Welcome to the Freak's Lab ft. Gabriel Owens



InformationsContact
avatar
Messages : 316
Points : 1481
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Mar 5 Sep - 16:38



Welcome to the Freak's Lab


Une fois de plus, Ruth avait confié son fils à quelqu'un pour la matinée. Le « quelqu'un » en question étant Abel, la personne qu'Aaron connaissait le mieux au laboratoire après Gracie et, bien sur, elle même. Le regard empli de larmes que le bébé avait posé sur elle lui avait froissé le cœur, mais elle avait des obligations en tant que co-leader de se groupe, et elle n'aimait pas emmener son fils avec elle pour certaines d'entre elles. Comme par exemple rencontrer les nouveaux venus à leur sortie de quarantaine.

C'est donc la tête basse que la polonaise traversait les couloirs du laboratoire d'un pas rapide. Si tout se passait bien, elle n'en aurait pas pour longtemps et pourrait retourner s'occuper de son bébé. Arrivée devant la porte de la salle, elle s'arrêta un instant pour choisir la bonne clef dans son trousseau. Et oui, pas question de laisser un individu potentiellement dangereux dans une salle non verrouillée. Ruth ne savait encore rien de lui, si ce n'est que c'était un homme et qu'il avait mangé sans problème les repas qu'elle lui avait préparés.

Elle enfonça la clef dans la serrure, et fixa l'homme dès qu'il entra dans son champ de vision. Il dormait paisiblement, sur le lit improvisé qu'ils fournissaient toujours aux nouveaux venus. Rien ne semblait manquer dans la salle, il avait donc été sage. La sourde agrippa la chaise derrière elle et l'amena pour l'installer près du lit. Puis elle se racla la gorge, d'une façon qu'elle espérait assez bruyante pour tirer l'homme de son sommeil. Elle lui adressa un sourire bienveillant lors que ses yeux furent assez ouverts.

« Excusez moi, j'ai quelques questions à vous poser. »

Elle se sentait un peu comme un recruteur pendant un entretien. Les différentes questions s'ordonnaient dans sa tête, poussées par la force de l'habitude.

« Votre nom ? »

Son regard était fixé sur les lèvres de son interlocuteur, comme un requin avec sa proie.


Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 60
Points : 63
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Gabriel T. Owens
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Jeu 7 Sep - 18:40

Commençait à bien faire. Depuis quand on enfermait les gens comme ça sans préavis aucun et contre leur grès, hein ? Ah bah oui, depuis le début de cette connerie, de la cohabitation avec des déchets ambulants et la survie d'être humains devenus monstre avec leur congénère. Putain de monde à la con de merde ! Un raclement de gorge cassa le silence de la pièce. Pièce ô combien connu pour le prisonnier et ô combien haït par celui ci. Ta mère la putain de sa race. Déjà lorsque l'autre blonde était venu le faire chier, l'ambiance avait changé pour le balafré. L'enfermer pour s'assurer qu'il ne tourne pas z, ok, mais presque deux semaines à faire le tour encore et encore de ses putains de murs...la folie était à un cheveu, un poil de cul même à franchir les barrières du gaillard.

Une fois encore, une journée de plus débutait et le regard morne du bonhomme fixait le plafond comme seule contemplation possible. Un soupir bruyant et exaspéré frisa de nouveau le silence. Que faire de toutes façons, à part fixer ce plafond et en découvrir les moindre détails. Tient d'ailleurs, il en avait un bon nombre de défauts. Ayé, Thomass devenait officiellement fou, attiré par les étrangetés d'une peinture mal refaite. Quelles conneries !

Le bonhomme soupira pour la n-ième fois. Combien de temps était passé depuis la dernière fois ? De minutes ? De secondes ? Le cerveau masculin s'auto torturait alors que ses bras passèrent sous sa tête, de manière à prendre une position plus agréable pour éventuellement se rendormir. Seconde chose qui composait le quotidien du rescapé. Si seulement Thomass se considérait comme tel, ça le soulagerait sûrement de cette vie de merde qu'on lui imposait depuis quelques temps. Bon, après tout, cela ne pouvait pas lui faire de mal car sa blessure cicatrisait tout juste et s'il voulait reprendre la route le plus rapidement, son corps devait être en état de faire le voyage.

Un bruit sourd et lointain attira son attention. Le genre que son ouïe décodait aussi parfaitement que le battement de son cœur tellement il était fréquent ; une clé déverrouillant sa prison. Qui ça allait être cette fois, hein ? Une paire de couille ? Ou alors une jolie paire de miche bien rebondit. L'idée tira un sourire à la gueule d'ange sans pour autant esquisser d'autres gestes. L'idée même de poser ses yeux sur une sublime créature... rouh que ça donnait envie d'y plonger sans retenu. De toutes façons, avant de savoir de quel genre de forme il en retournait, son visiteur devrait se contenter de le croire endormi parce qu'il ne prendrait pas la peine de faire le moindre effort. Puis quoi encore. Fallait pas le prendre pour un survivant de pacotille.

Vu le silence de la personne en présence, Thomass ouvrit un œil, et ce ne fut pas si vite fait qu'une beauté apparu devant ses pupilles. Sa putain de mère...Une créature de rêve pour complaire aux fantasmes d'un condamné. Discrètement sa langue passa sur ses lèvres avant d'envisager de répondre à la question de la jeune femme. La gueule d'ange était bien faible devant pareille silhouette.

Owens. Thomass. Pour te servir beauté.

Rester allongé avait un rien de provocateur, mais rien ne le dérangeait, encore moins pour déstabiliser l'aplomb de son interlocutrice. Cela dit, bouger ne lui ferait pas défaut, alors tranquillement l'homme se redressa pour s'asseoir au bord du lit pour fixer la déesse. Et la fixer avec attention, la dévisager même et la détailler jusqu'au bout des ongles.

Et toi, c'est quoi ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 316
Points : 1481
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Lun 11 Sep - 20:27

« Owens. Thomass. Pour te servir beauté. »

Owens, Thomass, noté. Elle se demanda un instant lequel était le prénom, mais Thomass lui semblait plus conventionnel. Elle partit de se principe pour la suite. Il resta immobile, allongé sur le lit. Son regard était pénétrant et la détaillait de la tête au pied. Dans les yeux, brillait une lueur étrangement familière à la polonaise. Ce n'était pas la première fois qu'un homme la remarquait. En fait, depuis qu'elle dirigeait le groupe, son aura semblait avoir quelque chose de plus séduisant. Peut-être le doux mélange de son calme et son côté discret avec une certaine autorité. Pour une fois, elle décida d'en jouer, plus amusée par la situation que réellement gênée. Avec un sourire qu'elle supposa enjôleur, elle lui répondit :

« Avec plaisir. »

« Et toi, c'est quoi ton nom ? »

Elle continua, essayant de jouer avec ce nouveau pouvoir qu'elle se découvrait.

« Horowitz, Ruth. » lâcha-t-elle d'un ton égal.

Elle retrouva rapidement le sens des réalités, et continua d'accomplir son devoir, qui l'avait fait lever le matin même et laissé son adorable fils aux soins d'un autre.

« Vous avez peut-être des questions sur le laboratoire ? Je vais vous en posez quelques une sinon, histoire d'apprendre à mieux vous connaître. »

Elle espérait que sa tournure de phrase convenait au contexte, sans trop le savoir. C'était la première fois qu'elle draguait, après tout. La situation n'était pas sans lui rappeler celle d'Abel, quelques mois plus tôt. Tout avait commencé plutôt calmement, et les choses avaient dégénérés incroyablement vite, finissant par une partie de jambes en l'air sur le lit de l'infirmerie de fortune. Normalement, personne en dehors d'elle ou Abel n'était au courant. En pratique, personne ne lui en aurait parler de toute façon. Elle se recentra sur la situation actuelle, chassant de son esprit les souvenirs torrides qui commençait à lui revenir.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 60
Points : 63
Date d'inscription : 29/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Knowledge can change our fate
Gabriel T. Owens
Matricule n°001
Knowledge can change our fate
Dim 17 Sep - 15:46

Cette entrevue ne déplaisait pas forcément à la gueule d'ange. Deux visites de jolies filles en si peu de temps -bien que la première lui restait encore sur l'estomac- cela n'avait définitivement pas de prix. Au fond de lui, Thomass avait la conviction que celle ci serait bien différente, ce qui n'en serait que mieux, et bien plus agréable. D'ailleurs, le bonhomme se mordit légèrement la lèvre en contemplant ce raffinement sur patte. Que de plaisir pour ses pupilles. S'installant plus à son aise, la main masculine passa tranquillement dans ses cheveux, histoire de se refaire un look classieu pour la p'tite donzelle. Au moins, cela donnerait de bonnes bases pour apprendre à se connaître, et les envies du bonhomme n'étaient absolument pas contre.

Déjà Ruth, j'pense que tu peux me tutoyer. Ca sera plus facile de se connaître en commençant par ça.

Un sourire apparut sur la face du gaillard, plus satisfait que jamais. Ce petit rictus qui se baladait au coin de ses lèvres lorsque la situation s'arrangeait comme il le voulait. Car le moment allait exactement se dérouler tel que son esprit le fabriquait. Ceci dit, pour être totalement sérieux, la présence de la jeune femme lui laissait penser que ce n'était pas simplement pour une visite de courtoisie. Son assurance montrait clairement une autorité non feinte. Ruth devait faire parti des espèces de dirigeant de ce groupe qui l'avait sauvé. Donc les questions posés avaient un but bien précis contrairement à la blondasse qui l'avait emmerder quelques jours plus tôt.

Le gaillard ne savait pas trop quelle question poser à la dame. L'idée de rester coincé entre ces murs l'irritait déjà avec ce confinement. Alors honnêtement, pourquoi aurait il eu envie de rester. Mais autant jouer le jeu, pour le simple délice pour profiter physiquement de pareil créature. Une fois la confiance posée, et la luxure consommée qu'est ce qui empêcherait la gueule d'ange de se barrer tranquillement, hein ? Rien du tout. Et c'était exactement dans quoi le parieur allait se lancer. Un pari extrêmement jouissif !

J'veux déjà que tu me dises où je suis là. Dans quoi on m'a enfermé ? Vous êtes combien ? Armé ? Des enfants ?

L'air de la grande gueule avait légèrement changé, d'un sourire enjôleur, son air sérieux et concentré avait prit la relève.
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 316
Points : 1481
Date d'inscription : 22/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@ Knowledge can change our fate
Ruth Horowitz
Matricule n°001
@ Knowledge can change our fate
Dim 24 Sep - 16:19

Il voulait passer directement au tutoiement ? Parfait. La polonaise laissa un sourire apparaître sur ses lèvres, feignant d’être ravie de sa décision. Comme elle l’avait promis, elle le laissa poser les questions qu’il souhaitait. Le bel homme commença par demander des détails sur l’endroit où il était enfermé, et la composition du groupe. Et la présence ou non d’enfants. Ruth hésita quelques instants avant de lui répondre. S’il la voyait comme une mère, elle aurait moins de chance de le séduire, non ? La séduction n’avait jamais été son fort, mais il lui semblait bien que les gens posait des regards différents sur elle quand Aaron l’accompagnait. Elle en vient à penser que rien ne l’obligeait à dire à qui était les enfants en question. La solution lui paraissant tout à fait satisfaisante, elle commença à lui répondre :

« On t’a enfermé dans une pièce du laboratoire, en quarantaine. »

Pas sûre que quelqu’un ai pris le temps de lui expliquer dans les derniers jours. Il n’était pas rare qu’un nouveau se retrouve dans la salle de quarantaine sans rien savoir sur leur situation, juste découvert aux alentours de la base du groupe

« Pour le nombre… On doit être une petite vingtaine, plus quelques enfants. Et on a des armes. »

Ça lui avait pris quelques secondes, le temps de faire un rapide recompte. La population du laboratoire avait eu tendance à augmenter ses derniers temps, surtout depuis la fin du conflit avec les Punishers.

« À moi maintenant. »

Bien mise en place sur sa chaise, elle se pencha vers lui en réprimant son air amusé. Jouer à la séductrice la faisait presque rire. Sa main se perdit dans ses cheveux, jouant négligemment avec une mèche. Elle articula avec soin :

« Comment tu es arrivé jusqu’à nous ? »

Elle pourrait toujours enchainer sur un petit « qu’est-ce que tu faisais avant l’apocalypse », pour en savoir plus sur ses compétences potentiellement utiles pour le groupe. D’ici là, elle se concentrerait sur son interlocuteur, le mouvement de ses lèvres et pourquoi pas des tics laissant deviner un éventuel mensonge.
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum