Killer Queen [Aube]



InformationsContact
avatar
Messages : 19
Points : 95
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Oct - 12:04

22 Mai 2016 + Le ciel du Michigan avait finalement retrouvé des teintes plus claires, sans nuages pour cacher les rayons du soleil de printemps qui brillait sur la région depuis quelques semaines. Il parvenait à donner une teinte plus enjouée aux murs gris de Détroit, mais pas encore assez pour donner envie à Annalise de rester dans le coin très longtemps. Elle n'avait jamais aimé cet endroit, la grisaille, les usines et la pollution et même sans les trop nombreuses voitures dans les rues ni les fumées acres s'échappant des cheminées des usines, elle la trouvait encore trop affreuse. Quitte à mourir, autant le faire dans un endroit de rêve, pas vrai ?

Mais pour mettre à bien ce projet, elle devait se préparer. Avoir traversé la frontière canadienne dans un sens et dans l'autre, avoir erré des mois entiers dans ce monde désolé lui avait au moins appris une chose : plus le temps passerait, plus il serait compliqué de continuer à avancer. Pas à cause de ces créatures écœurantes qui peuplaient les rues et rendaient tout de même la vie difficile, mais à cause du manque constant et de toutes choses, allant de la nourriture jusqu'à la simple présence humaine.

Voilà près d'une semaine que la jeune femme avait retrouvé sa ville natale et elle n'avait pas chômé, malgré la pause forcée qu'elle avait prise à cause de la tempête. Une fois sortie de cette foutue cave où elle s'était retrouvée coincée sous un tas de débris pendant plusieurs jours, Anna s'était remise au travail, en commençant par rejoindre le loft de son ex, en bien meilleur état que son propre appartement déjà désuet avant que le monde ne s'écroule. Et en quelques jours, la jeune femme était parvenue à amasser tout un tas d'objets plus ou moins utiles pour la quête qu'elle comptait entreprendre dès le retour de l'été : reprendre la route vers le sud. Chaque matin, elle sortait du loft en même temps que le soleil se levait sur Détroit et toute la journée, elle arpentait chaque rue, chaque immeuble sur son chemin, fouillant scrupuleusement les lieux pour trouver tout ce qui aurait un intérêt quelconque dans sa survie et lui permettrait de trouver sa voie au milieu du chaos installé sur les États-Unis.

Ce matin encore, c'était exactement ce qu'elle avait décidé de faire. Son sac à dos quasiment vide sur le dos, la jolie brune venait de passer toute la matinée à déambuler dans les rues de Détroit et elle s'était arrêtée depuis un petit quart d'heure seulement, trouvant refuge dans une librairie de quartier, un endroit minuscule traversé autrefois par l'odeur des livres neufs et de la peinture, qui ne sentait aujourd'hui plus que la mort, comme tout le reste. Assise directement sur le parquet sale et usé de la boutique, Anna avait dépliée devant elle une immense carte du pays et se penchait dessus armée d'un feutre rouge, en parcourant d'une main distraite un guide touristique. Par la vitrine poussiéreuse, elle pouvait encore garder un œil sur ce qui se passait dans la rue et se prévaloir de l'approche d'une horde non-invitée à sa petite sauterie. À côté d'elle sur le sol, un paquet de biscuits rances lui servait de déjeuner, dans lequel elle piochait de temps à autre histoire de dire qu'elle avait bien mangé aujourd'hui. Le silence lourd de la mort régnant partout n'était troublé que par le son de sa voix, imitant vaguement celle de Freddie Mercury sans parvenir à l'égaler alors que la jeune femme chantonnait distraitement « Killer Queen » pour se donner l'illusion de ne pas être seule depuis trop longtemps. Mais le tintement de la petite cloche fixée au-dessus de la porte de la librairie vint mettre un terme à son concert improvisé et la jeune femme laissa échapper son guide touristique alors qu'elle relevait précipitamment les yeux, attrapant son beretta pour le pointer vers l'entrée.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 789
Points : 611
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Jeu 5 Oct - 7:36

HRP:
 




L'ennuie ce fléau....

Annalise & Aube

Smith & Heard

Depuis, que Dieu ou une connerie dans ce genre à décidé d’abattre sa colère divine, en nous faisans subir une tempête que même les météorologue en aurait palis, je n’ai plus aucune nouvelle de ma mère, je l’ai encore cherché partout dans Detroit, et j’en ai marre... Marre de devoir toujours courir, ce matin, j’ai vu que j’avais toujours le livre sur Dante, que j’ai finis il y a déjà un bout de temps.
Avant je lisais beaucoup, c’était une de mes seules portes de sortie quand je vivais avec mon Beau-père. Alors j’ai décidé d’aller piocher quelques livres dans la première librairie, que je trouverais.
Je suis à l’aube, sans aucun plan, accompagné de Dante qui est toujours aussi enthousiaste.
Je marche au milieu de la route, les carcasses des voitures commencent à être recouverte d’une fine mousse verte.
Ils n’y a pas un chat, je vois au loin quelque charcuteur.
Mais ils ne me font plus peur, pour qu’elle raison, je n’en sais rien, mais ils sont si lent et profondément débile que c’en ai devenue facile de les éviter
Justement un charcuteur s’approche de moi, avec son regard si vide, dénoué de vide

-Dante recule…

Il s’exécute rapidement, je n’avais pas eu besoin de le dresser…
Enfin si quand même un minimum, mais tout les deux, c’est comme si on se connaissait depuis longtemps.
Je sais, c’est bizarre de qualifier la relation qu’on a avec un chien comme ça, mais le monde n’est-il pas bizarre lui aussi ?
Je laisse le mordeur s’approcher un peu plus, je serre et desserre mon poing.
Nicolae m’a appris à les considérer comme des êtres humains, qu’il ne faut pas tuer.
Je respecte ma parole, mais jamais je dirais que ce sont des humains, se prendre une balle en plein cœur et continuer à avancer, c’est inhumain, les plus croyants d’entre nous qualifierais ça comme une œuvre du diable en personne !
Je dégaine mon épée et la pose doucement sur son torse, exerçant une légère pression, je recule en même temps, du coin de l’oeil j’en vois d’autre se diriger vers moi.
Je me retourne et cours vers les toits, je monte rapidement les échelles, l’adrénaline pulse dans mon tout mon corps.
Mon cœur bat la chamade, j’adore cette sensation...je suis peut-être folle et inconsciente mais j’ai besoin de ma dose d’adrénaline tous les jours
Dante est toujours en bas, je lui fais signe de me suivre.
Je les vois se diriger dans ma direction, je hausse les épaules, me détourne et m’élance vers les autres toits
Je vérifie la rue, Dante est là guettant les toits, dès que je serais loin d’eux, je redescendrais, je n’aime pas laisser seul Dante

Il est midi, je pense vu que le soleil est à son zénith, je sens mon ventre gargouiller, je peux m’arrêter à tout moment, et grignoter mes maigres réserves, mais je veux trouver une librairie avant.
Par miracle, j’en aperçois une au coin d’une rue.
Les vitrines de la librairie sont poussiéreuses, dessus il y a écrit avec des caractères dorés « Smith & Heard Librairie »
Je me dirige, lentement vers elles à l’affût, il n’y a pas l’air d’avoir quelque chose de vivant par ici.
Je pousse lentement la porte d’entrée, elle n’est pas fermé, ce n’est pas très bon signe, mais je décide d’avancer quand même.
Aussitôt, la clochette sonne.
-Mince.
Je vois entre deux étagères, une femme se relever brusquement et me pointer avec un pistolet
Je suis pétrifié de peur et bégaye :
-Je...euh...ne te veux aucun mal, et ça serait cool si tu me perforais pas de part en part, mourir c’est pas encore dans mes projets !
(c) DΛNDELION

_________________




Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 19
Points : 95
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Oct - 2:31

D'un geste du pied, Anna repoussa rapidement son sac ouvert qui traînait sur le sol, essayant de le cacher un peu pour que ça n'attire pas l’œil du nouveau venu et elle se faufila entre les étagères pleines de livre pour mieux voir la petite silhouette qui venait d'entrer et qu'elle tenait déjà en joue. Ses sourcils se froncèrent et sa main trembla une seconde lorsqu'elle réalisa que cette silhouette était si petite parce qu'il s'agissait d'une enfant qu'elle menaçait de son arme. Peut-être plutôt une adolescente, à vrai dire, mais toujours quelqu'un de beaucoup trop jeune pour se retrouver dans un monde aussi affreux et dont la voix tremblante et suppliante s'éleva finalement pour lui demander de ne pas la tuer.

Le regard de la brune passa sur le visage de la jeune fille, l'inspectant rapidement avant de glisser sur son corps pour la détailler, mais elle garda son arme levée dans la direction de la gamine. Peut-être que ça n'était pas très bien de sa part, la question de moralité se posait forcément, même pour Anna. Mais elle connaissait ce monde aussi bien que n'importe qui pour y avoir survécu près de deux ans et si elle avait appris une leçon importante depuis tout ce temps, c'était bien celle-là : il fallait se méfier de tout le monde, tout le temps. Si cette gosse était devant elle aujourd'hui, mauvaises intentions ou non, ça ne pouvait pas être seulement par chance. Le moignon au bout de son bras gauche et l'arme à sa ceinture le prouvaient bien assez.

« T'es toute seule ? » demanda Anna d'une voix manquant totalement de cordialité. Soit cette gamine savait assez bien se servir de son arme pour s'en sortir toute seule dans ce monde, soit quelqu'un prenait bien soin d'elle et la jeune femme n'avait aucune intention de faire la connaissance de ce quelqu'un, ni aujourd'hui ni jamais. « C'est pas courant de croiser des enfants, de nos jours... Doit bien y avoir quelqu'un qui garde un œil sur toi, non ? » Son regard inquisiteur se posa sur le chien qui grognait aux pieds de sa maîtresse, probablement dans l'espoir de faire reculer Anna ou de la dissuader de faire une bêtise et, à dire vrai, ça fonctionnait plutôt pas mal. Ce clebs la rendait nerveuse, cette gosse aussi... Sa confiance dans l'Humanité avait été trop brisée pour qu'elle parvienne à ne pas se sentir menacée par n'importe quel être vivant qu'elle pourrait croiser, mais l'air réellement paniqué de la gamine insufflait un doute, pernicieux, dans son esprit.

Était-elle réellement devenue ce genre de personne ? Une femme capable de menacer une enfant du canon de son arme, incapable de laisser son cœur de pierre s'attendrir devant un petit corps maigre et tremblant de peur ? Elle avait toujours eu les enfants en horreur, mais à ce point-là ? La petite voix dans sa tête, toujours là pour lui murmurer les pires horreurs sur elle-même, lui soufflait une réponse qu'elle n'aimait pas. Alors, très lentement, Annalise baissa sa main, laissant son bras retomber mollement contre sa hanche, mais, sans rien perdre de la grimace menaçante qui habillait son visage, elle accepta de s'ouvrir un peu à la possibilité que tout le monde ne soit pas devenu un monstre et surtout pas elle-même.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 789
Points : 611
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Little Warrior
Aube Callum
Matricule n°001
Little Warrior
Mar 17 Oct - 17:56




L'ennuie ce fléau....

Annalise & Aube

Smith & Heard

Elle continue de me pointer à son arme, je sens une goutte perlé sur mon visage. Dante commence à grogner, je jette un œil dans sa direction. Vu sa posture, il n'est pas venu pour faire des câlins à cette personne.

-Merde Dante ce n'est pas le moment de jouer à qui a le plus de croc ! Soufflais-je de façon à ce qu’elle ne l’entende presque pas
Déjà qu’elle n’a pas l’air très amical, vaut mieux pas qu’elle ne me prenne pour une folle, qui parle aux animaux. Ce qui est le cas... Suis-je vraiment si seule par moment que j’en arrive à faire ça ?

-Ouais en quelque sorte. Dis-je en haussant les épaules, répondre vaguement, c’est toujours mieux que de dire la vérité ou de mentir.
J’aurais pu très bien dire « Ouais et si tu me butes, une petite armée te traquera jusqu’à que tu meures, crevure ». Vous comprenez maintenant ? Et puis je ne pense pas que ça aurait été bien accueilli.
Elle enchaîne sur une autre question. Je comprends maintenant pourquoi les gens en on vite marre de moi quand je suis curieuse.

Plus maintenant. Dis-je baissant les yeux.
Mon regard se voile quelques instants. Suis-je vraiment en train d’abandonner Maman aussi facilement ? Est-ce que seulement le lien qui nous unis est vraiment fort. Je me rends compte que sans elle, je ne suis rien. Mais sans moi...ça changerait rien pour elle ? Malgré toutes ses promesses, j’ai désespérément besoin d’elle, j’ai besoin d’un repère. D’un phare éclairant les ténèbres.
Je la vois hésiter. Puis elle baisse (enfin ) son pistolet. Je souffle de soulagement. Dante se calme aussi, je le sens se frotter à moi. Je commence à reculer doucement, sans faire des gestes brusques

-Euh...si tu veux je m’en vais ! Je pense que tu n'as pas trop envie d’être dérangée, c’est ça ? Bon, ce n'est pas grave, je trouverais une autre librairie, la journée n'est pas terminer… Je jette un coup d’œil derrière moi, le soleil commence à disparaître.

-Ah si en fin de compte...En fait est ce que je peux rentrer, ça ne sera pas long promis ! Juste le temps de prendre deux, trois livres !

Elle doit me trouver bizarre à changer d’avis tout le temps
(c) DΛNDELION

_________________




Je marche encore et toujours espérant ne pas rencontrer la mort
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 19
Points : 95
Date d'inscription : 14/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui à 10:40

Plus maintenant ? Voilà qui répondait au moins à la question la plus importante : personne ne viendrait chercher d'ennuis à Anna s'il arrivait quelque chose à cette gamine. Mais la tristesse dans la voix et dans le regard de la jeune fille à cet aveu eut tôt fait d'ébranler les certitudes de la brune. Il devenait rare de croiser des enfants et plus encore d'en croiser qui soient seuls. Mais celle-là ne lui donnait pas l'impression de mentir, elle ne lui offrait que le sentiment de sortir tout juste d'une épreuve infernale ayant précipité sa solitude. Son arme baissée, Annalise se décida finalement à la remettre pour de bon dans le holster accroché à sa taille, prenant soin de ne pas le refermer pour de vrai, que le Beretta reste à portée en cas de besoin.

Et maintenant ? Anna évitait au maximum de se retrouver coincée avec d'autres êtres vivants, plus encore depuis qu'elle avait remis les pieds à Détroit et elle ne connaissait cette gosse ni d'Eve ni d'Adam. Alors, l'idée de lui faire un brin de causette dans l'unique but de se rassurer sur sa propre moralité restait difficile à aborder. Mais un petit quelque chose, curiosité malsaine ou véritable compassion, l'empêchait de se détourner simplement pour la laisser vivre sa vie. Elle hésita tout de même quand la gamine offrit de partir et qu'elle recula vers la porte. Pourquoi la retiendrait-elle, après tout ? Outre le fait que laisser une enfant seule n'était peut-être pas correct, aucun réel affect ne poussait la jeune femme à prendre la bonne décision.

Le soleil déclinant au dehors convainquit la gosse de revenir sur sa proposition et elle eut tout juste le temps de regarder par la vitrine qu'elle revenait déjà en justifiant vouloir rester. « T'as pas besoin de me sortir ton baratin, si tu veux des bouquins, prends-les, ils sont pas à moi. »  Une fois encore, son invitation manquait pas mal de charme et de douceur, mais c'en était vraiment une et elle aurait du mal à faire beaucoup mieux pour encore un moment, sans doute. Juste le temps de se réhabituer à agir comme une personne plutôt que comme un monstre entraîné à tuer et à survivre pour sauver sa vie sans réel but, sans autre aspiration.

L'invitation lancée, la brune jeta un dernier regard à la jeune fille et se détourna, retournant près de ses affaires. Elle retrouva sa place sur le sol et se pencha de nouveau sur la carte, reprenant simplement sa tâche où elle l'avait laissée. Mais, du coin de l’œil, elle continuait de percevoir les mouvements de la jeune fille s'activant probablement à la recherche de ses livres et ce ton dépité lorsqu'elle lui avait appris que plus personne ne s'occupait d'elle maintenant ne parvenait plus à quitter l'esprit d'Anna. Elle attendit encore quelques secondes, se forçant à garder son regard posé sur la carte, jouant nerveusement avec ses cheveux en reprenant ses murmures musicaux, mais le cœur n'y était plus vraiment. « T'as mangé, ces temps-ci ? » demanda-t-elle au bout d'un moment, soulevant le paquet de biscuits à moitié vide qui constituait son repas du jour. « Tu peux en prendre quelques uns, si tu veux... » Son ton s'était radoucit, un peu, pas encore assez, mais elle y arrivait. Du plat de la main, elle tapota le carrelage poussiéreux près d'elle, invitation à la rejoindre pour partager ce maigre repas.

_________________

Caught in a landslide, no escape from reality
Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

Killer Queen [Aube]Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victoria Beurk ღ She's a Killer Queen, guaranteed to blow your mind (Terminé)
» Arielle Queen, des années plus tard...
» Une bataille à l'aube...
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» [Juge]-Brigandage-Aube-(10/01/57) [Retraite]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum