We gonna kick your ass [Pv Jorel]



InformationsContact
avatar
Messages : 103
Points : 476
Date d'inscription : 27/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Darren I. Wells
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 3 Sep - 19:16

19 mai 2016.

Quelques jours après la tempête, quelques jours après avoir eu les pieds trempés, quelques jours après la grosse révélation de Liv, Darren avait décidé de prendre le large. En réalité, cela faisait deux jours qu'il avait quitté le laboratoire. Il ne parvenait pas à accepter qu'il allait être père et la conversation avec son ex-compagne ?... Sa compagne ? ... Olivia !... le laissait encore sur le cul. Elle allait avoir un gamin de lui. Il n'était pas prêt, il ne voulait pas, ne pouvait pas. Il voyait surtout les inconvénients de cette grossesse. Et même s'il parvenait à accepter son rôle, même s'il parvenait à rassembler un tas de choses pour couvrir les besoins de l'enfant... Ils n'avaient pas à disposition tous les moyens nécessaire à sa survie. Pédiatres, médicaments pour enfants, lait en poudre, vêtements d'hiver ou d'été, berceau, toutes ces merdes que l'on prenait dans l'autre monde pour accueillir un bébé dans de bonnes conditions... Alors il avait prit le parti de se tirer, de quitter ce laboratoire. Il avait rassembler ses affaires, avait prit Teddy et, malgré la difficulté de traverser les rues à causes de l'eau et des encombrants sur le chemin, il s'était cassé. Sans un mot pour Olivia, sans un mot pour le reste des gens. Il avait uniquement dit à Thomass, qu'il avait considéré comme un ami, qu'il ne resterait pas sans préciser pour quelle raison.

Alors cela faisait deux jours qu'ils s'était réfugier dans une baraque à étage. Deux jours qu'ils survivaient, Ted et lui, avec de maigres provisions, de l'eau stérilisée et quelques couvertures pour échapper au froid soulever par l'intempérie. A plusieurs reprises, sa chienne lui avait fait comprendre qu'elle regrettait son choix et à chaque fois il s'excusait de lui infliger ça, expliquant qu'il ne pouvait pas la laisser seule dans le bâtiment, il ne pouvait pas l'abandonner. Pas comme il l'avait fait avec la femme qu'il aimait. Cette pensée le faisait toujours pincer les lèvres et monter les larmes aux yeux. Il regrettait amèrement ce choix parfois. S'éloigner de Liv était une sale idée, une sale méthode, une technique de lâche pour ne pas assumer sa paternité mais comment faire autrement ? L'engueulade avec la blonde, les propos tenus, c'en était trop à supporter. Et ce truc dans son ventre qui grandissait chaque jour un peu plus... Il avait clairement fait comprendre qu'il n'en voulait pas, qu'il ne supportait pas l'idée... Il n'aurait clairement pas pu rester dans ce si petit bâtiment, à la croiser, à la voir changer et à souffrir de ce coup du sort. Il l'aimait, énormément mais peut-être pas assez pour vouloir un enfant avec elle.

Le problème de cette pensée c'est qu'il n'y croyait pas. Quelque chose en lui ne voulait pas croire qu'il refuserait totalement l'idée de devenir papa. Dans un autre monde il l'avait voulu, voir le ventre de sa moitié devenir rond, avait voulu entendre les cris d'un bébé qui serait de son sang. Dans l'ancien monde, s'il avait connu Olivia et eut un enfant avec elle, sans doute qu'il aurait tout fait pour devenir un bon père, un de ceux qui surprotègent leur petit. Sans doute que les années passants, il aurait été étouffant mais il aurait aimé ce petit être de toute son âme et serait mort pour les deux amours de sa vie. Trois, probablement si sa frangine avait survécu... Cette pensée venait lui briser le coeur et comme depuis deux jours, il fondait en larmes, constatant ainsi que sa solide carapace n'était pas simplement fissurée, elle se brisait. Elle s'était brisée au contact de la blonde...

Deux jours et il semblait que l'éternité s'écoulait. Deux jours et il se sentait comme un drogué obligé de se sevrer. Deux jours et il déprimait et se comparait de plus en plus souvent à un de ces nombreux cadavres ambulants... Contrairement à eux, son palpitant battait, son cerveau fonctionnait mais à l'intérieur il mourrait, dépérissait de plus en plus à chaque minute... En ce jour de grisaille, Darren se posa à la fenêtre, s'installant sur la rambarde, regard perdu dans le vide. Qu'est-ce qu'il le retenait de se jeter dans une foule de cadavres ? Il serait accueilli comme un prince... Soupirant longuement, il se passa la main dans les cheveux et ferma les yeux pour essayer de se couper de ces multiples pensées négatives.

_________________

A good place to end things. Just don't say another word. Let him remember you like this.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 170
Points : 232
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Jordan B. Wilson
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Lun 4 Sep - 21:43


We gonna kick your ass

Darren + Gabinou + Jordan


Les dernières traces de la tempête étaient encore visibles. Il faudra encore beaucoup de travail pour que le labo retrouve sa propreté d’avant. Certaines fenêtres avaient cédé sous la force des eaux, le sous-sol était encore inondé et tout un tas de merde étaient présents sur le sol. Tous avaient pu rejoindre “leur quartier” ou chambre comme certains aimaient les appelés. Cela ne restait plus ou moins que des pièces qui leur servait d’endroit où fermer l’oeil en paix. Celle de Jordan avait, comme toutes les autres, eux son lot de saloperies à nettoyer et ranger. Cela l’avait pas mal occupé une fois la tempête passée et elle n’avait pas vraiment réalisé le temps qui s’était écoulé depuis que cette dernière s’en était allé, les laissant à nouveau désarmée. Comme quoi, la nature aimait bien leur rappeler à quel point leur vie était fragile et presque insignifiante.

Même si la tempête avait animé les temps forts de ces derniers jours, c’était une tout autre nouvelle qui avait choqué la blonde. Olivia attendait.. comment on dit déjà ? Un heureux évènement. Même si l’ancienne pilote ferait tout pour la jeune femme, une boule ne cesse de se former au creux de son ventre quand elle songe au terme de cette grossesse. Le monde tel qu’il est actuellement n’est clairement pas des plus accueillants pour un être qui va pointer le bout de son nez d’ici quelques mois. Encore moins sachant les créatures qui peuplent la planète, prêt à vous bouffer la cervelle au moindre son qui vous trahirait. Et qu’est-ce que fait un bébé, les premiers mois de sa vie ? Pleurer, encore et encore. Même si cette situation lui faisait quelque peu peur, surtout pour la mère de l’enfant, Jordan ne laisse rien paraître et sera là pour elle, quoi qu’il arrive. Ce qui ne semble pas être le cas de tout le monde.

L’ancienne pilote arpente les couloirs du Labo à la recherche d’une personne bien précise. Une personne qu’elle n’a étrangement pas croisée depuis un petit moment. Quand exactement, elle l'ignore. Mais elle est sûre de ne plus l’avoir vu depuis leur sortie du bunker. Un mauvais pressentiment ne cesse de grandir au fond d’elle et elle espère pouvoir le faire taire au plus vite. La blonde veut vraiment croire que les dégâts causés par la tempête sont la seule et unique raison de l’étrange disparition du futur père de l’enfant d’Olivia. Darren… Si elle met la main sur lui, elle lui fera certainement passer un mauvais quart d’heure pour l’unique et bonne raison qu’Olivia semble complètement bouleversée de son absence. Elle le cache autant qu’elle le peut, mais Jordan n’est pas dupe. Depuis le temps qu’elle est ici, elle a appris à lire les traits de son visage, les attitudes de son corps qui trahissait une peine et certainement une angoisse par rapport à ce qui lui arrivait. Et c’était légitime, qui aurait voulu se retrouver dans un pareil cas ? Cela n’était en tout cas pas une raison pour se faire la malle à la première occasion. Jordan ne laisserait pas passer ça. Elle déboule comme une furie dans les pièces plus communes du groupe, mais ne trouve personne. Du moins personne qui ne ressemblait au brun. Il n’y avait plus de trace de lui nulle part, ni même de son chien, ce qui commença à énerver la blonde. Il n’était pas parti quand même ? Pas pour de bon, pas sans un mot à Liv qu’il avait engrossée ! Bordel il n’aurait pas fait ça !

Jordan remonte à toute vitesse les marches pour atteindre à nouveau les étages. Elle a déjà fait le tour trois fois mais elle ne peut pas se résoudre à cette éventualité. Pas pour Olivia. Alors qu’elle parcourt à nouveau le couloir du haut à vive allure, elle aperçoit Gabriel au fond de celui-ci dans l’encadrement d’une porte. —  Hé !, l’appelle-t-elle d’un ton froid. Elle savait que les deux hommes avaient l’habitude de passer du temps ensemble. S’il y avait bien une personne qui pouvait savoir un truc, c’était lui. Accélérant le pas, elle lui tombe à moitié dessus, plantant son regard glacial dans le sien. — Il est où ? Pas la peine de préciser le nom de la personne, il avait très bien compris. — T’avise pas de me mentir.. Dis-moi où il est.



_________________

I could tell you I was ageless but I know you'll see the light. I could tell you I'm immune to everything but that's a lie. Dust don't turn to flowers. Skies don't disappear but I've seen truth to power.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 86
Points : 187
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Gabriel T. Owens
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 10 Sep - 17:02

Les mouvements de mère nature avaient fini par se calmer, laissant place à une nouvelle agitation dans le camp. La chance leur avait sourit, loin sans mal, mais ils étaient pourtant tous encore là. Tous... oui et non. Darren était parti. Au fond, depuis le premier jour de la tempête, depuis cette promesse que l'homme fit à Liv, et la courte conversation avec Darren, l'esprit de Thomass était torturé de milles questions et de milles certitudes. La conviction du départ de son ami  s'était ancré en lui tel un tatouage indélébile. Mais ce ne fut que les intempéries passés que la réalité s'imposa  comme une évidence particulièrement profonde. Oui, son ami était parti. Parti en laissant derrière lui, une femme qu'il avait aimé. Mais surtout en abandonnant tout courage de faire face à une situation que des hommes comme eux ne pouvait assumer. Putain de circonstances extrêmement casse burne pour la gueule d'ange ! Se prendre la tête pour d'autres que lui. S'en foutre devrait pourtant être la meilleure solution non ? Cependant l'honneur avait chez lui une place trop importante pour laisser la place à la lâcheté. Oui mais Darren était son ami, son presque frère maintenant, comment pouvait il le juger sur des actes qui l'aurait sans doute fait fuir lui même.

Thomass se leva de son pieu, poussa du pied le bordel que les ravages de la nature lui avaient offert pour saisir la trousse de soin tout en soupirant profondément. Son poing n'avait pas totalement guéri de son affrontement avec le mobilier, changer son bandage se révélait être une tâche apprécié car l'alcool lui faisait don d'une douleur délectable. De quoi vider son esprit et faire fuir toute féminité dans ce cerveau torturé. Les doigts masculins s'affairaient à la tâche avec précision. Une fois la mission accompli, le bonhomme inspecta sa blessure à l'abdomen, vérifiant l'état de la cicatrice, vidant totalement son encéphale de pensées superficielles. Le gaillard ne se mêlerait plus de problème qui ne lui était pas directement relié.

Évidemment, les décisions importantes se prenaient toujours au mauvais moment. Car ce fut précisément à cet instant, alors que le bonhomme s'apprêtait à descendre rejoindre les autres que sa blondinette préféré débarqua comme une furie. Ah cette fameuse haine qui campait dans son regard,  une flamme nourrit par les multiples tracas qui se créait autour d'elle. Cette lueur chatouillait les entrailles de la gueule d'ange, piqué au vif par cette sauvagerie féminine que l’apocalypse avait rendu possible pour son plus grand bonheur. Thomass se lécha la lèvre à ce spectacle si fréquent de Jordan tout en s'accouda au montant de sa porte.

Sauf que le même sujet revint sur la table, alors que l'esprit torturé de l'homme avait tout fait pour l'occulter. Putain d'merde. Darren finirait par être son ennemi à le torturer ainsi. Thomass perdit son sourire mutin et arbora un sourire sadique léger, superficiel. Peut être que Jordan allait départagé son débat.

Oh tu veux parler de Darren ? Il doit se balader je sais où en train d'avaler la nouvelle de sa future paternité. La main de l'homme se serra doucement. Mais il va pas tarder. Puis sa mâchoire craqua. Ouais. Il va rentrer. Et son autre poing se referma en craquant violemment ses phalanges. Il doit rentrer. Le sourire sadique du bonhomme prit une proportion de haine que la blonde n'avait encore jamais découvert, sans parler de son regard de tueur assoiffé. Sa voix fut froide et grave. Cet enfant de putain est parti. Va chercher tes affaires.

D'entendre sa voix étaler la réalité avait tranché le dessein de la gueule d'ange. Ils iraient le chercher et ils ramèneraient Darren de force si besoin pour assumer ses responsabilités. Les deux compères prirent le strict minimum pour voyager léger et rapidement. Il y avait bien ce fameux quartier que les deux hommes avaient découvert après une mission de ravitaillement. Le coin leur paraissait tranquille et les z ne rodaient que très peu comparé à d'autres quartiers de la ville. Et Darren lui avait glissé ce fameux jour, qu'il s'y serait bien installé si la merde ne leur était pas tombé dessus. Le fuyard s'y cacherait, le gaillard en était certain.

Une demi journée plus tard, après des heures de marche, les deux aventuriers arrivèrent à l'endroit indiqué. Et sans surprise, l'homme se trouvait là, accoudé à la rambarde du balcon. La fureur du parieur monta crescendo mais ce n'était rien comparé à celle de la blonde à ses côtés quand son doigt lui montra le lâche.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 170
Points : 232
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Jordan B. Wilson
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 10 Sep - 18:52


We gonna kick your ass

Darren + Gabinou + Jordan


La façon dont il lui répond innocemment le nom de Darren l’énerve encore plus. Comme si elle pouvait parler d’une autre personne. Comme si elle irait le trouver lui, concernant quelqu’un d’autre. Elle n’était peut-être pas un génie mais elle avait vite compris que les deux hommes passaient souvent leur temps ensemble. Il savait forcément quelque chose et il avait plutôt intérêt à tout lui dire, tout de suite. La patience n’était pas son fort. La blonde se contente de garder les yeux fixés sur le brun. Son regard reste noir malgré les réponses qu’il lui donne. C’est au compte goutte qu’il lâche des informations que Jordan note attentivement dans sa note, même si elle se doute qu’il n’est pas juste “parti se balader”. Comme si le soleil brillait dehors, comme si la vie était belle. Au fur et à mesure, Gabriel semble se tendre devant elle. Cette fois elle est légèrement interloquée par son comportement. Qu’est-ce qu’il a encore lui ? Elle entend les phalanges du grand craqués et sa voix prendre une détermination nouvelle. — J’te le confirme, il a plutôt intérêt à rentrer. C’est alors que le visage de son interlocuteur se fend d’un sourire sombre et que ses paupières s’animent. L’homme paraît presque fou, dangereux mais Jordan ne flanche pas, lui renvoyant un regard toujours aussi glacial. — Cet enfant de putain est parti. Va chercher tes affaires. La surprise s’empare immédiatement de la blonde. — Quoi ?! Pourquoi tu m’la pas dit plus tôt putain ! Il avait essayé de le couvrir. Parce que c’était ça, son petit numéro de scène là. Il voulait l’embrouiller et ne rien dire sur la fuite de Darren. Le regard mauvais s’accentua sur le visage de Jordan. Il le plaque contre l’encadrement de la porte, appuyant volontairement sur la blessure qu’il arborait à la poitrine. Plantant ses yeux dans les siens, elle ajoute d’un ton sec : — T’as plutôt intérêt à me conduire à lui et vite. Il ne lui ferait pas le coup deux fois, ça c’était sûr.

Jordan n’avait aucune certitude quant à l’endroit où le brun l’amenait. A force de marcher, elle commençait à se poser des questions. Il aurait très bien pu se servir de prétexte de l’absence de Darren pour l’amener dans un coin reculé et tenter de lui faire payer son comportement. La blonde n’était pas un ange, et lui, malgré son prénom, ne l’était pas non plus. Au fil des heures, la blonde s’était muré dans le silence, la main près de sa ceinture mais surtout de son poignard, juste au cas où. En tout cas, il y a une chose que Jordan voit et peut constater de ses propres yeux. Le carnage laissé derrière la tempête de ces derniers jours. Certaines parties de la ville étaient encore inondées, ce qui poussa les deux compères à faire quelques détours. Le vent avait rabattu toutes sortes de merdes qui s’accumulait dans les mêmes coins - certainement à cause de l’eau. La blonde n’aurait jamais cru que l’état de la ville aurait pu empirer de la sorte. Le temps continuait sa course tandis qu’eux continuaient de s'éloigner du Labo, Jordan savait que le retour se ferait de nuit ou le lendemain. Ils s’étaient aventurés bien plus loin qu’elle ne l’aurait cru et la réalité de la fuite de Darren se marqua dans son esprit. L’enculé avait bel et bien décidé d’abandonner Olivia et leur futur enfant. Serrant les dents, elle n’attendait qu’une chose : mettre la main sur ce connard finit et lui faire comprendre le fond de sa pensée. Concentrée là-dessus, elle ne remarque pas tout de suite que Gabriel s’est arrêté sur place. Elle lève les yeux vers lui et suit alors la direction qu’il lui indique. Là, juste quelques étages à peine au-dessus d’eux, Darren se tient accoudé à l’un des balcons de la grande baraque.

D’un coup le coeur de la blonde se met à battre plus rapidement. Elle sent les pulsations de celui-ci parcourir chaque cellule de son corps et la colère redouble. Le brun est là, immobile, les yeux fermés, presque serein et perdu dans ses pensées. Un flot d’insulte naît dans son esprit mais aucune ne franchit les lèvres de la blonde qui fulmine sur place. Sans réfléchir davantage elle se précipite vers l’entrée du bâtiment sans se soucier qu’on la suive ou non. Elle est presque certaine qu’il n’y aurait aucun rôdeur dans la cage d’escalier après le passage de Darren. Le rez-de-chaussée est encore encombré par de grandes flaques d’eau, ce qui explique le choix stratégique d’aller se terrer à l’étage. L’inconvénient, c’est qu’en haut, il ne lui échappera pas. Mais cela, il ne pouvait pas le deviner. Jordan grimpe les marches quatre à quatre, se fichant pas mal de faire un bruit assourdissant avec ses rangers. Une fois arrivée en haut, elle parcourt le couloir à la recherche de la pièce donnant sur la rue par laquelle elle était arrivée. Pensant l’avoir trouvée, elle entre comme une furie dans la pièce et pose immédiatement ses yeux sur l’homme à la fenêtre. — T’es un homme mort.. Elle ne l’avait même pas crié. Le ton de sa voix était faible mais elle était sûre qu’il l’avait entendu. En moins d’une seconde elle fondit sur lui, lui envoyant violemment son poing dans la tronche. Aveuglée par sa colère, il y avait un détail qu’elle avait occulté. Détail qui à présent grognait, tout crocs dévoilés face à la blonde qui représentait un agresseur pour son maître. Jordan se figea sur place, tenant toujours le t-shirt de Darren dans sa main pour le tenir à portée de bras. Merde. La blonde savait très bien que le chien pouvait lui broyer un bras sans problème. Et cette possibilité n’était pas envisageable. — Fais taire ton chien. Sauf si tu veux qu’elle ameute tous les rôdeurs du quartier ! Bordel. Elle avait complètement oublié la présence de Teddy. Ce qui compliquait légèrement les choses à ses yeux. Elle aurait du mal à le passer à tabac avec un garde du corps à quatre pattes aussi fidèle.


_________________

I could tell you I was ageless but I know you'll see the light. I could tell you I'm immune to everything but that's a lie. Dust don't turn to flowers. Skies don't disappear but I've seen truth to power.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 103
Points : 476
Date d'inscription : 27/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Darren I. Wells
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Mar 17 Oct - 14:29

S'il y avait bien une chose que Darren détestait, c'était ça, être prit au dépourvu. Surtout quand il avait prit la peine de s'en aller pour déprimer dans son coin. Il n'était pas parti depuis longtemps que la cavalerie était déjà à ses trousses. Les déserteurs devaient être punis. Combien devaient être au courant de sa lâcheté ? Combien jugeaient son choix et combien se voyaient déjà sauver l'honneur bafoué de la blonde ? Sans doute pas une armée si l'on croyait les pas dans l'escalier. Étrangement, il se voyait parier sur les têtes qu'il croiserait en se retournant. Enfin, il pensait en avoir le temps jusqu'à ce que ce soit une voix féminine qui se manifeste. Il connaissait ce timbre. Ils ne se parlaient pas souvent, se croisaient même à peine généralement mais il parvenait largement à identifier le timbre... Avant même qu'il ait pu ouvrir la bouche, il se fit pivoter et un premier coup s'écrasa contre sa figure, le faisant grimacer au passage, à la fois de surprise et de douleur. L'ordre de Jordan fit sourire Darren qui voyait là une scène amusante. Finalement, ce n'était pas lui, le plus en danger dans l'histoire. "Pourquoi je te ferai ce plaisir ? Ils ne me dérangent pas, les mordeurs." lâcha-t-il avec un sourire arrogant au coin des lèvres. Il se fichait pas mal des ambulants et se savait plus ou moins en sécurité là où il se trouvait. Et mieux. S'il avait choisit l'endroit, c'est bien parce qu'il se savait capable de le défendre seul. "Comment tu... ?" Qu'il ajouta avant de voir le visage de Gabriel apparaître dans son champ de vision. "Je vois. C'est donc pour ça que tu savais où chercher." qu'il souffla. Tom était un ami, du moins Darren le pensait mais le voir là, avec Jordie, ça laissait bien entendre que le bookmaker avait choisit son camp. "Cassez-vous, avant que la route soit bloquée par les morts." cracha le dresseur en repoussant sèchement le bras qui le tenait prisonnier.

S'il n'y avait pas énormément de pièces dans le petit appartement qu'il squattait, il fit tout de même l'effort d'appeler sa chienne qui grognait toujours autant. Elle avait conscience du danger que représentaient les deux invités et luttait pour que son maître cesse de vouloir la mettre à part mais il avait eu gain de cause et pour s'excuser, il lui donna sa peluche. Il savait parfaitement que malgré sa recommandation, les deux autres survivants sur laboratoire ne partiraient pas sans avoir accomplit leur mission. "Bon, vous voulez quoi ? Me dire que je suis un lâche ? Je sais merci. C'était pas la peine de venir pour ça. Et..." son regard se posa sur la femme "... La prochaine fois que tu me frappes, je t'en colle une en retour." prévenait-il en venant ensuite cracher au sol le sang qu'il avait dans la bouche depuis quelques secondes. Une main dans la poche, le brun se dirigea a pas lents jusqu'au bar de la pseudo cuisine. De là, il récupéra sa bouteille d'eau pour en vider le peu de contenu qu'il restait. L'homme tendit l'oreille pour essayer de détecter des bruits des ennemis de l'humanité sans pourtant y parvenir. Sans doute que le vacarme ne les avait pas encore attirés. Glissant sa main libre dans sa poche, Darren fixait longuement le duo face à lui. C'était donc eux qui avaient accourus... Quelle drôle d'équipe. Entre le type qui ne voit pas toujours plus loin que le bout de son nez et la grande gueule qui en a rien à foutre généralement des histoires des gens... L'éducateur aurait pu tenter un rire si la situation s'y prêtait mais ce n'était pas le cas. Ça l'emmerdait plus que tout au monde de les voir dans sa bulle et de voir les éclairs dans leur yeux. Qu'est-ce que ça pouvait leur foutre, après tout ? Qui étaient-ils pour se mêler de cette histoire ?

"J'vous retiens pas. " dit le sudiste en retournant à sa fenêtre pour s'y accouder et poser la joue dans la main en attendant que le temps passe. Il faisait l'insolent, leur tournait le dos pour faire comprendre qu'il se fichait bien de leur avis, les jugements et sans doute les crasses qu'ils sortiraient. C'était même pas important, au final, ce qu'ils venaient faire là. Tout ce qu'il voulait, c'était qu'ils partent, qu'ils emportent avec eux les moments de joie que Liv avait créé. Juste que ce soit une nouvelle rupture, sèche et brutale pour que chacun fasse sa vie et que lui, fasse semblant de ne pas en souffrir.

_________________

A good place to end things. Just don't say another word. Let him remember you like this.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 86
Points : 187
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Gabriel T. Owens
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 12 Nov - 18:27

A peine avait il eu le temps de soupirer que la demoiselle s'était déjà précipité dans la cage d'escalier pour rejoindre le premier. Tranquillement, certain que de toutes façons rien ni personne ne les suivait, le bonhomme prit la même direction que sa complice. A dire vrai, Thomass ne voulait pas être là, même si sa colère lui prouvait le contraire. Ramener Darren, oui, mais devoir assister à la furie d'une blonde tout ça pour qu'elle satisfasse son besoin de se prouver qu'elle pouvait faire l'âme charitable..Le gaillard soupira de nouveau, arrivant à hauteur de la porte de la pièce où se trouvait son ami. ''Ami''. Darren ne le considérerait peut être plus comme tel s'il le voyait. Mais bon, hésiter à se montrer ne servait à rien, autant faire le pas, même si le bonhomme regrettait de plus en plus d'être venu et d'avoir trahi son ami.

La réflexion que le brun lui lança en ayant juste croisé son regard lui suffit à se sentir le plus coupable possible. Trahison ! Disgrâce ! Que lui criait outrageusement son regard. Mais en même temps, la colère de la gueule d'ange ne disparut pas. Ouais, il n'y avait pas que Oliv' qu'il avait lâcher, mais toute la communauté et lui aussi. Pourtant, Gabriel décida de rester dans le coin de la porte, guettant les éventuels mouvements extérieur ainsi que la scène pittoresque qui se déroulait sous ses mirettes. Finalement, pourquoi avoir accompagné Jordan alors qu'il aurait tout simplement pu lui dire où le trouver et la laisser se démerder. Peut être bien pour faire aussi sa propre justice et remettre son ami sur le droit chemin, apocalypse ou non, comme il aurait dû le faire quand il lui avait annoncer la nouvelle de son départ. Mais honnêtement, le bonhomme ne savait pas trop sur quel pied danser. C'était bien la première fois qu'il se sentait le cul entre deux chaises vis à vis de ses émotions.  

Un nouveau soupire passa ses lèvres. Même de dos, l'homme sentait la colère de sa compagne grandir à chaque mot que prononçait son ami. Déjà le premier coup qu'elle lui asséna, annonçait la suite des événements. L'un comme l'autre avait un caractère de merde et tout ça n'allait pas bien finir, pour sur. Mais connaissant la poigne et la vigueur de la blonde, Thomass se faisait un peu de soucis pour l'homme face à elle. En plus de ça, il ne faisait pas le moindre effort à leur présence ici, il provoquait même la dame. S'en battre les couilles, c'était peu dire. Le gaillard savait bien pourquoi il était comme ça mais à aucun moment il ne voulait prendre partie, même si ça simple présence répondait à cette question -sans qu'il veuille bien se l'avouer. Mais pour le coup, s'ils voulaient vraiment que Darren rentre en leur compagnie, mieux valait se la jouer fine et pas trop agressive. Alors d'un pas lent et silencieux, la gueule d'ange saisit le bras de Jordan, l'empêchant de faire une connerie.

Hey, reste calme, on est pas au labo.

C'était une bien jolie réalité qu'il citait là. Dans cet espèce d'appartement miteux, il n'y avait pas la sécurité du laboratoire et sous une engueulade, la situation pourrait vite déraper en un buffet gratuit pour zombie, alors mieux valait ne pas trop s'ébouriffer pour attirer des morts. Le bookmaker resta à quelques centimètres de la jeune femme avant qu'un violent soupire désespéré passa ses lèvres. Si pour lui, la dernière réflexion de Darren ne fit pas spécialement mouche car la culpabilité avait clairement laissé sa place à la colère, pour Jordan, il en était autre chose. Avant même de s'en rendre compte, la blondinette avait fuit sa main pour littéralement se ruer sur l'éducateur.

Et puis merde.

Thomass se cala contre un meuble, non loin de la scène vraiment pitoyable qui se déroulait sous ses mirettes. Vraiment, il aurait dû rester au labo et ne pas se mêler de l'histoire de son ami. Mais sa promesse faites à Liv' l'en empêchait clairement. Alors, les bras croisés, la gueule d'ange resta là à regarder, un sourire en coin naissant sur sa face de connard.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 170
Points : 232
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Jordan B. Wilson
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Lun 13 Nov - 13:56


We gonna kick your ass

Darren + Gabinou + Jordan


Elle le tenait. Elle l’avait juste au bout des doigts, du poing plus précisément et elle pourrait enfin donner la raclée que méritait le bonhomme en face d’elle. Sauf qu’un détail lui avait échappé. Et que le détail en question émettait déjà des grognements de protestations. C’était suffisant pour Jordan s’arrête dans son mouvement, mais pas assez pour qu’elle lâche Darren. Le sourire narquois qui naquit sur ses lèvres fit bouillonner la blonde. Elle ne craignait pas vraiment les rôdeurs, c’était plutôt les crocs de la bête qui la dérangeait. Tout son corps était animé d’une seule et unique envie. Ça occupait son esprit mais elle se retenait pour le moment, tout vient à point à qui sait attendre. Un bruit de pas derrière elle lui indique que Gabriel les a finalement rejoint. La déception dans les yeux de Darren ne fait qu’emplir d’un plaisir malsain la blonde qui le tient toujours sous son emprise. — Alors, ça fait quoi de se faire trahir ? murmure la jeune femme. Elle espérait qu’il se sent aussi mal que l’était Olivia de son départ silencieux. Elle haussa un sourcil quand il se la joue grand seigneur, leur conseillant de partir avant que les morts dehors ne finissent par leur barrer la route. Et puis quoi encore, elle n’était pas venu pour discuter, encore moins pour repartir sans avoir calmé son envie de meurtre. Ses yeux noirs ne lâchaient pas le dresseur d’une seconde. D’un coup sec il dégage son bras et la militaire serre les dents en se laissant faire pourtant.

Un rire froid franchit les lèvres de Jordan. Est-ce qu’il pensait sincèrement qu’elle était venu pour le gronder et le ramener sagement à la maison labo ? Parce que si c’était le cas, il se trompait salement. La blonde n’avait qu’une seule motivation : venger son amie. Parce qu’elle souffrait. Qu’il soit présent ou non, il lui avait fait du mal et il le paierait. Et ce n’était certainement pas en rentrant la queue entre les jambes que les choses s'arrangeront et que son amie se sentira mieux. La menace qu’il lui adresse ne fait qu'attiser la colère qui brûle au fond de Jordan. Son air hautain et froid s’accentu et ses mots sifflent dans la pièce. — Viens. Je n’attends que ça. . Elle amorçait déjà un pas vers le fuyard quand une main s'agrippa à son bras. Furieuse, elle posa son regard glacial sur la personne qui semblait vouloir l’empêcher d’agir. — J’te conseille de pas te foutre en travers de ma route Owens., dit-elle en cherchant à se dégager mais le bougre tenait fermement sa chair entre ses doigts. Le regard qu’elle lui posa signifie clairement qu’elle n’en resterait pas là. Pour qui se prenait-il ? Il n’avait aucune prétention pour lui interdire quoi que ce soit. Sauf qu’elle n’était pas venu pour faire une scène avec Gabriel, mais plutôt pour s’occuper du cas de Darren. Bonhomme qui d’ailleurs ouvrait une nouvelle fois sa gueule pour leur dire de se barrer. Chose que Jordan ne comptait absolument pas faire. Elle avait une meilleure idée d’ailleurs. Sa patience venait d’atteindre sa limite et elle en avait marre de tourner autour du pot. Elle se dégagea d’un geste vif de la poigne du bougre qui la tenait toujours et bondit sur le futur père indigne. Son poing rencontra une nouvelle fois sa joue, mais cette fois si le bonhomme s’y attendait. Cela n’effrayait pas la militaire, qui même si elle se prenait des coups en retour, n’allait certainement pas s’arrêter là.

Oui, elle se prit plusieurs coups mais elle en distribuait presque le double. Jordan ne retenait pas ses coups et n’avait aucun état d’âme. Dans l’action, elle se cogna à un mur avant de parvenir à faire chuter l’homme avec lequel elle était aux prises. La blonde se préparait déjà à lui décocher quelques coups de pied dans les côtés quand une fois de plus l’homme qui l’avait mené jusqu’ici s'immisça entre elle et sa victime. Folle de rage de cette nouvelle interruption, elle laisse un grognement de frustration lui échapper tandis que Gabriel tentait de l’éloigner de l’homme au sol. Se débattant pour se faire une fois de plus de son emprise, elle lui décocha quelques coups, sans prendre garde au point faible du gaillard. Elle n’y pensait même pas et ne se gêne pas pour lui filer quelques coups dans le torse avant de finalement reculer de quelques pas. — Tu fais chier Owens !, grommela-t-elle à l’adresse de celui qui se dressait entre elle et Darren. Reportant son attention au fuyard, elle ancra son regard glacial sur le sien. — Tu m’fais honte ! T’es qu’une merde ! , dit-elle avait d’essuyer le sang qui coule au coin de sa bouche. — Tu crois vraiment que j’suis venue te chercher pour te ramener ? , demande-t-elle avait un rire sinique. — Tu mérites pas de revenir. T’es partie comme un voleur, t’as abandonné Liv et tout le reste du Labo. Son absence ne lui faisait rien à elle. Mais s’il y avait bien une chose qu’elle ne supportait pas c’était les déserteurs. Qu’il souhaite tracer sa route seul, soit. Il était libre de le faire. Mais qu’il se casse sans adresser le moindre mots, ni à Cale, Ruth ou les autres… Ça la foutait hors d’elle. Surtout que c’était son enfant qu’il laissait également sur le carreau, abandonnant Liv dans cette merde. — Tu m’fais pitié., siffla-t-elle méprisante.


_________________

I could tell you I was ageless but I know you'll see the light. I could tell you I'm immune to everything but that's a lie. Dust don't turn to flowers. Skies don't disappear but I've seen truth to power.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
Contenu sponsorisé
Matricule n°001

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» .i'm gonna kick his ass
» Move or I'm gonna kick your ass ft. Min Woo
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» Kick-Ass ? Moi ? ... Noooon ! Vous devez faire erreur ! Moi c'est Val ;)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum