Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #24 : Février 2018
Recherche de RPJared Davis
RP Libre ft. Aube Greer

Et si vous deveniez un gladiateur des temps modernes ? L'arène de combat n'attend plus que vous !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Event #5) Run or Die

In Your Flesh :: The Surrounding Wasteland :: Les alentours :: Villes abandonnées

 "sirens calling" axel & kennedy

I walk a lonely road
Sidney LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 90
Points : 666
Date d'inscription : 12/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: "sirens calling" axel & kennedy   Mer 27 Sep - 13:51
Axel était excitée d'avoir trouver une piscine. Une piscine ! Je veux dire hors mis trouver des serviettes de bain, je voyais pas ce qu'on pouvait trouver ?! Bon ok, j'étais peut-être mauvaise langue, dans le fond il y avait peut-être des distributeurs, avec de quoi manger et peut-être boire. Mais c'est tout quoi. Bien évidemment elle aurait pu y retourner seule, mais c'était verrouillé et forcement, le meilleur moyen de rentrer quelque part sans casser quelque chose restait quand même d'entrer par la porte. Elle était donc venue me chercher, car Luke n'avait de toute évidence pas voulu le faire. Et pour les autres ? Drew étaient en pleine découverte scientifique, Robin était occupé et Kennedy ? Elle avait voulu venir. J'étais donc avec deux des filles, devant une porte avec une asiatique sur excité persuadé d'avoir trouvé une mine d'or. Kennedy elle, devait clairement se douter de combien je prenais sur moi pour pas lui exposer en long en large et en travers combien je n'y croyais pas. Mais passons. Sortant de quoi ouvrir la serrure, je lui demandais en même temps, « T'es vraiment certaine qu'il n'y a aucune autre entrée ? », car la connaissant, il devait y avoir une entrée de service qu'elle n'avait pas vu et qui pourrait faire qu'il y avait tellement de macabé à l'intérieur que ce serait le nouveau parc d'attraction pour mort vivant. Mais on va dire qu'elle n'a pas oublié. Ouvrant donc la porte, je l'ouvre tous doucement avant de sentir de l'air me frapper le visage. « Aucune autre entrée donc ? », demandais-je à Axel, un sourcil arqué pour signifier qu'on aurait pu s'éviter tout ça. Mais passons. On va dire que c'était une fenêtre super haute que personne n'aurait pu atteindre malgré les vingt cinq arbres a coté de l'immeuble. Entrant donc dans les lieux assombri par la végétation, je vis rapidement des distributeurs, vide, ou plus en état d'être consommé. Merde. « On se sépare pas. », soufflais-je en prenant ma batte.

Les canalisations grinçaient, j'étais pas vraiment à l'aise. Il y avait eu du passage, c'était certain, la terre, le sang sur certains murs, ça trompait pas. J'espérais pour ma part qu'il n'y ait que des vrai mort, personne pour se relever, je ne connaissais pas les lieux, la vue n'était pas encore dégagé. Bref, je n'étais pas à mon avantage. Avançant avec les filles dans les lieux, je n'arrivais pas à maintenir mon attention sur les bruits de pas ou tout ce qui pourrait ramper. Le bâtiment n'était clairement pas jeune et c'était une horreur pour avancer.
I walk a lonely road
Axel EnriquesI walk a lonely road
avatar
Messages : 80
Points : 497
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Mer 27 Sep - 14:38
« Si je te le dis ! Tu crois franchement que je serais venue te faire chier si j'avais trouvé une autre entrée ? » ironisais je en croisant les bras devant Sid', une moue butée au coin des lèvres. Il n'empêche, une piscine quoi ! Oui je sais, mon enthousiasme a l'air très puéril, sans doute même qu'il l'était un peu, mais qui dit piscine, dit distributeur, dit eau potable, dit accessoire toujours utiles, genre des tapis. En plus vu la taille de celle là, y aurait bien un ou deux bureaux a fouiller. Je sais pas trop ce qu'on pourrait y trouver mais bon, autant jeter un œil. Donc, quand j'avais découvert l'endroit, j'avais aussitôt fait demi tour pour chercher les autres. Enfin « les » c'est vite dit. Luke avait bougonné un truc mais j'avais compris un non dans le tas. Robin était pas libre, et j'avais esquivé Drew comme d'habitude. Sid avait été le seul a hocher la tête malgré son air de pas y croire un cachou. Kenny avait suivit et donc nous voilà les trois devant l'édifice. Et Sid' qui restait dubitatif. Sérieux !

Finalement, il se décida ENFIN a ouvrir cette foutue porte. Moi ? Penchée sur son épaule, je roulais des yeux, agacée. « Y a un truc que tu comprends pas dans non y en a pas d'autre ? T'es blond Sid mais quand même. » N'empêche, un jour je saurais faire ça. Oh c'était pas faute de lui avoir demandé une paire de fois de m'apprendre, mais non, Sid avait jamais voulu. Je comprend pas pourquoi...Enfin au vu de ce qui lui était arrivé, je comprenais mieux. J'avais jamais osé lui poser de question sur sa vie en prison. Et si il n'en parlait pas, c'était qu'il ne le voulait pas. J'étais peut être une petite sœur casse noisette mais je ne les avais jamais poussé a la confidence. Jamais. « Allez, dis le maintenant que tu regrette d'avoir refusé de m'apprendre a crocheter les serrures hein... » fis je en le bousculant légèrement d'un ou deux coups de hanches. Puis nous nous engouffrâmes dans la bâtisse. Le silence qui y régnait était presque angoissant. Enfin non pas presque, il l'était carrément. Je serrais les doigts autour de ma machette, poussant doucement Kennedy devant moi de façon a ce qu'elle soit entre Sid' et moi. « T'inquiètes pas maman canard, on te suit à la trace. » murmurais je un peu moqueuse, grimaçant légèrement devant les traces de sang et autre matière dont je ne voulais pas connaître le nom, qui repeignaient les murs. « Putain, ça pue... » murmurais je en plissant le nez.

Je jetai de fréquent coup d'oeil derrière nous au fur et a mesure que nous avancions. « Merde, je savais que j'aurais dût piquer la lampe torche de Luke, on voit que dalle. » Je chuchotais autant par crainte de déranger des trucs pas très catholiques et surtout très morts mouvants, que par réflexe tant le silence était oppressant.
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 326
Points : 1347
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Dim 1 Oct - 17:36
Je sautille sur place, jetant des coups d’œil autour de nous pendant qu’ils se chamaillent. Mais non, il fait pas trop froid pour cette époque de l’année, c’est juste une idée. Enfin, si on est en octobre quoi… Mais on est pas si tard, pas vrai ?...
J’esquisse un sourire et je secoue la tête. Heureusement qu’ils ont accepté que je vienne. D’un autre côté, je leur ai pas vraiment laissé le choix c’est vrai, étant donné que j’en avais ras-le-bol de tourner en rond. Je me penche par-dessus l’autre épaule de Sid.

« On aurait pu passer par une des fenêtres, après l’avoir cassé et rameuté tous les morts aux alentours… ça aurait pu être dangereux avec les morceaux de verre dans le noir, mais on est des warriors… Et insulte pas les blonds toi, ils y sont pour rien si mon frangin est un peu con… » Je souris avant de l’embrasser sur la joue. « Mais je t’aime quand même t’inquiète. »

Ouais, on pourrait dire que c’est de famille d’être un peu con, mais on va éviter, j’ai un peu d’amour propre quand même. Je le regarde faire, essayant de comprendre comment il fait, parce que même en ayant essayé, j’y arrive pas.

« Et à moi aussi. Ce serait cool pourtant. Imagine un jour on se retrouve enfermées dans une pièce avec seulement une pince à cheveux pour ouvrir la serrure… Ce serait con qu’on sache pas faire alors que t’aurais pu nous apprendre. »

Je hausse les épaules, avant de les suivre à l’intérieur ma batte à la main. Je lève les yeux au ciel quand Sid reprend la parole. Mais non, on va pas se séparer. Et je fronce les sourcils quand je sens Axel qui me pousse. Non mais sérieux ? Qu’il se montre protecteur, c’est déjà saoulant, mais c’est Sid, et il le fait avec nous trois. Mais elle ? Elle se croit plus costaud que moi ? Je lui jette un regard mécontent et je soupire. On va dire que c’est juste parce qu’elle se moque un peu de Sid et veut pas risquer un retour de bâton.

« Respire par la bouche, c’est un peu moins pire… Un peu. »

T’as juste l’impression que ça s’imprègne dans ta gorge… Je plisse le nez et lève le pied pour enjamber un… truc qui traine par terre. Toute façon, y a des trucs qui trainent partout, c’est une vraie galère de distinguer quelque chose. Mais ce serait con de se casser la gueule et de faire un boucan de tous les diables dans un tel silence.

« A gauche, le panneau dit que la piscine est à gauche… Mais les bureaux doivent être de l’autre côté du coup non ? Et doit y avoir les distributeurs pas loin… » Je chuchote, à peine plus fort qu’Axel. « On prend chacun un côté et on voit ce qu’on trouve ? »

Je souris et fais un pas sur le côté, pour éviter un quelconque coup de l’un ou de l’autre. Quoi, les groupes de un, c’est pas ce qu’on avait dit ?

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Sidney LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 90
Points : 666
Date d'inscription : 12/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Ven 13 Oct - 9:10
Note à moi-même, me trouver une excuse pour ne pas suivre les filles, surtout Axel, quand elles affirmaient avoir trouver un truc. J'aurais préféré une entrée ou l'on aurait pu voir ce qui se passait derrière. Axel insulta alors les blonds pour me signifier que je manquais d'intelligence avant que Kenny ne les défende. Ne pas les mettre dans le même panier que moi donc ? Ne décrochant aucun sourire, même après qu'elle se soit presque excusé, je me contentais de commenter simplement, « Je peux encore partir vous savez ? », mais je restais là, à m'occuper de la serrure, ce qui posa rapidement les bases d'un nouveau débat, pourquoi je ne lui avais rien appris en terme de crochetage de serrure. Leurs avaient rien apprit. Ma soeur pouvait arrêter de suivre mon autre soeur ? Histoire d'avoir autre chose qu'un deux versus un ? « Imagines un jour tu fais gaffe et t'arrêtes les missions suicide pour une teinture ? Ça serait chouette de ne pas avoir besoin d'apprendre un truc comme ça alors que tu sais déjà pas aligner deux mouvements équilibrés pour te défendre. », répondis-je dans un sourire sarcastique. Si elles se liguaient contre moi en continue, j'allais en taper une. Voir deux. J'étais beaucoup plus patient avec elles qu'avec d'autres, mais il fallait éviter de me chercher. Me tournant alors vers Axel, je repris, « Et ça vaux aussi pour toi. », savoir crocheter une serrure les aiderait à survivre, mais si il y avait un problème, aucune des deux ne savaient réellement comment vivre, comment survivre et c'était ça le plus compliqué.

Avançant dans la piscine, l'on fut rapidement saisi par l'odeur, avant que je ne suggère de ne pas se séparer. Pourquoi ? Car elle pouvait se faire tuer avec rien, moi beaucoup moins, et aussi car on n'y voyait rien. Kennedy trouva ce qui semblait-être un panneau indiquant l'emplacement de chaque chose, du moins de la piscine, mais elle pu en déduire le reste. Elle suggéra alors de se séparer et recula bien rapidement, visiblement consciente de sa proposition de merde. « Kennedy, je ne rigole pas. », vraiment pas. Pourquoi j'avais accepté ? On me rappel ? « On tente les bureaux, mais dès que le passage devient difficile, on recule, pas la peine de se couper une retraite facile. », j'aurais pu ouvrir les paris sur qui ajouterait une connerie sur le concept de retraite, mais la perche pouvait-être éviter. Avançant donc lentement, la batte à la mains vers l'endroit le plus obscure, j'eus étrangement l'impression de courir au suicide, comme quoi, je n'en menais pas large.

_________________
I walk a lonely road
Axel EnriquesI walk a lonely road
avatar
Messages : 80
Points : 497
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Sam 4 Nov - 19:09
Je roulai des yeux, Kenny trouvait toujours le moyen de défendre son frère. Quoique...est ce que c'était bien le cas vu ce qu'elle venait de lui envoyer dans la foulée. Je pouffai. « Allez mon p'tit Prince des flammes, arrêtes de faire ta mauvaise tête et sois mignon avec tes adorables petites sœurs. » Le tout avec une moue enfantine et adorable d'asiatique sadique. « Et je plussoie Kenny pour le coup, on ne sait jamais ! Donc notre premier cours demain, ça marche ? » Non je ne lui forçais pas du tout la main, je ne vois pas de quoi vous parlez. Mais un jour, il faudra bien qu'ils s'y fassent tous les trois, les filles et moi, on ne faisait pas que de la figuration !

Bon, je disais ça mais je le faisais pas. Le coup d'oeil agacé de Kenny me le confirma tandis que je haussai les épaules, l'air de pas y toucher. Ahum. Je suis pas sûre que c'était crédible. Le pire, c'est que quand on sortait les trois, j'étais pas tellement protectrice, je faisais gaffe aux filles oui, mais je savais aussi qu'elles étaient capables d'embrocher un type avec le sourire. Pour peu que le dit type leur ai collé une main aux fesses. « Ouais alors moi les groupes de 1 je suis pas fan. En plus, je suis la minorité ethnique, s'bien connu que c'est eux qui y passe les premiers... » J'avais assez vu de film d'horreur pour le savoir ! Bon j'avais de la chance, j'étais pas black, mais tout de même, une petite chinoise paraît que ça hurle bien, alors autant la trucider en première.Je réfléchis un instant. « Autant faire la piscine, déjà pour voir si on est bien seuls et après les bureaux non ? »

Déjà j'avais pas envie de me retrouver seule. Ensuite, j'avais pas envie de voir l'un des deux seuls. Sid était débrouillard, Kenny aussi, c'était de la carne mais quand même, je ne voulais pas m'inquiéter pour eux inutilement et c'est ce qu'il se passera si on se séparait. Finalement, Sid trancha et je hochais la tête. « Ok on fait comme ça... » approuvais je avant de me diriger vers les bureaux donc, faisant un signe de tête a Sid pour qu'il passe devant, il était le plus habitué au combat, j'imaginais qu'en prison...Enfin bref, c'était celui qui tapait le plus fort. Kenny et moi, on se débrouillaient mais cela n'empêchait pas ce fait. Un homme, ça tape plus fort. CQFD.
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 326
Points : 1347
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Dim 19 Nov - 17:08
Rabat-joie. Je fais la moue et hausse les épaules. Franchement, je sais bien qu’on est toujours en danger, blablabla, et je sais qu’il a perdu son sens de l’humour y a un moment, mais quand même… Je le dévisage, les yeux légèrement écarquillés de mon air le plus sincère.  

« Je fais toujours attention, toujours ! » Fronçant un peu les sourcils, je secoue la tête. « Je peux être douée pour apprendre les trucs comme ça comme tu dis. Et t’as essayé une fois de m’apprendre, et forcément que j’étais déséquilibrée, tu m’as poussé avec ta force de brutasse… »

C’est quand même pas ma faute si j’ai une force d’oiseau-mouche et que cet idiot continue de s’entraîner. Je veux bien apprendre à me défendre moi, même si je doute de l’utilité, mais vouloir directement m’apprendre un truc compliqué, ça sert à rien. Et puis, je m’en sors très bien sans ça non ?
Je souris à Axel, ricanant en l’entendant, et je me demande qui aura le dernier mot au final. Non pas que ça me tienne tant à cœur que ça d’apprendre, mais comme dit, on sait jamais, et puis, au moins, ça occupe.
Et si j’apprécie pas des masses qu’on tente de me protéger, encore moins venant d’une des filles, de leur côté, ils apprécient ni l’un ni l’autre mes tentatives d’humour…

« Je plaisantais les gens, faut vous détendre un peu… » Je soupire et lève les yeux au ciel, même si j’esquisse un sourire en regardant Axel. « C’est sûr… Vaut mieux te garder à portée alors, pour faire diversion. Après, les gens bizarres, genre aux cheveux roses, s’en sortent pas super bien non plus en général. Ou alors ce sont les derniers en vie… Je vais éviter de tester. »

Mon regard passe de l’un à l’autre, le temps qu’ils se décident de ce qu’il veulent faire une fois qu’on a trouvé la localisation des lieux, et j’acquiesce, faisant signe à Sid de passer devant, laissant passer Axel en même temps. Heureusement qu’à force on est devenus super silencieux pour se déplacer. Je chuchote en jetant des coups d’œil autour de moi.

« On recule si c’est trop dangereux, compris. »

Je suis chiante et têtue, mais pas totalement inconsciente. Et puis, il serait capable de faire encore plus sa tête de pas content si je dis pas d’accord. Je plisse le nez quand on se rapproche des bureaux. L’odeur empire non ? A quel point ça craint ? J’aime pas, malgré tout ce que je peux dire, et malgré ma grande gueule, trop de trucs qui peuvent se cacher, nous sauter dessus et nous bouffer. Et comme pour appuyer mes propos, la table renversée bouge et je sursaute, retenant de justesse un cri en me mordant la lèvre. Et forcément en sursautant, je glisse sur un truc sans doute dégueu et je trébuche, ma tête allant cogner sur le mur, me retrouvant sur le cul en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Et en moins de temps qu’il n’en faut au rat pour sortir et se sauver sans demander son reste… Super.
Je me redresse un peu en grognant et monte ma main à ma tête en grimaçant. Et merde. C’est mon sang ou c’est le truc sur lequel j’ai glissé ? On va dire que ma main a trainé dans le truc dégueu, même si j’ai mal.


« Je vais bien. »

Et je tends l’oreille, parce que oui, j’ai fait du boucan et que j’ai fini par pousser un cri en me cassant la gueule… Je finis par me relever et désigne une porte.

Les bureaux sont juste là. On tente ? »

C’est pas mon sang, j’en suis presque sûre, tout façon, il fait trop sombre pour voir vraiment. Je vais bien, pas la peine de s’étendre là-dessus hein…

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Sidney LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 90
Points : 666
Date d'inscription : 12/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Lun 20 Nov - 16:40
Ma force de brutasse ? Non mais elle va surveiller son langage ! Sauf qu'Axel en rajoute une couche, insistant pour avoir des cours alors que ce n'était pas l'urgence. Soupirant alors, je gardais le silence, assez longtemps pour réfléchir, pour tenir compte de ce qui pourrait être utile, ou non. Les laisses aller n'importes ou, ouvrir n'importe quoi... Secouant légèrement la tête je répondis, « Pas demain, mais plus tard, et si vous me promettez de ne rien ouvrir de dangereux. », demandais-je comme condition. Aucun lieu bloqué, aucun cul de sac, aucun endroit à risque. Juste des coffres ou pour se faire une porte de sortie. Même si elles n'en feraient qu'à leurs têtes, j'osais espérer qu'en cédant, elles m'écouteraient. Kenny proposa alors quelque chose que l'on rejeta presque aussitôt et à voir sa réaction, elle n'était pas très ravi de notre... Réticence. La blague était nul, je n'y pouvais rien. Les laissant débattre de qui mourrait en premier, je pris la décision de faire les bureaux, pour commencer. Donnant les instructions, elles semblèrent un peu plus à l'écoute. Nous avançant alors, l'on avait fait quelques mètres dans une obscurité grandissante lorsque j'entendis Kennedy hurler. Me retournant alors, j'avais déjà la batte dans les mains, prêt à frapper le... Rat. Elle assura alors que tout allait bien et pour calmer mon coeur qui venait de s'emballer je répondis, « Je disais quoi sur ton équilibre. », demandant alors si on tentait les bureaux, je reculais pour porter mon attention sur elle. Je m'en fichais un peu là. Prenant sa tête entre mes mains, j'avais ma battes sous l'aisselle, vérifiant si elle n'avait aucun mauvais coup. Dans l'obscurité j'aurais dit non, et je n'avais pas l'impression d'avoir du sang sur les mains. La lâchant alors, j'avançais de quelques pas, jusqu'à la porte en question. L'entrouvant légèrement, je fus prit d'une violent nausée en sentant l'odeur. Baissant un instant le visage, je vis le sang napper le sol derrière un bureau renversé. La porte était bloqué, mais ce fut autre chose qui me fit refermer la porte. Des grattement, un bruit, des pas avec un gragouilli tous sauf sans danger.

Refermant alors la porte, je fis un pas en arrière avant de regarder les filles. « On se tire le plus loin d'ici. », arrivant au niveau de Kennedy, je m'abaissais légèrement avant de la prendre dans mes bras pour la porter comme un sac à patate. Hors de question qu'elle reglisse à nouveau. Je n'avais pas envie de la perdre. Attrapant le poignet d'Axel avec ma main libre. Je nous faisais reculer en urgence, sans le moindre bruit. Il n'y aurait que la piscine à vérifier, mais rien de plus. De toute façon les filles seraient de toute évidence trop fâché par ma réaction pour vouloir s'éterniser non ? Reposant alors Kennedy sur le sol, je lâchais Axel pour regarder en pleine lumière. Elle n'avait pas l'air d'avoir de blessure au crâne. Prenant alors son poignet, je constatais du sang, mais vu la couleur ce n'était pas le sien. « Fais plus attention. », je m'étais inquiété, sans doute plus que je n'aurais voulu, mais depuis quelques temps, l'image de leurs morts n'arrêtaient pas de me traverser l'esprit.

_________________
I walk a lonely road
Axel EnriquesI walk a lonely road
avatar
Messages : 80
Points : 497
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Mer 20 Déc - 19:19
Je trace une croix sur mon cœur avec mon index. « Croix d'bois croix d'fer si j'mens bla bla bla..rien de dangereux ! » Donc rien que j'estimerais dangereux sur mon échelle de danger quoi ! Et faut dire que mon échelle était foutrement haute. Je souris innocemment à Sidney, même si je me doutais qu'il ne serait pas dupe. Il me connaissait bien après tout, comme tout les autres en fait. C'était sans doute ce qui nous sauvait la vie quand j'y pensais, on pouvait anticiper les actions de nos frères et sœurs, autant le dire on s'en sortait pas trop mal depuis deux ans, même si on avait plus d'une fois eut chaud aux fesses. Les Lancaster se chicanèrent sous mon œil amusé avant que je ne prenne le parti de Kenny. Mais je souriais. Je savais que ce n'était pas sérieux et j'amais les voir ainsi en plus.

Finalement, nous entrâmes dans la piscine en file indienne, pas très rassurée pour ma part quand même. J'étais une tête brulée mais j'tenais quand même à ma vie voyez le tableau ? Aller tabasser du mort-qui-marche me posait pas de soucis mais me faire prendre par surprise dans un endroit glauque me filait des frissons. Encore plus quand Kenny proposa qu'on se sépare, inutile de dire que sa suggestion fût fermement repoussée, encore plus par moi. C'est bon, on connait tous l'horrible destin de la p'tite chinoise qui se perd hein ! « Fais gaffe, ton humour devient plus pourri que le mien Leprechaun. » fis je en tirant la langue. Ma machette à la main j'avançais prudemment en suivant les directives de Sid quand soudain Kenny glissa sur un truc pas très net. Pas le temps de la rattraper sur le coup, merde ! Je fis un saut de coté reflexe en voyant un rat détaler. « Ca va Kenny ? » demandais je inquiète alors que Sid inspectait déjà les dégâts. « Elle saigne ? » s'enquis je auprès de Sid avant de voir que non, un exploit dans la pénombre dans laquelle on nageait. Collée presque sur les basques de Sid, je le vis ouvrir puis refermer la porte du bureau..  « Qu'est ce que tu f... » Pas l'temps d'en dire plus qu'il embarque Kenny comme un sac et me choppe le poignet pour nous faire faire machine arrière en quatrième vitesse.

Ok, reçu 5/5, le bureau était occupé donc. Je cherchais même pas a ralentir Sid et m'arrêtai en même temps que lui. « Bordel, y en a partout, s'pas possible ça ! On peut même plus fouiller en paix... » grommelais je a voix base. J'inspirai a fond avant de poser mes mains sur mes hanches. « Bon, on tente la piscine ? »
I walk a lonely road
Kennedy LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 326
Points : 1347
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Mer 27 Déc - 19:25
Je fais le signe de croix en même temps qu’Axel, l’air tout aussi innocente qu’elle. Comme si ça nous arrivait de faire des trucs dangereux quoi, franchement, c’est tellement pas notre genre… On fait ce qu’il faut pour survivre et aider les autres, point, et si ça veut dire de prendre parfois quelques risques, et bah… tant pis. Oui, je sais, je me contredis presque toute seule. Presque, tout est dans ce petit mot. On devra sans doute lui rappeler de nous apprendre à crocheter, mais il l’a dit et il reviendra pas sur sa parole, c’est déjà ça… même s’il faudra lutter un peu pour que le plus tard ne soit pas dans 36 ans…
Je tire la langue à mon tour à la rabat-joie n°2.

« Je crois pas non. Vu que le tien est à hauteur de ceux des simplets, ça me vexerait un peu... »

Non parce que quand même, même si on dirait pas davantage pour moi que pour eux, j’avais une certaine fierté… Fierté qui en pris donc un coup la minute suivante quand je me rétamais à cause d’un foutu rat. Et j’ai à peine le temps de hurler, de me dire que ça va et de leur transmettre l’info que Sid vient contrôler de lui-même. Je le laisse faire, même si ma mâchoire se crispe par réflexe, mais ma voix se fait plus douce alors que j’attrape une de ses mains.

« Je vais bien, et je ne saigne pas, promis. »

Je le fixe dans le noir et esquisse un sourire à son intention, même si je réponds à Axel. En vrai, j’aime bien quand il joue son rôle de grand-frère avec moi, même s’il cesse jamais trop de faire la gueule pour x raison, comme si sourire pouvait nuire à son image de gros dur implacable. Et même si je lui dirais jamais, parce que j’ai pas envie non seulement qu’il s’en veuille pour une raison à la con le connaissant, et parce que ça ferait hyper gamine de dire que mon grand-frère me manque… D’autant plus qu’il est là et qu’il s’occupe de nous oui. Bref, c’est pas le moment de rentrer dans une pseudo séance de psy ou une connerie du genre. D’autant plus qu’il ouvre la porte alors que je me relève et que l’odeur m’assaille. Oh merde. Je plaque mon avant-bras sur mon nez en grimaçant et je l’approuve quand il referme. Quoiqu’on pourrait peut-être y trouver des trucs si d’autres personnes ont fait comme nous avant…

« Héééé ! »

Ouais, alors non en fait, le grand-frère hyper protecteur à ce niveau, ça devient plus que relou qu’on soit d’accord. Je vais pas non plus faire la connerie de me débattre mode princesse qu’on enlève, j’ai pas envie de me péter la gueule de là où je suis, mais ça m’empêche pas de lui filer un petit coup derrière la tête dès qu’il me pose, les sourcils froncés. Avant de me figer quand il regarde de nouveau mon crâne, baissant piteusement la tête en l’entendant.

« J’ai pas fait exprès... » Moue d’enfant et ton plaintif, le combo, c’est super… « Je ferais attention, promis… » Je relève les yeux et me hisse sur la pointe des pieds pour l’embrasser sur la joue. « Merci. »

Voilà. Je demanderai pas pardon faut pas déconner, mais ça je peux… Je toussote et inspire profondément.

« La piscine, on a dit la piscine du coup. »

J’ai à peine fini ma phrase que déjà je passe en silence les portes qui y mènent. Non, je serais pas un boulet pour eux, ni aujourd’hui, ni jamais. Et je m’arrête, regardant autour de moi sans trop voir de morts, sans trop voir grand-chose de toute façon. Et la piscine là dans le noir, ça fait hyper glauque...

_________________

Ohana means family, family means nobody gets left behind or forgotten
I walk a lonely road
Sidney LancasterI walk a lonely road
avatar
Messages : 90
Points : 666
Date d'inscription : 12/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Sam 30 Déc - 15:51
Elles s'engueulent, grand bien leurs fassent dans le fond, je n'avais pas envie d'y prendre part, en revanche, ce qui arriva ensuite ne me donna aucune envie de rester. Kenny était tombé, il y avait du monde derrière la porte et le problème c'était bien qu'avec le bruit qu'elle venait de faire en finissant au sol, on était plus sur de rien. Évacuant la zone sans plus tarder, je retrouvais le hall avant de lâcher ma soeur et de vérifier si il n'y avait rien. Je lui avais dit qu'elle n'avait aucun équilibre, elle ne me croyait pas, résultat… Axel ne semblait pas plus paniquer que ça, sans doute l'adrénaline avait fini par la secouer un peu, mais elle voulait déjà repartir tandis que Kenny essayait, visiblement, de présenter des excuses à sa manière. Elle n'avait pas fait exprès, elle ferait plus attention… Fronçant légèrement les sourcils en sentant ses lèvres se poser sur ma joue, je retiens mes commentaire, conscient que ça n'aiderait pas et qu'elle avait comprit pourquoi j'avais réagit comme ça. C'était ma soeur, de tout ce que j'avais pu avoir, il ne restait plus qu'elle, et eux bien sur, mais nous n'avions pas tout vécu avec les autres. Alors oui, elle ne me rassurait pas et je n'avais pas su être là, pour son bien, car Drew méritait d'avoir une chance dans la vie, moi beaucoup moins, sauf qu'avec le recul, le monde avait sombré et nous nous étions retrouvé ensemble, sans véritable attache extérieur. « Je sais. », soufflais-je simplement sans m'attarder sur ces derniers mots. Je savais qu'elle ferais attention, simplement, elle devait prendre plus de précaution encore. Pour éviter de se retrouver bloqué. Pour éviter de se tuer.

Oui la piscine donc, Kennedy s'y avança encore une fois sans attendre. Et bien évidemment, si elle tombait sur un os elle n'aurait aucune possibilité de fuir. Soupirant je la suivais, m'avançant vers elle pour découvrir qu'il faisait bien plus noir ici qu'ailleurs. Ce n'était définitivement pas une bonne idée de venir ici. Définitivement pas une bonne façon de trouver des choses. Avançant un peu plus, mon pied finit par taper dans quelque chose, suivant ce dernier du regard, je m'abaissais pour trouver un paquet de clope. Bon, si quelqu'un voulait se mettre à fumer il pourrait mais ça n'allait pas nous être super utile entre nous, enfin même si moi je fumais, je pouvais pas me dire que j'allais me lâcher comme un fou juste car j'en avais un deuxième. Soupirant alors, je glissais ce dernier dans ma poche arrière avant d'aviser le coté le plus lumineux. « Je propose qu'on aille là, histoire de pas tomber sur un os tout de suite. », et de ne pas finir mort bouffé car les filles avaient des idées pourri mais n'osait pas le reconnaitre.
I walk a lonely road
Axel EnriquesI walk a lonely road
avatar
Messages : 80
Points : 497
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   Hier à 17:32
La chevauchée sauvage dans le noir. J'aime quand Sid revisite les classiques. Le pire ? C'est que je suis sans trop me poser de question. Evidemment, on ne fuirait pas pour rien, faut pas déconner, mais sur le coup, j'ai pas vu ce qu'il avait vu. Ca fait beaucoup de vu en fait. Bref. « Ca va Sid, elle est pas en sucre non plus. » fis je tandis qu'il regardait une énième fois si la naine avait pas un bobo. Sans déconner, si c'était grave, elle serait par terre en train de se tordre de douleur ! Et si elle le faisait, c'était qu'elle était proche de la mort. Non parce qu'on avait revu notre seuil de tolérance à la douleur à la hausse depuis deux ans. Entre la faim, le froid, tout ça...Me massant le poignet machinalement. « Ouais c'est ça..La piscine... » Je fronçai le nez. « J'espère qu'on trouvera quelque chose, ça me ferait mal d'être venue jusque là pour des queues de lombric. »

Suivant Sid, je baissai les yeux en même temps que lui et plissai les lèvres. « Oh chouette, des clopes ! C'est là qu'on dit qu'on est venu pour des clopinettes ? » Interceptant les regards, je brandis un sourire colgate. « Oui je sais, naze et pourrie. » En même temps, la situation ne prêtait pas aux jeux de mot. Foireux ou pas. Finalement, Sid proposa un endroit éclairé et je lui jetai un coup d'oeil sceptique. « C'est des morts, pas des vampires, je suis pas sûre que la lumière les repousse. » fis je avec un poil d'ironie tout en lui tirant la langue. C'était plus fort que moi, fallait que je parle, même en murmurant, j'aimais pas les ambiances tendues et la notre était tendue comme l'élastique du string d'un éléphant obèse, c'était pour dire.

« Cela dit, si on peut pas aller dans les bureaux ou autre, je suis pas sûre qu'on trouve un truc dans la salle d'eau proprement dites...P'tete un mort en tenue de bain à la rigueur.... » En bikini. Un mort en bikini. Je retins un rire nerveux. Bordel, c'était peut être pas le moment. Sid allait me buter si je me mettais à couiner sans raison, enfin si y avait une raison...L'image d'un mort en bikini....Avouez, c'est drole non ?
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "sirens calling" axel & kennedy   
 
"sirens calling" axel & kennedy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération