Welcome to the Freak's Lab ft. Gabriel Owens



InformationsContact
avatar
Messages : 366
Points : 1165
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mar 5 Sep - 16:38



Welcome to the Freak's Lab


Une fois de plus, Ruth avait confié son fils à quelqu'un pour la matinée. Le « quelqu'un » en question étant Abel, la personne qu'Aaron connaissait le mieux au laboratoire après Gracie et, bien sur, elle même. Le regard empli de larmes que le bébé avait posé sur elle lui avait froissé le cœur, mais elle avait des obligations en tant que co-leader de se groupe, et elle n'aimait pas emmener son fils avec elle pour certaines d'entre elles. Comme par exemple rencontrer les nouveaux venus à leur sortie de quarantaine.

C'est donc la tête basse que la polonaise traversait les couloirs du laboratoire d'un pas rapide. Si tout se passait bien, elle n'en aurait pas pour longtemps et pourrait retourner s'occuper de son bébé. Arrivée devant la porte de la salle, elle s'arrêta un instant pour choisir la bonne clef dans son trousseau. Et oui, pas question de laisser un individu potentiellement dangereux dans une salle non verrouillée. Ruth ne savait encore rien de lui, si ce n'est que c'était un homme et qu'il avait mangé sans problème les repas qu'elle lui avait préparés.

Elle enfonça la clef dans la serrure, et fixa l'homme dès qu'il entra dans son champ de vision. Il dormait paisiblement, sur le lit improvisé qu'ils fournissaient toujours aux nouveaux venus. Rien ne semblait manquer dans la salle, il avait donc été sage. La sourde agrippa la chaise derrière elle et l'amena pour l'installer près du lit. Puis elle se racla la gorge, d'une façon qu'elle espérait assez bruyante pour tirer l'homme de son sommeil. Elle lui adressa un sourire bienveillant lors que ses yeux furent assez ouverts.

« Excusez moi, j'ai quelques questions à vous poser. »

Elle se sentait un peu comme un recruteur pendant un entretien. Les différentes questions s'ordonnaient dans sa tête, poussées par la force de l'habitude.

« Votre nom ? »

Son regard était fixé sur les lèvres de son interlocuteur, comme un requin avec sa proie.


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 86
Points : 188
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Gabriel T. Owens
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Jeu 7 Sep - 18:40

Commençait à bien faire. Depuis quand on enfermait les gens comme ça sans préavis aucun et contre leur grès, hein ? Ah bah oui, depuis le début de cette connerie, de la cohabitation avec des déchets ambulants et la survie d'être humains devenus monstre avec leur congénère. Putain de monde à la con de merde ! Un raclement de gorge cassa le silence de la pièce. Pièce ô combien connu pour le prisonnier et ô combien haït par celui ci. Ta mère la putain de sa race. Déjà lorsque l'autre blonde était venu le faire chier, l'ambiance avait changé pour le balafré. L'enfermer pour s'assurer qu'il ne tourne pas z, ok, mais presque deux semaines à faire le tour encore et encore de ses putains de murs...la folie était à un cheveu, un poil de cul même à franchir les barrières du gaillard.

Une fois encore, une journée de plus débutait et le regard morne du bonhomme fixait le plafond comme seule contemplation possible. Un soupir bruyant et exaspéré frisa de nouveau le silence. Que faire de toutes façons, à part fixer ce plafond et en découvrir les moindre détails. Tient d'ailleurs, il en avait un bon nombre de défauts. Ayé, Thomass devenait officiellement fou, attiré par les étrangetés d'une peinture mal refaite. Quelles conneries !

Le bonhomme soupira pour la n-ième fois. Combien de temps était passé depuis la dernière fois ? De minutes ? De secondes ? Le cerveau masculin s'auto torturait alors que ses bras passèrent sous sa tête, de manière à prendre une position plus agréable pour éventuellement se rendormir. Seconde chose qui composait le quotidien du rescapé. Si seulement Thomass se considérait comme tel, ça le soulagerait sûrement de cette vie de merde qu'on lui imposait depuis quelques temps. Bon, après tout, cela ne pouvait pas lui faire de mal car sa blessure cicatrisait tout juste et s'il voulait reprendre la route le plus rapidement, son corps devait être en état de faire le voyage.

Un bruit sourd et lointain attira son attention. Le genre que son ouïe décodait aussi parfaitement que le battement de son cœur tellement il était fréquent ; une clé déverrouillant sa prison. Qui ça allait être cette fois, hein ? Une paire de couille ? Ou alors une jolie paire de miche bien rebondit. L'idée tira un sourire à la gueule d'ange sans pour autant esquisser d'autres gestes. L'idée même de poser ses yeux sur une sublime créature... rouh que ça donnait envie d'y plonger sans retenu. De toutes façons, avant de savoir de quel genre de forme il en retournait, son visiteur devrait se contenter de le croire endormi parce qu'il ne prendrait pas la peine de faire le moindre effort. Puis quoi encore. Fallait pas le prendre pour un survivant de pacotille.

Vu le silence de la personne en présence, Thomass ouvrit un œil, et ce ne fut pas si vite fait qu'une beauté apparu devant ses pupilles. Sa putain de mère...Une créature de rêve pour complaire aux fantasmes d'un condamné. Discrètement sa langue passa sur ses lèvres avant d'envisager de répondre à la question de la jeune femme. La gueule d'ange était bien faible devant pareille silhouette.

Owens. Thomass. Pour te servir beauté.

Rester allongé avait un rien de provocateur, mais rien ne le dérangeait, encore moins pour déstabiliser l'aplomb de son interlocutrice. Cela dit, bouger ne lui ferait pas défaut, alors tranquillement l'homme se redressa pour s'asseoir au bord du lit pour fixer la déesse. Et la fixer avec attention, la dévisager même et la détailler jusqu'au bout des ongles.

Et toi, c'est quoi ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 366
Points : 1165
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Lun 11 Sep - 20:27

« Owens. Thomass. Pour te servir beauté. »

Owens, Thomass, noté. Elle se demanda un instant lequel était le prénom, mais Thomass lui semblait plus conventionnel. Elle partit de se principe pour la suite. Il resta immobile, allongé sur le lit. Son regard était pénétrant et la détaillait de la tête au pied. Dans les yeux, brillait une lueur étrangement familière à la polonaise. Ce n'était pas la première fois qu'un homme la remarquait. En fait, depuis qu'elle dirigeait le groupe, son aura semblait avoir quelque chose de plus séduisant. Peut-être le doux mélange de son calme et son côté discret avec une certaine autorité. Pour une fois, elle décida d'en jouer, plus amusée par la situation que réellement gênée. Avec un sourire qu'elle supposa enjôleur, elle lui répondit :

« Avec plaisir. »

« Et toi, c'est quoi ton nom ? »

Elle continua, essayant de jouer avec ce nouveau pouvoir qu'elle se découvrait.

« Horowitz, Ruth. » lâcha-t-elle d'un ton égal.

Elle retrouva rapidement le sens des réalités, et continua d'accomplir son devoir, qui l'avait fait lever le matin même et laissé son adorable fils aux soins d'un autre.

« Vous avez peut-être des questions sur le laboratoire ? Je vais vous en posez quelques une sinon, histoire d'apprendre à mieux vous connaître. »

Elle espérait que sa tournure de phrase convenait au contexte, sans trop le savoir. C'était la première fois qu'elle draguait, après tout. La situation n'était pas sans lui rappeler celle d'Abel, quelques mois plus tôt. Tout avait commencé plutôt calmement, et les choses avaient dégénérés incroyablement vite, finissant par une partie de jambes en l'air sur le lit de l'infirmerie de fortune. Normalement, personne en dehors d'elle ou Abel n'était au courant. En pratique, personne ne lui en aurait parler de toute façon. Elle se recentra sur la situation actuelle, chassant de son esprit les souvenirs torrides qui commençait à lui revenir.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 86
Points : 188
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Gabriel T. Owens
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 17 Sep - 15:46

Cette entrevue ne déplaisait pas forcément à la gueule d'ange. Deux visites de jolies filles en si peu de temps -bien que la première lui restait encore sur l'estomac- cela n'avait définitivement pas de prix. Au fond de lui, Thomass avait la conviction que celle ci serait bien différente, ce qui n'en serait que mieux, et bien plus agréable. D'ailleurs, le bonhomme se mordit légèrement la lèvre en contemplant ce raffinement sur patte. Que de plaisir pour ses pupilles. S'installant plus à son aise, la main masculine passa tranquillement dans ses cheveux, histoire de se refaire un look classieu pour la p'tite donzelle. Au moins, cela donnerait de bonnes bases pour apprendre à se connaître, et les envies du bonhomme n'étaient absolument pas contre.

Déjà Ruth, j'pense que tu peux me tutoyer. Ca sera plus facile de se connaître en commençant par ça.

Un sourire apparut sur la face du gaillard, plus satisfait que jamais. Ce petit rictus qui se baladait au coin de ses lèvres lorsque la situation s'arrangeait comme il le voulait. Car le moment allait exactement se dérouler tel que son esprit le fabriquait. Ceci dit, pour être totalement sérieux, la présence de la jeune femme lui laissait penser que ce n'était pas simplement pour une visite de courtoisie. Son assurance montrait clairement une autorité non feinte. Ruth devait faire parti des espèces de dirigeant de ce groupe qui l'avait sauvé. Donc les questions posés avaient un but bien précis contrairement à la blondasse qui l'avait emmerder quelques jours plus tôt.

Le gaillard ne savait pas trop quelle question poser à la dame. L'idée de rester coincé entre ces murs l'irritait déjà avec ce confinement. Alors honnêtement, pourquoi aurait il eu envie de rester. Mais autant jouer le jeu, pour le simple délice pour profiter physiquement de pareil créature. Une fois la confiance posée, et la luxure consommée qu'est ce qui empêcherait la gueule d'ange de se barrer tranquillement, hein ? Rien du tout. Et c'était exactement dans quoi le parieur allait se lancer. Un pari extrêmement jouissif !

J'veux déjà que tu me dises où je suis là. Dans quoi on m'a enfermé ? Vous êtes combien ? Armé ? Des enfants ?

L'air de la grande gueule avait légèrement changé, d'un sourire enjôleur, son air sérieux et concentré avait prit la relève.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 366
Points : 1165
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 24 Sep - 16:19

Il voulait passer directement au tutoiement ? Parfait. La polonaise laissa un sourire apparaître sur ses lèvres, feignant d’être ravie de sa décision. Comme elle l’avait promis, elle le laissa poser les questions qu’il souhaitait. Le bel homme commença par demander des détails sur l’endroit où il était enfermé, et la composition du groupe. Et la présence ou non d’enfants. Ruth hésita quelques instants avant de lui répondre. S’il la voyait comme une mère, elle aurait moins de chance de le séduire, non ? La séduction n’avait jamais été son fort, mais il lui semblait bien que les gens posait des regards différents sur elle quand Aaron l’accompagnait. Elle en vient à penser que rien ne l’obligeait à dire à qui était les enfants en question. La solution lui paraissant tout à fait satisfaisante, elle commença à lui répondre :

« On t’a enfermé dans une pièce du laboratoire, en quarantaine. »

Pas sûre que quelqu’un ai pris le temps de lui expliquer dans les derniers jours. Il n’était pas rare qu’un nouveau se retrouve dans la salle de quarantaine sans rien savoir sur leur situation, juste découvert aux alentours de la base du groupe

« Pour le nombre… On doit être une petite vingtaine, plus quelques enfants. Et on a des armes. »

Ça lui avait pris quelques secondes, le temps de faire un rapide recompte. La population du laboratoire avait eu tendance à augmenter ses derniers temps, surtout depuis la fin du conflit avec les Punishers.

« À moi maintenant. »

Bien mise en place sur sa chaise, elle se pencha vers lui en réprimant son air amusé. Jouer à la séductrice la faisait presque rire. Sa main se perdit dans ses cheveux, jouant négligemment avec une mèche. Elle articula avec soin :

« Comment tu es arrivé jusqu’à nous ? »

Elle pourrait toujours enchainer sur un petit « qu’est-ce que tu faisais avant l’apocalypse », pour en savoir plus sur ses compétences potentiellement utiles pour le groupe. D’ici là, elle se concentrerait sur son interlocuteur, le mouvement de ses lèvres et pourquoi pas des tics laissant deviner un éventuel mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 86
Points : 188
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Gabriel T. Owens
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Jeu 19 Oct - 20:28

Pour sur que la première révélation de la jeune femme lui parut totalement évidente mais qu'à cela ne tienne si elle voulait bien insister sur ce point. Au moins les choses seraient clair pour lui. A première vu, le groupe dans lequel le gaillard avait atterri n'était ni sans défense et ni dangereux. Les enfants le prouvait amplement. Cela dit, cela ne démontrait pas tout. Les paroles féminines le confortaient tout de même sur certains points. L'homme n'était pas tombé dans un espèce de groupe de malade de la survie comme l'un de ceux qui lui avait valu sa situation. Un soupir s'échappa des lèvres masculines, lui donnant un air soulagé. Mais quel beau cinéma Thomass jouait là. Faire croire au soulagement alors qu'il voulait simplement laisser paraître qu'il n'était pas risqué de lui faire confiance. Intérieurement, le bonhomme souriait car il avait là l'occasion de manipuler comme bon lui semblant.

Un sourire un peu plus espiègle s'afficha sur la face de l'homme. Le corps de son interlocutrice parlait de lui même. Elle jouait et l'expression du gaillard témoignait parfaitement de son plaisir à la voir faire. Tranquillement, son dos reprit appui sur le mur, son ami depuis plusieurs jours. Ses pupilles prirent la liberté de quelques secondes pour profiter pleinement de cette beauté fatale. Bon sang de dieu qu'elle avait de l'assurance et une prestance qui fit naître quelques chatouillis dans le bas ventre masculin. Il la voyait déjà entre ses paluches à faire on ne sait quoi -évidemment.

En fait, j'vous cherchais pas vraiment. On peut dire que vous m'avez trouvé par pur hasard. Il leva son bras pour montrer son bandage. Comme tu peux l'voir, j'suis tombé sur un malade qui voyait plus gros que l'contenu d'son pack'tage.

Pendant quelques secondes l'homme hésita à parler. Après tout, il se demandait encore s'il devait faire confiance à cette petite dame pourtant si délicieuse à ses yeux. Alors autant sauter le pas.

Mais dit moi plutôt. C'quoi ton rôle ici ? T'es le grand manitou ?

La gueule d'ange se doutait bien de la réponse mais après tout, il voulait jouer lui aussi et tout savoir d'elle, même si au final, ignorer  ne l'empêcherait pas de réaliser ses pensées.

Je dirais qu'oui. Tu dois avoir les hommes à tes pieds ici. Petit clin d’œil bien placer pour satisfaire son égo et accessoirement savoir s'il risquait de se faire casser la tronche. Vous avez de quoi vous défendre donc. Bien. Et des vivres ? De quoi dormir ? Si c'est un labo' c'est que oui. Mais genre vous avez du confort ?

Vrai qu'il ne dirait pas non pour dormir en toute sérénité pour quelques temps. Profiter un peu de ce groupe pour poursuivre ensuite sa route, qui sait. Elle devait encore le convaincre. Mais bon. Les désirs de son second cerveau prendrait forcément une décision positive sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 366
Points : 1165
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Lun 6 Nov - 20:40

La façon de parler de l'homme, assez découpée, posait de réels problèmes à Ruth. Il avait probablement un accent, ou quelque chose du genre. De plus, le jeu de la séduction lui faisait aussi effet, et elle avait du mal à se concentrer. À le voir lever son bras, elle comprit qu'il parlait de sa blessure. Elle n'osa rien dire, de peur d'avoir mal compris quelque chose, et les lèvres de son interlocuteur arrêtèrent de bouger pendant quelques secondes. Pour le plus grand soulagement de la sourde, il repris sans se formaliser. La suite restait tout aussi problématique, mais elle avait l'impression qu'il lui parlait de son rôle ici. Elle se contenta d'un sourire énigmatique, et constata que ça faisait parfaitement l'affaire. La question suivante était plus lente, et elle fut à même d'y répondre :

« On est pas à plaindre. Le jardin produit de la nourriture fraiche, et certaines salles ont été reconverties en chambres. »

Décidant qu'elle n'arriverait à rien dans ses conditions, elle enchaîna avant que son clavaire ne recommence :

« Si tu veux bien parler un peu plus lentement, ça m'arrangerai, j'ai du mal à comprendre ce que tu dis. »

Pas un aveu de surdité, elle pouvait aussi être étrangère ou juste un peu limitée. Quelque part elle préférait qu'on la sache sourde que de passer pour une débile, mais la phrase lui écorchait encore la bouche. L'ambiance de tension sexuelle qui s'était installée entre les deux survivants commençait très doucement à retomber, et Ruth tenta le tout pour le tout, en se rapprochant de Thomass.

« On est en sécurité, mais qui sait pour combien de temps ? On devrait en profiter. »

Alors que leurs lèvres étaient sur le point de se toucher, elle s'arrêta brusquement :

« Pour visiter le laboratoire, si tu veux rester parmi nous. »


Très satisfaite de sa blague, la polonaise se redressa sur ses deux jambes avec un sourire moqueur. Même si elle ne pouvait pas nier l'attirance qu'elle avait pour Thomass, elle préférait attendre plus tard avant qu'il ne se passe quoi que se soit. Elle avait récupéré toutes les informations qui lui paraissaient nécéssaires, et elle estimait qu'il pouvait les rejoindre sans problèmes.



PS:
 
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 86
Points : 188
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Gabriel T. Owens
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 12 Nov - 14:45

Le bookmaker était bien content de ces quelques informations. Un peu de confort ne ferait de mal à personne et manger des aliments frais non plus. Rien que d'y penser, l'homme en avait l'eau à la bouche. Passer de pauvres boites de conserves à des légumes bien frais... être tombé dans ce groupe de survivants revenait à vivre un rêve éveillé. De la bonne bouffe, un bon lit... et par dessous tout, des jolies donzelles à mater et peut être plus si affinités. Même la voix de la grande maîtresse lui paraissait d'une douceur infinie à ses oreilles. Mais une de ces réflexions lui fit hausser un sourcil. Parler plus lentement ? Pourtant, l'homme n'avait pas spécialement l'impression de parler vite. Peut être était-ce sa façon de parler ou bien la jeune femme était étrangère, mais son parlé était parfait, alors ça ne devait pas être ça. Elle n'avait pas non plus l'air d'une idiote. L'espace d'un instant, l'homme chercha le pourquoi du comment il devait parler plus lentement. Boarf, puis après tout, il pouvait bien faire cet effort sans forcément savoir pourquoi.

Ca marche. J'vais parler plus lentement.

En quelques secondes, l'ambiance changea du tout au tout. Enfin plutôt, elle reprit la tournure que le gaillard avait tant imaginé. Un léger frisson parcourut l'épiderme de la gueule d'ange lorsque la déesse se retrouva à quelques centimètres de lui. La chaleur qui se dégageait de son corps envahissait l'espace vital masculin. Bordel de dieu, il pouvait presque sentir son souffle sur visage. Les mots qui passèrent les lèvres pulpeuses retournèrent son esprit en un dixième de seconde et un sourire presque impitoyable resta accroché à son visage.

Avec grand plaisir..

Un soupir brûlant passa ses lippes comme une annonce aux événements à venir. L'homme ne ferait pas prier et les paroles de la jeune femme ne fit que l'encourager dans ce sens. En profiter tant que le calme est présent... quelle bonne idée. Mais forcément, qui est prit qui croyait prendre et Thomass tomba dans le piège de la séductrice. Ses lèvres étaient si proche des siennes qu'il aurait pu goûté à leur douceur, les paupières à demi close, le gaillard se retrouva comme un con, la bouche en cœur. Il pesta intérieurement, non sans  faire une petite moue joyeuse. Ce genre de comportement de charme n'était pas forcément pour lui déplaire. Elle voulait jouer ? Alors ils allaient jouer !

Gabriel se leva tranquillement, avec un peu de difficulté cependant, la main sur son bandage et prit le pas de sa beauté du moment avec une excitation non dissimulé.

Tu vas m'faire une visite personnalisé ?
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
Contenu sponsorisé
Matricule n°001

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum