée par le fait de boucler sa tâche, comme si le fait qu’elle lui annonce son immunité et sa grossesse n’était au final que d’une importance minime. Peut-être était-ce de l’égoïsme d’attendre un peu plus comme réaction de la part de cette femme, peut-être avait-elle raison et Liv devait se faire à l’idée que le monde ne tournait pas autour d’elle.

Mais de la part de Nora ? La blonde en perdait ses mots. Elle se détourna pour retourner à ses propres activités, incapable d’assumer un peu plus le regard de l’enseignante. De toute façon, ça n’était pas comme si elle lui adressait au moins ça. En définitive, Liv s’était préparée à bien des choses pour cette révélation. Et bien des choses, ça faisait une sacrée liste. Mais elle n’était pas prête à affronter de l’indifférence. Ça faisait mal, bien plus qu’elle ne l’avait imaginé. Elle avait l’impression de perdre sa sœur en plein sous ses yeux, et de ne rien pouvoir faire pour empêcher cet état de fait.

« Bon… Il faut finir ici. » Souffla-t-elle en terminant de compter ce qu’elle devait compter, et d’organiser une étagère avec soin.

La tête pleine de reproches cependant, reproches contenus qu’elle se garda bien de balancer à sa sœur. Nora ne méritait pas ça, pourtant, Liv était en colère désormais. Cette première étape ne laissait rien présager de bon pour la suite. Elle regrettait amèrement de ne pas avoir poursuivi ses activités avec Charlie… Au moins, la jeune fille s’inquiétait sincèrement pour elle, et savait apprécier sa compagnie. L’arnaqueuse se sentait de trop dans cette pièce, bien qu’elles n’y soient que toutes les deux. Elle avait l’impression qu’il était temps de partir, pourtant, elle ne pouvait pas le faire sans avoir terminé.

Et c’était dur. Le silence était pesant, tout comme l’ambiance à la limite du mortifère. Se mordillant la lèvre inférieure, Liv contint au mieux tout ce qu’elle ressentait et pensait. Si elle devait affronter Darren ensuite, ou une tempête avant (et elle préférait de loin la tempête), elle ne pouvait pas se laisser abattre aussi facilement. C’était un coup dur, mais ça n’était ni le premier, ni le dernier.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 82
Points : 660
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 16 Sep - 23:02


Il faut l'avouer, ce n'est jamais simple de se dire que les autres n'ont pas besoin de nous. Encore à plus forte raison lorsqu'on passe notre temps à vivre pour eux. Lorsque je repense à ma vie passée, je me dis que dans le fond je n'ai jamais vraiment cherché à vivre pour moi. Je faisais mes voyages en solitaire autour du globe, c'est sûr, mais c'était plus pour en apprendre plus sur la biologie qu'autre chose. Pour être capable de mieux expliquer à mes étudiants ce que les livres ne parvenaient pas à imager. Côté vie sentimentale, je ne me suis jamais vraiment accordé grand chose non plus. Je préférais veiller sur ma petite soeur. La seule et unique fois où je me suis accordé le droit de tomber amoureuse, c'était lorsque j'étais en prison. Et comme si la situation n'était pas assez ironique comme ça, il a fallu qu'elle se fasse tuer le jour de la fusillade. Un des gardiens avait pété un plomb. Il avait voulu se taper l'une des filles en échange d'une boîte de tampons ramenés de l'extérieur par ses soins, et quand elle a refusé il l'a abatue. Et il a fait de même avec toutes celles qui se trouvaient directement ou indirectement sur son chemin. Elle était juste en train de laver les sols à ce moment là. Mais c'était déjà de trop.

J'aurais dû être présente à l'époque. J'étais arrivée trop tard. A croire que c'est une manie chez moi. Lorsque Liv a été mordue, je n'étais pas là. Si un miracle n'était pas arrivé comme ce fut le cas, je serais encore une fois arrivée trop tard. Rien que cette pensée me donnait l'impression d'avoir la cage thoracique en feu et le coeur en cendres. Sans même m'en rendre compte, je serrais fortement un petit pot en verre dans ma main. Il fallait que je me calme, il fallait que je me ressaisisse. J'allais partir, certes. Mais ce n'était pas une raison pour abandonner ma soeur, la blesser encore davantage. Cependant, à force de serrer mon poing autour du petit objet, il finit par se briser. La plupart des éclats tombèrent au sol mais ceux restants s'étaient plantés dans ma main. On peut dire que cela m'avait efficacement sortie de mes pensée. Un petit juron quitta instinctivement ma bouche avant que je ne regarde de petites gouttes de mon sang tomber au sol. Inspirant un grand coup, je relevais la tête vers ma soeur. Le bruit avait certainement attiré son attention, et je comptais bien m'en servir pour essayer de me rattraper. Il fallait que je lui dise tout de même à quel point j'étais soulagée qu'elle aille bien. Il fallait que je la rassure, pour que mon départ ne la fasse pas se sentir coupable.

Avançant vers ma cadette d'un pas ou deux, je venais délicatement passer ma main non blessée sur sa joue. Mon regard se planta dans le sien et un sourire doux et protecteur étira mes lèvres comme au quotidien. « Je suis heureuse que tu sois là ma puce... Je crois que le fait que tu parviennes à survivre à une telle chose est le plus beau cadeau que le ciel aurait pu me donner. Et pour le reste... Tout ira bien. J'en suis certaine. » Après tout, je n'étais pas en train de mentir. Si elle était au laboratoire, il y aurait assez de gens qui pourraient la protéger. Qui veilleraient sur elle et sur son bébé. Et puis, ce n'est peut-être pas une salle d'accouchement comme on les connaissait, mais vu que nous étions en train de ranger l'infirmerie, je pouvais voir qu'il y aurait de quoi faire pour que tout se passe dans de bonnes conditions. Puis d'un autre côté, j'ai beau partir je sais que je reviendrai. J'ai simplement besoin... De prendre le large quelque temps. Je n'ai pas prévu de mourir, alors j'espère simplement que la vie au labo et mère nature ne décideront pas d'une autre fin pour moi. Lentement, je continuais de caresser la joue de ma soeur, ne prêtant aucune attention aux petits éclats de verre qui se trouvaient encore dans la paume de ma main droite. De fines coulées de sang serpentaient le long de mes doigts avant de tomber en petites gouttes sur le sol, mais je n'en avais rien à faire. Je l'ai déjà dit. Rien n'est plus important que ma petite soeur. « Excuse moi de m'être énervée tout à l'heure... J'ai simplement eu très peur. Tu me pardonnes? »


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 218
Points : 237
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Sam 16 Sep - 23:45

L’éclat du verre la sortit de ses pensées. Elle terminait tout juste de ranger son étagère lorsqu’elle se retourna vers Nora en essayant de comprendre ce qu’il se passait. Sa grande sœur venait de se blesser en éclatant un bocal dans sa main, et une ride inquiète barra le front de la cadette en la regardant. Très vite, la brune s’approcha et lui parla, en essayant de la rassurer, et probablement de détourner le sujet pour ne pas qu’elle la questionne sur la douleur. Mais Liv ne pouvait s’empêcher d’y penser. Elle pinça les lèvres, accrochant les yeux de son aînée :

« Je sais pas si tout ira bien. J’espère, il faut… » Haussant les épaules, elle reprit : « Je dois encore avertir Darren… Je crois pas que ça se passera bien. Je suis pas prête pour tout ça. » Un pressentiment qui lui tordait le ventre. « J’ai besoin de toi. »

Elle avait besoin d’un soutien qu’elle ne savait pas où trouver. Liv était perdue pour l’instant. Elle attrapa la main meurtrie de sa grande sœur, et balaya dessus pour retirer les quelques morceaux de verres.

« tu ne t’es pas arrangée, faudra aller voir Diana. » Lui fit-elle dans un soupir. « Je terminerais ici, ne t’en fais pas… » Ajouta-t-elle de plus belle, tout à fait disposé à s’enfermer le reste de la journée dans l’infirmerie, juste pour échapper à d’autres discussions compliquées.

Liv avait envie de s’enfermer dans un trou de souris. Mais elle devait faire face aux conséquences de ses actes pour l’instant, même si ça n’avait jamais été son fort. Elle tira une compresse de l’une des étagères avant de la tendre à la femme devant elle :

« Bien sûr que non, je t’en veux pas. C’était de ma faute, Nora, j’ai… J’ai exagéré, j’aurais pas dû t’annoncer tout ça comme ça, ni te laisser croire que ça n’était pas grave. » Elle esquissa un sourire un peu forcé : « C’est grave. C’est beaucoup à encaisser. Je ne peux pas attendre que tu t’en remettes à chaque fois… » Un rire sans joie plus tard, Liv admit à mi-voix : « Mais c’est pas plus simple pour moi, alors… Je voudrais être aussi forte que toi. »

C’était un aveu de faiblesse. Un aveu qu’elle n’aimait pas faire, mais Liv n’avait pas l’impression d’avoir le choix. Elle était déjà fatiguée alors qu’un long combat l’attendait. Et une tempête aussi. Une tempête qui demandait leur attention dans cette salle. Elles avaient encore de la besogne…

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 82
Points : 660
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Nora M. Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 17 Sep - 0:09


Je crois que, d'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours préféré la douleur physique à la douleur psychologique. Il faut que je m'explique. Lorsque la douleur est physique, elle est quantifiable, logique, il y a toujours une cause plus ou moins claire à sa survenue. Cela peut être un choc malencontreux avec un meuble ou un objet, cela peut provenir de quelque chose de dangereux, et j'en passe. Une douleur physique a bien souvent une solution toute trouvée. Des sutures lorsque c'est profond, du chaud pour les muscles et la cautérisation, du froid pour les contusions et la cicatrisation, et j'en passe. La douleur psychologique, elle, est bien plus difficile à définir. On ne sait pas toujours d'où elle vient ni quand elle s'est installée en nous. Mais une fois qu'elle s'est fait sa petite place bien au chaud dans un coin de notre caboche, c'est extrêmement dur de s'en débarrasser. C'est la raison pour laquelle je n'arrive pas à revenir sur ma décision de quitter le camp, en pleine tempête qui plus est. C'est la raison pour laquelle je n'ai aucun mal à ignorer la douleur qui émane de ma main meurtrie.

Je savais bien que ma blessure n'allait pas passer inaperçue aux yeux de ma petite soeur, et bien évidemment la blondinette vint prendre ma main pour l'inspecter. Elle n'avait pas tort, je ne m'étais pas loupée. Une petite grimace déforma mes traits lorsqu'elle retira les éclats de verre de mes plaies superficielles, puis je haussais les épaules lorsque ma cadette évoqua le fait que je doive aller voir Diana. Ce n'était rien de bien grave en soit. C'était douloureux, certes, mais superficiel. Cela paraissait plus grave que ça ne l'était mais parce que la main saigne toujours beaucoup.

Remerciant Olivia pour la compresse qu'elle venait de me donner, je la serrais dans ma main pour tenter d'arrêter de saigner. Mais les mots qu'elle prononça me firent ouvrir des yeux surpris. Être aussi forte que moi? De quoi est-ce qu'elle est en train de parler? Je ne me suis jamais vue comme quelqu'un de fort. Déterminée, oui. Dévouée, ça aussi. Mais forte? Non, cela ne me correspond pas trop. Enfin, pas à mes yeux. Peut-être que je me trompe.

Affichant un petit sourire emprunt de douceur destiné à la rassurer, je déplaçais ma main qui se trouvait auparavant sur sa joue jusqu'à l'arrière de son crâne. Mes doigts se glissèrent dans ses cheveux et ma paume la fit légèrement avancer vers moi afin que mes lèvres ne se déposent délicatement sur son front. « Je ne suis pas aussi forte que tu ne sembles le penser ma puce. Tu es Olivia Castillo. Et cette fille n'est pas n'importe qui. Elle a une force de caractère qui a réussi à pousser une gamine en surpoids à se mettre au sport pour pouvoir découvrir le monde qu'elle n'explorait qu'au travers de ses livres. C'est une fille qui a réussi à passer au dessus d'épreuves plus difficiles les unes que les autres et à s'en relever plus forte et déterminée qu'auparavant. Olivia tu as ta force. Une force que personne ne pourra jamais t'enlever. Pas même le plus tordu des tours que la vie peut jouer. Cela ne fera que te rendre meilleure encore. » J'avais parlé d'une voix grave, celle que j'avais toujours quand j'étais sérieuse. Quand je voulais que ma petite soeur comprenne l'importance de mes mots, que chacun de ceux qui franchissaient la barrière de mes lèvres était pensé et réfléchi.

Je relâchais lentement la blonde après avoir déposé un second baiser sur son front, et j'affichais un sourire doux et rassurant. « Et si on terminait de contrôler l'infirmerie, avant de se faire taper sur les doigts? » J'allais partir, oui. Pour me retrouver. Pour revenir meilleure que je ne le suis. Meilleure peut-être que je ne l'ai jamais été. Revenir pour elle. Elle avait besoin de moi, elle me l'avait dit. Mais elle avait besoin de la véritable Nora. Pas celle que je suis actuellement. Et peu importe si elle semble avoir assez de personnes pour prendre soin d'elle et la protéger. Je reviendrai. Je ferai tout ce que je peux pour revenir. Je le promets.


_________________

I'LL ALWAYS BE THERE

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 218
Points : 237
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Olivia Castillo
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 17 Sep - 13:15

Elle était Olivia Castillo. Cette fille, ça n’était pas n’importe qui.

Les mots de Nora la firent sourire, lui arrachèrent cette risette qui avait eu du mal à se montrer jusqu’ici. En une phrase, elle avait réussi à lui donner l’impression d’avoir la force de mille hommes en elle pour affronter tous les obstacles. L’impression n’était que passagère, Liv en avait conscience, mais ça lui faisait du bien d’y croire au moins un peu, de se sentir puissante. Sa sœur la voyait probablement comme une personne incroyable, et elle l’aimait d’un amour sincère et bien plus puissant qu’elle ne l’était elle pour affronter le monde. Pourtant, elle ne pouvait cacher que ça lui faisait un bien fou.

Elle n’osa rien dire de plus aux mots de sa sœur, probablement parce qu’elle avait l’impression qu’un rien pourrait ruiner cet équilibre précaire dans lequel elle parvenait à puiser un minimum d’espoir. Elle allait avoir un enfant, mais elle sentait que ça n’était pas si grave. Cependant, son avis à ce sujet fluctuait beaucoup, et elle savait que dans l’heure, elle se mettrait martel en tête pour essayer d’oublier l’angoisse monstre qui lui nouait le ventre à l’idée d’y rester. La gorge un peu nouée, elle approuva du chef à la question de sa sœur :

« Allons y oui… » Lui fit-elle en se détournant, notant dans un coin de son esprit qu’il faudrait faire sans la compresse qu’elle lui avait donné. « On a déjà pas mal avancé, ça devrait pas prendre davantage de temps. » Appuya-t-elle en faisant le tour du regard de l’endroit.

Nora s’était chargé des lits, elle des étagères. La blonde se tourna pour chercher un balai, et mit la main sur celui-ci pour commencer à nettoyer le sol et retirer la poussière. Ça ne ferait pas de mal. Même si l’infirmerie était l’endroit le mieux entretenu de tout le laboratoire, c’était d’un effort commun que ça tenait la route. Les bras meurtris par ses tâches précédentes, Liv ne mit pas forcément longtemps à faire le tour du propriétaire et à régler les quelques détails importants.

« tu crois qu’il y aura assez de matériel ? » Lui demanda-t-elle.

Ça faisait longtemps qu’ils faisaient de toute façon avec les moyens du bord pour un peu tout, alors forcément, elle ne savait pas si ça suffirait. Cependant, ils avaient tous une bonne capacité à improviser. S’ils passaient la tempête, elle survivrait à son accouchement, forcément. Comme une enfant, Liv aimait se faire des petits jeux comme ça. Une chose après l’autre. Elle offrit à Nora un sourire en coin avant d’ajouter :

« tu vois quoi d’autres à faire ici ? J’ai rangé les étagères et quasiment tout compter et noté, tu as fait les lits, nettoyé le sol aussi, hm… On prépare une tablette pour un premier blessé, si jamais ? » Suggéra-t-elle.

_________________


Sittin' on my own, chewin' on a bone, a thousand million miles from home when... something hit me somewhere right between the eyes. Sleepin' on a plane, you know you can't complain, you took your last chance once again... I landed stranded hardly even knew your name
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» THE STORM IS COMING △ pv Goliat & Lottie
» The storm is coming soon
» [ ÉVENT ] • Storm Is Coming ! [ Informations ]
» Ororo Munroe - Storm is coming [Terminé]
» Intrigue : Storm is coming

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum