Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #33 : Novembre 2018
Animation trimestrielle #1 Once upon a time !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Intrigue #5 Recensement !
De nombreux postes vacants de l'armée sont encore disponibles. N'hésitez pas à venir jeter un coup d’œil par ici !
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - Chapitre I : New rulers, new rules > A lire ici

In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs

 La vie est un jeu

InvitéInvité
avatar

MessageSujet: La vie est un jeu    Mar 17 Oct - 18:19
La vie est un jeu
Mieux vaut profiter de ce qui nous restes que de rester planquer
Je regarde une dernière fois la maison qui m’a accueilli, pendant tant de temps, je pose mon sac à terre et l’ouvre rapidement, guettant le moindre mouvement. Je sors finalement, une bouteille de scotch pratiquement vide. Je finis le fond, savourant la moindre goutte. Depuis que j’en ai bu pour la première fois, je ne peux plus m’en passer, cela me fait….Tellement du bien, ça me réchauffe, je me sens plus forte, plus confiante. Je jette d’un geste négligent la bouteille au milieu de la route, elle se brise en mille morceaux dans un bruit strident. Les affreux qui passait par là, tourne leur tête tout décomposé dans ma direction. Je leur jette un regard de défi, pose un pied sur ma planche de skate, je tape l’autre contre le sol, poussant la planche, et je m’élance dans la direction opposé de ces ignobles. Par deux fois, je manque de tomber. C’est sûr que rester sur un canapé, à somnoler et à manger ça n’aide personne. Bon, j’avais eu quand même la présence d’esprit de barricader la maison et de temps en temps d’aller chercher des provisions, mais à part ça rien… Au départ mes blessures me faisait tellement mal, que bouger était un réel supplice. Puis petit à petit elle a disparue, mais j’étais déjà planté dans une torpeur sans égale. Mais je retrouve mes réflexes très rapidement, merci la danse.
Je vais de plus en plus vite, le vent fouette mes cheveux, je suis libre comme le vent.
Pendant une ou deux heures, je gambade comme ça dans la ville, passant à quelques centimètres des rôdeurs leur riant au nez.
C’est épuisé que je m’arrête dans une rue comme les autres, depuis que je suis sorti, je n’ai rencontré personne. Aucun signe, aucune indication, on avait entendu parler de plusieurs groupes qui se seraient établis en ville. Où c’est un vrai mystère. J’idéalise un peu ces camps, j’espère secrètement, qu’il y est l’électricité et de l’eau chaude. Je ne me souviens même plus depuis combien de temps je me suis lavé. Mais je suis partagé, avoir collaboré avec d’autres personnes cela m’a soit donner l’occasion de passer des moments plutôt sympa si on oublie ce qui nous entoures. Mais….ça ne m’a causé que des ennuis aussi.
Je sors mon paquet de cigarettes, j’en allume une et la passe à ma bouche. J’entends soudain, des explosions, des coups de feu, des cris.
Je commence à me remettre en route, anxieuse, stressé, je regarde derrière moi, tout en avançant de plus en plus vite. Quand mon skate s’arrête brusquement, je tombe en avant, mon menton s’écorche sur le bitume, mes mains aussi, je relève les yeux, et voit un homme que j’ai déjà vu avant. Mon tortionnaire. Il affiche un sourire carnassier

-Alors petite, on est coriace ?

Jamais ! Jamais tout ce que j’ai subi, ne recommencera !!
Je cherche à tâtons mon arme, sur le côté de ma cuisse. Je réussis à la saisir, je la serre de toute mes forces, et soudain avant qu’il n’ait le temps de réagir , je la balance dans sa tête. Une expression de surprise, reste figés sur son visage. Avant que je n’ai le temps de me relever, je me fais plaquer à terre, l’air est chassé de mes poumons, je suis compressé entre celui qui m’écrase et la chaussé. Je vois mon arme au loin. Plus qu’une option…

-A L’AIIIIIIIIDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE ! Criais-je à en perdre la voix

-Ta gueule ! Tu veux vraiment avoir une morte lente, chienne ! Aboya-t-il


code by bat'phanie
InvitéInvité
avatar

MessageSujet: Re: La vie est un jeu    Lun 27 Nov - 7:58
Je marche perdu dans l'obscurité éternelle qui est la mienne, je sens que le groupe dans lequel je suis va éclaté. Je n'aime pas ça cela me fait peur, je vais perdre encore ma famille.. Je vais encore finir seul accompagné de mes amis les malades. Je soupire en pensant à ça alors que je marchais tranquillement dans les rues de Détroit.. Je tentais de repérer quelque chose ou quelqu'un.. N'importe qui pour me faire comprendre que je ne voyagerais pas seul.. Peu importe si le groupe éclaterais je continuerais de suivre les préceptes qu'il m'avait inculqué. Je me déplace à travers les hordes, j'ai des morceaux d'eux sur moi .. Pour ma défense je l'ai pris sur un malade mort .. Les malades sont plus rassurés quand ils reconnaissent leur douce odeur.. Bon d'accord j'admets qu'il y a mieux mais si je peux rassurer mes amis c'est mieux non?

Soudain j'entends un appel à l'aide d'un porteur sain. Je me mets à courir et je sens que cela énerve les malades .. Ils me grognent dessus alors je les repousses de mon bâton et je cours à toute allure à travers le cri.. Ils sont plutôt lent alors je sème la faible horde assez rapidement. Je vois une fille apeuré et un homme qui la menace. Je portais toujours ma tenu de flic alors que je sortais mon arme en la pointant vers l'inconnu. Je portais toujours ma tenue de flic mais non trop prêt de la jeune fille. Je range mon arme et donne un coup de pied à l'homme qui vole un peu plus loin. Je me jette sur lui et lui donne tout un tas de coup de poing jusqu'à ce qu'il perde connaissance. Je me tourne alors vers la jeune femme par terre, elle semble perdu, se méfiant peut être même de moi qui sait.

" Vous allez bien mademoiselle? Vous en faites pas je suis policier .. Vous avez faim ou soif?"

J'avais vraiment envie d'aider cette inconnue à survivre, le monde est ainsi pour ceux qui veulent le comprendre. Pourtant le monde est tellement rempli de fou prêt à tous pour te faire du mal, je baisse mon regard sur elle m'assurant qu'elle n'est rien. Je l'aide alors à se relever alors que j'entends quelques grognements arrivé au loin. Les malades approchent et ils ne sont pas content.. Ils sont jaloux des porteurs sains que nous sommes mais peut-on leur en vouloir? Je regarde la jeune femme avant de lui dire gentilement d'une voix assez calme:

" On a pas beaucoup de temps, j'ai une horde de 10 malades qui me suivait. Alors on doit se tirer! Tu connais un endroit à l'abri?"
 
La vie est un jeu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Last pub before the end of the world :: Archives :: RPs
Page 1 sur 1
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération